Profitez des offres Memoirevive.ch!
« Dégooglisons internet », une campagne de l’association Framasoft

Je vous en avais touché un mot dans cet article il y a environ 1 an et demi.

Depuis, j'ai tenté de faire venir un représentant de Framasoft à Lausanne pour présenter ce projet. Ce qui a été fait mercredi dernier.

Je vais donc vous présenter en quelques mots de qui il s'agit, et ce qu'il propose avec cette campagne au nom un brin provocateur, et vous parler également de ma (petite) expérience avec une partie de leurs outils.

Tout d'abord, je tiens à remercier yostral de Framasoft qui a bravé la route pour venir jusqu'à la capitale vaudoise, et pour sa présentation, tout à fait intéressante, et qui m'a éclairé sur plusieurs points.

En premier lieu, vous êtes certainement quelques-uns à déjà connaître Framasoft depuis plusieurs années, comme moi, comme un site référençant des logiciels libres, gratuits ou les deux depuis une quinzaine d'année sur cette adresse.

En fait, qui est derrière ce site ? J’ai découvert à cette occasion qu'il s'agit d'une association forte d'une trentaine de membres (seulement ?) dont peu sont issus du domaine informatique. Il s'agit essentiellement d'enseignants, de graphistes, d'illustrateurs, d'écrivains... bref, de gens comme vous et moi qui sont des utilisatrices ou utilisateurs des outils informatiques, mais qui croient à la liberté, à la créativité, et à l'open source en premier lieu. Ils se définissent d'ailleurs ainsi :

Framasoft est un réseau d'éducation populaire, issu du monde éducatif, consacré principalement au logiciel libre. Il s'organise en trois axes sur un mode collaboratif: promotion, diffusion et développement de logiciels libres, enrichissement de la culture libre et offre de services libres en ligne.

J'ai donc déjà découvert qu'ils sont peu nombreux, qu'ils ne sont pas des ingénieurs informaticiens, et qu'ils travaillent sur différents axes, y compris des domaines artistiques, et se basent sur une charte très claire qui annonce leur objectif d'un internet décentralisé, éthique et solidaire.

Comme toutes les associations ils vivent des dons et soutiens individuels, voire collectifs qu'ils peuvent obtenir. Du coup, ils ont quelques postes qui peuvent être salariés pour l'intendance et la progression plus rapide de leurs projets, mais c'est très fluctuant de la réalité économique. Ils se refusent d'être subventionnés pour pouvoir garantir leur liberté.

Depuis 2 ans, ils ont lancé la campagne « Dégooglisons internet » qui marche selon leurs termes plutôt bien, et qui a donné une visibilité aux activités de l'association, et qui a permis une augmentation des dons.

La compagne Dégooglisons internet

Cette campagne, née d'un challenge un peu fou, veut démontrer que le règne des géants du Net, les GAFA+M (petit rappel ne m'en veuillez pas : Google Apple, Facebook, Amazon et maintenant aussi Microsoft), ne doit pas empêcher la diversité des offres. De même que la concurrence existe dans les domaines automobiles, ils souhaitent démontrer ET proposer des outils alternatifs répondant aux critères de leur charte, pour ne pas tomber dans un internet monopolisé par cinq entreprises, dont les business plans ne sont pas forcément très compatibles avec les valeurs de liberté, d'éthique et de solidarité.

Ils ont d'ailleurs sur leur page d'accueil une animation très sympa, que je ne peux résister de vous partager ici :

 

 

Vous trouverez à cette page une présentation chronologique des services qui sont entrés en vigueur, ou sont prévus.

Vous trouverez à cette autre page la liste des alternatives par services, sous forme peut-être d'un tableau plus clair.

De mon côté, j'ai déjà testé quelques services, que je vais vous présenter en quelques images :

 

Framadate

Capture d’écran 2016-05-02 à 20.45.02

Sur la page d'accueil, on choisit la formule. J'ai pris le spécial date

 

Capture d’écran 2016-05-02 à 20.45.16

On inscrit les informations du sondage.

Capture d’écran 2016-05-02 à 20.51.43

Ensuite les dates, avec plusieurs heures possibles. Pour ajouter des dates, on clique simplement sur le +

Capture d’écran 2016-05-02 à 20.52.17

A cette étape, on peut configurer la date de disparition du sondage.

Capture d’écran 2016-05-02 à 20.52.33

Le sondage est créé, il ne reste plus qu'à le partager, et le remplir.

Capture d’écran 2016-05-02 à 20.52.44

Tout en bas, il y a aussi la possibilité de laisser un message.

 

Bref, vous voyez qu'il n'y a rien de révolutionnaire. Mais ça marche. Et c'est ce que j'attends d'un outil de ce type. Il est simple et j'ai confiance en ceux qui le proposent. Pourquoi aller voir ailleurs ?

Framapic

Capture d’écran 2016-05-02 à 21.02.38

Quoi de plus à dire?

 

Je ne l'ai pas encore beaucoup utilisé. Mais ce peut être pratique de le connaître quand on souhaite partager une photo, sans avoir son propre hébergeur.

Framadrop

 

Capture d’écran 2016-05-02 à 21.05.07

Pour le partage de gros fichier

 

Je l'ai utilisé plusieurs fois. Pas toujours avec succès d'ailleurs. Le lien généré n'a pas toujours permis à mes destinataires de reprendre les photos. Mais j'ai la sensation que c'est de ma faute. Lorsque je partage pour 500 Mo de photo, il faut peut-être que je laisse charger les images jusqu'au bout. Et cela peut prendre un moment. J'avoue que le côté pratique de Dropbox et son dossier en local permet de gagner un peu de temps... et encore, je n'en suis pas si sûr. Le tout est d'être certain de laisser la page ouverte suffisamment longtemps.

Bref, je vous invite à aller parcourir et surtout essayer les services proposés. Pour ma part, vous l'avez bien compris, je suis conquis.

Yostral, qui a fait la présentation l'autre soir, m'a de plus démontré qu'il s'agit d'un groupe de personnes un peu rêveur, mais suffisamment courageux pour proposer tout cela. Et je trouve que ce genre d'initiative « grand public » de l'open source doit être soutenu, car il démontre que ce n'est pas réservé à une élite d'informaticiens, geeks, et j'en passe.

Et je vais reprendre ici leur très joli slogan : « la route est longue, mais la voie est libre ! »

13 commentaires
1)
Gilles Theophile
, le 05.05.2016 à 09:40
[modifier]

Moui…

Dès lors qu’on ne m’empêche pas de travailler avec les excellents outils de Google et, surtout, qu’on n’essaye pas de me convaincre que je pactise avec le diable, why not, on est effectivement en démocratie et le marché est libre.

2)
Modane
, le 05.05.2016 à 15:54
[modifier]

J’étais loin de soupçonner autant de richesse chez Framasoft. Un petit week-end de test en perspective!

3)
Dom' Python
, le 05.05.2016 à 17:10
[modifier]

Tiens, donc… Cet article m’interpelle parce que je suis justement en train de me poser une question. Mais tout d’abord, un principe de base: Si je bois du café, c’est parce que j’ai du plaisir à le boire. J’ai un faible pour les principes du commerce équitable, donc j’aurai tendance à acheter du café issu de ce commerce. Mais si j’ai le choix entre un tel café que je trouve mauvais et un café « normal » que j’aime bien, c’est ce dernier que je choisirai.

Dans un autre domaine: j’ai un iPhone. J’ai connaissance que, pour le fabriquer, Apple fait – directement ou non – appel à des processus de production qui posent de véritables probbèmes sanitaires, sociaux, et autres. Lorsque j’ai connaissance de l’existence du Fairphone par un ami qui en est satisfait, j’hésite. Lorsque je considère ce que je perdrais en terme de fonctionnalité si je remplaçais mon iPhone par un Fairphone, à commencer par le logiciel Ulysses dont je je connais pas d’équivallant, j’hésite. Et pendant que j’hésite, je continue à utiliser mon iPhone et à en être satisfait… et à me sentir complice de choses qui ne me plaisent pas tant.

Alors c’est vrai que cette campagne Dégooglison internet me pose question, parce que j’ai une adresse Gmail, un compte Google, etc, et que cette emprise des GAFA+M me gonfle un peu. Mais en même temps, je ne suis pas sur d’être disposé à me passer de certains conforts. Exemple:

Je lis des e-book que j’achète sur Amazon parce que leur application de lecture (Kindle) est celle qui me convient le mieux parmi celles que j’ai eu l’occasion de tester (iBooks, Bluefire). Mais devoir acheter mes bouquin chez Amazon ne me convient pas. Du, coup, entre le confort du couple aamazon.fr & Kindle et la satisfaction éthique de eBooks.ch/Bluefire, j’avoue que j’en reste au confort… Mais ça coince quand même.

Donc envisager l’utilisation de Framadate au lieu de Doodle ne me pose à priori pas de problème. Mais changer d’adresse e-mail sans être sûr que le webmail de ma nouvelle adresse me donnera satisfaction, j’hésite. Et puis je suis d’un naturel méfiant vis-à-vis de la pérénité de services dont je n’ai jamais entendu parler, ou alors vantés principalement à cause de leur caractères de « GAFA+M-free », et non à cause de leur efficacité et de leur fiabilité. Mais bon, dans les « grandes marques » il y a aussi des bugs, et des disparitions/abandons… J’ai fait un site pour ma avec iWeb, et boum…

Donc, au final, je continue à me gratter la tête… Peut-être qu’un jour ça me fera suffisamment mal au cuir chevelu et que je changerai de crèmerie…

4)
Dom' Python
, le 05.05.2016 à 19:20
[modifier]

@Robert: Lorsque j’ai ouvert mon compte Google pour utiliser Gmail, Google Calender et Google Docs, c’était il y a longtemps et j’avais besoin de pouvoir facilement accéder à mes mails et certains documents depuis le travail. Je ne pouvais pas y configurer un client mail et mon phone n’était pas encore smart. Le webmail s’imposait donc. Par ailleurs, on ne parlait pas encore de GAFA et tout ça. Depuis, j’ai tendance à rechigner à changer d’adresse mail. Pourtant je sais que ça n’est pas si compliqué…

Quand au facteur qui ouvre mes lettres… faut pas pousser non plus. La comparaison ne me semble pas tout à fait pertinente.

Cela dit, le fait est que je pense de plus en plus souvent à envisager une solution d’hébergement local pour mes mails, documents, sauvegardes et j’en passe.

5)
Mirou
, le 05.05.2016 à 20:54
[modifier]

@Robert: je suis personnellement chez Infomaniak pour mon hébergement et mon mail (que j’utilise en webmail). J’évite Google, mais c’est quand même le moteur de recherche qui me donne le plus satisfaction. Par contre je détestais leur webmail.

Par contre, rien ne me garantit que personne ne lit mes mails chez Infomaniak. Du temps que les mails ne sont pas cryptés, n’importe qui ayant accès aux disques durs de l’hébergeur peut en lire le contenu. Dans mon cas la lecture en serait fort ennuyeuse (moi-même je m’en lasse), mais il faut le savoir.

Et contrairement au facteur curieux qui laisserait une trace sur un courrier « malencontreusement ouvert », le sys-admin ne laisse aucune trace de son passage.

6)
Dom' Python
, le 05.05.2016 à 21:01
[modifier]

@Robert: Je fais personnellement une grande différence entre une entreprise mondiale qui analyse mes mails (parmi des millions d’autres) pour m’envoyer de la pub et mon facteur qui ouvrirait mes lettre et celles des autres habitants du quartier. Je ne dis pas ça pour prendre la défense de Google ou pour dire que cela m’est complètement indifférent, mais juste pour dire que je perçois une différence importante entre les deux situations.

7)
Hervé
, le 05.05.2016 à 23:09
[modifier]

Je ne suis pas parano et je n’ai rien de particulier à cacher, Mais :
– je n’ai pas de compte Google et n’utilise aucun de leur service. DuckDuckGo me convient parfaitement.
– une adresse @bluewin pour tout ce qui est officiel ou commercial, une adresse personnelle par mon site sur infomaniak. L’adresse @me.com ne sert jamais
– des backups locaux (y compris TimeMachine).
– dans Documents, les documents dont je pourrais avoir besoin sur iPhone ou iPad et qui se synchronisent lorsque je suis sur le même réseau WiFi.
– Lightroom en version locale et Pixelmator pour les retouches… et Adobe Manager me gonfle !

8)
Gilles Theophile
, le 06.05.2016 à 15:28
[modifier]

Je n’ai jamais compris les gens qui utilisent Gmail, si votre facteur ouvrait et lisait toutes vos lettres avant de vous les remettre vous trouveriez ça normal ou bien ?

Moi, par contre, je n’ai jamais compris qu’on puisse proférer des énormités pareilles…

Je crois que je dois utiliser Gmail depuis ses débuts, à titre privé comme à titre professionnel, sans jamais avoir été inquiété par une invasion de pub, ou l’impression d’être espionné.

10)
Ange
, le 07.05.2016 à 21:54
[modifier]

Pou revenir au sujet initial, Framasoft et ses softs, je viens de regarder un petit peu.
J’ai testé le Framadate, pas trop mal (avec en plus le choix de pouvoir mettre des images (malheureusement, pas trouvé pour mettre image ET un petit texte), sauf que je n’ai pas trouvé comment MODIFIER un sondage existant (on peut le détruire, mais pas le modifier, pour le corriger par exemple). Donc tant pis, sauf si quelqu’un trouve comment ?

Je vais maintenant regarder le Framacarte/Umap car j’utilise les my maps de google (qui sont un peu limitées en nombre de calques). Mais permette l’inclusion de fichier gpx/kml…

Merci pour l’info sur Framasoft, dont je ne connaissais que la partie liste de software.

11)
M.G.
, le 08.05.2016 à 11:12
[modifier]

Je crois que je dois utiliser Gmail depuis ses débuts, à titre privé comme à titre professionnel, sans jamais avoir été inquiété par une invasion de pub, ou l’impression d’être espionné.

J’utilise moi-même Gmail depuis ses débuts et son fonctionnement m’a toujours donné satisfaction. Pourtant, je sais que Google fait ce qu’elle veut de mes données puisque je lui en ai abandonné le droit d’usage.

Maintenant qu’il est disponible, la lecture de cet ouvrage qui avait motivé mon dernier article pourrait peut-être te convaincre qu’on est vraiment mal : L’homme nu. La dictature invisible du numérique

Tu conviendras qu’on a largement dépassé le stade des annonces publicitaires ciblées qui polluent nos pages Web…

12)
Dom' Python
, le 08.05.2016 à 12:39
[modifier]

Marc: Je m’en vais lire ce bouquin, et je m’en réjouis. Mais ne puis m’empêcher de trouver rigolo que, dans le contexte de ces articles, le lien fourni pointe sur… Amazon! Cela résonne très bien avec mon commentaire (3) et la difficulté de choisir entre une option basée sur des valeurs (éthiques, sociale, politique…) et le confort apporté par les gros buldozers qui ne partagent pas lesdites valeurs…

Perso, j’aurais tout de même favorisé un lien vers l’éditeur, même si celui-ci renvoie également sur Amazon, mais parmi d’autres.

Merci tout de même pour ce rappel, je n’avais pas noté la référence suite à ton précédent article. C’est fait.

13)
M.G.
, le 08.05.2016 à 13:11
[modifier]

@Dom’
Ben oui, je suis aussi client d’Amazon depuis que cet opérateur existe. Au début, sur Amazon.com, puis sur le site français quand il a été mis en service. Avec une surprise : lorsque je me suis connecté pour la première fois sur Amazon.fr, la question « êtes-vous déjà client d’Amazon ? » m’a été posée. Une fois renseignés les champs identifiant et mot de passe, j’ai retrouvé toutes mes données personnelles retranscrites sur le site français, prêtes pour une première transaction ;-)

Preuve que la mémoire d’Amazon est bien gérée : je viens d’y retrouver ma première commande, qui date du 31 août 2000. C’était le DVD de « Blade Runner » de Ridley Scott…

De la même manière, mon premier achat sur Amazon.com c’était le 10 juin 1998 : « Managing ’00 : Surviving the Year 2000 Computing Crisis » de Peter De Jager, Richard Bergeon.

De la « Bande des quatre », celui dont je me suis débarrassé c’est Facebook, le 27 septembre 2013, après avoir demandé communication de toutes mes données personnelles enregistrées sur leurs serveurs. C’est effrayant ! En particulier, toutes les adresses IP de toutes mes connexions y étaient enregistrées. Je ne suis pas dupe, elles y sont toujours, prêtes à être passées à la moulinette d’un nouvel algorithme prédictif :-(