Profitez des offres Memoirevive.ch!

Commentaires récents

Rechercher dans les commentaires:  

Résultats pour l'auteur: Argos
397 commentaires trouvés.
Article: La dernière page d’un livre de 15 ans se tourne ce jour (mise à jour avec un film résumant l’âme de Cuk.ch)

Un dernier regret : que la stupidité de quelques-uns ait réussi à mettre fin à une aussi belle aventure. Et ce qui me met en rage : que secrètement ils en soient satisfaits. Fallait-il leur accorder la moindre importance ?

Article: C’est déjà demain.
Argos
, le 28.02.2017 à 14:32
[modifier]
Article: C’est déjà demain.

Cher Zit – vous me permettrez, je l’espère, cette familiarité au moment où hélas Cuk est sur le point de disparaitre – je ne partage guère votre vision du progrès. Une bonne part des inventions que vous citez ont-elles réellement contribué à un plus grand bonheur? Il est indéniable que certaines d’entre-elles ont prolongé les vies et procuré de bien meilleures conditions. Je mentionnerais parmi elles le Stent, qui a permis de prévenir efficacement l’une des principales causes de mortalité, l’infarctus, les anesthésiques ou l’amélioration des interventions dentaires. L’horreur d’une amputation est indescriptible. Progrès qui ont leur indéniable revers : Plus la médecine progresse, plus la surpopulation augmente.

La prolifération humaine représente le plus grand danger pour la planète. Non seulement pour ses ressources mais aussi pour tous ses habitants. L’espace concédé aux animaux se réduit chaque jour et seules les espèces domestiquées ont encore une change de survie. L’esturgeon de la Caspienne a disparu en moins de dix ans et toutes les espèces sauvages sont menacées C’est vraiment ça le progrès ?

Que m’importe de pouvoir me rendre en une heure à Venise, si c’est pour me trouver confronté à des hordes de touristes sortant de paquebots géants contenant plusieurs milliers de passagers. J’avais le plaisir de m’y rendre lentement en wagon-lits, et de rejoindre mon hôtel dans un vaporetto où il ne fallait pas échanger des coups pour embarquer puis aborder. Et, juste en passant, les prix restaient abordables et la malbouffe n’avait pas envahi la Lagune.

Infimes détails en regard d’autres éléments, mais constitutifs d’une difficulté de plus en plus grande de profiter des joies de l’existence.

Les multiples conseils pour rester dans le droit chemin m’horripilent. J’ai la sensation d’être renvoyé aux temps de l’Inquisition dont l’islamisme est le dernier avatar où seul un comportement licite était autorisé. Oser s’en prendre aux cyclistes qui foncent silencieusement derrière vous sans avertissement quitte à vous bousculer devient hautement répréhensible. J’aime le foie gras, dans certains magasins on me regarde avec horreur si j’ose en demander. Pourquoi pas demain le pilori ? Pourtant, canards et oies ne sont pas, eux, menacés.

La montre connectée ne m’intéresse en rien, je préfère ma Longines et j’ai un MacBook Pro 17 pouces datant 2011, le dernier à avoir été produit. Je ne vois pas mieux depuis. Mais parlons un peu littérature

Moi aussi j’aime beaucoup Koestler, que j’avais eu la chance de rencontrer. Mais dans Le Zéro et l’Infini, il s’est arrêté avant d’expliquer réellement la raison des aveux des grands dirigeants bolchéviques. Non, ce n’était pas une espèce de sacrifice pour l’avenir de la Cause mais tout simplement la torture affreuse, bestiale, ordonnée par des esprits criminels, qui les a tous brisés. Quant à La Treizième Tribu, sur ces Khazars qui ont opté pour le judaïsme, il a permis aux négationnistes d’affirmer que les juifs n’étaient pas originaire de la Palestine.

Je doute fortement des capacités visionnaires de certains auteurs de SF. Effectivement, Spinrad s’était complètement planté sur la Russie. Il se trouve que j’ai vécu toutes les années de la Perestroïka en faisant de fréquents séjours à Moscou où je partageais un appartement avec mon amie russe. S’il y régnait une extraordinaire atmosphère de liberté. impossible à imaginer peu d’années auparavant, il s’agissait bien du bonheur de Février rapidement brisé par la chape de plomb instauré en Octobre. Mais on savait tous ce qui était en train de se passer

Le deux plus grands moments de bonheur en Occident ont peut-être été représentés par la Renaissance à Florence et la bourgeoisie d’Amsterdam. Deux mouvements parfaitement opposés, et pourtant tous les deux créatifs.

Certaines de mes remarques se veulent sans doute provocatrices. Mais il se trouve qu’un hachis parmentier pris dans un vieux bistrot parisien derrière Saint-Germain à l’orée des années soixante a infiniment plus de prix pour moi que tous les gadgets connectés proposés ces trente dernières années.

Article: Nuages, par Soheil
Argos
, le 20.02.2017 à 21:25
[modifier]
Article: Nuages, par Soheil

Solheil, magnifique conclusion . Il y a quelque chose de Beckett dans ce texte. Et vous avez magnifiquement répondu par avance aux commentaires que je trouve assez inamicaux et même fort peu sympathiques signés Pierre André Cordier, qui déparent sensiblement ce blog. Et j’écris cela parce que je suis gentil et que je n’ai pas envie de polémiquer, juste de remercier François de nous l’avoir communiqué. Oui, en signe d’adieu c’était une rime.

Article: Un géant du Jazz s’est éteint…

Moi j’adore les chants célestes. Parce qu’on peut être athée et ressentir une émotion indescriptible à l’écoute du Misere d’allegri écrit pour le choeur de castrats de la Chapelle Sixtine, vous savez,celui que Mozart recopia après l’avoir entendu une seule fois. Al Jattrau c’est très bien, mais moi j’ai pensé à tous ces immenses musiciens de Jazz morts trop tôt, comme Mozart et Schubert, Coltrane et Parker – ils swinguaient tous – qui nous ont privés de tant de chefs-d’oeuvre.

Et Miserere, le titre se prête bien à la disparition de Cuk.

https://www.youtube.com/watch?v=4lC7V8hG198

Article: En solidarité avec l’Hebdo
Argos
, le 31.01.2017 à 07:11
[modifier]
Article: En solidarité avec l’Hebdo

Eh non Tristan. La prétendue diversité du Web est un mythe. Il suffit de se référer à un thème sur Google pour voir reproduit des centaines de fois le même texte standardisé. Et le combat pour imposer la publicité y fait rage, au point que de plus en plus de sites tentent d’empêcher leur lecture si on utilise un bloqueur de publicité.A sa manière, internet est le plus grand ennemi de la diversité. La preuve, même cuk n’y a pas résisté…

Article: En solidarité avec l’Hebdo
Argos
, le 30.01.2017 à 15:21
[modifier]
Article: En solidarité avec l’Hebdo

Et rappelons que la question n’est pas de savoir si l’Hebdo confortait la religion de tel ou tel lecteur – il y a des bulletins paroissiaux pour ça – mais s’il contribuait au pluralisme de l’information.La société éditrice de l’Hebdo fait partie de ceux qui tiraient à boulets rouge sur sur la RTS, ou la SSR, c’est comme on veut, l’accusant de pratiquer un prétendu monopole de l’information. Foutaise bien sûr, il ne s’agissait que du gâteau publicitaire et de profits.

En réalité, le pluralisme des médias est essentiel, et la Suisse s’est longtemps distinguée par la multiplicité de ses organes de presse. Affirmer être indifférent ou, pire encore, se réjouir de la disparition d’un média parce que l’on n’aime pas ses idées est hautement stupide. Et la référence au « travail » de Trump oiseuse dans ces circonstances.

Aujourd’hui, les réseaux sociaux sont utilisés à outrance pour balancer de la fausse information, de la « vérité alternative » terme orwellien utilisé pas les copains de Trump et de Poutine pour propager leur vision faisandée du monde. Pour les contrer, c’est dix, cent Hebdo qu’il faudrait.

Je vis dans un pays où la seule presse s’appelait Pravda (Vérité) autre notion parfaitement orwellienne. Et j’ai peur que la maladie est tout sauf éradiquée. Alors, soutenir une presse diversifiée représente un acte politique, un vote en faveur de la démocratie.

Rajout de 19:49, heure de mon coin.

Non, Tristan, un site web ne remplacera jamais un journal, un vrai ; comme le Courrier, ancien organe de l’église catholique, ne remplacera pas l’Hebdo. Et avoir vécu une expérience malheureuse ne qualifie en rien pour juger de la nécessité d’un média. La disparition de l’Hebdo se situe bien au-delà de ce qui parait anecdotique. Elle représente l’abandon de cette diversité qui caractérise notre pays. Il y a soixante ans cinq quotidiens se disputaient les lecteurs sur la place de Genève. Ma tasse de thé n’incluait pas la Voix Ouvrière, mais sa disparition a signifié un vide. Comme celle de la Suisse. A la place, le brouet du Matin, qui sur son site web est de plus en plus incapable de rédiger en français. L’accepter pour cause de « rentabilité » signifie se soumettre aux critères imbéciles édictés par les Thatcher, Reagan and Co. Cela n’a jamais rapporté un sou à l’ensemble de la population. Alors, arrêtons réciter des slogans dépassés.

Article: En solidarité avec l’Hebdo
Argos
, le 30.01.2017 à 09:27
[modifier]
Article: En solidarité avec l’Hebdo

C’est bien joli de pleurer sur la fin de l’Hebdo, dont la formule, hélas, ne rassemblait plus suffisamment de lecteurs, contrairement aux suppléments du dimanche.
Mais sinon, vous faites quoi ? La Suisse romande est une des régions les plus riches du monde et dans ce blog je lis des interrogations métaphysiques sur l’achat de gadgets à mille ou deux mille balles. Alors, secouez-vous, bougez vous. Il y a 37 bons journalistes qui ne demandent qu’à travailler. Lancez-vous dans les financements participatifs grâce au Web que vous maîtrisez fort bien et participez à la création d’une nouvelle aventure éditoriale. Parce que moi, les enterrements je ne supporte pas.
Jacques Pillet, t’es où ?

Article: Débattre?
Argos
, le 28.12.2016 à 11:44
[modifier]
Article: Débattre?

Sur tous les forums que j’ai fréquenté, je me suis toujours opposé avec la dernière véhémence au système de notations des commentaires. Souvent, il conduit au jugement non pas du commentaire lui-même, mais de la personne qui le rédige. Il vire généralement au règlement de comptes et reste parfaitement subjectif, ne nécessitant aucun argument ; c’est bien la mort du débat. Enfin, sur un ou deux sites, des intervenants avaient réussi à entrer dans le système et à bombarder leurs propres interventions de notations positives et à accabler ceux qui émettaient un avis contraire au leur de de quantités de notations négatives. A proscrire donc, selon moi.

Article: Et de quinze! Mais ce n’est pas la joie…

Bon, cela doit bien faire une dizaine d’années ou même plus que je lis François. Je l’ai découvert sur le forum du magazine Chasseurs d’Images. Les interventions à son égard étaient particulièrement violentes. Pensez-donc, il avait osé écrire du mal du dernier réflex Canon. Et c’était un p’tit Suisse en plus qui avait commis ce crime de lèse-majesté canonique. Impardonnable ça, bien sûr. Evidemment, je me suis empressé de lire régulièrement CUK. Habitant la Géorgie, je trouvais sur ce site un air de pays, qui me rattachait à mon identité un peu perdue.

Je crois que je n’ai jamais avoué à François que je connaissais bien Anne et que dans la vraie vie nous avions eu un certain nombre de différents, parfois violents, à propos des domaines où nous travaillions. Cela ne m’a pas, bien sûr, empêché d’apprécier particulièrement ses textes, toujours intelligents, toujours sensibles. Oh Oui, ce qu’elle nous manque ici.

En août 2008, suite au conflit avec la Russie,François m’avait gentiment ouvert son espace pour évoquer la Géorgie. J’avais publié des photos et expliqué le contexte dont j’étais témoin. Les réactions furent parfois très violentes et j’y répondis sur le même ton. Certains n’avaient pas supporté que je critique la Sainte Russie… Et je pense que François a dû regretter l’expérience.

Essuyer une volée de bois vert pour ce que l’on dit ou ce qu’on fait est habituel. Un cinéaste, un romancier travaillent souvent des mois sur leur oeuvre pour parfois se faire flinguer en quelques lignes. Ce n’est pas seulement leur roman, leur film qu’il voient mis en pièces mais eux-mêmes. Dans une autre vie j’ai été critique de cinéma et l’un de mes premiers articles a été l’exécution à Cannes d’Un Homme et une femme de Lelouch. Bon, il a eu la Palme d’or…
François, tu as avec beaucoup d’engagement défendu un produit ménager qui n’a pas convaincu tout le monde et certaines réactions étaient pour le moins peu aimables. Y a-t-il vraiment de quoi en faire une tragédie ? Il en est de bien plus grandes aujourd’hui et mettre en cause un site rare, original, passionnant serait trop dommage.

Et moi, le matin, avec mon thé – darjeeling ou Oolong selon l’humour, j’ai envie de continuer à découvrir avec plaisir ce qui s’écrit sur CUK.

A propos, le dernier Canon hybride, il est comment ? (Note d’humour pour effacer les sentiment de tristesse)

Article: Joyeux Noël
Argos
, le 23.12.2016 à 23:50
[modifier]
Article: Joyeux Noël

Pour choisir une vision de l’Oratorio de Noël à l’opposé de celle d’un Jacobs, que que ailleurs j’apprécie beaucoup, pourquoi ne pas retourner à la version de Fritz Lehmann et du Philharmonique de Berlin enregistrée en 1955 avec des solistes exceptionnels comme Gunthild Weber, Sieglinde Wagner, Helmut Krebs et Heinz Rehfuss, et parfaitement dans la Stimmung des Noëls du dix-neuvième siècle qui ne se concevaient pas sans neige et crèche. Pour le coup on en est dans la nostalgie du passé. Peut-être que l’interprétation de Lehmann finit par apparaitre aujourd’hui comme aussi provocante que celle de Harnoncourt il y a cinquante ans…

Article: aquama: de l’eau, du sel, un coup de machine magique pour fabriquer la solution, et c’est tout propre

Après avoir lu toutes les interventions, je suis tout de même surpris par la promotion d’un produit équivalent, si j’ai bien compris, à du sel de cuisine et vendu au alentours de CHF 200 le kilo.

Il se trouve que récemment, une vieille amie de 78 ans me raconte qu’elle vient de commander un truc fabuleux pour la santé : six flacons de 98 cl. de jus de grenade pour 180 francs.
– Euh, que le lui fais, tu sais combien ça coûte chez moi un litre de pur jus de grenade ? deux francs. Je t’envoie la quantité que tu veux.

Donc, téléphone pour utiliser le délais de rétractation et décision de renvoi. Et là, étonnement. Au téléphone une dame explique que la commande est ferme et elle fait écouter, mais oui, l’enregistrement de la conversation. Elle rajoute qu’il s’agit d’un produit 100 % pur, écologique aux très nombreux effets bénéfiques pour la santé qui et a subi de nombreux tests tous laudatifs. D’où son prix tout à fait justifié. Mes souvenirs de juriste me remontent, j’explique qu’il s’agit d’abus de faiblesse, c’est tout. Le colis est bien sûr renvoyé, histoire terminée.

Alors, au fond, je me demande si la pratique pour envoyer du sel n’est pas la même que pour expédier de la grenade.

Article: Les souvenirs…
Argos
, le 12.12.2016 à 22:32
[modifier]
Article: Les souvenirs…

Dans mon coin du Caucase, on aime tellement Noël qu’on le fête trois fois.
Il y a d’abord « le Noël catholique » célébré traditionnellement la nuit du 24 au 25. C’est avant-tout pour les expats, mais les locaux aiment aussi participer. Et quelques jours plus tôt la grande vente de charité organisée par le corps diplomatique – l’ambassade de Suisse a proposé une grande soirée raclette – a lancé les festivités.

Le deuxième Noël se fête le 31 décembre, eh oui. Sous la période soviétique, la référence à Noël était interdite, mais le 31 décembre, qui ne pouvait qu’annoncer un avenir radieux, n’est-ce pas, était devenu un stratagème pour évoquer Noël et dès la fin du communisme, un immense arbre de Noël ornait à cette occasion dans la capitale la Place de la liberté, auparavant place Lénine. C’est le jour où l’on offre les cadeaux et où chacun allume des feux d’artifices.

Le troisième Noël. l’orthodoxe celui-là, suit le calendrier julien, pour nous le 7 janvier. Il est essentiellement religieux, ce que le précédent est bien moins ; églises et cathédrales sont pleines, il est presque impossible d’y entrer, et une vraie ferveur religieuse s’exprime.

Si l’on est loin des fureurs consommatrices de l’Occident, quelques jours avant la fin de l’an le bazar des produits alimentaires est pris d’assaut, les prix doublent quasiment car ne pas organiser un repas d’apparat où des dizaines de toasts s’enchaineront, serait vu comme un déshonneur. Avec l’occasion enfin de rappeler que c’est là que le vin a été inventé.

En gros, les célébrations de Noël s’étendent sur près d’un mois. Espérer pendant cette période une véritable activité est illusoire et « les Fêtes » prennent tout leur sens.

Article: L’électricité en France ? Des chiffres et des faits

Bon, c’est bien joli tout ça. Alors juste une question : les constructeurs automobiles commencent à faire le forcing sur le tout électrique, « la voiture de l’avenir ». Très bien. Et l’électricité que ces véhicules consommeront de plus en plus si le concept s’impose, on la produira comment ? Merci pour les réponses. Parce que, hein, on nous avait déjà fait le coup du biocarburant, qui bouffe des surfaces agricoles plus utiles à la nourriture des populations et qui semble profiter passablement à Monsanto.

Article: La révolution tant attendue pour le Mac s’appelle Touch Bar

Les dirigeants d’Apple ont succombé au culte de la minceur, seule véritable raison de la suppression de toutes les connections qui restent extrêmement utiles dans la vie réelle et je ne me vois pas renoncer par exemple à utiliser directement une clé USB.

En fait, cela devient obsessionnel : On n’est plus seulement dans la minceur mais dans l’anorexie, maladie qui conduit à la mort.

Article: La liberté d’internet en danger?

Le récolte de renseignements proposée à la votation de dimanche est une broutille par rapport aux développements sophistiqués mis en place aux USA, en Russie ou en Chine. Cela m’évoque plutôt le bon vieux système des fiches qui racontaient par exemple comment un quidam s’était rendu à l’agence d’Aeroflot pour commander un billet dans le but de visiter le musée de l’Ermitage à Léningrad. De quoi bien sûr sauver la Patrie en danger du fait de ce dangereux touriste.

Article: Cuk.ch arrête… les occasions
Argos
, le 16.09.2016 à 08:53
[modifier]
Article: Cuk.ch arrête… les occasions

C’est bien dommage mais hélas compréhensible. Il y a un peu plus d’une année j’avais répondu à une annonce proposant ici un Macbook pro Retina à un prix fort attractif. J’avais demandé des détails et en réponse à un descriptif satisfaisant j’avais expliqué que je comptais le prendre sur place en échange d’un payement immédiat si l’objet convenait. Et là, malgré plusieurs rappels, plus de réponse,conduisant à une conclusion assez évidente.

L’arnaque à la petite annonce est devenue de plus en plus fréquente, conduisant à une véritable industrie. Toute réponse à une offre doit donc inclure un certain nombre de garanties souvent élémentaires.

Et c’est mon réparateur Apple qui m’avait permis d’acquérir pour une somme relativement modeste le dernier modèle du Macbook pro 17 sur lequel j’écris en ce moment et qui me donne toujours entière satisfaction.

Article: Pour la langue française
Argos
, le 03.08.2016 à 09:39
[modifier]
Article: Pour la langue française

On s’égare, on s’égare, voilà qu’apparaissent même les islamistes et le conflit israélo-palestinien…

Moi j’ai été amusé par les références à cette chochotte de Roger Peyrefitte, auteur des « Amitiés particulières » qui provoquèrent en leur temps un léger scandale, à ne pas confondre avec le cousin Alain. Lors de mon tout premier voyage à Rome, c’était au début des années soixante, j’avais pris avec moi Les Clés de Saint Pierre qui contrastaient passablement avec le Guide bleu, et j’avais vérifié que les blasons des quatre colonnes centrales représentaient bien des torses féminins nus attribués à la maîtresse du pape Sixte. Bon, l’intrigue affiche sa parfaite nullité et depuis Vatican II cela a bien vieilli même si les variations autour du prépuce de Jésus restent amusantes…

Pour moi, l’un des plus beaux exemples de l’écriture française, à mettre au Panthéon à côté de Voltaire et Proust, reste le Mémoires de Casanova. Et c’est un Vénitien du dix-huitième siècle qui nous donne une leçon. Enfin, un homme qui écrit « La mort est un monstre qui chasse du grand théâtre un spectateur attentif, avant qu’une pièce qui l’intéresse infiniment finisse » ne saurait être entièrement mauvais.

Article: Pour la langue française
Argos
, le 02.08.2016 à 09:28
[modifier]
Article: Pour la langue française

Ah Guitry. C’est Jean-Luc Godard qui me l’a fait découvrir à l’époque de la Nouvelle Vague. Il avait choisi de présenter à côté de l’un de ses propres films Les Perles de la couronne, chef-d’oeuvre de virtuosité narrative. Un choc pour un cinéphile comme moi qui considérait Guitry comme un vieux réac cantonné dans le théâtre filmé. Bien plus tard, à Moscou, Christian-Jaque, cinéaste proche du parti communiste qui fut la cible de Truffaut et Godard, me raconta qu’il avait étroitement collaboré avec avec Guitry, pourtant son parfait opposé idéologique, sur ce film en tous points remarquable.

Certes, Guitry avait des tics et sa manière de se mettre en avant ne pouvait que choquer les réserves jansénistes. Mais le Roman d’un tricheur reste l’un des plus grands films du cinéma français, portant il y a exactement quatre-vingts ans un regard impitoyable sur notre propre société dominée par l’argent.

Article: Musique, respect, et grosse tête

Il se trouve, Ysengrin, que j’ai assisté en septembre 1973 à la Philharmonie de Berlin à la Messe en si de Bach dirigée par Karajan. Effectivement les contrebasses étaient bien présentes. Mais à l’époque, je ne trouvais pas ça si mal. Comme quoi les habitudes d’écoute peuvent se transformer profondément Et il me semble que la Passion selon Saint Mathieu de Mengelberg avec Karl Erb en évangéliste (enregistré pour la radio en 1939 avec un seul micro) est dotée d’une ferveur étonnante. https://www.youtube.com/watch?v=zayss_RBkj8.
Maintenant je me souviens d’une diffusion de la Tribune des critiques de disques sur la même Passion où Antoine Golea insultait Nikolaus Harnoncourt qui avait eu l’audace de s’éloigner de la vision traditionnelle de Bach. Un grand moment. Le plus grand moment étant bien sûr l’interprétation de Harnoncourt, alors révolutionnaire.
Karajan, ce n’est bien sûr pas dans Bach qu’il faut l’entendre. j’ai eu la chance lors d’un séjour à Vienne de l’entendre la même semaine dans une Chauve-Souris endiablée avec Erich Kunz dans un rôle parlé et ovationné plus que Karajan, et, quelques joue plus tard, dans Parsifal mis en scène par le maestro lui-même.
A la fin de Parsifal et aux entractes on n’applaudissait pas

Article: Musique, respect, et grosse tête

Ah comme je suis d’accord avec Ysengrain en ce qui concerne Angela Hewitt.
A propos de la marche turque, un petit détour chez le grand Fazil Say et qui doit sans doute songer hélas à quitter sa Turquie natale. Voici deux de ses versions de la Marche turque, la première, plutôt classique et là j’adore l’expression de son visage. https://www.youtube.com/watch?v=fzQbI58BzBo

et la seconde, très,très personnelle : https://www.youtube.com/watch?v=WWftABQV4Wk

Pendant longtemps les Brandebourgeois par Musica Antiqua Köln faisaient partie de mes disques de chevet. Je leur trouve aujourd’hui un tempo un peu trop rapide.
Et il arrive de me complaire dans le Bach d’Edwin Fischer. C’est du 78 tours, parfaitement enregistré par HMW.

Et je ne sais pas si j’ai évoqué ici le premier enregistrement stéréo d’un concert. C’était en automne 1944. Berlin croulait sous les bombardements pendant que Walter Gieseking et les musiciens de l’orchestre de la radio enregistraient le Cinquième Concerto pour piano de Beethoven sous la direction d’Arthur Rother. Au moment de la cadence du premier mouvement, on entend les tirs des batteries anti-aériennes et les musiciens ne se sont pas arrêtés de jouer. https://www.youtube.com/watch?v=EY7lvuVjjX4

Près de 150 ans plus tôt, Beethoven composait ce concerto pendant que les canons des troupes napoléoniennes bombardaient Vienne.

Article: TypeForm: le must pour vos formulaires

C’est bizarre. J’avais volontiers commencé à répondre à ce questionnaire. Et dès la question sur le logo, j’ai hésité et je n’ai pas trouvé l’option « aucun des deux ». En suite, le rythme des visites. Euh, tous les jours ? Non, ça dépend, c’est variable. Et j’ai arrêté le questionnaire. Je ne saurai donc pas la suite.

En fait, je suis rétif à tout processus normatif ou rappelant de près ou de loin la bureaucratie, quelle qu’elle soit.

Nous sommes donc dans une civilisation de la donnée, du data, avec des milliards d’informations sur tout et n’importe quoi. Est-ce qu’en me brossant les dents, je commence à gauche, à droite ou au milieu ?

Ces données vont elles-mêmes alimenter des ordinateurs qui eux-mêmes fabriqueront des données qui elles-mêmes…Un système qui s’auto-alimente jusqu’au délire.

Donc j’aime bien venir sur CUK, je trouve les auteurs des billets sympathiques et si j’apprécie certains commentaires je ne partage pas l’opinion de certains autres.

Mais en fait, pourquoi est que je commence à répondre ?

Amitiés à tous et particulièrement au Patron.

Article: Etre féministe : et vous ?
Argos
, le 15.06.2016 à 12:26
[modifier]
Article: Etre féministe : et vous ?

Dans « nos milieux », enfin ceux qui entre autres lisent CUK, le féminisme est devenu consensuel. Il est loin le temps où simplement exiger le droit de vote pour les femmes pouvait conduire à la prison. Et à propos, celles qui luttaient pour l’avortement se qualifiaient elles-mêmes de « salopes » dans un manifeste célèbre.

Bien. Je vais faire un peu dans la provoc. En rappelant que, dans certaines régions du monde, ce sont les femmes qui contribuent à leur propre asservissement. Tout simplement en éduquant – il se trouve que leur société leur confie ce rôle – leur progéniture pour en faire de petits mâles dont le rôle est de garantir « l’honneur » de leurs soeurs, de leurs femmes – il y en a parfois plusieurs – en allant jusqu’au meurtre. Un meurtre rarement dénoncé par ces farouches gardiennes de la pire tradition.

Lorsque des femmes commenceront à refuser ce rôo le indigne d’elles, l’humanité se portera beaucoup mieux et le fanatisme religieux en prendra pour son grade.

Article: Maîtriser une langue
Argos
, le 11.04.2016 à 12:58
[modifier]
Article: Maîtriser une langue

Complètement bilingue, à la maison le français avec mon père, l’allemand avec ma mère. J’ai toujours été en revanche incapable de m’adapter au dialecte alémanique, que je considère comme l’une des langues les plus moches du monde. En revanche, à sept ans, après un séjour en Autriche, je parlais le viennois à la perfection. Bon, à 13 ans, j’ai été collé pour avoir compté à haute voix les fautes de mon prof d’allemand. Juste après, j’apprenais l’italien avec l’une des jolies femmes de chambre de l’hôtel où nous résidions à Venise. Y aurais-je aussi appris autre chose ?

Article: La bouilloire à thé Solis Tea Maker Prestige «2 in 1»

Ah Alain, le Margareth’s Hope. Magnifique. Je l’avais aussi découvert en first flush au Palais des thés qui tenait boutique en face de chez moi quand j’habitais Grand-Rue à Strasbourg. A présent je passe plutôt à leur magasin rue Vieille-du-Temple à Paris où il m’est aussi arrivé de loger il y a longtemps. C’est à côté du Centre culturel suisse. Je conserve précieusement ma carte de théophile.

Article: La bouilloire à thé Solis Tea Maker Prestige «2 in 1»

Tu ne m’en voudras pas j’espère, Cher François, si j’écris que ton papier sur le thé m’a fait grimper aux murs.

On pourrait bien sûr rappeler que troubler un rapport millénaire avec ce breuvage à travers un gadget, en plus coûteux, en trahit l’esprit. Venons-en plutôt aux différentes sortes de thés. Le meilleur thé vert se cueille sans doute au Japon. Dans les thés dits noirs j’ai un faible pour les grands jardins de Darjeeling, mais certains prix atteignent aujourd’hui la démesure. Une mention spéciale à l’Oolong de Formose, dont l’infusion mérite d’être plus concentrée qu’on ne la sert d’habitude. Le thé vert au jasmin dénature cette merveille, c’est comme rajouter du miel à un grand bordeaux.

A côté de la bouilloire – on l’arrête au son avant que l’eau ne bouillisse – il y a la théière, en porcelaine bien sûr – je trouve que la fonte influence parfois le goût. Et pour la préparation, la théière c’est comme le Lièvre à la royale, il en faut deux. Une pour faire infuser à l’aide d’un filtre en papier où l’on aura d’abord versé un peu d’eau froide pour éviter au thé le trop grand choc de la chaleur, une seconde, pré-chauffée à l’eau bouillante, pour le garder et le verser.

A Tbilissi où j’habite je me fournis chez mon marchand de thé dans sa boutique de la vieille-ville, où l’on accède en descendant quelques marches périlleuses avant de se trouver face à de superbes boîtes à thé qu’on peut ouvrir pour en humer le parfum. Sa famille possédait déjà des plantations de thé bien avant la Révolution sur des plateaux surplombant la Mer noire, au-dessus des mandariniers qui proposent de vraies merveilles. Le thé, sans additifs chimiques ni pesticides, est cueilli à la main, et tant le thé noir que le thé vert sont exceptionnels. J’ajouterais qu’ils coûtent autour de trois francs les cent grammes.

Voilà pour une brève description du plaisir du thé, sans machine, sans gadget et où l’on ne prend que quelques instants à le préparer.

Ah oui, j’oubliais : un thé cela se boit sans citron, sans lait, sans sucre.

Article: Orthoculture
Argos
, le 25.01.2016 à 08:12
[modifier]
Article: Orthoculture

A propos des délires technocratiques de nos amis français, il y a mieux encore que le SECAM, qui, rappelons-le, ne permettait qu’une seule piste de sonore : à la fin du siècle dernier s’engage la préparation d’une norme européenne pour la TVHD. Et les mêmes technocrates nous pondent une sorte OVNI : le D2 Mac Paquets. La Commission de Bruxelles verse des millions. Mais voilà, c’est une véritable usine à gaz mélangeant numérique et analogique. Toutes les oppositions affirmant qu’il fallait passer le plus rapidement au tout numérique ont été balayées par un consortium d’industriels et de politiques jusqu’au moment où en 2000 on adopte enfin la TVHD numérique numérique.

A propos, moi je n’ai jamais pu me faire à l’AZERTY. Je trouve que ce n’est pas spécialement adapté à la langue français et trouve que la solution helvétique me convient parfaitement.

Article: C’est bientôt Noël, des cadeaux sous forme de livres (part one)

De l’humour juif ? Pas vraiment. Les dessins paraissent en 1942, au pires moments de la Shoah. A Paris, en septembre 1941 s’était ouvert une exposition à l’antisémitisme ordurier, Le Juif et la France.

Dans l’Ile mystérieuse, le chef des ennemis de Tintin est un chef d’entreprise juif basé à New-York qui s’appelle Blumenstein et reprend les traits caricaturaux attribués aux juifs. Américain et juif, les ennemis désignés par la propagande nazie. Degueldre, le chef fasciste belge, membre de la Waffen-SS, qui fut un ami d’Hergé, a toujours prétendu avoir été le modèle de Tintin.

Mais voilà, tout n’est pas si simple. Disons que Hergé avait à ses débuts la naïveté d’un boy-scout prêt à entendre de dangereuses sirènes, et que cette position était largement celle affichée par les milieux de catholiques conservateurs auxquels Hergé appartenait. Mais son extraordinaire talent le sauvera largement. Dans le Lotus bleu, Hergé s’en prend aux clichés racistes sur les Chinois.

Passons donc sur l’épisode, Tintin est par ailleurs d’une extraordinaire richesse et le nombre incroyable de ses traduction démontre bien qu’il touche par ses bandes dessinées à l’universel.

Article: Les ingénieurs du son? Certains sont de vrais restaurateurs de la musique

Merci François pour ce passionnant copié-collé au sujet de la Callas. J’avais été surpris par l’extraordinaire différence entre le CD que je possède et la version 24/96 de la Carmen de Bizet. Une version très critiquée à l’époque mais qui me donne à chaque fois des frissons.
Bach au piano sera un éternel sujet de débat. D’autant que Bach écrivait généralement pour un clavecin possédant deux claviers. On peut revenir aux 78 tours enregistrés par Edwin Fischer, qui enregistra aussi les Brandebourgeois au piano. Très loin des visions baroques, bien sûr, mais qui restent admirables. Et pour les Golberg, je conserve un faible pour le jeu de Maria Youdina, « la pianiste préférée de Staline », à qui il pardonna tout, même d’avoir fait prier sa paroisse orthodoxe pour ses péchés.

Enfin, le procédé Cedar a permis de retrouver le son des sonates de Beethoven enregistrées dans les années trente par Arthur Schnabel. Des merveilles, comme ses interprétations des sonates de Schubert, qu’il fut l’un des premiers à faire découvrir. Disons-le, on oublie largement les versions de Richter, pourtant considérées comme des références.

Article: Plaisir à l’ancienne
Argos
, le 18.08.2015 à 17:02
[modifier]
Article: Plaisir à l’ancienne

En réalité, la qualité de projection de la plupart de ces salles était immonde. Image rognée,flous insistants, copies rayées parfois, pour gagner du temps, le projectionniste passait de 24 à 26 images par seconde . Et le son était une calamité. Dans les cinéma britanniques on pouvait au moins fumer.

Et comme en Suisse, les distributeurs étaient à la traine, on partait depuis Genève en Deux Chevaux, roulant à peu près toute la nuit, pour aborder les salles du Sixième Arrondissement avec le dernier Godard, le dernier Rivette et une ou deux comédies musicales américaines . Donen, Minelli, en prime.

Mais l’es plus belles projections resteront celles de l’ancien Palais des festivals à Cannes, toujours inégalées : Le choc de l’arrivée dans la lagune de Mort à Venise de Visconti.

Article: OpenBar
Argos
, le 03.08.2015 à 10:30
[modifier]
Article: OpenBar

Moi aussi je préfère de plus en plus les séries aux films, et pourtant ceux qui me connaissent savent mon implication dans le cinéma. Mais voilà, les films sont aujourd’hui d’abord destinés aux quatorze-vingt-ans et ont remplacé la réflexion par le spectacle. Fellini ne trouverait plus de financement pour Huit-et-demi et Kubrick se verrait demander de réécrire Barry Lyndon.

Plus libres que ce qui est destiné aux salles, les séries sont devenues audacieuses, inventives, abordent les vraies questions et peuvent choquer. The Wire (Sur Ecoutes) est une formidable analyse des tensions d’une ville américaine vue à travers les yeux de quelques policiers et Borgen une leçon de politique.

Après avoir longuement hésité, je me plonge aujourd’hui dans Game of Thrones et ses luttes de pouvoir dans un Moyen-Age réinventé. Les accents sont parfois shakespeariens, et les personnages plus ambigus les uns que les autres.

En raison de ma situation géographique, je les télécharge sur internet et les visionne sur mon home cinéma. Image HD, son de haute qualité.

Je télécharge ainsi illégalement films et musique. Parce qu’il est impossible chez moi d’acquérir les DVD des grands classiques en v.o. et que les plateformes musicales comme Quobus n’y sont hélas pas accessibles.

J’ai toujours pensé qu’avoir du mépris pour la télé était d’abord une question d’ignorance. On n’est pas obligé de se farcir la téléréalité et à une certaine époque, Droit de réponse de Polack valait plus que le détour.Et sur France 24 il y a des débats qui remettent encore en question certains de me préjugés.

Article: Et si le violon était essentiellement féminin?

Si les Quatre Saisons de Vivaldi sont devenues une bringue, c’est sans doute aussi en raison de l’interprétation des Musici. Moi j’ai un faible pour Biondi ou il Giardino Armonico, ça réveille. Je viens moi aussi de découvrir Rachel Podger, qui plus est en son HD, impressionnante dans Vivaldi et Bach. Et une pensée pour une véritable étoile filante oubliée aujourd’hui, l’immense Michael Rabin, héritier de Kreisler et de Heifetz.

Article: Petite chronique culinaire
Argos
, le 29.05.2015 à 11:39
[modifier]
Article: Petite chronique culinaire

C’est vrai que la Fischerzunft m’a laissé un souvenir impérissable. C’était à l’occasion de la présentation de la version réalisée pat Milos Forman des Liaisons dangereuses d’après Laclos et je me suis retrouvé assis en face de lui (Forman, pas Laclos). Comme nous nous étions rencontrés pour la première fois en août 68 à Prague, nous avons échangé quelques souvenirs…

Et bien sûr chez Girardet… J’avais un ami qui avait là ses entrées, et il lui arrivait de m’y entrainer sans prévenir. La salle étant pleine, réservée des mois à l’avance, on s’installait avec Freddy à la cuisine.

Autre souvenir mémorable à Pékin. Un bon connaisseur du pays nous avait entrainé dans ce qui était le premier restaurant privé, en fait un véritable boui-boui, pour y manger une « Marmite mongole » splendide, en fait une fondue chinoise à base de mouton, arrosée d’une bière faite maison. Cela a concurrencé dans mes souvenir le canard laqué des banquets officiels.

Dans mon coin du Caucase, mon préféré est un bistrot tout simple avec un violoniste qui était l’ancien directeur du conservatoire de Soukoumi en Abkhazie, chassé lors de la guerre,et un pianiste qui entonne des airs d’opéras italiens. Ils font les meilleurs khinkali de la ville. Le khinkali, c’est un gros ravioli parfumé à la coriandre, trace de la Route de la soie qui passait par là, et qui conserve du jus à l’intérieur. Délice simple mais inappréciable.

Ce qui ne m’empêche pas bien sûr de cuisiner, ma ratatouille fait le buzz, et rien qu’à évoquer mes truites tout juste sorties du vivier en papillotes, il y en a chez moi qui frétillent déjà.

Article: Férié, ouf, mélasse
Argos
, le 25.05.2015 à 13:08
[modifier]
Article: Férié, ouf, mélasse

Je n’ai jamais utilisé AAC et ITunes me sert à écouter la radio. Sinon j’utilise FLAC depuis près d’une dizaine d’années. A l’époque, lorsque je prétendais que ce format permettait une qualité égale au CD je ne rencontrais qu’un sourire apitoyé. Quelques écoutes à l’aveugle de la Quatrième de Mahler par Reiner ont permis de démontrer le contraire. Depuis, le FLAC peut servir de support aux enregistrements haute-définition 24bits/96KHz. Maintenant, c’est vrai que le report d’un vinyle comme celui de Battle Royal avec Basie et Ellington en haute définition, c’est magnifique. Comme les grands Pink Floyd, saisissants.

Article: Cully Jazz, le retour
Argos
, le 06.05.2015 à 05:18
[modifier]
Article: Cully Jazz, le retour

Moi je trouve que c’est une thérapie formidable et finalement moins chère qu’un psy. Et tu évoques des musiques que j’aime. Le klezmer et ses dérivés a donné une nouvelle force au jazz et Lisa Simone marche sur les traces de sa mère. J’ai encore un souvenir ému d’un magnifique concert donné par Nina Simone à Montreux.

Article: Que mettez vous dans votre cabas, Caddie ® ?

Oui le pain est pétri sur place.
Mais je me fournis à la minuscule boulangerie à côté de chez moi. On l’appelle un Toné, du nom du four semblable au tandoor indien, où la pâte est accrochée sur les parois. Le pain se nomme lavachi, semblable au lavach arménien. A mangé chaud, craquant à souhait, accompagnant un sulguni, fromage proche de la mozzarella.

Article: Que mettez vous dans votre cabas, Caddie ® ?

Question intéressante vue depuis mon coin du Caucase où Carrefour s’est récemment installé. La chaîne a visiblement fait un accord avec les autorités puisque les produits locaux sont nombreux. Leurs baguettes, faites devant vous, sont artisanales, les poulets locaux ne sont pas présentés sous emballage et les produits d’entretien étrangers sont moins cher qu’ailleurs. Comme le vin, dont en plus je suis sûr qu’il n’a subi aucun traficotage

Mais bien sûr, je continue à privilégier le bazar, avec ses tomates venant de maraichers situés à vingt kilomètres de la capitale d’où provient la plupart des fruits et légumes. J’achète les truites vivantes, qui font oublier bien sûr celles surgelées de la Migros. Et la saison des fraises vient de commencer, il suffit de dire qu’on le repère comme les tomates à leur parfum.

L’appellation bio est réservée aux expats. Les agriculteurs n’ont généralement pas les moyens d’acheter de la chimie et pratiquent le bio comme Monsieur Jourdain la prose. Le vin bio ne se distingue des autres que parce que qu’un institut l’a désigné comme tel.

Et pas de boîtes pour notre chien et notre matou. Pour le chat, du poisson en vrac, pour le chien des gésiers de poulets et autres abats, mélangés avec d’autres produits naturels.

Je n’aurai pas l’outrecuidance de parler des prix et des tomates à un franc le kilo, des patates à 50 centimes et des poulets fermiers à cinq francs. Je ne veux pas provoquer de jalousie…

Article: Paris, ça bouge!
Argos
, le 14.04.2015 à 22:36
[modifier]
Article: Paris, ça bouge!

Pas envie de polémiquer, Saluki. D’abord j’avais précisé que El Sistema datait d’avant Chavez. Il se trouve que ce programme continue. Il se trouve que j’étais particulièrement critique avec l’URSS, elle n’en avait pas moins une des plus grandes écoles de piano du monde.
En revanche, je te conseille de consulter les éditoriaux de magazines comme Diapason ou Classica qui se désolent de la politique absurde des qui rend de plus en plus difficile l’accès aux conservatoires d’arrondissement pour les revenus modestes.

L’un des adjoints à la culture s’était déjà distingué en tentant de faire interdire une exposition des photos en couleurs prises pendant l’Occupation. Cela n’entrait pas dans sa vision…

Article: Paris, ça bouge!
Argos
, le 14.04.2015 à 06:31
[modifier]
Article: Paris, ça bouge!

Juste un petit mot à propos de la musique, des conservatoires et des soi-disant socialistes qui prétendent que la musique classique c’est pour les nantis : Au Vénézuela,avant même l’arrivée de Chavez, une extraordinaire expérience, appelée El Sistema, a consisté dans l’apprentissage de la musique classique auprès des classes dites défavorisée. Un extraordinaire mouvement qui a donné l’un des plus grands chefs d’orchestre contemporains, Carlos Dudamel, qui va peut-être devenir le prochain directeur musical de la Philharmonie de Berlin et donc succéder à des Furtwängler, Karajan et Abbado. Mais ces « socialistes » parisiens doivent à peine connaitre leur nom.