Profitez des offres Memoirevive.ch!
L ‘édition enrichie

Je vais commencer par une anecdote qu'un ami m'a rapportée. Sa soeur souhaitait déménager et vendre son appartement. Elle fit venir un agent immobilier qui visita l'appartement pour préparer la vente.

"Tout est parfait, Madame, à l'exception d'une pièce qu'il faudra modifier.

Laquelle ?

Votre bibliothèque, il faut impérativement la démonter, c'est aujourd'hui un frein à la vente, plus personne ne veut de bibliothèque!"

Stupeur de la soeur de mon ami, universitaire et docteur en histoire moderne, elle avait dans cette pièce plusieurs centaines de livres... Incompréhensible pour elle qu'une bibliothèque (fabriquée sur mesure qui plus est) soit un écueil pour la vente de l'appartement.

Cette introduction pour revenir sur un sujet qui me préoccupe ces derniers temps, la bascule de l'édition papier vers l'édition digitale.

Voilà 3 ans que je m'intéresse à la chose et étudie toutes les solutions possibles. J'avais abordé le sujet voilà 2 ans et expliqué mon problème d'ergonomie de l'interface, problème en partie résolu par une formation UX design (Conception orientée Expérience Utilisateur, grands mots pour parler de jugeote et d'écoute de l'utilisateur final) et surtout par le travail avec un vrai ergonome de formation (spécialisé dans le digitale) qui intervient maintenant sur tous mes projets dématérialisés. Du fait de mon orientation plutôt communicante et publicitaire, j'ai  volontairement laissé l'Ebook de côté, que je juge plus orienté édition traditionnel, pour me tourner vers les plug-ins Indesign n'étant pas développeur et ne souhaitant pas le devenir. J'utilise la solution Aquafadas, qui me convient parfaitement. Il existe d'autres solutions comme Twixl ou la suite DPS d'adobe (inabordable pour les petites sociétés comme la mienne) que je n'ai pas encore testé, la solution Aquafadas étant la plus complète particulièrement pour les enrichissements et les interactions.

Les écueils que je rencontre aujourd'hui sont liés à la multiplication des écrans (et donc de leurs tailles) et à la gestion des contenus.

La taille des écrans

L'écran 10"de l'Ipad me semblait un bon compromis, mais la démocratisation des phablettes me pose questions, surtout depuis que j'utilise un iPhone 6+.

Faut il développer pour une tablette 10' ? (alors que le marché est en train de s'effondrer) ou pour ces phablettes (dont l'écran me paraît malgré tout trop petit pour une belle mise en page et un bon confort de lecture). Et je ne parle pas de l'arrivée d'un hypothétique iPad pro avec un écran 12 ou 13'.

Nous sommes obligés de faire des arbitrages et de choisir un type d'écran, la mise en page "liquide" ou en responsive design n'existant pas  (encore) avec ces plug-ins. On pourrait envisager de créer une mise en page par type d'écran (et orientation !) mais le coût devient  irréaliste. J'espère que les prochaines évolutions de nos logiciels nous permettront la bascule d'un écran à l'autre de façon transparente et rapide.

 

La gestion des contenus

Hier, pour une édition papier, il fallait un (des) bon texte, des images ou des illustrations de qualité, et c'était déjà difficile. Je reste simpliste et n'aborde ni la ligne éditoriale du document ni le graphisme, pourtant essentiel.

Pour une édition enrichie, les contenus doivent être de qualités, nombreux et divers dans leurs formes, d'autant qu'ils sont transverses avec les autres canaux de diffusions.

Crossmédia

Pour exemple, un schéma empirique sur ma vision simple du "cross média", qui nous oblige à gérer les contenus en amont pour tous les canaux de diffusions.

 

Les contenus doivent être "tuilés" entre vecteurs sans être redondants et doivent appeler à découvrir chacun des autres canaux ou médias mis en place. Une vraie stratégie qui doit être pensée en amont.

C'est véritablement la qualité et la pertinence des contenus qui font la réussite et l'intérêt de l’édition enrichie.

Vous me direz c'était la même chose avant, sauf la que la multiplicité des contenus à intégrer (images, sons, vidéos, motion design, fichiers pdf, réseaux sociaux, site internet....), fait que la tâche est ardue. Il faut également concevoir son scénario de lecture, le design d'interactions et le design sensoriel.

Méthodo UX Design-01

Un schéma qui résume la méthodologie que j'essaye appliquée à chaque projet,
issu de la formation UX design.Et qui résume assez bien la difficulté de réalisation.

Aujourd'hui j'ai déjà produit 2 éditions, 2 autres sont en cours de réalisation pour le Grand Lyon,

IMG_0468

l'une pour un office de tourisme dans l'Ain, à découvrir ICI

 

IMG_0467

et l'autre pour un fabricant de matériel de pêche à la mouche, à découvrir

 

Deux expérimentations sur lesquelles nous communiquons peu, attendant des versions réellement abouties. Vous pouvez les découvrir en version iPad. Elles existent également en version android, mais l’expérience utilisateur de cette version est moindre, dû à la multitude de matériels proposés, au manque de puissance des tablettes android (ou du manque d'intérêt du développeur pour fournir une app optimisée, cela devrait venir m'a-t-on dit).

Au final, j'ai l'impression de me retrouver en 1988, devant mon Mac IICX, avec des logiciels en devenir me battant pour flasher un bout de film 1 coul à envoyer à l'imprimeur. Heureusement je ne suis pas le seul et, si le sujet vous intéresse, suivez le blog Electricstudio, alimenté par une équipe réellement en pointe sur ces dispositifs.

3 commentaires
1)
Marcolivier
, le 20.05.2015 à 18:22
[modifier]

Merci, Laurent, pour cet article intéressant qui, comme le dit Jean-Yves, est bien difficile à commenter. Aussi, plutôt que de me risquer dans un domaine où la limite de mes compétences (et peut-être de ma patience) risque d’être vite atteinte, je profite de notre intérêt commun,

la bascule de l’édition papier vers l’édition digitale

pour lancer une question sur le sujet dont tu fais, bien volontairement, l’’impasse : la création d’ebooks.

Je m’y intéresse depuis quelque temps à titre privé (pour l’instant du moins) et envisage de créer des documents (recueil d’articles, revue, livres) propres et bien structurés, et surtout plus facilement lisibles sur un gadget électronique qu’un « simple » pdf au format figé. Composés essentiellement de textes, ces documents pourraient néanmoins contenir quelques graphiques images, des notes de « bas de pages », une bibliographie, éventuellement un index (mais aucune animation où besoin d’avoir un format d’affichage déterminé).

Alors bien sûr, je me suis amusé avec l’exportation d’un document Word dans Calibre, voire encore à la création d’epub automatique dans Pages. Cependant, si cela me convient à titre personnel, ce n’est pas précis ni structuré, et ne peut par conséquent souffrir de diffusion publique.

J’ai découvert tout récemment le programme Sigil, qui permet de créer des epub. Je joue doucement avec lui, mais je dois avouer que je suis un peu perdu, ayant l’impression qu’il me manque beaucoup d’informations pour avancer sur des bases solides.

C’est pourquoi, plus qu’une question, mon commentaire est un appel au secours, ou plus justement, une requête. Est-ce que toi ou tout lecteur de bonne volonté auriez des connaissances, des suggestions, des recommandations à partager sur la question (lecture, programme, workflow, etc.) ? L’idée d’un prochain (très long et détaillé) article peut-être… ;o) ?

2)
thomas
, le 20.05.2015 à 23:09
[modifier]

Merci pour la synthèse et le partage d’experience sur ce sujet très vaste.

Un point me laisse dubitatif: du point de vue du client, quand on n’atteint ce degré d’exigence (et ces moyens), que l’on fait appel (indirectement) aux services d’un ergonome, ne recommanderiez vous pas de s’offrir les services d’un développeur qui peut mettre en oeuvre un design « fluide » (sur un site « responsive » plutôt qu’une app) plutôt que de subir les limitations d’outils wysiwyg? (a moins que cela ne soit scier la branche sur laquelle vous êtes assis?)

3)
Laurent Vera
, le 23.05.2015 à 22:01
[modifier]

Désolé, pour la réponse tardive, mais j’étais en déplacement ces jours.
Merci en tout cas à ceux qui ont commenté, même si, effectivement, cet article n’appelait pas vraiment à commentaires.

Marc-Olivier, je ne suis vraiment pas un spécialiste de l’ebook, cependant, le plug in aquafadas te permet de générer un iBook à partir d’indesign (si tu l’as). J’ai testé pour voir, personnellement je déteste. Ilya aussi iBook authors d’Apple, c’est gratuit, je crois, mais je n’ai jamais essayé. En bref les iBook, ce n’est pas mon truc.

Thomas, pourquoi une app et pas un site responsive ? Et bien tout d’abord, parce que la publication enrichie est embarquée et ne nécessite pas de connexion internet. Et puis je peux créer un document avec toute la liberté créatrice et la rigueur nécessaire sur la gestion de la typo et du document en général, je suis précis au pixel, quel que soit le device. Ma mise en page sera respectée, et ça, c’est fondamental pour quelqu’un qui a débuté à l’époque du pot de colle et des bromures à coller sur la mise au net… Quant à scier la branche, je fais aussi du web, mais ce n’est pas la même destination, comme tu peux le voir sur mon schéma du cross média.