Profitez des offres Memoirevive.ch!
Un peu de lumières dans ce monde de brutes…

Ah, mes amis! Il faut que je vous raconte un truc qui m’est arrivé. Un truc insoupçonnable, inespéré. Moi qui doutait, et qui errait, sans foi, sur les chemins, j’ai trouvé celui de la vérité, et aussi son prophète! Alleluyah! Alleluyah! Mazel tov! Allahou akbar!

Depuis quelques temps, j’avais mal à ma République. Comme une gêne sur le côté droit de la liberté. Avec des symptômes atterrants que je lisais quasiment tous les jours dans les journaux.

Par exemple…

Le conseil d’administration d’Alcatel Lucent s‘est séparé de son PDG, la chose étant prévue dans son contrat sous la forme d’une indemnité de départ de 14 000 000€. Devant ce montant inique, et le tollé général, le PDG en question a fait ramener son indemnité à un montant plus raisonnable : sept millions d’Euros. On l’en remercie bien sûr, ce bon homme, d’avoir ramené cette indemnité à 451 années de SMIC, soit ce que gagneront, à la louche, 10 générations de salariés de basse caste.

Autre exemple…

Volkswagen fabrique des voitures rapides, puissantes, plus économiques et moins polluantes que les autres. Ils sont fort, les ingénieurs Volkswagen. Mais un peu comme Lance Amstrong en cyclisme, voyez-vous. Avec des aménagements qui viennent de se faire surprendre, car leur stupéfiant moteur a carrément un mode de fonctionnement "Tricherie sur banc d’essai", à côté de ses mode Sport ou Touring, plus traditionnels et plus admis.

Énorme scandale, dégringolade en bourse, des têtes tombent, dont celle du PDG, mais qui ne tombe pas seule, celle-ci, mais avec une indemnité de 60 000 000€.

Stupeur de ma part! Mais pas pour les différents intéressés, puisque on lit dans les Échos, journal gauchiste s’il en est : «  Que diable s’est-il passé en interne pendant 18 mois, entre le moment où l’Agence américaine pour l’environnement demande au constructeur des éclaircissements sur un logiciel informatique suspect et la révélation en mondiovision de la duperie? » Je comprends donc que l'info a mis 18 mois à me parvenir, mais pas aux responsables. Les lumières dans un trou noir...

Un dernier pour l’exemple

En 2011, sur un total de 36,5 millions de foyers fiscaux, 19,5 millions d'entre eux paient l'impôt sur le revenu selon l'administration fiscale. Soit 53,5 % des foyers fiscaux. Ce qui me fait dire que près d’un français sur deux n’est pas assez riche pour payer des impôts, autrement dit que la moitié de mes concitoyens est pauvre. Et j’apprends par la même occasion que moi qui ne pourrais élever décemment un enfant, seul à Paris où je travaille et vis, faute d'argent, je suis un nanti puisque je le paye, moi, cet impôt.

Alors?…

Montée de l'extrême droite, islamismes, appauvrissement au profit de quelques uns, replis communautaristes, à l’enchaînement de ces choses étranges, plus ou moins rétrogrades ou nauséabondes lues dans les journaux, on finit par se reposer des questions sur le monde dans lequel on vit, et même sur son essence.

On voit ressurgir populisme et  mouvements religieux, l’anathème et le crachat à la bouche, ceux qui appelait cette république "la Gueuse", et qui la taxent maintenant d’oligarchie ploutocrate en organisant des "Manifs pour tous" et  autres "Printemps Français", nostalgiques du temps où Dieu et les leurs régnaient sur la canaille; et on se demande d’un coup ce qui a bien pu se passer pour que ce rêve de régime populaire et égalitaire que nous avaient montré nos instituteurs radsocs des années soixante, défenseurs farouches de la République, ne soit plus un signe d'espoir mais de mépris populaire, comme si ce dernier siècle avait fait déteindre le drapeau, changeant le bleu-blanc-rouge en bleu-blanc-brun.

Nous y voilà! Il est là, mon mal à la République. Nous y sommes!...

Or, quand il y a frustration, c'est qu'il y a confrontation entre idéal et réel, que les deux ne concordent pas. Et comme on ne peut pas changer le réel, la question se pose : la République si idéale qu'on m'avait apprise ne serait-elle qu'un fantasme pour que le doux rêveur que je suis ne s'éveille jamais réellement?

Heureusement, un homme m’a fait comprendre ce grand quiproquo, la grande duperie de l’Histoire officielle, et  donné des raisons crédibles pour que ce qui se passe actuellement soit du simple domaine de la logique, et non du mystère, des Illuminatis et autres conspirations occultes et reptiliennes : Henri Guillemin.

 

hguillemin

Henri Guillemin

Amis suisse, le Guillemin en question, vous devez le connaître puisque, même s’il est français d’origine, de Mâcon, il a vécu chez vous et y est enterré, près de Neuchatel, je crois. C’est « un historien, critique littéraire, conférencier et polémiste français reconnu pour ses talents de conteur historique et pour ses travaux sur les grands personnages de l'histoire de France. » dit Wikipedia.

Conteur, certes, il l'est. Et passionnant! Je l’ai rencontré par hasard sur le Net, sous forme de rumeur, comme quoi un vieux monsieur faisait de l’Histoire un chose passionnante, au point de cartonner sur YouTube. Je suis allé l’écouter, et je dois dire que les dizaines d’heures passées en sa compagnie m’apparaissent tout sauf inutiles. Il favorise le retour d'une Histoire décapée, juste, celle qui vous fait à nouveau comprendre le présent comme une évolution logique, alors que de logique, vous aviez du mal à en trouver.

Iconoclaste, qualificatif qu'il a rejeté, je trouve qu’il l’est, et j'apprécie : c'est exactement le remède à mon mal-être politique. Ses Robespierre, Bonaparte, Pétain, Jeanne d'Arc, Rousseau ne sont pas convenus et bouffis d’images d’Épinal. Ils sont crédibles et compréhensibles. Pour tout dire, il éclaire l'Histoire d'une lumière nouvelle et montre à qui veux comprendre combien la République n'est pas acquise et qu'il faut œuvrer pour qu'elle perdure.

Rarement intelligence, culture et savoir ne m’auront donné autant de plaisir, de jubilation. Voire de clés pour comprendre l' avenir; et des arguments pour combattre ceux qui, sous couvert de patriotisme, font partie des cliques qui firent perdre une guerre à leur patrie pour pouvoir rafler un pouvoir que jamais ils n'auraient pu atteindre légitimement. Car ce n'est pas "qu'il soit encore fécond, le ventre d'où a surgi la bête immonde", c'est qu'il n'a jamais cesser de procréer. Et que ses enfants sont remuants.

Vous pouvez retrouver les conférences d'Henri Guillemin sur le site de la TSR, qu’ils en soient remerciés!. Une importante collection peut être aussi lue sur YouTube. Je vous recommande amicalement, si ce n'est déjà fait, d'aller passer un peu de temps à l'écouter.

38 commentaires
1)
PSPS
, le 28.09.2015 à 04:28
[modifier]

Homme tellement passionnant, en effet, que, voici quelques années, j’ai récupéré toutes les séquences vidéo disponibles sur les sites cités pour m’en faire des sons seuls que j’écoute sur mon iPod lors de mes déplacements en TGV !
Un must de la chronique historique et de la culture tout court !

2)
PhilSim
, le 28.09.2015 à 07:24
[modifier]

Il y a longtemps (snif), on le voyait très régulièrement sur la télévision romande donner ses conférences.

Même si l’on était pas à priori passionné par le sujet traité, il arrivait à « accrocher » le téléspectateur d’une manière impressionnante.

Il est vrai aussi qu’il y avait alors beaucoup moins de possibilités de recourir au zapping qui permet de s’échapper vers des sujets plus futiles et qui nous évitent de penser.

3)
Caplan
, le 28.09.2015 à 08:16
[modifier]

Il y a longtemps (snif), on le voyait très régulièrement sur la télévision romande donner ses conférences.

Enfant, j’étais dans ce cas! Ou comment ce bonhomme arrivait à scotcher un gamin de 10 ans devant la télé, en racontant les histoires de l’Histoire.

Alain Decaux n’était pas mal non plus, il faut dire…

4)
Modane
, le 28.09.2015 à 08:24
[modifier]

Oui, on voyait beaucoup Decaux en France aussi, mais il faisait plus dans l’histoire officielle, celle de Michelet, que je trouve très réductrice, et orientée.

5)
PSPS
, le 28.09.2015 à 09:02
[modifier]

Vrai qu’Alain Decaux et son complice André Castellot ont aussi illuminé mes jeunes années avec « La caméra explore le temps » !
Mais, Henri Guillemin se situe franchement à un autre niveau en explorant et rapprochant des sources divergentes parfois peu connues avec une acuité et un esprit critique qui offrent une vision sortant des sentiers battus.

6)
ToTheEnd
, le 28.09.2015 à 10:02
[modifier]

Ah ce fantasme du parachute doré… dans quel monde on vit! D’ailleurs, c’est tout de même la moindre des choses de demander la tête d’un patron et de le débarquer alors que pour le moment, on ne sait rien de son implication dans cette affaire…

D’après une stat que j’avais lu il y a quelque temps, en Suisse, c’est plus de 70% des foyers fiscaux qui payent des impôts.

Je vais mettre quelques vidéos en tâche de fond…

T

7)
Modane
, le 28.09.2015 à 10:32
[modifier]

>TTE : Je trouve pour ma part, que si de tels contrats peuvent être proposés, et signés, c’est bien le signe que notre monde occidental est loin d’être ce qu’on prétend, et que l’étude de son histoire est plus que jamais nécessaire, ne serait-ce que pour redéterminer le champ réel des libertés et responsabilités.

Mais bon… Heureusement, je reste sensible à ton humour! Ton patron, dont on ne sait pas, etc., il n’est pas payé pour justement prendre les responsabilités? Celles de mettre en place des stratégies et des flux de production, et celles qui découlent de la responsabilité légale du manager? Sinon, pourquoi de tels émoluments? :)
M

9)
Modane
, le 28.09.2015 à 12:14
[modifier]

Merci Frato! Car je dois bien avouer que sur les vidéos, le son de l’époque n’est pas terrible, et qu’ un petit travail de restauration ne serait pas de trop…

10)
ToTheEnd
, le 28.09.2015 à 12:17
[modifier]

c’est bien le signe que notre monde occidental est loin d’être ce qu’on prétend

Et on prétend quoi? Que tout est parfait y compris et surtout en entreprise, même si cette dernière a 592k employés dans le monde? L’enquête déterminera si les plus hautes sphères de l’organisation était impliquée dans cette fraude mais je doute que le CEO se soit personnellement mouillé dans cette affaire.

Etre payé EUR 2.3 millions par an (plus bonus) et assumer tous les risques et conneries d’une telle entreprise ne me semble pas si porteur que ça surtout que lui (et les autres) ne sont pas à l’abri de poursuites au civil…

Je ne connais évidemment pas les détails de son paquet de départ mais il doit aussi y avoir une bonne part de stock option et que sais-je encore (des choses acquises avant l’affaire donc). Je trouve toujours rigolo que toutes les émotions se cristallisent sur un chiffre sans en comprendre les tenants et aboutissants.

T

11)
Hervé
, le 28.09.2015 à 12:42
[modifier]

J’ai connu Guillemin grâce à mon beau-père qui pendant des années le retrouvait tous les mercredi à l’Université de Genève (en compagnie de Squibbs, pour ceux qui se souviennent des « anciens »). Et dans la famille on suivait chaque semaine son émission sur … Sottens d’abord.

Quel bonhomme

@TTE : On parle culture, pas fric !

12)
Modane
, le 28.09.2015 à 12:43
[modifier]

Je ne tiens pas à polémiquer sur les salaires de ces dirigeants. D’ailleurs, cette histoire n’est qu’une illustration.

Par contre, comment est arrivée la République, pourquoi, ce qu’elle a permis depuis la révolution industrielle, et comment, avec la dialectique, on arrive à gouverner contre le peuple avec l’assentiment de celui-ci, c’est autrement important. Et intéressant. Je parle donc juste d’histoire et de République, pour l’économie, ce n’est pas mon domaine : je laisse parler ceux qui en font profit. En écoutant bien.

Dernier point: je ne voudrais surtout pas persifler, on sait bien que ce n’est pas mon genre, mais je suis sûr que dans les 592 kiloemployés cités, il va bien se trouver un lampiste responsable de cette affaire de doigts dans le bocal à sucre.

14)
fxc
, le 28.09.2015 à 13:22
[modifier]

592 kiloemployés

Y sont payés au poids.

Je ne connaissais pas ce monsieur, pour moi son nom m’évoque cela

15)
Dom' Python
, le 28.09.2015 à 13:42
[modifier]

Car je dois bien avouer que sur les vidéos, le son de l’époque n’est pas terrible, et qu’ un petit travail de restauration ne serait pas de trop…

La restauration des archives de la RTS (née de la fusion entre la TSR – télé – et de la RSR – radio) est un travail collosal. Dans l’attente d’une restauration plus minutieuse et ciblée, un nombre vertigineux d’heures a déjà été consacré au « sauvetage » de la partie des ces archives qui étaient en fin de vie, (physiquement s’entend). Je compte vous parler de ça prochainement, puisque je travaille à la RTS et que j’ai notamment collaboré très modestement à ce projet de sauvetage et de numérisation.

Pour en revenir à Guillemin, à noter que les Editions RTS sortent en 3 DVD les treize conférences sur Jeanne d’Arc.

16)
ToTheEnd
, le 28.09.2015 à 13:50
[modifier]

On parle culture, pas fric !

Que deviendrais-je sans les remarques pertinentes de notre retraité grecque… disons que je n’aurais pas parlé fric si le camarade Modane n’avait pas, sur un texte de 1’077 mots, parlé de fric sur 360 mots (un tiers). Mais vivement un billet sur la culture grecque et les avantages d’une retraite là-bas avec une pension suisse.

Par contre, comment est arrivée la République, pourquoi, ce qu’elle a permis depuis la révolution industrielle, et comment, avec la dialectique, on arrive à gouverner contre le peuple avec l’assentiment de celui-ci, c’est autrement important. Et intéressant.

A te lire, les choses auraient dégénéré depuis la révolution industrielle… or, techniquement parlant, ce n’est pas juste. En valeur relative ou absolue, il y a plus de gens qui « profitent » des retombées économiques depuis l’ère industrielle qu’avant. Car avant cette ère, c’était vraiment que quelques nantis héréditaires qui profitaient de toutes les richesses. Bien entendu, je ne dis pas qu’il n’y a plus de nanti héréditaire mais enfin, dans l’absolu, la proportion a tout de même bien changé.

Après, on peut bien sûr philosopher longtemps si c’est un réel progrès que 1.5 millard de bipèdes puissent se payer un poêle à mazout pour rouler et aller chercher un LED de 50 pouces pour s’abrutir devant le JT et autres émissions tout aussi débilisantes.

Mais je le répète, je suivrai avec plaisir ces quelques liens car je trouve également très intéressant l’histoire…

T

17)
Hervé
, le 28.09.2015 à 13:54
[modifier]

Je ne suis pas un retraité grec (et pas grecque) et vit en Suisse 8 mois par année avec une retraite « internationale » – la Suisse m’en a payé 3% et la Grèce 1.8%. La proportion est bonne pour la Suisse

19)
Modane
, le 28.09.2015 à 14:31
[modifier]

A te lire, les choses auraient dégénéré depuis la révolution industrielle…

Non non… Le ressort de la chose est plus ancienne. C’est que la révolution de 89 déjà nous a toujours été présentée comme une révolution du Tiers État (sous-entendu le bas-peuple) alors que la question réelle était la répartition des biens meubles et immeubles entre l’aristocratie, détentrice de l’immobilier, et cette classe émergeant à l’époque, la grande bourgeoisie, détentrice du mobilier et voulant accéder aux richesses immobilières.

À voir, par exemple, l’enrichissement rapide de Danton, et la chute de Robespierre, on peut se poser déjà bien des questions, et on comprend d’autant mieux la bataille de Sedan, la répression de la Commune, l’accession de Pétain au pouvoir qui sont éclairées d’un jour nouveau, dans une logique très perturbante pour un Républicain idéaliste.

20)
Modane
, le 28.09.2015 à 14:39
[modifier]

il y a plus de gens qui « profitent » des retombées économiques depuis l’ère industrielle qu’avant.

Tout à fait juste. Mais on sait bien que ces miettes sont un investissement pour une paix sociale et que la majorité du profit n’est pas attribuée au peuple (n’y vois rien de marxiste, je ne le suis pas). Remarque que situer le débat sur cette idée là est déjà le signe d’un libéralisme triomphant. As-tu remarqué qu’on ne parle plus, dans les medias, des évènements qu’en termes économiques? On est loin, là, d’une discussion éclairée sur l’essence de la République ou le bonheur de nos semblables.

21)
Zallag
, le 28.09.2015 à 15:40
[modifier]

Il était fabuleux, je l’écoutais alors même que j’étais à peine un adolescent. Sa voix, ses silences, son éloquence, son élocution particulière étaient fascinants.

22)
ToTheEnd
, le 28.09.2015 à 15:40
[modifier]

La proportion est bonne pour la Suisse

Au temps pour moi, tu ne passes qu’un tiers de ton temps en Grèce…

Mais on sait bien que ces miettes sont un investissement pour une paix sociale et que la majorité du profit n’est pas attribuée au peuple

Les miettes dont tu parles font rêver pas mal de monde sur cette planète à en croire les flux migratoires récents et, d’une façon générale, c’est un modèle que quelques milliards de personnes nous envie.

Attention, je ne dis pas que notre système est parfait, excellent ou même l’aboutissement de ce qui se fait de mieux en démocratie. A l’échelle de l’humanité, ces 2 ou 3 derniers siècles sont peu de chose… par contre les progrès sont colossaux. Maintenant, faire ce constat, ce n’est pas porter au firmament le libéralisme mais tout simplement reconnaitre que dans l’ensemble, ça va quand même mieux qu’avant et pour beaucoup.

Après, je lis avec plaisir que d’après toi, les médias sont loin de faire un bon travail au quotidien et je partage pleinement ton avis… et c’est bien pour ça que je ne suis plus depuis longtemps les médias traditionnels. Malheureusement, comme 80% de la planète veut une bagnole, une plus grande maison à 2h du boulot et regarder le JT sur une plus grosse télé, on ne peut que constater qu’on est mal barré.

T

23)
Modane
, le 28.09.2015 à 16:34
[modifier]

Les miettes dont tu parles font rêver pas mal de monde sur cette planète

Deux réflexions : si les richesses étaient un peu mieux réparties, ils n’auraient pas à rêver; et s’il y avait eu alliance et non colonisation, non plus.
Après, si le confort moderne est effectivement une bonne chose, on ne peut que souligner que la surconsommation sert encore une fois un système de production qui a vu ses marchés naturels saturés dès la fin des 30 glorieuses, hors réels progrès technologiques. Finalement, le rêve devient productif…
Mais bon… Si nous en restions à l’Histoire?

24)
Hervé
, le 28.09.2015 à 17:03
[modifier]

Pour en revenir à l’histoire, il ne faut pas oublier que tout ce qui nous semble aujourd’hui quasi naturel n’a été obtenu qu’au prix de luttes très dures voire sanglantes. Les 40-48 heures, le week-end de congé. les vacances n’ont pas été offerts sur un plateau d’argent !

25)
Jean-Yves
, le 28.09.2015 à 17:12
[modifier]

>TTE : Je te lis toujours avec attention et il n’est pas rare que ça élargisse mon champ de réflexion. Là, j’ai l’impression d’une réaction plutôt épidermique, réduisant le billet de Modane à une simple critique de l’ultra-libéralisme, comme s’il fallait définitivement admettre qu’il n’y aurait pas d’autres choix possibles.
Ce n’est pas exactement la façon dont je l’ai perçu …

A te lire, les choses auraient dégénéré depuis la révolution industrielle… or, techniquement parlant, ce n’est pas juste. En valeur relative ou absolue, il y a plus de gens qui « profitent » des retombées économiques depuis l’ère industrielle qu’avant.

De quelle révolution industrielle est-il question ?
La première (1700-1820), de 600 à 679 millions d’habitants vers 1700.
La seconde (1870-1910), entre 1,55 et 1,76 milliard en 1900.
La troisième (depuis1970), estimée à 7,35 milliards au premier juillet 2015.

Au risque de dire une connerie …
En nombre c’est indubitable, vu l’évolution exponentielle de la population mondiale. 
Bon, jusque là ça va, j’ai tout bon !
En pourcentage de profiteurs, je serai plus circonspect, en regard de la variabilité des chiffres disponibles.
– Un premier exemple, que chacun pourra critiquer à loisir …
– Un deuxième, que chacun pourra critiquer à …
– Un troisième, que chacun pourra critiquer …
– Un quatrième, que chacun pourra …
– Un cinquième, que chacun …
– Un avant-dernier, que 
– Un  :)

Modane, merci pour la découverte.

26)
François Cuneo
, le 28.09.2015 à 18:27
[modifier]

Oui… quels souvenirs, mais moi c’était plutôt à la radio que j’écoutais ce grand Monsieur, vu que la TV, nous n’avions pas.

Un petit vent de nostalgie a soufflé dans mon ventre, là.

30)
ToTheEnd
, le 28.09.2015 à 21:30
[modifier]

Deux réflexions : si les richesses étaient un peu mieux réparties, ils n’auraient pas à rêver; et s’il y avait eu alliance et non colonisation, non plus.

Deux constats: tu peux aller parler avec des vénézuéliens (au hasard) qui sont un exemple moderne d’un pays qui a mis les exploitants dehors en nationalisant tout et tu nous diras comment ils vivent ça au quotidien aujourd’hui et s’ils ont l’impression que ça va mieux. Deuxième constat, on est toujours plus intelligent après et effectivement, il aurait mieux valu s’allier que coloniser… pas sûr que c’est notre génération qui réglera ce problème.

Là, j’ai l’impression d’une réaction plutôt épidermique, réduisant le billet de Modane à une simple critique de l’ultra-libéralisme, comme s’il fallait définitivement admettre qu’il n’y aurait pas d’autres choix possibles.

Pas du tout, mais commencé à parler d’histoire en donnant l’exemple de patrons qui se barrent avec une grosse valise, j’ai l’impression que c’est comme si tu voulais parler d’insécurité et que tu pointes du doigt 3 mecs dans le quartier qui portent une casquette à l’envers… mais comme aucun média ne se donnent la peine de « détailler » le chiffre, c’est facile d’être outré.

Au niveau de l’histoire, je pense que ce qui a vraiment mis un coup d’accélérateur à la croissance démographique, c’est la première ère industrielle… après tout le reste à suivi d’une façon plus ou moins exponentielle.

Maintenant, en terme de pour-cent, on a la mémoire courte et ne serait qu’au siècle dernier:

On a déjà été dans ces niveaux… on sait tous ce qui s’est passé. Mais quid de l’an 1600 quand le Brésil était le plus grand producteur au monde de sucre pour le roi du Portugal? Et que dire de l’empire romain en l’an 200 quand il s’étendait de Lisbonne à Babylone et de l’Angleterre au sud de l’Egypte? Et avant encore, avec l’Egypte qui regroupait à lui seul les plus grandes richesses en métaux précieux?

Mais attention, je ne nie pas qu’il y ait déséquilibre aujourd’hui, je tente simplement de dire qu’il n’est pas si exceptionnel et que globalement, ça va tout de même mieux pour le plus grand nombre.

T

31)
M.G.
, le 28.09.2015 à 22:15
[modifier]

Grâce à Modane, je viens peut-être d’avoir l’explication du départ de mon grand-père de France vers le Maroc en 1935. Il y séjournera jusqu’en 1948, année de son installation à Dakar.

L’émission de M. Henri Guillemin intitulée « La montée du fascisme » se termine par les événements du 6 février 1934 auxquels je sais que mon grand-père a participé, embrigadé dans le camp des « Camelots du Roi » de Charles Maurras. Un autre nom apparaît dans l’émission, celui du Maréchal Lyautey, qui aurait été lié dès 1924 avec l’extrême-droite. Lyautey, ce fut aussi le premier Résident Général du Protectorat français au Maroc (Casablanca lui doit son premier plan d’urbanisme). Wikipédia nous apprend que de 1911 à 1934, la résidence de Lyautey à Paris se situait au 5 de la rue Bonaparte. Curieusement, c’est une adresse dont parlait mon grand-père, sans référence à Lyautey mais comme lieu de réunion des « Camelots du Roi ». La gravité des événements du 6 février 1934 à Paris et peut-être une implication particulière de sa part, expliquerait qu’il soit allé se mettre au vert au Maroc dont il n’est jamais revenu, grâce à l’intervention de Lyautey, évidemment.

Le poste d’ingénieur en chef des infrastructures de la base aérienne de Meknès qu’il a occupé pendant toute la durée de la guerre ressortirait du même « arrangement ».

Comme je n’ai aucune archive puisqu’elles ont été systématiquement détruites par ma grand-mère à la mort de son époux (sans me demander mon avis) je me sens toujours un peu frustré de ce trou dans la saga familiale.

Une fois de plus, merci Cuk.ch ;-)

32)
Modane
, le 28.09.2015 à 22:21
[modifier]

>TTE : Cela nous entraine fort loin de mon propos qui était le travestissement historique et le nécessaire travail de l’historien. Et comme je disais, on ne peut pas tout résumer à l’économie. Mais je parlais de transfert de propriété dans les années 1780, c’est que s’est passé avec le pétrole au Venezuela, plus récemment. Comme quoi politique et économie se confondent trop facilement avec les intérêts privés, et que l’histoire se répète.

34)
Sirrensis
, le 29.09.2015 à 00:03
[modifier]

Merci Modane pour ce rappel des émissions de Guillemin qui m’avaient permis d’entrouvrir l’importance de l’histoire. À peu près à la même période, il y avait, à la télévision suisse romande, un jeu télévisé de culture générale avec un autre savant du nom de Jacques Bergier, si je ne fais erreur.
Et c’est deux-là, tout comme ton texte, me renvoie à Hannah Arendt. Transmettre la tradition culturelle pour ne pas reproduire les totalitarismes.
En ce sens ton billet nous y aide.

37)
guru
, le 30.09.2015 à 19:26
[modifier]

Déjà ado, j’étais scotché devant ma radio lorsque ce grand Monsieur y faisait ses conférences (diffusées systématiquement à la radio belge) !

38)
Modane
, le 30.09.2015 à 19:38
[modifier]

Vous avez eu quand même vachement de veine, vous tous, de l’avoir côtoyé aussi tôt!