Profitez des offres Memoirevive.ch!
Le Petit ProLexis 2: un très bon correcteur devient aussi ludique

"La version 2 du Petit ProLexis est un produit totalement repensé qui ne vise plus seulement le marché de la correction personnelle, mais qui veut séduire toute la famille par de multiples facettes axées autour de la langue française.

Dans la version 1, l’activité principale du logiciel était la correction de texte.

Dans la version 2, bien que ce volet n’ait pas été négligé par ses créateurs, il n’en est plus qu’une des activités permises.

Ce nouveau produit se veut un produit ludique et d’éveil autour de la langue française. "

C'est ainsi que commence le document que Diagonal, l'éditeur des produits ProLexis et Myriade, a remis à la presse ces jours derniers, pour présenter son petit dernier: Le Petit ProLexis 2.

Vous le savez si vous nous lisez depuis le début, je suis un adepte des correcteurs orthographiques qui s'intéressent non seulement à l'orthographe d'usage, comme le fait par exemple le dictionnaire intégré aux services de MacOSX, mais aussi et surtout à la grammaire.

J'utilise personnellement tous les jours Le Grand ProLexis (testé ici en version 4.1, mais nous en sommes à la 4.6) avec DreamWeaver, pour corriger mes articles (le correcteur de Diagonal est le seul à ce jour à pouvoir corriger un programme d'édition HTML), et lorsque j'écris une lettre je me fais seconder la plupart du temps par le même programme, et par Antidote Prisme (testé ici), qui lui est parfaitement complémentaire.

Je connais bien ces programmes, leurs qualités mais aussi leurs limites. Pour l'instant, même s'ils progressent régulièrement, même s'ils représentent une aide efficace à la rédaction, ils ne peuvent toujours pas assurer une orthographe correcte, automatiquement. L'humain doit pour l'instant être encore capable de réfléchir pour savoir si la correction proposée est justifiée ou non.

Qui a dit "c'est encore heureux"?

Le Petit ProLexis 2: une approche différente de l'aide à la rédaction

J'ai eu l'autre jour l'occasion de m'entretenir longuement avec Roger Rainero, le programmeur génial qui est à la base de ProLexis. Sa conception du dictionnaire est engagée: Roger a envie non seulement de corriger des textes de la manière la plus précise possible, mais aussi d'attirer toute une catégorie de gens vers un dictionnaire, et de jouer avec les mots et par là même trouver du plaisir à les écrire correctement.

Nous verrons plus loin que le dictionnaire du Petit ProLexis 2 est moins détaillé, au niveau de ses définitions, que son grand frère Myriade ou qu'Antidote. Pourtant, il n'en est pas moins efficace en réalité, dans la vie de tous les jours.

Parce que lorsque nous écrivons, ou lorsque nous lisons, nous cherchons une définition. Avons-nous vraiment besoin de cinquante lignes d'explications? La plupart du temps non. Le Petit ProLexis 2 vous mène directement à l'essentiel, et vous explique le mot par une définition courte et par quelques synonymes, souvent bien plus parlants. Comment expliquez-vous un mot à un enfant vous? En employant un synonyme, la plupart du temps. Je me trompe?

Je ne veux pas dire par là que des dictionnaires comme Myriade, (voir test) ou Le Petit Robert électronique (testé ici) ou encore Antidote (testé ) et même Le Grand Robert, malgré le fait qu'il n'a pas été porté sur OSX, et dont Anne Cuneo a dit tout le bien qu'elle pensait ici, ne sont pas utiles, au contraire. Personnellement, j'adore les avoir comme outils de référence. Mais dans la pratique, plus vite je trouve ce que je cherche, mieux je me porte, moi qui suis plutôt lent à la détente...

Le Petit ProLexis 2: le correcteur

Vous me connaissez, on ne me la fait pas. Bien joli de me parler de jeux, du côté ludique d'un produit dans une plaquette de présentation, mais il faut malgré tout que le correcteur orthographique que j'utilise soit à la hauteur de mes erreurs parfois grosses comme une maison.

En ce qui concerne le Petit ProLexis, pas trop de soucis à se faire: en effet, ce dernier utilise le même moteur de correction que son grand frère tout juste sorti en version 4.6. Il est donc très bon, rapide, et ergonomique.

Il s'intègre, sous OSX, parfaitement avec

  • Word (X et cette daube de 2004)
  • Mail
  • AppleWorks
  • Entourage

Que ce soit depuis le dock ou la barre de menus

et même via un menu contextuel

Vous pourrez ainsi lancer la correction à tout instant.

Mais vous pouvez également l'utiliser dans la plupart des applications qui supportent les services, toujours via la barre des menus, le dock, ou les menus contextuels (Nisus Express 2 pose un problème au niveau de cette solution, et plante ProLexis, petit ou grand: passage par le menu obligatoire en ce cas). Il faut simplement que le logiciel hôte accepte les formats .rtf du presse-papiers, et ainsi, même les styles seront parfaitement conservés. Une application qui ne fonctionne pas? GoLive ou DreamWeaver par exemple. En ce qui concerne cette dernière, vous devrez vous rabattre sur le Grand ProLexis.

La façon de travailler de ProLexis diffère parfois un peu d'un programme à l'autre, ce qui peut être déconcertant. Ainsi, si vous sélectionnez du texte dans une application qui n'est pas hôte "officielle" de ProLexis, via la barre ou le dock, vous devrez au préalable avoir copié le texte dans le presse-papiers. Si vous passez par la commande de menu contextuel, vous pourrez directement corriger la sélection sans l'avoir copiée dans le presse-papiers. Tout cela dépend de l'ouverture du logiciel cible. ProLexis peut plus ou moins entrer en connexion avec eux.

Néanmoins, après avoir terminé son travail, pour tous les logiciels non officiellement reconnus, ProLexis vous propose le choix suivant:

Il ne vous reste plus alors qu'à cliquer sur "OK". Vous revenez automatiquement à l'endroit de votre sélection dans le programme de départ (il se peut que vous deviez cliquer juste une fois sur la fenêtre du document pour la rendre active), et vous faites simplement un "Commande-v" pour coller le texte. Le tour est joué, tous les attributs sont sauvés.

Bref, au niveau ergonomie d'appel de la correction et de report de cette dernière dans votre document, tout est pour le mieux. Il ne vous reste qu'à trouver votre méthode préférée pour les applications que vous utilisez le plus souvent.

Mais que se passe-t-il entre l'appel de ProLexis et le report de sa correction dans votre document, hein? Je suis sûr que vous vous posez la question.

Et bien je vais vous le dire.  Sinon, je sers à quoi, moi?

Lorsque vous appelez le Petit ProLexis vous obtenez cela si vous avez opté pour l'alu brossé et que vous venez de Word:

ou cela si vous êtes allergique à ce côté métallique:

Comme vous le remarquez, l'intégration est tout simplement parfaite. Les scrollings dans la fenêtre de correction sont reportés automatiquement dans celle du document, c'est beau.

Si vous venez de Mail, d'AppleWorks, d'Entourage, ou encore d'une autre application supportant les services mais pas "officiellement" hôte, vous obtenez une fenêtre séparée, bien réalisée également mais peut-être moins "proche du terrain".

Quelle que soit la disposition de la fenêtre prosposée, vous vous trouvez toujours face à une double interface qui vous permet d'agir sur la correction. Première possibilité, on pilote l'avance dans le document à l'aide de boutons.

On clique sur le bon mot dans la liste des propositions, et on clique sur le bouton corriger, ou corriger ...x fois (le x est remplacé par le nombre de fois où l'erreur est repérée). Vous pouvez de même ignorer une erreur qui n'en est pas une, ou ajouter le mot à votre dictionnaire personnel en cliquant sur "Apprendre".

Les boutons de type magnétoscope permettent de passer d'une faute à l'autre. Si le document est très long, il est divisé en plusieurs segments. En ce cas, les boutons "avance" et "recul" rapides permettent de passer d'un segment à l'autre. On voit où l'on en est dans par rapport au total des sections à l'aide du thermomètre bleu. Le nombre de fautes (ici 1/24) indique toujours après la barre de fraction le nombre total d'erreurs détectées dans la section. Je répète que tant la deuxième interface de correction (dans tous les programmes) que le document lui-même (dans Word seulement) suivent vos clics sur les différents boutons.

Les petits boutons de la ligne du bas permettent

  • d'atteindre les préférences
  • de régler la ponctuation (signalement et (ou) correction automatique)
  • d'atteindre les dictionnaires spéciaux:
    • personnel
    • assistant (voir plus bas)
    • mots ignorés
  • et finalement le dictionnaire principal que je vais présenter plus bas.

Si cette première manière de corriger est efficace, nombreux seront ceux qui préféreront corriger directement "dans le texte". Voici comment se présente cette deuxième méthode:

Les erreurs sont marquées:

  • en vert pour montrer les problèmes grammaticaux
  • en rouge pour signaler les mots inconnus (souvent les fautes d'usage) ou les répétitions
  • en bleu pour indiquer anomalies typographiques

Cliquons sur la première erreur, automatiquement expliquée dans une tooltip. Nous voyons immédiatement les choix suivants.

Dans le cas qui nous intéresse, c'est bien évidemment sur "nouveaux" qu'il faut cliquer. Mais on pourrait également imaginer que c'est bien au singulier qu'on désire avoir le groupe nominal. Dans ce cas, on clique sur "Autre possibilité d'erreur" et l'on obtient ceci:

Acceptons "ce" pour rigoler. Nous obtenons:

Acceptons "habitant". Il devrait encore y avoir un petit "nouveau" à modifier en "nouvel". Voyons si notre correcteur voit le problème:

Et bien oui! Pas mal n'est-ce pas?

Bon, en ce qui concerne la rapidité, ProLexis nous a habitués à de l'excellence, 50'000 mots à la seconde sur un G3 à 500 MHz, alors qu'est-ce que ça doit être sur un G5! Pour le Petit ProLexis, Diagonal donne 10 pages corrigées en une seconde! J'ai vérifié: la correction d'un document Word de 6 pages prend en effet à peine plus d'une seconde, ouverture de la fenêtre comprise. Impressionnant, même si l'on ne voit de toute manière pas immédiatement toutes les sections du document (il faut utiliser les boutons de type magnétoscope pour passer de l'une à l'autre) contrairement au grand ProLexis qui affiche toutes les erreurs d'un coup dans une liste.

Bref, au niveau rapidité, c'est grandiose. Et au niveau qualité? Le Petit ProLexis utilise le même moteur et les mêmes algorithmes de correction que Le Grand ProLexis dont tout le monde, y compris ma petite personne, vante les mérites.

Pas de raison que ça change. Et ça ne change pas.

Les performances du correcteur

Reprenons le premier test de type "démo qui en fiche plein la vue et qui montre les capacités techniques du logiciel" que je fais passer à chaque fois que j'écris un article à propos de mes correcteurs, au fil de leurs mises à jour. Les phrases comportent au total 26 fautes en tout, à moins que j'en aie oublié:

Pour moi, une erreur signalée est une erreur corrigée au final. En effet, l'important est surtout d'attirer l'attention sur les problèmes, même si leur apporter une solution fiable est bien entendu encore préférable.

Les enfants de ces nouveau habitants du quartier ramène tout les jours des amis.
Deux fautes corrigées, mais tout les jours des amis reste erroné, ce qui est à mon avis assez incompréhensible. En fait, ProLexis pense qu'il s'agit du COD (suite du verbe non prépositionnelle pour les jeunes suisses) "tout". Ce serait admissible si cela avait un sens. Pour moi, c'est évident, faute il reste.

Je chercherais demain les feuille que j'ai oublié a la maison.
Le "chercherais" n'est pas corrigé, le reste oui.

Après que tu sois venu, j'ai nettoyer la maison que tu avais visiter.
Phrase entièrement corrigée.

Si j'aurais su, ne ne serais pas venu!
Une erreur corrigée, une erreur signalée (doublement de ne), sans proposition. Au final, la phrase est correcte.

Ma mer m'attends demain et j'irai la retrouvé avec plaisir.
Tout est corrigé sauf "mer". Le logiciel ne peut pas deviner que je ne parle pas de la Méditerrannée, mais devrait tout au moins me signaler ce risque d'erreur. Une faute donc n'est pas corrigée ici.

Ce mécanicien et cette hôtesse chante dans ce groupe de chanson anciennes.
Chante est bien corrigé en chantent, mais le programme me propose d'accorder "anciennes" en "ancienne", alors que je préférerais mettre un s à "chanson". Faute signalée, donc considérée comme corrigée.

Ces machines ont été créer par Apple et elles leurs plaisent, à tout ces fanatique.
Toutes les fautes sont parfaitement corrigées. (Il a fallu demander un "Autre possibilité d'erreur" lorsque le programme me proposait d'accorder "ces" en "ce". Tout le reste s'est décanté ensuite tout seul.

Travailler c'est trop dur, et volé c'est pas beaux.
Ici, très étrangement, le programme me propose "Travailler c'est trop dur, et volé ce n'est pas beau ou bel."  Si l'on peut comprendre le fait que "volé" puisse être correct, même si ici c'est vraiment l'infinitif qu'on attend, le "beau ou bel" est tout de même un peu étonnant. Notez que je peux considérer la faute comme signalée.

Ce camion et cette voiture sont belles.
No problemo, c'est corrigé.

Un homme qui se dit tranquille et une moto très rapide fait un couple qui ne sont pas trop dangereux.
Tout est corrigé.

Restent donc encore 3 fautes. J'ai passé le même test dans le grand ProLexis, et j'ai obtenu exactement les mêmes résultats.

Et à remarquer qu'Antidote Prisme ne laisse lui qu'une seule faute dans le même test (le "chercherais")!

Deuxième test: le texte long sans faute

Corriger le genre de phrases montrées ci-dessus est une chose, être efficace sur de longs textes en est une autre. Sur ce point, le Grand ProLexis, dépasse d'une bonne tête la concurrence. Qu'en est-t-il du petit?

J'ai choisi, comme d'habitude, un texte sans aucune erreur de 15 329 signes tiré d'un article de l'Encyclopaedia Universalis, afin de tester la capaciter du logiciel à ne pas faire de fausses détections, largement aussi ennuyeuses et pénalisantes que les erreurs non signalées. Pendant des années, la concurrence de ProLexis en faisait beaucoup trop.

Et bien, le Petit fait tout aussi bien que le Grand ProLexis: il crée (comme il y a deux ans) 5 fausses détections, ce qui n'est vraiment pas grand chose, je peux vous l'assurer. Ce sont des mots comme téthysienne, péripacifique, médio-océanique et silicatées qui ne sont pas connus du dictionnaire intégré.

Ah j'oubliais: ici, le correcteur effectue son travail en moins de trois secondes, et le balayage des sections par nos soins est fait très rapidement.

À comparer aux presque deux minutes nécessaires à Antidote pour arriver au même résultat, avec des soulignements un peu partout. Certes, le temps qu'Antidote prend pour corriger n'est pas si pénalisant que cela puisque l'on peut très bien commencer à vérifier la correction pendant qu'il la termine. Mais Antidote veut souvent trop en faire, et souligne un peu partout des choses qui sont peut-être des gênes à l'efficacité et à la concentration. Néanmoins, je l'ai écrit lorsque je l'ai testé, Antidote Prisme (v3) est un réel progrès par rapport aux anciennes versions.

Il n'empêche. Dans les textes longs, ProLexis, petit ou grand, reste supérieur à Antidote. Dans les textes courts (lettres, circulaires), les deux sont parfaitement complémentaires et aucun des deux ne surclasse l'autre. J'attends d'ailleurs que le Petit ProLexis, comme le Grand, sachent vérifier la cohérence des dates. Si j'écris "samedi 17 septembre 2004" Antidote me signalera qu'il y a une erreur. En effet, le 17 était un vendredi. ProLexis ne le fait pas.

Troisième test: le texte long avec fautes

Pour ce troisième test, comme d'habitude, j'ai repris le même texte que pour le test 2, mais je lui ai rajouté 15 fautes.

3 seulement ne sont pas trouvées par le Petit ProLexis, et encore une fois, le texte n'est pas simple. Il y a de quoi se perdre.

Ces deux derniers tests nous prouvent que Le Petit ProLexis n'est pas qu'un gadget, mais qu'il est efficace et rend réellement service en situation réelle.

Un assistant vous observe

Pour être le plus complet possible par rapport au domaine de la correction du Petit ProLexis 2, je dois encore vous dire deux mots sur l'assistant. Ce dernier va vous observer, et vous proposer par exemple d'apprendre un mot, si vous l'utilisez très souvent, qu'il n'est pas connu du dictionnaire, et que par conséquent, vous ne l'avez pas encore appris à ce dernier.

Bon, très mauvais point pour Diagonal: l'éditeur n'a pas introduit "cuk" dans son dictionnaire. Impardonnable!

Le Petit ProLexis, le dictionnaire de référence et des synonymes

Lorsque j'ai testé le Petit ProLexis pour la première fois, j'ai été un peu déçu par le contenu des définitions que je trouvais un peu "léger", cela malgré le côté très complet qu'a son lexique de 80 000 mots (560 000 flexions).

Comme je l'ai écrit en introduction de l'article, cette concision est en fait un choix absolument délibéré de l'éditeur. Faire court pour aller véritablement à l'essentiel, à l'efficace.

À l'usage, je dois dire que je ne suis pas loin de partager la vision de Diagonal. En effet, j'ai souvent besoin d'un dictionnaire pour vérifier l'orthographe, ou pour savoir très rapidement le sens d'un mot. Le reste, dans le cadre de mon travail, m'est relativement égal. Et puis, une interface où l'on voit d'un coup à la fois la liste des mots proches, les synonymes, l'explication grammaticale, je trouve cela très pratique.

Prenons le mot "insigne" comme adjectif dans le cadre de "la bêtise de ce roi est insigne". Que signifie ce mot? ProLexis vous l'explique en un clin d'œil, à l'aide d'une définition hyper courte ("Remarquable entre tous") et de trois synonymes ("éminent", "remarquable", "éclatant"). C'est court, c'est précis, et l'on sait immédiatement de quoi il en retourne.

Cela dit, mettre le mot dans son contexte par un petit exemple ne serait pas de trop (comme le propose Myriade, le dictionnaire du Grand ProLexis, ou Antidote)

Notez que le mot, puisqu'il s'agit d'un adjectif, est décliné dans ses quatre formes, et que le logiciel nous propose le mot au milieu d'une liste alphabétique, comme le fait le Grand Robert ou Ultralingua, contrairement à Antidote qui lui ne nous laisse pas nous promener dans les mots, comme nous pourrions le faire sur un dictionnaire "papier".

Pour en revenir à "insigne" notez que j'aurais pu chercher "incigne" ou même "incygne" et ProLexis m'aurait immédiatement amené à la bonne orthographe. De même, "émer" m'amène automatiquement à "aimer", "foto" à "photo", "chevo" à "chevaux" grâce à la grande qualité du moteur d'analyse morphologique et phonétique.

Antidote en possède également un et se comporte de la même manière avec "incygne" et "foto", mais ne retrouve ni "aimer" ni "chevaux" si l'on tape "émer" et "chevo".

Et puis, à ce niveau, l'interface est assez géniale, il faut tout de même le montrer. À la recherche de "chevo" par exemple, voici la fenêtre d'alerte que nous obtenons:

Observez les trois colonnes: "Proximité morphologique", "Proximité phonétique", et "Mots commençant par...". C'est ergonomique, on a tout sous la main en un clin d'œil. Bravo.

Au niveau des synonymes, nous ne retrouvons pas l'intelligence de Myriade, du même éditeur. Pour expliquer ce que j'entends par intelligence, prenons un exemple: si j'écris:

"Cet homme tape son Dell.", et que je cherche un synonyme, Myriade sélectionne automatiquement le verbe taper et me propose de remplacer "tape" par

Si j'écris "Je fais une petite tape amicale à mon PowerBook.", Myriade va directement au nom féminin.

De même, si le synonyme proposé est masculin alors que ce que l'on avait écrit dans le texte était masculin, Myriade va changer automatiquement le déterminant et l'adjectif si nécessaire ("cette petite évolution" va devenir "ce petit progrès").

Et bien ça, Le Petit Pro Lexis ne sais pas le faire. Notez que vous pourrez toujours acheter un ou des modules de Myriade comme dictionnaires supplémentaires à ProLexis.

Cela dit, le module des synonymes du Petit Pro Lexis 2 est tout à fait performant au niveau de ses propositions.

Comme tout programme qui se respecte à notre époque au niveau des outils d'aide à la rédaction, Diagonal nous propose dans cette mouture un très bon conjugueur de tous les verbes à tous les temps. Très souvent pratique, bien sûr.

Remarquez la petite icône colorée en haut à gauche:
elle permet de faire passer le tiroir de conjugaison de gauche à droite et inversement.
On voit l'ombre du tiroir glisser en dessous de la fenêtre principale: un détail mais j'adore!

Une recherche avancée qui nous amène au côté ludique du logiciel

Une fois la fenêtre du dictionnaire affichée, on peut se lancer dans ce que le dictionnaire appelle "la recherche avancée".

Tout cela peut être fort utile dans le cas de référence d'un jeu de lettres. Dommage qu'au vu des capacités phonétiques du Petit ProLexis 2, le programme n'intègre pas une recherche sur les sons, ce qui nous donnerait en plus un dictionnaire de rimes.

Mais si cette recherche permet de tout faire ou presque au niveau des lettres dans un jeu, il se trouve que Diagonal nous offre en plus des aides toutes faites pour certains grands musts, commerciaux ou non. Je m'en vais les parcourir ci-dessous:

mots croisés

Anagramme. La solution?? Eh oui, il y en a une!

Un indice? Cliquons sur le bouton qui nous le propose:

Si vous ne trouvez pas, elle est ici, la solution!

 

Nous trouvons également une assistance bien vue pour Composio®.

Notez que je n'ai strictement rien compris à ce jeu, avec lequel on peut jouer
sur TFI.com (toujours ce cerveau un peu trop limité, comme dit Mme Cuk)
Je sais seulement que beaucoup adorent... et que ProLexis peut bigrement nous aider.

Les explications sont ici.

Les grilles magiques...

... où il s'agit de créer des mots de 4 à 6 lettres (ou plus si entente), en passant d'une case à l'autre, dans tous les sens, en ayant le droit de repasser sur les cases. Dingue, j'ai compris! Une option "Boggle®" pour nous aider à jouer au jeu édité par Parker est également disponible.

Vous pouvez également jouer au "Jeu le plus long", soit en faisant choisir par ProLexis les lettres voyelles ou consonnes, soit en entrant les lettres qui sont jouées en direct dans le jeu télévisé. Comme toujours, des indices vous sont donnés si vous le désirez, et surtout, si vous préférez ne pas avoir LA solution tout de suite.

Et la solution est? Mais oui, cloutera, mais il m'a fallu 4 indices tout de même.

Enfin, une assistance au jeu de Scrable® est de la partie, mais avec un seul ancrage.

Vous avez trouvé? Moi pas. Allez, je clique sur "Solutions"
Ah ben oui, "Impact". Je ne suis vraiment pas bon...

Voilà! Nous avons fait le tour des jeux. Notez que comme tout ce qui est programmé par Diagonal, ces assistances, ou même ces entraînements à certaines activités ludiques (hé hé, je ne trouvais pas de synonyme à "jeu", j'ai cherché dans ProLexis!) sont fort bien réalisés, et de manière intelligente. J'adore l'apport des indices!

Un précis de grammaire en prime

Avant de conclure, il me faut encore parler du précis de grammaire ajouté dans le pack, comme dans toute bonne aide à la rédaction qui se respecte. Toujours disponible lui aussi par la barre de menus ou par le dock, il nous sera utile dans des cas désespérés.

Là également, les choses sont bien faites. On trouve immédiatement ce que l'on cherche:

Les résultats obtenus sont complets et parfaitement clairs:

 

Comment ça, vous n'arrivez pas à lire? Mais cliquez donc sur la vignette!

En conclusion

Le Petit ProLexis 2 est une aide à la rédaction bien pensée, pour MacOX mais aussi pour OS 9 (c'est quoi ça déjà?), et cela pour moins de 90 €.

Clair et efficace au niveau de la correction, le dictionnaire sait allier concision et précision au niveau de la référence et de la synonymie, en apportant ce que les autres  n'offrent pas: le plaisir du jeu.

Cette optique est très prisée de la nouvelle pédagogie, qui veut apprendre en jouant. Ici, le résultat semble être très convaincant.

Vous pouvez vous en rendre compte par vous-même, en essayant gratuitement pendant quinze jours le Petit ProLexis 2, après l'avoir téléchargé ici.

9 commentaires
1)
coacoa
, le 22.09.2004 à 10:02
[modifier]

Quasi convaincu à la lecture de l’article, je viens de le télécharger en démo, et je me réjouis !

2)
lyonelk
, le 23.09.2004 à 18:20
[modifier]

A noter que dans la version 1.5, la correction d’un texte dans Nisus, Mellel ou MarinerWrite fonctionne correctement. Cependant, si vous avez intégré un tableau ou des notes bas de pages, ceux-ci disparaissent au moment du transfert après la correction.

Qu’en est-il avec la version 2.0

Autrement, c’est vraiment un super logiciel. Très bien intégré avec Word.

3)
JcH
, le 26.09.2004 à 10:50
[modifier]

Aussitôt lu, aussitôt importé, sûrement payé avant 15 jours. MAIS ne s’intègre pas à Mozilla 1.2.1 (ultime version à l’usage de Mac OS 9.2.2, bien que quasi clone amélioré de Netscape 7.0.2)
***(Ntscp n’a pas de fenêtre assez grande pour lire l’intégralité de l’article petit prolexis… quand à l’excelentissime panégirique de Anne Cuneo au sujet de 922 et du gRRRand ROBERT; ntscp ne le montre même pas!!! en revanche; le pack francisation de ntscp est bien meilleur que celui de Mozz, et reste d’ailleurs attaché à mozz quand on a ouvert ntscp auparavant sous la même identité.)***
ALORS pour suggérer que Fançois Cuneo profite de la prochaine ambiance de chaleur communicative baignant un banquet bien mérité en l’honneur de Roger Rainero pour lui demander de faire quelque chose à l’intention des fidèles «  »attardés » » en 9.2.2. (*attardés* et satisfaits) qui rechignent à « softmicroniser » avec I.E.

Ces **attardés satisfaits** (en plus de tante Anne) voyent de moins en moins de choses venir….
et pourtant il en reste, (voire ci-dessous)
http://jhourdin.free.fr/

Merci d’avance à Roger Rainero, et à l’intercession de Fançois Cuneo.

Ps. Les scories qui subsisteraient dans mon texte seraient imputables à Roger Rainero en raison de sa négligeance à prévoir un adaptateur MOZILLA na!

C’est en sciant que Léonard de Vinci.

4)
François Cuneo
, le 26.09.2004 à 20:44
[modifier]

JcH, il ne faut pas rêver. Développer un adaptateur coûte cher, c’est du travail. Beaucoup de travail.
Or se mettre à une telle tâche pour un programme qui ne va plus être mis à jour, sur OS9, c’est tout bonnement impensable.
Je n’intercéderai donc pas, désolé! Cela dit, je sais que Roger nous lit, donc il te lit.:-)

5)
JcH
, le 27.09.2004 à 08:53
[modifier]

OK à François, je sais bien que je switcherai en grand X, et de toutes façons je dispose de netscape. Il y a aussi « RAG TIME » que je suis depuis la version 3, et que je préfère à AW (à l’attention de RR :-).
L’objet principal du commentaire reste de vous rendre hommage à tous deux (même trois, avec Anne.)
Best regards

6)
jacques
, le 10.10.2004 à 20:14
[modifier]

Oh, une faute dans l’article sur un correcteur. A qui la faute? Au correcteur ou à l’auteur qui n’a pas utilisé le correcteur?

Voici la phrase incriminée. J’ai bien vérifié qu’Antidote était d’accord avec moi.

« Et bien ça, Le Petit Pro Lexis ne sais pas le faire. »

jacques

7)
fckr
, le 13.10.2004 à 23:46
[modifier]

Suite à la lecture de l’article, téléchargement, essais et achat.
En plus, content !!!!!!!!

fckr

8)
M.G.
, le 20.10.2004 à 09:14
[modifier]

J’ai téléchargé Petit Prolexis 2 et Myriade le 10 octobre.

J’ai payé le 10 octobre. Reçu le même jour un message confirmant mon achat. J’ai reçu la facture et les cartes de garantie hier.

Une question : comment fait-on pour valider l’enregistrement ?

Merci de votre aide car je n’ai rien compris.

Marc, l’Africain

9)
Jonathan2
, le 23.01.2005 à 03:09
[modifier]

Marc il suffisait de lire ton mail de réception complètement : tu dois renvoyer le code de la carte et le n° de ta machine par mail. Tu recevra ensuite ton code d’activation.

Sinon, pour ma part j’utilise ce logiciel depuis trois jours : formidable d’efficacité et de pertinence !

C’est mon premier correcteur grammatical et je suis complètement bluffé devant la qualité de ce produit : toutes mes fautes « habituelles » sont corrigées, les remarques sur la syntaxe des pages sont toujours pertinentes.

Mon meilleur achat de ces derniers temps.

Les aventures d’un apprenti thésard…