Profitez des offres Memoirevive.ch!
Fatigué, vraiment?

Bonjour à toutes et à tous,

Je dépanne ce mercredi un de mes collègues rédacteur qui était dans l'impossibilité de publier un article, pour de très bonnes raisons.

Pour vous dire franchement, la chose ne m'arrangeait pas, n'ayant pas d'article bouche-trou, et étant complètement sur les rotules depuis des semaines.

Le problème? Le stress dû à un travail très prenant avec de nombreuses situations difficiles à gérer, un déménagement assez… dense pour arriver dans une maison incroyable, mais qu'il faut entretenir et… meubler en déballant des centaines de cartons (plus de 200, comme je l'ai évoqué il y a peu), tout cela après une opération de la main qui bien évidemment se serait bien passée de transporter tout ce matériel lourd et qui me fait méchamment souffrir un peu en permanence, les enfants, les soucis du quotidien, et bien évidemment, par-dessus tout cela, cuk.ch.

Mais je me plains, je me plains, et pourtant, je suis un petit rigolo.

Justement, j'ai vécu une journée assez impressionnante lundi 2 mai avec 6 déménageurs (par moment 7) qui ont transbordé les 100 m3 de l'appartement 1 vers la maison 2.

5 camions remplis à ras bord.

Les gars, ils ont travaillé de 7h30 du matin à 17h30, en faisant une pause d'un peu moins d'une heure à midi.

Ils t'ont vidé cet endroit 1 en une matinée, et rempli l'endroit 2 le même après-midi.

Là où j'arrivais quant à moi à péniblement porter un carton, eux en prenaient un sur chaque épaule.

Tout cela avec le sourire, gentillesse, politesse et intelligence.

Parce que bon, c'est peut-être facile de faire un mur de cartons devant des armoires. Eux ont fait en sorte qu'on puisse toujours les atteindre, les ouvrir.

Moi, quand je transporte un truc un peu encombrant, il faut que je touche d'un côté, en haut ou en bas.

Eux transportent un flipper en descendant des escaliers à 2, chacun avec près de 50 kilos dans les mains (peut-être plus), en tournant des angles impossibles, j'étais là, pas une touchette, alors qu'il y avait un centimètre ou deux de chaque côté.

Incroyable.

Moi, je démonte un lit Ikea, il me faut une heure pour le faire, autant pour le remonter et il me reste des vis (je précise que bien évidemment, je n'avais plus le plan de ces lits doubles). Eux te font cela en 4e vitesse, et te le remontent aussi vite de l'autre côté.

Toi, tu te dis que bon, il te faudrait avec des copains trois jours pour faire ce déménagement, et puis une semaine pour te remettre.

Eux, ils le font en une journée, et ils remettent la chose le lendemain, et ainsi de suite 6 jours par semaine.

Et le dimanche, ils se retrouvent au foot dans l'équipe de l'entreprise.

Alors vous voyez, moi, avec mes petites fatigues, j'arrête de me plaindre, et je vous ponds vite fait un article de dépannage, avec le sourire!

16 commentaires
2)
Lutoblerone
, le 25.05.2016 à 06:51
[modifier]

Respect pour eux, mais aussi et surtout respect pour le Boss d’ici qui est aussi un peu chez nous grâce à lui…

3)
Zallag
, le 25.05.2016 à 06:58
[modifier]

Tu as raison, François, de parler des déménageurs avec admiration.

J’ai ressenti exactement les mêmes impressions les fois où notre famille a déménagé, et ma conclusion est claire : c’est un métier. La force n’est de loin pas l’essentiel. Un Monsieur Muscle ne fait pas d’office un bon déménageur.

Il faut dans ce boulot de l’organisation, des idées (jusqu’à passer des meubles par la fenêtre du rez-de-chaussée ou même du premier étage au collègue debout sur la déménageuse, qui le transmet plus bas à un autre).
Il faut une représentation spatiale des objets, des obstacles, au centimètre près. Dans les doigts, un sens de la position du centre de gravité de ce qu’on déplace. Une intuition tridimensionnelle.

Découvrir l’agencement de meubles artisanaux qui viennent du temps des grands-parents ? Eux ils y arrivent, ils te les démontent, te les remontent en te décrivant comment le menuisier et l’ébéniste les avaient conçus aussi intelligemment. Je ne les avais jamais bien observés avant.

Je me souviens, c’est il y a des décennies maintenant, comment nous avions aidé un copain à déménager. On était cinq ou six, des potes au début de la trentaine, et il y avait un piano à passer dans un escalier tournant, on était venus sans sangles larges, sans cordes solides, sans couvertures, on s’est placés trois en bas, trois en haut.

On a mis vingt minutes, on a râpé le piano contre le crépi, de la sciure tombait par terre, on a tordu une roulette, cassé une autre, fait des efforts dissymétriques de la pire manière, à faire hurler de terreur le premier ostéopathe venu, avec des efforts insensés pour empêcher l’instrument de glisser d’une marche à la suivante, puis encore à la suivante. Deux d’entre nous ont failli se faire enfoncer la cage thoracique, et tomber en arrière dans les escaliers. On était cinglés de vouloir faire ça nous-mêmes.

Déménageur, c’est un métier. « Des épaules de déménageur » voilà ce qu’on dit parfois. On en parle généralement sur un autre ton, après qu’on a eu soi-même à devoir déménager.

4)
ysengrain
, le 25.05.2016 à 07:02
[modifier]

Dans tous les domaines, on trouve des amateurs, amateurs amateurs, amateurs éclairés, amateurs experts … jamais des pro.
C’est dit

5)
J-C
, le 25.05.2016 à 07:30
[modifier]

Bonjour,

Je rajoute un vieux souvenir de mes débuts professionnels…

Nous avions du déménager un vieux coffre situé à l’étage, cet étage étant uniquement accessible par un escalier en colimaçon…

Deux déménageurs, pas spécialement des malabars, ont fait le travail en toute délicatesse, munis seulement de deux énormes sangles en cuir..

Très impressionnant !

6)
Pom
, le 25.05.2016 à 09:03
[modifier]

Bonjour

un autre souvenir de déménagement:
– un piano à queue modèle C (juste avant le modèle de concert) (poids catalogue environ 400 Kg !)
– 2 étages avec des ascenseurs trop petits, des escaliers larges mais des étages hauts (3.5-4 mètres au plafond)
– des sangles
– 2 déménageurs qui portent avec les sangles en bandoulière ce piano à queue jusqu’en haut, par petits pas lents mais décidés …
– et le respect et la délicatesse pour l’instrument.

Depuis ce moment, j’ai un grand respect pour ces messieurs !

7)
djtrance
, le 25.05.2016 à 10:29
[modifier]

Que vois-je!?! 2 Haupen Barre en un mois!?! De quoi finir schlouk!

J’ai eu fait « déménageur », quelques jours pour dépanner, ben purée :) Mais bon, c’est un travail, comme un autre… Il est difficile physiquement comme d’autres pourraient l’être mentalement!

Ca me fait rappeler ce qu’il a fallu faire pour déplacer les 1.2 tonne de ma table de snooker (5 ardoises de 200 kg chacune + 200 kg pour la partie bois)… :) Un vrai bonheur!

9)
ToTheEnd
, le 25.05.2016 à 13:22
[modifier]

Lors de mes déménagements, j’ai toujours fait appel à des pros et en particulier quand il a fallu changer de pays… rien que la paperasse à remplir, c’est insupportable. Ceci dit, ce que ces déménagements m’ont appris, c’est qu’on garde trop de trucs… mais ça on n’en a déjà parlé.

T

10)
Marcelpahud
, le 25.05.2016 à 15:11
[modifier]

Tellement d’accord avec tout ça !

On a déménagé il y a quelques mois et là aussi, tout a été fait en une journée malgré le piano à queue, les armoires, le lit, le canapé j’en passe et des meilleures à amener au 2ème étage sans ascenseur :-)

Ces gars méritent le respect et en plus les nôtres ont fait ça en rigolant toute la journée !

12)
ToTheEnd
, le 25.05.2016 à 18:38
[modifier]

En même temps, s’il n’y a plus de carburant, les gens arrêteront de déménager…

Quoi?

T

13)
rdp10
, le 25.05.2016 à 19:21
[modifier]

S’il n’y avait que les déménageurs…

Avez-vous vu les petits marins pêcheurs ? Beaucoup d’entre eux travaillent très longtemps, dans des conditions souvent difficiles, pour rapporter de bons produits dont les cours s’effondrent à cause de la pêche industrielle.

Avez-vous vu certains chauffeurs routiers ? Qui roulent harassés durant des heures et des heures au mépris de toute sécurité, qui ne sont pas revenus chez eux depuis des semaines, travaillant 7 jours sur sept et sous contrats établis selon le droit d’anciens pays de l’est ,qui ne leur donnent que le droit de subir et se taire.

Avez-vous vu ces petits paysans éleveurs, s’attachant à transformer en excellents fromages le lait de leurs animaux qui pâturent et vivent des produits de la ferme sur des terres jamais polluées ? Ils travaillent entre 9 et 13 heures par jour, 365 jours par an. Enfin, pas tout à fait : J’en ai connu qui parvenaient à « s’évader » de leur ferme 4 ou 5 jours tous les ans ou tous les deux ans. Leur revenu n’atteint généralement pas l’équivalent du salaire minimum grâce aux élevages super indutriels et aux « filières » tout aussi industrielles qui tirent les prix au plus bas.

J’en oublie sans doute énormément de ces gens qui, malgré cela, et comme les déménageurs de François (j’ai aussi admiré leurs compétences lors de mes nombreux déménagements), affichent généralement sourire et courtoisie.

R.

16)
Crunch Crunch
, le 28.05.2016 à 22:16
[modifier]

Ha les déménagements !
Petite question François. C’est quoi le nom de l’entreprise, qui déménage si bien ? ça peut toujours servir ;-)

Merci du conseil, et encore un immense bravo pour ce site que je lis depuis bien longtemps :-D