Profitez des offres Memoirevive.ch!

Commentaires récents

Rechercher dans les commentaires:  

Résultats pour l'auteur: ABK
6 commentaires trouvés.
Article: Carte Vitale et confraternité
ABK
, le 05.10.2016 à 18:58
[modifier]
Article: Carte Vitale et confraternité

Mais Ysengrain, vous m’avez castré?! ;) Vous avez omis la deuxième phrase! Quand je parlais de la carrière fructueuse, j’exprimais les motivations communes de la partie de mon entourage qui est concernée, pas des miennes. Par ailleurs, non, je ne me suis pas demandé : j’ai juste entendu, à l’occasion, des raisons avouées par la jeune génération, que j’ai citées. Mais soyez rassuré : je ne mets pas tous les médecins dans le même panier! J’en admire et remercie certains.

J’aurais tendance à me situer à côté de M.G et sa médecine sacerdoce, métier pas comme les autres. Et d’un autre côté, je dois bien l’avouer, c’est sûrement sans fondement, je taquine, mais j’ai l’impression que la situation du médecin, même surexploité, est dans l’ensemble plus enviable que celle du l’apprenti-aide-stagiaire chez Carrefour…

Article: Carte Vitale et confraternité
ABK
, le 04.10.2016 à 13:10
[modifier]
Article: Carte Vitale et confraternité

Le monde médical actuel a la manière pour susciter le débat, débat qu’on ne peut résumer à vous nous détestez ou on ne gagne pas assez notre vie ou encore la paperasse nous coûte. Chaque profession a ses mutations, et il est clair que les évolutions du monde, quand nous sommes installés dans une situation enviable, peut-être grâce à nos efforts, nous pénalisent parfois. Pour exemple la formation continue pour adultes où j’oeuvre depuis plusieurs dizaines d’années, qui vient de se faire démolir par une réforme du CPF totalement inadaptée, mais au concept intéressant, et qui me met personnellement en porte à faux.

Ysengrain prend la précaution généreuse de nous rappeler le serment. J’ai toujours crû que ce serment devait être respecté à la lettre, et que même si être médecin est une situation agréablement lucrative, c’était d’abord être au service des ses concitoyens, c’est à dire presque une mission de service public, voire même une vocation désintéressée.

Des médecins désintéressés, j’en ai connu. À la première seconde, même, puisque ma mère a été accouchée à domicile par un jeune docteur, dont j’ai été le premier nouveau-né, que j’ai vu ensuite se rendre disponible à toute occasion de soulager la souffrance ou de combattre mal. J’en ai conçu une grande admiration pour la personne, pour le métier, et pour ses collègues que je pensais pouvoir juger à la même aune. Ici, point de villa, point de golf, point de bateau : une vocation. Que c’est beau, un être humain, quand il est grand!

Mais on le sait bien : être médecin est la garantie d’une carrière fructueuse. Demandons à un étudiant pourquoi il fait médecine, et aussi à ses parents, il n’y a pas d’ambiguïté. Pas de vocation ici. On n’est pas Mère Theresa, ce sont les acquis financiers qui priment.

Je n’y verrais pas d’inconvénients si l’idée était tout de même accompagnée du fameux serment, mais je dois dire que c’est une fraction infinitésimale, de l’avis de la patientèle en général, et des enseignants à la Fac aussi.

Je côtoie heureusement fort peu la corporation mais les trois dernières obligations que j’en ai eues m’ont laissé des souvenirs précis.

Mon médecin s’était fait remplacer par une une toute jeune femme, très compétente, avec qui j’ai tenté de discuter de l’avenir tel qu’elle le voyait.

« Un cabinet? Quelle idée? Non non, je ne ferai que des remplacements. Trop de charges! En province? Et puis quoi encore? (Citation!) Pour s’y emmerder de 18h à 9h, et travailler au tarif conventionné? » 25, 27 ans?… Fait pas bon être provincial et malade, dans ce pays…

Après un accident de moto, j’ai ensuite côtoyé un jeune kiné, ayant, j’exagère à peine, acheté une place de spécialiste dans une clinique dédiée aux maladies des musiciens. Alors que j’essayais de mieux comprendre ma pathologie qui était au moins fâcheuse, sinon desespérée, il m’a lâché un « vous n’espérez pas nouer un contact humain avec vos médecins? » J’ai bien reçu le message…

Heureusement, auparavant, lors de cet accident, je m’étais retrouvé sur un brancard, aux urgences, toute l’équipe conférant de ce qu’il fallait faire autour. Et la jeune interne, tout en briefant son équipe, m’a pris la main et ne l’a lâchée qu’au moment de partir au bloc. Ce geste gratuit a été plus efficace que la morphine et le Valium réunis.

Je ne sais pas si le droit à la santé est inscrit quelque part dans nos textes, mais je pense qu’il le devrait. Et je pense aussi, mais ne souhaitant pas polémiquer, que si le choix de cette profession devait d’abord être financier, ce ne serait pas ma conception de la médecine. Elle devrait être gratuite au citoyen et envisagée comme oeuvre sociale. Il y a tant d’autres façons de s’enrichir.

Article: Apple est-il vraiment si « ennuyeux » ? Petite analyse

est-ce vraiment une nécessité de supprimer la prise jack présente sur nos appareils audio depuis plus de 50 ans ?

Ceux qui se sont équipés Mobile Journalism ces deux dernières années peuvent te dire que non! :) Tout comme ceux qui utilisent les MacBookPro dans un studio regrettent le manque de diversité de la connectique sur les derniers items.

Le marché de masse le demande peut-être, mais pas l’industrie?