Profitez des offres Memoirevive.ch!
350 km en Brooks Transcend et politique des prix des importateurs suisses

Il semblerait (je suis trop "jeune" dans le domaine de la course à pied pour ne pas être péremptoire) que jamais, dans l’histoire, une chaussure de sport n’a fait autant parler d’elle.

Elle? C’est la Brooks Transcend, présentée en janvier 2014.

2014-07-05_09-44-12

 

 

 

Pas un journal n’en a pas parlé, pas un site spécialisé n’en a pas fait quasiment sa une en début d’année: la Brooks Transcend est une chaussure révolutionnaire.

Mise au point par marque Brooks fondée en 1914, soit il y a cent ans tout juste, et désormais bien connue des coureurs en particulier depuis son renouveau en 1970, cette chaussure a donc créé l’événement dans le petit monde de la course à pied, et a été l’objet d’un marketing pour le moins saisissant.

Regardez le site américain de Brooks: ils ont mis le paquet. Et même si vous ne vous intéressez pas à la chaussure de sport, regardez les  petits films de présentation, parfois rigolos, parfois franchement drôles (après avoir cliqué sur l'onglet "The Transcend Story" en bas, le dernier à droite "Watch the Unveil") et j'imagine, au deuxième degré. Quoiqu'avec les Américains, on n'est jamais très sûrs…

Je vous laisserai également lire les sites des spécialistes pour parler technique, un domaine dans lequel je ne me sens pas tout à fait à la hauteur.

Il n'y a qu'à taper le nom de la chaussure pour tomber sur une kyrielle de tests, qui souvent parlent de la chaussure sans l'avoir même essayée.

Alors moi je l'ai fait!:-)

Pour l'instant, 350 km au compteur avec elles, donc je commence à les connaître un peu.

L'objectif principal de Brooks avec cette Transcend

La Brooks Transcend est un concept qui repart de zéro et qui a été mené à bien par des grands spécialistes du pied engagé par la marque.

Le but était de respecter ce que faisait le coureur, non pas en essayant de le corriger, mais au contraire en essayant de mettre en avant ce qu'il sait faire, donc ses qualités.

 

2014-07-05_09-41-44

Une des images du site Brooks à propos de cette chaussure, je vous présenterai les autres plus bas.

 

 

Cette chaussure n'est donc pas pour une catégorie spécifique de coureurs souffrant de telle ou telle tare, mais se veut complètement adoptive et universelle.

La Brooks s'adapte à vous, ce n'est pas vous qui vous adaptez à elle.

Elle est dotée de nouvelles technologies d'amortissement que je laisse le fabricant vous expliquer, en étant bien incapable moi-même:

Le Transcend dispose de cinq technologies clés qui travaillent ensemble pour fournir des sensations uniques:

  1. Super ADN -. Ce matériau de rembourrage de pointe s'adapte intelligemment à votre foulée.
  2. Guidance Rail - plaques spécialisées intégrées dans la semelle intermédiaire à même de révolutionner la stabilité traditionnelle permettant à vos hanches, les genoux et à vos articulations de se déplacer le long de leur trajectoire unique, pendant que vous courez
  3. Zones de pression idéale -. Transformer l'idée traditionnelle de confort en minimisant les pressions localisées dans le talon, médio-pied et l'avant-pied.
  4. Talon arrondi -. Aligne votre foulée naturellement et facilement.
  5. Des matériaux de qualité supérieure -. Une combinaison de matériaux de qualité conforme à votre pied pour une course agréable

2014-07-05_10-39-46

 

Bon, tout ça, c'est bien joli, mais c'est comment, aux pieds?

Après avoir lu un certain nombre de tests, je me suis dit que j'allais essayer une paire de ces Brooks sur le champ.

Il faut dire que je cours avec des chaussures de cette marque depuis un an maintenant, et que j'aime bien ce qu'elle propose tant pour l'été que pour l'hiver.

Cela dit, mes Brooks GTS Adenaline 2013 comptent 800 km et arrivent gentiment au bout. Même à mon niveau, je le sens. Je n'avais donc pas trop de remords à passer sur des nouvelles chaussures.

Je suis allé chez mon vendeur à Ecublens, en ai essayé une paire, d'abord sur le tapis (elles semblaient me convenir) et puis dans la rue, sur quelques centaines de mètres.

Il m'a semblé que ces chaussures étaient bien au niveau du rebond, mais avec comme une rigidité là:

2014-07-06_15-56-58

C'est là que je ne me sentais pas trop à l'aise

Et puis bon, j'ai essayé d'autres paires, et après réflexion, j'ai pensé prendre plutôt une paire de New Balance. Mais j'ai attendu, le nouveau modèle devant sortir quelques semaines après.

Et puis, le soir, j'ai lu et relu ce qu'on disait de cette Brooks Transcend.

Et puis j'y suis retourné le lendemain, je l'ai réessayé et je suis reparti avec une paire.

Première sortie

La première sortie avec cette paire de chaussures a été étonnante.

Tout d'abord, l'amorti est tout à fait exceptionnel, mais attention, pas du tout dans le style de ma première paire, la Nike Pegasus 29, qui favorise certes l'amorti justement, mais dans une espèce de mollesse qui ne me convenait pas du tout, amenant même une aponévrose de la voûte plantaire (diagnostiquée à distance par Ysengrain), et un manque certain de dynamique.

Là, l'amorti  est excellent, mais ajoute presque au dynamisme. Il est bien meilleur qu'avec ma paire de GTS qui elle maintient bien, mais est assez dure.

2014-07-05_09-42-22

 

Et puis, l'impact sur le talon se fait un peu plus en avant du pied qu'avec toutes les autres paires que j'ai essayées, ce qui est très agréable.

Au plat et à la montée, c'est chouette, mais à la descente, c'est magique. Une tenue et un sentiment de maintien et de sécurité comme je n'ai jamais vu.

Certes, la chaussure pèse 345 grammes (je viens de la peser sur ma balance, elle pèse 343 grammes, c'est peut-être l'usure!), ce qui est assez lourd pour une chaussure de course: de l'avis de tous, ce poids n'est aucunement un problème, on l'oublie tout de suite.

Mais j'ai été très agréablement surpris de ne plus sentir ce "resserrement" là où je vous l'ai montré plus haut, et un maintien juste parfait du pied, avec ce rebondi et cet amortissement juste comme il faut.

Il faut dire qu'elles sont parfaitement finies, avec un système de passage de lacets sans coutures fort agréable.

 

2014-07-05_09-43-45

 

Les deux sorties suivantes

Là où la promesse de Brooks n'a pas été totalement tenue, c'est dans le fait que ce n'est pas l'humain qui s'adapte à la chaussure, mais l'inverse.

En effet, lors des deux sorties suivantes, j'ai ressenti une douleur au niveau des tibias, douleur musculaire, je pense.

Cela provient du fait j'imagine que mes chaussures d'hiver étaient très plates, alors que le talon est plus haut sur la Transcend.

J'ai failli regretter mon achat.

Mais dès la quatrième sortie, ça a été, comment dire… le pied géant?

Je rentre de mes sorties, et je ne ressens aucune douleur, que ce soit dans les genoux, les chevilles, ou la voûte plantaire.

Une tenue fantastique, une sécurité en descente indéniable.

2014-07-05_09-43-07

 

Pour vous dire, entre le début de cet article et les lignes que je tape maintenant, j'ai fait la course du Tour du Lac de Joux, qui fait plus de 24 kilomètres. Une course que je pensais assez facile, mais qui casse au 7e kilomètre avec une montée d'un kilomètre dans la forêt, suivie de 3 kilomètres dans un pâturage avec des descentes pour le moins casse-figure.

Je ne sais pas ce que cela aurait donné avec d'autres chaussures, mais quel bonheur avec ces Transcend!

De nouveau, un sentiment de sécurité dans les pierres et dans les racines dans la raideur des pentes, c'est juste le bonheur. Pas un dérapage dans l'herbe mouillée, c'est vraiment étonnant.

Et à l'arrivée, pas une douleur. Bon. Fatigué hein, je ne dis pas, mais aucune douleur dans les articulations.

J'ai fait 350 km avec cette chaussure, et c'est une nouveauté pour moi: n’avoir mal nulle part. Au point d'avoir oublié les crèmes, ou les bains de pieds dans les glaçons.

Et ça, je peux vous dire que c'est quelque chose.

2014-07-05_09-42-51

Un problème pourtant qui touche surtout la Suisse

Il y a un problème pourtant, et il touche en particulier la Suisse: une paire de Brooks Transcend coûte 270 francs dans nos magasins, soit la bagatelle de 224 €.

Or, dans les magasins européens, cette chaussure coûte 170 € et je ne parle même pas d'actions que j'ai vues!

À New York, en plein Time Square, donc avec des loyers qui ne doivent pas être donnés donnés, j'ai trouvé la paire de chaussures au prix américain de 149 $ soit… 140 francs suisses! Rendez-vous compte, 140/270, la chaussure coûte le double du prix en Suisse! Et un double qui n'est pas rien n'est-ce pas!

C'est du foutage de gueule, tout simplement! Les vendeurs n'y peuvent pas grand-chose, c'est plutôt les importateurs que je vise.

On nous prend pour qui?

OK, payer plus cher, je veux bien, mais pas à ce point. Même en comptant l'examen avec caméra et tapis: les magasins américains  le proposent aussi

Il est clair que maintenant que je connais ma chaussure, j'irai l'acheter en France la prochaine fois. Je l'ai vue en action à 135 € (et voilà je l'ai dit). Parce que chez nous, les actions, vous pouvez toujours courir (hi hi).

J'achèterai ailleurs, tout simplement, et c'est bien dommage, parce que je l'aime bien, mon marchand de sport.

D'ailleurs je me suis acheté à New York une deuxième paire de Brooks Transcend, et je ne ressens aucune culpabilité.

En conclusion

Je ne pensais pas pouvoir un jour m'émouvoir d'une paire de chaussures de course.

Eh bien pourtant, ce sont mes amies dans l'effort, elles prennent soin de moi, et j'aime ça.

Reste leur prix.

En admettant que je les achète en dehors de notre belle Helvétie, ça ira.

J'ai un peu honte d'écrire des choses comme ça, mais ça y est, c'est fait!

 

 

 

 

22 commentaires
1)
Mirou
, le 11.07.2014 à 09:22
[modifier]

Tiens ça me fait penser qu’il faut que je remplace bientôt mes Asics (930km déjà!). Étonnamment pour certains, j’ai été super bien conseillé par un vendeur de chez Ochsner Sport Métropole 2000. Je n’avais pas le courage de louer une voiture pour aller chez des spécialistes, mais je savais quelles questions il devait me poser pour me vendre les bonnes chaussures. Il m’a dit: « Je suis désolé. Mais un seul modèle peut vous convenir. Elles sont moches et très chers ». Ça m’a convaincu et je le suis toujours, presqu’un an après.

C’est sur que les baskets c’est toujours plus cher ici. Pour la comparaison avec les magasins américains, par contre, il ne faut pas oublier que les salaires et charges patronales sont super bas aux US. Ça explique que les coûts de services (comme les analyse de pieds) influencent peu le prix… Et je me demande si ces magasins sur Time Square n’ont pas plus une rentabilité d’image, que financière? (Pour le reste je suis d’accord, passer du simple au double c’est fort…)

2)
pioum
, le 11.07.2014 à 09:31
[modifier]

350 km, ca fait quoi? 2 semaines d’entrainement pour un Kenyan qui se prépare au marathon… Moi je suis fidèle aux marques japonaises depuis pas mal d’années maintenant. Et pour moi le meilleurs moyen d’éviter les blessures, c’est d’alterner les paires de chaussures. Plutot légères pour les entrainement rapide (VMA et cie) et plus lourdes pour les séances d’EF.

3)
ToTheEnd
, le 11.07.2014 à 09:59
[modifier]

C’est clair que c’est rageant une telle différence de prix tu peux difficilement comparer les prix USA/Suisse… trop de différences pour que ce soit pertinent même si fondamentalement, la godasse est probablement fabriquée en Chine pour 5 ou 10 dollars.

Si la différence n’est pas du simple ou double, tous les biens sont moins chers aux USA…

T

4)
Madame Poppins
, le 11.07.2014 à 10:06
[modifier]

Une question de l’ignorante de service : les chaussures de course, faut / faudrait les changer après combien de kilomètres ?

5)
ToTheEnd
, le 11.07.2014 à 10:22
[modifier]

les chaussures de course, faut / faudrait les changer après combien de kilomètres ?

Ça dépend largement d’un truc: tu dors avec ou pas?

T (les taquineries du vendredi sont de retour…)

6)
fxc
, le 11.07.2014 à 11:21
[modifier]

Une question de l’ignorante de service : les chaussures de course, faut / faudrait les changer après combien de kilomètres ?

En même temps que la vidange…

7)
Dom' Python
, le 11.07.2014 à 13:52
[modifier]

Question complémentaire à celle de Mme P: c’est où le compteur kilométrique sur des chaussures?

9)
Zallag
, le 11.07.2014 à 15:20
[modifier]

Comme je ne cours pas, je vais peut-être (même probablement) dire n’importe quoi, pardonnez-moi s’il vous plaît vous qui êtes des fins connaisseurs et accros à la course à pied.
Ce qui compte vraiment, ce ne serait pas avant tout le nombre de pas et non seulement la distance parcourue ? Pour un même kilométrage, plus la foulée est grande, moins l’usure est marquée, non ?
Mais en même temps, quand la foulée est grande, il y a sans doute un effet de levier qui fait que la réception est plus brutale.
Et le poids aussi doit compter, certainement. Et aussi la nature du sol, béton, goudron, sentiers, sciure, piste cendrée ou en tartan ?
Et évidemment, il y a sans doute plus d’usure à la descente qu’à la montée.
Et la marque est aussi un paramètre variable à prendre en compte, sans doute, les polymères des unes ne sont pas forcément ceux des autres. Et aussi la température extérieure. On connaît bien, en ce qui concerne les pneus de voiture, qu’il y a des gommes pour pneus d’été ou d’hiver, elles ne sont pas de la même dureté, et s’usent différemment.
Et la nature des parcours, parce que dans les virages ou les lignes droites, ce doit être différent.
Stephen Hawking a développé, en vue de trouver quelle équipe allait être championne du monde de football, une formule hypercomplexe, pleine de paramètres abscons et de puissances de e, et je pense que, si cet astrophysicien de renom se penchait sur l’usure de chaussures de course, il serait à même d’apporter une réponse ayant un certain indice de probabilité propre à satisfaire la lancinante question de leur durée de vie, question capitale pour certain(e)s, que j’imagine se tourner et retourner dans leur lit sans trouver le sommeil en pensant à leur prochaine sortie.

Bon, Stephen a quand même dit: «C’est très complexe. En effet, en comparaison avec le football, je pense que la physique quantique est relativement plus simple».

Alors des sortes de pantoufles de gym, ça doit aussi dépasser ses compétences.

10)
Madame Poppins
, le 11.07.2014 à 18:20
[modifier]

Ça dépend largement d’un truc: tu dors avec ou pas?

Ca ne dépend pas aussi de la question « est-ce que tu frappes quelqu’un avec ou pas ? » ;-)

François, du coup, j’ai une excellente excuse pour prochainement changer les miennes…. je cours très peu mais ce kilométrage est très largement dépassé !

11)
M.G.
, le 12.07.2014 à 00:26
[modifier]

Structures des prix à l’importation et revente

Rien à voir avec la qualité des chaussures vantées par François mais pas tout à fait hors sujet ;-)

En avril 1991, le modem externe Lightspeed 2400C (extrait d’une commande que j’avais passée) :

Lightspeed 2400C external Modem, V23 (French Videotex) – External Power Supply : 220V/50Hz.
Cable : for Apple Macintosh SE, SE/30 etc (MiniDin8).
Modem compatibility : Bell 103J/300, 212A/1200, V22/1200, V22bis/2400, V23/1200/75.
No software needed (we already have excellent French and US softwares)

Ce modem était Vendu 85,00 $ FOB par Lightspeed Technology à Taiwan. Il était revendu 2.500,00 FF en France par le futur fondateur de MacWay à Strasbourg – 250,00 $ aux USA.

Câble Mac-Modem (MiniDin8)
Vendu 15,00 $ aux USA – 300,00 à 400,00 FF en France (!)

À la source : 3,00 $ FOB à Taïwan !

Tous ces câbles étaient strictement identiques et portaient la mention « Made in R.O.C. » ! Je les revendais moi-même 15.000 FCFA (300,00 FF à l’époque) ;-)

Une autre anecdote

À la fin des années soixante-dix, j’ai rencontré à Dakar un homme d’affaires qui s’approvisionnait à Hong Kong en containers entiers de cassettes audio C60 qu’il revendait en France (c’était la grande époque du Walkman de SONY).

Il se laissa aller à m’annoncer qu’elles lui revenaient en France à 0,98 FF l’unité, compris une commission de 20 % prélevée au passage par son bureau d’achat du Luxembourg (déjà !).

Elles étaient revendues 6,00 FF en boutique sur les plages du midi pendant l’été.

Je me suis toujours demandé à quel prix elles pouvaient bien sortir de l’usine à Hong Kong…

Pour finir, une autre

Dans les années soixante-dix, un ami à moi achetait et exportait des haricots verts cultivés au Sénégal.

Il achetait le kilo 100 FCFA aux producteurs. Air Afrique les transportait jusqu’à Paris pour 90 FCFA. Soit un revient brut de 190 FCFA (3,80 FF à l’époque) CAF Paris.

Il ne les vendait jamais au-dessous de 6,00 FF aux Halles de Rungis. On retrouvait les mêmes haricots verts du Sénégal sur les marchés français à 24,00 FF !

Rien de nouveau sous le soleil en 2014.

Réflexions sur le prix de vente d’un produit

Il faut savoir que le prix de vente d’un produit est fixé par le marché sur une zone de chalandise donnée. En bref, la limite haute du prix est toujours le prix que les clients seront prêts à payer sur leur propre marché ;-)

Ce prolégonème étant posé, on constate que la marge du vendeur ne dépend que du prix d’achat, qui doit donc être le plus bas possible.

C’est la raison d’exister d’un nouveau métier apparu il y a quelques années : « sourceur ». Son rôle : trouver la « source » d’un produit. Autrement dit, s’il s’agit d’un produit manufacturé, trouver l’usine qui le fabrique, où que ce soit sur la planète. Le but de la manœuvre : effacer du prix de revient les marges successives des intermédiaires.

Un exemple frappant vécu il y a cinq ans par Orange Sénégal (filiale à 42 % de France Telecom) :

Par la faute de la mauvaise qualité du courant fourni par Sénélec (notre EDF à nous), le réseau Mobiles Orange Sénégal faisait une consommation anormale des cartes électroniques qui contrôlent les antennes-relais GSM. Ces cartes étaient fournies par Alcatel, fournisseur traditionnel de France Telecom.

Le sourceur d’Orange Sénégal envoyé en Chine avec une carte Alcatel à la main finit par trouver le fabricant.

À tout hasard, il fit la remarque que ces cartes explosaient sur retour courant du réseau Sénélec après une coupure et plusieurs heures d’alimentation sous onduleur.
« Oui monsieur, nous avons nous-mêmes constaté cette faiblesse sur le modèle que nous fabriquons en suivant le Cahier des Charges d’Alcatel. Nous avons ajouté un circuit qui supprime ce problème. Voici la carte modifiée ».

Lorsque le sourceur reçut à son hôtel la proforma demandée pour 500 pièces de la « bonne » carte, il tomba de son fauteuil ! Le prix offert par le fabricant, complété des frais de transport jusqu’à Dakar était dix fois inférieur au prix de la carte originale vendue par Alcatel à Orange Sénégal et produite par la même usine !

Des commentaires ?

13)
Caplan
, le 12.07.2014 à 16:45
[modifier]

la Brooks Transcend est une chaussure révolutionnaire.

Ah ouais, comme les MBT que tu ne mets plus et dont tu nous vantais les mérites dans ce article!

Dans cet article, tu nous disais d’ailleurs: Remarquez, quand je vois certains qui ont fait du sport, je me dis que j’ai encore eu raison de ne pas en faire…

Ce qui est une preuve de plus de ta grande sagesse car, comme le disait l’autre (non, pas lui; l’autre!), il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis! ;-))

14)
Saluki
, le 12.07.2014 à 17:17
[modifier]

Autre exemple proche de mon métier :
Prenons une marque planétaire de jean’s « couture ». Prix ex-usine, avant la (aujourd’hui pseudo-) révolution en Égypte : 8.7 USD.
Trop cher, donc migration au Cambodge, moins cher qu’au Viêt-Nam voisin >> 6,45 USD.
D’accord, une fois rendu en Europe, c’est pratiquement le même PRI, également en raison d’un plus grand taux de déclassés. Mais c’est moins cher sur le reste de la planète.

Et le prix de vente public n’a pas changé, autour de 249 €.
Ce qui fait qu’on peut aussi le trouver à -30% dans des outlets centers, dont celui,près de Disneyland, sans que ce soit vraiment de la vente à perte, n’est-il point ?

15)
M.G.
, le 12.07.2014 à 18:43
[modifier]

Ce qui fait qu’on peut aussi le trouver à -30% dans des outlets centers, dont celui, près de Disneyland, sans que ce soit vraiment de la vente à perte, n’est-il point ?

Bien vu ! C’est pourquoi les « Soldes », qui ne sont organisés que pour augmenter le chiffre d’affaire par augmentation brutale du nombre d’articles vendus, permettent de déstocker et de se faire du cash rapidement.

À -50 %, ils sont loin de vendre à perte. À -70 % ils s’en sortent encore ! La preuve par le cas de tes jean’s « couture » ;-)

Se souvenir que le prix public est le prix du marché sur une zone de chalandise donnée. À -30%, c’est une aubaine (!).

Je viens de trouver sur le site d’un grand revendeur d’électronique très connu un Multimètre numérique LCD à 14,95 €. À ce prix-là, on se dit que ce doit être de la camelote. Détrompez-vous, il est plein d’astuces et joli comme tout.

Le même est vendu 3.000 FCFA (4,57 €) dans les boutiques spécialisées de Dakar. Vous en voulez combien ? Allez, je vous fait -40 % sur le prix public France. Ça vous fera 8,97 € ou 5.884 FCFA. Vous voyez, je vous dit tout : je gagnerai encore 2.884 FCFA ou 8,97 €. Ma Marge/Vente sera encore de 50 %… CQFD.

Sachant qu’à 4,57 € mon commerçant dakarois gagne de l’argent, je me repose la question de savoir à quel prix ce multimètre sort d’usine en Chine ?

16)
Dom' Python
, le 13.07.2014 à 08:37
[modifier]

il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis! ;-))

C’est ce que je pensais aussi.
Et puis, en y regardant bien… je me demande!

18)
Sadique de la forêt
, le 13.07.2014 à 19:59
[modifier]

Salut François!!

Ça fait une paie que je ne suis plus passé par là!

Donc bravo pour tes progrès sportifs, c’est impressionnant!

Figure toi que je viens de m’acheter des Brooks, dans l’idée de courir un peu. Je pense être allé dans le même magasin que toi, et je n’en reviens pas que le vendeur ne m’ait pas parlé des Trenscend!

Le pire, c’est que je suis allé courir une fois et que j’ai eu des douleurs pas possible à la voûte pendant 4 jours!

À ce sujet, je recherche l’article qui cause de l’aponévrose, mais je ne le retrouve pas. Un petit coup de main siouplait, car je crois bien que c’est de ça que je souffre.

Merci!

19)
François Cuneo
, le 13.07.2014 à 21:08
[modifier]

Ah ouais, comme les MBT que tu ne mets plus et dont tu nous vantais les mérites dans ce article!

Mais je continue à dire qu’elles sont très bien ces chaussures. Sauf que je n’en ai plus besoin maintenant.

Dans cet article, tu nous disais d’ailleurs: Remarquez, quand je vois certains qui ont fait du sport, je me dis que j’ai encore eu raison de ne pas en faire…

En effet… Jamais je n’aurais cru un jour que j’allais changer d’avis sur le sujet.

Ce qui est une preuve de plus de ta grande sagesse car, comme le disait l’autre (non, pas lui; l’autre!), il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis! ;-))

Eh oui!

21)
François Cuneo
, le 14.07.2014 à 00:25
[modifier]

Salut Sadique de La forêt!

Je ne sais pas non plus pourquoi le vendeur ne t’a pas parlé de ces chaussures. Cela dit il y en a tellement que d’autres choix sont possibles.

Peut-être que la solution pour toi passe par des semelles ou des formes faites sur mesures pour toi.