Profitez des offres Memoirevive.ch!
De l’âge adapté?

Papa de 2 filles (2.5 et 7 ans), je suis confronté régulièrement à une question :

  • est-ce que ce film, ou cette série est adapté à ma/mes filles ?

Je ne veux pas ouvrir ici le débat des « pour ou contre la TV » à l'intention des enfants, car nous avons fait le choix d'en avoir un usage maîtrisé.

En effet, avec ma femme nous proposons nous-mêmes les dessins animés qu'elles peuvent regarder, ou alors nous nous renseignons sur la série dont elles nous parlent. Très souvent, nous sommes avec elles (en tout cas les 1res fois), pour veiller à leurs réactions et vérifier si le contenu est adapté.

Grâce aux avancées technologiques, cette manière de faire est simplifiée. En effet, grâce au replay sur 7 jours, nous avons un immense choix à disposition. Cela évite d'être mis devant n'importe quoi à n'importe quelle heure. Même si j'ai l'impression qu'aujourd'hui, les programmations sont plus adaptées que lorsque j'étais gamin (au début des années 80' !).

Nous tentons de ne proposer que des séries adaptées aux âges. Tant dans leurs formats (durée de 20 min max pour les -4 ans), car en général, après 30 min, l'attention décline, et même si cela peut être pratique (par exemple au moment de la préparation du repas), nous tentons de ne pas trop les laisser devant celle que nous nommons affectueusement « la boîte à grimaces ».

Aussi, nous essayons de rester attentifs aux sujets, et au rythme qui peuvent avoir un effet sur elles.

Mais je l'avoue, autant c'était facile à gérer pour la 1re, autant pour la 2e, elle est mise en situation de voir des séries adressées à des enfants plus grands inévitablement. Heureusement pour nous, notre grande arrive à apprécier quelques séries pour plus petites, et du coup, elles peuvent partager des moments TV ensemble, ce qui peut déboucher après sur une session de jeux entre elles basée sur ce qu'elles viennent de voir.

Le coeur du sujet que je voulais partager avec vous concerne plutôt les films. Il se trouve que nous sommes plus adeptes du visionnage à la maison qu'au cinéma pour l'instant, autant pour des raisons de prix que d'en faire une sortie comme une fête (pareil à une sortie concert presque... avec repas dehors...).

Ce qui est marrant, c'est que pour nos 2 filles, leur premier long métrage a été le même : « Monstres et cie » !

La grande avait 3 ans, et le film passait l'après-midi à la TV, et c'est donc le hasard qui nous a mis devant. Elle a été captivée du début à la fin, au point d'oublier de demander la série qu'elle avait le droit de voir. Et moi, qui ne connaissais pas le film, suis resté avec elle, à guetter ses réactions. Pour la 2e, elle n'avait que 2.5 ans quand elle l'a vu, mais c'est la 1re fois qu'elle reste 1 h 30 sur le canapé à regarder l'écran ! Elle a également été captivée. Pourtant, il est annoncé pour 7 ans, voir 5 ans. Et c'est là que naît la source de mon questionnement.

Par exemple, la petite connait les musiques et les personnages de la « Reine des neiges », la grande l'ayant bien évidemment vu plusieurs fois sans sa soeur, mais nous pensons actuellement qu'elle est trop petite, en passant pour des parents (trop) strictes aux yeux de certains. Pourtant, celui-ci est prévu pour 8 ans, et ma grande l'a vu à 6 ans. Toutefois, 2.5 ans nous paraît tout de même trop jeune.

Dans quelques dizaines de jours, je vais enfin pouvoir montrer le chef d'oeuvre « L'étrange Noël de Mister Jack », car j'estime ma fille suffisamment mûre pour le voir, et je découvre qu'il est prévu pour 7 ans. Pour une fois, tiens, on est dans la « norme »... (ajout plus récent: apparemment, selon les normes françaises, en Suisse, il est autorisé 12 ans!)

À côté de cela, nous croisons souvent des enfants qui ont déjà regardé certains films (comme Star Wars, Spiderman, Iron Man...) à 6 ans... alors qu'ils sont souvent prévus pour 10 ans et plus...

Donc, est-ce nous qui sommes un peu trop strictes, quitte à priver des sujets de discussion à nos enfants (surtout à partir de l'âge scolaire) ? Est-ce que ces notions d'âges légaux et/ou conseillés ne servent à rien ? Sommes-nous les seuls à tenter (avec plus ou moins de réussite comme vu plus haut) de respecter ces âges ? Ou est-ce que plusieurs années d'expérience n'ont pas changé grand-chose à la perception des dessins animés ? Je sais qu'il existe des gens pour qui « dessins animés = enfants », quelque soit l'âge, parmi la génération de mes parents par exemple.

Enfin bref, nous pensons que les indications d'âges ne sont pas faites pour rien, mais gardons en tête qu'un peu d'attention portée au contenu de ce que regardent nos enfants ne fait pas de mal. Cela peut être même des bons moments de partage.

Par exemple, La grande a été scotchée par « Minuscule, la vallée des fourmis » alors que la petite a très vite commencé à jouer dans le salon sans prêter attention au film. Pourtant, en terme de contenu et de longueur, il nous semblait adapté.

En fait, j'en suis au point de me dire que malgré toute l'attention que des professionnels de l'enfance et des médias éditent des recommandations, c'est à nous, parents, de faire au plus proche de notre conscience. Surtout lorsqu'on voit qu'entre pays, d'après les sites que j'ai mis en lien, les normes ne sont pas les mêmes! qui croire alors?

Mais peut-être que c'est cela le problème : sommes-nous réellement conscients de ce que nous permettons à nos enfants de regarder, tant en les privant de voir certaines productions, qu'en les autorisant ?

 

 

Photo d'illustration tirée de "Cinema Paradiso"

 

Liens utiles :

Site pour les âges : http://www.filmspourenfants.net

Site pour les âges des cantons de Genève et Vaud: http://www.filmages.ch/accueil.html

âges légaux en Suisse : http://www.jeunesetmedias.ch/fr/protection-des-jeunes/lois-et-droit/films-protection-du-jeune-public.html

7 commentaires
1)
François Cuneo
, le 07.10.2015 à 07:40
[modifier]

L’âge est en effet un problème.

Le nombre de gamins qui regardent des trucs que je n’ose pas regarder moi-même alors qu’ils ont 8 ans, ça me scie.

Et je ne te parle même pas de jeux. Des trucs pour 18 ans minimum, plein d’élèves de 10 ans y jouent. La honte…

2)
Renaud LAFFONT
, le 07.10.2015 à 08:09
[modifier]

Je fais exactement pareil que toi avec mes enfants de 6 et 9 ans. On n’a pas la télé (j’ai un poste de télé mais je n’ai pas d’abonnement à la télé dans ma box) et on regarde sur Netflix et sur iTunes. Je leur mets des dessins animés, des documentaires (les « comment ça marche » sur discovery channel par exemple, ou bien des « c’est pas sorcier »). Dernièrement ils ont adorés la série « Cosmos » avec l’astrophysicien Neil deGrasse Tyson.

Mes gamins me racontent que leurs copains ont vu tel ou tel film qui est pour bien plus grand que leur âge….cela me laisse pantois….

3)
PSPS
, le 07.10.2015 à 08:22
[modifier]

Je ne possède pas d’enfants et me sens donc mal placé pour porter un jugement sur les méthodes d’éducation de mes contemporains…
Mais quand je vois les gosses de certains de mes amis regarder assidûment toutes les sottises policières que diffusent les chaînes de télévisions françaises, meurtre ceci, enquête cela, je me dis que nos têtes pensantes contribuent inconsciemment au développement d’une banalisation de la violence, moyen d’expression élémentaire pour les sujets les plus fragiles.

4)
Pom
, le 07.10.2015 à 08:26
[modifier]

Un petit lien en plus vers une revue critique de cinéma de (très) grande qualité, Ciné-Feuilles (Suisse et pertinente !):
http://www.cine-feuilles.ch/
Un âge conseillé (en plus de l’âge légal) pour les films est mentionné et la critique permet de se faire un avis aussi concret. Un petit bémol: les films pour enfants sont mélangés aux autres.

5)
Jean Claude
, le 07.10.2015 à 09:18
[modifier]

Mes enfants ont actuellement dans les 30-40 ans et à l’époque de leurs 5 ans c’était « le manège enchanté » 10 minutes avant le couché (actuellement ils regardent ce qu’ils veulent…).
Aujourd’hui nous sommes grands parents et le problème se pose différemment. Nous avons la joie de les garder pendant les vacances scolaires. Ne regardant quasiment pas la télé chez eux ils la réclament de façon véhémente chez nous : « un tout petit peu, c’est les vacances, s’il te plaît… ».
Nous avons cédé. Le matin, après le petit déjeuner, à condition de s’être habillé auparavant, ils ont droit à une heure, voire une heure trente quand il pleut, de dessins animés.
Pour cela nous avons choisi France 5 ou le matin passe une série de dessins animés de 5 à 10 minutes chacun. Avantage de France 5 à ce moment : pas de publicité, pas de violence, un petit peu de pédagogie. Certes, c’est plein, à déborder, de bon sentiments, mais nous estimons que ça ne peut que légèrement contrebalancer ce qu’ils voient, entendent ou vivent ailleurs.
Techniquement, puisque les émissions pour enfant sur France 5 passent entre 7h et 9 h le matin, nous enregistrons.
Notre plus grand plaisir, à ma femme et moi, c’est lorsque les dessins animés sont terminés et que la chaîne à enfin le droit de passer des publicités d’entendre un choeur d’enfants :
« Jean-Claude, Nicole !! C’est la pub, faut arrêter. »

6)
tibet
, le 07.10.2015 à 09:43
[modifier]

Je voudrais faire un commentaire un peu général sur cette situation à laquelle j’ai été confronté aussi, il y a 3 décennies et un plus. Voilà ce qu’il m’en reste ; De manière générale, le monde est ouvert, chacun(e) en est le “témoin”, impliqué, quelque soit son âge et surtout dès qu’il va sortir de sa maison (son cocon), quelle qu’en soit la raison, y compris pour le simple fait d’accompagnement pour de petites commissions.
Ça a été en son temps, un constat et c’est devenu rapidement une crainte. Mais finalement, une autre crainte a failli s’imposer à moi : Que mon fils trouve à l’extérieur plus de questions et de réponses qu’à l’intérieur (ce qui était inévitable). Pour dire plus simple, qu’il ressente l’extérieur plus riche que l’intérieur.
J’ai donc essayé de m’interdire tout jugement, j’ai tenté de mettre en place une éthique et une morale (ils sont fortement synonymes mais il reste assez de différence pour inscrire les deux) et, d’avoir constamment à l’esprit, dans mon quotidien, de partager le plus possible cette démarche en acceptant, ce qui était difficile même intellectuellement, que la différence s’installe et que l’“autre” (au delà du rapport père-fils) apparaisse, le plus libre possible.
C’était le temps de Télé-Chat et pour mon fils, celui de se pisser à la culotte de bonheur… littéralement :°)

7)
lvme
, le 07.10.2015 à 18:13
[modifier]

Personnelement, avec les enfants qui sont maintenant grands (21 17 et 15) je suis allé au plus simple et jai cherché les programmes adaptés au 2-102 ans (je tiens compte de l’allongement de la durée de vie et du caractère de plus en plus précise de nos bambins)

On a ainsi pu voir ensemble tout et n’importe quoi, mais en famille puisque la règle numéro un était « pas de tv » sauf…
Du noir et blanc à la septième compagnie, des matchs de basket au Burger quiz. de Colombo a Fbi duo très spécial.

Pas de Disney (sauf le roi lion de mémoire) mais plutôt du studio Guibli (on les a tous vu) ou Aardman..

Des thématiques aussi. De mémoire et pour exemple, à la sortie de Lost in translation, petite rétrospective Bill Murray.

Pas de positon dogmatique ou iso9002 issus des informations figurant sur la jaquette mais de l’empirique brut de décoffrage.

Je me souviens aussi de quelques doutes : la série des Harry Potter par exemple, avec des films plus violents que les bouquins. Finalement à l’exception du petit dernier qui n’a pas vu les premiers opus ils ont tout vu.

Quelques ratés aussi. Un film d’animation comme Oseam a bouleversé tout le monde, y compris les grands, et on a un peu regretté de l’avoir montrer aux enfants

Mais bon, on assume !

Le problème que j’ai actuellement est que je n’arrive pas à augmenter le niveau c’est à dire qu’ils restent volontiers scotchés à ces émissions de merde (oh pardon je voulais parler de « variété avec polémique pour faire le buzz ») de type petit journal ou Ruquier. J’ai beau essayé des les diriger vers du Frédéric Taddeï par exemple, qu’ils connaissent bien (d’art d’art) rien à faire. Ils aiment bien lire, mais impossible de les mettre devant La grande librairie.

Le teloche reste pour eux un objet de divertissement et pas de débat d’idées.