Profitez des offres Memoirevive.ch!
Vive le numérique! Même avec la poussière…

Dans l'humeur d'hier, Blues a tiré à boulets rouges sur son pauvre reflex Nikon D70, en particulier au niveau des problèmes qu'il rencontre avec la poussière qui vient se déposer sur son capteur.

Préalablement à la lecture de l'article qui suit, je vous propose donc de lire les lignes de notre collaborateur, si ce n'est pas déjà fait. C'est ici.

Je précise que je ne prétends pas être original dans cette humeur, et j'imagine bien que je risque de doublonner certains commentaires qui ont suivi la parution de ce lundi.

Je ne vais pas aborder les notions de format d'image ou de viseur. Personnellement, j'adore le ratio 3:2 et le fait de pouvoir profiter d'une visée lumineuse et de 100 % sur mon Mark II, mais c'est une question de goût, donc je n'en dirai rien de plus.

Alors commençons par le commencement. Je réponds tout d'abord aux reproches que l'on peut faire au niveau du numérique en rapport avec la poussière, je passerai à d'autres points plus bas.

Tout d'abord, oui, la poussière est un problème avec les appareils numériques. Je suis bien d'accord avec Blues. C'est un problème parce que le grain de poussière, ou le cheveu, ou le poil, que sais-je va s'installer sur le capteur et ne pas en bouger pendant un certain temps. Or toutes les photos prises pendant cette période vont se voir défigurées par des ombres disgracieuses, comme vous l'a montré Blues hier.

Avec un peu de malchance, on peut bousiller un reportage avec ce genre de détails.

Mais...

Alors, une arnaque, le reflex numérique? Non...

Cela étant dit, peut-on vraiment parler d'arnaque, comme le fait Blues en titre de cette humeur? Et bien à mon avis pas du tout.

Déjà parce que s'il est un sujet dont on parle un peu partout, c'est bien de celui-là.

Regardez Cuk.ch pour ne prendre que notre exemple: l'état sur la photo numérique mentionne 14 fois le terme "poussière".

Titre d'un chapitre: "La poussière, c'est l'horreur!" Il est dit dans les paragraphes qui suivent

La plaie du numérique, c'est la poussière. Lorsqu'on change l'objectif d'un reflex, on ne peut éviter que de la poussière vienne se déposer sur le capteur. Si en argentique, elle n'était pas trop grave, en numérique, cette poussière est épouvantable. Et mis à part un retour en usine, il était pratiquement impossible d'effectuer un nettoyage sans abîmer le capteur jusqu'à il a y a peu de temps.

Seuls Pentax et Olympus ont trouvé une parade: Pentax en plaçant un écran que l'on peut nettoyer devant le capteur (il suffisait d'y penser) et Olympus en intégrant à son E1 un vibreur à ultrasons faisant tomber la poussière sur un...scotch, que l'on change de temps en temps.

Vous pouvez lire sur Cuk.ch un article dédié à la poussière, ici.

Heureusement, des systèmes de nettoyage arrivent désormais à faire en sorte que l'on puisse remettre nos capteurs à l'état neuf, sans passer par le SAV de la marque. Les produits sont encore chers, je vais les tester bientôt.

Mieux même: le "ici" de cette citation nous lie directement sur un article où je parlais de...? Poussière bien évidemment, en relation avec un article de Jean-François Vibert (article qui est malheureusement retiré de son site, je m'en rends compte maintenant).

Bref, lorsqu'on se fait arnaquer, c'est lorsqu'on n'est pas au courant du défaut de ce que l'on va acheter. Définitions de ce mot par Antidote?

Arnaque: [Familier] Escroquerie, vol. Victime d’une arnaque. À ce prix, c’est de l’arnaque! • [Par extension] Tromperie. Un individu sans scrupule prêt à toutes les arnaques.

À notre époque, les gens sont largement avertis par la presse: l'acheteur d'un reflex a fait un minimum de recherche avant de choisir son appareil. Il s'est renseigné. Je prétends que tout un chacun sait très vite que la poussière est un problème sur un numérique. Qu'il faut faire attention.

2. La poussière, c'est à ce point l'horreur? Non...

Quitte à me contredire par rapport à la citation que j'ai faite dans l'état de la photo numérique, citation qui est nuancée, vous le remarquerez, par son dernier paragraphe, je prétends que la poussière est un problème certes, mais terrible à ce point non. Ou disons plus maintenant.

Il se trouve que j'ai eu un certain nombre de reflex numériques dans ma vie: un Nikon D1, un Fuji S2 Pro, un Nikon D1X testé ici, un Canon EOS 300D testé là, un Canon 10D, et maintenant un Canon EOS 1D Mark 2 testé à cet endroit.

Je prétends avoir été ennuyé une seule fois par de la poussière sur le capteur, et cela sur mon D1X. Un coup de soufflette (surtout pas d'air comprimé) l'a fait partir.

Le problème du Nikon D70 sont visiblement liés à la conception de l'appareil et surtout de son zoom, puisque Blues vous fait part des nombreuses plaintes de ses utilisateurs rencontrées sur des forums.

Je ne prétends pas que seul cet appareil est touché, puisque tout le monde rencontre un problème de poussière un jour ou l'autre, mais que visiblement, il y a un problème avec cet appareil... Comment peut-on expliquer sinon que Blues, qui est très soigneux, voie son capteur parasité en trois jours, tout comme son amie qui elle n'a même pas changé d'objectif depuis qu'elle l'a acheté?

On me rétorquera que je ne peux pas comprendre puisque j'utilise un matériel cher, tropicalisé (donc étanche à l'eau et à la poussière), tant au niveau du boîtier que des objectifs. Certes, c'est vrai. Mais en partie seulement. Mon 300D n'était pas tropicalisé, mon Fuji non plus, mon 10D que partiellement. Alors? Il doit y avoir un os avec ce D70.

3. C'était mieux avant? Oh non...

Dites, je viens de faire des tirages pour des cadeaux de photos prises en noir et blanc. Je les ai sortis sur une imprimante fabuleuse, la HP 7960, testée ici, et dédiée plus particulièrement à ce genre de travaux (il n'y a rien de mieux actuellement en jet d'encre numérique, puisque celle qui lui succède utilise exactement les mêmes encres, dont trois sont noires ou grises).

Sur un papier photo HP Premium, avec tirages garantis 75 ans, je peux vous dire que j'ai envie de chialer tellement c'est beau.

Pas un grain de poussière. Un piqué magnifiques, un grain extraordinaire.

Des noirs et blancs comme je les aime, un peu durs parce que je l'ai voulu, pas des gris délavés comme savent si bien les faire les labos actuels. J'ai obtenu exactement ce que je cherchais.

Et bien vous savez quoi? J'aurais tiré ces photos en argentique dans un laboratoire noir et blanc, à la maison, et j'aurais eu de toute manière quelques microtaches blanches, dues à la poussière justement, venue se plaquer sur l'objectif de l'agrandisseur ou sur le papier, qu'il aurait fallu retoucher au crayon gris-tendre.

Parce que ne venez pas me dire que la poussière n'était pas un problème avant! Et en plus, nous avions les joies de séchage du négatif en plus, pour éviter les taches d'eau!

Alors oui, un grain de poussière est un problème qui peut en numérique se reproduire sur quelques dizaines de photos, mais en argentique, on peut aussi perdre ses bobines quand on les envoie au labo (statistiques: 1 bobine sur mille est perdue, tous laboratoires confondus, ce qui fait tout de même beaucoup), ou alors bousiller un film dans une petite erreur de traitement (température de bain du négatif mal adaptée par exemple), ou encore avoir énormément de peine à obtenir des tirages propres, à la maison. Tout cela sans parler des labos qui vous rayent une bobine entière (quand ce n'était pas toutes celles que vous avez envoyées) parce que la machine est mal réglée.

Je n'écris pas cela pour dénigrer l'argentique (qu'est-ce que j'ai adoré l'ambiance du labo dans la salle de bains) mais pour dire que les ennuis du numériques, s'ils existent bel et bien, sont présents également en dans ce domaine.

4. Y a-t-il des solutions à ces problèmes de poussière? Oui.

Blues a listé dans son article les solutions pour nettoyer son précieux capteur. Je ne vais pas y revenir si ce n'est pour ajouter que tout comme il faut acheter une ou plusieurs cartes pour stocker ses images, un sac pour transporter son appareil, et bien il faut investir dans l'achat d'un kit de nettoyage bien pensé (prévoir une soixantaine d'Euros).

C'est comme ça et puis voilà.

Ce n'est pas la mort après tout, et en argentique, il faut aussi s'acheter un sac, une petite soufflette et... quelques négatifs si je ne m'abuse.

Les solutions Olympus (vibration du capteur et dépose de la poussière résiduelle sur un scotch à changer (en usine??) au bout de deux ans), comme l'écrit Blues, demandent un peu de recul. Celle de Pentax est bien jolie (un verre devant le capteur) mais que se passera-t-il le jour où de la poussière sera venue s'insérer sous ce même verre? Cela risque d'être encore pire.

Les constructeurs peuvent et doivent faire une chose: améliorer l'étanchéité de leurs appareils et de leurs objectifs. Ainsi, les problèmes que Blues a rencontrés en trois jours seront résolus. Resteront ceux qui viennent du changement d'objectifs, qui sont bien moins fréquents.

Encore une fois, en quelques années, je n'ai été touché vraiment qu'une fois.

5. Faut-il arrêter de dénigrer le numérique? OUI!

J'ai lu un commentaire ce lundi qui disait que nous en étions aux balbutiements du numériques.

Et bien dites, ils ne sont pas trop mal, ces balbutiements, pour des... balbutiements!

Je pense au contraire que nous sommes arrivés à une période où le numérique est arrivé à une certaine maturité. Certes, comme toutes les technologies, les appareils vont encore s'améliorer. Mais c'était ou c'est le cas en argentique aussi (quoique, les investissements deviennent peu rentables pour cette technologie, même si Nikon nous a fait une belle surprise avec son F6).

Nous allons gagner encore un peu de pixels, avoir quelques améliorations de traitement électronique (surtout dans le bas de gamme des compacts et bridges, il y a du travail pour débruiter ces petits capteurs et ces millions de pixels et pour améliorer leur réactivité, mais nous parlons reflex ici, ne l'oublions pas).

Mais au niveau "photo pure"... Pour ne prendre que cet exemple, les différences entre mon Canon EOS 1n de 1994 et mon Canon EOS 1D Mark II ne sont pas aussi grandes que ça. Ces appareils ont atteint de tels sommets de qualité que l'on ne peut pas attendre de progrès époustouflant ces prochaines années à ce niveau. Le Nikon D70 profite par exemple du même calcul de la lumière qu'un F5, pourtant haut de gamme chez ce fabricant, et toujours en vente malgré l'arrivée du F6, qui reprend sur certains points les mêmes recettes que son prédécesseur.

Chez Canon, le 300D est une vraie merveille au niveau "capacités photographiques", même s'il est bridé au niveau de certains choix (vive le firmware russe qui permet de libérer tout ça). Il bénéficie des recherches faites sur les gros appareils du fabricant lui aussi.

Alors?

J'en ai un peu assez de lire un peu partout des plaidoyers pour l'argentique. Il n'y a pas un journal par exemple qui n'y va pas de son argumentation pour dire que tel tirage ne sera jamais aussi bon en numérique qu'il ne peut l'être en argentique.

Oui ça fait bien de critiquer le numérique à notre époque. Ça fait "connaisseur".

Cela me fait penser à tous ces gens qui viennent vous expliquer au niveau Audio que le vinyle c'est tellement plus chaud, plus vrai, plus ceci cela que le CD.

Peut-être, oui, sur une chaîne à 20'000 Euros, avec amplis à lampe et tout et tout peut-être. Et qui peut se la payer s'il vous plaît, cette installation?

Et au bout de trois fois que l'on a sorti le disque de sa fourre, ne trouvez-vous pas que les microrayes sont ennuyeuses? Ah mais oui pardon, c'est la vie... alors que le numérique est froid. Je n'ai vraiment rien compris.

Non sérieusement, vous vous souvenez de tous ces inconvénients des galettes noires? Moi je crie, vive le CD!

Au niveau photographique, c'est vrai que ce n'est pas tout à fait pareil puisqu'un boîtier numérique revient, avec ses avantages comme le fait de voir ses images immédiatement, encore plus cher que son équivalent argentique. Mais mis à part le prix, c'est tout de même oublier que les avantages que les "puristes" trouvent à l'argentique ne sont pas à portée de main de la plupart d'entre nous.

Qui pouvait manipuler la couleur à l'époque (qu'est-ce que je n'en ai pas rêvé)? Qui a la place dans son appartement ne serait-ce que de stocker ses produits pour le noir et blanc?

Alors oui, j'admets qu'un beau tirage sur un beau papier, avec un bel agrandisseur, avec des bains tout frais, un négatif développé dans les règles de l'art, c'est tout de même quelque chose, que c'est "mieux" qu'un tirage sorti d'une imprimante.

Mais franchement, cela fait beaucoup de conditions pour que le résultat soit impeccable.

Il n'empêche, mes derniers tirages noir et blanc, en provenance de mon appareil numérique, traités sur Photoshop, et imprimés sur ma HP, à la maison, sur mon bureau, en profitant du beau soleil qui passait par la fenêtre de toit, et bien je n'ai jamais réussi à en faire d'aussi beaux dans ma salle de bains, coincé dans le noir teinté de rouge, même si j'aimais bien cette magie extraordinaire qui consiste à voir apparaître son image dans le bac du révélateur.

Donc pour moi c'est clair: je ne reviendrai pas en arrière, malgré la poussière. Et malgré ses quelques défauts (encore quelques améliorations à faire au niveau des très hautes lumières), je suis chaque jour plus fervent défenseur de la technologie numérique, quitte à passer pour un rigolo qui n'a rien compris à ce qu'est l'art, avec un grand A.

31 commentaires
1)
yfic17
, le 21.12.2004 à 00:42
[modifier]

Je suis d’accord avec François sur tous les points, sauf sur le tirage à la maison. Je trouve le prix des encres beaucoup trop élevés.
Sinon, pour revenir sur le problème des poussières, il ne faut pas trop se formaliser à ce point. Ce qui compte, c’est ce que l’image arrive à nous communiquer comme émotion : on peut aimer ou détester mais le but est atteint si l’on réagit… comme sur la poussière et le numérique.

2)
François Cuneo
, le 21.12.2004 à 00:51
[modifier]

Tu sais yfic17, un beau tirage noir et blanc dans un labo pro de 20 sur 30, ça coûte aussi cher qu’un tirage sur ma HP « spécial noir-blanc »!

3)
gus2
, le 21.12.2004 à 02:25
[modifier]

Après avoir fait tout plein de tirages dans ma salle de bain. Rien, jamais rien ne remplacera les heures passées a essayer de tirer une photo. Les 50 000 bouts d’essai ou les tentatives de masquages complètement foirées.

Pour moi l’énorme différence entre l’argentique et le numérique c’est le temps.
En argentique je prennais le temps de me concentrer sur ce que je pouvais faire du négatif. A cherche le sens de la photo et d’essayer de l’exacerber en testant. Mais le résultat n’était pas immédiat alors il vallait mieux avoir une idée. Qui ne s’est jamais posé la question de la demi-seconde en plus ou en moins ? Deux heures pour me décider sur cette maudite demi seconde.

Maintenant en numérique on a la chance d’avoir un mini labo sur soi. On peut presque tout tenter. On cherche le sens à la prise de vue, plus après. On cherche le diaphragme parfait, le movement idéal, on teste les cadrages… Si on fait une erreur grossière, on corrige de suite. Mais tout cela se passe en quelques pouillemes de secondes. On ne prend plus le temps d’aimer une photo. Mais p*** qu’est ce que j’ai pu apprendre quand j’ai reçu mon premier numérique… J’ai testé toutes les possibilités de prises de vue.

Et la poussière dans tout ça ?
Pour ma part je m’en fous… Une poussière n’a jamais changé quoi que ce soit. Suffit de regarder Ackerman et son grain magnifique ici .

Ceci dit, je viens de découvrir cette agence photo… Elles sont superbes ces images….

4)
pilote.ka
, le 21.12.2004 à 05:38
[modifier]

Ceux qui préfèrent le vynile au Cd sont des nostalgiques. Avec un bon ampli et un bon équaliseur on reproduit le son qu’on veut.
Alors François arrête de comparer les nostalgiques du vynile avec ceux qui trouvent, contrairement à ce que tu dis, que les APN sont loin d’être dans leur pleine maturité. Ils évolueront et dans 5 ans ton Mark II aura peut-être une mauvaise mine.

5)
François Cuneo
, le 21.12.2004 à 06:43
[modifier]

Ceux qui préfèrent le vynile au Cd sont des nostalgiques. Avec un bon ampli et un bon équaliseur on reproduit le son qu’on veut.
Alors François arrête de comparer les nostalgiques du vynile avec ceux qui trouvent, contrairement à ce que tu dis, que les APN sont loin d’être dans leur pleine maturité. Ils évolueront et dans 5 ans ton Mark II aura peut-être une mauvaise mine.

Avec un raisonnement comme le tien, je peux dire aussi: dans 5 ans, mon Mac aura peut-être mauvaise mine, dans 5 ans, ma voiture aura mauvaise mine.

Peut-on pour autant dire que l’informatique et la voiture en sont à leurs balbutiements comme tu le prétends, dans un commentaire de l’humeur d’hier, à propos de la photo numérique?

Essaie mon Mark II (enfin, pas le mien, je ne le prête pas) et tu verras les balbutiements.

Mais nom d’une pipe pilote.ka, j’en suis à faire des photos techniquement (je ne parle pas d’artistiquement) extraordinaires avec lui. J’en rate aussi parfois. Mais je les aurai ratées la même chose avec le numérique.

Je te donne deux images en tirage papier. Une sortie d’un reflex argentique et l’autre d’un numérique. On parie que tu ne vois pas la différence?

Et pourtant, l’argentique n’en est pas à ses balbutiements.

Non, il faut arrêter ces argumentations qui ne veulent plus rien dire. Tu es déçu par le numérique? C’est peut-être, comme tu l’as sous-entendu, parce que tu n’aimes pas ton boîtier.

Achète un 300D quasiment au même prix que ton Nikon (8400 je crois?) ou un D70, même avec sa poussière, et tu verras si l’on parle vraiment de balbutiement.

Enfin, je peux te dire qu’un Nikon D1 qui a quatre ans est toujours un appareil extraordinaire. On a fait mieux depuis, certes, mais ça reste une merveille.

Alors les appareils pourront progresser (je l’ai écrit d’ailleurs dans l’humeur), mais dans cinq ans, mon Mark 2 prendra toujours de bonnes photos. Je l’aurai certainement changé parce que je suis comme ça et que j’aime un peu connement les derniers modèles, mais son acheteur aura fait une bonne affaire et en sera toujours enchanté.

6)
Inconnu
, le 21.12.2004 à 08:22
[modifier]

Francois, fais moi signe quand tu veux ton Mark II , OKAY? D’ici la, j’aurais vraisemblablement flirté avec les limitations du 300D.

7)
Blues
, le 21.12.2004 à 08:26
[modifier]

eh..eh … la réponse de François à Blues …

J’ai bien dit que mon humeur ne laisserait personne indifférent; meme si partiale et un peu éxagérée … vous avez-dit « arnaque ? », c’est vrai que j’ai été un peu dur !

Dans mon cas je ne reviendrais jamais à l’argentique…
– moi qui ai fait du labo NB en pro pendant 8 ans… je dis passionant OUI… mais trop de mise en train, trop de tatonnements, trop de toxiques…
– en couleur, il est vrai que, quelques « rares fois », le DIA me manque…
– les avantages du numériques sont tels, que même si la technologie n’est pas à maturité, ils prêchent largements en faveur du num. (pas de film perdus ou rayés, gain de temps énorme, retouches, choix des images à tirer = plus de 36 poses -ex. photo familiales- tirées d’un bloc ou le 50% est à jeter, etc.., etc..)

Bref, à part ce « grave » problème de poussières (avec lequel je dois me familiariser), le numérique pour moi c’est l’IDEAL !

Encore une chose … pour ceux qui ne veulent pas investir sur une imprimante jet d’encre (aux consommables chers), je vous rappelle l’excellent article (hum..) de « mézigue » paru sur cuk v1 : envoyez vos images à tirer sur papier photo vous expliquant par exemple comment faire des simili-noir blanc sur papier photo couleur.

8)
Inconnu
, le 21.12.2004 à 09:50
[modifier]

François et BLUES, j’utilise un Olympus E1 depuis plus d’un mois avec un 11-22 mm, pas l’ombre d’une poussière. Olympus est l’un des seuls fabricants à proposer un système de nettoyage automatique du capteur.

macdigit

9)
Inconnu
, le 21.12.2004 à 10:04
[modifier]

Moi je ne comprends tout simplement pas qu’il y ait des gens qui développent leurs photos chez eux…
C’est tellement plus simple, moins cher et pratique de les envoyer par internet, et de les recevoir chez soi 3 jours plus tard (pas une éternité quand même).
Vraiment, je ne pige pas.

10)
Inconnu
, le 21.12.2004 à 10:18
[modifier]

Emile: au temps de l’argentique, certains développaient chez eux, d’autres envoyaient au labo. Avec le passage au numérique, la donne reste la même.

11)
François Cuneo
, le 21.12.2004 à 10:23
[modifier]

François et BLUES, j’utilise un Olympus E1 depuis plus d’un mois avec un 11-22 mm, pas l’ombre d’une poussière. Olympus est l’un des seuls fabricants à proposer un système de nettoyage automatique du capteur.

Je sais Jean-Christophe, nous en parlons d’ailleurs dans les deux humeurs. Mais le problème, et je me suis renseigné ce matin, c’est qu’au bout d’un certain temps (deux ans, peut-être moins), c’est retour en atelier pour changer le scotch qui récupère les poussières. Alors bon, ça relativise les avantages, même si c’est certain que le système est très intelligent, et qu’il montre qu’Olympus réfléchit sur ce problème, contrairement à d’autres.

12)
François Cuneo
, le 21.12.2004 à 10:26
[modifier]

Moi je ne comprends tout simplement pas qu’il y ait des gens qui développent leurs photos chez eux…
C’est tellement plus simple, moins cher et pratique de les envoyer par internet, et de les recevoir chez soi 3 jours plus tard (pas une éternité quand même).
Vraiment, je ne pige pas.

Parce que tout simplement Emile, tu maîtrises à mort toute la chaîne si tu imprimes chez toi. Tu sais comment tu imprimes, avec les labos, les résultats ne sont pas toujours stables et ne correspondent donc pas à ce que tu attendais. Un noir et blanc en labo? C’est nullissime.

Maintenant au niveau de mes photos de vacances, si je dois les tirer pour les donner rapidos, c’est clair que je vais envoyer les photos au labo par internet.

C’est aussi simple que ça!

13)
Inconnu
, le 21.12.2004 à 11:04
[modifier]

Oui, ok, je comprends. Je peux dire les choses différemment: je comprends que les passionnés de photos développent chez eux, un peu moins que Monsieur-tout-le-monde, qui justement veut développer ses photos de vacances, le fasse chez lui. Vu ce que ça coûte. Et c’est ce que fait la majorité!
Enfin chacun fait ce qu’il veut. Perso, j’envoie tout au labo, quitte à être un peu déçu (ça m’est arrivé en effet), parce que classer ses clichés prend déjà du temps (merci IView Media Pro), s’il faut en plus les imprimer, etc.

En tout cas, heureux avec mon D70! (Tu verras Blues, ça viendra!)

14)
Inconnu
, le 21.12.2004 à 11:08
[modifier]

Emile: c’est un peu comme le Polaroid. On vante l’instantanéité du numérique: tu vois tes photos de suite. ben des fois, t’as envie de les imprimer de suite. La qualité est pas forcément au top (avec certains modéles, c’est comparable en tout point à du labo, notamment Epson et HP), le prix de la photo est plus élevé, mais tu l’as de suite. Et ca n’a pas de prix

15)
pilote.ka
, le 21.12.2004 à 11:20
[modifier]

François j’ai un Nikon 8800 et non un 8400.

Oui je suis déçu. Sa lenteur est exaspérante et il a tendance (comme le Mark II…) à me bousiller les rouges, entre autres choses.
Tu me propose d’acheter un Mark II ou un 300D, mais si tu ajoutes les objectifs cela dépasserait allégrement le prix de mon Nikon 8800, et j’ai peur d’avoir une réaction excessive au moindre problème, vu le prix.

J’ajoute que moi aussi je ne reviendrrai jamais à l’argentique.

Je ne dénigre pas le numérique, je dis simplement que pour un simple utilisateur (exigeant!) on trouve encore des problèmes infantils.
Je veux bien croire que tu fais des photos supers avec le Mark II, c’est bien, mais j’ai tendance à penser que tu a dû intérioriser tous les problèmes, ce que je n’arrive pas à faire :(

Il faudrait recadrer le débat: Il ne s’agit pas de choisir entre l’argentique ou le numérique mais de dire que certains problèmes du numérique ne devraient pas exister. C’est ce que je fais.

16)
ToTheEnd
, le 21.12.2004 à 11:39
[modifier]

Ouais bon… j’ai exprès rien dit jusqu’à maintenant puisque je suis de ceux qui va bientôt faire le grand saut (argentique -> numérique) et que quand on sait pas, on devrait fermer sa gueule (j’essaie d’appliquer aussi souvent que je peux ce principe sur ma personne).

Je pense que ce que les gens ne réalisent pas très bien avec l’arrivée en masse du numérique, c’est qu’il va falloir (malheureusement) s’habituer à tous ces problèmes et ennuis.

En effet, il serait illusoire de penser que le R&D et Marketing de ces boîtes vont nous sortir des trucs parfaits… On est, dans le numérique, à l’air du PC… Il y aura toujours mieux et surtout, mieux penser au prochain modèle. C’est exaspérant mais c’est ainsi.

Une fois qu’on comprend et adhère au concept, on devient tout de suite plus raisonnable dans ses exigences et dans le prix qu’on va mettre pour son futur appareil vu que 2 ou 3 ans après, il ne vaudra plus grand chose.

Enfin, sur une note plus personnelle et pour faire une analogie, j’ai arrêté d’acheter le Mac « le plus cher et le plus nouveau » il y a bien longtemps, focalisant ainsi mon attention sur ce qu’il me faut vraiment et à quel prix tout en sachant que dans 2 ou 3 ans, je recommencerai l’exercice.

T

17)
Blues
, le 21.12.2004 à 12:30
[modifier]

Merci JCC, on a parlé a plusieurs reprises du « truc » des Olympus.

Et, concernant le système « vibrateur ultra-son » de chez Olympus :
– en discutant avec un pro: ce qu’il a peur lui, c’est qu’au bout de un ou deux ans, le capteur ne sois plus en face donc un risque que l’image soit décalée ?
Attendons donc d’avoir le recul nécessaire pour juger si leur « truc » sera le must anti-poussière tant attendu !

18)
Inconnu
, le 21.12.2004 à 12:42
[modifier]

Blues: je partage cet avis. Si en plus du bout de scotch à changer, il faut réaligner le capteur, bonjour la dépense :)

19)
François Cuneo
, le 21.12.2004 à 13:01
[modifier]

Pilote.ka, je n’ai jamais aimé les Nikon série 5000, j’ai eu une fois dans les mains un 8000 je ne sais plus quoi, je me suis rendu compte que les progrès n’étaient pas terribles.

Autant Nikon sait faire de bons reflex, autant au niveau compact ou semi bridge, j’ose le dire, je les trouve nuls.

Le vendeur qui me tendait un Minolta A200 pour test il y a quelques minutes m’a dit: vous avez vu, c’est exactement la même batterie que celle des Nikon série 8000, pratique hein?

Je lui ai répondu qu’il n’y avait pas de risques que j’en achète un, et que… là je me suis bloqué, un gars était en train d’en mettre un dans son sac à côté de moi, je ne voulais pas lui mettre le doute.

Encore une chose: je ne te demande pas d’acheter un Mark II, mais un 300D par exemple, ou justement un D70, ou un Pentax, ou un Minolta, ou même un Olympus (trop lent, trop lent!). Tu verras que pour presque le même prix que ton appareil, tu as des trucs géniaux, qui n’ont pas plus de défauts que ceux qu’avaient les appareils argentiques.

20)
bapy
, le 21.12.2004 à 13:49
[modifier]

Juste pour dire que je ne trouve pas que la visée non 100% et incroyablement étriquée des réflexes numériques bas et moyen de gamme soit ni excusable ni une affaire de goût lorsqu’on porte des lunettes. Là on ne parles pas de balbutiements mais d’erreur grossière de marketing. En 1977 Nikon aurait pu sortir le F3A sans aucun problèmes, ils ont attendu plus de vingt ans et l’ont sorti trop tard..Est-ce-que les constructeurs nous écoutent parfois nous autres consommateurs?…

bapy

21)
Inconnu
, le 21.12.2004 à 14:03
[modifier]

Marrant, c’est le D70 de chz Nikon qui prend magistralement la poussière et c’est Olympus qui en prend pour son grade…!!!

J’ai l’impression de lire une charge anti-Mac de la part de PC users…!!

Alors disons que je n’ai pas eu ces soucis avec des optiques de qualité (Nikon sur le Kodak DCS/n, Nikon sur le Nikon D2x, Olympus sur l’Olympus E1, et Pentax sur le *Ist du même constructeur).

Pas eu l’occasion de tester du Canon (madame Canon, si vous me lisez…)

Pour info, les images que j’ai faites, au format RAW, sont utilisées en production au maximum… et exemptes de poussières. J’ai certainement eu de la chance :)

macdigit

22)
François Cuneo
, le 21.12.2004 à 14:38
[modifier]

Jean-Christophe, il n’en prend pas pour son grade. Simplement, on peut se poser des questions sur ce système de scotch à changer en usine à long terme.

Et dire que l’Olympus est lent au niveau autofocus, ce n’est que la réalité. Face à la concurrence, sur ce point très précis, il ne fait pas le poids. Le système antipoussière ne fait pas tout.

23)
François Cuneo
, le 21.12.2004 à 14:39
[modifier]

bapy: nous sommes d’accord. La visée des reflex bas de gamme est largement insuffisante. Remarque que le Pentax n’est pas mauvais du tout, le Minolta 7D non plus.

24)
asterpin
, le 21.12.2004 à 14:56
[modifier]

Maintenant, j’estime comme François que les appareils numériques ont atteint une certaine maturité et j’ai donc craqué pour un EOS 20 D… Et pas encore souffert des poussières et content de la rapidité de la bête!

Ben si, cet été 4 grosses poussières sur le capteur -> 140 photos à retoucher -> menu netoyage capteur, il bascule le miroir et bloque le rideau -> soufflé un bon coup, éteindre le canon, le rallumer, feuille blanche, clac photo, zou sur l’ibook, ouf, elle est immaculée.

C’est là qu’on est content de décharger ses photos tous les soirs sur son ibook et d’y jeter un rapide coup d’oeil, sinon, c’est 1400 que j’aurais pu corriger :-(

André Sterpin • sterpin.net

25)
graffati
, le 21.12.2004 à 18:48
[modifier]

Bonjour,
je voulais juste ajouter que je suis également un convaincu du numérique, avec un Nikon coolpix 880… qui n’est pas si vieux dans l’absolu > 3/4 ans, mais pour du numérique c’est … la préhistoire…

Ou je trouve que le numérique est – ou a été- d’une certaine façon une «  »arnaque » », c’est que j’ai payé cet appareil (avec deux objectifs et chargeur) presque aussi cher que le Nikon D70 qui est mis en cause par Blues aujourd’hui…
un appareil avec les mêmes caractéristiques du coolpix 880 coûte aujourd’hui le tiers… Même lors de l’évolution de l’argentique je ne me rappelle pas de tels écarts de prix dans l’évolution du matériel…

Ce nikon m’a permis de faire des photos géniales (surtout en macro). Il a maintenant un pixel du capteur qui est mort > retouches sur photoshop des images intéressante.
La réparation du capteur est impossible et un remplacement coûterait le prix d’un appareil neuf…
>> à la poubelle le coolpix 880 ??

26)
Inconnu
, le 21.12.2004 à 18:55
[modifier]

J’ai un Coolpix 880 depuis 4 ans, et malgré l’achat de mon 300D en début d’année, je ne m’en sépare pas. La qualité est encore tip top pour des tirages jusqu’au A4 et même s’il n’est pas aussi rapide, et aussi efficace que le 300D (heureusement, tout de même), je l’adore.

27)
ToTheEnd
, le 21.12.2004 à 19:39
[modifier]

un appareil avec les mêmes caractéristiques du coolpix 880 coûte aujourd’hui le tiers… Même lors de l’évolution de l’argentique je ne me rappelle pas de tels écarts de prix dans l’évolution du matériel…

Heu… au risque de me répéter un peu… bienvenu dans l’informatique…

T

28)
bansuri
, le 22.12.2004 à 16:48
[modifier]

Bonjour les photographes,
J’ai fait ma première photo en … 1950 avec un 6 x 9 (une boite qui avait trois diaphrages et une vitesse) et je me demande si ce n’est pas la photo que je préfère.
Après, j’ai utilisé des tas de boitiers et surtout, j’ai appris en semi-professionnel à ne conserver qu’une photo sur … 1000.
Les poussières ? Oui, sur le numérique OK/. Mais les merdes qu’on conserve pieusement parce qu’on a appuyé sur le déclencheur ?
Revoir régulièrement ses shots et se promettre d’en virer au moins un .. dans une série …
Pour moi la photo ce n’est pas d’abord l’appareil. Mais évidemment certains aiment leur boitier plus que ses résultats.
Peut-être qu’ils se sont fait attraper par le petit scotch ?

29)
zitouna
, le 03.01.2005 à 17:29
[modifier]

ben moi, je viens de m’acheter …
un labo complet: agrandisseur 6 x 7 avec tête couleur et N+B, Apo-rodagon 2,8/50 mm et Componon 4/80, magnifique margeur Ahel 4 lames, Scoponet, toutes les bidouilles indispensables (et même plus encore). Le tout a une bonne dizaine d’années, est en parfait état de fonctionnement et sera encore au top dans cinquante ans, pour quatre cent euro, soit même pas le prix de la plus pourrie des imprimantes A3 du marché!
Les nuits vont être courtes à Vitry!
Et vive le numérique quand même (le principal n’est-il pas d’éprouver du plaisir à faire des photos et de susciter des émotions en les montrant?)

bêlant à vélo et en argentique

30)
bansuri
, le 03.01.2005 à 17:41
[modifier]

Bonjour,
J’ai toujours le labo argentique dans les combles mais il prend la poussière (je ne m’amusais pas dans la salle de bains).

Depuis 1940, date de mes premières photos, j’ai toujours eu envie de ce que me permet maintenant le Dynax 7D : voir ce que je fais, aussitôt après le shoot. Et apprendre en corrigeant.

Mais je n’ignore pas la durabilité des « vieux » matériels, dont je fais d’ailleurs partie, à ceci près que dans 50 ans je ne serai sans doute plus en état de quoi que ce soit. Et surtout pas d’imprimer.

Vive la photo et pas la technique. La photo, c’est l’œil, c’est pas l’électronique. Hugh.

31)
bansuri
, le 03.01.2005 à 18:51
[modifier]

Rectificatif

J’ai bien commencé la photo en 1940 et non en 1950 comme écrit par erreur dans le post 28.

Bonnes photos à tous et très bonne année 2005.