Profitez des offres Memoirevive.ch!
Et toi, t’écris avec combien de doigts ?

Quarante-cinq états tazus en 2014, la Finlande en 2016, il semblerait que l'on s'achemine tranquillement vers un abandon de l'écriture cursive (les lettres qui se touchent dans un même mot)... pour en finir avec l'écriture manuscrite après ?

Ça semble être un nouveau marronnier de la presse magazine et quotidienne, au vu de l'assez grand nombre de résultats de recherche pour les termes « Abandon de l'écriture manuscrite » (ou cursive, qui est plus précis). C'est une question qui m'est venue toute seule cet été, je ne sais plus trop à quelle occasion, mais qui tourne dans ma tête depuis, sans que j'arrive à savoir si j'y crois, si j'y suis favorable ou opposé. Et à chaque fois que je pose cette question à des connaissances, ils me regardent d'un air torve (ils me toisent torvement ?), déglutissent, et vont se resservir un ti'punch pour y réfléchir.

Que va-t-il se passer quand on va abandonner l'apprentissage de l'écriture manuscrite (car après le succès de l'abandon de la cursive, on y viendra aussi forcément, ou pas, si les premiers résultats sont catastrophiques) ?

Pour ma part, je ne sais pas vraiment : d'une part, je ne suis ni neurologue, ni professeur de langue niveau 1, en fait, nullement impliqué dans cette affaire puisque mon fils en a fini depuis longtemps avec l'école. Mais c'est quand même une question qui m'intéresse, puisque j'ai même décidé de vous faire part de mon interrogation.

En ce qui me concerne, j'ai beaucoup souffert lors de l'apprentissage de l'écriture, sans doute ai-je mal commencé, le mauvais geste, mais j'avais la main tétanisée, à la limite de la crampe. Et ça ne s'est pas arrangé, puisque tout au long de ma scolarité, il fallait que je prenne des notes, et avec le temps, des notes de plus en plus rapides (soit pour noter plus d'informations, soit parce que le prof parlait trop vite ;o). Même au lycée, j'avais vraiment mal. Donc pour moi, qui en plus écrit très mal (non seulement je suis plutôt lent, mais je n'arrive vraiment pas, même en m'appliquant, à faire de jolies lettres : je suis illisible), la question est : aurais-je perdu beaucoup si je n'avais pas autant souffert ? La sublime écriture de nos aïeux, avec ses pleins et déliés, à la plume en plus (et sans pâtés !), c'est magnifique à voir, à lire, mais je n'ai jamais été au niveau.

Et donc, même si je déteste les si (alors que j'adore les scies), que se serrait-il passé si je n'avais pas subi cette torture quotidienne pendant une dizaine d'années (ça doit correspondre à la durée de ma brève scolarité) ? Aurais-je développé d'autres aptitudes cognitives, gagné une plus grande précision tactile, ou bien mon cerveau et ma main se seraient-ils atrophiés faute de servir ? Dans mon cas, bien que j'arrivais sur la fin à écrire à une certaine vitesse (suffisante), c'était toujours au prix d'un effort physique assez violent, et la qualité graphique de mes lettres ne s'est jamais améliorée (plutôt même dégradée puisque les notes, c'était pour moi que je les écrivais, et donc, c'était illisible pour tout autre personne, même parfois pour moi). D'ailleurs, je dessine aussi comme un pied palmé. Mais aujourd'hui par contre, je n'imagine pas prendre des notes avec autre chose qu'un petit crayon (et une gomme ;o), j'ai beau avoir un ordinateur de poche ayant une fonction téléphone depuis quelque temps déjà, j'ai toujours autant de mal à m'habituer à l'idée de sortir ce truc du sac où il est rangé, l'allumer, trouver l'app., la lancer, et pfouit, plus d'idée...

Je n'ai pas d'opinion sur la question, mais en lisant quelques articles ici ou là sur le sujet, on trouvera des laudateurs et des opposants à cette évolution (évolution ? vraiment, ou régression ? non, évolution est neutre).

La lenteur, la durée de cet apprentissage, quand on est encore bien jeune, ont-elles une influence sur notre manière de percevoir le monde ? Certaines études semblent trouver dans la connexion entre la main et le cerveau nécessaire à l'écriture manuscrite des relations profondes, alors que d'autres mettent en évidence la courbe d'apprentissage au clavier.

La question est-elle cruciale ? ou bien juste sans intérêt ?

Que de points d'interrogation !

C'est que pour les engins à deux, voire une roue, électriques, ces trucs munis d'un gyroscope avançant quand on se penche vers l'avant et freinant dans l'autre cas, je me suis fait une opinion bien tranchée sur la question : le propriétaire de Segway, se tuant en essayant un de ses bidules a bien montré que ce n'était pas une voie souhaitable de l'évolution de l'humanité (je lui décerne un Darwin d'honneur).

Mais là, je crois que c'est plus profond, dans le sens où notre manière d'appréhender le monde, par le canal de nos cinq ou six (voire sept) sens, passe aussi par une verbalisation : arbre, ces quelques lettres, dans cet ordre, évoquent immédiatement des images, des parfums, des sons. Les emoji, universels, vont-ils remplacer tous nos alphabets pour enfin faire cesser tous ces malentendus causes de guerres et de famines ? Va-t-on avoir de grandes épopées et des haïkus écrits sous cette forme condensée ?

Le siècle dans lequel nous vivons semble aller à une vitesse folle dans de très nombreuses directions souvent antagonistes, je vous en parlerais une autre fois avec des exemples, : l'idée est que la littérature de science-fiction alimente une frénésie de recherches farfelues... Qui finissent par aboutir à des trucs dingues en vrai : cet été, j'ai eu une conversation téléphonique avec un gars (assez connu dans le coin) qui parlait à sa montre, c'était parfaitement intelligible en plus ! Et j'ai aussi eu une conversation vidéophonique avec ma douce : de la science-fiction est entrée dans notre vie, sans prévenir.

Et ça va pas s'arranger avec le temps !

 

20 commentaires
1)
Jean-Yves
, le 28.09.2016 à 00:26
[modifier]

Suite à une question écrite de l’ambassadeur de France, la réponse a fait crépiter les téléscripteurs :
“Les états tazus nient!”:)

2)
ysengrain
, le 28.09.2016 à 08:19
[modifier]

Comme Zit, j’ai une expérience douloureuse de l’apprentissage de l’écriture.
Dès le « début », mes doigts se sont crispés sur l’objet d’écriture, au point de m’endolorir d’une part, mais aussi de rigidifier les mouvements somme toute, assez précis que demande l’écriture: j’avais une écriture de médecin avant de le devenir.
J’ai détruit un invraisemblable nombre de plume (oui, oui, on avait des porte-plumes qu’on trempait dans un trou percé dans la table en haut à droite, qui contenait de l’encre. Les 4 gauchers de ma classe n’étaient pas à la fête.
Rapidement, j’ai eu un stylo à encre, dont on m’avait dit que la plume était fragile. J’ai donc pu commencer à « alléger ».
J’ai vu arriver les claviers d’ordinateur avec plaisir.

@ zit: en français, on écrit connexion; connection c’est étranger. J’ai eu un mal de chien à me le mettre en tête. Je ne suis pas fier de t’alerter

Le sujet du jour n’est absolument pas sans intérêt. Il s’agit d’un changement de temps: notre rythme n’est plus celui du pas d’un cheval

3)
Modane
, le 28.09.2016 à 08:38
[modifier]

j’ai aussi eu une conversation vidéophonique avec ma douce…

Je vois que tu t’habitues à ton tricorder…

4)
ToTheEnd
, le 28.09.2016 à 09:22
[modifier]

Je pense qu’avec l’arrivée de tous ces assistants « intelligents » qui communiquent aussi par la voix et qui s’améliorent à la vitesse de Moore, je me demande aussi si demain, ou après-demain, on écrira encore à la main…

J’ai l’impression (probablement fausse) qu’on apprend plus vite à lire en sachant physiquement écrire… qu’il y a une sorte de maillage qui s’effectue dans le cerveau et qui facilite la compréhension des textes.

Mais bon, Siri, Echo ou je ne sais quel système sont quand même bien partis pour changer le monde.

T

5)
skyroller01
, le 28.09.2016 à 12:23
[modifier]

Bonjour,

pour ma part, j’ai beaucoup appris en écrivant « à la main »; comme si j’arrivais (et j’arrive toujours) à retenir l’emplacement de l’information que j’avais précédemment écrite…

Une mémoire photographique d’une certaine manière, mais qui avait besoin de l’écriture manuscrite pour la rendre indélébile (à défaut d’être débile moi-même).

Des choses comme les vocabulaires d’allemand, les calculs en différentes bases, la grammaire française, ou bien « moins » vieux comme le calcul vectoriel, les transformées …, sont toujours bien ancrés dans mes cellules grises, recouvertes aujourd’hui de cheveux tout aussi gris…

Donc non, cela fait partie des bases de l’Ecole; apprendre à lire, écrire, et compter. La base, non ?

Au plaisir de vous relire.

6)
infisxc
, le 28.09.2016 à 12:37
[modifier]

@ToTheEnd : ton impression n’est pas fausse. Stanislas Dehaene, qui a beaucoup travaillé sur les mécanismes neuronaux de la lecture, explique que faire le geste de l’écriture des lettres permet de fixer la reconnaissance des des caractères par les circuits neuronaux impliqués. En particulier, les lettres qui sont identiques à une rotation/symétrie près, telles ‘b’, ‘d’, ‘p’ et ‘q’ vont à l’encontre des circuits neuronaux programmés dans notre cerveau dès les premiers stades de la vie, qui ont appris à reconnaître les objets comme étant identiques même quand on ne les voit pas sous le même angle (maman est toujours maman, qu’on la regarde à travers un miroir, ou qu’elle se penche d’un côté ou de l’autre du berceau). L’apprentissage de la lecture passe donc par la déprogrammation de ces circuits dans le cadre de l’activité de lecture, et le geste aide cet apprentissage.

Après, pour ce qui est de l’écriture cursive, je ne sais pas bien, puisque dès qu’on lit autre chose que ce que le maître ou la maîtresse écrit au tableau, on est confronté au jeu de caractères typographiques, qui n’ont, objectivement, que peu à voir avec les caractères de l’écriture cursive.

7)
Saluki
, le 28.09.2016 à 13:02
[modifier]

Je me suis rendu compte avec horreur que j’avais maintenant du mal a écrire correctement avec un stylo-plume quand j’ai eu à envoyer un mot de condoléances à la famille d’un ami parti…ailleurs.
Je ne me voyais pas envoyer un courriel et moins encore un texto !
Le « Mont-Blanc » qui faisait ma fierté il y a vingt-cinq ans (comme la Rolex de kivoussavé ?) a eu besoin d’un sérieux nettoyage avant de pouvoir resservir.

Quand je vois des calligraphes chinois qui doivent avoir plus de vingt ans d’écart avec moi je me dis qu’ils n’ont pas l’usage compulsif d’un

ordinateur de poche ayant une fonction téléphone

et même d’une vieille Underwood.

8)
François Cuneo
, le 28.09.2016 à 15:17
[modifier]

Moi, rien que pour utiliser Nebo, l’Apple Pencil, je suis content d’avoir appris à écrire.

J’ai une écriture d’instituteur, ou d’enfant, ce qui m’a longtemps totalement complexé, mais maintenant, ça va. Et gros avantage: les programmes d’écriture reconnaissent la mienne sans problème.

Sinon, pas de panique: dans le canton de Vaud, les choses avancent tellement lentement en matière de tablette que les cahiers et les stylos ont encore de longues années devant eux.

9)
ToTheEnd
, le 28.09.2016 à 15:23
[modifier]

Sinon, pas de panique: dans le canton de Vaud, les choses avancent tellement lentement en matière de tablette

Oui mais maintenant que vous vous êtes débarrassé de ACL… ça ne peut que aller mieux et plus vite.

T

10)
Saluki
, le 28.09.2016 à 16:06
[modifier]

vous vous êtes débarrassé de ACL…

Allons bon : cuk avait un contrôle fiscal et ses comptes audités avec ce logiciel ?

13)
zit
, le 29.09.2016 à 07:56
[modifier]

Jean-Yves, ce néologisme est apparu à plusieurs reprises sous le plume de Roland C. Wagner (en particulier dans La saison de la sorcière), j’avoue l’apprécier pour sa concision.

ysengrain, Ainsi donc je n’ai pas été le seul à peiner avec cette histoire, ça me rassure. Et je bat ma coulpe : « connexion », effectivement, avec ce joli x si peu employé. Le barbarisme est corrigé.

Modane MDR ! c’est exactement ça, où as-tu pris cette photo de moi ? Je me doutais bien que j’avais un air circonspect quand j’utilisais mon machin.

TTE, l’ordinateur à qui on parle, c’est incroyable, ça a effectivement l’air de s’améliorer à grande vitesse, mais, d’une part, ayant vu 2001, Space odyssey beaucoup trop jeune, j’ai vraiment beaucoup de mal à parler aux machines, et de plus, dans un bureau partagé à plusieurs, ça me paraît douteux comme procédé, cacophonique et d’un manque de discrétion… Quand par contre on pourra subvocaliser à la machine qui nous habitera, voire, mieux encore, lui envoyer des requêtes par l’interface neurale, ça ira bien mieux et beaucoup plus vite.

Pour ce qui est de la meilleure mémorisation par l’apprentissage manuscrit, il semblerait que tu n’aie pas faux, des études vont dans ce sens.

skyroller01, je suis bien d’accord, c’est bien pour ça que malgré la douleur, je prenais des notes. Apparemment, si on tape, ce ne sont pas exactement les mêmes zones du cerveau qui sont actives (pour peu qui que ce soit comprenne vraiment quelque chose à cette affaire) que quand on écrit à la main.

infisxc, merci pour ces détails, fallait y penser au coup des lettres identiques à une symétrie près.

Saluki, comme pour tous les sports de haut niveau, sans entraînement…

François, j’avais déjà cette idée en tête quand tu as fait cet article sur Nebo, le temps que je réfléchisse à quoi dire, et c’est une sorte de commentaire interrogatif que le mien.

Jean-Yves, n’aie pas peur, je l’ai bien dit en préambule, ce sujet à l’air d’être un nouveau marronnier. Je ne suis par contre pas du tout opposé à l’idée d’une connexion d’un genre télépathique grâce aux champs morphiques décrits par Rupert Scheldrake. On en reparlera. Excellent, d’ailleurs, ce dessin du jour, tout comme l’article sur nos amis dinosaures !

z (qui trouve quand même qu’écrire au clavier, c’est quand même moins violent, je répêêêêêêêêêêêêête : et au moins, tout le monde arrive à me lire)

14)
ToTheEnd
, le 29.09.2016 à 08:32
[modifier]

et de plus, dans un bureau partagé à plusieurs, ça me paraît douteux comme procédé, cacophonique et d’un manque de discrétion…

Je délire peut être un peu mais d’après moi, les bureaux, c’est une conception des années 60… même période que les grosse voitures avec des gros moteurs qui servaient à rien… je m’attends à la disparition de ces derniers grace aux progrès technologiques et aux contraintes liées aux espaces et congestions de trafic…

Quand par contre on pourra subvocaliser à la machine qui nous habitera, voire, mieux encore, lui envoyer des requêtes par l’interface neurale, ça ira bien mieux et beaucoup plus vite.

Je crains le pire alors parce que déjà quand je dis « blaireau » au travers d’un clavier je fais preuve d’une contention délirante… je n’ose pas imaginer sans.

T

15)
Zallag
, le 29.09.2016 à 09:13
[modifier]

On trouvera par ici des articles sur le sujet. Les abonnés y ont accès, mais on peut également en acheter pour le prix d’un café ou deux.

16)
Diego
, le 29.09.2016 à 18:18
[modifier]

Je suis le seul con à ne pas savoir ce que c’est qu’un « état tazus » ?

17)
zit
, le 30.09.2016 à 08:38
[modifier]

T, la disparition des voitures (pas que les grosses avec un gros moteur), je la sent bien venir, mais les bureaux, déjà, c’était sans doute pas au même siècle que ça date des années 60, et je ne vois pas comment tu imagine certains fonctionnements sans regrouper quelques personnes travaillant ensemble dans une même pièce…

Pour ce qui es des interfaces neurales, il n’y a aucun doute que si tu reste chez Apple, la traduction automatique en langage diplomatique ne sera désactivable qu’au prix d’un jailbreak hasardeux, faudra passer sur Androïd et acheter des app douteuses pour bénéficier du slang ;o), tu vois déjà les quiproquo avec la correction auto aujourd’hui, imagine demain… sans possibilité de se relire tranquillement.

Diego, mais les Tazus, c’est les gringos, les yankees, d’ailleurs, Jean-Yves, dans son premier commentaire donne un indice assez précis. Pour être bien clair, tazu, c’est l’abréviation de éTAt’ZUnisd’amérique, je répugne à simplifier par américain qui est un manque de précision géopolitique outrancier ;o).

z (vive le progrès, je répêêêêêêêêêêêêêêête : vivement demain, paske c’était quand même mieux hier)

18)
ToTheEnd
, le 30.09.2016 à 09:59
[modifier]

T, la disparition des voitures (pas que les grosses avec un gros moteur), je la sent bien venir, mais les bureaux, déjà, c’était sans doute pas au même siècle que ça date des années 60, et je ne vois pas comment tu imagine certains fonctionnements sans regrouper quelques personnes travaillant ensemble dans une même pièce…

La disparition des taxis et autres chauffeurs de bus, ce n’est qu’une question de temps… mais la bagnole, autonome ou pas, elle restera.

Maintenant, pour ce qui est des bureaux, les lunettes 3d avec des fonctions avancées de virtualisation, c’est vraiment l’avenir… tu pourras avoir des espaces virtuelles comme des bureaux mais pas seulement. Les outils de collaboration s’intégreront également dans cet espace virtuel.

Bien entendu, ce n’est pas pour demain… mais à terme on peut espérer flinguer ces foutus bureaux.

T

19)
Ange
, le 01.10.2016 à 20:42
[modifier]

Pour revenir à la question initiale de besoin de conserver l’écriture cursive (et non manuelle), je me pose aussi la question à chaque fois que je dois prendre des notes (au boulot, aux réunions d’associations,…) et je n’arrive pas à trouver la « bonne » solution. Soit j’écris en cursif au stylo et j’arrive à écrire vite mais je n’arrive pas toujours à me relire (voir fréquemment) soit j’essaye de prendre des notes sur un ibidule et je ne vais pas assez vite !
Z’auriez une solution?

20)
Zallag
, le 03.10.2016 à 10:25
[modifier]

Ange, tu peux t’aider d’un enregistreur numérique, soit pour enregistrer ce qui est dit, soit pour dicter (à voix basse), ce que tu écrirais au stylo comme notes à la main.
J’ai le Sony ICD-PX312/PX312F pour enregistrer des conférences, je demande au conférencier si je peux le poser à sa table ou, dans une salle de conférence plus grande, comme une aula universitaire, lors de congrès, je me choisis une place proche d’un haut-parleur et tout roule très bien.