Profitez des offres Memoirevive.ch!

Commentaires récents

Rechercher dans les commentaires:  

Résultats pour l'auteur: Modane
1543 commentaires trouvés.
Article: La dernière page d’un livre de 15 ans se tourne ce jour (mise à jour avec un film résumant l’âme de Cuk.ch)

Merci, Jean Claude! D’ici quelques jours, tu pourras rajouter milesandjaco.com, que je vais consacrer à la musique et à la littérature, dont les archives de Modane ( de Cuk). Il est déjà en ligne, mais pas très étoffé…

@Zit : Bah elle est très bien, ta gueule! Tu mériterais moins de timidité! ;)

Article: La dernière page d’un livre de 15 ans se tourne ce jour (mise à jour avec un film résumant l’âme de Cuk.ch)

Et voilà… Dernier article, dernier commentaire, tournons la page. Je dois dire que ça a été un privilège rare de pouvoir écrire ici, dans un espace de liberté et de bienveillance. Merci à tous de votre complicité, et à toi, François, pour m’avoir laissé m’épanouir ainsi chez toi. On se retrouver sur ton nouveau blog! Ciao!

Daniel Desmoulins, dit Modane
Vidbooster.com

Article: Insider
Modane
, le 23.02.2017 à 12:56
[modifier]
Article: Insider

Merci Puzzo! Toujours de bon conseil!

Note qui n’a rien à voir…

C’est pas facile de lire tous les jours une dernière chronique:-(

Yes… Un mois de deuil, c’est trop! Nous sommes tous tristes, mais à quoi bon ressasser?
Prenons plutôt de derniers plaisirs… ;)

Article: Fin annoncée de Cuk.ch
Modane
, le 15.01.2017 à 22:23
[modifier]
Article: Fin annoncée de Cuk.ch

Après quinze ans de Cuk, il était fatal de passer à autre chose, quelque chose de nouveau, qui redonne de l’aisance et de la souplesse, qui refasse l’esprit frais et la jambe fine, l’esprit séducteur alerte et vif, tel Errol Flynn bondissant du lustre au balcon, moustache au vent et sourire conquérant! Ce que nous étions il y a quinze ans, donc.

Je ne peux te dire qu’une chose : moi, je comprends : 15 ans c’est long! En quinze ans, si tu es Henri VIII, tu as le temps de quitter une reine, de te marier avec Anne Boleyn, de la faire exécuter, de te fiancer avec Jeanne Seymour, de la répudier, de te fâcher avec Cromwell, de t’unir avec Anne de Clèves, trois semaines, de faire copain-copain avec François 1° , de niquer un Pape et de coucher avec Catherine Howard parce que, finalement, cette année, l’hiver est bien froid, et qu’elle est un peu grassouillette…

Quinze années à se demander pour l’article de demain, à vérifier les stats, à trouver des solutions techniques, à repérer les escrocs, à rappeler Noé, à dire à Madame qu’on n’a pas le temps parce que… Quinze ans à soupirer sur les chamailleries, à relire les commentaires, à refaire l’essai d’un nouveau bidule en 15 tomes, à se demander pourquoi l’aut’ burne n’a pas aimé. 15 ans, oui… Je comprend…

En quinze ans, même exceptionnellement résistant, voire rebelle, on accumule des strates phénoménales de calamine, de rouille et d’amidon, que si quelqu’un vient faire des fouilles archéologiques sur notre omoplate, il y a des chances pour qu’il y passe lui aussi quinze ans pour ne trouver finalement que les scarifications du temps.

En quinze ans, tu en vois, de la posture, de la certitude et des évidences! Te souviens-tu Paul Francoeur dans Un singe en hiver :  » Je suis ancien combattant, militant socialiste, et bistrot. C’est dire si j’en ai entendu, des conneries, dans ma vie!  »

En quinze ans, tu as le temps de voir une aventure se transformer en habitude, puis en obligation. Tu as le temps de voir fleurir les je-sais-tout dans des conversations de haute volée de comptoir. 15 ans, c’est long…

Alors…

Alors après tout, même s’il y a de la colère, il y a quelque chose qu’il ne faut pas oublier : nous, les rédacteurs, on aura bien rigolé!

D’abord parce qu’un jour rédacteur nous devinrent, ce qui est déjà une sacrée gentillesse. Et puis on aura bien testé notre plume, on aura bien fort clamé nos goûts et nos couleurs. On aura eu l’occasion de bramer à n’en plus finir. On aura été à chaque publication le centre du monde helvétique, fier, fier, fier. On se l’est gravement pétée, comme on dit ici. Les gens de MacG auront connu notre pseudo! Même que dans un commentaire, que j’ai, encadré, au mur de mes toilettes, quelqu’un m’a dit que j’étais beau. Non, j’exagère, pour ça, il aurait fallu plus que quinze ans… Mais je suis sûr que je l’ai raté de peu! Enfin… on ne peut continuer juste pour ça?!…

En tout cas, rédacteur je fus, et c’est grâce à toi, je ne l’oublierai pas de sitôt, que je continue à m’amuser régulièrement la plume avec constance et détermination. Et tout ça, toute cette gloire pimpante et cet ego rebondi, sans avoir eu assumer la moindre responsabilité, puisque Noé et toi vous vous en occupiez. Cool. Coolissime…

On aura donc bien rigolé. Mais il n’est de bonne compagnie qui ne se quitte. Le site s’arrête, mais les amitiés restent, enfin, j’espère… Et si elles ne restaient pas que cela prouverait juste qu’elles n’en étaient pas vraiment.

Bien sûr, pour pas mal d’entre nous, l’arrêt de Cuk, c’est retourner à l’ anonymat, parfois relatif mais plein d’espoirs, des blogs persos. Là, bien sûr, ça fait bizarre. La fin de l’enfance choyée… Y’a de l’ego qui renaude, de l’amertume qui sourd… Faudra bien quinze ans pour s’en remettre! Mais avec un peu d’analyse…

Article: Et de quinze! Mais ce n’est pas la joie…

Cuk a toujours été un remarquable espace de liberté. Il n’y en a pas tant, sur le web, des qui ont su rester à la fois intègres et populaires! Cuk est donc une référence et restera pour moi l’exemple d’une belle aventure réussie.

Après, il y a l’époque, le temps qui passe, et les vols de corniauds au dessus des plaines, redoutables de satisfaction et de vacuité, dont on reçoit les avis comme une chiure de mouette dans l’oeil… Heureusement, il n’y en a pas tant non plus, mais de plus en plus, et un jour on ferme boutique.

Ne gardons que les bons souvenirs… L’intense jubilation à la publication d’une humeur surprenante, l’avis bienveillant du fondateur, la sensation de l’amitié sereine et complice de ceux qui ont l’air d’attendre vos papiers… Merci pour tout, François, c’était bien sympa, ce travail en commun sur Cuk!

Article: Test de la feuille de papier A4, pour protéger l’écran de votre MacBook

Bah moi, si, et je me demande comment des ingénieurs peuvent laisser un vrai problème comme çà. Il m’est déjà arrivé de passer une heure à retirer une pétouille sur une image avant de m’apercevoir que c’est l’écran qui est marqué!

Article: Lightroom Mobile et Lightroom Web: mais vous savez que c’est génial?

François, la dernière fois que ce gars a agressé quelqu’un à propos d’un lien DXO malencontreux, c’est toi qui t’es excusé, ce que j’ai trouvé délicat de ta part, mais déplacé; c’était à lui de le faire. Là, il vient la rejouer méllécasse dans les commentaires, et tu t’y recolles, et ça fait un potin terrible et étonnant.

Je ne connais pas ce type, je n’en avais jamais entendu parler. Qu’il soit professionnel, qu’il soit bon, je n’en sais rien, et je dois dire que je m’en fous. Qu’il soit spécialiste de la correction d’image, grand bien lui fasse. Qu’il fasse sa pelote avec les logiciels de correction : très bien. Une chose lui manque : la diplomatie, pour ne pas dire le respect de l’autre. Confidence : même s’il a les compétences affichées, son comportement l’aurait éjecté de nos équipes à coup de pompes dans le derche, elles ne l’auraient pas accepté. Un enseignant n’a pas le droit d’avoir une si haute estime de lui-même qu’il en oublie l’empathie et le droit à l’ignorance.

Que d’aucuns s’en offusquent me parait naturel et un signe de bonne santé.

Article: Lightroom Mobile et Lightroom Web: mais vous savez que c’est génial?

Finalement, je vais peut-être m’y mettre, moi aussi, à LRoom. En réseau, sûrement pas, mes photos ne sont pas assez bonnes pour un accès public, et puis seules celles qui sont imprimables m’intéressent, depuis que j’ai rencontré à Gobelins un tireur de première bourre et et un prof ex photograveur, enseignant d’une rectitude absolue, marathonien de surcroît.

Mais comme le flux Adobe est pour moi une obligation professionnelle, à cause d’After Effects, et que c’est dans le lot… Je ne pense pas y faire mieux qu’avec les outils que j’utilise dans PShop, mais bon…

Ce qui me fait réfléchir par rapport à ce qu’on dit ici du côté grand public du logiciel : certainement un voeu pieux, quand la plupart des gens ne savent pas ce que c’est qu’un histogramme, une courbe ou une température de couleur.

Autre chose, qui n’a rien à voir avec LRoom : je fréquente une très bon endroit, ces temps-ci, où j’apprends plein de choses : Les essentiels photo

Article: Façon de parler = façon de penser?

Le mot con est un cas particulier, me semble-t-il. Car le sens premier a disparu.

Voilà exactement de dont je parlais. Pour certains, le sens premier a disparu et ne reste qu’une insulte, assez bénigne, pour d’autres, le sens premier prévaudra et il y aura offense. On a vu quelques belles engueulades à ce sujet, ce qui peut arriver avec quasiment n’importe quel locution.

A-t-on jamais traité quelqu’un de bite?

Oui, tout à fait. c’est assez courant dans mon entourage. Ex.: « Non mais quelle bite, celui-là! ». Ce qui est à rapprocher de « gland » ou de « tête de noeud », et de « dickhead » en anglais. sans oublier le très égalitaire « con comme une bite » :)

Je dois dire qu’avec l’expérience des significations, j’ai tendance à me fier plus aux actes qu’aux mots. Les paroles s’envolent, les mains sur le pif, comme dit Astier, restent. Et me révoltent.

Article: Façon de parler = façon de penser?

Le problème est que le mot est un signe, nécessité par notre besoin de communiquer, et que, comme tous les signes, il est interprétable et interprété, en fonction du rapport intime et unique que l’individu porte au sens forcément connoté du signe en question, en fonction de cette petite sémiologie interne qui nous est propre à tous.

Or, le besoin de communiquer est de première importance, et nous sommes obligés de choisir le mot communicant qui se rapproche le plus de notre état d’être et de notre réaction à la situation qui nous fait réagir. Il faut donc finir par accepter ces sens généraux, reconnus par la Doxa, au détriment du sens propre que nous lui donnons, et là commencent les problèmes de communication et la joute intellectuelle, les interprétations, le mauvais esprit, l’ironie, etc. Là se pose d’ailleurs, à mon avis, le souci du politiquement correct; l’acceptation générale d’un mot ou d’une expression est, d’un point de vue sémiotique, une hérésie, ou plus précisément une erreur.

Article: BeFunky : de la retouche en ligne

Je compatis, pour la voiture. Même bien assuré, je suppose que la perte de ce bel objet doit te chagriner! Je vais voir Prisma…

>DJ :Oui, je suppose que ce genre d’outil est plutôt conçu pour l’image écran. J’avoue que je ne me suis même pas posé la question. Ce qui m’a épaté, ce sont les outils beauté, que je trouve vraiment bien foutus pour les avatars et autres photos d’identité rapide, par exemple.

Article: Clic…. Clic…. Clic…
Modane
, le 11.07.2016 à 19:02
[modifier]
Article: Clic…. Clic…. Clic…

Et ça, vous avez connu?…

On agitait une petit manette avant de décrocher. Au décrochage, quelqu’un vous disait :
— Oui?
— Pouvez-vous me passer Mme Untel, à Trifouilly, s’il vous plaît?
—Dans cinq minutes!

On raccrochait, et cinq minutes après, le téléphone sonnait.

— Allo?… C’est vous qui avez demandé Mme Untel à Triffouilly?
— C’est bien moi!…
— Je vous la passe. Bonne journée!
— Merci bien!

Et là enfin, on pouvait demander à Tata Huguette si le clafoutis, dimanche, c’était aux cerises ou aux abricots…

Article: Open Bar de juillet
Modane
, le 04.07.2016 à 09:15
[modifier]
Article: Open Bar de juillet

La photo et la vidéo sur smartphone sont pour moi du domaine de l’utilitaire, et je trouve que les résultats sont toujours meilleurs. J’ai dernièrement été bluffé par un tournage multicameras sur Samsung S6 4K. Le rapport qualité / aisance était surprenant.

Mais j’ai aussi vu la fin d’émission de Ruquier (je crois), tourné au smartphone, et je me suis fait deux réflexions : même quand il y a beaucoup de lumière, il y a une différence flagrante avec les caméras dédiées, et que l’équipement primordial d’un matériel audiovisuel, c’est le gars qui est derrière!