Profitez des offres Memoirevive.ch!
Bof04, vive la Water Rocket!

Après Air04 Payerne, le grand meeting aérien qui a réuni 275'000 personnes les 4 et 5 septembre 2005 pour voir et entendre 67 démonstrations aériennes, AirO4 et ses 700 WC mobiles, ses 350'000 sandwichs avalés goulûment, il fallait que nous relevions le défi avec brio.

Nous l'avons fait ce week-end à Bofflens, en mettant sur pieds Bof04, son public nombreux (9 personnes tout de même), ses 3 toilettes et ses 42 tomates farcies, pour voir voler les spectaculaires Water Rockets, ou en français si vous le permettez, ses fusées à eau.

Pour ceux qui ne savent pas ce qu'est une fusée à eau (j'en étais jusqu'à il y a un mois), il y a un lien ici par exemple, un autre , qui vous expliqueront tout. Vous pourrez même en construire vous-même en cliquant sur ce lien.

En gros, je vous explique: 

  • vous prenez une première bouteille en PET, vous la coupez en deux
  • vous prenez une deuxième bouteille, toujours en PET (par pitié ne prenez pas du verre!) et vous la glissez à l'envers dans la première, de manière à avoir un goulot à chaque extrémité
  • vous me scotchez tout ça solidement
  • vous lestez à un bout, vous mettez de l'eau dans l'autre
  • vous confectionnez de jolis ailerons
  • vous posez la chose sur un lanceur (voir plus bas)
  • vous compressez avec une pompe
  • vous enlevez le bouchon (pas avec votre main si possible)
  • l'objet monte à 200 mètres, poussée qu'il est par l'eau qui veut sortir de la bouteille puisque l'air comprimé prend toute la place, avant de sortir à son tour (deuxième poussée, voir illustrations plus bas également)

Oui Mathieu, je sais, je simplifie. Mais je suis sûr que même comme ça, personne n'a compris. Alors voici ce que cela donne:

Image tirée du site h2orocket

Niveau organisation: tout bon. Le temps était juste comme il faut, nous avons évité la pluie.

Vers 15 heures, Mathieu, Gene, Théo, Mario, Mme Cuk et Basile se sont mis au travail.

Ma part personnelle? Très importante, mais préalable à tout cela: boire en deux semaines une vingtaine de bouteilles d'un litre et demi de Coca (light) et de Pepsi (light aussi mais sans caféine). Ce type de bouteilles, en Suisse en tout cas, est bien plus résistant que celles qui contiennent de la limonade.

Heureusement, parce que je n'aime pas la limonade.

J'ai fait mon devoir. Je me suis arrêté là. J'ai pris ensuite le rôle du photographe, ce qui n'était pas vraiment facile, vu mon manque d'expérience dans ce type de sujet un peu particulier, qui n'attend pas vraiment que l'on déclenche pour être déjà sorti du cadre. Heureusement! J'ai un Canon Mark II, qui shoote à 8.5 images à la seconde.

On verra plus bas que ce n'est pas un luxe.

Tout commence par une séance de bricolage:

À gauche, Théo, qui scotche solidement les deux bouteilles. Important pour qu'il n'y ait pas de fuites. À droite, Mme Cuk veut tout savoir sur la colle.

En haut (si vous êtes en résolution 800/600) ou à gauche (si vous êtes en 1024/768), Gene, la femme de Mathieu, est dubitative. Elle a raison, sa fusée peu de temps après a pété avant de décoller. En bas (ou à droite, toujours selon votre affichage) Mario, le papa de Mme Cuk confectionne des ailerons.

Le lest. Autant vous dire qu'il vaut mieux ne pas ramasser cela dans la tronche lorsque la fusée décolle ou atterrit!

Ensuite, direction un champ bien isolé. Pour ça, pas de problèmes: à Bofflens, ce n'est pas ça qui manque. Il faut juste éviter de marcher dans une beuse de vache, ce qui est beaucoup plus difficile...

Et là, mise en place du lanceur "pro" directement importé du Canada.

On place les tuyaux sur le lanceur

On glisse la bouteille autour de l'embout métallique qui sert de guide et par lequel l'air est introduit dans la bouteille

On pousse la petite plaquette qui va retenir la bouteille jusqu'à ce qu'on actionne un piston qui va la retirer et libérer ainsi la fusée

Les trois tuyaux: celui de la pompe qui amène l'air aux deux suivants, le tuyau rouge pour remplir la bouteille, le tuyau blanc qui gère le piston de retenue

Ensuite il faut pomper, et pomper encore, jusqu'à 10 bars.

Chauffe Mathieu!

Et puis, il faut enfin admirer. C'est assez impressionnant. Les fusées montent facilement jusqu'à 150, voire 200 mètres, et cela très très vite. À chaque décollage, mon appareil, au 1500e de seconde, à 8.5 images par seconde, parvenait à ne prendre qu'une seule image de la fusée. Sur celle d'avant, cette dernière était encore sur le pas de tir, sur la suivante, elle était hors cadre.

Voici quelques décollages. La prochaine fois, je choisirai une vitesse encore plus rapide, mais on était en fin d'après-midi, et le temps n'était pas très beau. Donc j'ai déjà dû monter la sensibilité à 1600 ISO pour parvenir à obtenir ces vitesses, avec des objectifs ouverts à 2.8!

Sur la première et la deuxième image, on voit très bien la première poussée (l'eau est éjectée) puis la deuxième où l'air prend le relais.

Nouvelle illustration du phénomène:

Au 400 mm. Faut dire que c'était la première photo, que je me tenais loin.
Je n'ai jamais été très courageux.
Cliquez pour agrandir (comme pour toutes les autres photos). Vous verrez où s'arrête la colonne d'eau.

Une colonne d'eau, la fusée est déjà partie, zut!

Je glisse ici également un lien vers un site montrant des décollages en vidéo haute définition au super-ralenti . Regardez, c'est beau!

Les atterrissages ont souvent été pour le moins violents...

Mathieu se dit que dans la figure, ça doit faire mal...

Mais les décollages ne se sont pas toujours bien passés non plus, pas vrai Gene?

Tout le monde est ensuite rentré pour préparer le clou du spectacle, la préparation de MissileOne, la fusée qui allait faire péter les records.

La voici:

T'as un beau T-shirt, bien dans le ton Mathieu!

 

La voici au décollage

Et bien en ce qui concerne son vol, nous n'avons pas été déçus! On l'a perdue de vue, elle a dû monter en tout cas jusqu'à 300 mètres. Il a fallu 13 secondes pour la voir retomber sur terre.

Bon, d'accord, l'atterrissage n'a pas été terrible...

Basile était le chef récupérateur de fusées après usage

Bref, ce fut une belle fin de journée, et on s'est bien amusés.

Deux choses nonobstant (qu'est-ce que j'aime arriver à le placer, ce mot-là!) :

  • avant de vous lancer dans ce genre de chose, lisez un peu de littérature, pour ne pas faire de bêtises
  • prenez toutes les mesures de sécurité, et en particulier, n'utilisez jamais de verre, et veillez à ce qu'à 200 mètres à la ronde au moins, il n'y ait que des personnes qui regardent où part la fusée, et surtout, où elle atterrit

Nous parlons d'objets qui, s’ils sont marrants, peuvent très bien être mortels en cas d'accident.

Quant à nous, de toute façon, nous allons remettre ça, en demandant cette fois des conseils à Caplan.

Lui, c'est le spécialiste "Je lance ma fusée et je la récupère sans dégâts". En effet, il utilise un truc assez génial que nous n'avons pas installé sur nos fusées: un parachute.

Dingue comme idée, vous ne trouvez pas?

21 commentaires
1)
Tibam
, le 16.09.2004 à 00:11
[modifier]

Vous auriez pas eu besoin de ça pour calculer les trajectoire? image

Loin de moi l’idée de chercher un lien avec le mac, très loin! ;)

terroristes!!!

Tibam

2)
iMat
, le 16.09.2004 à 00:19
[modifier]

g peur de dire un truc faux!

mais j’ai calcule, et j’arrive a 229km/h au lancement, et 207m d’altitude… bon c’est sans compter les frottements…

4)
Mathieu Besson
, le 16.09.2004 à 07:37
[modifier]

Non, Noé, pas de Bombache, on te laissait l’exclusivité pour la prochaine Bof04.1.

Il nous faut encore explorer les pistes suivantes:
– parachutes (on va commencer à en avoir marre de tout reconstruire après 10 secondes de vol…).
– son et lumière embarqués pour retrouver plus facilement la fusée dans le maïs du voisin.
– altimètre pour valider les records (300 mètres, je ne crois pas qu’on les ait atteint, mais il est vrai qu’elle était loin, loin…)
– Plusieurs étages de propulsion.
– Amélioration de la technologie des ailerons (pour le moment, ce sont des bouts de bac à glace Mövenpick qui font les ailettes les plus légères et rigides).

On compte sur toi!

Mathieu

5)
Inconnu
, le 16.09.2004 à 08:13
[modifier]

GE-NIAL! Tiens j’en avais jamais entendu parler, de ça… mais ça donne envie de le faire…
C’est aussi pour des articles comme ça qu’on lit Cuk!

Edit: mais j’avoue que j’ai un peu de peine à comprendre la manip. Je vais aller reprendre un café!

6)
Franck_Pastor
, le 16.09.2004 à 08:28
[modifier]

À se demander si ce n’est pas Basile le plus adulte de la bande :^))

8)
Roger Baudet
, le 16.09.2004 à 08:31
[modifier]

Bofflens à la conquête de l’espace. C’est beau !

Ceci dit, il y a londtemps que les fusées à eau existent, puisque j’y jouait quand j’étais enfant, c’est dire comme c’est vieux !

Euh, les photos, vous êtes sûr que ce n’est pas du domaine secret-défense du village ?

Au fait, à quand le premier vol habité ?

9)
ToTheEnd
, le 16.09.2004 à 09:17
[modifier]

Pour améliorer un peu le décollage (donner quelques N de plus), je propose d’amener 3 ou 4 kg de nitrate d’argent…

Quoi ça va pas?

T

10)
Fabien
, le 16.09.2004 à 09:19
[modifier]

Au fait, à quand le premier vol habité ?

Comme toujours dans la conquète spatiale on va commencer par un chien.

Ciboulette ! Au pied !!

:-)

11)
superpantoufle
, le 16.09.2004 à 09:32
[modifier]

Mathieu, Gene, ça se professionalise! :-)

Il est où, le temps des pionniers de La Dôle? On atteignait peiniblement les 18,5 mètres sous la pluie, avec une kyrielle de p’tits louloups admiratifs… Avez-vous eu des nouvelles de Vladimir?

NDLR: les intéressés comprendront!

Pantoufle à roulettes

12)
Caplan
, le 16.09.2004 à 09:59
[modifier]

François:
« Quant à nous, de toute façon, nous allons remettre ça, en demandant cette fois des conseils à Caplan.

Lui, c’est le spécialiste « Je lance ma fusée et je la récupère sans dégâts ». En effet, il utilise un truc assez génial que nous n’avons pas installé sur nos fusées: un parachute. »

En effet, je ne supportais plus le bruit de la fusée qui s’écrabouille après un magnifique vol! Et puis c’est tellement bôôô de voir le mécanisme fonctionner et de voir la fusée rejoindre le plancher des VACHES tout en douceur… ;-)

On va s’y mettre, les gars!

13)
Blues
, le 16.09.2004 à 10:08
[modifier]

Super, faudra que je teste le système avec mon Noé …

Ca me rappelle nos petites fusées à nous… « de quand » on était gosse… mode de fabrication:
1- prendre un tube de « Redoxon®de Sandoz » (La vitamineC de l’époque)
2- percer un petit trou au bas (la tuyère)
3- découper des têtes d’allumettes (l’équivalent de 3 boites env.)
4- remplir le tube avec les dites têtes (bien bourrer)
5- remettre le bouchon avec de la colle, puis le faire tenir avec un scotch « solide »
6- coller la déco « fusée » (en carton dur) = 3 à 4 aillettes + châpeau
7- MISE A FEU !!!!!!!!!
Qu’est-ce qu’on s’est bien amusé pour pas cher … mais la hauteur a rarement dépassé les 10 à 15 M….
Là, le sytème « Rocket à eau » ça a l’air super pro …

14)
Le Corbeau
, le 16.09.2004 à 11:27
[modifier]

D’habitude, la technologie est dans la fusée
Là, si j’ai bien compris, c’est tout dans le pas de tir !
Je connaissait le système classique avec moteur à poudre, j’ai essayé une variante au désherbant (trop lourd) mais le moteur à eau… même pas que j’y ai osé y penser une seconde
Bofflens le village des ados éternels ??? :-)
j’arrive !!

16)
Noé Cuneo
, le 16.09.2004 à 16:27
[modifier]

Mathieu, promis j’essaierai d’être là la prochaine fois :-D

Faudra vraiment essayer plusieurs étages! Et surtout, remplacer l’eau par un mélange eau+sable, plus grande masse volumique, ce qui devrait propulser plus fortement la bouteille sans risquer de rejeter trop de trucs dans la nature (idéalement, faudrait du mercure, mais à déconseiller :-D)

Mais à mon avis, l’handicap avec trop d’étages, c’est que les premiers sont quasiment gaspillés pour faire décoller les autres, je ne sais pas si on y gagne vraiment… Ce qui serait plus intéressant dans le rendement, c’est que le premier étage ne s’active qu’après le décollage, donc un dispositif de propulsion à poudre au sol, pour déjà balancer pas mal de vitesse à la bouteille.

L’idéal serait de faire une sorte de mix entre le Patator et la Water Rocket, ça pourrait avoir une grosse puissance :-D

a+
Noé Cuneo

17)
dpesch
, le 16.09.2004 à 16:28
[modifier]

AFP.ch – Genève – 13 sept 2004, de notre correspondant :

Dangereux terroristes en Suisse.

Un communiqué du ministère de la défense de la confédération helvétique fait état d’observations particulièrement suspectes durant le week-end dernier. En effet, le canton de Vaud aurait été le théâtre des agissements d’un groupe de terroristes qui a procédé à des tirs de rockettes mettant, d’une part, en danger la vie des pratiquants d’ULM, mais, d’autre part, perturbant les essais en vol des prototypes des nouveaux appareils de la force aérienne suisse si chèrement acquis par la Nation auprès de Boeing. Enfin, les manoeuvres d’approches de l’aéroport de Cointrin par les pilotes de l’aviation civile ont été extrêmement perturbées, obligeant ceux-ci à se détourner vers le Nord afin d’éviter les projectiles.
Après une courte enquête, il s’avère qu’il s’agirait d’un petit groupuscule d’obédience inconnue qui a pris pour base le petit village de Bofflens à la verticale duquel les missiles ont été tirés.
Les milieux autorisés indiquent que des arrestations pourraient avoir lieu incessamment, car un individu a été repéré imbibé de Coca et de Pepsi-Cola et porteur d’un appareil photo parmi les plus pefectionnés. Les porte-parole des 2 groupes producteurs de ces boissons gazeuses ont déjà démenti toute collaboration directe ou indirecte au projet.
Voici le lieu supposé d’où le groupuscule aurait procéder à ces tirs :

Le Pas de tir…

La Suisse serait-elle en train de devenir la plaque tournante du terrorisme international ? Le Monde Libre est en droit de se poser la question ! Les États-Unis sont-ils prêts à intervenir ? Le président Bush parlera ce soir à la Télévision et répondra probablement à cette épineuse question ; d’ici là, le contingent se prépare et étudie de près les cartes du canton de Vaud.

18)
Inconnu
, le 16.09.2004 à 17:04
[modifier]

Génial.
Je vais essayer d’envoyer mon cochon d’Inde dans l’atmosphére.

19)
Iris
, le 16.09.2004 à 18:20
[modifier]

Le week-end dernier, on a également noté une recrudescence d’appels téléphoniques paniqués à l’Office Fédéral de l’Aviation Civile (OFAC), plus préciséments au département des Observations Insolites.
En effet, bon nombre d’habitants du Nord Vaudois ont cru voir de drôles de choses dans le ciel, dans le triangle Croy-Bofflens-Orbe.
Après avoir diligenté une enquête dans le secteur sus-mentionné, nous sommes en mesure de rassurer la population: il ne s’agissait que des membres de la secte du Kokalaïte, tristement célèbre dans la région, qui tentaient en vain de s’envoyer en l’air.

20)
ony
, le 21.09.2004 à 06:12
[modifier]

Pour l’altimètre, tu peux en trouver dans le magasin de modélisme à la rue centrale à Lausanne, presque sous le pont Bessière. Il vend aussi un appareil de photo automatique à fixer sur la fusée, ce qui vous permettra de voir vos têtes vues du ciel.

Yves

21)
François Cuneo
, le 21.09.2004 à 10:09
[modifier]

ony, merci de tes conseils, mais il faut qu’on trouve un moyen d’amortir la chute de nos engins avant de passer aux actes!:-)