Profitez des offres Memoirevive.ch!

Commentaires récents

Rechercher dans les commentaires:  

Résultats pour l'auteur: rdp10
4 commentaires trouvés.
Article: Fatigué, vraiment?
rdp10
, le 25.05.2016 à 19:21
[modifier]
Article: Fatigué, vraiment?

S’il n’y avait que les déménageurs…

Avez-vous vu les petits marins pêcheurs ? Beaucoup d’entre eux travaillent très longtemps, dans des conditions souvent difficiles, pour rapporter de bons produits dont les cours s’effondrent à cause de la pêche industrielle.

Avez-vous vu certains chauffeurs routiers ? Qui roulent harassés durant des heures et des heures au mépris de toute sécurité, qui ne sont pas revenus chez eux depuis des semaines, travaillant 7 jours sur sept et sous contrats établis selon le droit d’anciens pays de l’est ,qui ne leur donnent que le droit de subir et se taire.

Avez-vous vu ces petits paysans éleveurs, s’attachant à transformer en excellents fromages le lait de leurs animaux qui pâturent et vivent des produits de la ferme sur des terres jamais polluées ? Ils travaillent entre 9 et 13 heures par jour, 365 jours par an. Enfin, pas tout à fait : J’en ai connu qui parvenaient à « s’évader » de leur ferme 4 ou 5 jours tous les ans ou tous les deux ans. Leur revenu n’atteint généralement pas l’équivalent du salaire minimum grâce aux élevages super indutriels et aux « filières » tout aussi industrielles qui tirent les prix au plus bas.

J’en oublie sans doute énormément de ces gens qui, malgré cela, et comme les déménageurs de François (j’ai aussi admiré leurs compétences lors de mes nombreux déménagements), affichent généralement sourire et courtoisie.

R.

Article: Retour vers le futur – TidBITS n° 1300

@MG
Comment ça, l’internet n’existait pas en 1990 ? Ce n’était pas encore le web que nous avons connu par la suite, mais il était déjà possible d’accéder à beaucoup de choses (souvent en bricolant des lignes de code), notamment à des banques de données scientifiques ou techniques. Les mails s’échangeaient aussi beaucoup, et depuis quelques années déjà.
Je te rappelle d’ailleurs qu’un membre de la « Cité Mac » de Calva, par ailleurs élève de Sup’Télécom ma semble-t-il, ajoutait systématiquement son adresse mail à la signature de ses contribs. A tel point qu’une copine de Calva m’avait demandé d’où lui venait ce surnom de « email »…
Quant aux TidBits, leur mise en ligne sur Calva a été, je crois, le fait de plusieurs personnes parmi lesquelles même Lionel (LL1), et aussi un responsable (SysOp) de la Cité Mac dont j’ai oublié le nom (vieillir est un naufrage ?), développeur et musicien.

* René *

Article: «Mes» 30 ans du Macintosh
rdp10
, le 25.03.2014 à 18:36
[modifier]
Article: «Mes» 30 ans du Macintosh

Comme l’avance Ysengrain, nous somme sans doute assez nombreux à présenter ce genre de profil d’utilisateur Apple.

De la caisse à savons de l’Apple II à celle du Mac II et la suite de la fin d’années 80 et début 90 (Ah, l’irruption de Pepsi-Cola chez Apple !) en passant par les premiers Mac compacts de 84, jusqu’aux alus design actuels en passant par les bulles multicolores des premiers iMac. J’allais oublier les portables du début, noirs et à l’autonomie dérisoire.

Et aussi les premiers mails, avec ces modems grésillants à 56 k qui permettaient de lire en ligne et répondre de même.

Le temps aussi du « Club Apple ». J’en fus même un temps un animateur (si, si, même pas honte !). Et celui de Compuserve et compagnie, et en France de CalvaClub devenu CalvaCom et sa « cité Mac » pleine de « fora » souvent marrants où l’on rencontrait même Marc (l’Africain) qui rôde parfois par ici et que je n’ai toujours pas pris le temps de visiter du côté de Dakar.

Le monde du Mac est une petite nébuleuse où l’on rencontre encore pas mal de gens fort sympathiques, même si Apple semble s’ingénier depuis quelques temps à nous compliquer de plus en plus l’existence, et quelque fois même à nous la pourrir un peu.

Article: Innovation et OS cloud
rdp10
, le 06.04.2013 à 19:59
[modifier]
Article: Innovation et OS cloud

L’arrivée du serveur distant, genre iCloud ou autre “cloud” plus ou moins à la mode, paraissait intéressante dans la mesure où l’on dispose de plusieurs appareils et où, par ce canal, l’utilisateur peut maintenir une synchronisation parfaite sans se poser de question. J’avoue apprécier que les modifications, même minimes, dans mon carnet d’adresse, agenda, notes diverses, etc, se retrouvent sur Mac de bureau, sur portable, sur téléphone, sans que je me demande sans cesse ce qui est à jour et ce qui ne l’est pas.

Mais voilà, comme Zit, j’ai la désagréable impression qu’on cherche à nous pousser vers des machines ne disposant plus de rien, même pas d’applications. Tout serait “dans le nuage”. Ce qui promet de jolis gros problèmes.

D’une part, on ne dispose pas toujours d’une liaison internet suffisante. Dans mon fond de campagne bretonne, c’est souvent difficile. En déplacement, en dehors des agglomérations un peu conséquentes ça l’est aussi. On crée donc ainsi plus de problèmes que l’on en résout.

D’autre part, il s’agit là d’un sacré recul. Il faut quand même se souvenir, comme le rappelle aussi Zit, que l’arrivée de la micro-informatique, autrement dit de l’ordinateur personnel, permettait de couper la chaine jusque là imposée avec la machine centrale uniquement accessible par l’intermédiaire d’un terminal inerte. L’autonomie, enfin ! Garder avec soi ses documents et applications, en disposer comme on le souhaite, quand on le souhaite : Une révolution ! Et l’on voudrait nous ramener aux temps du serveur-client, d’avant l’Apple II ?

Enfin, peut-être le pire, voici venir le monde d’Orwell. L’emprise totale, la surveillance totale. Si nous acceptons ça, nous sommes fichus. Il sera trop tard pour pleurer.

Le « cloud » n’a d’intérêt que pour synchroniser, et dans la seule mesure où nous sommes assurés de rester totalement maîtres de nos données. Je crains qu’il ne s’agisse pas du chemin sur lequel on cherche à nous engager.