Profitez des offres Memoirevive.ch!
De la B.O. (4/5): des compositions marquantes

Aujourd'hui, il ne va pas être question d'un auteur unique, mais plutôt d'une vraie Bande Originale composée de plusieurs morceaux que je trouve particulièrement réussis.

Certains sont composés par des « stars » des bandes originales, d'autres peut-être moins. Certains sont des classiques absolus, d'autres pas forcément. Et je vais sortir (un peu) des orchestrations avec orchestre uniquement. Et je dois avouer que je n'ai pas forcément de grandes connaissances dans les différentes compositions de ces artistes.

 

Alors, tout d'abord, un générique de série, parmi les plus géniaux qui aient été faits à mon sens, par son côté hypnotique et ses qualités de compositions, mais également par son côté « madeleine de Proust ». Il s'agit d'une composition de John Barry, le même qui a composé les thèmes de l'agent 007 (entre autres), ou « Danse avec les loups » (ce que j'ai découvert en rédigeant cet article !).

 

 

John Barry fait pour moi partie des incontournables, qui sont capables de créer des thèmes facilement reconnaissables, tout en ayant une jolie maîtrise des compositions pas simplistes.

 

Ensuite, je ne peux passer à côté du 1er compositeur « siffleur » (bien avant des DJ à la mode), avec Ennio Morricone. N'étant pas un fan de western, je ne connais pas forcément toutes les musiques qu'il a composées, sauf les ultras connues. Mes favorites sont celles tirées de « Mon nom est personne » :

 

 

 

Si vous voulez, voici le lien du thème du même film

et je ne peux résister à vous mettre cette musique, tirée de l'un des films qui m'a le plus ému :

 

Ensuite, une musique de Michael Nyman, tirée de la « Leçon de piano » qui est le morceau que la quasi-totalité des pianistes amateurs de ma génération a tenté de reproduire. Mais j'avoue que la partition totale de ce film est sublime. (ou dois-je dire « je trouve que » ?)

 

Les musiques, originales ou non, que Yann Tiersen a utilisée pour « Amélie Poulain » en font également à mon sens une des B.O. les plus agréables à écouter dans son ensemble.

 

Dans un registre francophone, je suis bouleversé par ce morceau de Francis Lai composé pour « Itinéraire d'un enfant gâté », certainement dû à l'émotion que ce film m'a provoqué.

 

Dans un tout autre registre, j'aime les films musicaux lorsqu'ils sont faits avec talent. Et dans ce registre, je tiens à souligner 2 films que je trouve formidables à la fois comme film et comme bande-son :

Moulin Rouge, par Craig Armstrong, dont je trouve le travail d'arrangement absolument fantastique. Comment réinventer des chansons pop avec talent, et originalité (Like a Virgin par des hommes, The Show must go on par un acteur qui n'a pas vraiment de « coffre »...) ? Je pourrais vous mettre toute la Bande Originale, mais voilà peut-être la chanson la plus aboutie dans son arrangement.

L'autre est un film OVNI par excellence, et il est porté par des acteurs fabuleux jouant, chantant dans un rock des plus kitsch, composé par Richard O'Brian, il s'agit du Rocky Horror Picture Show, qui ne brille pas forcément par son originalité musicale, mais par un humour et un second degré qui font que je me régale parfois à réécouter la bande originale. Si vous ne connaissez pas ce film, passez peut-être votre chemin sur cette vidéo, vous risquez d'être un peu perdu !

 

Dans la catégorie des films musicaux, voici maintenant une musique qui a enchanté ma jeunesse, tant le film et la série qui a suivi a bercé plusieurs années de mes samedis après-midi. Il s'agit de Fame, dont la musique est composée par Michael Gore, et j'adore ce mélange de musiques !

 

Et avant de terminer, je ne peux passer à côté d'Eric Serra, dont certaines B.O. me plaisent bien, telles que;

En bonus, un extrait de la bande originale d'OSS 117, Nid d'espion, par Ludovic Bource, un régal d'humour et de référence fait avec un talent indéniable aux musiques des années 70 accompagnant les anciens Bond.

 

Enfin, pour revenir aux orchestrations symphoniques, tels les 1ers articles de cette série, je tiens à souligner le travail magnifique d'Howard Shore sur la trilogie du Seigneur des Anneaux. Mais je suis bien incapable de choisir un lien, car en fait, je n'aime écouter cette B.O. que dans son ensemble. Elle forme pour moi une véritable histoire autonome donc je n'arrive pas à faire ressortir un morceau plus qu'un autre.

 

Je pourrais également vous parler d'autres B.O., le sujet n'est pas vraiment terminé, mais il s'agit d'un aperçu d'un ensemble de B.O. que j'aime, comme vous voyiez, certaines plus récentes que d'autres, certaines plus symphoniques, plus drôles, plus tendres... Je trouve que les compositeurs de films font un travail magique, qui peuvent soit souligner, augmenter, distraire, diminuer les émotions suscitées par l'histoire et les images qui se déroulent sous nos yeux. Et très souvent, ces musiques deviennent des échos de ces histoires qui se sont déroulées sous nos yeux, et parfois, elles en cristallise les émotions, en les faisant devenir une part de nous.

En préparant ces articles, j'ai réalisé en discutant avec ma femme que nous n'avons pas les mêmes relations à ces musiques. Je capte facilement l'environnement sonore des films, alors qu'elle pas forcément. Du coup, au jeu du test à l'aveugle, nous avons des compétences très différentes dans ce domaine musical.

 

J'espère avoir su vous faire (re) découvrir des musiques, et je compte sur vous pour continuer à échanger au sujet de ce que je vous propose aujourd'hui, mais également à augmenter les références de ce que je peux continuer à découvrir, car je reste très humble en reconnaissant ne pas connaître énormément de compositeurs et de musiques.

 

La prochaine fois, ce sera ma grande découverte de ces 2 dernières années. Un compositeur britannique qui, je crois que je l'ai déjà dit, cumule les qualités des 3 premiers compositeurs auxquels j'ai consacré un article. Et pourtant, je ne connais son apport qu'à une B.O. mais dont je n'arrête pas de découvrir les richesses. C'est en voulant vous le faire découvrir que j'ai pensé à cette petite série...

 

 

Rappel :

De la B.O. (1/5) : John Williams

De la B.O. (2/5) : Hans Zimmer

De la B.O. (3/5) : Danny Elfman

De la B.O. (4/5) : des compositions marquantes

De la B.O. (5/5) : Surprise

6 commentaires
1)
cerock
, le 08.04.2015 à 13:30
[modifier]

Merci pour cette découverte, je me rend compte que j’ai beaucoup de lacune dans se domaine

Cédric

2)
Argos
, le 08.04.2015 à 20:29
[modifier]

Ce genre de B.O. n’est pas ma tasse de thé. Et pour les associations, je penserais plutôt à Davis Lynch et Angelo Baldamanti que Claude Lelouch et Francis Lai. Affaire de goût… La plus belle bande-son de l’histoire du cinéma c’est peut-être l’adagietto de la Cinquième de Mahler sur les plans magnifiques de l’approche de la Cité des Doges dans Mort à Venise de Luchino Visconti.

3)
Modane
, le 08.04.2015 à 20:36
[modifier]

La plus belle bande-son de l’histoire du cinéma c’est peut-être l’adagietto de la Cinquième de Mahler sur les plans magnifiques de l’approche de la Cité des Doges dans Mort à Venise de Luchino Visconti.

Voilà un avis que je partage! Grandiose!

4)
lvme
, le 09.04.2015 à 11:09
[modifier]

un jour sans fin, you got me ….
la seule association musique/cinéma qui me parle !

Pour le reste , je n’arrive pas à me sortir de la tête que la musique de film n’est qu’un condiment pour cacher la misère au lieu d’une sauce qui accompagne l’image animée

Attention, j’adore le condiment qui épouse le plat, mais c’est tellement rare. je mangerai du pot au feu et son raifort tous les jours (avec le gros sel, impératif)

la semaine dernière, nous avons regardé Avant de dormir, un thriller assez prenant. l’ambiance glassante était accentué par …. l’absence de musique. pas d’accessoires, pas de chichi, une histoire qui se suffit à elle même. Glassant je vous dit.

5)
Argos
, le 09.04.2015 à 12:15
[modifier]

La musique, un cache-misère ? C’est tout le contraire.
Il suffit de voir et de regarder Odyssée de l’Espace de Stanley Kubrick, qui n’est vraiment pas un manche cela dit, avec les musiques des deux Strauss, Johann et Richard, pour se persuader de leur complémentarité. Ce n’est pas pour rien que les grands cinéastes ont le plus souvent collaboré avec des grands musiciens, comme Eisenstein et Prokofiev par exemple.
Le cinéma devient ainsi un art total, annoncé par Richard Wagner dans son Anneau du Niebelung, à sa manière le précurseur des films d’Heroic Fantasy…
Evidemment, on s’éloigne un peu des musiquettes de Francis Lai et consorts.

6)
Gr@g
, le 10.04.2015 à 09:25
[modifier]

Mon intention etait de parler des musiques originales composées pour un film ou une série, non de l’usage d’œuvres pré-existantes. L’utilisation du classique peut être magique, comme celle d’une bonne chanson, mais la différence est que le compositeur ne l’a pas imaginé pour cette scène.
Je pense que les 2 points de vues peuvent provoquer des moments magiques (j’adore l’utilisation qu’en fait Kubrick) mais je souhaitais prendre le point de vue du compositeur et non du réalisateur.

merci à vous d’avoir répondu! Il faudra que je replonge dans les commentaires des 1ers articles pour retrouver les mentions des compositeurs que je ne connais que pas bien…