Profitez des offres Memoirevive.ch!

Commentaires récents

Rechercher dans les commentaires:  

Résultats pour l'auteur: Apfelpom
2 commentaires trouvés.
Article: Une bonne gestion de vos mots de passe

Merci Renan pour ton article qui tombe à point pour finir de convaincre mon entourage d’utiliser un gestionnaire de mots de passes, 1Password Families dans mon cas. Après quelques appréhensions, je me suis convaincu que l’utilisation du service cloud de 1Password n’était pas moins sûre que l’utilisation locale + synchronisation par Dropbox ou autre. Nous utilisons le service « for Teams » pour partager nos accès en entreprise (une douzaine d’utilisateurs, près de 1000 logins en tout) et le confort aussi bien au niveau de l’administration que de l’utilisation quasi continue est un plaisir quotidien. J’attends avec impatience les nouveaux Macs qui permettront d’apposer un pouce pour débloquer le tout…

Article: Un abonnement, ça va, dix abonnements… Vraiment?

Fidèle lecteur d’articles et de commentaires (merci à tous!), l’article de François m’a interpelé et je n’ai pas trouvé de commentaires éclairant quelques aspects que je voudrais développer. En tout cas j’y ai appris l’existence d’abonnements pour des utilitaires (un comble).

Sollicité quotidiennement pour mettre à jour tout un réseau de Macs et de serveurs et confronté aux différents modèles de licences, j’observe les changements qui se sont opérés (à notre insu) ces dernières années.

Tout d’abord le mode de licence:

La première manière d’autoriser la mise en route d’un logiciel payant est une licence sous forme de numéro de série attribué à un utilisateur/un Mac (ou un groupe d’utilisateurs pour les licences multi-postes). C’est toujours et heureusement le cas pour la majeure partie des applications tierces. Ce modèle repose surtout sur la confiance accordée par l’éditeur à l’utilisateur, car il est(?)/fut aisé de trouver des numéros de séries qui „débloquent“ une version de démonstration…

Pour une licence de 10 utilisateurs, je reçois un numéro et le distribue sur 10 machines. Même si les mécanismes de „mise à jour automatique“ ou autres portes dérobées laissent pour sûr notre empreinte chez l’éditeur et l’informe de la quantité réellement utilisée, je n’ai jamais été contacté pour mettre à jour le nombre de licences (malgré le consortium Adobe/Microsoft antipiratage dont on entendait beaucoup parler il y a des années, tient plus maintenant). Il faut dire que rare ont été les dépassements dans mon cas, mais ils ont existé. Si l’éditeur est strict, il implantera une logique à son programme pour récupérer un certificat conçu pour l’utilisateur et/ou son Mac. Il sera sûr que son programme ne tournera que sur un Mac et chaque copie devra être à nouveau achetée.

Gros défaut de ce mode de licences, on peu s’en douter, c’est la gestion de toutes ces clés et leur version de logiciel respective et des embrouilles quand on change de machine.

Ensuite, avec l’avenue des géants d’internet, Google, Apple & Co. a été introduit un aspect bien pratique pour tous: l’enregistrement d’une identité propre à un utilisateur. Ainsi pour utiliser les services proposés et grâce à la technologie SSO (Single-Sign-On), une seule identité est nécessaire pour accéder à une myriade de services. Je me souviens avoir eu un tas d’identités chez Adobe pour accéder à leurs services (licences, évenenemts, prerelease etc.), aujourd’hui il n’en faut qu’une.

Du coup, avec une Apple-ID plus besoin d’acheter les nouveaux OS X, ils sont offert! Pas forcément besoin non plus d’enregistrer les machines comme dans le temps (avec formulaires à faxer ;-). Si on a une identité on a forcément acheter un jour un iDevice.

Avec notre carte d’identité Apple on accède à tous leurs services, de iMessage à la Cloud, aux mises à jours en passant par la publication d’applications. Et gare à ceux qui pensent créer plusieurs identités (la plupart du temps en vue de simplifier les choses et d’avoir une Apple-ID „privé“ et une pour le boulot). C’est quasiment impossible à maintenir, il faut s’identifier en permanence dans tous les coins de ses „iDevices“. Tout achat effectué avec une identité est intransmissible et ne pourra être installée que sur les iDevices couplés à son identité (sauf dans le cas d’entreprises qui peuvent enfin allouer une licence à une identité et seulement depuis peu, à une machine, et ensuite la retirer. Ou en privé avec le partage en famille). C’est le management de licences at it’s best (surtout pour l’éditeur).

En toute logique (pour Apple en tout cas) il semble se dessiner un modèle économique semblable au modèle « software » pour la « hardware ». Ainsi en proposant gratuitement (avec une Apple ID) une „flat-rate“ de logiciels indispensables (OS X, iOS) avec la possibilité d’acheter des logiciels/biens de consommations propre à cet écosystème, il sera vraisemblablement possible de payer un abonnement « hardware » (pour les iPhones pour l’instant) sur une ou deux années en changeant d’appareils à chaque renouvellement. C’est la « Flat-Hardware“: les gains supplémentaires seront effectués par des achats propre à individualiser les iDevices (coques, bracelets, claviers etc.). À quand la location d’iCars et les enjolivures personnalisées ? ;-)

Gros défaut du modèle « identités » de licences: c’est le brouillard avec nos données. Que ce passe t’il avec toutes ces informations relative à notre épanouissement internet? Au moins pour un sociologue cela doit être le graal. En tout cas pour soi-même, cela devient une forme de dépendance et une mise à l’amende ad vitam aeternam.

Il est très difficile de se mouvoir dans ce cosmos informatique sans bouger. Ainsi, bien des mises à jours sont en réalités des mises à jour de sécurité qui préviennent souvent le pire qu’il puisse arriver à un internaute: se faire dérober son identité. Il faut en connaitre un bout pour s’aventure sur internet avec un vieil OS (< 10.8.x). Sans jouer dans la paranoïa, des faiseurs de malware exploitent à tout va la moindre des failles. En cas d’attaque ciblé, c’est foutu (au pire aussi pour les OS à jour). J’ai du mal à imaginer comment tenir des années sans mises à jours hardware. Même si Linux semble une solution, là aussi tout n’est pas rose, la compatibilité hardware devient menu du jour, les drivers aussi, les détours sur le terminal quotidiens et malgré tout, un root-kit peut s'y cacher à tout jamais…

Alors que faire ? Pour se préserver d’aventure moderne malencontreuse comme l’octroi d’identité(es) (en ligne) et tout ce que ça pourrait engendrer, il est préférable de tenir ses machines et logiciels à jour, même celles et ceux qui vieillissent apparement bien (Office 2008/CS). Les éditeurs ne se soucient plus de mises à jours de sécurité pour leurs vieilles OS. Un TIFF corrompu sur un vieux Photoshop, un document Word ou Powerpoint corrompu sur 2008 et c’est gagné. Ces logiciels ne sont pas inutilisables, mais gare! Avec l’obsolescence (programmée ou non) du tandem hardware/software, dans un égard de „sécurité“, il me paraît hélas aujourd’hui impossible de ne pas suivre d’une manière ou d’une autre la volonté des grands éditeurs en renouvelant sans cesse leurs produits de consommation. Une forme d’abonnement en quelque sorte :-|