Profitez des offres Memoirevive.ch!
Les Islandais sont des gens intéressants

Les Islandais sont des gens intéressants. Ils ont une façon bien personnelle des régler les problèmes. On l'avait déjà remarqué lors de la crise financière de 2008, où, alors que la plupart des pays avaient obligé leurs citoyens à payer les frais de l'esprit de lucre de leurs banquiers, ils avaient mis, eux, leurs banquiers en prison, et fait mourir les banques véreuses.

On doit noter que si la démarche avait été suivi d'un oeil suspicieux voire réprobateur par ses voisins européens, enfin, j'entends : la presse et les politiques, on ne peut que remarquer que l'économie du pays est dans une forme olympique, avec une prévision de croissance de 9% pour l'année, et un emploi à 4% de chômage, contre un pic à 8% à la fin de l'année 2009, ce qui semble être assez unique par les temps qui courent.

Comme quoi un peu de logique et de respect du citoyen apportent généralement du meilleur...

 

photo-islande-11

Islande

 

Or, il se passe actuellement une chose très étonnante, en Islande. Un renouveau religieux. Le Zuisme est arrivé et s'implante à vitesse V.

À l'origine une religion obscure et sumérienne, le Zuisme, qui n'a rien à voir avec le Pastafarisme dont j'ai de nombreux adeptes autour de moi, est la religion qui croît le plus vite en Islande, avec plusieurs milliers de nouveaux adeptes en quelques jours. Elle a déjà dépassé en nombre d'adeptes l’association musulmane. Décidément, ces religions orientales ont le vent en poupe, me direz vous.

Non non non!... Ici, c'est un peu particulier, car la manœuvre est politique. L'Islande a pour religion officielle l’Eglise évangélique luthérienne, ayant statut d'église d'état, et devant être financée par lui. Les Islandais déclarant leur religion, et chaque église étant dotée d'une subvention, chaque habitant verse une redevance d'à peu près 73 Euros, même les athées, ne pouvant y échapper, et qui en eu assez.

Ils ont donc réveillé cette ancienne religion, le Zuisme, qui croît à la mesure du nombre de ceux qui ne veulent pas financer les croyances d'autrui, et qui, église officielle dûment répertoriée, émarge au financement officiel. Elle redistribue intégralement la subvention gouvernementale à ses adeptes. Les athées ont donc leur religion, qui ne sert qu'à ne pas financer celle des autres. Simple et ingénieux.

photo-islande-5

Dans le même temps, à ce jour, 8 000 personnes ont terminé leurs études et ont décroché le diplôme en "Études et recherches sur les elfes et autres peuples invisibles”. C’est un diplôme facile à obtenir : il suffit d'aller à l'école de Magnus Skarphéðinsson, directeur de l’Ecole des elfes depuis vingt ans et frère du ministre des Affaires Étrangères. Vous y apprendrez des choses très étonnantes sur la population ancienne et première de l'ile, des choses aussi naturelles pour les Islandais que notre propre folklore religieux, tout, donc, sur les elfes et autres peuples invisibles.

Sachez juste qu' il existe treize types d’elfes, deux de nains et trois de peuples cachés; que les elfes mesurent entre 8 et 80 centimètres de haut, et que les peuples invisibles, eux, seraient exactement semblables aux êtres humains, sauf qu’ils portent des habits anciens. Les Peuples Cachés sont : les Moderne, les Bleus et les Anciens. Mais, selon Magnus, personne n’a jamais pu parler aux Bleus. “Ils s’enfuient toujours”, souvent en criant, je cite : ‘Vous, espèces de braqueurs de banques!"

Les Islandais sont décidément des gens bien intéressants...

photo-islande-3

 

Sources : Le Courrier International

Photos : toolito.com

17 commentaires
1)
pter
, le 14.12.2015 à 02:11
[modifier]

Excellent !! Merci pour le large sourire sur ma face ce matin! et très intéressant de surcroit.

4)
Diego
, le 14.12.2015 à 07:47
[modifier]

Avec ça de génial que le Zuism n’a rien d’une « religion bidon à but fiscal ». C’est plutôt un dénominateur commun dans la mythologie islandaise. Vivre en Islande, c’est cohabiter avec le Peuple Invisible, du moins pour une grande part des Islandais. Un mythe national porté au rôle de religion : on peut y adhérer sans se trahir !

En Suisse, on créerait le Guillaumetellisme.

5)
Zallag
, le 14.12.2015 à 08:14
[modifier]

En Suisse ? On commencerait pas se chicaner, parce que d’autres voudraient créer le Wilhelmtellismus…

6)
Diego
, le 14.12.2015 à 08:31
[modifier]

@Zallag Quel esthète ! La coquille est corrigée (sacrée correction automatique ;-))

On se chamaillerait, mais gentiment, on a bien un parti du peuple qui est démocratique, voir allié quand il change de langue.

7)
Roger Baudet
, le 14.12.2015 à 08:32
[modifier]

Petite nuance au sujet des banques: les Islandais qui y avaient des économies ont tout perdu. C’est le cas d’un de mes amis islandais. Il n’a pas ri, ce jour-là!

8)
Zallag
, le 14.12.2015 à 09:17
[modifier]

Dans mon commentaire ci-dessus, j’aurais dû penser tout de suite à ce que fut « l’Église libre » en Suisse romande, notamment dans le canton de Vaud, quand j’étais petit.
Petit rappel historique :

Après le départ des Bernois à la suite des invasions françaises de la Suisse en 1798 puis son entrée en tant que tel dans la Confédération le 14 avril 1803, le canton conserve son église réformée, tout en laissant la place au développement des communautés catholiques.

En 1847, l’Église libre se distancie de l’État, alors que l’Église nationale y reste attachée. La première, dont l’engagement de laïcs fortifie la dynamique, va, par effet de balancier, favorablement influencer sa branche mère avant de fusionner avec cette dernière en 1966. De cette fusion entre Église nationale et Église libre naît l’Église évangélique réformée du canton de Vaud.

Les fidèles eux-mêmes payaient le salaire de leur pasteur.

Je me souviens avoir demandé à mon père pourquoi le pasteur libriste avait une toute petite voiture — une Messerschmitt, pour ceux qui se souviennent de cet engin vraiment bizarre issu de l’avionique nazie — alors que l’autre pasteur avait une voiture modeste, naturellement, mais normale à mes yeux de gamin, avec ses quatre sièges.
Question de salaire, m’avait dit mon père …

Cela dit, il y avait de la réflexion altruiste et écologique, bien avant la lettre, dans ce projet un peu fou pour l’époque.

Ça, je ne savais pas : Au printemps 1955, ce fut le tour du KR 200 de voir le jour. Les ventes de cette année-là atteignirent 12 000 véhicules pour un prix unitaire de 2 500 marks. Ce fut aussi l’apogée. En l’espace de 24 h, il établit pas moins de 25 records du monde sur la piste du circuit d’Hockenheim. Équipé d’un moteur de 13 ch, il poussait des pointes à 130 km/h !

10)
ToTheEnd
, le 14.12.2015 à 10:52
[modifier]

Au-delà d’imprécisions majeures dans les faits reportés de la crise financière islandaise, il faut tout de même savoir que c’est une population équivalente à la ville de Nice ou Nantes.

Ce qui fonctionne a petite échelle n’est pas forcément reproductible à une large échelle…

T

11)
Saluki
, le 14.12.2015 à 12:05
[modifier]

J’ai un souvenir merveilleux de l’Islande, il y a une quinzaine d’années, au cours d’un raid …katkat de trois semaines, pour une bonne part au milieu de nulle part.

Tu arrives à un refuge : sur la table, il y a une boîte pour mettre le prix de ta location. Le précédent y a laissé son dû, tu mets le tien… Ailleurs, rien à l’horizon, sur une petite route : toilettes publiques : elles sont nickel, il y a même du papier toilette. Tu as vu la même chose sur nos aires d’autoroute ?

A Reykjavik, le vendredi soir, c’est grande beuverie dans les rues. Les mecs et les nanas sont vraiment chargés. Ils titubent, titubent mais vont jusqu’aux poubelles y mettre leurs canettes ou bouteilles vides !

Les aurores boréales sont encore plus impressionnantes que celles que j’avais observées dans le nord suédois, je ne sais pourquoi. Sauf que que là nous étions sous la tente ?

Bon j’arrête là.

Au milieu de nulle part encore, trône un Unimog avec une cabine de caravane. On nous fait signe d’approcher. Sourires, échanges de chocolats et tu t’aperçois, dans la porte ouverte, que dans le ‘mog, le sol est en parquet ciré, pantoufles de côté.

Par ailleurs, on trouve du raisin dans les épiceries : quelques grains dans une barquette au prix du caviar Beluga chez nous. En revanche les bananes sont à un prix abordable : normal, elles sont produites sur place dans des serres chauffées en géothermie, comme beaucoup de bâtiments des agglomérations.

12)
Modane
, le 14.12.2015 à 14:31
[modifier]

Au-delà d’imprécisions majeures dans les faits reportés de la crise financière islandaise…

Il faudrait t’inventer… Tu ne crois pas que les journaux n’en ont pas assez parlé à l’époque? Et puis… Tu me jugerais qualifié? :)

Je me contente des légendes.

13)
Iris
, le 14.12.2015 à 15:49
[modifier]

Je crois que l’âpre beauté de leur terre a déteint sur leur caractère et qu’ils sont les dignes héritiers des nombreuses sagas qui jalonnent leur histoire.
Je suis fan absolue de cette île et de ses habitants.

quelques images

14)
Diego
, le 14.12.2015 à 16:35
[modifier]

@Iris oui, l’âpre beauté … l’été surtout … parce que sinon, les nuits sont plutôt longues !

Il paraît qu’on devient Islandais à l’issue du 3ème hiver. Avant, on est de passage.

15)
fxc
, le 14.12.2015 à 18:41
[modifier]

@Iris oui, l’âpre beauté … l’été surtout … parce que sinon, les nuits sont plutôt longues !

La police: » votre alibi pour la nuit du 10 décembre au 15 janvier?

16)
ToTheEnd
, le 14.12.2015 à 21:42
[modifier]

Tu ne crois pas que les journaux n’en ont pas assez parlé à l’époque? Et puis… Tu me jugerais qualifié? :)

Oui, les médias décrivent tout à la perfection et avec des propos mesurés et adaptés à tout le monde.

Je me contente des légendes

Alors là, évidemment, je m’incline. Tout était humour, second degré et décalé vis-à-vis de la réalité. Au temps pour moi.

T

17)
zit
, le 17.12.2015 à 20:53
[modifier]

Ça, c’est un pays que j’aimerais bien visiter, rien que pour faire trempette dans les sources thermales.

Par contre, je ne conseille pas la lecture de leur auteur de polar le plus connu , Arnaldur Idrianson : quelle déprime ! faut pas qu’il y aie une armurerie ouverte ou une corde qui traine.

z (et les z’orores boréales, ça doit être bath ! je répêêêêêêêêêêêête : et puis un pays qui laisse crever les banques véreuses –tautologie, pléonasme ?– ne peut qu’avoir toute mon estime ;o)