Profitez des offres Memoirevive.ch!
Houffalize, La Roche : excursion en Luxembourg belge

Aujourd'hui j'avais prévu de présenter un détail une solution LaTeX « en ligne » : Overleaf. Seulement voilà, ces derniers temps j'ai bien plus la tête au vélo qu'à LaTeX… C'est humain, c'est les vacances ! J'ai donc décidé de consacrer cet article à une de mes sorties cyclistes, comme je l'ai déjà fait plusieurs fois, tout en présentant la région belge parcourue.

La sortie en question a eu lieu à Houffalize et La Roche-en-Ardenne, province du Luxembourg belge, aujourd'hui même.

Le contexte : ce samedi, j'ai prévu de participer à une randonnée de 135 bornes, la Flèche brabançonne pour cyclotouristes (la Flèche brabançonne étant au départ une course pour professionnels), qui a lieu à l'est de Bruxelles. Étant en retard dans ma préparation physique, avec deux kilos de trop (quand on est maigre de nature comme moi, ça ne se voit pas du tout de l'extérieur, mais je vous assure que sur le vélo, on les sent passer), j'ai décidé de faire une sortie ardennaise en guise de préparation. C'est que les bosses et murs ardennais font sérieusement travailler en intensité d'effort, et c'est justement ce qu'il me faut.

Et je pense également aux objectifs que j'ai à plus long terme, bien plus éprouvants a priori que cette Flèche brabançonne : l'ardennaise Tilff-Bastogne-Tilff (240 km) et le Rad am Ring (les 24 h vélo, en relais avec un coéquipier, sur le circuit nord du Nürburgring dans l'Eifel allemand voisin)…

Enfin bref, réveil aux aurores ce matin à Bruxelles, préparation du matériel et en voiture Simone pendant une heure et demie, direction Houffalize, dans le Luxembourg belge.

1024px-Houffalize_JPG01

Houffalize, vue aérienne.

Il paraît que c'est la plus petite « ville » officielle belge… Elle a en effet plus l'allure d'un grand village. Totalement détruite pendant la seconde guerre mondiale, elle a pu être reconstruite de façon à conserver un caractère tout à fait avenant, sans être, comme certaines de ses voisines (voir plus loin), déformée par le tourisme de masse.

J'enfourche le vélo, et c'est parti en direction d'une autre ville luxembourgeoise, La Roche-en-Ardenne. La première petite dizaine de kilomètres sont presque tout plats, le long de la branche orientale de la grande rivière ardennaise Ourthe (laquelle rejoint sa branche occidentale un peu plus loin) : parfait en guise d'échauffement. Par contre, ça secoue pas mal, trop même : la route est parsemée de stries longitudinales étonnamment nombreuses et larges, ce qui rend un effet de Paris-Roubaix par endroits.

Après cet échauffement, se présente une côte moyennement pentue de deux bornes : Mormont, la mal nommée, car elle est plutôt facile. En arrivant au village du même nom, je prends un itinéraire bis méconnu, qui permet à un endroit de profiter d'un panorama extraordinaire sur l'Ourthe. Malheureusement je n'ai pas réussi à dénicher de photo libre de droit de cet endroit pour la placer ici. Il faudra que je me décide un jour à me mettre à la photo (et à emmener l'appareil avec moi à vélo).

Quelques montagnes russes ensuite, une descente conséquente à la fraîche, quelques kilomètres de plat pour attaquer juste avant l'entrée de La Roche-en-Ardenne, le premier plat conséquent de la journée : le « col » d'Haussire.

Capture d’écran 2015-04-08 à 22.37.17

Le profil d'Haussire.

Le « col » d'Haussire, c'est presque 4 km de montée et 300 m de dénivelée, quelque chose de conséquent donc pour une côte belge, même ardennaise. Selon l'encyclopédie Cotacol des côtes et cols de Belgique, une de ses variantes serait la plus rude ascension belge. Pour ma part je me contente de la montée la plus directe. Directe, elle l'est dans tous les sens du terme : c'est une ligne droite presque parfaite (traversant une magnifique forêt), ça monte sans répit et avec les derniers 1400 m entre 10 % et 12 % de pente (voyez la partie rouge du schéma…). Mot d'ordre : mouliner ! 26/34, un braquet digne du VTT, cadence de pédalage minimale de 80 tours/minutes, et dans ces conditions ça passe bien.


Une vidéo « en situation » de la dernière partie de la côte d'Haussire.

Et puis c'est la descente sur La Roche en Ardenne, empruntant une partie de la route de la côte de Samrée, soit dit en passant une des plus longues de Belgique (7 km !). Au bas de la descente je retrouve les bords de l'Ourthe et j'entre dans le centre de La Roche-en-Ardenne, anciennement La Roche.

Castle_of_La_Roche-en-Ardenne

La Roche et son ancien château féodal, en ruines.

À la différence d'Houffalize, c'est une ville ultra-touristique, envahie pendant chaque vacances par des hordes de Flamands et Néerlandais (et leurs caravanes) voulant oublier la platitude de leur paysage sans pour autant aller trop loin de chez eux. Et les vacances de Pâques ne font pas exception : c'est déjà plein de touristes comme une huître (de Zélande) !

Bref, malgré le côté pittoresque du château en ruines et de bien des bâtiments, je ne m'y attarde pas. M'attend quelque chose de bien plus attractif (pour moi) : la « vieille route de Beausaint », une autre côte bien raide.

amenagement-vieille-route-beausaint-la-roche-en-ardenne

Le début de la vieille route de Beausaint (à droite, là où ça grimpe sec, forcément).

Beausaint est un tout petit village perché sur une colline dominant La Roche. Deux routes y accèdent : l'ancienne, pentue, agreste et étroite, et la nouvelle, large et très fréquentée par les automobiles. Vous devinez pourquoi j'ai choisi la vieille route ! Deux kilomètres « seulement » comme Mormont, mais une pente moyenne de 8,6 % avec un passage à 18 % dès le début. De quoi empêcher le bonhomme cycliste de se refroidir !

Ensuite, redescente sur La Roche à nouveau. Mine de rien, ça fait déjà deux heures que je suis sur le vélo, et mon planning m'impose de penser au retour. Je quitte donc La Roche, par une nouvelle côte assez roulante, celle d'Ortho, du nom du village à l'autre bout. 3 km à 5,6 %, ce n'est pas un foudre de guerre, mais elle a la particularité d'être régulièrement la première côte officielle que doivent franchir les coureurs pros de Liège-Bastogne-Liège. D'autre part, elle a été le juge de paix du championnat de Belgique cycliste en 2013 (vainqueur Stijn Devolder), un des plus difficiles de ces dernières années. Ce jour-là les coureurs devaient la franchir en circuit… quinze fois de suite.


Le magnifique parcours de ce championnat, en vidéo accélérée. Il suffit des quarante premières secondes de la vidéo pour expédier la côte d'Ortho… De quoi rendre envieux les cyclos besogneux !

Peu avant d'arriver à Ortho-centre (pas pu résister…), j'oblique à gauche pour descendre une longue côte, celle de Nisramont. En bas de cette descente, un barrage, pas particulièrement spectaculaire, mais c'est une attraction en soi ici, paraît-il.

0_Nisramont_-_Barrage_(1)

Le barrage de Nisramont.

Sitôt le bas de la descente atteint, ça remonte immédiatement pour attaquer la côte de Nadrin, 3,3 km à 4,6 %, un billard très roulant. Pour l'anecdote, Nadrin, au sommet, est la patrie d'un coureur belge en activité actuellement, Maxime Monfort.

Le village de Mormont est à deux pas d'ici. J'y retourne donc pour redescendre la côte du même nom que j'avais montée en premier, pour revenir à Houffalize par le même itinéraire (et maudire à nouveau l'état de cette route, qui vous fait faire des écarts avec des bagnoles arrivant derrière…).

Et me revoilà à Houffalize, après 3 h 30 de parcours bien vallonné, comme il se devait. J'avais prévu, si j'avais les jambes, de m'achever en grimpant le mur local, la rue Saint-Roch, que j'ai déjà grimpée plusieurs fois à d'autres occasions. 11 % de moyenne sur 1150 m, avec des pointes à 20 %, c'est un des « morceaux » du coin. C'est par ailleurs généralement la deuxième difficulté officielle de Liège-Bastogne-Liège, après la côte d'Ortho.


Passage des coureurs de Liège-Bastogne-Liège dans la rue Saint-Roch, en 2001, dans la deuxième moitié de la vidéo. Dju, ils vont vite !

Mais mes jambes sont quand même un peu éprouvées après les escalades précédentes, et je justifie mon lâche désistement en me disant qu'il ne faut quand même pas que je me crève complètement alors qu'il y a 135 bornes à parcourir qui m'attendent samedi. Donc j'en reste là, et je reprends ma voiture, content quand même de l'excursion. J'espère qu'elle vous aura plu aussi, et qui sait donné l'envie de m'y accompagner à vélo la prochaine fois que j'y repasse ! ;-)

8 commentaires
1)
guru
, le 09.04.2015 à 09:27
[modifier]

Bravo Franck, bel effort pour un coureur « étranger »…

Mais avouons que l’Ardenne, c’est moins puissant que la Suisse mais c’est joli aussi.

Bon courage pour samedi.

2)
Franck Pastor
, le 09.04.2015 à 10:00
[modifier]

Après plus de quinze ans passés en Belgique, j’ai du mal à me considérer encore comme un étranger !

En parlant de Suisse, une anecdote arrivée juste après cette randonnée : sur le chemin du retour, un peu avant de passer à Liège, je m’arrête dans une station-service pour acheter un casse-croûte, et je vois un Suisse (voiture immatriculée canton de Vaud) complètement désemparé demander à la caissière comment il peut payer son plein d’essence… Il n’avait pas repéré la borne de paiement par carte juste à côté de la pompe. La caissière lui montre la borne et lui dit « Il faut payer avec Bancontact. ». À nouveau, tête du Suisse… avant qu’elle lui explique aussi ce qu’est Bancontact en Belgique. On ne se rend pas compte à quel point les us et coutumes de deux pays peuvent diverger, même s’il y a une langue en commun :-)

3)
guru
, le 09.04.2015 à 10:10
[modifier]

@ Franck, c’était évidemment un clin d’oeil… avec cependant un regret: que nous ne nous soyons jamais rencontrés à Bruxelles. J’en parlais il y a deux jours avec Migui, on devrait, un jour, aller boire un verre entre rédacteurs belges.

Quant au vélo, chapeau! Moi qui ai déjà du mal dans le chemin des Tumuli…

5)
Franck Pastor
, le 09.04.2015 à 10:55
[modifier]

@guru Je suis partant, si on trouve un créneau ! Faites-moi signe. J’aurai d’ailleurs plus de temps libre ces prochains mois.

@Emilou : c’est de La Roche-en-Ardenne dont je parle ici, pas de Durbuy :-) Mais c’est effectivement tout aussi prisé par les Flamands et Néerlandais. Comme La Panne ou Ostende par les Wallons, Français et Bruxellois, à la Côte.

6)
Migui
, le 09.04.2015 à 13:15
[modifier]

@guru, @Franck Pastor Très bonne idée d’aller boire un verre!

@ Franck Pastor Merci pour ces bons moments en Ardenne belge!

Je suis un peu gêné de le dire, mais, étant né à Bastogne et ayant habité pendant 20 ans dans cette région, je ne suis jamais allé à Houffalize ni à La Roche… Heureusement, il n’est jamais trop tard pour bien faire!

7)
fxc
, le 09.04.2015 à 14:01
[modifier]

je ne suis jamais allé à Houffalize ni à La Roche… Heureusement, il n’est jamais trop tard pour bien faire!

N’oublies pas ton passeport……

8)
Franck Pastor
, le 09.04.2015 à 18:30
[modifier]

Tant que j’y pense, je fais un peu de pub pour la bonne cause : la randonnée Maxime Monfort, dont les recettes profiteront à la recherche sur les dons d’organe, aura lieu le dimanche 9 août cette année, départ d’Houffalize. Il y a suffisamment de choix de distances pour contenter tout le monde, du cycliste occasionnel au chevronné, et il y a également un parcours VTT.

Je l’ai faite en 2010, 2011 et 2012, à chaque fois j’ai été ravi. Malheureusement, je n’ai pas pu la faire ces dernières années, ni ne le pourrai cette année encore, devant être en France aux dates prévues. Mais si vous en avez l’occasion, foncez !

http://www.vayamundo.be/fr/randonnee-maxime-monfort