Profitez des offres Memoirevive.ch!
L’ampli à tubes PrimaLuna Prologue Classic: qu’elles sont belles les lampes!

Nous en étions restés à une claque.

Vous vous souvenez?

Non?

Alors, résumé des épisodes précédents:

  • l'introduction à cette série d'articles, où l'auteur de ladite série vous explique en quelques mots ses tenants et ses aboutissants;
  • la découverte de ce que peut apporter un DAC, et les plus du site Qobuz, où l'auteur vous explique qu'il ne saurait plus comment s'en sortir dans la vie sans ledit Qobuz, et accessoirement sans DAC;
  • la visite de Jean Maurer Swiss Audio, le choix des enceintes 320E, où l'auteur vous raconte comment bien choisir ses enceintes, être sûr de son choix, et vous laissait sur un rebondissement qui n'avait pour seul but que celui de vous laisser pantois et n'attendant plus qu'une chose, le dernier épisode de la série que voici.

Revenons à la claque, juste pour faire la jonction entre l'article précédent et celui que vous êtes en train de lire:

Je disais donc que je rebranche le tout, j'allume l'ampli PrimaLuna et là miracle, j'entends quelques notes du concerto en Mi majeur de Bach, interprété par Amandine Beyer qui tournait en boucle sur Qobuz que j'avais oublié d'arrêter avant de partir chez Jean-Maurer chercher l'ampli à tubes.

Immédiatement… la claque. En trois secondes.

Oh purée, j'étais dur de vous laisser là, je m'en rends compte maintenant et je m'en excuse.

Alors voilà…

En trois secondes, même pas, j'avais compris que je retrouvais la magie que Jean m'avait fait découvrir chez lui, à Aubonne, mais cette fois, dans notre propre appartement, à Bière.

3 secondes, et je savais que je n'avais pas dépensé une somme importante d'argent pour des prunes.

Ces quelques notes de violon jouées par Amandine Beyer étaient d'une limpidité, d'un aérien, d'une précision et d'une beauté que je n'avais jamais entendues chez nous.

En un instant, j'avais compris tout ce que m'avait expliqué Jean Maurer sur les amplis à lampes.

C'était l'évidence.

La musicienne et son orchestre, Gli Incogniti étaient tout simplement dans mon salon.

Le DAC, l'ampli et les colonnes Jean Maurer faisaient corps pour transposer tout ce petit monde chez nous.

Et encore, j'écoutais Qobuz: j'étais en vraie qualité CD, je n'avais pas tout vu, je n'écoutais pas un fichier 24 bits!

Et encore (bis), l'ampli n'avait pas chauffé les 20 minutes qui lui permettent de donner ce qu'il a dans le ventre.

Comment est-ce que le changement de cet élément qu'est l'amplificateur avait-il pu changer à tel point le rendu sonore de mon tout?

L'explication est donnée ici en exclusivité pour Cuk.ch par Jean Maurer en personne.

Pour vous dire, juste avant de lancer le document, Jean m'a raconté l'autre jour qu'il avait commencé un document pour nous expliquer la chose, qu'il était arrivé à 3 pages et était loin d'avoir fini. Il l'a montré à sa famille qui lui que ah, mais non non non, ça n'allait pas du tout, et que personne n'allait rien y comprendre.

Il a remis l'ouvrage sur la table et a réussi à nous transmettre finalement une présentation que tout le monde peut comprendre, la preuve, même moi j'ai pu.

La voici:

Les énergies réactives du haut-parleur, tueuses de dynamique, par Jean-Maurer

Le relief musical est défini par l'écart d'amplitude entre une pointe et un creux de modulation. Pour être exact, c'est la dynamique. On l'exprime en décibel (dB).
S'il est assez facile de reproduire une pointe de dynamique, il en est tout autrement du creux de dynamique, car une quantité de résidus vibratoires va tendre à noyer le signal musical de faible amplitude.

Un enregistrement d'orchestre présente facilement 60 dB de dynamique, soit un rapport de puissance de 1 à 1 millionième, écart de puissance reproduit en l'espace d'une fraction de seconde. Ces résidus parasites sont bien sûr issus du fortissimo qui précède cet instant de très faible intensité, quelquefois proche du silence.
Et le noeud du problème réside dans ce que l'on doit appeler "le respect du silence". On désigne aussi ces signaux qui se prolongent indélicatement par "les effets de traînage".

Dans un haut-parleur, il existe 3 grandes causes de traînages:

  1. La force contre-électromotrice de chacun des haut-parleurs est un courant parasite inverse au signal musical électrique en provenance de l'amplificateur. Il doit être réabsorbé par l'amplificateur, le mieux possible. Si cette absorption se passe mal, il s'en suit un effet d'écho, à l'image de celui que l'on obtient en montagne en face d'une paroi rocheuse: le message sonore d'origine est rendu inintelligible par cette réverbération. Or les transistors reprennent mal cette énergie en retour, qui rebondit donc vers les haut-parleurs et salit tous les creux de dynamique. Si un amplificateur à tubes est doté de très bons transformateurs de sortie, c'est alors le bobinage secondaire de ces derniers qui court-circuitera ce courant parasite, avec une bonne efficacité.
  2. L'énergie mécanique, celle du mouvement provoqué par la bobine mobile du haut-parleur avec la membrane et la masse d'air proche, donne naissance à une autre forme de résidu parasite: c'est l'énergie réactive. A l'image de l'envoi du projectile par le canon, le recul du canon est la réaction à l'action voulue sur le projectile. Dans le circuit magnétique du haut-parleur s'accumulent alors des forces résiduelles (énergie solidienne); pour s'échapper, elles vont s'écouler par les branches du saladier du haut-parleur jusqu'au boîtier de l'enceinte, et mettre en vibration ses différentes faces avec un effet de retard et de déformation important. Dans les enceintes Jean Maurer, ces différents résidus sont absorbés par du sable de quartz, grâce notamment à la tige de précontrainte qui relie dynamiquement le moteur du woofer au double dos sablé, à très basse fréquence de résonance. En plus, le saladier est découplé dynamiquement de la plaque frontale du boîtier. Pour les haut-parleurs de médium et d'aigu, c'est le sable inséré dans leur double coque qui assure ce travail.
  3. Les mouvements de la membrane du haut-parleur produisent une émission sonore avant et une émission sonore arrière inverse. L'onde acoustique arrière, seule forme de signal indésirable dont tout le monde parle, est absorbée par de la laine minérale. Une partie de ce signal est reprise par l'évent basse reflex, afin de linéariser la réponse en très basses fréquences. En regard des 2 précédentes formes d'énergies réactives, c'est celle qui présente le moins de problèmes de maîtrise vis-à-vis du respect du silence. Si le boîtier de l'enceinte est très inerte, c'est-à-dire peu résonant, le relief musical restitué sera bon. Le sable de quartz emprisonné dans le double-dos du boîtier participe grandement à cette neutralité.

2015-01-17_14-04-02

Conséquences de vibrations et signaux parasites non absorbés

 

Les énergies actives et réactives des haut-parleurs 2015-01-17_14-12-49

Cliquez pour agrandir

Jean Maurer

Un grand merci Jean pour ces explications.

Ah, et si vous voulez en savoir plus sur les enceintes, je vous lie le document mis à jour par Jean Maurer tout exprès pour tomber pile poil avec cet article "Les haut-parleurs et enceintes acoustiques".

 

Vous comprenez maintenant ce qui fait qu'une bonne chaîne est un ensemble, et que l'ampli a lui aussi toute son importance.

Ce PrimaLuna, je ne vais pas m'énerver à essayer de vous expliquer ce qu'il de mieux ou de moins bien qu'un autre amplificateur à lampes.

Encore une fois, pour tous ceux que ça intéresse, un test magnifiquement complet avec lequel je ne pourrais même pas régater au niveau de la cheville est disponible ici.

Il faut juste savoir qu'il s'agit d'un amplificateur moyennement onéreux par rapport à ce que l'on peut trouver comme amplificateur à lampes.

Au point qu'il a tout simplement épaté Jean Maurer, qui lui-même fabrique également d'excellents amplificateurs à tubes.

Pour lui, pour Madame Maurer et pour Marc, ce PrimaLuna est d'une musicalité tout simplement époustouflante.

Je confirme.

J'ai de la peine à expliquer ce que l'on peut ressentir à l'écoute d'une chaîne qui, rappelons-le, est la suivante:

  • DAC TEAC UD 501
  • Lecteur de CD TEAC PD 501
  • Amplificateur à tubes PrimaLuna ProLogue Classic
  • Enceintes Jean Maurer 320E

Prix d'ensemble, environ 11'000 francs. Ou 11'000€ puisque nous avons la parité.

DSC03380

Installation provisoire, des modifications sont intervenues depuis, certains commentaires, voir plus bas en MAJ.

 

---

Petite copie d'une réponse à commentaire plus bas, que je glisse ici, me disant qu'il s'agit d'une mise en place catastrophique:

La TV n’a aucune incidence sur les colonnes, je rappelle que dans un salon, il y en a souvent une, et là, depuis la photo, les colonnes ont été avancées, la TV est derrière la colonne de droite.

La matière du support est du bois massif.

Je rappelle que je n’écoute pas la musique à plein volume, loin de là.

Je rappelle que ces enceintes sont sablées, et qu’elles ne vibrent pas.

Je rappelle que le fait qu’elles soient proches n’est PAS un problème.

Au contraire: ce serait trop facile d’avoir une pièce de 50 m2 avec rien que les colonnes dedans, un canapé en fond de pièce, un peu comme chez Jean quoi.

La vraie vie, c’est pour beaucoup de monde autre chose.

Et cela n'empêche pas de profiter de cette magnifique qualité.

---

MAJ de dimanche 25 janvier Cela dit, ces commentaires m'ont fait revoir une ou deux choses: l'étagère pouvait reprendre ses droits plus à droite dans le salon, pour autant que je dégage l'iMac qui prenait de la place et que je le remplace par mon MacBook Air (avec un petit disque dur externe d'un Terra pour stocker les 24 bits.

Je ne change pour l'instant rien à l'écartement des colonnes, j'ai discuté avec Jean pour savoir si ça valait la peine de changer l'étagère et de poser des colonnes sur des pieds. Il m'a répété que l'écartement allait très bien comme ça, et que je n'allais pas tout de même céder à la dictature des commentaires!

Que le bois pour une étagère ne posait pas de problème particulier, que le pire était éventuellement le verre.

Donc voici ce que cela donne finalement:

2015-01-25-14-44-02

Voilà la version 2.

En pleine écoute du Sabat Mater de Pergolesi par Rinaldo Alessandrini chez Naïve

24 bits 44.1 kHz.

Mais purée, qu'est-ce que c'est beau…

 

 

Rappelons qu'il s'agit d'un cadeau, que je ne gagne pas assez pour me payer des choses comme ça. En plus, j'ai acheté, comme indiqué dans un précédent article, ces enceintes d'occasion, j'ai donc payé tout ça un peu moins cher.

Le relief, la précision, la douceur, l'air, la plénitude

Lorsqu'on discute avec Jean Maurer, le mot "relief" revient très souvent dans la conversation. C'est l'une de ces obsessions dans la réalisation d'enceintes acoustiques, du moins il me semble, j'espère ne pas le trahir.

Eh bien si c'est le cas, son thème (pratiquement le thème 3 donc, puisque j'ai les colonnes et l'ampli de ce dernier) atteint ses objectifs.

Ce relief d'ailleurs est présent bien évidemment à volume élevé, mais, et c'est ce qui est particulièrement fort, également lorsqu'on écoute à volume "supportable pour les voisins". Et par cela, j'entends volume que ceux du dessus ou du dessous n'entendent pas.

Ce qui est d'ailleurs assez étonnant, mais cela, je le savais depuis longtemps, c'est qu'il est possible d'écouter à volume plus élevé ou tout du moins à volume qui paraît plus élevé avec une chaîne de bonne qualité qu'avec un truc à 200 francs.

Une peu comme l'impression que les ondes de qualité (c'est ridicule? Oui je pense, mais bon…) nous imprègnent par tous les pores de la peau, remplissent la salle d'écoute, mais ne vont pas plus loin.

Alors que le truc à 200 balles t'agresse et traverse les murs. C'est souvent le cas du son sortant d'un téléviseur par exemple. Rien de tel pour faire bondir son voisin.

Petite anecdote: l'autre jour que j'étais chez Jean Maurer (je parle de l'entreprise, j'étais chez trois personnes, je ne les exclus pas), nous allions enregistrer l'interview et j'ai demandé si je pouvais baisser la musique, puisque nous étions dans l'auditorium. Je l'ai diminuée jusqu'à pratiquement ne pas l'entendre. Jean m'a dit: là vous ne laissez qu'un filet!

Au bout de quelques minutes, je le regarde, et je lui dis "c'est incroyable, nous écoutons un filet de musique, et pourtant, quelle présence!". Eh oui, nous baignions dans un son magnifique, alors que nous étions tout doux. C'est assez impressionnant.

Au moment où je vous écris, j'écoute un concerto pour violoncelle en la mineur de Carl Philipp Emanuel Bach.

2015-01-18_11-05-38

 

Très bel album interprété par la magnifique Ophélie Gaillard

24 bits 96 kHz.

Eh bien j'ai l'impression d'écouter une musique magnifique, et je n'aurais pas forcément l'idée de l'écouter plus fort. Le salon est déjà rempli des notes de l'orchestre, ce cette vivacité, de toutes ces nuances et de cette dynamique formidable.

Et pourtant, dans la pièce d'à côté, on n'entend rien.

C'est l'une des grandes forces certainement d'une bonne chaîne, DAC/l'amplificateur à tubes/enceintes associés par de bons câbles.

Petit tour de différentes écoutes

D'abord, que ce soit clair: je n'ai pas le vocabulaire des différents spécialistes que l'on trouve sur le Net. C'est comme un bon vin, je peux le ressentir, je n'arriverai pas forcément à l'expliquer avec les bons mots.

Mais allons-y tout de même, essayons.

Un ensemble doit être bon dans tous les genres de musique.

Je ne les écoute pas tous, ces genres.

En voici quelques-uns pour vous faire une idée.

Juste une petite chose avant de commencer: les albums évoqués plus bas sont des 24 bits achetés sur Qobuz et écoutés sur Audirvana Plus, mais tout ce que j'écris à leur propos reste valable en qualité CD depuis le lecteur incorporé à Qobuz.

Simplement, le 24 bits amène un sentiment aérien supplémentaire ou une sorte de limpidité qu'il m'est difficile d'expliquer avec des mots. Ça se ressent, ces choses-là.

En Jazz

2015-01-17_14-54-59

Youn Sun Nah

Quelle merveille, ce disque.

Un enregistrement somptueux, relevé par le 24 bits, une chose rare, d'une beauté exceptionnelle.

Chaque note a sa place, c'est la pureté à l'état brut.

La section rythmique acoustique est une merveille de précisions, les accompagnements (accordéon discret entre autres) sont à tomber.

Ne manquez pas par exemple la plage 5. Écoutez la précision du duo guitare-voix, et l'entrée de l'accordéon. Vous verrez, c'est dingue, quelle que soit d'ailleurs l'installation avec laquelle on l'écoute.

Pour moi, une révélation de l'année passée, que j'ai redécouverte autrement sur cette nouvelle chaîne.

Grandiose.

 

En musique classique

Je ne parle pas de la période classique en particulier, mais du genre, qu'on se le dise.

2015-01-17_15-39-49

Le Messie de Händel, dirigé par Madame Emmanuelle Haïm

Diapason d'or décembre 2014, 4 étoiles Classica en décembre également, ce disque est enregistré en 24 bits 96 kHz.

Quelle version de ce Messie mes amis!

Un choix délibéré d'un choeur allégé, et, comme l'écrit Qobuz, un swing et une vivacité de tous les instants.

Là encore, la chaîne arrive à donner la quintessence de l'enregistrement et de l'émotion qui s'y trouve.

C'est magistralement fin, aérien (je me répète, je sais). C'est juste étonnant.

2015-01-17_17-46-46

Le concerto en ré majeur de Brahms

Lisa Batiashvili

C'est l'oeuvre musicale romantique qui me fout des frissons à chaque fois que je l'écoute. J'ai essayé un temps de la jouer (j'ai fait 19 ans de violon dans une vie antérieure), c'est juste impossible. Seuls les virtuoses y parviennent et encore, pas tous, les violonistes à l'époque s'en plaignaient, au point que Brahms a dû le simplifier. Il a même enlevé un mouvement pour le passer dans un de ses concertos (je ne vais pas me la péter en écrivant ses concerti)… pour piano!

Faut dire que physiquement, l'artiste qui arrive au bout, il doit être mort…

Je crois que j'ai écouté toutes les versions imaginables, surtout depuis des années que je suis sur Qobuz. Elles ont toutes ou presque quelque chose d'intéressant, mais alors cette violoniste géorgienne est juste au-dessus du lot.

Pour moi, c'est la version de référence absolue.

J'ai toujours été fou du 3e mouvement, et là, bien évidemment, je le reste, mais j'ai vraiment pris conscience de la force de ce premier mouvement. Et du deuxième aussi d'ailleurs, mais ce premier mouvement!

Toute l'émotion qui nous est envoyée par Lisa Batiashvili nous transperce par tous les pores de la peau. C'est tellement incroyable, ce qu'elle arrive à nous transmettre.

Et tout passe à travers ces deux colonnes, mon Dieu, comment est-ce possible?

Genre: Rock/Pop

Trois exemples dans ce domaine:

2015-01-18_09-21-28

Leonard Cohen

Son dernier disque, enregistrement 24 bits 96 kHz.

Autant je suis déçu de son dernier Live in Dublin (trop sirupeux, préférez le must pour moi, le Live in London), autant son dernier disque est une pure merveille.

La classe du bonhomme!

Essayez par exemple la plage 2 "Almost like the blues", c'est le… nirvana!

L'introduction est à tomber par terre tellement il y a tout dans ce son, et quand la voix douce et basse de Leonard Cohen entre en jeu, c'est toute la gamme des détails qui ressortent tant dans les instruments que dans l'interprétation de Cohen.

Certes, cet album est intrinsèquement excellent, mais je n'en peux plus de l'écouter sur cette installation tellement j'entends le gars me murmurer ses chansons à l'oreille.

2015-01-22_15-37-17

Benjamin Clementine

24 bits, 44.1 kHz

Du jazz? Pas sûr. De la pop alors? Pas sûr non plus… C'est juste pour moi l'album de ce début d'année 2015 dans le genre.

C'est poignant, fort et doux à la fois. Et encore, je ne comprends pas les paroles, et il paraît que ces textes sont excellents (pas de livret pour cet album sur Qobuz, dommage).

On l'entend respirer, c'est la vie fêlée qu'on entend dans sa voix, toutes les émotions passent.

Ah la la, ce duo violoncelle-voix de la plage 7, People And I! Too much bô.

2015-01-22_17-15-10

Supertramp, Crime of the Century

24 bits 192 kHz

Ah la la… Toute ma jeunesse retrouvée, et en 24 bits encore! Mais que demande le peuple?

Grande précision des synthés, guitares bien présentes, voix parfaites, batterie un peu… pas sensationnelle, mais c'est à l'enregistrement de la fin des années 70, on mixait comme ça, ça fait partie de ce que l'on aime.

Mais là aussi, quelle dynamique mes amis.

Et en parlant de dynamique, je ne peux m'empêcher de dire deux mots d'un quatrième exemple:

2015-01-22_17-23-27

Michel Jackson, Thriller

24 bits 192 kHz

Ah ben là, purée, les ingénieurs du son ont fait un boulot exceptionnel. Déjà sur une chaîne bas de gamme, ça ne sort pas trop mal, mais alors là… C'est difficile d'exprimer le relief en musique, encore une fois, il se sent.

Eh bien là, on le sent partout.

Il était bon ce gars…

Et… je vous interdis de me dire que le 24 bits n'apporte rien!

 

En conclusion

Ou comme quoi une chaîne de stéréo de qualité peut exceller dans tous les domaines et n'est pas cantonnée à un style.

Certes, j'ai passé à mon petit dernier de la musique électro, il m'a dit que ça manquait de basses. Pas étonnant, il se délecte de son casque Beat qui les pousse en avant.

Comme quoi le vrai son, eh bien je me demande s'il a de l'avenir avec ce que les fabricants "à la mode qui veulent plaire" donnent à entendre à nos gamins.

En attendant, moi, j'adore tout cela.

Ah… et j'avais dit que je parlerai d'Audirvana dans cet article.

Je vais reporter la chose dans un article à venir.

Et je vais également vous parler bientôt de deux casques assez étonnant, le premier techniquement, le Parrot Zick 2, et le deuxième au niveau qualitatif: le Beyerdynamic T1. Un must.

33 commentaires
1)
Ritchie
, le 23.01.2015 à 00:43
[modifier]

Comme tu aimes le violon, je te recommande le Concerto de Mendelssohn, où à deux reprises le violoniste va chercher la note la plus aiguë du violon (je crois), c’est l’oeuvre qui m’a lancé dans l’écoute du violon en musique classique.

Comme disent les d’jeuns, ça doit déchirer grave ça race sur ta chaîne ;-)

2)
pioum
, le 23.01.2015 à 07:11
[modifier]

Merci François pour ces articles :

1) tu me fais baver avec ton installation…
2) Ça fait une semaine que j’attends cet article et ton avis sur audirvana et voila que tu repousses ton article sur le sujet. arghhh
3) comme quelqu’un l’a deja évoqué en commentaire, tu parles assez peu de la pièce d’écoute. As-tu aménagé spécialement cette pièce pour l’écoute? Il parait que ça joue énormément sur le résultat…
4) A cause de toi je vais taper un peu dans mon bas de laine pour m’offrir un système correct. (ma femme ne te dis pas merci ;-) )

3)
François Cuneo
, le 23.01.2015 à 07:18
[modifier]

Je n’ai pratiquement pas aménagé ma pièce.

Je n’ai pas les colonnes qui donnent sur un mur latéral, ce que Jean n’aime pas d’ailleurs.

Les colonnes sont à 30 cm du mur derrière elles.

Elles sont peu écartées (je pense 1.50m), ce qui n’a pas d’importance, toujours selon Jean, le pire étant lorsqu’elles le sont trop.

J’écoute à un poil moins de 3 mètres.

Il y a 3 mètres de pièce derrière moi.

4)
François Cuneo
, le 23.01.2015 à 07:23
[modifier]

Oh, et puis je mets une photo de comment c’était il y a quelques jours, j’ai avancé les colonnes depuis. Et rangé un peu les câbles.

J’admets que ce n’est peut-être par des emplacements idéaux, mais ça tient la route malgré tout, et le propre de chaînes de qualité n’est-il pas de s’adapter un peu aussi?

Exclu en tout cas de capitonner mon salon!

5)
François Cuneo
, le 23.01.2015 à 07:25
[modifier]

Ritchie, je connais bien le concerto de Mendelssohn qui n’est pas simple non plus!

Très beau, et très romantique aussi!

Belle période non?

6)
Argos
, le 23.01.2015 à 07:31
[modifier]

M’enfin François, la violoniste Lisa Batiachvili n’est pas russe mais géorgienne, ce qui n’a strictement rien à voir. C’est une ancienne élève du conservatoire de Tbilissi, comme Katia Bunachvili, que le virtuose Steven Kovasevitch considère comme la nouvelle Martha Argerich. De Lisa Batiachvili, je te conseille aussi le concerto de Beethoven avec l’Orchestre philharmonique d’Israël dirigé par Zubin Meta.

7)
Gilles Theophile
, le 23.01.2015 à 07:34
[modifier]

Ouch…

Toute cette débauche de matos haut de gamme pour voir une paire de HP posée comme ça, si proches l’une de l’autre, celle de droite étant collée contre un obstacle (TV) et, le pire, sur des étagères, de cette manière…

J’ai connu des spécialistes de la HiFi et du son qui en feraient une crise cardiaque.

8)
ggkrail
, le 23.01.2015 à 08:05
[modifier]

Encore une semaine à attendre pour Audirvana, Federer a perdu, la journée commence mal ;-)

9)
François Cuneo
, le 23.01.2015 à 08:42
[modifier]

Alors…

Ce sont des enceintes de bibliothèque, je le rappelle.

La TV n’a aucune incidence sur les colonnes, je rappelle que dans un salon, il y en a souvent une, et là, depuis la photo, les colonnes ont été avancées. La TV est derrière la colonne de droite.

La matière de l’étagère est du bois massif.

Je rappelle que je n’écoute pas la musique à plein volume, loin de là.

Je rappelle que ces enceintes sont sablées, et qu’elles ne vibrent pas.

Je rappelle que le fait qu’elles soient proches n’est PAS un problème.

Au contraire: ce serait trop facile d’avoir une pièce de 50 m2 avec rien que les colonnes dedans, un canapé en fond de pièce, un peu comme chez Jean quoi.

La vraie vie, c’est pour beaucoup de monde autre chose.

Et cela n’empêche pas d’avoir la qualité, je vous rassure.

Pour Audirvana, pas sûr que ce soit la semaine prochaine…

Mais je vais essayer.

12)
Gr@g
, le 23.01.2015 à 09:02
[modifier]

En effet la « vraie vie » n’empêche pas de se faire plaisir et d’adapter une qualité à la place disponible. Loin d’être équipé pareillement, les descriptions de tes sensations d’écoute me font baver, alors que oh horreur, je n’écoute de la musique chez moi que depuis mon systeme home cinéma, composé de colonnes Jbl et ampli harman Kardon, à ma grande satisfaction!

13)
Gr@g
, le 23.01.2015 à 09:04
[modifier]

François, essaie egalement d’écouter certaines des musiques de films dont j’ai parlé et dont je vais parler les prochaines fois sur ton systeme, ça m’intéresserait!

14)
ToTheEnd
, le 23.01.2015 à 10:18
[modifier]

Bon, j’espère que tu es bien assuré en tout cas car tout ce matos ça fait envie! Au travers des lectures précédentes, je voyais les enceintes plus petites…

Bref, un système comme ça, j’en rêve un peu… Très bon investissement!

T

15)
Balaise
, le 23.01.2015 à 10:46
[modifier]

Belle présentation pour une superbe installation!

En voyant la photo de la pièce je n’ai qu’une remarque. Ca va peut-être faire bondir les puristes mais il serait intéressant de faire un essai en branchant la sortie optique de la TV sur le DAC pour aussi profiter de l’équipement sur un bon film plutôt que de subir les horribles enceintes des écrans plats.

17)
François Cuneo
, le 23.01.2015 à 13:38
[modifier]

:-)

Pour la TV, Jean me disait l’autre jour que l’un n’empêche pas l’autre, il est tout à fait possible d’écouter un bon film sur ces enceintes: le seul truc, c’est qu’on endendrait pas les chars d’assaut derrière nous, vu que ce n’est pas en 5.1.

Cela dit, en matière de chars d’assaut, ce n’est pas trop un problème à Bière (place d’arme du canton de Vaud, pour ceux qui ne savent pas)…:-)

La sortie optique de la TV? Pas sûr qu’il y en ait une, trop vieille je crois.

18)
Balaise
, le 23.01.2015 à 14:58
[modifier]

En effet, pas de 5.1 mais entre des hp d’écran plat (de toutes façons en 2.0) et des Jean Maurer…

Pour la sortie optique, c’est quand même très courant sur les écrans plats mais ça serait surtout nécessaire pour du 5.1, pour du 2.0 une sortie analogique fait l’affaire. En plus avec une sortie optique il faut régler le volume sur l’ampli, plus par la TV.
Et ce qui compte c’est de faire sortir le son par des vrais hp. En plus pour une fois ça ne couterais rien ;-)

19)
ysengrain
, le 23.01.2015 à 19:01
[modifier]

@ François

Amandine Beyer: elle est profeeseur de violon baroque ( il en existe d’autres ?) à la Schola Cantorum à Bâle. Chaque semaine, il y a un concert, le vendredi soir par les « élèves » (niveau > conservatoire) et les prof. À entendre de toute urgence.

Dans les 2 enregistrements , celui d’Amandine Beyer et celui d’Ophélie Gaillard ( qui joue un sublime cello de Goffriller, peut être celui d’Anner Bylsma, puisque il a été son maitre et qu’un bras paralysé l’empêche de jouer) ta chaine te permet elle d’entendre le frottement du crin de l’archet sur les cordes. Tu as été violoniste, ru sais de quoi je parle

20)
M.G.
, le 24.01.2015 à 12:12
[modifier]

ta chaine te permet-elle d’entendre le frottement du crin de l’archet sur les cordes ?

J’espère bien ! Pour l’écoute du violon, c’est la moindre des choses ;-)

21)
Caplan
, le 24.01.2015 à 15:08
[modifier]

La sortie optique de la TV? Pas sûr qu’il y en ait une, trop vieille je crois.

P’tit bras, va!

22)
Jean-Yves
, le 24.01.2015 à 18:15
[modifier]

Même sans avoir toute la panoplie pour atteindre un quasi orgasme sensoriel, les suggestions d’écoute partagées ici offrent bien des plaisirs.
C’est ce que j’aime sur ce site, les clefs ouvrent souvent de nombreuses portes.

Par exemple, me faire radiographier l’encéphale pour voir si je n’héberge pas des nano-tubes qui feraient une partie du boulot de correction, autrement assuré par de l’excellent matériel, un peu comme pour la vue ? 
Hi, hi …

En attendant, mes petites enceintes me permettent de partager ces plaisirs. Merci ;-)

23)
cvanquick
, le 25.01.2015 à 10:25
[modifier]

François,

Pour le 24 bits je suis d’accord et pas d’accord.
C’est magnifique si le travail de production est au top et si ta chaine d’écoute (casque, lecteur…) est harmonieuse.
Sinon cela peut être une catastrophe.
Ensuite le 24 bits n’assure aucunement d’avoir l’enregistrement ultime en terme de rendu sonore.

Je prends l’exemple de Thriller qui est sublime en 24 bits. Je viens de découvrir un rip d’un CD japonais exceptionnel. Comment te dire, cela n’a rien à voir à tel point que je me demande qui est dans le vrai.
J’ai aussi trouve un rip d’un vinyl. Je vais bien l’écouter mais je m’attends à qqch d’encore différent.

Il va falloir creuser la question

24)
Renan Fuhrimann
, le 25.01.2015 à 11:32
[modifier]

@cvanquick :
Tu enfonces un peu des portes ouvertes là. Le 24 bits n’a rien de magique, si l’enregistrement ou le post traitement est mal fait, le fait d’écouter en 24 bits ne va pas faire que ce soit meilleure, bien au contraire, cela va faire ressortir les défauts.

Du coup, il est tout à fait normal que des enregistrements en 16 bits peuvent paraitre meilleure vu que le downsizing va lisser la bande sonore.

25)
Caplan
, le 25.01.2015 à 12:59
[modifier]

Dites, vous n’en avez pas marre de comparer vos bits?

On pourrait passer aux bagnoles, maintenant! ;-)

26)
cvanquick
, le 25.01.2015 à 14:21
[modifier]

@Renan c’était une belle porte.

Je ne parle pas forcément de supériorité mais de différent.
A tel point que je me demande où est le rendu original en terme de dynamique de clarté…

27)
cvanquick
, le 25.01.2015 à 14:50
[modifier]

En ce moment j’écoute « Beat It » de l’album Thriller.
J’ai trois versions de l’album en rip :

– Sutdio Master 24bits/176,4khz
– Cd japonais édition 1981 16bits/44,1 khz
– Vinyl 24bits/96 khz

Et à l’écoute j’obtiens trois rendus vraiment différent. Je ne parle pas des détails que j’entends mais plus d’un spectre proéminent :

– Le studio master est très midcentric (en écoutant les deux autres versions, une vraie sensation de nuage autour de la chanson)
– le CD japonais est très brillant et très dynamique (les rifs de guitare déchirent l’air au sens propre et t’agresse dans le bon sens du terme)
– le vinyl est vraiment entre les deux très neutre.

Où est le bon ?

Je me pose vraiment la question.
En tout cas moi qui aimait vraiment la version Studio Master, j’en suis revenu et j’en deviens même déçu.

28)
François Cuneo
, le 25.01.2015 à 15:06
[modifier]

Ah ben pour moi, le bon est tout simple: ce sont les ingénieurs du son de MJ qui fournissent le 24 bits, ils donnent ce qu’ils ont voulu donner.

Ceux qui font des RIP à leur sauce, c’est peut-être beau, mais ce n’est certainement pas dans le vrai.

30)
François Cuneo
, le 25.01.2015 à 15:09
[modifier]

J’ai mis à jour l’article avec une nouvelle disposition du salon, avec un peu plus d’angle aussi.

Plus d’iMac, mais un MacBook Air. Le tout plus éloigné de la télévision.

Juste parfait par rapport à ma distance d’écoute.

Confirmé par Jean Maurer: le pire dans l’écartement, c’est le trop.

Et je peux vous assurer que là où je suis, on sent bien l’ouverture.

31)
ysengrain
, le 25.01.2015 à 15:12
[modifier]

J’ai assisté à plusieus enregistrements au cours de mes baroqueuses pérégrinations.
L’un d’entre eux, s’est fait dans une église, moderne (années 60). Le preneur de son gravait un CD en direct. Il y a eu 3 ou 4 prises pour chacune des pièces. Nous allions écouter dans le presbytère sur des enceintes studio Rogers, ainsi qu’au casque.
Pratiquement aucune réverbération, prise de son très analytique et précise de chaque instrument – une viole de gambe et un théorbe.
Quand le CD a été publié, le message sonore était noyé dans une réverbération uniforme gommant les attaques, détruisant la couleur sonore du lieu.

Tout ce préalbule pour dire que 16, 24 ou même 48 bits, c’est sans doute contributif pour faire vendre, mais la restitution la plus fidèle du message originel est tellement sujette à des malodorantes contributions …

32)
cvanquick
, le 27.01.2015 à 09:55
[modifier]

@François, je comprends bien ton idée.

Il y a un mais, la version que tu as ne viens pas directement de l’ingé son mais de la maison d’édition.