Profitez des offres Memoirevive.ch!
Fracture numérique, antenne de toit de 14 mètres, parabole satellite et désillusions

 

Depuis fin août, ma chère et tendre et moi avons investi une maison en Touraine, à l’Ouest de Tours, en pleine campagne, au milieu des troupeaux bovins/ovins et la compagnie nocturne de sangliers et biches venus des forêts environnantes.

Après moults rangements, ayant transmis à OVH, mon fournisseur d’accès Internet, mes nouvelles coordonnées, je reçois la nouvelle: "Bien sûr que nous allons transférer votre accès, mais vous êtes à 5773 m du DSLAM et le débit sera de 448 kb/s !!" Ouppss !!

“Mais enfin, Mr OVH que pouvez-vous faire ?” répliquai-je, marri.

“Mr Ysengrain, sur votre paire de fils de cuivre, rien; je crois que si vous voulez plus de débit, nous devrons divorcer” … m’assène-t-il tout de go, m’assommant: depuis que j’avais quitté Orange et ses constantes inconstances fonctionnelles et hypercompétentes incompétences, OVH m’avait rapproché d’un service quasi parfait aux plans compétences, SAV, fonctionnalités, pour un prix très raisonnable de 29€ pour l’ADSL et le dégroupage téléphonique, jamais tombés en panne en 3 ans; j'ajoute 50 Go de stockage cloud gratuits.

Je résilie le contrat, très dépité.

Je prends quelques renseignements, et suis dirigé très étonnamment vers le Conseil Général où il m’est dit que 2 possibilités s’offrent:

- La boucle locale radio (BLR) véhiculant du Wimax. En clair, Internet est transmis par radio. La portée peut atteindre plusieurs kilomètres.

- La transmission Internet par satellite.

Mais, on ne peut pas décider soi-même, sous peine de perdre une prise en charge par le département. C'est à dire, que dans un premier temps, une "huile" au Conseil Général de l'Indre et Loire va vérifier en fonction de la situation de la maison si je suis éligible et surtout comment.

Un contact pris avec une charmante dame du Conseil Général, et après exposé de la situation, aboutit à une réponse 48 h plus tard: "vous êtes éligible à la BLR après installation d'une antenne de toit de 14 mètres de haut" ... dit-elle, et je l'entends rire. "On va donc donc prendre en charge votre installation de connexion Internet par satellite à hauteur de 350€. Je vous adresse les documents que vous signerez et vous recevrez d'ici 3 mois (on est en France ?), le remboursement de votre installation.

Je me renseigne sur les FAI satellitaires: 2 satellites sont en fonction. On choisit en fonction du souhait d'avoir ou non la TV. Tous les FAI utilisent ces 2 satellites. Un excellent site permet de comparer les offres. Le plus gros des FAI est Nordnet qui est une filiale ... d'Orange !!! Je n’ai, hélas, pas le choix.

Une petit appel téléphonique et je suis client avec une remise de 100€. les débits 20 Mo en download, 2 en upload (formule Jet). On m'attribue une ligne téléphonique et x adresses e mail. Coût mensuel 29 €. Il y a un forfait de téléchargement compris de 10 Go. Au-delà, le débit est très fortement abaissé.

48 heures plus tard, 3 colis me parviennent (la jeune femme qui fait la livraison ... whaou!! - pour les ignares, ysengrain est un loup !! et personne n'évoque sa queue prise dans la glace, hein ? ... merci). Une parabole, un décodeur, un routeur, 2 téléphones DECT,  et des "sat-bidules" sans doute très utiles. Des instructions très précises indiquent les inclinaison, orientation et azimut de la parabole de 80 cm, calculés en fonction précise du lieu, ainsi qu'un code de mise en route.

Un remarquable professionnel (stephane.gartmann@orange.fr) vient installer le tout: parabole, câbles, routeur et décodeur.

Après 4 heures de travail, dont 35' passées au téléphone avec Nordnet en raison d'une information technique à double sens (un zéro 0, n'est pas un "O" sauf que chez Nordnet, on doit confondre "O range" avec "0 range"... Oui, je sais... les dents ... dureté etc...), l'antenniste connecte son Vaio portable (quelle apparence de camelote à côté d'un MBP). Mr Ysengrain, vous avez 19300 Kbits/s descendants, et presque 2000 en montant. Jamais, je n'ai jamais eu un tel débit.

À partir de cet instant, le nirvana promis va se transformer en une succession de désillusions.

Voici pourquoi.

Dans l'intervalle entre notre arrivée dans la maison et cette installation, j'ai utilisé le partage de connexion de l'iPhone. Je suis fourni en 3G/3G+.

La mise en oeuvre sur le MBP est instantanée (impossible sur le Dell sous Win XP de ma fille !!!). La navigation est très fluide. J'explose le forfait 3G en 3 jours. Moyennant 5€ supplémentaires on m'octroie une rallonge de 1 Go. La navigation est fluide, 'cest un peu plus lent que l'ADSL classique (vu à la louche pifomètrique)

6h22

Connexion 3G/3G+

 

Première connexion satellitaire.

3 mégas !! Fichtre. Connexion instable - en clair déconnexions répétées, répétées, répétées ... encore et encore qu'il s'agisse de mon MBP, de nos iPhones ou des 2 iPad.

Le technicien au téléphone, m'explique. "C'est comme la distribution d'eau, plus il y a d'utilisateurs ouvrant le robinet, moins le débit final sera élevé."

"Oui, mais les déconnexions ?" Pas de réponse.

En clair, si je comprends bien, la bande passante ...

Dans la soirée, ça s'améliore.

Seconde constatation: si on émet des requêtes fréquentes, le temps de réponse est diminué, comme si une sorte de "mémoire cache" était en place. Dans le cas contraire, j'ai observé 2 comportements:

- ou bien la connexion est perdue, et il faut réitérer la requête

- ou bien le temps d'attente peut voisiner les 10 secondes, voire plus ... avant que la requête n’aboutisse.

M'enfin, pourquoi donc ?

Moi, pas savoir, mais j’observe ce que dit le graphique de Little Snitch: clairement, ça coupe, plus ou moins longtemps. Pourquoi ? Nordnet ne sait répondre. Je précise que cette observation a été réalisée sans aucune perturbation météorologique (satellite et météo, pas bon…)

 

Coupure

Coupure

 

En second lieu ... ceci

6h17

Connexion satellite à 6h17 du matin

 

Les débits comparés 3G/satellite ne diffèrent que peu, mais on est loin, très loin des 20 Mo !!

Mais, ma, but, aber .. les valeurs du ping, look at the ping !!! Le ping est 11 fois plus lent par satellite !!!

Comment essayer d'aller un peu plus loin ? Un peu de rapide réflexion m'apporte un élément partiel de la réponse.

Lors de l'émission d'une requête, les événements suivants s'enchainent.

1- Clic de souris, tap sur l'écran

2- Envoi de la requête via Wifi au routeur qui envoie celle ci sur le réseau

3- Réception de la requête

4- Traitement de celle ci

5- Acquisition de la réponse

6- Envoi de celle ci

7- Réception de la réponse.

8- Rafraîchissement de l'écran.

C'est simple. La distance à parcourir de nos requêtes respectives ( phase 6) va pourtant être très, très sensiblement différente.

Mes requêtes accomplissent 144000 kms de plus que les vôtres, abonnés à la paire de fil de cuivre que vous êtes !!

J'explique.

Le satellite est à 36000 kms d'altitude.

La requête que j'ai émise, est renvoyée au sol pour y être traitée. 36000 kms.

La réponse est acquise: 36000 kms

Elle m'est envoyée: 36000 kms.

En admettant que les transmissions se fassent à la vitesse de la lumière (le doute m'habite), il faudrait une demie seconde. Ce qui parait compatible avec la valeur du ping satellitaire

Comment améliorer le temps de réponse ?

Première idée: si j'adresse une requête plus rapidement, par exemple à 6 Mo au lieu de 2 (j’évoque le débit montant), peut-être que

Il existe chez Nordnet, une offre appelée Max qui propose un débit ascendant de 6 Mo pour 5 € mensuels supplémentaires.

"Allo Nordnet, puis-je passer à Max ?"

"Mais oui, Mr Ysengrain; pour cela, il faudra changer tout le matériel que vous avez acquis et en racheter un autre parabole incluse"... auxquels je dois rajouter les quelques 300€ pour une nouvelle installation. Qui plus est, le gain de temps ne sera acquis que pour l'émission de la requête.

Et puis, et puis ... vint la redoutable journée du 21 septembre. Est-ce l’équinoxe d’automne ? Je ne sais pas. En fin de journée, j’avais dénombré 23 déconnexions. Le ciel a été clair jusqu’à 17h10. une grosse pluie de 10 ‘, puis temps couvert.

Vous n'imaginez même pas .. durant les 4 jours où le "machin" était allumé - je ne dis pas en fonction -, ce serait mentir, je n'ai JAMAIS réussi à réaliser une sauvegarde d'un iPhone ou d'un iPad. Un message disant que la vérification d'identité n'avait pu avoir lieu faisait sortir de la sauvegarde. Je suppose qu'un temps d'accès trop long faisait croire aux serveurs que je n'étais pas indentifié.

Une dernière chose dont je n'ai encore rien dit: le téléphone VOIP

Les mêmes causes impliquant les mêmes événements, une conversation par cette voie nécessite, "un peu comme à la TV quand le journaliste est en Nouvelle Zélande et que le satellite véhicule le message, mais-là-infinniment plus- lentement": j'émets des doutes sur la qualité du matériel fourni. En clair la conversation est absolument impossible.

J'oubliais: encore ...un dernier point ... négatif.

Aujourd'hui on est connecté à tout; ainsi les postes TV et décodeurs TV sont connectables. je n'ai réussi à connecter aucun des deux. J'avais pourtant saisi la clef de protection.

Donc … j’ai résilié le contrat.

Donc plus d'Internet ? J'y ai songé pas plus d'une femtosconde.

La 3G fonctionnant très bien chez moi, j'ai la 3G+ de manière intermittente, je suis allé acheter un contrat de Hotspot 3G diffusnt le wifi sur 10 appareils.

 

CHotspot-4G-Bbox-Nomad-E5372

Un Hotspot Huawei E5372

Configuré en 3 ', il a une autonomie de 10 heures. Le forfait de téléchargement de 16 Go coûte 24,90€ /mois. Fiable: aucune déconnexion. Le nirvana ?

34 commentaires
1)
Renaud LAFFONT
, le 25.11.2014 à 00:25
[modifier]

Je compatis. Quand j’ai emménagé en 1998 dans ma station balnéaire, j’ai testé le satellite. Europe On Line. Une carte PCI dans le PC relié à mon antenne satellite. Signal descendant via le satellite (et un proxy) et signal ascendant via la bonne prise telephone et sa connexion 56k. Et C’etait internet ou la télé mais pas les 2 en même temps.

2)
Gilles Theophile
, le 25.11.2014 à 08:01
[modifier]

Je suis également abonné à un service internet par satellite depuis plus de deux ans maintenant (chez Connexion Verte, mais tout le monde fournit le même service).

Aucun souci d’installation ni de mise en service (qui ont duré 1 heure, pose d’antenne incluse).

Aucun souci d’utilisation, le débit est bien là, surtout en up (6 mbits), ce qui m’arrange pour les webinaires (entre autres).

Le ping nettement plus lent ? Je le savais dès le départ, impossible d’être piégé à moins de le faire exprès, c’est précisé en long et en large dans la documentation et de toute façon, aucune importance, je ne joue pas en réseau.

Je précise que je n’ai pas d’option TV, la TNT me suffit largement, je ne regarde que les grandes chaînes. J’ai renoncé à l’option téléphonie, car la qualité des communications est mauvaise.

Donc le bilan est positif, largement, même s’il y a parfois des ralentissements ou des coupures de service aléatoires qui excèdent rarement quelques minutes. J’ai connu bien pire avec l’ADSL.

J’arrive à travailler sans aucun souci, avec de fréquents gros transferts de fichiers avec mes éditeurs et clients, les logiciels, puisque je suis bêta-testeur sur plusieurs programmes, et ma famille est également connectée en permanence, dont deux adolescentes qui regardent en permanence des vidéos sur le net.

Le récepteur satellite (offert dans le cadre de mon contrat) est relié à un routeur gigabit qui distribue le signal vers 3 excellents boîtiers CPL Devolo (what else ?) répartis dans ma grande maison, dont deux font office d’émetteur WiFi.

Je suis vraiment heureux de cette possibilité, même si l’abonnement est plus cher – 75 euros par mois pour du 20 mbits en down et 6 mbits en up, pas de limite de volume de données – car comme le souligne l’auteur de cette chronique, il y a vraiment une fracture numérique en France, et elle n’est pas prête à disparaître, vu le nombre considérable de zones blanches et la disparité entre les grandes villes et la campagne. Ce n’est plus une fracture, d’ailleurs, c’est carrément le grand canyon. Croyez bien que je suis heureux de vivre dans un pays où, au fur et à mesure de mes nombreux déménagements et des années qui passent, l’offre internet ne s’est jamais améliorée, bien au contraire, c’est de pire en pire, et le satellite est une alternative sérieuse, malgré les contraintes (notamment la question du volume des données, à laquelle j’échappe grâce à une offre limitée que j’ai pu saisir à temps).

Cerise sur le gâteau pour moi – et retournement de couteau dans la plaie pour l’ami Ysengrain, j’en suis navré – je bénéficie depuis cet été de la 4G via Free, malgré le fait que je vis dans le Médoc, qui est encore un peu le « tdc » du monde, si je puis m’exprimer ainsi.

3)
Diego
, le 25.11.2014 à 08:19
[modifier]

Salut @ysengrain,

Je compatis …

Petite question : tu es sûr que c’est une bonne idée de mettre l’email de ton « remarquable professionnel » en clair dans ton texte ?

A moins que le « remarquable » soit sarcastique et que tu agisses par vengeance, je trouve pas ça terrible personnellement.

5)
estic a la platja
, le 25.11.2014 à 09:15
[modifier]

Bonjour

L’écriture des symboles des unités de mesure ne portent jamais de marque du pluriel. Donc 1 km, 2 km et 999 km, jamais de kms et de ms, ni de €s…

Bien à vous

6)
ToTheEnd
, le 25.11.2014 à 09:43
[modifier]

Je confirme que ces problèmes de délais sont largement connus quand on parle de connexions satellitaires.

Pour ce qui est de la fracture numérique, si elle est bien existante, l’avancée des nouvelles technologies et en particulier cellulaires apportent des solutions satisfaisantes pour beaucoup. Bien entendu, il faut se trouver dans une zone couverte mais avec la 3G et d’une façon générale, la 4G, tout ou presque est possible comme le démontre l’exemple du jour.

T

7)
Gilles Theophile
, le 25.11.2014 à 10:10
[modifier]

@ TTE

Sauf qu’en France, la fracture numérique existe aussi pour la 3G et la 4G…

Pour te donner un exemple concret, dans ma région, le Médoc, il n’y a quasiment pas de réseau sur les plages, ce qui fait qu’en cas d’urgence, il est virtuellement impossible d’appeler les secours…

8)
ToTheEnd
, le 25.11.2014 à 10:31
[modifier]

Oui, dans un projet en France pour 900 personnes répartis sur tout le territoire, j’avais pu me rendre compte de ces problèmes… mais avec le temps, j’ai l’impression que les choses évoluent car fondamentalement, d’un point de vue technique et financier, c’est plus facile d’installer une antenne 4G (ou autre) sur l’ensemble d’une zone géographique et ainsi couvrir Xkm2 et X habitants que d’ouvrir des routes pour refaire le zonage filaire (cuivre ou optique) de la même région.

Après, comme je l’ai dit, il y aura toujours des zone « noires » et je pense qu’aujourd’hui, si on achète un bien, la question « comment est Internet » a autant de sens que de demander si les transports en commun sont proches ou si les magasins/écoles sont à proximité.

T

9)
Saluki
, le 25.11.2014 à 10:31
[modifier]

Apparemment le Val de Loire est mité…
En changeant le nom de lieu (Anjou vs Touraine) on croirait lire le déroulé du vaudeville vécu par notre fille.

Par ailleurs et pour notre bon TTE, même dans Paris, la Kpitale que toute la planète nous envie, les connexions sont très …aléatoires : au bord du Parc des Buttes Chaumont, versant haut, 3G et 4G sans problème. 100 mètres plus loin, mais 20 m plus bas…on est en Edge !

Edit : @TTE. Tu postais en même temps que moi.
Effectivement les connexions possibles (et leur coût) ont presqu’autant d’intérêt à considérer que les différences de taux d’impôts locaux…

10)
Charled
, le 25.11.2014 à 10:59
[modifier]

Bonjour,
Dans les zones grises ou blanches pour l’adsl, il y a aussi la solution du nra-zo (nœud de raccordement adhérent zone d’ombre). Mais ça se joue au niveau d’une commune (ou groupement) dans laquelle est installée une armoire adsl pour diminuer les distances entre les raccordés et le nœud. C’est un chantier mais si vous êtes plusieurs dans le même cas, ça vaudra peut-être le coup.

11)
Gilles Theophile
, le 25.11.2014 à 11:10
[modifier]

Je précise que dans mon patelin, il y aussi la fibre mais, malheureusement, elle n’est que pour les établissements scolaires et institutions, et que l’accès public n’est pas prévu.

Je pourrais laisser tomber le satellite et me raccorder à l’ADSL, car certaines rues semblent avoir un bon débit, amis deux choses me retiennent :
– il est impossible d’avoir une estimation précise du débit à une adresse donnée avant de passer commande,
– et même si je pouvais bénéficier d’un ADSL à 8-10 mbits, je perdrais mon précieux upload à 6 mbits pour un pathétique 256, 512 ou 1024k, et ça c’est hors de question.

Quand je pense qu’à Graz, lorsque j’enregistre chez V2B, je dispose d’un accès fibre 100 mbits, en down comme en up… le rêve.

12)
ysengrain
, le 25.11.2014 à 11:25
[modifier]

il est impossible d’avoir une estimation précise du débit à une adresse donnée avant de passer commande,

Connexion sur le site d’OVH, tu indiques ton numéro de téléphone fixe. L’adresse t’est communiquée, validation et la réponse est donnée.

13)
cerock
, le 25.11.2014 à 11:28
[modifier]

en gros on a quand même de la chance avec Swisscom qui doit assurer le service universel (n’importe ou en Suisse).

14)
Gilles Theophile
, le 25.11.2014 à 11:34
[modifier]

Je n’ai pas de numéro fixe… mais les opérateurs ne veulent pas donner d’infos précises sur les caractéristiques de la ligne. Ils se contentent de l’habituel blabla commercial, en te disant si tu es éligible pour la TV par internet, ce dont je me tape royalement.

Mais si OVH – dont je suis client – peut me donner une estimation précise, ça m’intéresse, effectivement.

15)
ToTheEnd
, le 25.11.2014 à 14:19
[modifier]

en gros on a quand même de la chance avec Swisscom qui doit assurer le service universel (n’importe ou en Suisse).

A l’époque, quand un client Swisscom avait une ligne aérienne et que donc la connexion Internet était misérable pour ne pas dire impossible, l’opérateur fournissait un abonnement « standard » via un téléphone mobile (modèle de base). Je pense qu’aujourd’hui encore, cette pratique à cours. C’est toujours moins cher que de creuser et poser une nouvelle ligne sur quelques centaines de mètres ou kilomètres… il y a du y avoir quelques procès et jurisprudences dans cette histoire de « service universel ».

T

PS: ce que le service universel inclus pour Swiscom valable jusqu’en 2017… Internet doit être au minimum de 1000/100 kbit/s.

16)
Jean-Yves
, le 25.11.2014 à 15:49
[modifier]

My god ! Je compatis aussi.
Nous sommes bien fragiles face à la technologie.

Vérification faite, cette petite commune surement charmante (et choisie avec soin ;-) n’étant pas “à l’Ouest de Tours”, semble bénéficier de certains services.
Dont ces fameux NRA, nœuds gordiens auxquels je ne connais strictement rien, hormis les confondre avec ça …

C’est l’une des 277 du département d’Indre et Loire, et toutes sont listées sur ce site, nœuds compris.
La source étant, je cite : “courtier spécialisé en offres Internet et forfaits mobiles”, la prudence est de mise, mais ça peut aider à relativiser les effets d’annonce des FAI et des élus …

PS : J’aime bien le clin d’œil à Tex Avery.
Le nombre de fois où ce loup s’est fait satelliser ;-)

17)
Jaxom
, le 25.11.2014 à 16:10
[modifier]

Concernant Swisscom, il y a deux mois j’ai déménagé. J’ai donc demandé à ce que ma connexion DSL+TV chez Swisscom me suive.

Pourtant l’immeuble où j’ai emménagé est en centre ville et a une quinzaine d’année, mais il n’y avait plus de ligne libre pour l’immeuble et on m’a informé qu’il fallait 4 semaines de délai. Et c’est tout.

Bref, comme il m’était impossible, pour le travail et les études, de me passer chez moi d’internet pendant ce temps, j’ai tout annulé chez eux et je suis allé voir chez Cablecom (seul souci, le routeur fait du bruit, ce que je ne comprend pas pour un routeur).

Ce matin, soit 8 semaines plus tard, j’ai eu un appel du technicien qui devait poser la ligne. Bref, ce n’est pas tant que la ligne n’était pas disponible qui m’a gêné. C’est qu’il n’y a aucun proposition pour que je puisse gérer l’entre deux. J’aurai volontiers accepté une offre temporaire de connexion sans fil, même avec un léger supplément entre temps.

Sur le coup, Swisscom a été nul commercialement.

18)
François Cuneo
, le 25.11.2014 à 16:47
[modifier]

Vive le téléréseau!

Et vive les entreprises de proximités qui répondent, vous connaissent.

Encore faut-il l’avoir.

Mais ysengrain, si tu avais vu notre maison au milieu de nulle part à l’époque, tu n’aurais jamais cru que nous étions reliés.

Comme quoi c’est vrai qu’on a pas mal de bol, en Suisse.

19)
guru
, le 25.11.2014 à 17:57
[modifier]

Au milieu de la pampa en Toscane, couverture avec du WDSL: antenne d’émission en hauteur, petite antenne de réception qui doit « voir » l’émetteur et débit correct…

20)
Jean-Yves
, le 25.11.2014 à 18:03
[modifier]

@ François.
Ah, ben oui, mais … 

France :
Superficie : 671 308 km2.
Population : 68 630 267 hab.
Densité : 99,2 hab/km2.

Suisse : 
Superficie : 41 285 km2.
Population : 8 036 917 hab.
Densité : 194,7 hab/km2.

J’ai comme dans l’idée que les échelles ont leur importance, là.
Un peu comme dans le “gruyère français”, par ailleurs faux Emmenthal …

Plus il y a de fromage, plus il y a de trous.
Et ces nombreux trous semblent difficiles à combler.

Mais qui s’intéresse vraiment aux trous ?

21)
ToTheEnd
, le 25.11.2014 à 18:48
[modifier]

J’ai comme dans l’idée que les échelles ont leur importance, là.

Bien sûr, tout comme le relief. Je ne retrouve pas les chiffres (pas le temps) mais si je me souviens bien, pour couvrir 98% de la population avec de la 3G en France et Suisse, il ne faut que le double d’antennes pour la France (de mémoire). C’est aussi parce qu’on n’a pas les mêmes normes.

Mais offrir une bonne couverture sur un territoire est un vrai casse tête car en plus des simples ratio antenne/habitant, il faut aussi tenir compte des trucs hors cartes: plages pour vacances alors que personne n’y habite, les coins où tout d’un coup y a 20k glandus alors que normalement, c’est 5 à 10 personnes (festivals, manifs, etc.) sans parler des axes de transports (autoroute, train, etc.). Bref, pas un job que j’aimerais faire!

T

22)
Renaud LAFFONT
, le 25.11.2014 à 20:59
[modifier]

C’est si petit la Suisse? Qu’est ce qu’on attend pour les envahir ? ;) tous les moyens sont bons pour avoir la coupe Davis

23)
ToTheEnd
, le 25.11.2014 à 23:03
[modifier]

Pas la peine de nous envahir… Dans le règlement de la coupe, on peut la louer sous certaines conditions! Faites une offre et on verra ce qu’on peut faire;-)!

T

24)
Saluki
, le 26.11.2014 à 01:38
[modifier]

la coupe, on peut la louer

Ah oui ? Comme Dieu, alors… (Je suis déjà sorti >>> et à plusieurs fuseaux horaires !)

25)
barijaona
, le 26.11.2014 à 02:06
[modifier]

Je compatis… Pour avoir très longtemps dû faire avec les délais satellitaires dans un contexte professionnel (au bon vieux temps du X25…), je me souviens que l’optimisation de la taille des paquets était un facteur clé… et qu’il fallait faire pas mal d’essais pour trouver les bonnes valeurs.

Dans nos environnements modernes, je suggèrerais d’optimiser d’abord le MTU, puis d’harmoniser ensuite la taille des paquets TCP.
Ce lien peut donner une première idée : http://www.dslreports.com/faq/satellite/7._Tips_for_Non-Windows_Users

Pour éviter de tout faire machine par machine, il vaudrait mieux avoir un routeur qui donne la main à l’utilisateur pour une configuration manuelle.

26)
Gilles Theophile
, le 26.11.2014 à 07:32
[modifier]

@ barijaona

Je vois vraiment pas le rapport… avec ma connexion satellite, je ne me préoccupe pas de ce genre de considérations, je surfe comme tout le monde, je travaille comme tout le monde, vite et bien, et même plutôt mieux que la plupart des gens de mon entourage qui ont l’ADSL.

27)
ysengrain
, le 26.11.2014 à 08:20
[modifier]

je surfe comme tout le monde, je travaille comme tout le monde, vite et bien, et même plutôt mieux que la plupart des gens de mon entourage qui ont l’ADSL.

un peu plus tôt, le même

Je suis vraiment heureux de cette possibilité, même si l’abonnement est plus cher – 75 euros par mois pour du 20 mbits en down et 6 mbits en up, pas de limite de volume de données

pas comme tout le monde Gilles, pas comme tout le monde. 75€/mois, si on n’est pas un pro…..

28)
Gilles Theophile
, le 26.11.2014 à 09:16
[modifier]

75 euros, ce n’est pas une offre pro.

Ces dernières sont beaucoup plus chères.

Mais pas le choix, c’est ça ou payer deux fois moins, mais pour de l’ADSL à 1 ou 2 mbits en down, et 256 k en up… Le choix est vite vu, surtout quand on en a besoin en permanence pour bosser, et que toute la famille est connectée.

29)
f1oren
, le 28.11.2014 à 11:38
[modifier]

ah les gars et vous plaignez alors que vous habitez en métropole, alors imaginez un peu dans les DOM les débits, les tarifs (élevés en moyenne +60%), les services en moins ou en option payante, les chaînes tv en moins, le matériel dépassé mais en location payante (oh tiens la Neufbox V6 vient de faire son apparition chez nous en octobre 2014 alors qu’elle est sortie en métropole en… 2010). Chez nous un abonnement triple play c’est minimum 53€ et prévoir entre 3 et 5 ans de décalage pour les nouveaux services. La fibre à 100Mbits (en débit asymétrique, upload de 20Mbits) c’est simple c’est 100€/mois.

31)
gg90fr
, le 01.12.2014 à 13:33
[modifier]

Bel exemple de la situation en France ou tout est possible, le pire comme le meilleur. Fr Telecom/Orange, une entreprise de pointe , oui, mais malheureusement de pointe uniquement car gérer la « masse » des français ne semble pas la préoccuper. je suis dans un cas identique a celui évoqué par @ysengrain, depuis deux ans je bagarre avec Orange pour une connexion correcte, ( je suis à 5300 metres du répartiteur ), rien n(y fait, même les lettres au big boss ( M.Richard) qui s’en tape complètement, me faisant répondre par ses sbires que rien ne peut être fait avant plusieurs années avec la fibre optique, nouvelle arme, mais surement pas sur le point d’être déployée en zone rurale, ah oui je réside à 4 km de Belfort, c’est zone rurale, la moitié du village( 90350) est raccordée sur un répartiteur permettant un débit correcte, l’autre …. allez vous faire voir … Bien sur on m’a proposé le satellite et NordNet, mais sans aucune garantie et l’obligation d’abattre des arbres dans mon jardin !!!
Bref , Orange se moque de nous, en plus j’ai quand même un ADSL ( p inf environ 4heures pour charger 600 mo) et je paie comme si je pouvais voir la télé via ma livebox, alors que c’est impossible, mais pas d’abonnement adapté de prévu, donc je paie pour rien !!!
Qui travaillant chez Orange pourra faire évoluer ses situations lamentables … ?

32)
ToTheEnd
, le 02.12.2014 à 11:47
[modifier]

Qui travaillant chez Orange pourra faire évoluer ses situations lamentables … ?

A ce stade, vu que même M. Richard ne répond pas à tes missives (quel scandale), je pense qu’il ne faut plus hésiter et écrire directement à la Ministre Fleur Pellerin et, éventuellement, au Président, François Hollande. Mais il faut faire vite car visiblement, ces gens seront loins en 2017.

T

33)
Smop
, le 09.12.2014 à 15:38
[modifier]

Lorsqu’on se trouve loin du multiplexeur DSLAM et que l’affaiblissement de ligne ne permet pas d’avoir une bande passante satisfaisante, on peut aussi regarder du côté de l’agrégation de lignes ADSL. Antéor ou encore Stella Telecom proposent un service de ce genre (que je n’ai pas testés). Autre piste à fouiller, l’installation de dispatch-proxy (GitHub).

Chez moi, j’ai une configuration qui ressemble un peu à ça, mais dans une optique de « failover ». J’ai une ligne FTTH (fibre optique) chez SFR et une ligne ADSL chez Free. Si la ligne FTTH tombe en panne, mon équipement (SonicWALL) bascule automatiquement sur la ligne ADSL (puis sur une ligne 3G si les deux autres sont en panne !). J’ai aussi mis un frontal Mac Mini Server qui sert de cache local HTTP[S] et patches Apple, plus quelques autres services réseau. Pour qui a quelques bonnes bases en informatique, tout cela n’est pas très compliqué.

34)
ToTheEnd
, le 18.12.2014 à 11:56
[modifier]

Les Suisses peuvent se réjouir et commencer à danser autour du feu: Xavier Niel (Free) vient de se porter acquéreur de Orange Suisse pour CHF 2.8 millards. Vivement les offres à 2 balles, une helpdesk en Papouasie (ne répond pas à toutes les heures) et un peu de pression (euphémisme) sur les 900 employés.

On va enfin avoir le même service/coût qu’en France…

T