Profitez des offres Memoirevive.ch!
MacTeX 2015, un pas vers El Capitan

Pour certaines malheureuses âmes égarées ;-) l'événement informatique de l'année aura été la sortie de Word 2016. Il en faut bien pour tous les goûts, après tout ! Pour ma part, ç'aura été plutôt celle du millésime 2015 de la distribution LaTeX phare sur les plateformes Unix, à savoir TeX Live, et de son adaptation à Mac OS X, MacTeX 2015mactexlogoX5

Comme chaque année, la nouvelle mouture présente les versions mises à jour de la grande majorité des packages standards et moins standards de LaTeX. Mais en ce qui concerne MacTeX/TeX Live proprement dit, rien de bien transcendant… MacTeX reste toujours ce gros bundle de plus de 2 GB qui permet l'installation aisée de la distribution TeX Live complète sans aucun changement particulier, et qui le complète pour Mac OS X par plusieurs programmes et utilitaires, la plupart spécifiques à notre plateforme :

  • TeXShop, l'interface graphique à LaTeX la plus utilisée sur notre plateforme ;
  • TeX Live Utility, une interface Mac OS X au gestionnaire de packages en ligne de commande TeX Live Manager, testé ici dans une version ancienne;
  • BibDesk, interface aux programmes de gestion de bibliographies BibTeX et Biber, testé ici également dans une ancienne version;
  • Excalibur, un correcteur orthographique, testé ici;
  • un utilitaire Unix bien pratique, Ghostscript, permettant la manipulation en ligne de commande des fichiers PostScript et PDF ;
  • LaTeXit, un éditeur d'équations sophistiqué basé sur LaTeX, testé ici ;
  • et toujours le panel TeX Distributions, installé dans les Préférences Système, qui repère les différentes distributions LaTeX installées sur votre ordinateur.TeX_distribution

    Il y a actuellement deux distributions sur ma machine : TeX Live 2014 et TeX Live 2015, cette dernière étant la distribution active.

À noter que ce panel est maintenant libéré d'un bug qui l'empêchait de fonctionner sur Yosemite !

Ceci dit, il y a un changement fondamental dans l'organisation du bundle qui est une conséquence de la sortie prochaine du nouvel OS X, El Capitan.

Jusqu'à présent, MacTeX installait sur le système un lien symbolique (symlink), /usr/texbin, pointant vers les binaires de TeX Live. Ce lien symbolique devait être entré dans les préférences des interfaces graphiques de LaTeX, comme TeXShop, pour permettre à ces dernières de fonctionner.

Or une des nouveautés d'El Capitan, c'est que le répertoire /usr est désormais inaccessible à l'utilisateur, même administrateur… Ne me demandez pas pourquoi, je n'en ai aucune idée.

Si bien que MacTeX installe maintenant un autre lien symbolique vers les binaires de TeX Live : /Library/TeX/texbin, dans le système d'exploitation. Ceux qui utilisent déjà El Capitan doivent absolument entrer ce lien dans les Préférences de leur(s) interface(s) graphique(s) LaTeX pour que celles-ci fonctionnent ! Comme ici dans les Préférences de TeXShop, par exemple :

symlink

La modification est à introduire dans l'onglet « Moteur » des Préférences de TeXShop, rubrique « Réglage des chemins ».

 

Ceux qui en sont restés à un système d'exploitation antérieur ne sont pas obligés de procéder à cette modification, et peuvent conserver le lien symbolique /usr/texbin (bien qu'utiliser l'autre lien ne nuirait en aucun cas). Simplement, lorsqu'ils mettront à jour leur système, il ne faudra pas oublier de le faire…

Avec El Capitan ou non : Happy TeXing!

23 commentaires
1)
Gilles Theophile
, le 06.08.2015 à 08:17
[modifier]

J’aime beaucoup l’intro de cet article : « les âmes égarées ».

Ben du coup je ne lirai pas le reste. Après tout, il en faut pour tous les goûts, mais il est vrai que je ne connais pas un seul auteur ou rédacteur qui utilise autre chose que Word.

2)
Franck Pastor
, le 06.08.2015 à 08:43
[modifier]

Vexé ? Ce n’était pas le but. C’était une petite vanne telle que j’ai l’habitude d’en faire envers le maître de céans lorsqu’on parle de ce sujet. J’en prends aussi pas mal dans la tronche régulièrement, mais ce n’est jamais méchant, pas plus que cette vanne ne l’était. Tiens, je vais lui adjoindre un smiley pour mieux en faire comprendre l’esprit !

3)
Gilles Theophile
, le 06.08.2015 à 09:26
[modifier]

Ah mais je ne suis pas vexé, mais d’un point de vue rédactionnel, il est toujours hasardeux de commencer un article par une pique…

4)
topoman
, le 06.08.2015 à 10:13
[modifier]

J’utilise depuis assez longtemps la version allégée de MacTex appelée BasicTeX (~ 100 Mo au lieu de 2 Go), que je complète avec les programmes TeXShop, TeX Live Utility, BibDesk et LaTeXiT. Je préfère installer ainsi juste le nécessaire, sans les milliers de fichiers accessoires que je n’utiliserai de toute façon jamais pour la plupart. Dans les rares cas où j’ai beson d’un package absent dans BasicTeX, j’ouvre TeX Live Utility, je tape le nom du package en question puis je clique sur « Installer » et le tour est joué.

5)
François Cuneo
, le 06.08.2015 à 10:39
[modifier]

En tant qu’âme égarée, j’ai essayé de l’être moins il y a trois ou quatre ans en installant LaTex.

Mal m’en a pris: depuis, les changements de Mac via l’assistant de migration sont impossible, une dernière minute prenant des heures.

Voir l’article de Fabien à ce propos. Grâce à lui, j’ai compris que LaTex avait foutu le bronx chez moi. J’ai essayé de corriger cela depuis, ça va mieux, mais ce n’est pas encore ça.

Alors bon… d’accord, la nouvelle mouture fait envie. Mais je n’installerai plus jamais un logiciel, même libre, qui me fout un bordel pareil.

Juste pour dire, Word ne m’a jamais fait ça…

6)
Franck Pastor
, le 06.08.2015 à 10:42
[modifier]

Ah tiens, à propos de BasicTeX, il était conseillé de télécharger les MacTeX-additions auparavant, c’est-à-dire MacTeX sans TeX Live, pour le compléter. Mais vu le peu de succès de cet ensemble, il a été supprimé cette année. Les gens font apparemment spontanément comme topoman, après BasicTeX ils ne téléchargent que ce dont ils ont besoin, au détail en quelque sorte.

Et je m’aperçois que j’ai oublié l’éditeur d’équations LaTeXit dans la liste. Je rectifie de suite !

7)
Franck Pastor
, le 06.08.2015 à 10:53
[modifier]

Voir l’article de Fabien à ce propos. Grâce à lui, j’ai compris que LaTex avait foutu le bronx chez moi. J’ai essayé de corriger cela depuis, ça va mieux, mais ce n’est pas encore ça.

D’après cet article (paragraphe Installing Yosemite) cité dans les commentaires de celui de Fabien, MacTeX n’est pas le responsable direct de ce bug, mais bien le processus Apple de mise à jour vers Yosemite.

The biggest problem by far with Yosemite occurs during installation, and then only for users who already have TeX. The installer begins by moving /usr/local to a temporary location. Then it installs the new system. Near the end, the installer moves the contents of /usr/local back to their original location, but in the process it carefully examines each file. Since TeX contains hundreds of thousands of files, this final step can last from an hour to over twelve hours. Users who let installation run all night report success in the end.

Des contournements simples sont donnés dans ce même article. Apparemment ce problème semble réglé avec El Capitan, puisque je n’ai plus vu mention de tels problèmes récemment.

8)
ToTheEnd
, le 06.08.2015 à 10:55
[modifier]

Mouais, toujours aussi ésotérique cette affaire… qui devrait être enseignée et fournie en standard dans toutes les écoles…. ahahahahah…

Vive les alternatives mais cette affaire restera une niche…

T

9)
Franck Pastor
, le 06.08.2015 à 11:03
[modifier]

C’est parfois difficile d’accès, les niches, mais une fois qu’on y est c’est bien pratique et confortable, et on n’a plus envie d’en sortir ! :-b

10)
Migui
, le 06.08.2015 à 12:49
[modifier]

Franck, je vais tout de même essayer de me laisser convertir, étant jusqu’à maintenant une « âme égarée »: pourrais-tu mettre en ligne un exemple de document (même une seule page, idéalement au format pdf) composé à partir de MacTex, comportant quelque chose d’utile sur le plan du layout et qu’il serait impossible de réaliser avec, disons, Word 2016?…

11)
Franck Pastor
, le 06.08.2015 à 13:36
[modifier]

Je ne pense pas que quoi que ce soit de produit par LaTeX soit impossible à produire par Word, et vice versa. Même pour les mathématiques, pourtant LE domaine d’excellence de LaTeX de l’avis unanime, on parviendra à reproduire les formules les plus compliquées avec Word.

Non, la différence se fait dans le rendu typographique du document produit. Vois ce lien très intéressant : http://www.zinktypografie.nl/latex.php?lang=en, où l’on voit entre autres un exemple de document d’une page traité respectivement par InDesign, Word et LaTeX. J’ai tiré ce lien de cette discussion tout aussi passionnante sur le site tex.stackexchange.com.

On trouve d’autres comparaisons entre Word et LaTeX à cette adresse.

12)
jacksonV
, le 06.08.2015 à 13:48
[modifier]

J’utilise LaTeX en tant que maître d’histoire au niveau secondaire, et j’utilise donc une multitude de sources écrites, ainsi que des images et des schémas.

Ce qu’il m’apporte en plus, c’est une logique de base de donnée. Chaque document, schéma ou exercice existe à un seul emplacement, ainsi que sa référence bibliographique exacte.

Pour produire un corpus, un test, ou une projection (en PDF), je «convoque» les éléments nécessaires. La mise en page se fait toute seule selon le style de document, les références sont ajoutées suivant les standards.

En gros tout est standardisé. Et si je repère une faute de frappe, je corrige une fois et tous les documents utilisant ce texte seront corrigés.

Finalement, dans mon usage, cela me paraît plus logique. Pour le partage, je produit des versions PDF. Ceci dit, cela m’a pris au moins une année pour bien maîtriser le système, et il faut lire une quantité de documentation.

J’ai beaucoup appris en lisant cet ouvrage sur l’utilisation pour les sciences humaines: http://geekographie.maieul.net/95

13)
Laurent Vera
, le 06.08.2015 à 13:50
[modifier]

Franck, l’exemple est caduc, les césures se règlent sur indesign, tout comme les ligatures, les approches optiques et autres. Je ne pense pas que l’on puisse comparer LaTeX avec un logiciel de mise en page comme Indesign, c’est un autre monde, c’est comme comparer un 24 x 36 avec une chambre ou un moyen format. Indesign est un logiciel professionnel pour la mise en page.
Je vous lis depuis longtemps, et à chaque fois LaTeX me rappelle les photocomposeuses compugraphic des années 90. Les opérateurs me certifiaient que mon petit Mac et son logiciel QuarkXPress ne tiendraient jamais la longueur… Il n’y a plus depuis longtemps de photocomposeurs.
LaTeX est certainement excellent pour composer des formules mathématiques pour les universitaires, mais dans le monde de l’édition ou de la publicité je ne l’ai jamais rencontré.

14)
Dom' Python
, le 06.08.2015 à 13:55
[modifier]

Franck, ton intro m’a bien fait marrer! Mais c’est vrai que l’ajout du smiley évite à un non habitué de sauter à pieds joints dans le malentendu!

Pour le reste, je ne suis pas concerné: Word au travail, et chez moi je n’ai que très rarement besoin d’un traitement de texte. Je rédige sur Ulysses (iA Writer dans certains cas) et ne publie que sur cuk ou mon blog. Donc quand j’en ai besoin, je « m’égare l’esprit » et elle est belle!

15)
Franck Pastor
, le 06.08.2015 à 14:13
[modifier]

@Laurent Vera : InDesign, qui selon ce livre de Yannis Haralambous a repris l’algorithme de mise en paragraphes de TeX en le qualifiant de « révolutionnaire » en se gardant bien de préciser d’où il le tenait bien sûr. Ceci dit, je ne connais pas InDesign, je sais juste qu’il n’est pas du tout dans mes moyens financiers.

Mais LaTeX à proprement parler n’est pas un concurrent direct d’InDesign : LaTeX se focalise essentiellement sur les documents complexes, avec index, table des matières, bibliographie(s), glossaire(s), etc, mais essentiellement textuels, avec relativement peu d’images. InDesign propose-t-il plus de fonctionnalités que LaTeX dans le domaine des documents richement illustrés et avec des mises en page très élaborées, façon journal de presse ou magazine. Si Adobe possède un concurrent direct de LaTeX (et tout aussi onéreux qu’InDesign), ce sera plutôt FrameMaker.

Par contre, un autre programme, basé, comme LaTeX, sur TeX (comme InDesign l’est apparemment…) est censé être un concurrent direct d’InDesign : il s’agit de ConTeXt. Mais là, on s’avance sur des domaines que je n’ai pas explorés. Noé Cuneo, dont je sais qu’il a utilisé ConTeXt au moins pendant une période, pourrait nous en dire plus, s’il passe par ici.

PS : l’analogie avec la photocomposeuse est malheureuse. Si Knuth a mis au point TeX, c’est justement pour s’en éloigner et revenir à un modèle (informatisé) de typographie à l’ancienne, de plus grande qualité selon lui. Voir cet article, page 9.

16)
Laurent Vera
, le 06.08.2015 à 14:47
[modifier]

Franck, on parle bien de la même chose. Quand je parle de compugraphic je pense au dernier modèle de photocomposeuse qui n’utilisait pas de disques optiques (comme la diatext vario) mais bien un laser piloté par un ordinateur pour flasher les films destinés au presse offset. Je me souviens simplement de la dissociation à l’écran du texte et de son enrichissement, tout comme laTeX si je comprends bien.
Concernant Indesign, dans les cas de document richement illustré, il est incontournable, d’autant plus qu’il me permet maintenant de faire la bascule de mes documents print vers les tablettes et leurs enrichissements tactiles.

17)
ToTheEnd
, le 06.08.2015 à 16:17
[modifier]

Effectivement, ça rejoint plusieurs discussions que nous avons eu sur Word 2016. Le produit s’améliore et sur plein de points.

Ce qui faisait la particularité de Latex et certainement un avantage à une époque est en train de s’estomper. Bien entendu, cet outil excelle dans des usages particuliers mais c’est un peu comme de dire que dans le fond, tout le monde pourrait se servir d’une Formule 1.

Pour le moment, je reste sur Word et Pages pour tout mes besoins « bureautiques » mais ça ne m’empêche pas d’admirer ton enthousiasme pour cette affaire;-)

T

18)
Franck Pastor
, le 06.08.2015 à 17:34
[modifier]

Bah, LaTeX, qui n’est guère plus vieux que Word soit dit en passant (TeX date de 1978, LaTeX de 1984), s’améliore aussi progressivement, j’ai montré certaines de ces améliorations dans mes articles : microtypographie, Unicode, incorporation d’un langage de script (Lua), travail collaboratif et interactif, etc. On n’a pas fini d’en parler ! :-)

19)
ToTheEnd
, le 06.08.2015 à 18:01
[modifier]

Comme les Formule 1 évoluent tout le temps… ce n’est pas pour autant que ces véhicules, tout d’un coup, s’adressent à tout le monde.

Dans sa « niche », Latex s’améliore tout le temps et c’est tant mieux mais il ne devient pas pour autant un candidat au remplacement de Word pour les masses.

T

20)
François Cuneo
, le 06.08.2015 à 18:11
[modifier]

J’ai vu de nombreux documents sortir de l’ordinateur de deux de mes fils qui font tout sur LaTex, c’est vrai que c’est splendide et meilleur que ce que rend Word (mais à quel prix dans le domaine de l’apprentissage).

Cela dit, c’est comme en Hi-Fi, certains sont malades de fichiers Hi-Res, d’autres se contentent sans problème d’un AAC. Donc c’est très bien s’ils trouvent leur compte dans LaTex.

Comparé à inDesign, je ne suis plus d’accord: lui également est une bête en typographie avancée. Mais c’est vrai que lui aussi est un logiciel qui demande une certaine… adaptation.

21)
François Cuneo
, le 06.08.2015 à 18:14
[modifier]

Dans sa « niche », Latex s’améliore tout le temps et c’est tant mieux mais il ne devient pas pour autant un candidat au remplacement de Word pour les masses

… dont je suis…:-)

22)
Cédric D
, le 19.08.2015 à 14:14
[modifier]

Bah, LaTeX, qui n’est guère plus vieux que Word soit dit en passant (TeX date de 1978, LaTeX de

Une petite chose que j’apprécie particulièrement avec Tex/LaTeX, c’est de pouvoir ouvrir et compiler des documents que je n’ai plus touchés depuis plus d’un dizaine d’années. Je pense même que l’on puisse le faire avec les documents de 1978!

23)
redetu
, le 25.05.2016 à 10:50
[modifier]

Bonjour à tous,
Pour afficher les fichiers masqués sous la varappe, dans le terminal :
defaults write com.apple.finder AppleShowAllFiles NO
killall Finder
puis, glisser l’élément caché dans la barre latérale, ensuite dans le terminal :
defaults write com.apple.finder AppleShowAllFiles YES
killall Finder
pour tout masquer, sauf ce qui est dans la barre latérale.
Vous pouvez ainsi toujours avoir accès aux élément ordinairement cachés.

redetu