Profitez des offres Memoirevive.ch!
Orléans

Aujourd'hui aussi je vais faire dans les jeux un peu plus compliqué.

Orléans est un jeu allemand (auteur et éditeur original). Souvent quand on parle de jeu à "l'allemande", on veut dire un gros jeu de gestion avec des cubes partout, peu d'interaction et des points à compter à la fin de la partie. Je caricature un peu... mais à peine.

Orleans_3D_box

Orléans est donc un jeu à l'allemande, car on y retrouve la gestion et les points. Pourtant, il y a bien plus d'interactions qu'il n'y paraît au premier abord et surtout pas de petits cubes.

Au lieu de cube, on se retrouve à faire de la gestion de sac, du "bag building", comme on dit en français bien de chez nous. Dans ce sac, nous y retrouverons des jetons qui représentent nos partisans et qui vont nous aider à faire des actions. Le sel du jeu sera donc de réussir à optimiser son sac pour toujours réussir à piocher les jetons dont on a besoin.

Pour les connaisseurs (je sais qu'il y en a), c'est comme un deckbuilding - Dominion - mais avec un sac.

Orleans_eclate

Voyons un peu plus en détail les actions possibles.

Tous les joueurs piochent un certain nombre de pions dans leur sac. Ce nombre va dépendre de l'avancée de leur marqueur sur la piste des chevaliers, mais également de la place qu'ils ont à disposition sur leur marché (limitation à 8 jetons maximum).

Ensuite, à nouveau tous ensemble, les joueurs vont positionner les jetons sur leur plateau personnel pour planifier des actions.

Par exemple, pour activer la ferme. Il faut positionner un pion blanc et pion bleu. Pour activer le village, il faut un pion bleu, un noir et un brun. À chaque fois que l'on active une action, on avance son marqueur sur la piste correspondant à l'action.

Chacun joueur, l'un après l'autre, active une action. On continue comme ça tant que des joueurs ont encore des actions à jouer.

Voici quelques exemples d'actions possibles :

  • Se déplacer par route ou voie maritime : en se déplaçant sur la carte, on prend une marchandise sur la route qu'on parcourt
  • Construire un comptoir : sur la ville où l'on se trouve, on peut construire un comptoir pour autant qu'il n'y ait encore aucun comptoir (un des siens ou d'un adversaire) sur la ville
  • Agrandir la ville : construire un nouveau lieu qui sera une nouvelle action possible
  • Participer à une oeuvre de bienfaisance : envoyer ses partisans définitivement sur un autre plateau (une façon de nettoyer son sac de jetons dont on a plus besoin, tout en faisant quelques points)
  • ...

Au début, la phase de planification est assez facile, peu de jetons sont à disposition et toutes les actions sont faisables. Au fur et à mesure du jeu, des actions ne seront plus utilisables et ça va devenir de plus en plus tendu ! En fait dès que :

  • On a atteint le bout d'une piste d'action
  • Il n'y a plus de jetons correspondant à l'action

on ne peut plus faire l'action correspondante. Du coup, l'ordre du tour va devenir très important et il faudra être très attentif à la stratégie des autres et à ce qu'ils veulent jouer. Au niveau de la carte, les interactions seront souvent présentes et on risque de se faire piquer une marchandise sous le nez ou l'emplacement d'un comptoir si on n'est pas attentif.

Le but ici n'est pas de vous expliquer le détail des règles. Pour cela, vous pouvez soit visionner l'explication des règles sur TricTrac ou carrément voir une partie. Le but est plutôt de vous faire ressentir le potentiel du jeu à la fois très fluide et pourtant super tendu. On voudra toujours faire plein d'actions... et on ne pourra pourtant en faire qu'une ou deux (la faute à ces fichus jetons qu'on a mal gérés).

Vous trouverez donc dans ce jeu :

  • De la stratégie
  • De la fluidité
  • De la tension et de l'interaction
  • Des mécanismes innovants

En résumé, tout ce qu'il faut pour faire un très bon jeu (si on fait abstraction des illustrations pour le moins... austères).

Une extension va sortir tout bientôt qui permettra de jouer avec des scénarios particuliers (en coopératif, en duel, en solo) et un kit d'upgrade permet également de jouer jusqu'à 5 joueurs. Autant vous dire que je me réjouis d'essayer tout ça !

Orléans
de Reiner Stockhausen
Illustré par Klemens Franz
Édité par Matagot
Prix public : 50€
De 2 à 4 joueurs
Env. 90 min.

 

7 commentaires
1)
Madame Poppins
, le 01.10.2015 à 06:24
[modifier]

Ben ce matin, je viens d’économiser 50 euros ;-)) Autant tu m’as fait acheter des jeux comme Timeline (histoire et animaux), autant là, je passe mon tour, ce qui est le comble pour une… Allemande !

Bonne journée,

2)
Filou53
, le 01.10.2015 à 09:37
[modifier]

Euh, bête question sans doute, mais le but du jeu ne m’apparaît pas clairement …
(à part gagner bien sûr ;-)

3)
Puzzo
, le 01.10.2015 à 12:24
[modifier]

@Filou53 :

Comme la plupart des jeux à l’allemande : le but du jeu est d’avoir le plus de points… et il y a plein de manière pour arriver à gagner des points.

Le but « thématique » du jeu est d’asseoir sa domination dans la région d’Orléans en faisant de la production, des échanges et en se développant du mieux possible.

4)
infisxc
, le 01.10.2015 à 16:09
[modifier]

Donc, si je comprends bien, c’est une sorte de mélange entre Agricola et Dominion, non ?

Cela étant, malin l’idée du sac. Ça supprime le côté un peu pénible de Dominion qui est de passer son temps à mélanger les cartes.

Merci pour le conseil Puzzo. Je me le note dans un coin.

5)
Origenius
, le 01.10.2015 à 17:30
[modifier]

Moi qui suis né à Orléans, j’ai été agréablement surpris de découvrir le sujet du jour. Lorsque des Japonais me demandent d’où je viens, ce qui arrive assez souvent finalement, vu ma carrure et mon aspect occidental, je leur réponds « オルレアン », ce qui veut dire Orléans dans la langue locale. Un sur deux me rétorque « Ah oui, Jeanne d’Arc ! » Et d’ajouter à mon tour : « En effet et je suis allé à l’école avec elle » (同級生でした pour les japonaisants). Bref même les Japonais connaissent Orléans et Jeanne d’Arc.

L’illustration de la boîte de ce jeu me semble moyenâgeuse. Peut-être même l’armure y dessinée évoque-t-elle Jeanne d’Arc ?

Ce jeu, tout allemand qu’il soit, aurait-il comme fondement historique la guerre de 100 ans et particulièrement Jeanne d’Arc pour se nommer « Orléans » ?

6)
François Cuneo
, le 01.10.2015 à 17:49
[modifier]

Aujourd’hui aussi je vais faire dans les jeux un peu plus compliqué.

Ah…

J’ai eu peur, là… Mais finalement non, ça va…