Profitez des offres Memoirevive.ch!
Le voyage de Makuyo, par Roger Baudet

Notre ami et lecteur Roger Baudet, qui nous a offert déjà sur Cuk.ch un excellent "questions-réponses sur la musique numérique", nous raconte aujourd'hui son voyage à bord du Makuyo, où il était engagé en tant que photographe.

Comme il l'explique lui-même, il utilise un Olympus E-10, testé ici, et si vous êtes observateur, vous remarquerez que systématiquement, Roger a recadré ses belles images dans un format au rapport approchant le 3:2, alors que son appareil délivre normalement des images 4:3 (images plus carrées). Le format 3:2 est équivalent à ce que l'on connaît en argentique sur les appareils 24/36, ou sur les appareils reflex argentiques pro, mis à part le système Olympus E-1 qui lui garde le 4/3.

Alors que je le lui faisais remarquer, Roger m'a répondu:

"Pour le 4:3, bonne observation. En fait, je hais ce format qui n'est pas un format. C'est un des gros problème du numérique, car ce rapport n'est vraiment pas bon. En télé (4:3 ou pire ... 5:4) la plupart des téléfilms, voire des pubs sont en 16:9). Ma caméra vidéo est d'ailleurs scotchée sur cette position.

Le 4:3, on en parle peu, mais c'est certainement un des points faibles par rapport au format argentique."

Mais assez discuté de technique, laissons la parole à Roger Baudet, dont l'adresse mail n'est pas directement liée depuis cette humeur, pour des raisons de sécurité. Par contre, si vous désirez lui faire part d'un compliment, vous pouvez utiliser les commentaires pour qu'on puisse en profiter, ou si vous êtes vraiment timide, vous pouvez simplement faire une recherche dans les mêmes commentaires pour trouver son adresse qui, à cet endroit, est parfaitement sécurisée.

Allez Roger, à toi, et merci pour ce beau voyage et ta poésie!

Le voyage de « Mayuko », par Roger Baudet

Est-ce l’homme qui prend la mer, ou la mer qui prend l’homme?

Je n’ai pas la réponse à cette question.

Toujours est-il que ce jour-là, la mer, elle m’a pris à Saint-Malo, c’était un samedi.

En compagnie de six coéquipiers, j’ai posé mon sac sur « Mayuko », un fier vaisseau tout alu, conçu pour tailler de la route et affronter les océans. Notre destination: les îles Anglo-Normandes et le sud de l’Angleterre. Ma mission: prendre des photos pour une agence.

Il faut savoir qu’un bateau, ça penche, ça secoue et ce n'est jamais droit!

Et puis, c’est toujours humide là où il ne faut pas!

De plus, si c’est l’homme qui décide où il veut aller, c’est la mer qui choisit quand il y va, comment il y va et surtout s’il y va!

Pour cela, l’homme doit composer avec les courants, la météo, les marées.

Pas toujours évident.

image

Tracer la route, pas toujours évident!

Quand on parle d’îles à l’homme, son imagination se met à travailler. Les Anglos-Normandes sont des terres de légendes où le soir, à voix basse, lorsque la tempête grande, on se raconte des histoires de fantômes.

image

Une terre de légendes et de fantômes ...

Si c’est l’homme qui prend la photo, c’est la mer qui en décide la couleur et le moment. Le paysage est superbe, mais difficile à capter. Il faut se jouer des brumes et des embruns. Mais quand le soleil pointe, nous sommes au paradis.

image

Pour le poète, le sceptre de Neptune, pour le marin, une cardinale Est!

Sur le bateau, il y a les hommes.

Sur « Mayuko », que des gens d’expérience qui savent que le seul maître ici, c’est le voilier, lui-même disciple de la mer. Chaque grincement, chaque secousse, chaque chuchotement du navire sont analysés. Le bateau, c’est la maison, le moyen de transport, le cocon dans lequel on se réfugie quand il fait froid. Personne, ici, n’a envie que cela devienne également le cercueil.

image

«Mayuko» est un bateau à voiles!

Le plus dur en photo, c’est rester maître de l’instant. En mer, tout bouge constamment, rien n’est jamais pareil. Il faut apprendre à attendre le moment où tout se conjugue, puis appuyer sur la fraction de temps qui donnera l’image juste. Pas évident.

image

Attention, ici, les paysages ont une âme …

J’aime bien faire des photos « pour les autres ”, cela oblige à une certaine rigueur et on se pose les bonnes questions: À quoi va servir l’image, que doit-elle raconter, comment traduire l’émotion? Pour ce reportage, je ne devais pas que photographier une île ou un bateau, mais également l’âme de l’île et du bateau.

image

Il y a des jours, comme ça, où le côté «carte postale» est voulu!

Sur Cuk, on aime parler «matos». Je ne suis pas un accro du matériel technique, mais je l’utilise, je l’entretiens et je le respecte. Mon boîtier est un Olympus E-10 (Lien test Cuk) lourd, lent, dépassé. J’ai de multiple fois dû visser et dévisser l’énorme caillou grand-angle acheté en option. Mais c’est appareil, je peux le réciter par cœur.

Si je devais penser temps de pose ou diaphragme au moment d’appuyer, la photo serait ratée. Sur l’Olympus, mes doigts sont déconnectés du cerveau et font le travail tout seul. Pour le protéger, j’ai acheté d’occasion sur Cuk (on trouve de tout sur ce site) un sac étanche EWA-MARINE. Si cet objet est réellement efficace, il éloigne la main du boîtier, car il est seulement possible d’atteindre le déclencheur via un doigt en plastique.

J’ai également construit une housse anti embruns laissant passer la main avec un sac de congélation, une vitre de cadre de photo 18/24 et de la toile adhésive. Le système s’est révélé efficace. Seul, inconvénient, il faut mettre la mise au point sur « manuel », car s’il y a de l’eau sur la vitre, en « automatique », c’est elle qui sera nette!

Mon Flash était un vieux Vivitar 25 ans d’âge, mais très puissant. Toute l’alimentation était assurée par des accus NiMH qui n’ont posé aucun problème. Les images ont été transférées au fur et à mesure sur un alu 12”. Les Macs heureux n’ont pas d’histoire.

Le mien ne m’a posé aucun problème.

image

Chargement des images sur l’alubook.

C’est peut-être la mer qui prend l’homme en fait.

Moi, je repars bientôt, cette fois avec une caméra vidéo et « pour la télé » comme on dit!

Si vous désirez mettre les voiles vous aussi, il existe de nombreuses possibilités dans les journaux spécialisés ou sur Internet. Attention, toutes les options ne sont pas bonnes à prendre, et mieux vaut être bien conseillé au départ. Vous pouvez commencer par JPB-voile. L’offre est diversifiée, l’organisation sérieuse et les prix sont doux.

image

La barre ... le bateau est de même taille!
Le sextant. Toujours obligatoire sur les navires hauturiers, la plupart des marins ne savent plus s’en servir!

Pour terminer, permettez-moi de tuer certains a priori :

  • La voile, c’est cher… Oui, mais moins que le ski!
  • Sur un bateau, on vomit tout son quatre-heures… C’est vrai (moi, c’était le ptit’déj.), mais le mal de mer, ça se maîtrise très vite et, sauf en de rares exceptions, ce n’est pas un réel problème.
  • Le bateau, ce n’est pas pour les filles… Ca eu été vrai. Mais les bateaux ont changé, les mentalités aussi. Aujourd’hui, une fille, sur le bateau, c’est plus forcément la préposée à la vaisselle.

Bon vent!

image

Roger Baudet

23 commentaires
1)
Franck
, le 17.06.2004 à 08:35
[modifier]

J'ai le pied bien plus montagnard que marin, mais j'apprécie ces belles photos quand même !

2)
Renaud
, le 17.06.2004 à 09:26
[modifier]

Superbe reportage, Roger. Les photos sont magnifiques.

Pour la vidéo, ca va être moins évident, j'espère que tu as un stabilisateur optique :)

3)
Nikooo
, le 17.06.2004 à 10:19
[modifier]

Recadrer en 3:2 est effectivement plus joli que ce *!*?!* de 3:4…
Je m'en vais d'ailleurs recardrer quelques tirages comme ça pour voir ce que ça donne.

Merci pour l'astuce ;)

Sinon je pourrais avoir plus d'infos sur la construstion de la housse anti embruns??? En effet j'ai "souvent" ammené mon appareil sur des bords de plage bien ventés et à chaque fois c'était la glère pour le protéger des projections de sable ainsi que des embruns!

Encore merci pour les jolies photos :)
El señor Nico

4)
BLUES
, le 17.06.2004 à 10:33
[modifier]

"un bateau, ça penche, ça secoue et ce n'est jamais droit!"
Salut Roger … hum… déjà rien qu'avec cette phrase on a le mal de mer ! Perso je ne l'ai pas, mais mes expériences ne se limitent qu'à de gros "ferry" ou alors sur gros pneumatique à moteur. Je pense que sur un voilier c'est bien pire.

Très chouettes photos, merci pour ce beau reportage …"Une terre de légendes et de fantômes"
Pour la permière fois de mon existence, j'y vais dans quelques semaines (mais pas en mer) !

"Pour le 4:3, bonne observation. En fait, je hais ce format qui n'est pas un format" … Ah bon, tu vas te payer payer un vrai reflex num. 3:2 alors ? parce que devoir retailler toutes les images … ça prends du temps .. et puis Wysiwig – what you see is ? une fois recadrées, c'est pas pareil, tu lui enlèves malgré tout une partie de son âme…

Super… sur Cuk, ça nous fait un deuxième reporter de "l'extreme", like JF-Vilbert !
Je vois que tu réunis un peu tous les talents Roger: photographe, musicien, vidéaste, preneur de son, mixeur, pédagogue…

Merci encore .. BLUES

5)
Xela
, le 17.06.2004 à 10:48
[modifier]

Certains appareils permettent de prendre des photos 3:2, comme par exemple le petit sony p-10, 5 mio de pixels. C'est assez pratique.

6)
François Cuneo
, le 17.06.2004 à 12:58
[modifier]

Xela<Certains appareils permettent de prendre des photos 3:2, comme par exemple le petit sony p-10, 5 mio de pixels. C'est assez pratique.>

Oui mais si je ne m'abuse, ce n'est qu'une astuce qui coupe deux bandes horizontales. On perd du pixel! Un peu comme les vieux compacts argentiques qui faisaient soi-disant du panorama.

7)
ToTheEnd
, le 17.06.2004 à 13:43
[modifier]

heu… j'ai une question bête… c'est quoi le format du canon 300d ou du nikon 70d? est-ce que le format est 3/2 ou 4/3??? je vais devoir retoucher toutes les photos pour leur donner le bon format ou quoi?? c'est pas possible quand même!!!

T (qui est fatigué mais qui aimerait bien savoir)

8)
Roger Baudet
, le 17.06.2004 à 13:54
[modifier]

Merci à tous pour vos chouettes commentaires.

Voici les précisions demandées.

Pour Blues : Prévoir un solide budget pour les boissons.
La-bas, c'est bon, on ne lésine pas sur les quantités, mais … c'est cher !

Pour Renaud (pas le chanteur, l'autre !) : Les objectifs pros des caméras vidéo n'ont pas de stabilisateur. C'est un astuce uniquement utilisée sur les petites caméras (pros ou non) mais pas sur les gros modèles. Il y a doit y avoir une logique à cela, mais j'avoue que je l'ignore, puisque un stabilisateur optique est non seulement efficace, mais débrayable.

Pour Nikoo : Ma housse est un sace de congélation (C'est fermé sur trois côté, ça assez long et un peu étroit, comme une grosse manche de veste). J'ai découpé dedans (au bout) un rectangle 18/24 et y ai mis une vitre de cadre de photo … 18/24 !
Le tout est tenu par de la toile adhésive. Pour que l'objectif soit bien en face de la vitre, j'ai utilisé une pince à linge qui fait un petit plis au sac. Cela protège de tout ce qui vient "par-dessus"
Le sable s'infiltrant aussi "par-dessous", j'ai peur que cela ne marche pas sur une plage.

9)
François Cuneo
, le 17.06.2004 à 14:30
[modifier]

tte: pas de panique. Comme je l’écris, à part l’Olympus E1, tous les reflex numériques sont en 3:2, yc les deux modèles dont tu parles!

10)
Caplan
, le 17.06.2004 à 15:27
[modifier]

Merci Roger pour ce beau reportage!
C'est vivifiant! Ça sent l'iode! ;-)

11)
pilote.ka
, le 17.06.2004 à 19:55
[modifier]

Un vrai photographe, des photos superbes. Le format 3/4 m'a complètement bluffé.
Roger et un type que j'aimerais inviter pour boire quelques bières, histoire d'apprendre comment on fait une photo.

12)
drazam
, le 17.06.2004 à 22:27
[modifier]

Ah, la bretagne, la mer, la voile au travers de jolies photos, un grand et sincère merci Roger ! ;o)

13)
pagmac
, le 17.06.2004 à 22:43
[modifier]

Très belles photos, et remarques très vraies sur la mer, même si ça risque d'en dégoûter plus d'un de tenter l'aventure. Pour ceux qui ne connaissent pas, ce reportage montre vraiment bien à quoi la vie sur un voilier ressemble (je parle pas d'un bateau à moteur, où c'est sans comparaison, aucune, tellement monotone et impossible de sortir dès qu'il y a un peu trop de mer ou de vent) :
de temps en temps des bons coups de vents qui rincent bien les oreilles, mais font prendre le grand air (pareil qu'un bon bol de bon air en haut du Mont-Blanc)
mais surtout, on voit des coins et des situations tellement magnifiques, comme dans ce reportage.

En tout cas, bravo
Sinon, aucun mot sur le bateau sur lequel vous étiez. Comme ça, avec les quelques indices fournis, je dirais un Ovni 41 ou 45, dériveur intégral, en alu. Une magnifique embarcation!
Paul

14)
Roger Baudet
, le 18.06.2004 à 08:34
[modifier]

Merci à tous pour vos compliments. Cela me touche beaucoup.

Pour Pagemac : tu es un sacré connaisseur !
Le bateau est un OVNI 435 (tu n'étais pas loin !). C'est en effet un
dériveur intégral en alu. Ce voilier est équipé "hauturier". Il possède, en plus du génois à enrouleur, une trinquette et un tourmentin (des petites voiles pour le gros temps).

Bien que taillé pour la grande croisière et non pour la course,
c'est un engin assez rapide, puisque on l'a poussé à 8 noeuds
par force 5 à 6. (Un noeud = 1'854 mètres, force 5 à 6 représente
grossièrement 45 km/h.).

15)
pagmac
, le 18.06.2004 à 20:44
[modifier]

Effectivement, j'étais pas loin, mais j'ai longtemps hésité entre le 43 et 45. Mon père et ses potes ont longtemps bavé devant ce bateau. Et (petit veinard que je suis), ayant passé de nombreux étés sur leur précédent bateau, j'ai participé à la rêverie béâte, aux recherches.

Malheureusement, il était devenu tellement recherché, que les prix grimpaient beaucoup trop haut. Ils se sont finalement rabattus sur un Dynamic 47 (le chiffre indique la longueur en général à la coque en pieds, soit environ 14 mètres) de Dynamic Yachts. Malheureusement, c'est pas un dériveur. On peut pas s'approcher trop près des plages, ce qui absolument génial bien qu'il cale 'que' 1m50, ce qui est très peu pour un voilier de cette taille) .Mais c'est un beau bateau aussi. Et ça file pas mal non plus, même s'il est surement un peu moins toilé que l'Ovni.

En tout cas, ces belles photos m'ont fait remonter pas mal de souvenirs à la surface, si je peux me permettre cette mauvaise blague. Merci.

PS pour une petite précision : un nœud, c'est un mile marin/heure (à ne pas confondre avec le <i>miles</i> anglais, qui fait plus dans les 1650 m, je crois).

En tout cas, c'est à partir de ces vitesses (7-8 nœuds) qu'on commence à se faire plaisir avec un voilier de plaisance. Sachant que certains monocoques de course vont jusqu'à 25 noeuds soit près de 50 km/h, sans parler des catas qui font des pointes à 60 nœuds !!! je vous laisse calculer ;-) Mais les très bons bateaux de plaisance vont rarement audelà de 11-12 nœuds.
Paul

16)
Satellio
, le 18.06.2004 à 21:41
[modifier]

Un mile anglais = 1609 m (il y a un moyen mnémotechnique : "un ciseau neuf"…)

Un mille marin = 1852 m (là, à part se dire que pour avancer de mille mètres en ligne droite, il faut tirer en moyenne 1852 m de bords…) ;-)

—–
J'attends la vague jusqu'au matin…

17)
Gritche
, le 19.06.2004 à 08:54
[modifier]

Un peu d'humeur à ce déferlement d'avis sur la qualité d'une photographie tenant au faait de son format!!!! Au Louvre ou dans tout autre musée est-ce la qualité du cadre qui fait l'artiste? Arrétez un peu de déc…

18)
François Cuneo
, le 19.06.2004 à 09:16
[modifier]

La vie serait néanmoins triste si nous voyions en 4/3 dans la réalité:-)

19)
Roger Baudet
, le 19.06.2004 à 13:04
[modifier]

Gritche, bien que ton commentaire sorte de mon article, j'ai envie de te répondre.

C'est François qui, en premier, a soulevé la question du format 4/3. Il l'a fait car il est suffisamment compétent en photo pour ressentir ce genre de détail qui, en fait, n'en est pas un.

Si d'autres ont réagi (et appuyé), c'est qu'il y a sur Cuk plusieurs
experts en images qui connaissent bien les règles de base du graphisme.

Les proportions hauteur/largeur font partie intégrante d'une oeuvre. Je n'ai pas recadré mes photos pour faire causer, mais parce que le 4/3 ne me convenait pas. Important : Je n'ai pas dit "le 4/3, c'est de la M." mais bien "je hais le 4/3". Il y a une nuance.

Ceci dit, je ne suis jamais allé dans aucun musée avec un mètre, mais je doute qu'il y ait beaucoup de toile dans ce format !

20)
Gritche
, le 19.06.2004 à 15:50
[modifier]

Voyez comme je me suis énervé, au point de ne plus savoir écrire correctement. Vous avez raison de défendre vos convictions, je maintiens les miennes. Allez voir du côté de Brassaï ou de Doisneau. Seriez-vous également contre le format carré?
J'ai fait de la photographie certainement avant que vous ne soyez nés, c'est une passion de tous les instants. Ne soyez donc pas toujours aussi sûr de détenir la vérité…

21)
jean-Christophe Courte
, le 19.06.2004 à 16:44
[modifier]

Je partage pas mal la réaction de Gritche sur un point particulier : il n'y a pas UN rapport parfait qui surclasse les autres. Roger bosse en 3/2, si cela lui convient et lui réussit, j'en suis heureux pour lui. De la à en faire le nouveau standard, non.
Chaque artiste a son format de prédilection. Ansel Adams quasi carré… D'autres s'explosent en panorama avec du XPan II… bref, "mille moines, mille religions…"
NB : message personnel à Carla :
"Cesse de bouder, tu nous manques…"

22)
dpesch
, le 19.06.2004 à 17:02
[modifier]

Roger, je trouve tes images magnifiques, mais je n'en partage pas moins l'avis de Gritche et Jean-Christophe. Le 4/3 a longtemps été le format du cinoche et des chefs-d'oeuvres ont été tournés dans ce format. Et mille moines peuvent même prétendre au moins au double de religions (et davantage). Je respecte complètement ton choix, Roger, mais il n'empèche que des géants de la photo se sont exprimés dans des formats différents.
Vive la liberté !!!

23)
dpesch
, le 19.06.2004 à 17:12
[modifier]

Et d'ailleurs, après mesure, tes photos ne sont pas exactement dans ce format, particulièrement les verticales. Alors, vive les exceptions !