Profitez des offres Memoirevive.ch!
Il l’a fait à ma place!

 

Ne vous est-il jamais arrivé de vous retrouver à vous dire quelque chose du type : « ce que j'entends là (ou vois), j'aurais aimé en être l'auteur ? »

Et bien moi, oui. Je ne parle pas de se dire « j'adore ce qu'il ou elle fait », mais vraiment cette sensation particulière de sentir que nous sommes tellement touchés que c'est comme si cela sortait du plus profond de nous

Mais qu'est-ce que cela peut bien signifier ? De la jalousie mal placée ? Une frustration ? Du grand n'importe quoi ? Une adéquation avec un artiste « âme soeur » ?

En fait, est-ce grave si je ne peux pas l'expliquer ? Ou si je suis le seul à avoir ressenti cela ?

Ou est-ce que le plus important n'est pas ailleurs, dans les sensations, les émotions que cela provoque ? je veux dire, non pas dans le pourquoi une telle émotion, mais plutôt, dans le simple fait de la ressentir ?

Dans mon cas, j'aime à penser que c'est une sensation très agréable, une sorte de connexion à quelque chose qui me dépasse, qui fait qu'un·une autre a été capable de transcender qqch qui aurait pu venir de moi si j'avais eu le même talent (ce que je me garde bien de penser d'ailleurs).

En fait, vous vous demandez certainement de quoi je veux parler, alors je vais prendre 1 exemple d'un artiste en particulier.

J'ai toujours eu un rapport très étroit avec la musique, vu que j'en joue, que je chante (moins maintenant), et que j'en écoute beaucoup. Jeune, j'ai surtout écouté ce qu'il passait à la radio, évidemment. Il vous faut savoir que j'ai fait du piano classique entre l'âge de 6 ans et jusqu'à 18 ans. Après, je suis passé au jazz durant 7 ans, et fait mes 1res armes dans un atelier musique (au gymnase) avec de la musique actuelle (pop, rock, chanson...). Durant cette même période, j'ai découvert un artiste qui m'a marqué à vie. En effet, c'était en 1994. Un clip, avec une cabine téléphonique (tiens, déjà une, mais rouge celle-ci... *), une chanteuse aussi fascinante que talentueuse, et un chanteur se débattant avec le combiné téléphonique de ladite cabine était passablement diffusé à la TV, et cette chanson était régulièrement jouée à la radio également. Cette chanson m'intriguait, me subjuguait, me fascinait...

C'était cela :

J'ai fini par craquer et ai acheté le double album dont c'était tiré, le « Secret World Live Tour » (ci-après le SWLT), dont j'ai réalisé qu'une année auparavant (en 1993 donc, il était passé avec cette tournée à 2 pas de chez moi, à la patinoire de Malley de Lausanne/Prilly). Tiens, au passage, j'ai appris en 1997 que celle qui est devenue ma femme y était, elle, la veinarde. Elle aime bien me le rappeler, cela... mais je ne lui en veux pas.

Cet album a été une révélation d'un artiste qui ne m'a plus quitté. C'était la porte ouverte à un nouveau monde musical, moi qui ne venais que du classique et de la variété française. Ce disque m'a tellement pris aux tripes, que j'ai acheté à une foire au disque quelques vieux albums de Peter Gabriel. Et la claque a été encore plus grande. Autant, le SWLT m'a interpellé, m'a questionné, m'a fait hésité avant de plonger, autant la découverte de la discographie de ce monsieur a été d'une foudroyante évidence. À chaque 1re écoute de l'ensemble de ses disques, je me disais « wow... si j'étais capable de composer, c'est ça que je voudrais écrire ! » Et c'est là mon sujet du jour : comment a-t-il fait pour anticiper ce que j'aurai eu envie de composer ?

Apprécier de la musique, cela m'arrive souvent. Établir une sorte de classement (les 5 albums à prendre sur une île déserte, etc.) est une réflexion régulière dans des discussions. Et bien moi, j'emporterai tout de Peter Gabriel. Sa musique a servi de révélateur de mes futurs goûts musicaux (rock progressif, ouvertures aux métissages, utilisation des technologies au service de la musique). De plus, je suis admirateur de son approche totale de la musique, de la vidéo (ah les clips « Sledgehammer », « Digging in the dirt »), des concerts, mêlant grand show, proximité avec le public (dans chaque pays, il introduit les chansons dans la langue locale), trouvailles techniques, ambiance de groupe de copains sur scène, et humour. En fait, son approche de la musique, déjà avec Genesis entre 1968 et 1975, fait qu'il compose des musiques dont chaque instrument est un rouage essentiel, mais dans laquelle il n'y a pas besoin de soliste, mise à part sa voix, au grain et à l'émotion exceptionnelle. Au contraire de Yes, le Genesis période Gabriel, est un groupe que je réécoute régulièrement. Sa voix, eh bien oui... pour moi, il n'est pas le plus grand chanteur de tous les temps (qu'est-ce que ça veut dire « le plus grand » ?). Il est connu pour ses « gabrielese » soit les erreurs de textes en live, ou il baragouine des trucs lorsqu'il s'est paumé. Par contre, quelle émotion, quelle intensité il a ! Si vous ne la connaissez pas, écoutez cette chanson « Father/son » qu'il a écrite pour son père. Ou alors encore « Washing of the water » toujours tiré du SWLT

Et sa musique ! ses talents de compositeurs sont tels que sa musique, lorsque je l'écoute, me fait sincèrement penser à ce que j'aurai souhaité l'écrire. Elle contient ce que j'aime, et ce que j'aurais envie d'arranger.

Bref, tout cela pour vous demander si vous aussi, vous avez des artistes qui vont au-delà de l'émotion provoquée par l'écoute, ou par le plaisir ? Vous arrive-t-il également de sentir qu'une chanson (ou comme dans ce cas-là, une oeuvre presque complète, car tous ses morceaux ne provoquent pas cela en moi... je ne suis pas un fan décérébré) va chercher au plus profond de vous ?

Et que ce soit clair, je ne parle pas seulement des morceaux qui vous bouleversent, vous « transportent », mais vraiment qui vous traversent comme une évidence telle que c'en troublant, qui vont chercher en vous des zones émotionnelles rarement atteintes ?

 

23 commentaires
1)
Fanny
, le 14.01.2016 à 07:51
[modifier]

Magnifique article ! Je te reconnais et t y retrouve complètement!
Tu as su mettre les mots sur ce que je ressens depuis des années lumière, sans jamais pouvoir l expliquer…
Beethoven. .. tu te souviens de nos discussions? Depuis très jeune, sa musique me touche et me transperce. .sa vie, son oeuvre entière, m interrogent et me passionnent!…
Alors oui je ressens ce que tu décris si bien (sauf que moi j ai l avantage de ne pas regretter de n avoir jamais assisté a l un de ses concerts! )…
Merci pour ce bel article… !😉
Musicalement
Fanny

2)
Diego
, le 14.01.2016 à 08:01
[modifier]

ma femme y était, elle, la veinarde

Moi aussi ! (mais pas avec elle, t’inquiète ;-))

3)
lvme
, le 14.01.2016 à 09:46
[modifier]

Oui, je pense qu’on a tous à un moment donné eu envi d’être à la place d’un artiste, écrivain, chercheur, acteur, personnage de télé réalité, etc…

Sans doute un peu de jalousie à l’encontre de ceux qui vivent en temps réel un beau rêve de jeunesse.

Bach me poursuit depuis ma jeunesse, mais cela est sans doute le simple signe mécanique de mon assiduité aux cultes de cette petite communauté « réformée d’Alsace ». Les chants liturgiques reposent sur des thèmes de l’illustre compositeur et c’est tout naturellement que j’écoute avec plaisir et recueillement son oeuvre quel que soit l’interprète d’ailleurs. Je m’étonne quelquefois de fredonner certaines mesures comme on peut le faire pour un chant populaire ou traditionnel.

Le seul artiste contemporain qui m’a vraiment « parlé » reste Bruce Sprinfsteen, avec ses premiers albums des années 70. Du rock assez basique, voir rustique, mais avec sincérité et franchise. Les thèmes traditionnels (voitures, boulot, filles, etc…) sont déclinés sur toute la gamme des émmotions, soit dans l’album, soit dans une seule chanson. Et forcément cela a fait mouche dans l’esprit d’un adolescent de l’époque.

4)
Renaud LAFFONT
, le 14.01.2016 à 09:50
[modifier]

je l’ai vu il y a quelques années du côté de Toulon. Un grand moment.

Quelques liens vers des coffrets que j’ai adoré sur ses performances live:

« So » 25 ans après.

Un live assez récent, avec un orchestre philarmonique

et ce super double album « Scratch my back, I’ll scratch yours ». Dans lequel il faisait des reprises des morceaux d’autres musiciens et vice versa.
Notamment un « Heroes » de Bowie et un morceau de la BO de Philadelphia (la chanson éponyme jouée à la fin, chantée par Neil Young)

5)
Blues
, le 14.01.2016 à 11:24
[modifier]

….chercher en vous des zones émotionnelles rarement atteintes ?

Un titre ou un album « ciblé » comme ça c’est impossible, trop de choix, trop de choses qui m’ont émotionnellement touchées. Pour moi, cela est dépendant des périodes liées à mon vécu, mais voici quelques exemples :

Ici une chanson grecque qui me rapproche de mon 50% de racine (une chanson de Théodorakis reprise par le groupe Trifono)

Ici, en tant qu’œuvre complète qui me touche encore aujourd’hui

Ici un album live qui m’a poursuivi durant bien une décennie

A force de la ré-écouter cette chanson est celle, que je pense me touche émotionnellement le plus encore aujourd’hui

6)
quark
, le 14.01.2016 à 11:28
[modifier]

Si on va par là…

Je ne puis que vous donner le nom du groupe, et celui de son leader, qui pour moi sont vraiment les plus grands. Vous connaissez peut-être si vous êtes amateurs de rock progressif. Que ce soit le cas ou pas, vous devriez écouter. Il est indispensable de le faire plusieurs fois, car la rythmique est souvent difficile.

Je voudrais préciser aussi que ces gens savent jouer, et que visiblement, ils maîtrisent leur instrument, même en public, et ça, c’est plutôt rare, voire exceptionnel.

Le groupe: Jethro Tull
Le leader: Ian Anderson

7)
djtrance
, le 14.01.2016 à 12:45
[modifier]

En effet, magnifique article et par ailleurs, que de belles références en commentaires!

Aussi touché par la chanson grecque de Blues car j’ai découvert la Crète il y a 8-9 ans et que depuis, j’y vais tous les 2 ans pour me ressourcer, je commence donc à avoir mes habitudes là-bas, des locaux qui me connaissent, etc. Enfin bon, on s’en fout!

Puisque nous sommes dans la musique, vous conseillerez quoi comme bonne petite « installation » dans les 500 francs? Je sais, ce n’est pas beaucoup, mais voilà!

Il y aurait bien un système comme Sonos qui permet d’être évolutif et de rajouter des colonnes au fur et à mesure mais purée, je trouve le son vraiment pas terrible (ou alors c’est moi?)…

8)
puco
, le 14.01.2016 à 12:52
[modifier]

j’ai fait du piano classique entre l’âge de 6 ans et jusqu’à 18 ans. Après, je suis passé au durant 7 ans,

Mais à quoi as-tu donc bien passé??

9)
ToTheEnd
, le 14.01.2016 à 14:02
[modifier]

Bien entendu, plein d’artistes qui provoquent des émotions vives, des pleurs, de la rage, etc. Ces derniers jours, je suis tombé sur Anthony & The Johnsons que je pensais assez bien connaitre mais dont un concert avec un orchestre philharmonique m’avait totalement échappé…

Que dire de la chanson reprise de Beyoncé « Crazy in Love » à 29:20? Tout simplement magique comme d’autres.

PS: j’écoute souvent Couleur 3 et ce qui m’a gonflé l’autre jour, c’est toutes les interviews, références et hommages à Bowie alors que cette radio a passé un morceau par an de cet artiste… c’est la même chose avec d’autres groupes de légende et je trouve ça naze. Passer 2 ou 3 morceaux mythiques par semaine, ça tue personne et c’est bien plus respectueux vis-à-vis des artistes que d’inonder les ondes le jour où le mec crève. Célébrer la musique pendant que les mecs sont vivants, c’est le minimum! A ce niveau, des petites radios comme GRRIF ont une bien meilleure programmation…

T

10)
Blues
, le 14.01.2016 à 14:36
[modifier]

@ DJtrance > pour un poil de plus (env. 650.- frs) cette station Bose. Ou, selon les tests un des systèmes les mieux noté (B&W) est dans ta gamme prix. Perso ce serait du Bose sans souci ! (si possible : à tester avant achat)

@ quark, ah là-là : Jethro Tull trop bien, c’est le groupe que j’ai plus vu sur scène (6 fois en concert > ceci étalé sur 30 ans – le dernier en 2003 à Montreux), le seul groupe qui savait improviser ses titres (en s’éloignant de l’original, mais pas trop « et en plus mieux »). Magique à chaque fois ! Aujourd’hui par contre, pour moi c’est du passé (son trop folk-rock passéiste), il est donc rare que je les ré-écoute

@TTE, A propos de Bowie on nous balance tous les tubes (surtout Let’s Dance), mais c’est bien dommage que personne ne passe cette chanson qui perso me touche beaucoup (là y’a de l’émotion)

11)
Gr@g
, le 14.01.2016 à 15:05
[modifier]

Merci pour vos commentaires.

Je resouligne ici que je veux bien parler de ces musiques qui transportent encore davantage que d’autres, car si je devais parler de ce qui me touche, je pourrai en mettre des lignes et des lignes!!!

Cette évidence dont je parle se base vraiment plus sur une sensation qui est encore plus dingue que les frissons, que l’émotion. Car je pourrai parler des morceaux qui me font pleurer, rire, ou autres… mais ce n’est pas mon propos. J’estime que cette sensation que j’essaie de décrire va encore plus loin que l’émotion provoquée par une musique, car ce que j’espère, en tant que musicien et en tant qu’auditeur, c’est qu’une musique (me) touche (les autres).

Alors, si vous ressentez comme moi cette sorte d’évidence d’écouter qqch avec autant d’artistes, je dois donc être moins sensible que je pensais…

Surtout que je rejoins plusieurs d’entre vous. Beethoven est le génie parmi les génies qui me touche le plus, les Pink Floyd ou le Tull sont des groupes incontournables pour moi.

12)
Gr@g
, le 14.01.2016 à 15:08
[modifier]

Mais à quoi as-tu donc bien passé??

au jazz!!! ;o)
merci pour la lecture attentive.

13)
Blues
, le 14.01.2016 à 15:46
[modifier]

idem Hi-Phil ..

Pour moi, bien sûr qu’un titre/chanson peut me lier à « des sensations qui sont encore plus dingues que les frissons, ou que l’émotion », mais c’est toujours un « passage » lié à un événement/période où je suis plus réceptif > donc sensible à fleur de peau (comme par ex. : un décès, un voyage, une rencontre, un amour <3)

PS: Le père Gabriel en solo c'est pas trop mon truc, je préférais nettement avec Genesis (Vu en 1973 en concert à Beaulieu/Lausanne = époque Foxtrot, et ensuite à plein d'autres occaz)

14)
Gr@g
, le 14.01.2016 à 15:50
[modifier]

Je ne crois pas confondre avec la transe, parce que ce n’est pas ça que je ressens.
Aussi, ce n’est vraiment pas lié à une période, car j’ai des chansons qui sont elles liées à des périodes précises, des émotions particulières, et qui fonctionnent comme une madeleine de Proust à chaque écoute (ou presque).
Dans le cas du sujet du jours, c’est encore autre chose.

15)
nic
, le 14.01.2016 à 17:00
[modifier]

Peter Gabriel!
Merci Gr@g pour cet article!
Je me reconnais assez bien dans ce que tu décris, même si moi j’y étais à Malley en ’93 et c’est un des plus beaux concerts de ma vie!
C’est dingue! À l’époque (pas internet) c’était une surprise totale, je me souviens qu’en entrant on a vu la scène complètement vide et énorme… je voulais être le plus près possible de Manu Katché et j’ai demandé à un gars de la sécurité à quel endroit aurait été la batterie. Il m’a répondu qu’elle sera à deux endroits!!! Nous avons décidé de nous mettre sous la partie ronde de la scène et nous avons été gâtés! J’ai les frissons au souvenir…
Bref… depuis je l’ai vu une bonne dizaine de fois et je ne m’en lasse pas!

Une autre artiste contemporaine qui m’émeut est Sophie Hunger. Elle aussi je l’ai vue plein de fois, et je continue à aller à ses concerts.

J’ai des chansons qui me donnent des frissons, voire des larmes à chaque écoute. Des souvenirs, le contenu du texte, la musique, et des fois sans que je ne comprenne pas vraiment pourquoi…
Par exemple ces deux chansons d’Enzo Jannacci:
E l’era tardi e Ti te sé no.

Autrement dans d’autres formes d’art, je me souviens avoir eu les frissons à une expo de Mark Rothko à la Fondation Beyeler…

Je pourrais continuer, l’argument m’interpelle… Mais un apéro d’anniversaire de collègues m’attend. ;-)

ciao, n

16)
J-C
, le 14.01.2016 à 17:30
[modifier]

Merci à Gr@g pour ce sujet qui me touche.

À l’occasion de mon départ à la retraite, j’avais organisé à Dakar une petite réception avec un « moment musical ». (1)

Départ du Sénégal après 31 ans de séjour, départ en retraite et surtout retour en Corse après 43 ans d’absence de l’Ile…

Modeste guitariste et chanteur, il me fallait interpréter une unique chanson à cette occasion, et s’est ainsi imposé le titre « Toi mon ami de Corse » , dans lequel la famille, les gens du village demandent à « l’exilé » (« Paesanu », le villageois) de revenir, en lui témoignant leur affection.

Pas facile de chanter ces paroles avec la gorge un peu nouée, et les doigts fébriles sur la guitare ! L’émotion… mais avec en soutien Antoine Diandy, l’étoile montante de la musique sénégalaise !

Un couplet de cette chanson empreinte de nostalgie:

Mais il faudra qu’un jour, un jour tu te décides,
A revenir là-bas dans ton village,
Rentré du Sénégal
Tu feras des heureux,
Tu reverras les vieux,
Qui t’ont connu enfant.
Paesanu, paesanu, où que tu sois, quoi que tu fasses d’autre
Paesanu, paesanu, tu resteras toujours des nôtres.

Les plus indulgents des lecteurs de Cuk.ch pourront consulter cette petite video sans prétention, mais qui représente un moment fort.

Une chanson de circonstance, de la nostalgie et de l’émotion, avant le retour tant espéré…

(1) M.G. était bien sûr présent

17)
Jean-Yves
, le 14.01.2016 à 21:09
[modifier]

… un artiste qui ne m’a plus quitté.

Goûts partagés.
Sans oublier le remarquable travail de découvreur/éditeur réalisé par Peter Gabriel avec Real World, fascinante ouverture sur les musiques du monde.

@quark
Jethro Tull  est disponible sur Qobuz ;-)

@Blues, Hi-Phil…
Bien sûr, nous sommes des organismes sensibles et sujets à l’influence de notre environnement : D

Gr@g n’ayant pas parlé d’objectivité, je m’en tiens aux frissons.
Et il y a des fois où ça ne passe pas, quand même !

J’ai aussi en tête quelques morceaux, incrustés depuis leur première écoute (une sorte de sauvegarde inviolable à pérennité non garantie*) qui peuvent ressurgir hors contexte émotionnel. Du moins me semble-t-il !

Pas toujours faciles à siffler dans la rue en allant acheter le pain, mais disponibles sans promotion ni accessoires, et pour certains images incluses …

* Pourvu que ça dure !

18)
djtrance
, le 14.01.2016 à 22:21
[modifier]

@TTE: Tu fais bien de parler de GRRIF, j’ai découvert cette station de Délémont il y a quelques mois, leur programmation est géniale, nettement mieux que chez C3…! J’encourage à toutes et tous de l’écouter!

@Hi-Phil: Merci de tes conseils! Ce n’est pas pour moi (je me contente pour le moment d’une écoute basique mais j’aimerais investir plus tard dans un bon système). Le multi-room est effectivement un des critères (perso, je préfère m’asseoir sur un bon canapé avec un bon verre de whisky :))

@Cha’Blues: :) Salut toi! Merci pour tes conseils, j’ai eu peur de Bose lorsque j’ai, il y a quelques temps, écouté un système de chez eux (je ne sais plus ce que c’était) avec un son catastrophique… Je vais regarder ce qu’il en est de ce SoundTouch :)

19)
Gr@g
, le 14.01.2016 à 23:04
[modifier]

>> Hi-Phil
Oui, Gabriel me passionne, mais à part sa musique, je ne collectionne rien. Étant avant tout touché par son œuvre, et je le redis, je suis également très critique sur plusieurs points le concernant et garde totalement mon indépendance. Je ne m’identifie pas à lui. C’est sa musique qui me touche plus que toutes autres.

>> nic
Je pensais bien, nous avons échangé à l’époque sur le site pgfr, dont j’ai été le modérateur avant d’en devenir administrateur (ce que je suis toujours) et sur lequel je ne passe qu’épisodiquement avec un tout autre pseudo.

Et encore merci pour vos commentaires, c’est bien de parler d’émotions et de musique et pas seulement de herz et autre chiffres

20)
nic
, le 15.01.2016 à 09:07
[modifier]

ah gr@g, je me disais bien qu’on a surement dû se croiser quelque part dans la gabrielsphere ;-)
pgfr… des lointains souvenirs… c’était il y a longtemps ;-)

à la prochaine
ciao, n

22)
Blues
, le 15.01.2016 à 14:58
[modifier]

Ben tiens, moi j’y ai repensé … En me « calant » par rapport à ma vision/à mon niveau; finalement je suis arrivé à quelques chose qui serait proche des ressentis que Gr@g nous livre ici.

Dans mon cas (guitariste rythmicien), il n’y a qu’un seul et unique gars qui me fait cet effet depuis ma tendre jeunesse et qui tient sur la durée (donc oui marqué à vie) il s’agit de Keith Richards (que je nomme souvent « mon papa à moi ») car énorme respect pour ses riff’s simplissimes et oh combien accrocheurs. Oui il m’a servi de révélateur pour mon passe-temps favori (mon job de gratteux au sein de divers groupes).

Et pour l’œuvre qui contient tout ce que j’aime, et où j’aurais eu envie de participer à sa réalisation (si j’avais été capable/et avais eu son talent) qui me fait « vibrer grave » (aujourd’hui encore) c’est le mythique album Sticky fingers. Même s’il s’agit bien d’un travail d’équipe des Stones, les parties/séquences de guitares et les riff de KR « m’ont fait, me font et me feront mouiller » encore et toujours.

Même si j’adore le personnage (en faisant abstraction des paradis artificiels, sexe, drogue et rock and roll), aucune identification à lui ou si peu :D (crédit photo : François CukBoss)… Pour celles/ceux qui ne l’ont pas (encore) lu, sa bio est super cool.

23)
Gr@g
, le 16.01.2016 à 09:43
[modifier]

>>Hi-Phil
J’ai tenté de décrire: c’est une sensation plutôt ressentie très globalement. C’est comme si c’était évident d’écouter cela. Comme si la musique nous parle tellement que c’en est troublant. C’est différent des émotions « basiques » que la musique peut provoquer (tristesse, joie, excitation, larmes, frissons, ….) et c’en est même indépendant. Car il ne faut pas croire, je n’adoube pas tout ce que Gabriel a fait. Certaines chansons me font un effet bof, d’autres sont carrément ridicules.

Et Blues a peut-être expliqué de son côté ce qui se rapproche de ce sujet!