Profitez des offres Memoirevive.ch!

Commentaires récents

Rechercher dans les commentaires:  

Résultats pour l'auteur: Cukivor
10 commentaires trouvés.
Article: Prise en mains du Canon EOS 5D Mark IV

Tout ce que tu vas avoir, ce sont des images « mou du genou » et qui filent beaucoup sur les bords (sans parler de l’alignement hasardeux des lentilles, qui fait que tu te retrouves avec des images plus piquées d’un côté que de l’autre…).

Le 50/1,4 est une bonne optique « classique » mais lourde montée sur une rampe hélicoïdale trop légère. D’où assez vite des imprécisions mécaniques affectant la planéité de champ ou le parallelisme, comme on dit je crois? Et Canon a d’autres priorités que redessiner une optique à map interne plus chère? J’en ai eu un, revendu pour celà, remplacé par un Zeiss (manuel) pas forcément meilleur mais mécaniquement impeccable.

Article: Prise en mains du Canon EOS 5D Mark IV

Bonjour à tous,

j’ai la sensation qu’on compare ici ce qui n’est pas comparable. J’ai un 5DmkIII (après un 5D puis un MkII), c’est certainement le meilleur boîtier de la gamme Canon. J’ai aussi du « gros » matos Canon, mais c’est de l’outil de travail costaud, très cher, trop lourd (le 5D est déjà limite en encombrement). Et puis pour le plaisir, j’ai du Sony A7 sur lequel je monte du Leica, du Voigtlander, du Zeiss et même du Canon, avec les bagues ad hoc, tout ça léger et parfait aussi pour le n&b, avec un avantage énorme: la mise au point manuelle. Même avec un Apo Telyt 280mm, la visée mirorless avec zoom x10 est juste impeccable, c’est impossible avec un 5D à dépoli « autofocus ». Et pour les coupeurs de cheveux en quatre, celà vaut aussi pour les optiques qui souffrent de décalage selon le diaph de prise de vue puisqu’on travaille à ouverture réelle. Quant au plaisir de bosser en très très faibles lumières à 1,4 ou 2, là aussi il est incomparable par rapport au 5D où l’autofocus patine dans la semoule avec les optiques équivalentes.
Donc comparer cet équipement Sony ou Canon de trois zooms très lourds et encombrants est assez vain. Canon l’emporte sans hésiter, Sony n’est pas un opticien, c’est un fabricant d’électronique au tarifs artificiels, variant selon la mode et les soit-disant tests indépendants lus sur internet. Mais je suis persuadé que la série A7-A7R-A7S est à part et méritait d’exister.

NB: plutôt qu’investir dans une pléthore d’objectifs redondants, je persiste aussi à penser qu’un second boîtier est plus indispensable, c’est toujours quand on a un 70-200 monté sur le boîtier unique qu’il faudrait avoir le 16-35, ou inversement!

Article: ClamXav, l’antivirus discret et semble-t-il efficace

juste une question tous vos antivirus, ils en trouvent souvent des virus ?

euuuh…. pour moi, le temps que je l’ai re-testé en lisant cette page, ClamXav a trouvé une cochonnerie dans un installeur sauvage « macinstal » qui s’était invité dans les downloads en passant sur une page web quelconque, et que je n’avais évidemment ni vu ni installé. C’était sur une ancienne sauvegarde, sinon rien, nib, nada. Le seul truc vicieux récent que j’aie vu, c’est des « faux » liens publicitaires très proches des vrais liens qui vous intéressent, on clique par erreur, et ils chargent des installeurs qu’on met illico à la poubelle, mais aussi un script qui au passage modifie les prefs de votre navigateur en changeant la page d’accueil ou le moteur de recherche. Et ça, les antivirus ne le voient pas.

Article: ClamXav, l’antivirus discret et semble-t-il efficace

LittleSnitch permet de contrôler toutes les connexions internet/intranet, et de voir que le programme xxxx cherche à se connecter sur le site zzzz. Surtout utile pour les programmes malveillants, et pour se rendre compte que Google met le nez dans un gros paquet d’accès au web !

Article: Audirvana Plus: la musique, et rien d’autre

Amarra vs Audirvana, le retour.

Quand je plaisantais sur l’interface d’Amarra, j’avais aussi sommairement écouté le résultat sonore, qui à l’époque ne m’avait pas emballé. Du coup les conclusions d’Olivier m’ont intrigué et je me suis recollé à l’écoute comparative, au casque et aux enceintes. Sur du tout venant, 16/44, du CD classique basique, piano, violon, etc. Et (pas par volonté de polémiquer) sur mon matériel et avec mes oreilles c’est l’inverse: Amarra est plus terne dans le medium et ajoute une pointe d’aigu, alors que mes oreilles trouvent Audirvana plus naturel, avec une musique qui « respire » mieux, même à bas niveau. Alors bien sûr Amarra peut ajouter des corrections par egaliseur, mais est-ce vraiment le but recherché ?

Les énormes différences de prise de son me dérangent bien plus, quand par exemple on entend (chez Harmonia Mundi) un pianoforte avec une climatisation qui souffle en arrière-plan sur un enregistrement de 2013, qu’on ne me parle pas de dynamique et de bande passante, idem pour pas mal de Naxos enregistrés comme en 1970.

Autre gag de cette mode des « remastérisations audiophiles » à outrance, je crains que certaines bandes n’aient souffert du temps passé dans les archives, et j’ai déjà vu (entendu) des rééditions sonner largement moins bien que des bons pressage 33t originaux. Mais bon, ça c’est du commerce.

Article: Audirvana Plus: la musique, et rien d’autre

Bonjour à tous, personnellement je pense qu’on peut utiliser Audirvana ET iTunes pour ses capacités de gestion, en association avec le non moins excellent Yate pour organiser des tags impeccables. Ma (ou plutôt mes) bibliothèque(s) iTunes ne sont pas sur un de mes mac, mais sur un raid externe, en double exemplaire, ça coute cher en cas de crash ces petites bêtes. Pour y accéder, rien de plus simple, c’est une vieille fonction cachée de iTunes, on appuie sur la touche Alt au lancement d’iTunes qui laisse alors le choix de l’emplacement de sa bibliothèque (tout est en ALAC, natif ou transcodé avec XLD, freeware). Ensuite c’est une question d’organisation et de tags. Audirvana prend le relais et charge en mémoire le morceau à lire pour éviter les interférences, et en écoute (même au casque) je n’entends rien de suspect via la sortie jack optique/toslink mac>dac>ampli.

Article: Jazz, graphisme et bavures.
Cukivor
, le 30.07.2013 à 04:44
[modifier]
Article: Jazz, graphisme et bavures.

Hélas, les graphistes et les photographes n’ont pas su protéger leur savoir-faire

Facile à dire, impossible à faire, sauf à mettre un filigrane king size sur toutes les images, et encore… Disons qu’on vit une époque du “toujours moins cher” et que plus personne ne veut payer une photo, d’où la médiocrité généralisée de l’illustration de presse en France, qui a dégringolé en quelques années sous l’impulsion de certaines agences qui bradent leur production pour survivre. Ne vous méprenez pas, il y a des vrais photographes qui préfèrent ne plus travailler plutôt que vendre à perte à des “services photo” sans la moindre pudeur, et nombre de rigolos qui se prétendent photographes pros avec un boitier plastoc et un zoom premier prix et rêvent de réussite dans un métier moribond. J’en vois tous les jours, qui ne survivent que grâce au salaire de leur femme ou compagne. Les rares très bons réussiront avec beaucoup de patience, les autres finiront à Polemploi, mais le mal est fait, le droit d’auteur disparaît, les copieurs du net copieront bientôt en boucle les tonnes de médiocres pictogrammes (je n’appelle pas ça photos) sortis des iphones, aussitôt vus aussitôt oubliés…