Profitez des offres Memoirevive.ch!
Adoptez un gecko !

Chaque année, lorsque nous réintégrions notre maison italienne, nous devions effectuer un grand nettoyage: les araignées et, en général, les insectes de toutes sortes avaient pris possession des lieux.

Durant la belle saison, nous partagions notre habitation avec des êtres pas toujours très sympathiques; certains inoffensifs comme ceux-ci par exemple:

Scut2

Scutigère véloce (© thierry2478/flickr)

qui courent la nuit sur tous les murs (et c'est vrai qu'ils sont véloces!). Nous en rencontrions plusieurs toutes les nuits et ils poussaient l'affection jusqu'à venir nous grimper dessus lorsque nous dormions. D'autres, apparemment plus gênants mais tout aussi inoffensifs, se retrouvaient parfois dans nos chaussures:

scorpion

petit scorpion noir

ainsi qu'une légion d'araignées, de punaises sans parler des mouches et des moustiques.

Nous avions bien sûr adopté les rideaux conseillés par le boss mais la lutte semblait vaine.

Il y a trois ans, j'avais remarqué la présence de geckos dans certaines ruines situées dans le fond de la vallée.

Geckos toscans

Geckos toscans (2013)

Il y a deux ans, on en trouvait un peu plus haut sur les collines... et l'année passée, ils ont commencé à apparaître chez nous (la maison est située à 350 mètres d'altitude).

Lors de mes voyages sous les tropiques, j'ai toujours considéré les geckos comme des compagnons agréables et diantrement utiles. Leur présence, dans ma chambre, était synonyme de sommeil tranquille puisqu'ils s'occupaient, à leur manière, d'éradiquer les nuisibles piqueurs...

A ce sujet, savez-vous que dans la première moitié du 20 ème siècle, on a importé des quantités de geckos à New-York pour combattre les cafards et ça a très bien fonctionné. Malheureusement, après quelques années, les pesticides et l'humidité en eut raison... et les cafards ont fini par gagner.

Heureusement, en Toscane, il ne fait pas trop humide et le résultat c'est la présence rassurante de ceux-ci:

G_4

sur la porte de la salle de bain

G_2

G_1

au dessus de la porte d'entrée

Gecko

dans l'escalier

Gecko

sur les murs extérieurs

Ce sont des Tarentes de Maurétanie dont l'aire de répartition est située sur les rives de la Méditerranée et qui, grâce aux modifications climatiques, deviennent communs autour de notre maison.

Ma seule angoisse, ce serait qu'encore une fois, nous ayons un autre visiteur sympathique comme celui qui nous a rendu visite la semaine passée et que nous avons retrouvé sur le ventilo de notre chambre (celui-là aussi, il doit aimer les geckos).

SB3_6973

Petit duc "scops"

Depuis que les geckos habitent chez nous, c'en est fini des sales bestioles. Quand j'arrive, à la fin de l'hiver, la maison est nette comme si nous venions de la quitter.

C'est pourquoi, si vous vivez dans des endroits dont les conditions climatiques leur sont favorables et si vous en rencontrez, je ne peux que vous donner ce conseil: "adoptez un gecko !"

Supplément:

Petit Duc "Scops"

Petit Duc "Scops"

Petit Duc "Scops" juvéniles

Petit Duc "Scops" juvéniles

SB3_6981

Petit Duc "Scops"

20 commentaires
1)
Franck Pastor
, le 16.05.2016 à 09:10
[modifier]

Les scutigères, je connaissais. Ils contribuent aussi à nous débarrasser des insectes nuisibles, d’ailleurs… mais bon sang, leur aspect m’a toujours fait frémir ! Toutes ces pattes ! :-0 Un gecko fait plus sympa en apparence, c’est sûr !

2)
Guillôme
, le 16.05.2016 à 10:02
[modifier]

L’adoption de Gecko est interdite car c’est une espèce protégée! Cet article est honteux au regard de l’acte illégal qu’il préconise.

Oui, tu vas me dire que c’est légal dans ton pays, la belle excuse! Que dirais-tu si je volais le sac à main de vieilles dames dans des supermarchés?

Merci de libérer immédiatement tous tes Gecko!
D’ailleurs, si un avocat nous lit et connait le droit international d’adoption des Gecko (au hasard François Charlet), merci de nous confirmer cette interdiction. Les autres, si vous n’êtes pas juristes et n’avaient pas un diplôme sur le droit des Gecko, vous n’êtes pas autorisés à poster un commentaire.

Je ne pensais pas un jour lire un tel article sur Cuk.ch, je suis déçu mais déçu!

Pour ceux qui s’interrogeraient sur ma santé mental, cela est une réaction humoristique au regard des commentaires qu’ont généré mon récent article ;) Merci pour ton article Guru, très sympa, surtout la mini chouette sur le ventilo! Tu es chanceux d’avoir ces superbes animaux dans ta demeure. Bon week-end de Pentecôte à tous ceux qui sont concernés!

3)
pter
, le 16.05.2016 à 10:18
[modifier]

Dans ma maison de Manille: 3 geckos. Un must. Première fois (il y a 20 ans) je voulais éradiqué une grosse bête qui faisait un raffut la nuit et qui courait sur le plafond de la véranda (ca émet un bruit assez fort) …et mon épouse (Philippines) m’a fait le topo sur le bienfait de la bébête…. Depuis, je les attends tout les soirs comme une part de mon clan.

4)
guru
, le 16.05.2016 à 10:26
[modifier]

@ Franck: avant que tu trouves un gecko à Bxl, la Flandre sera sous eau…

@ pter: Oh oui, en Asie ils sont très bruyants, ici, par contre, on ne les entend jamais…

@ guillôme: je vais donc laisser toutes mes portes ouvertes pour ne pas être taxé de capture de gecko. Mais c’est vrai que l’espèce est protégée et qu’on n’a pas le droit de les capturer… C’est pareil pour les couleuvres et, malheureusement, ici, les gens les tuent souvent.

6)
Tom25
, le 16.05.2016 à 11:56
[modifier]

Les Scutigères sont parmi les rares animaux qui me donnent des frissons quand je les vois. Et ce sont les seuls insectes que je tue quand j’en vois chez moi. Tous les autres je les attrapes vivants entre un verre et un papier cartonné pour les remettre dehors. Mais ceux-là vont beaucoup trop vite. De plus, je pensais que ça piquait de manière assez sévère, que c’était un genre de scolopendre, donc c’est faux semble t’il.

7)
grandegigue
, le 16.05.2016 à 12:09
[modifier]

Merci pour cet article très intéressant! Est-ce qu’on a le droit d’avoir les photos en plus grand, en particulier celle du petit duc qui est vraiment géniale?

9)
Gr@g
, le 16.05.2016 à 14:24
[modifier]

Je suis aussi preneur des images en plus grands!
Mais également d’un gecko parce que j’en ai marre de toutes ces bestioles qui rentrent dans ma maison! Seulement, je ne sais pas si la Broye conviendrait comme habitat!

10)
Jean Claude
, le 16.05.2016 à 16:39
[modifier]

Très intéressé par cet article.
Possédant une vieille ruine en Espagne (505 m d’altitude) et ayant de nombreux problèmes avec araignées, mouches, etc je voudrai savoir ou m’adresser pour remplir un formulaire d’adoption. Je suis prêt à en prendre 3, 4 s’il sont de la même famille.
S’occupent-ils des souris également ? Si oui j’en prends 12 !

11)
M.G.
, le 16.05.2016 à 20:00
[modifier]

Merci guru pour cette réhabilitation du gecko qui le rend bien sympathique et lui rend sa place dans la maison.

Au Sénégal, le gecko est considéré comme malfaisant par les natifs du pays puisqu’il est associé à toutes sortes de légendes maléfiques : dans une cuisine, il est capable d’empoisonner les plats en urinant dessus. S’il tombe dans un puits, l’eau de celui-ci devient imbuvable parce qu’elle est désormais empoisonnée. Quant au simple contact avec un gecko tombé du plafond, il risque de provoquer des brûlures cutanées très douloureuses.

Bref, c’est la bête noire de la maison. Si un gecko est découvert dans une habitation, une véritable hystérie s’empare de la gent domestique qui n’a de cesse qu’il en soit chassé, le but final étant de l’occire à coup de balai, de préférence dans le jardin.

Je ne m’aventurerai pas dans une explication sur cette phobie collective du gecko. Je n’ai pas les connaissances sociologiques et psychologiques nécessaires pour une telle analyse.

En revanche et parce que je suis curieux de tout ce que la nature nous offre comme phénomènes extraordinaires, le gecko m’a toujours étonné par la faculté qu’il a de se déplacer sur toutes les surfaces lisses, que ce soit sur les murs carrelés de nos cuisines et même en sous-face peinte du plafond !

J’ai vite constaté qu’à la place des griffes dont sont dotées les pattes des lézards, le gecko dispose de ventouses qui lui permettent d’adhérer à la surface sur laquelle il se déplace.

C’est en découvrant une nuit dans ma cuisine un gecko adulte et bien gras que je me suis posé la question de savoir de quoi il pouvait bien se nourrir.

J’ai compris lorsque j’ai installé une petite caméra infra-rouge reliée à mon Mac : il festoyait gaiement et goulûment de tous les cafards qui envahissaient ma cuisine dès les lumières éteintes !

De ce jour, j’ai promis les pires châtiments divins aux domestiques si par malheur le gecko disparaissait. Les dépenses en insecticides divers ont drastiquement diminué et les cafards ont disparu du plan de travail de ma cuisine…

12)
Modane
, le 16.05.2016 à 20:59
[modifier]

Sympa, la symbiose…

> JC : pour les souris, c’est plutôt le Grand Duc… En paquets de trois, conditionnement bio dégradable…

13)
dpesch
, le 16.05.2016 à 21:59
[modifier]

Des geckos j’en ai fréquenté en Grèce et à la Réunion. Ils étaient dans les deux endroits extrêmement efficaces contre les insectes en tout genre. Sauf les araignées réunionnaises qui sont trop grosses pour lui la plupart du temps et parfaitement inoffensives pour les humains. Ceux qui habitaient avec nous dans les Hauts de Saint-Paul étaient très peu farouches et ils se laissaient approcher sans soucis si l’on était assez furtifs.
Merci Guru pour ce joli article sur ces animaux qui sont tellement utiles et sympathiques de surcroît.

14)
Madame Poppins
, le 16.05.2016 à 22:49
[modifier]

Guru,

Ton billet présente un seul défaut : t’as oublié de mettre le plan pour te trouver, la maison semble être prête à recevoir du monde mais le pays est grand ;-)

15)
Tom25
, le 17.05.2016 à 08:20
[modifier]

Mme Poppins, tu veux concurrencer le Gecko, toi aussi tu manges les cafards ? :-)

17)
Zallag
, le 17.05.2016 à 11:13
[modifier]

@ M.G, l’Africain, comm. 11

Le biologiste que je suis va te passer un article scientifique sur les pattes du gecko, une merveille d’ingéniérie naturelle. Ce ne sont pas des ventouses, mais des poils microscopiques visibles en microscopie électronique. L’effet semble être électrostatique, ce qui permet un collage et un décollage hyperrapide entre la surface et la patte. Un moment, je vais rechercher dans Pour La Science, revue à laquelle je suis abonné depuis des décennies, c’est le pendant de la revue américaine Science. Il y avait sauf erreur un article sur le sujet.
Comme tu penses, les ingénieurs on tenté de copier ça, comme ils ont fait l’étude de l’effet lotus qui a permis une application à des peintures impossibles à salir.
Voilà, pour le gecko, c’est .

18)
guru
, le 17.05.2016 à 17:39
[modifier]

Décidément, les reptiles sont pleins de surprises. Je connaissais les conclusions de l’article (merci Zallag) sur l’adhérence des geckos mais maintenant c’est beaucoup plus clair.

Les tritons, qui ne sont pas des reptiles mais des batraciens, sont également des êtres extraordinaires puisqu’ils sont capables, après ablation d’un membre, de le reconstituer en entier, chaque cellule recréant la cellule qu’elle remplace. Chacune étant de fait une cellule souche. Des labos étudient les salamandres et les tritons car le compréhension de ce phénomène ouvrirait des portes incroyablement prometteuses à la chirurgie.

@ Jean Claude, je confirme ce que dit Modane. Un ami vétérinaire m’a dit, si tu veux des hiboux chez toi, tu dois avoir des souris…

19)
Jean-Yves
, le 17.05.2016 à 19:51
[modifier]

Réel plaisir à lire un article traitant de très hautes technologies d’adaptation dont nous ne sommes aucunement responsables;o

Espérons que la photo de cette Scutigère véloce, nous renvoyant à des peurs nocturnes et irrationnelles, aura sollicité les meilleurs moteurs de recherche.
Ça offrirait un répit à l’une de ces nombreuses et remarquables bestioles qui, depuis près de 550 millions d’années, comme plein d’autres arthropodes, évoluent secrètement et nous facilitent le quotidien en faisant discrètement le ménage pendant que nous rêvons…

Aparté interrogatif :
Si les loups s’étaient aussi bien adaptés, demanderait-on à des appareils chèrement manufacturés de pourchasser des moutons sous les meubles :D

Et merci pour cette suggestion de lien vers la science ;-)

20)
M.G.
, le 18.05.2016 à 10:25
[modifier]

Ce ne sont pas des ventouses, mais des poils microscopiques visibles en microscopie électronique. L’effet semble être électrostatique, ce qui permet un collage et un décollage hyperrapide entre la surface et la patte.

Merci pour cette précision quant à la morphologie particulière de ces pattes qui semblent vraiment être collées sur le support, comme les ventouses d’un poulpe sur son rocher.

L’article que tu communiques en lien est absolument passionnant et superbement illustré… Rien à voir avec les ventouses du poulpe, en effet. La nature s’avère décidément d’une inventivité fabuleuse…