Profitez des offres Memoirevive.ch!
Antidote, une alternative sérieuse pour corriger nos textes

Je m'excuse bien bas, mais j'ai encore besoin d'un correcteur orthographique et grammatical lorsque j'écris un texte.

Vous vous en êtes aperçus je pense, ce d'autant plus que souvent, il reste des fautes dans mes articles, ce qui prouve que ces mêmes correcteurs sont encore faillibles. Mais peut-on leur en faire le reproche, au vu de la complexité de notre belle langue? Heureusement, tout progresse!

J'utilise le correcteur grammatical ProLexis de Diagonal testé ici en version 3.9 (une 4.0 vient de sortir, je vais mettre cet article à jour très bientôt), et pendant longtemps, je n'ai juré que par lui.

Pour moi, un correcteur grammatical (et orthographique) doit absolument ne pas être une entrave à ma productivité. Certains correcteurs, travaillant phrase par phrase et affichant les erreurs les unes après les autres dans une fenêtre, sont tout simplement insupportables.

Pour sa façon de corriger les erreurs à la vitesse de l'éclair, cela d'un seul coup et son choix d'afficher ces erreurs sous forme de liste à gauche de notre document, ProLexis me convient bien. Sans compter que sa qualité de correction est au-dessus du lot.

De plus, même si un correcteur est capable de trouver les fautes, il faut qu'il en crée le moins possible également. Ces erreurs générées par ce type de programme que l'on appelle les fausses détections sont tout aussi ennuyeuses que l'oubli de fautes réelles. Rien ne sert en effet de semer le doute dans un esprit déjà pas toujours très confiant. Là également, ProLexis fait merveille avec son taux de 1 fausse détection pour 1500 mots.

Mais assez parlé de ce logiciel, car celui qui nous intéresse ici me semble également valoir la peine d'être regardé de près.

Il s'agit d'Antidote MP, de Druide Informatique.

Jusqu'il y a peu, je trouvais ce produit, malgré ses qualités techniques, bien difficile à mettre en œuvre de manière efficace, au vu de son interface d'alors.

Les choses ont bien changé.

Une interface efficace

Installer Antidote passe le lancement d'un programme qui va installer l'application elle-même, qui peut être utilisée de manière autonome. Notez que le programme doit être installé séparément pour MacOS X (compatible Jaguar) et (ou) Classic.

Très bien. Mais le but, c'est d'installer Antidote pour pouvoir travailler avec notre traitement de texte favori. Nous n'avons pas encore le choix absolu, puisqu’Antidote peut s'intégrer à

  • Word
  • AppleWorks
  • Entourage
  • Eudora
  • MailSmith
  • BBEdit

Antidote s'intègre aussi, mais en partie seulement avec toutes les applications Cocoa qui utilisent les Services de MacOS X. Cela permet d'utiliser Mail par exemple, ou TextEdit. Intéressant mais pour l'instant, le travail se fait dans un document intermédiaire et il faut reporter les corrections à la main dans le document original. Autre solution, effectuer la correction à l'aide d'Antidote, et depuis ce logiciel, envoyer cette même correction dans un nouveau document susceptible de pouvoir recevoir le document (ce peut très bien être le même logiciel). Ce n'est pas tellement simple, mais il s'agit là néanmoins d'un gros progrès lorsqu'on sait que jusqu'à ce jour, la correction grammaticale était malheureusement absente pour ces logiciels. Quel plaisir de pouvoir en disposer grâce à Antidote!

À ce niveau d'installation, vous n'êtes pas encore tout à fait au bout de vos peines puisqu'il vous faudra, pour Word par exemple, lancer un document situé dans le dossier Installation dans les logiciels, lui-même dans le répertoire Antidote MP du dossier Applications. Cette façon de faire installe des macros qui vont permettre entre autres choses d'afficher la palette Antidote. Bien évidemment, vous ne ferez cette opération qu'une seule fois.

Pour d'autres logiciels, la procédure est un poil plus compliquée, mais bien documentée et par conséquent à portée de tout un chacun.

Remarquons qu'il manque encore l'intégration aux principaux metteurs en page que sont QuarkXPress et inDesign. dommage. Et une fois de plus (je deviens fou!) il nous manque un correcteur pour un programme du type DreamWeaver ou Adobe GoLive. Quand je pense au nombre de gens qui écrivent pour le Web, c'est à rien n'y comprendre! Comment se fait-il que pour l'instant, aucun éditeur ne nous offre un correcteur grammatical évitant de passer par Word ou un autre traitement de texte compatible?

Partons du principe que vous avez installé Antidote dans Word. Vous voyez alors apparaître une palette verticale contenant 5 boutons principaux. Nous allons les détailler maintenant.

image

La correction proprement dite

Le premier lance la correction du texte, dans une fenêtre provisoire. Il est important de noter que chaque modification dans le document de base est automatiquement reportée dans cette fenêtre, et inversement. C'est assez génial, et Antidote, au besoin, relance automatiquement la correction de la phrase modifiée. Notez bien que les attributs que vous aurez apportés à votre texte et votre mise en page ne sont strictement pas touchés. Nous verrons plus bas comment s'en sort Antidote au niveau de ses performances, tant au niveau de la vitesse qu'à celui de la qualité de correction.

Sachez simplement, puisque nous parlons d'interface, qu'Antidote nous propose 4 marques d'erreurs:

  • le souligner gras rouge, qui signale une erreur qu'Antidote peut corriger tout seul, une fois que vous aurez accepté la proposition faite par le logiciel
image
  • le souligné ondulé qui signale une erreur qu'il faudra corriger à la main dans le texteur, Antidote ne pouvant le faire lui-même
  • le souligné rouge pointillé qui alerte l'auteur du texte sur le fait par exemple qu'un mot pourrait être confondu avec un autre (mer, maire, mère) suivant le contexte.

image

  • le trait vertical ondulé orange qui signale une phrase trop complexe pour qu'Antidote puisse l'analyser dans sa globalité.

image

Il suffit de control-cliquer sur une marque pour voir une explication complète de la faute s'afficher dans un info-bulle.

Le dictionnaire

Le deuxième bouton appelle le dictionnaire et affiche dans ce dernier le mot sélectionné ou situé directement à gauche du curseur. La partie de gauche de la fenêtre qui apparaît se comporte comme un dictionnaire tout à fait traditionnel, en donnant les différentes définitions du mot recherché, définitions classées par les différents sens du mot. Un certain nombre d'exemples sont à chaque fois donnés, ainsi qu'en fin de liste, d'un nombre souvent assez impressionnant de locutions mettant le mot dans un contexte particulier.

image

Il est important de noter que toute définition peut être copiée-collée dans un document ou même glissée-déposée dans un logiciel supportant cette technologie. Très chouette. Et si un mot est inconnu du dictionnaire, ce dernier va chercher les mots proches ce qui permet de se rendre compte d'une éventuelle faute d'orthographe dans la recherche.

Mais peut-être n'en avez-vous pas fait! En ce cas, vous pouvez ajouter le mot à votre dictionnaire personnel. Vous pourrez alors définir ce mot, et indiquer sa catégorie, donner sa déclinaison.

image

Les synonymes

Un clic sur le bouton "S" pour synonymes affiche une fenêtre semblable à celle du dictionnaire à ceci près qu'elle affiche… les synonymes du mot sélectionné ou situé à gauche du curseur ainsi que les hyperonymes et hyponymes du mot. Notez que je ne connaissais pas ou plus (à ma grande honte!) le sens de ces mots. Comme je ne suis pas certain que vous soyez plus au courant que moi, je vous glisse ici les deux définitions de ces mots données par Antidote:

Hyperonyme: [LINGUISTIQUE] Mot plus générique qu’un mot donné. Le mot animal est un hyperonyme de mammifère, qui est lui-même un hyperonyme de chien

hyponyme: [LINGUISTIQUE] Mot plus spécifique qu’un mot donné. Le mot chien est un hyponyme de mammifère, qui est lui-même un hyponyme d’ animal

Vous voyez qu'on apprend toujours quelque chose sur Cuk.ch!

image

Contrairement à Myriade de Diagonal (le dictionnaire associé à ProLexis), ces synonymes ne tiennent pas compte de manière automatique du contexte dans lequel est situé le mot, même si les différents sens sont évidemment correctement séparés. Les synonymes proposés sont nombreux et de bonne qualité.

Un conjugueur à la hauteur

Le conjugueur d'Antidote est tout à fait à la hauteur de ce que propose habituellement le marché. Deux onglets présentent les temps simples d'un côté, les temps composés de l'autre. Parfait. Les euphonies en é sont même offertes (je ne savais même pas que ça s'appelait comme ça moi, pauvre ignare): vous saurez donc que pour chanter, nous obtenons chanté-je ou chantassé-je. À ma décharge, j'emploie rarement ces termes dans ma conversation courante…

image

Un précis de grammaire complet

Un correcteur grammatical, aussi bon soit-il, ne trouvera pas toutes vos erreurs et même, parfois, vous proposera d'en faire. Raison pour laquelle pouvoir disposer en permanence de certaines règles peut être très utile.

Le précis de grammaire d'Antidote est tout simplement sensationnel, ne serait-ce que dans son organisation. On peut très simplement faire appel à une règle précise en l'appelant via un index ou une table des thèmes, le tout sous formes de menus déroulants qui travaillent en collaboration et affichent graphiquement l'endroit où la règle se trouve. Et ce qui ne gâte rien, c'est que le contenu, tout aussi important, se trouve être fort complet et d'excellente qualité. Vraiment, je suis conquis!

Un dernier bouton dans la palette d'Antidote nous amène, si nous l'avons installé, sur le Visuel, un dictionnaire Multimédia non livré avec Antidote et qui a pour particularité de définir un mot par une image plutôt que par une définition. Je n'en dirai pas plus puisque je ne dispose pas de cet outil.

Pas de modules supplémentaires

Contrairement à ProLexis qui offre quantité de dictionnaires (payants) supplémentaires, dont des dictionnaires bilingues par exemple, Antidote se contente de la langue française. Après tout pourquoi pas, mais la possibilité de pouvoir enrichir le programme par l'ajout de différents modules pourrait être intéressante. De même, la correction elle aussi ne touche que la langue française.

Un outil d'analyse pédagogique

À tout moment, il est possible de demander à Antidote d'analyser une phrase et d'afficher son travail. Il faut avouer que tout cela est assez impressionnant. Voyez plutôt:

 

image

Les performances

Les performances d'Antidote doivent se juger sur deux niveaux.

La vitesse d'abord. Tout en étant nettement plus lent que ProLexis, Antidote permet un travail de correction tout à fait acceptable. En effet, il est parfaitement imaginable de commencer à corriger votre texte pendant qu'Antidote continue l'analyse en contrebas. Donc sur ce point, tout va très bien.

La qualité de l'analyse

Antidote peut être réglé très finement à l'aide d'une fenêtre de préférences qui permet de faire réagir le logiciel de manières assez différentes. Le correcteur pourra ainsi se montrer plus ou moins méfiant à l'égard de votre production. Le tout est de trouver un juste équilibre entre trop peu de vraies erreurs trouvées et trop de fausses erreurs signalées. Les réglages par défaut conviennent en général assez bien.

image

Voici le test 1 qui a été proposé à Word et à ProLexis

Les enfants de ces nouveau habitants du quartier ramène tout les jours des amis.

Je chercherais demain les feuille que j’ai oublié a la maison.

Après que tu sois venu, j’ai nettoyer la maison que tu avais visiter.

Si j’aurais su, ne ne serais pas venu!

Ma mer m’attends demain et j’irai la retrouvé avec plaisir.

Ce mécanicien et cette hôtesse chante dans ce groupe de chanson anciennes.

Ces machines ont été créer par Apple et elles leurs plaisent, à tout ces fanatique.

Travailler c’est trop dur, et volé c’est pas beaux.

Ce camion et cette voiture sont belles.

Un homme qui se dit tranquille et une moto très rapide fait un couple qui ne sont pas trop dangereux.

Il contient 26 fautes, mais n'est là que pour voir les qualités techniques des correcteurs. Il ne représente pas grand-chose en production. Néanmoins, les résultats sont tout bonnement époustouflants. Antidote en effet donne largement les meilleurs résultats. En effet, si le correcteur de Word laisse 6 fautes non corrigées, ProLexis 3 et Antidote une seule.

Voici ce que donne la correction du texte ci-dessus par Antidote:

Les enfants de ces nouveaux habitants du quartier ramènent tous les jours des amis.

Je chercherais demain les feuilles que j’ai oubliées à la maison.
(Le futur n'est pas repéré, le S n'est pas enlevé.)

Après que tu es venu, j’ai nettoyé la maison que tu avais visitée.

(Indicatif correct. Un lecteur me fait savoir que pour une bonne concordance des temps, il aurait fallu écrire«Après que tu fus venu». Je ne sais plus…)

Si j’avais su, je ne serais pas venu!

Ma mer m’attend demain et j’irai la retrouver avec plaisir.
(À noter que selon les réglages, le risque de confusion nous est signalé puisque ce type de mots est en ce cas toujours marqué en alerte).

Ce mécanicien et cette hôtesse chantent dans ce groupe de chanson ancienne.
(Antidote nous propose un groupe de chanson ancienne à la place d'un groupe de chansons anciennes. La faute est néanmoins signalée ce qui nous permet de la corriger.)

Ces machines ont été créées par Apple et elles leur plaisent, à tous ces fanatiques.

Travailler c’est trop dur, et voler c’est pas beau. (Antidote nous proposait avec raison de mettre une marque de négation).

Ce camion et cette voiture sont beaux.

Un homme qui se dit tranquille, et une moto très rapide, font un couple qui n’est pas trop dangereux.

Sur ce point donc, nous faisons face à un correcteur impressionnant, et qui corrige pratiquement tout tout seul..

Comme pour les logiciels ProLexis et Word, nous avons soumis à Antidote un deuxième test. Il s'agit d'un texte tiré de l'Encyclopédie Universalis (donc sans aucune faute) comportant 15329 signes.

Antidote s'en sort ici moins bien. Malgré un réglage d'analyse calé sur "aucune alerte", il a fallu une minute et 50 secondes à notre logiciel pour annoncer 33 erreurs et… 28 alertes.

Quand on compare ce résultat avec le temps d'analyse de ProLexis (moins de une seconde pour le même texte) mais surtout avec les 8 fausses détections seulement que propose ce correcteur, on se dit que Druide Informatique doit retravailler sa copie sur ce point précis. À noter tout de même qu'il s'agit ici d'un texte difficile, aux phrases longues, qui peuvent gêner les correcteurs. N'empêche, ProLexis fait mieux et de loin. Le correcteur intégré à Word est quant à lui perturbé par la taille maximale de ses phrases fixée à 128 mots. Et il se trouve que certaines phrases de l'Encyclopédie Universalis dépassent parfois cette limite.

Le troisième test place notre correcteur face au même texte, mais parsemé de 15 fautes. Antidote en laisse cinq, dont une due au contexte (confusion ses/ses qui tient la route) qu'aucun autre correcteur n'a repérée. Certaines erreurs par contre, pourtant simples, sont relevées mais via ce que le logiciel appelle une "analyse partielle" ce qui ne nous avance pas beaucoup. Il est étrange par exemple qu'un "Jusque là" (tiret manquant) ne soit pas signalé dans ce contexte, sauf justement via le message "analyse partielle".

En conclusion

Antidote est un excellent logiciel de correction grammaticale, c'est certain. Néanmoins, il fait encore malheureusement trop de fausses détections, même lorsqu'on lui demande d'être le moins possible interventionniste. Il s'agit ici d'un défaut important, surtout lorsqu'on ne connaît pas forcément bien l'orthographe française et ses subtilités. Si l'on prend en compte les nombreuses aides proposées (précis de grammaire par exemple), les choses s'améliorent mais on préférerait un nombre moins élevé de signalements erronés.

Cela dit, Antidote rend bien des services et se trouve être un auxiliaire efficace pour traquer les erreurs qui parsèment nos productions.

On attend une intégration à GoLive, DreamWeaver et inDesign avec impatience!

Personnellement, je corrige au fur et à mesure avec Word, je lance une correction ProLexis et je termine avec un petit passage à la moulinette d'Antidote.

Dire que malgré tout cela, il me reste des fautes…

2 commentaires
1)
an7re
, le 02.01.2003 à 10:11
[modifier]

Quoi !!!! Quasiment deux minutes pour analyser un texte de 15000 signes et plus ?!
Merci d’avoir signalé ce "must" d’optimisation.

2)
bov
, le 06.01.2003 à 22:56
[modifier]

Contrairement à ce qui est écrit au début de l’article, Antidote est compatible avec QuarkXpress (depuis la mise à jour MP V3 je crois). Sur Mac OS classique, l’intégration se fait par des scripts accessibles dans le menu pomme. Et ça marche plutôt bien.