Profitez des offres Memoirevive.ch!
Nisus Express 2.1, il grandit et parle français

Nisus Express 2.1: un traitement de texte qui grandit - et qui parle français!

Tout d'abord, je vais dire quelque chose qui ne vous paraîtra peut-être pas un critère, mais moi, ça me touche. Je trouve Nisus Express 2.1 JOLI. Regardez plutôt.

Un traitement de texte qui fait plaisir aux yeux, ça compte...

J’ai réalisé à quel point ça comptait le jour où j'ai tenté d'en utiliser d’autres qui, sur un plan purement technique, auraient été mieux adaptés à mes exigences. Mais je n'ai pas pu. J'avoue d'ailleurs que si j'ai préféré Nisus Writer Express, c'est pour une autre raison, très pratique celle-là… Mais procédons par ordre.

De Nisus Classic 6.5 à Nisus Writer Express 1.0

J'ai déjà fait un test de Nisus en décembre dernier, et d’une certaine manière ceci est une mise à jour. Je vais reprendre tous les éléments qui étaient d'emblée distinctifs, et qui ont fonctionné dès la première version.

Pour relire le test de 2003, vous pouvez aller ici.

Mais au fond, ce n'est pas la peine. Parce qu'une grande partie des sentiments que j'exprimais alors n'a plus cours.

Il faut dire que sous Classic, Nisus nous avait gâtés. Il utilisait peu de mémoire, peu d'espace sur le disque dur (ça comptait à l'époque). Depuis le système 6.0, on disposait d'un traitement de texte étonnant, carrément révolutionnaire pour ce temps-là. Sélection non contiguë, presse-papiers multiples, rapidité, de ces nombreux petits automatismes qui vous facilitent la vie, capacité de traiter de très longs textes (j'ai expérimenté jusqu'à un million de signes) à une vitesse époustouflante), des textes qu'il était par ailleurs quasi impossible de perdre (cela ne m'est jamais arrivé en 12 ans, et je ne suis pas la personne la plus systématique du monde) grâce à la copie automatique à un endroit de notre choix – vous déterminiez cet endroit et vous n'aviez plus besoin d'y penser, la copie suivait, sur une disquette extérieure, par exemple -, sans compter la sauvegarde automatique de l'original, jusqu’au dernier mot écrit, en cas de panne. Et au bout d'un certain nombre d'années, 5 ou 6, ils sont devenus compatibles avec Grammatica, ce qui fait qu'on avait aussi une correction française impeccable, sans perdre de formatage.

Si j'ai tant tardé à passer sur OS X, c'est à cause de Nisus Classic. Il était trop super. À côté de lui, Word était radicalement inutile, d'autant plus que les textes en Word s'ouvraient en Nisus sans problème. De Nisus en Word c'était moins simple, parce que Microsoft faisait de l’obstruction, mais grâce à une astuce de Nisus, ce n'était pas un vrai problème.

À l'arrivée de Mac OS X, les gens de Nisus ont pris une décision courageuse, qui dans un premier temps nous a paru, à nous les aficionados, complètement folle, mais qui à longue échéance se révélera sans doute payante: au lieu de "carboniser" Nisus 6.5, ils ont décidé de recréer un traitement de texte à partir de zéro, et de l'écrire en cocoa.

Lorsqu'il est sorti l'année dernière en version 1.0, les habitués ont été dévastés. Beaucoup de bugs, il manquait des choses aussi élémentaires que les notes en bas de page, les feuilles de style ou les tableaux, et il était lent. Bref, on se sentait orphelin. Peu à peu, au fil de mises à jour fréquentes, cela s'est amélioré. Mais il restait des problèmes, et notamment une lenteur irritante, qui rendait le programme inutilisable au-delà d'un texte de 20 ou 30 pages. En grinçant des dents j'ai dû, pour avoir tout d'une traite un texte de 600'000 signes, le transférer en Word. Mais en dépit des limitations, j'ai toujours commencé par l'écrire en Nisus.

De Nisus Writer Express 1.0 à Nisus Writer Express 2.1

Depuis quelques jours, nous disposons de Nisus 2.1, et les choses ont bien changé. Avec cette version, Nisus Writer Express a presque fait peau neuve. Commençons par son nom: le mot “express” ne signifie pas ici rapide, c’est l’anglais pour “s’exprimer”. En paraphrasant, le nom du programme serait “La meilleure manière de s’exprimer en écrivant”.

Mettons que, ici, vous téléchargez Nisus 2.1 à l’essai pendant 30 jours.

Tout d’abord, vous pouvez choisir la version de Nisus que vous préférez: en anglais ou en français. Si votre système est en français, je pense que le programme s’ouvre en français, mais si tel n’était pas le cas, il faut aller dans la fenêtre “Get info” du Finder après avoir cliqué sur Nisus, vous y trouverez les deux langues, vous cochez celle que vous voulez, ou décochez celle que vous ne voulez pas.

Le français de la version française présente encore quelques commandes non traduites et quelques aberrations, je les ai signalées, elles vont sans doute disparaître dans la prochaine mise à jour - et il faut dire en passant que les mises à jour de Nisus sont assez fréquentes. La 2.1, par exemple, a été mise en ligne un soir, et la première mise à jour, avec plein de corrections, a été faite le lendemain déjà.

Aaaah! Enfin en français!

Bon alors, maintenant vous avez Nisus sur votre bureau dans la langue que vous préférez, voyons ses qualités. Ma liste, je vous le dis tout de suite, n’est pas exhaustive. J’ai choisi celles qui me paraissent les plus importantes.

La compatibilité

La compatibilité avec Word, avec TextEdit, AppleWorks, Mellel, Mariner etc. est totale, grâce au fait que Nisus écrit en Rich Text Format (rtf); on peut donc ouvrir les textes tant dans d’autres traitements de texte pour le Mac que dans les traitements de texte Windows; j’ai fait plus d’une fois l’aller-retour, aucun problème, à une exception près: si un texte venu de Word pour Windows est en lecture seule, il faut commencer par le recopier dans un document vide pour pouvoir le corriger - c’est la seule manipulation nécessaire.

Un document Nisus...

... ouvert dans Word. Pas mal non?

Nisus New File

Dans les préférences, vous pouvez vous fabriquer le modèle de document vide que vous voulez voir apparaître chaque fois que vous faites Pomme-N. Marges, langues, styles, fontes, vous pouvez déterminer d’avance tous vos paramètres préférés.

Mieux: si vous avez des modèles dans Word, vous pouvez les ouvrir tels quels dans Nisus, et les transformer en modèles Nisus.

La sélection non-contiguë

C'est au départ une exclusivité Nisus, qui a reprise dans les dernières versions de Word; c'est aussi la première qui a été transposée de Classic à Express. Vous ne pouvez pas savoir à quel point c’est pratique si vous ne l'utilisez pas, et combien ça vous économise de temps, par exemple lorsque vous voulez mettre en italique des mots qui ne se suivent pas. Vous écrivez votre texte, et ensuite vous choisissez les mots, un clic sur T dans la palette ad hoc (ou Pomme-I), et tous les mots choisis sont en italique avec un seul clic.

Idem si vous voulez copier des mots ou des phrases épars dans le texte. Ou leur appliquer un style particulier. Et ainsi de suite.

Les presse-papiers multiples

En ça également, Nisus a été copié depuis, mais ils ont été les premiers à en offrir dix d’un coup, puisque les presse-papiers multiples étaient déjà là en 1990 (avant aussi probablement, mais 1990, c'est l'année où j'ai fait la connaissance de Nisus). Ils sont aussi présents dans Nisus Writer Express.

Ou pour mieux dire, il y en a 3 ou 4 au départ, et si vous voulez, vous pouvez en créer davantage. Un usage prolongé me permet de vous dire qu'il est rarissime qu'on en utilise plus de trois. Et que c’est vraiment pratique. D’autant plus que ces presse-papiers sont susceptibles d’être mis en forme comme du texte, d’être corrigés avant d’être recollés, bref, ils sont d’une versatilité totale.

Les retours multiples sur corrections

D'autres offrent aussi cela, maintenant, mais au départ, c'était une particularité Nisus dont j'ai pu faire un usage longtemps exclusif, et qui - heureusement - a déménagé en X.

Le moteur de recherche

Le moteur de recherche de Nisus est un des plus puissants du marché des traitements de texte. Pour avoir tenté de faire la même chose avec d'autres programmes, il faut que je dise haut et fort que de mon point de vue, à ce jour personne n'a fait mieux. Vous recherchez le signe le plus exotique, le plus caché, le plus difficile à isoler, celui que vous ne trouverez jamais ni avec Word, ni avec AppleWorks, ni avec personne, à vrai dire: pour Nisus, ce n'est rien.

Il trouve. Il remplace, il rajoute, il ôte. Vous pouvez choisir vous-même le degré de recherche (Normal, PowerFind ou PowerFind Pro), et plus ça monte, plus vous pouvez poser de colles difficiles.

Le tiroir à outils et ses palettes

Ce n'est pas une exclusivité Nisus, mais c'est pratique, mieux et plus intelligemment conçu que dans d’autres programmes - et particulièrement élégant. Il s’ouvre à droite ou à gauche, vous décidez cela dans les préférences. Mellel, par exemple, a aussi des palettes. Word en a une également. Mais celles de Nisus sont plus esthétiques et plus pratiques, et elles vous permettent de tout faire.

Trois exemples de palettes, ainsi que leur gestionnaire: vous pouvez créer vos palettes!

Dans les palettes, vous pouvez régler les marges, l'interligne, le caractère, etc. Vous pouvez par ailleurs vous créer votre panoplie personnelle de palettes. Vous avez une palette pour les statistiques, une pour les styles, et ainsi de suite. Et vous avez la palette des palettes, ma préférée, celle de...

...la correction orthographique

Cette palette s'occupe de vous pendant que vous écrivez. Vous pouvez choisir vous-même entre les langues les plus diverses, toutes celles que votre ordinateur "supporte", en fait. Une fois la langue choisie, vous écrivez. Tant que le tableau orthographique n’a rien à vous suggérer, et que votre mot n’est pas souligné en pointillé rouge, c'est que votre orthographe est juste (bien entendu, votre mot peut tout de même être mal choisi…). Si vous faites une erreur de frappe, ça se remplit de suggestions (pour "frape" il me donne drape, fraie, frappe, frappé, fraye, fripe - pas mal en somme).

On corrige donc son erreur en frappe. Si le mot est souligné en rouge et il n’y a pas de suggestion, c’est qu’il faut l’“apprendre” au correcteur au moyen du bouton ad hoc. Et pour le contrôler et savoir s’il est juste, il faut faire appel à un moyen externe - par exemple à Ultralingua et à sa touche magique, décrite ici.

Par ailleurs, pour revoir son texte à fond une fois qu’il a été écrit notamment au niveau de la correction grammaticale, on peut

  • faire un copier du texte entier
  • aller dans Pro Lexis (testé ici) et sélectionner “Corriger le presse-papiers”
  • examiner le texte avec Pro Lexis.

  • une fois que c’est fini, Pro Lexis vous demande si vous voulez sauvegarder le presse-papiers, vous lui dites oui.
  • vous allez dans Nisus > édition > coller > coller échanger. Vous cliquez et vous avez votre texte corrigé dans Nisus sans avoir perdu aucun format.

La même méthode peut être utilisée d'ailleurs avec Antidote (testé ici), toujours sans aucune perte de format. Notez que l'utilisation du menu contextuel de ProLexis dans Nisus plante ce dernier. Il faut impérativement passer par le menu permanent, ce qui n'est pas pénalisant d'ailleurs.

Si vous choisissez l’anglais, à côté de la fenêtre vous aurez une petite icône, celle du Thesaurus anglais, qui est en fait un dictionnaire très complet avec synonymes, et qui est inclus gratuitement dans le téléchargement.

Les marges, les en-tête et pieds de page

Je vais faire plaisir à François et parler de la manière de régler les marges. Il y en a deux. Dans la palette Marges, on indique où on veut que les marges se trouvent, et où on veut faire apparaître les en-tête et les pieds de page. Ça, c’est classique. Mais il y a mieux - la méthode que François aime tout particulièrement. Vous avez suivi mon conseil? Téléchargé Nisus à l’essai? Ouvert un document peut-être? Alors pointez sur les marges, des quatre côtés de la feuille - et déplacez-les. Ça suffit. Elles se déplacent, et vous voyez exactement où elles sont. Si ensuite vous jetez un œil à la palette “Marges”, elle vous dira au millimètre près à quel point précis de votre feuille elles se trouvent. Idem pour les en-têtes et pieds de page, qu’il n’est pas nécessaire de créer, ils sont là, vous pouvez écrire dedans tout de go.

Les tableaux

Ils sont arrivés avec la version 2.0, en même temps que les notes en bas de page et en fin de texte, dont je ne parle même pas, parce que c’était la moindre des choses...

La puissance des tableaux est impressionnante

Pas du meilleur goût mais...

Ils sont simples à faire, offrent plusieurs possibilités qu’on découvre en cliquant sur la petite flèche à côté du tableau dans la règle du haut, ils sont également simples à mettre en forme. Pour vous y aider, vous avez une palette “Tableau” qui vous permet de faire toutes les corrections possibles à votre mise en forme, et une palette “Cellules du tableau” qui vous permet de placer comme cela vous arrange le mieux le texte ou les chiffres à l’intérieur des cellules du tableau. Elle vous permet d’avoir une mise en forme différente pour les cellules horizontales (la ligne de titres par ex.) et pour les cellules verticales.

Les feuilles de style

Elles ont aussi fait leur apparition avec la version 2.0, et on se demande déjà comment on a pu s’en passer. Elles sont simples, faciles à utiliser, très souples et transformables à loisir. La palette “Styles” vous aide, là aussi; vous pouvez aisément créer votre propre style, ou utiliser un style prédéfini.

Vous pouvez en tout temps ouvrir vos feuilles de style et les personnaliser en y apportant tous les changements que vous voulez, et avoir des styles particuliers pour les en-têtes et pieds de page si ça vous chante.

Notez que les feuilles de styles de caractères sont présentes, en plus des feuilles traditionnelles de paragraphes. Les deux d'ailleurs sont parfaitement combinables.

 

Les pictogrammes en bas de page

Votre document Nisus est toujours bien ouvert sur votre bureau? Alors regardez là, en bas à droite, cette série de petits pictogrammes: ce sont les commandes les plus usuelles de la mise en forme - couleur (elle apparaît si votre texte n’est pas noir), fontes, règles, styles, langue, presse-papiers, agrandissement ou réduction du texte à l’écran.

 

Les macros

Même si je ne les utilise pas personnellement, je me dois de signaler la présence de Macros, certaines étant toutes faites. Le meilleur moyen pour comprendre comment elles fonctionnent est d'en ouvrir une (il suffit pour y parvenir de garder la touche "Commande" enfoncée en même temps qu'on l'ouvre dans le menu dédié).

Notez qu'une macro peut être enregistrée au format Nisus ou en script Perl.

Les absents

En dépit du gros boulot fait depuis un an par Nisus, il y a encore quelques grands absents.

  1. Il n’y a pas de numérotation des paragraphes, mais on nous assure qu’elle va arriver.
  2. Il n’y a pas non plus de possibilité de générer des points de suite pour remplir une ligne entre le moment où on arrête d’écrire et le caractère qui est en bout de ligne.
  3. Insérer des images, cela ne pose pas de problème, par contre on ne peut pas, comme c’était le cas dans Nisus Classic, les entourer de texte. Chaque image est traitée comme un caractère unique, autour duquel on ne peut pas écrire. Les usagers sont très partagés à ce sujet. Dans les forums Nisus, certains s’en plaignent amèrement, d’autres répondent que Nisus est un traitement de texte, pas un outil de mise en page, et ils ajoutent que pour mettre en page, on peut utiliser RagTime Solo, qui est gratuit et fait pour ça. Mais évidemment, on a été gâtés par les “Graphic Layers” de Nisus Classic, où la chose était en tout temps à portée de main.
  4. Le manuel d’aide, très bien fait, clair et détaillé, n’existe actuellement qu’en anglais. Vous pouvez le télécharger en pdf sur le site nisus.com. Je n’ai pas reçu de réponse claire de Nisus au sujet d’un mode d’emploi en français.
  5. Il n’y a toujours pas la possibilité de sauvegarder une copie en un autre lieu à choix, un support extérieur, par exemple. C’est personnellement ce qui me manque le plus. Il y a certes un truc très utile, le “Gestionnaire de documents”. Une fois que vous avez réglé vos préférences pour qu’elles sauvegardent automatiquement, toutes les 5 minutes par exemple, elles s’exécutent, et si vous n’avez pas encore nommé votre texte lors de la première sauvegarde, elles le placent dans le gestionnaire de documents, qui lui attribue un nom pris dans le texte même. Cela m’a déjà évité quelques ennuis, mais ça reste en deçà de la sauvegarde dans un autre lieu à choix. Car si vous dupliquez votre document pour le placer dans le dossier qui est le sien, la copie qui reste dans le gestionnaire ne se mettra pas à jour à mesure que vous travaillez sur le document que vous aurez déplacé. Et en cas de crash (je sais bien que c’est rare, mais enfin, pas impensable), il est perdu.

Le prix

Particulièrement avantageux en ces jours de dollar en dégringolade, et imbattable par rapport au prix de Word. Jugez plutôt:

  • 59 $ (45 €/ 70 fr. suisses environ) pour un poste,
  • 39 $ (30 € ou 47 fr.s.) pour une mise à jour depuis Classic 6.5
  • 99 $ (78 €/120 fr. environ) pour un pac “famille” (trois licences pour trois personnes différentes).

Actuellement, le Thesaurus anglais est gratuit lorsqu'on achète Nisus Writer Express. Nisus 6.5, toujours en vente, coûte le même prix, avec Grammatica intégré. Mais je trouve qu’il n’est plus idéal pour les ordinateurs dont le système principal est l’OS X, certaines fonctions péclotent. Pour les machines sous OS 9.2 par contre, il garde tous ses charmes. Toutes les mises à jour depuis Nisus Writer Express 1.0 sont gratuites. On peut acheter en ligne, ou on peut se faire envoyer un CD pour 10 $ de plus, à quoi il faut ajouter le port et une bonne semaine d’attente.

Conclusion

Je crois avoir compris que Nisus a été pris de court par la difficulté d’écrire un programme en cocoa. La sortie d’une version X s’est faite attendre près de deux ans. À un moment donné, les ingénieurs de Solana Beach ont décidé de sortir Nisus 1.0 en dépit de ce qui lui manquait encore, il le fallait probablement pour leur survie. Mais ce n’était qu’un programme en devenir. Depuis, les mises à jour se sont succédé à un rythme soutenu, et chaque fois elles présentent une, ou deux, ou trois améliorations décisives. On pardonne d’autant plus que l’on commence à retrouver ce qui nous plaisait dans Nisus Classic - et on n’en veut pas à Nisus dans la mesure où, si vous avez acheté Nisus 1.0, toutes les mises à jour faites depuis, même les plus considérables, sont gratuites. Vous me direz peut-être qu’avec un programme qui était en chantier c’est normal. Permettez-moi de vous faire remarquer qu’un certain semi-monopole (suivez mon regard) ne se gêne pas pour faire payer les mises à jour à prix d’or, même lorsque - comme ce fut le cas entre la version 2003 et 2004, la nouvelle mouture est remplie de nouveaux bugs.

Après la sortie de Nisus 1.0, j’ai d’abord été si déçue que j’ai cherché partout, et j’ai essayé tous les traitements de texte sur lesquels j’ai pu mettre la main. Je suis revenue à mes premières amours. Avec Nisus, à quelques modifications et adjonctions près, qui nous sont promises sur le forum que vous trouverez sur le site de Nisus (nisus.com), nous avons enfin un traitement de texte conçu pour le Mac, moderne, rapide, intelligemment pensé, et efficace pour tous ceux qui doivent travailler essentiellement avec du texte.

Ce test peut éventuellement vous paraître plus affectif que technique. C’est vrai. C’est que le traitement de texte est mon outil de travail, celui sur lequel je passe plus de la moitié de ma vie, j’ai donc besoin de m’identifier à lui - et ça se sent, sans doute. Mais maintenant que les maladies d’enfance sont passées, j’opte pour Nisus.

53 commentaires
1)
Franck_Pastor
, le 22.11.2004 à 00:31
[modifier]

Ah ! Très bonne idée que le format .rtf par défaut, enfin un traitement de texte qui écrit dans un format non propriétaire, ça devrait être plus courant !

Apparemment donc, très bonne alternative à Word, ce Nisus… pour ceux qui n’utilisent pas le top du top : LaTeX bien sûr ;-) Non, non, pas taper !

(N’empêche que LaTeX c’est super ! Bon, j’arrête)

Dans le même domaine, un autre logiciel intéressant semble arriver lentement à maturité : NeoOffice/J, le portage en Java pour MacOSX de OpenOffice, et libre comme lui bien sûr. Le chef du service informatique de mes Facultés Universitaires l’emploie maintenant systématiquement comme solution de remplacement à Office. Et ça semble marcher impec chez moi aussi, comme importateur de fichiers Office (sauf pour les imports d’équations dans les fichiers .doc). Avis aux amateurs.

Tiens, à propos, pas d’éditeurs d’équations dans Nisus ?

2)
ToTheEnd
, le 22.11.2004 à 00:45
[modifier]

Heu, j’ai lu en diagonal mais vu le prix, ça à l’air sans concurence ce truc!

Petite question tout de même: est-ce que le format RTF n’est pas complètement daubique? Si je me souviens bien, ce truc ne garde même pas les liens dans un texte… je me trompe?

T

3)
Scal
, le 22.11.2004 à 07:30
[modifier]

Très bon article, ça donne envie d’essayer.

Pour le RTF je ne suis en effet pas certain que ce soit le format idéal. TextEdit écrit aussi en RTF ;-)

Sinon, y a-t-il des fonctions de création de tables des matières automatiques en fonction des styles ? et les tables d’illustrations et les lexiques ?

5)
elektrikpepper
, le 22.11.2004 à 08:23
[modifier]

chapeau bas pour l’article … et ton nouveau roman ;-)

elektrikpepper

6)
Caplan
, le 22.11.2004 à 09:24
[modifier]

Il semble vraiment très bien ce Nisus! Je travaille sur Word et je n’en suis pas mécontent. Son seul gros défaut, à mes yeux, c’est que c’est du Micro$oft…

J’hésite à changer parce que si j’envoie un document à quelqu’un qui n’a pas Nisus, il ne pourra pas l’ouvrir. Ou me trompè-je?

7)
François Cuneo
, le 22.11.2004 à 09:44
[modifier]

Il semble vraiment très bien ce Nisus! Je travaille sur Word et je n’en suis pas mécontent. Son seul gros défaut, à mes yeux, c’est que c’est du Micro$oft…

J’hésite à changer parce que si j’envoie un document à quelqu’un qui n’a pas Nisus, il ne pourra pas l’ouvrir. Ou me trompè-je?

Tu te trompes Caplan! Le RTF est lu par tout le monde, yc par Microsoft. D’ailleurs, leur .doc est une sorte de RTF qu’ils ont bousillé, comme d’hab!

8)
lyonelk
, le 22.11.2004 à 09:53
[modifier]

Comme Anne, c’est avec impatience que j’attendais une VRAIE version Mac OSX de Nisus. Peu dire que la version 1.0 était frustrante (pour ma part j’ai vraiment besoin des notes bas de page)
Nisus a été LA découverte d’un traitement de texte. C’était si je ne m’abuse la version 4. Nisus était déjà un mythe. Il avait été rendu réel grâce à l’arrivée d’internet et du mail (pour le commander directement depuis les Etats-Unis).
Comme Anne, il y a aussi le côté look qui donne envie ou non d’écrire. Et depuis le passage à OS X, l’attente a été longue !!! J’ai tout essayé dans l’intervalle. Mais rien à faire, même si un logiciel comme Mellel était celui qui, pendant longtemps, se rapprochait le plus de l’esprit Nisus.
Enfin, la version 2.0 a commencé à ressembler à mon attente. Et avec la version 2.1, les problèmes de rapidité ont vraiment été résolus. C’est la vraie version 1.0 à mon avis.
Quelques remarques encore :
– l’utilisation de Nisus avec Prolexis (ou SpellCatcher) fonctionne bien sauf si le texte comprend des notes bas de pages ou un tableau. Il y a bien correction, mais -au moment de la recopie dans Nisus- les notes bas de page et les tableaux ne sont pas conservés.
– pour les images, on peut toujours revenir aux vieux trucs : créer un tableau dans lequel l’image s’inscrit dans une cellule et le texte dans l’autre ! Un peu compliqué certes, mais cela peut toujour dépanner :-)

9)
popey
, le 22.11.2004 à 10:51
[modifier]

Franck : Je suis avec toi :-D

Néanmoins, pour des documents a faire rapidement, ou des documents courts et inhabituels dans leur mise en page, un traitement de texte WYSIWYG, ça peut être bien pratique.

C’est vrai que Nisus a fait la un vrai beau logiciel ! Il y a quelques « trucs » de l’interface graphique qui ne trompent pas : c’est vraiment un produit pensé et travaillé (je pense entre autre aux palettes contenant un popup qui devient une liste si on les agrandie suffisamment).
La présentation des styles est géniale je trouve !

Je ne pense pas que je l’achèterais, vu que je ne me sert que rarement d’un traitement de texte, mais j’applaudis des deux mains l’excellent travail de l’équipe Nisus, et je ne manquerais pas de parler de ce produit autour de moi !

10)
coacoa
, le 22.11.2004 à 11:22
[modifier]

Yeapeeeeeeeeeeaaaaaaaaaaaaaaaah !

Enfin un programme qui semble être une VRAIE alternative aux approximations de Messieurs Gates et Ballmer !!
Avec en plus l’approbation d’une des plus importantes plumes de Suisse romande, mais pourquoi attendre ?!

Merci Anne !

11)
Saluki
, le 22.11.2004 à 12:00
[modifier]

Merci Anne.
Le conseil « attendre » après mon post sur Mellel n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd.

En fait, ce matin je n’ai pas été productif sur le reste, sauf à « jouer » avec Nisus Express.
Je le trouve… simple, au sens de limpide.

J’ai très facilement recréé une feuille de style que j’avais laborieusement instituée pour formater nos propositions et devis.

Et puis, les palettes flottantes « de l’autre », ça va quand tu travailles à deux écrans, comme au bureau. Tu pars avec ton portable et ton doc est recouvert!

Je ne sais -aujourd’hui- si je vais l’acheter, je me donne la semaine, pour voir, mais ça ne va pas cricquer la tirelire, même pas un demi-plein de gazole, comme dirait alec6 :-D


Y’a pas que le G4 dans la vie, n’oublions pas le foie gras.
Tiens, bientôt ma recette…

12)
Mirou
, le 22.11.2004 à 13:16
[modifier]

Voilà donc ce fameux test de Nisus !

C’est vrai que ça à l’air super. Moi, il me manque pourtant un élément essentiel : un outil de dessins simples, comme dans Word. J’aime bien pouvoir de temps en temps pouvoir tirer une ligne dans un texte. Par exemple, pour séparer visuellement l’en-tête du reste du texte, ou pour lier deux morceaux de textes par une flèche. Je n’ai pas nécessairement envie d’ouvrir un logiciel de dessin vectoriel ou InDesign ou Quark pour ça !

Merci pour ce test Anne. Je vais moi aussi tester Nisus avant de me décider à l’acheter. J’utilise Word depuis tellement longtemps que j’ai appris à gérer tous les bugs (j’arrive même à les éviter, à force….). C’est comme un vieux couple plein de problèmes : je dois décider si c’est fini, ou bien si on n’arrive pas à vivre l’un sans l’autre.

13)
Iris
, le 22.11.2004 à 14:05
[modifier]

Article détaillé et méthodique. Très instructif. Merci beaucoup.

Je vais de ce pas essayer la démo et voir si Nisus arrive à me faire lâcher mon Appleworks chéri! ( Moi aussi, je déteste Word…)
Un détail me chiffonne quand même: le fait qu’on ne puisse pas avoir des points de suite car c’est bien pratique pour faire des fiches d’élèves. Peut-être dans une prochaine version…

14)
Mirou
, le 22.11.2004 à 16:56
[modifier]

Voilà, je suis en train de tester ce Nisus. Mais….

Je suis désolé, Anne, mais vraiment je n’arrive pas à m’y faire. J’ai l’impression que c’est pire que word au niveau des bugs! Après une page de test:

La styles ne fonctionnent pas.
Les corrections automatiques (je sais on peut enlever) sont encore plus énervantes que Word ! (quand j’écris « nos », Nisus me met le « os » en exposant !

Est-il vraiment possible de réaliser un traitement de texte sans bugs ? Peut-être que la gestion des textes est une affaire terriblement compliquée….

Bon, j’essaie encore NeoOffice et après…. je m’engage un secrétaire !

15)
Anne Cuneo
, le 22.11.2004 à 17:09
[modifier]

Bonjour tout le monde…
J’arrive! J’ai été enfermée loin de tout accès à Internet jusqu’ici. J’essaie de rattraper un peu.

Frank:
latex et tout, OK. les clones de Word, OK (mais ça manque un peu de pep). Nisus, sa différence, c’est que c’est simple. Pour écrire du texte. C’est un traitement de texte sans trop de gadgets en somme. Mais impeccable pour le TEXTE. OK, je sais que je me répète, mais bon…
Pour ce qui est des équations, j’avoue ne pas y avoir pensé. Pourquoi est-ce qu’il me semble qu’il y a un éditeur d’équations? Creusons…

ToTheEnd
Merci de remarquer que pour ce que c’est, 70 balles, c’est donné (ou 45 Euros pour vous ôtres), par rapport à ce que c’est et au prix du monopole. Quant au format .rtf, ce n’est pas « daubique ». Les textes Nisus en .rtf s’ouvrent impeccablement en Word et autres, et importent impeccablement Word.

Caplan
Oui, tu te trompais-je, tu savegardes un document en format Word, et il s’ouvre sans problème dans Word. Tu le sauvegardes sans rien préciser, il est en .rtf, et il s’ouvre partout.
C’est vrai que TextEdit est aussi en .rtf, mais excusez-moi, les gars et les filles, il n’y a pas de comparaison…

Mirou
Je me demande si tu ne peux pas te créer un style avec ton trait de séparation. J’avoue avoir toujours fait ça manuellement, moi, avec la touche en bas à droite, celle qui sert aussi à la coupure de mots. Et quand je voulais un trait permanent, je me faisais un modèle.
Le problème des outils de dessin est, je pense, quasi-philosophique: on décide de faire un traitement de texte qui soit un vrai traitement de texte, simple et bon marché, et on se dit que pour les dessins, on va ailleurs. Il a été plusieurs fois questions de RagTime Solo, dans les posts. Ben voilà. Pour écrire du texte il est vraiment moins bien que Nisus, mais lui aussi importe et exporte avec facilité. On fait son trait ou autre chose, et on est servi. Je rappelle que RagTime Solo est GRATIS.
Quant aux bugs dont tu parles, je ne vois pas vraiment: j’écris avec depuis des mois. Les os en exposant, c’est une commande dans QuickFix, si la correction automatique t’énerve, tu la désactives. Tu peux paramétrer ces choses dans les préférences. J’accepte que Nisus ne te convienne pas. Mais ce n’est pas “plein de bugs”. Il y a sûrement des bugs, comme dans tout programme. Mais il faut peut-être attendre un jour ou deux avant de se prononcer?

Iris
J’ai aussi été une accro de AppleWorks, Claris en son temps. Mais le jour où j’ai découvert Nisus, ça n’a pas tenu la comparaison. Et lorsque j’attendais Nisus 1.0, j’ai ressayé AppleWorks. Nisus X m’a tout de suite davantage plu, même rudimentaire.

Quelqu’un parlait des palettes encombrantes: à part que celle de la correction orthographique est vraiment pratique, le mot faux y est tout de suite signalé avec des alternatives, on peut les enlever. C’est un bouton, que vous cliquez pour les faire disparaître, et recliquez lorsque vous avez besoin de les revoir. Les principales commandes restent accessibles, soit par la règle du haut (qu’on peut d’ailleurs cacher aussi), soit par les pictogrammes du bas.

Anne

16)
Mirou
, le 22.11.2004 à 17:24
[modifier]

Le problème des outils de dessin est, je pense, quasi-philosophique: on décide de faire un traitement de texte qui soit un vrai traitement de texte, simple et bon marché, et on se dit que pour les dessins, on va ailleurs. Il a été plusieurs fois questions de RagTime Solo, dans les posts. Ben voilà. Pour écrire du texte il est vraiment moins bien que Nisus, mais lui aussi importe et exporte avec facilité. On fait son trait ou autre chose, et on est servi. Je rappelle que RagTime Solo est GRATIS.
Les os en exposant, c’est une commande dans QuickFix, si la correction automatique t’énerve, tu la désactives. Tu peux paramétrer ces choses dans les préférences. J’accepte que Nisus ne te convienne pas. Mais ce n’est pas “plein de bugs”. Il y a sûrement des bugs, comme dans tout programme. Mais il faut peut-être attendre un jour ou deux avant de se prononcer?

En fait je pense qu’écrire est aussi faire de la mise en page. La communication passe aussi par la façon dont le texte est mis en forme. Perso, quand j’écris un séminaire, mon mémoire, une lettre ou un résumé, j’ai besoin de mettre en forme à la volée, pour « voir comme c’est dit. » C’est pour cela que je n’ai pas envie de devoir passer d’un programme à un autre pour faire cela.

Quant à RagTime, c’est effectivement très puissant, mais, tu seras d’accord avec moi, Anne, c’est très moche, et ça, moi non-plus, je n’arrive pas à m’y faire.

J’ai désactivé les QuickFix, c’était juste un exemple. Pour les bugs, je me demande si ce n’est pas la police Helvetica Neue qui me joue de tours. C’est peut-être le seul bug, je me suis emporté, désolé. Mais pour moi c’est (cf. première remarque) un bug important.

Je vais réessayer dans un ou deux jours, à froid. On verra bien, Là je testais en faisant un « résumé point par point » avec des puces, de la mise en page tout le temps, et je n’ai pas vraiment trouvé Nisus à la hauteur.

J’ai peur que Nisus soit super, mais pas pour mon style d’utilisation. Il lui manque un peu de fonctions de mises en page à mon goût.
Toi tu écris tes livres avec Nisus ?

17)
Zitoune
, le 22.11.2004 à 19:00
[modifier]

Dommage que NisusWriterExpress ne sache pas ouvrir les documents Claris/Appleworks.

18)
Anne Cuneo
, le 22.11.2004 à 20:10
[modifier]

Zitoune:
Ça demande effectivement une petite manip. Tu ouvres ton texte, tu le sauvegarde en rtf, et il s’ouvre dans Nisus sans modifications par rapport à ton original.

Mirou:
Je crois que c’est mieux de tester à froid. Si tu parles trois mots d’anglais, télécharge donc le mode d’emploi, il y a pas mal d’indications très utiles.
Oui, moi j’écris avec Nisus mes livres, mes pièces de théâtre (mise en page considérable indispensable), mes scénarios (idem), mes factures, mes textes, mes lettres – TOUT. Je fais usage des feuilles de style, je trouve plus facile de faire mes mises en page qu’avec Word.
Cela dit, Nisus avoue qu’ils n’ont pas encore fini de développer toutes les fonctions, ils travaillent d’arrache-pied, on a eu quelque chose comme six ou sept mises à jour en moins d’un an. Ils ont une liste, que tu trouves sur leur site, des choses qu’il leur reste à faire.
Tout cela dit, personnellement je ne suis à l’aise qu’avec Nisus quand il s’agit d’y aller véritablement.

Anne

19)
Mirou
, le 22.11.2004 à 20:34
[modifier]

C’est incroyable que tu arrives à faire tout ça avec Nisus. Moi j’aimerais bien l’aimer, mais je crois que lui n’est pas tout à fait d’accord.

Cet après-midi, j’ai pensé que c’est parce que j’avais mes vielles habitudes de Word, que je n’arrivais rien faire. Puis je me suis énervé, puis je me suis calmé, puis j’ai décidé de manger un truc avant de m’y remettre.

Ben… Je dois vraiment avoir eu droit au modèle du lundi, comme on dit. J’ai voulu corriger mon texte avec Pro Lexis (que j’adore). J’ai tout bien fait comme tu le décris dans le texte, mais Nisus (ou Pro Lexis) m’a centré tout le texte !

Je vais vraiment tout faire pour l’aimer ce programme… Mais là ça commence assez mal….

20)
Sylvain
, le 22.11.2004 à 21:00
[modifier]

Merci Anne pour cet article une fois de plus très fouillé.
Et puis ça fait du bien d’avoir les impressions de quelqu’un qui pratique ce programme depuis belle lurette. Je m’y suis mis il y a quelques mois, suite à ton précédent article, et j’en suis très content. Merci.
C’est vrai que je ne fais rien d’autre que du texte avec, mais je le trouve tellement agréable que l’autre traitement de texte des gars d’en-face ne me manque pas le moins du monde :-)

Je me réjouis cependant que l’équipe de Nisus nous ponde un Thesaurus en français. Sais-tu si c’est prévu ?

21)
Zitoune
, le 22.11.2004 à 21:13
[modifier]

Anne : Ça demande effectivement une petite manip. Tu ouvres ton texte, tu le sauvegarde en rtf, et il s’ouvre dans Nisus sans modifications par rapport à ton original.

Merci pour cette idée ;)
Elle ne me convainc pas du fait que j’aurais plusieurs centaines de documents Appleworks5 à convertir…

22)
Nicolas Mirkovic
, le 22.11.2004 à 21:42
[modifier]

Si le redimensionnement des en-têtes et pieds-de-pages est très pratique, en revanche je ne trouve pas comment les supprimer. Même réduits au minimum ils occupent encore une place non négligeable. C’est prévu dans le programme ou au programme ?
Editer

23)
Anne Cuneo
, le 22.11.2004 à 21:42
[modifier]

Ecoute, mon cher Mirou – ton exemplaire de Nisus, tu dois l’avoir vexé. Sois gentil avec lui. Peut-être que Nisus Writer Express, c’est comme les géraniums: ils sont plus beaux quand on leur parle gentiment de temps à autre. Je corrige TOUS LES JOURS des textes avec Pro Lexis de la manière que je t’ai dite, et jamais au grand jamais il ne m’a changé le format, sauf lors d’une mise à jour où les gars de Nisus avaient fait une mauvaise manip et introduit un bug, réparé depuis. C’est forcément toi qui a introduit la commande centrer (je viens de refaire une vérification – ça marche. Moi, la Dr Nisus, je crois que tu fais de la résistance. Tu n’as pas envie d’aimer ce soft. Tu ne crois pas?

teteille
Peut-être pourrais-tu suggérer à Mirou quels sont les mots gentils qu’il faut dire à Nisus pour qu’il soit sympa avec lui…

Zitoune
Mais non, mais non! Tes centaines de documents, tu les laisses dormir en AppleWorks! Et le jour où il t’en faut un, tu l’ouvres comme je t’ai dit. C’est pas parce que tu as Nisus que tu vas jeter AppleWorks, tout de même. Je n’ai pas fait l’expérience d’ouvrir un texte Nisus dans AppleWorks, par ailleurs (seulement l’inverse avant de t’écrire, juste pour voir si ça marchait toujours sans problèmes avec la dernière mise à jour), mais en toute logique il n’y a pas de raison pour que ça n’aille pas. Moi aussi, avant Nisus, j’employais Claris-AppleWorks. J’ai encore besoin d’ouvrir des documents aujourd’hui que j’avais écrits en Claris, pas de problème.

Anne

24)
Anne Cuneo
, le 22.11.2004 à 21:47
[modifier]

Nicolas M.
Marrant que tu poses cette question. Je l’ai posée AUJOURD’HUI par mail aux ingénieurs de Nisus parce que la place que le pied de page surtout occupe me dérangeait, tout d’un coup. Je te tiens au courant, s’ils me répondent. Si tu sais l’anglais, tu peux aller voir le mode d’emploi (téléchargeable sur http://www.nisus.com), en tout cas moi, je vais l’étudier. si je trouve, je te dis.
C’est surtout dans cette dernière mise à jour, que réduit au minimum le pied de page prend tant de place. Avant, il n’y avait pas ça. Bref, je me renseigne.

Anne

25)
Zitoune
, le 22.11.2004 à 22:01
[modifier]

Anne : « Mais non, mais non! Tes centaines de documents, tu les laisses dormir en AppleWorks! Et le jour où il t’en faut un, tu l’ouvres comme je t’ai dit. »

Le problème, c’est que j’en ouvre plusieurs par jour et comme en plus il me faudra sans doute retravailler la mise en page, le passage de Claris/AppleWorks (que j’utilise avec OS9 parce que je trouve que la version 6 est une régression par rapport à la 5) vers NisusWriterExpress risque de me prendre un sacré temps…

26)
Anne Cuneo
, le 23.11.2004 à 08:17
[modifier]

Je ne voudrais pas te paraître insister, Zitoune, mais j’ai dû faire la même chose. Essaie – je crois que tu ne perdras pas ta mise en page si tu prends la précaution de te faire en Nisus un modèle exactement semblable à celui de AppleWorks (marges, en-têtes, caractère etc. J’ai encore essayé hier, chez moi ça marche en un clin d’oeil.

Anne

27)
Inconnu
, le 23.11.2004 à 10:21
[modifier]

Bon, encore merci Anne : ça faisait longtemps que j’attendais un avis autorisé sur une alternative à Word. Entre OpenOffice, AppleWorks, TextEdit et Nisus, je pense que je vais te suivre et utiliser ce dernier. Non que j’en aie une utilisation aussi intensive que toi (TextEdit me suffisant la plupart du temps pour ce que je fais), mais c’est toujours bien d’avoir le bon outil sous la main en cas de besoin. Sans compter que j’ai un argument sérieux à servir pour dénigrer Word et assener, aux ceusses qui essaient naïvement de me piéger « sur Mac, yapas Word ! », un péremptoire « si, mais il y a aussi bien, si ce n’est mieux et pour largement moins cher ! ».
Ceci dit, il faudrait un jour que quelqu’un se penche sur ‘OmniGraffle’, une alternative géniale de l’OmniGroup, d’une facilité d’utilisation et d’une richesse incroyable.
Aplusbaille.

^. .^ GerFaut
=U= http://gerfaut.com
, http://equinoxiale.com
GerFaut c’est frais, mais c’est pas grave.

28)
Inconnu
, le 23.11.2004 à 10:34
[modifier]

Juste un rappel…
Si vous êtes souvent en échange de données avec des clients sous Word, malheureusement Nisus Express ne peut pas TOUT récupérer. Et notamment les figures réalisées dans Word. C’est dit.

MD

29)
Mirou
, le 23.11.2004 à 13:01
[modifier]

Non, je t’assure, Anne ! J’ai VRAIMENT envie d’aimer ce soft ! Mais tu sais, ça fait 10 ans (oui c’est pas beaucoup) que j’utilise des ordis, et seulement 2 ans que je suis sur mac.
Alors je pense que j’ai encore des réflexes conditionnés dont je ne me rends pas compte: 8ans qu’avec microsoft, ça laisse des marques !

Je vais jeter l’alias word du dock pour un moment et lire le manuel de Nisus. Je verrai si je m’y fais….

30)
Sylvain
, le 23.11.2004 à 13:07
[modifier]

Ah ! là, Mirou! Anne me demandait de te suggérer quelques mots gentils à dire à Nisus. Tu viens de dire tout ce qu’il fallait, je n’ai rien à ajouter ;-)

31)
Anne Cuneo
, le 23.11.2004 à 13:23
[modifier]

Si vous êtes souvent en échange de données avec des clients sous Word, malheureusement Nisus Express ne peut pas TOUT récupérer. Et notamment les figures réalisées dans Word.

Tu peux expliquer STP? Moi je n’arrête pas de passer de l’un à l’autre, y compris avec des illustrations et des mises en page complexes. Qu’entends-tu par “figures”?

Anne

32)
Inconnu
, le 23.11.2004 à 19:09
[modifier]

Bonsoir Anne…
Je reçois de certains de mes clients des fichiers Word avec des illustrations dedans réalisées avec les outils propres à Word. En gros, ce sont des exhibits comme des slides de présentations : des bulles ou autre avec du texte dedans, etc.
Ces figures sont ensuites traitées par nous sous Illustrator pour en faire des exhibits plus graphiques pour insertion dans leur publication chaque mois.
Or, quand je reçois ces fichiers, les seuls éléments qui disparaissent à l’ouverture dans Nisus ou Mellel, ce sont ces « graphiques » qui utilisent des élements de la palette de mise en forme et/ou de la barre d’outil « dessin »…
Suis-je clair ?
Je l’ai ecrit dans mon papier ici
Mais vérifie, est-ce un problème avec ma seule machine…? Je ne le crois pas mais je n’ai aucune certitude…

33)
Anne Cuneo
, le 23.11.2004 à 22:04
[modifier]

Salut Jean-Christophe,
Je viens de lire tes réflexions sur Nisus.
Une petite correction: Nisus Writer Classic coûte 59$ depuis pas mal de temps, pas 80. Nisus pour X pèse 23 Mo c’est vrai, mais si tu compares à d’autres traitements de textes en classic, sous 9.2, il a fait 4Mo au max, un peu plus si tu ajoutes des correcteurs de différentes langues (en classic, donc). Et surtout, Nisus ne parsème pas tes menus de petits trucs mystérieux comme Word. En Classic, il n’y a même rien ailleurs que dans les préférences.
Une partie des manques que tu déplorais au mois de septembre sont corrigés en 2.1. Et les gens de Nisus insistent qu’ils sont en évolution constante. ,Les mises à jour sont très rapides.
J’ai encore essayé le passage de Word à Nisus avec des dessins, ça marche chez moi, en tout cas.
Tu pourrais poser la question à Nisus (support@nisus.com)

Anne

34)
Inconnu
, le 24.11.2004 à 07:48
[modifier]

Bonjour Anne,
J’ai testé la 2.1 et cela ne toujours fonctionne pas (une actu récente sur MD montrait d’ailleurs que l’on pouvait rencontrer des problèmes d’installation avec cette dernière)…
Anne, si vous l’acceptez, je vous expédie un e.mail privé avec un exemple de ce qui ne passe pas…
Nous sommes bien d’accord qu’il s’agit de dessins réalisés avec la palette dessin dans Word directement, non d’imports.

nb : Le prix de $80 pour Classic etait encore affiché sur le site de Nisus en septembre. Désolé de ne reporter que ce que mes yeux ont enregistré…

nb2 : Nisus est un produit correct, plus simple à utiliser que Mellel qui s’avère plus puissant. Mais pour ma part, j’écris toujours (et encore) dans FrameMaker, même sous Classic, avec un vrai module ProLexis par ailleurs et une puissance qu’aucun produit actuel (même laTeX, Franck…) n’égale pour l’heure…

35)
Franck_Pastor
, le 24.11.2004 à 08:06
[modifier]

Mais pour ma part, j’écris toujours dans FrameMaker, même sous Classic, avec un vrai module ProLexis par ailleurs et une puissance qu’aucun produit actuel (même laTeX, Franck…) n’égale pour l’heure…

Attention aux majuscules à placer aux bons endroits : LaTeX (on est pinailleur ou on ne l’est pas :-) Pour le reste… Cool Franck, pas répondre à la provoc, relax, on respire, huuuumf, pffffff ;-)

De toutes façons, ce sera toujours difficile pour moi de te répondre vu que je ne connais toujours pas FrameMaker, que vus son prix, que personne ne l’utilise autour de moi et que la version Mac n’est plus disponible, je risque peu de l’utiliser un jour… Au fait, quelles nouvelles du front ?

Je signale au passage que la variante XeTeX de TeX (Tu te rappelles ? Celle qui permet d’utiliser les polices Unicode sur Mac) semble progresser à pas de géant, d’après ce que j’entends dire. Avec lui vient une variante LaTeX : XeLaTeX. Une des rares limitations de TeX (l’usage de polices spécifiques) est en train de disparaître…

36)
Inconnu
, le 24.11.2004 à 08:56
[modifier]

Franck, mon cousin belge, c’est toujours un bonheur de te répondre…!
Nouvelles du front ? Je ne sais pas si Robert R., le Dir mark. d’Adobe France m’a répondu ainsi pour se débarasser de moi lors d’une conf. (acrobat 7 pro) à laquelle j’étais invité la semaine dernière avec Thierry de macDigit mais il m’a affirmé que InDesign allait intégrer les fonctionnalités de FM dans une version ultérieure. Bon, je reste circonspect car il faut en ce cas définir un bloc texte fixe dans tout le fichier. Mais ce qu’il faut retenir, c’est qu’il m’a froidement conseillé de basculer sur PC pour continuer à utiliser FM ! Ben non !
Nous verrons avec la sortie de la 1.3 de CS si InDesign prend où non ce cap…
Car, contrairement à Anne, j’ai besoin de deux tables d’index dans mes ouvrages, un sommaire et des notes de bas de page + des références croisées avec foliotage de l’endroit où se trouve l’item référencée. C’est pourquoi je ne retiens pas, malgré toutes ses qualités un Nisus ou un Mellel. Pire encore , les formats des ouvrages varient et je dois parfois adapter un 17 x 24 au format 12 x 22,5… C’est l’histoire de 30 secondes sur FM…

37)
Franck_Pastor
, le 24.11.2004 à 10:13
[modifier]

Que ce responsable d’Adobe conseille froidement de switcher sur PC témoigne suffisamment de « l’intérêt » de la direction actuelle envers notre plate-forme. Décidément, les relations Apple-Adobe ne sont plus ce qu’elles étaient. En plus, c’est franchement pas psychologue de la part du ponte : si quelqu’un lui demande des nouvelles de Frame pour Mac, c’est que ce quelqu’un tient à rester sur Mac, c’est logique. Mais pas pour ce Robert R., on dirait… Il doit d’urgence prendre quelques leçons de tact, ça lui fera du bien. Tu veux que je passe un petit coup de fil à l’entarteur belge, Jean-Christophe ? ;-)

38)
Anne Cuneo
, le 24.11.2004 à 15:42
[modifier]

Frank
J’ai posé la question sur l’éditeur d’équations de Nisus. C’est en préparation (celui de Nisus Classic était un bijou, d’après les utilisateurs qui s’en servaient quotidiennement, alors ce sera sûrement bien).

Nicolas Mirkovic
J’ai également posé la question des en-têtes et pied de page, il suffit de désactiver l’option “montrer les limites de page” (ou quelque chose d’approchant, j’ai la flemme de relancer mon Nisus en français), et les en-tête eet pieds de page disparaissent

Anne

39)
Anne Cuneo
, le 24.11.2004 à 15:44
[modifier]

Une mise à jour de Nisus 2.1.1 est prévue pour la semaine prochaine. Alors si vous avez des plaintes à formuler, amis utilisateurs même occasionnels de Nisus, c’est le moment d’envoyer des mails à support@nisus.com.

Anne

40)
Nicolas Mirkovic
, le 26.11.2004 à 00:22
[modifier]

Anne, merci pour tes réponses.
J’avoue que je ne vois pas « montrer les limites de pages ».
Dans le menu présentation, on peut choisir d’afficher ou non les marges (cela comprend les en-têtes et pieds de pages), mais cela ne change rien à leur présence et à la taille minimum occupée.

41)
eric
, le 26.11.2004 à 15:24
[modifier]

a cause des défauts de la version 1.0 j’ai acheté mellel. j’aimerais bien avoir des avis de personnes ayant utilisé les deux logiciels. lequel a votre preference et pourquoi ?

42)
Franck_Pastor
, le 26.11.2004 à 15:53
[modifier]

Anne, merci pour la précision sur l’éditeur d’équations. Comme il ne pourra pas être pire que celui de Word, ce sera de toutes façons un bénéfice pour ceux qui n’ont qu’occasionnellement à taper des équations. LaTeX (oui, je sais, je suis pénible :-) s’étant quand même imposés comme référence incontournable pour les textes avec plein d’équations tout partout.

J’ai découvert récemment un logiciel tournant sur Mac avec X11, destiné a priori aux scientifiques mais pouvant parfaitement convenir à d’autres utilisateurs : TeXMacs. Il s’inspire de l’éditeur eMacs et de LaTeX, dont il a les polices de caractères, mais a son propre « moteur » indépendant de LaTeX… et il est 100% WYSIWYG. Il ne m’a pas convaincu par rapport à LaTeX, mais il est quand même de qualité tellement supérieure à Word (seul autre traitement de texte WYSIWYG que je connaisse) que je ne peux que le recommander comme solution de substitution à LaTeX, pour ceux qui sont définitivement rebutés par les lignes de code.

Je me suis demandé si je n’allais pas me dévouer pour en faire un test sur Cuk (si Cuk était d’accord, bien sûr) mais je ne le maîtrise pas à fond, loin de là, et puis surtout certains seront rebutés par le fait qu’il tourne sous X11 et s’installe grâce à Fink (je vois François qui grimace, là ;-). Pourtant, je pense qu’il mérite un détour. D’autant qu’il est gratuit et libre ! Pour ceux qui sont intéressés, voici le site officiel.

Franck

43)
François Cuneo
, le 26.11.2004 à 17:40
[modifier]

a cause des défauts de la version 1.0 j’ai acheté mellel. j’aimerais bien avoir des avis de personnes ayant utilisé les deux logiciels. lequel a votre preference et pourquoi ?
Editer

Eric, j’ai aussi Mellel, mais ce logiciel, très puissant, a un grand défaut: il me fout le bourdon.

Franchement, il est triste à mourir. Et compliqué en plus. Le nouveau Nisus est tellement plus joli! Et au niveau puissance, ça vient!

44)
Anne Cuneo
, le 26.11.2004 à 22:32
[modifier]

Eric, moi aussi j’ai également acheté Mellel. Mais je ne peux qu’abonder dans le sens de François. Il est triste, plus compliqué que Nisus, et depuis Nisus 2.1 la différence est devenue tellement minime au niveau de la performance que je préfère Nisus qui, en plus, est joli et gai

Frank
OK Frank, laTex est mieux pour les scientifiques, je t’assure qu’on avait bien compris… ;-)
Mais les traitements de texte WYSIWYG, il y en a pas mal. Mariner par exemple, que je trouve assez sympa, AppleWorks bien sûr, TextEdit+ (à ne pas confondre avec le TextEdit qui vient avec chaque Mac), et puis Nisus, tout de même, et Mellel.
Je suis allée voir TexMacs. On ne peut pas comparer. Nisus est un traitement de texte pour des gens qui produisent du texte. Latex ou TexMacs, c’est une autre catégorie, pour d’autres besoins – avec Nisus 1.1 (beaucoup moins puissant que maintenant) j’ai écrit un livre entier, avec têtes de chapitre, pagination prête pour l’édition et tout le tointoin. Avec la version 2.1 on peut faire ça encore mieux. En comparant des choses qu’on ne peut pas vraiment comparer, je trouve qu’on crée la confusion.
Je sais que je POURRAIS écrire du texte avec latex et TexMac. Mais quand j’écris, j’ai envie de me concentrer sur le contenu, et non sur le problème de comment entrer le texte.
Pour un scientifique, c’est différent. Il a d’autres besoins, il emploie un autre programme. Nisus (ou Mellel, ou Mariner etc.) c’est, comme ils disent “for the rest of us”. C’est pour ça qu’on a un Mac. Pour se prendre la tête le moins possible.

Anne

45)
Anne Cuneo
, le 26.11.2004 à 22:35
[modifier]

Pour ceux qui auraient envie d’acheter Nisus après l’avoir essayé, Nisus offre aux lecteurs Cuk un rabais: 49$ au lieu de 59$. M’écrire un mail svp.

Anne

46)
Anne Cuneo
, le 26.11.2004 à 22:38
[modifier]

Nicolas Mirkovic
J’ai fait un essai avec les en-têtes et pieds de page, et j’arrive à la même conclusion que toi. Ils deviennent invisibles, mais ils sont toujours là. Si tu sais l’anglais, même approximativement, tu pourrais poser la question toi-même à Nisus (support@nisus.com). Je vais la poser également de mon côté, il faut croire que la dernière fois, je n’ai pas été assez claire. On se donne des nouvelles.

Anne

47)
Franck_Pastor
, le 26.11.2004 à 22:53
[modifier]

Anne, je savais bien qu’il existait des tas de traitements de textes WYSIWYG, je voulais simplement dire que Word était le seul que j’aie utilisé moi-même intensivement, avant de le jeter aux orties pour le remplacer par ce que tu sais.

Je sais que je POURRAIS écrire du texte avec latex et TexMac. Mais quand j’écris, j’ai envie de me concentrer sur le contenu, et non sur le problème de comment entrer le texte.

Je ne pouvais pas laisser passer cette affirmation sans réagir du plus profond de ma fierté piquée au vif :-) Adonc, je conseille la lecture de cet article :

http://ricardo.ecn.wfu.edu/%7Ecottrell/wp/wp-fr.pdf

Ne pas s’arrêter au titre, assez provocateur ! :-) Le contenu de l’article reprend et contre ton argument, Anne, c’est pourquoi je l’ai mis ici.

Mais c’est pas tout ça, j’oublie l’essentiel : bon week-end à tous !

48)
AleX54
, le 28.11.2004 à 16:24
[modifier]

Et les index et autres tables des matières ?
Y en a pas ou j’ai mal lu ?


Cordialement

49)
madmojito
, le 02.12.2004 à 14:56
[modifier]

Bonjour,

Je n’ai pas l’impression qu’il y ait de fonction permettant de créer une table des matières… Est-ce que je me trompe ?

Par ailleurs l’absence d’aide en français n’est pas très pratique, (surtout quand les menus sont bien en français !).

Cela étant, ce logiciel a l’air très simple d’utilisation et bien meilleur que Word !

Merci de votre excellent article.

50)
Anne Cuneo
, le 03.12.2004 à 20:21
[modifier]

Les tables des matières sont prévues, et seront présentes, ainsi que les index, d’ici quelques mises à jour. Les mises à jour sont fréquentes, il va y en avoir une tout soudainl, par ex., 15 jours après la précédente. Je trouve aussi que tout compte fait, pour du texte et des tableaux c’est mieux que Word. Plus sûr aussi. Il sauvegarde à un rythme qu’on peut régler, et si on dit qu’on veut une sauvegarde toutes les minutes, on a une sauvegarde en continu. Moi, ça m’importe.

Anne

51)
emcé
, le 11.12.2004 à 11:10
[modifier]

Bonjour,

Comment faire planter NWE français en 20 secondes ?

1. Menu Présentation > Unités de la règle > Millimètres.
2. La règle n’apparaît pas ; le pointeur disparaît, quand on clique dans la zone de la règle au dessous de la barre d’outils.
3. Menu Présentation > Unités de la règle > Centimètres.
4. La roue tourne, puis NWE plante et quitte.
Et voilà
J’ai évidemment envoyé ce petit rapport à Nisus.
@ +

52)
François Cuneo
, le 11.12.2004 à 13:10
[modifier]

emcé, j’ai testé ton bug.

En version 2.1.1 (celle qui est sortie hier), le premier symptome est également présent (la règle disparaît, et le menu reste sélectionné dans la barre).
Par contre, je reviens en cm et tout rentre dans l’ordre. N’empêche, bug il y a.
Merci de l’avoir signalé aux développeurs.

53)
didierle
, le 08.02.2005 à 15:37
[modifier]

bonjour,

une question simple

comment et avec quel logiciel utiliser mail pour insérer les adresses dans le courrier ( à l’unité ou pour des petits envois en nombre )?

j’ai déjà une base de données sur filemaker mais elle me sert pour une activité seulement
j’aimerais aussi faire un export vers mail

merci
didierle