Profitez des offres Memoirevive.ch!

Commentaires récents

Rechercher dans les commentaires:  

Résultats pour l'auteur: Batisse
159 commentaires trouvés.
Article: Le traitement de texte sur Mac : Y-a-t-il une solution idéale?

Wordservice rend à peu près le même service que le script de Guillaume Gete. On constate cependant que les deux systèmes ne donnent pas les mêmes résultats pour ce qui est du nombre de mots et que le comptage des paragraphes n’est peut-être pas très pertinent puisqu’une ligne vide est comptée logiquement comme un paragraphe ; retour chariot oblige. En bref, comme cela a déjà été dit il vaut peut-être mieux raisonner en nombre de signes et feuillets de 1500 signes.

===

Écrit avec ByWord intelligemment lancé par QuickCursor

:-)

Article: Le traitement de texte sur Mac : Y-a-t-il une solution idéale?

Oublié : avantage ByWord sur iA Writer, c’est plus de formats d’export et prévisualisation html. Et @ Philob : avec ByWord on utilise les mêmes raccourcis clavier que dans TextEdit, automatiquement traduits en Markdown, il les efface en gris clair et affiche le rendu correspondant. Un italique sera en italique avec le code gris clair presque invisible, même chose pour le gras, les citations, liens, liens image, etc. Seule la police de iA Writer est plus jolie que celles qu’on peut utiliser avec ByWord mais on peut toujours l’acheter, c’est la Nitti (light et medium) quoique elle soit un peu chère pour cet unique usage.

Article: Le traitement de texte sur Mac : Y-a-t-il une solution idéale?

@ alienlebarge

À iA Writer que j’apprécie néanmoins beaucoup, je préfère ByWord que j’utilise comme machine à écrire une fois couplé à QuickCursor qui peut lancer aussi TextWrangler, BBEdit, WriteRoom, etc. Pour stocker, étiqueter, trier, chercher, retrouver, mes textes dans un dosser partagé entre toutes mes machines, statiques et mobiles, j’utilise nvAlt et bien sûr comme on travaille alors sur du texte brut en UTF-8, TextWrangler est bien entendu l’arme absolue pour manipuler tout ça, rechercher-remplacer, etc.

Cependant il est question ici de traitement de texte, qui servira à préparer de l’imprimé ou du PDF et par la même de concevoir des mise en page. Ce qui n’est pas du ressort du texte brut. Là dessus cet article est bien utile. Seuls quelques uns des textes stockés en Markdown passeront à la moulinette une fois exportés de ByWord en html, RTF, Word, Latex, PDF, etc. Car il sait faire tout ça.

Article: Quelques applications pour votre iPad

J’ai oublié de préciser que Daedalus Touch synchronise par DrobBox. Ce qui permet de partager un dossier automatiquement mis à jour entre son Mac, sa tablette et son iPhone. Il dispose aussi d’une fonction navigation qui permet de fouiller le web sans quitter l’application. Vraiment un must de l’écriture sous iPad. Dommage qu’il n’existe pas de version iPhone. Sans doute parce que la métaphore pile de feuilles de papier est irréalisable dans un petit écran.

Article: Quelques applications pour votre iPad

Et pour le texte, la saisie de notes, etc. Daedalus Touch avec lequel on utilisera la syntaxe Markdown ; un plaisir à utiliser avec sa rangée de touches clavier supplémentaire personnalisable. Il exporte en html, txt, pdf et en particulier ePub directement dans iBooks. Il le fait très bien. J’ai converti ainsi tout le texte brut du Contrat Social de Rousseau en un fort pratique livre numérique avec sections, chapitres, table des matières, jaquette illustrée, et tout, et tout…

Article: Juste deux mots sur Lightroom 4.1

Oui giampaolo je comprends bien moi aussi. Loin de moi l’idée de t’en faire changer. Tu utilises l’outil qui te convient le mieux. J’ai vu ton site et c’est du beau travail. Si ton boîtier n’est pas supporté la question ne se pose même pas.

Il se trouve que je peux avoir besoin de traiter un minimum les vidéos captées avec le mien et j’apprécie qu’Aperture les importe, comme j’aime l’épure de son plein écran sur fond noir, sans bordures ou autres éléments qui viennent distraire la vue ; aussi de pouvoir supprimer ou réappliquer une correction parmi d’autres en un clic dans une case alors que sous LightRoom je dois sélectionner dans l’historique, remettre à zéro l’effet, donc le perdre, du moins jusqu’à la version 3… Je n’ai pas téléchargé la démo de la 4 car je ne compte pas changer. J’ai aussi perdu des liens vers des fichiers ou bibliothèques dans LR et galéré pour retrouver les images, jamais dans Aperture, etc.

En bref je pense que les deux logiciels sont équivalents et qu’il ne faut agonir aucun d’eux. C’est une question de goût personnel et aux bancs d’essais sur Ars Technica on constate que les softs de qualité font à peu près de l’aussi bon boulot. J’ai aussi une amie photographe qui préfère LR car, dit-elle, elle est trop bien formée à Photoshop et elle ne peut utiliser autre chose. Aussi je la comprends très bien. Reste qu’elle a galéré pour réaliser un diaporama vidéo qu’on lui avait commandé et qu’on fait dans Aperture en quelques minutes, une fois qu’on a fait son choix d’images. Mais ça n’est pas une raison suffisante pour laisser tomber tout un savoir faire sur un outil et passer à un autre.

Article: Juste deux mots sur Lightroom 4.1

Il me semble un peu présomptueux d’affirmer que Lightroom 4.1 « écrase tout simplement Aperture » pour la simple raison qu’il intégre enfin des fonctionnalités inaugurées par son concurrent depuis longtemps, comme la géolocalisation, les livres photos, ou encore l’ajustement du point noir ? des tons clairs et tons foncés ? En fait les logiciels professionnels de dérawtisation se tiennent dans un mouchoir de poche et chacun les appréciera à son goût et à ses usages.

Pour ma part je trouve l’ergonomie et l’intégration au Mac de Lightroom bien en dessous de celle d’Aperture. En particulier du fait de l’absence de véritable plein écran ou encore de la complexité pour revenir sur des corrections ; ce qui se fait très simplement en décochant une case dans Aperture, avec en plus l’avantage de les conserver en mémoire même si elles ne sont plus appliquées, en plus de pouvoir quasiment toutes les apposer localement au pinceau. J’y apprécie la gestion vidéo et la facilité de réalisation et d’exportation en HD 1280p de diaporamas sonorisés. Et n’oublions pas le tarif : deux fois moins élevé.

Pour aller plus loin : un banc d’essai d’Aperture 3.0 (d’il y a un an, nous en sommes à la 3.2.3) et de Lightroom 4.1 dans Ars Technica.

Article: Note Plus et NoteShelf pour iPad, la prise de note au carré

Pour ma part nous utilisons pour écrire iA Writer qui est très pratique.

Il est vrai qu’il est bien. Je les ai tous essayés et donc achetés : Writeroom, iA Writer, ByWord, etc., avantage ByWord sur le Mac — secondé de QuickCursor, ce qui permet de s’en servir comme machine à écrire partout, de Mail aux champs de commentaires dans Safari —, et Daedalus Touch (de loin) sur l’iPad. L’astuce c’est que comme ce sont des éditeurs texte utf-8 optimisés pour Markdown il suffit, entre les différentes plateformes de leur laisser partager le même dossier DropBox, et le tour est joué. On dispose de ses écrits partout. À noter que Daedalus exporte directement en ePub (parfaitement mis en page) dans iBooks, ce qu’il y a de mieux pour la lecture sur iPad. Oublié le PDF ; plutôt réservé à l’impression.

Article: AudioNote, pour ne rien rater d’un PV mais après?

Intéressant quant même. Oublier le texte formaté ; apprendre Markdown — 1/4 d’heure suffit —, et garder tout en texte brut à retravailler avec Daedalus Touch, ByWord… et Marked. Petites choses qui coûtent aussi très peu. Pour le Mac, ByWord et Marked pour les css personnalisées, pour l’iPad Daedalus Touch et son clavier intelligent, en virtuel ou en dur.

Article: Note Plus et NoteShelf pour iPad, la prise de note au carré

Hors papier et crayon, je ne crois pas à la pertinence de la prise de notes manuscrite, lourdingue au stylet ou au doigt sur l’iPad. L’humanité a mis un temps fou à inventer la machine à écrire et le clavier, ça n’est pas par hasard et surtout pas pour retourner en arrière. Pourtant pour ceux qui aimeraient ça je signale l’appli Stenopad free ou HD qui permet d’écrire en gros sur l’écran et qui réduit aussitôt en caractères plus petits pour en caser plus dans la page. Il existe aussi quelques logiciels de sténographie pour l’iPad.

Article: Note Plus et NoteShelf pour iPad, la prise de note au carré

Je sélectionne un bout de texte, le déplace plus bas, le remonte, le décortique, etc.

On fait ça au toucher mais on ne peut prendre et glisser comme avec une souris, il faut couper-coller. Dans Daedalus on fait bouger le curseur en tapotant l’écran d’un côté ou de l’autre de la colonne de texte, lettre par lettre avec un seul doigt, mot par mot avec deux doigts. Tu disposes d’une rangée de touches virtuelles supplémentaires avec les caractères utiles, configurable, qui reste à l’écran y compris lorsque tu utilises un clavier sans fil. Avec Byword tu as aussi une rangée de plus, avec des flèches de déplacement et des touches qui insèrent directement le code pour les liens, les listes, les titres… Le plus important est de se familiariser avec Markdown, ce qui n’est pas bien difficile.

Article: Note Plus et NoteShelf pour iPad, la prise de note au carré

J’aimerais l’utiliser AUSSI comme éditeur de texte, avec un clavier et une souris, comme sur un Mac, puis pouvoir prendre juste la tablette et l’utiliser comme une tablette.

Hormis la souris c’est comme ça que je l’utilise. Lorsque je sais que j’aurai à saisir un long texte j’emporte un clavier Bluetooth. Avec Daeadalus Touch et Markdown, c’est parfait, pas besoin de souris, l’écran tactile reste très proche et l’on a pas besoin de beaucoup le toucher. Mais la plupart du temps la tablette seule me suffit, y compris pour prendre des notes succinctes en réunions.

Article: Note Plus et NoteShelf pour iPad, la prise de note au carré

Pour prendre des notes, j’utilise moi aussi le clavier et ysengrain est aussi de bon conseil, l’enregistrement et le papier avec le stylo feront mieux l’affaire. Pour ce qui est des logiciels oubliez les usines à gaz comme Evernote, Pages et passez à Daedalus Touch ou Byword, écrivez en Markdown et synchronisez avec Dropbox ou iCloud. Avec Daedalus Touch vous pouvez carrément exporter dans iBooks sous forme de livre en ePub. Je l’ai fait avec le Contrat Social de Rousseau récupéré sur Wikisource et balisé en Markdown pour les titres de chapitres et les 4 livres. Avec l’iPad il convient d’aller au plus simple. J’avais acheté GoodReader et je ne l’utilise jamais !

Article: Qobuz, la musique dans tous ses états

Mais il va falloir s’y faire : il est de plus en plus question que les Majors lachent le support physique sous peu (on parle de fin 2012)

Vaste plaisanterie. Les ventes de CD représentent quand même 85 % du chiffre d’affaire du marché du disque en 2010 (source SNEP) en France. Et c’est parti pour durer encore des années. Je suppose qu’ils n’ont pas vraiment envie de se suicider.

La dématérialisation existe depuis que la musique numérique existe, soit environ 1980 (début du CD) !

La dématérialisation existe depuis des siècles. La musique n’a toujours été qu’une œuvre de l’esprit, création immatérielle, notée sous forme de partition écrite et souvent même pas, qui n’existe que dans le moment de son interprétation. On confond souvent l’interprétation avec son support matériel ou numérique. Or ce qu’on nous demande de payer et que parfois on nous offre, c’est un droit d’écoute que ce soit en concert, en CD, en fichier numérique ou en abonnement.

on a déjà acheter le droit de l’écouter “at vitam eternam”

On acquiert jamais les droits ad vitam aeternam c’est contraire au droit d’auteur dont la cession est toujours limitée dans le temps et dans l’usage sous peine de nullité. On acquiert le droit d’écoute du CD le temps de la durée de vie physique du CD et le droit s’épuise avec la fin du support. On ne vous remplace pas le CD lorsqu’il ne fonctionne plus et pour le copier vous payez une redevance.

Lire : Les droits d’auteur pour les nuls par Maître Eolas

Par une loi, obligeant les artistes à déposer leur oeuvres (c’est déjà le cas pour les livres et les partitions de musiques

En France le dépot légal est obligatoire pour les sonogrammes et les vidéogrammes. Cependant vous ne pouvez soviétiser la création encore moins en en cédant tout les profits à des entreprises privées qui gèreraient le streaming.

Article: Bon ben j’ai migré. Ça n’a pas été tout seul mais j’ai migré

Est-ce que quelqu’un sait si ça pose un problème de passer déjà mon iPhone et mon iPad sur iCloud tout en restant sur Snow sur mes Mac ?

C’est mon cas et je ne rencontre pas de problème spécifique. Cependant je ne dois pas pouvoir profiter de toutes les fonctionnalités d’iCloud et j’ai pris soin, dans les réglages de synchro iCloud de ne conserver que le minimum, d’abord pour ne pas épuiser les 5Go gratuits ensuite parce qu’une partie de la synchro documents passe par DropBox. Il faut faire le tri et je ne sais pas qui fait quoi et comment. Donc j’ai dans le nuage : Courrier qui est déjà en iMap et je n’ai conservé qu’un seul compte sur l’iPad alors que j’en ai une tripotée ; Contacts, Calendriers, Rappels, Documents et données et Localiser mon iPad. Signets, Notes, Flux de photos sont désactivés.

Article: Bon ben j’ai migré. Ça n’a pas été tout seul mais j’ai migré

On se croirait revenu à la grande époque de Windows. Apple a vraiment de la chance d’avoir des clients aussi peu regardants sur les erreurs de conception, les lenteurs et les plantages des iBidules en tous genres que nous imposent le gourou !!

Mon dieu qu’il est trôle. Depuis que je suis passé à iOS5 mon iBidule pète le feu et aucun plantage. Alors côté lenteurs, c’est plutôt dans ses circonvolutions cérébrales qu’à mon humble avis ça lambine, ça s’attarde, ça se perd, ça disparaît, ça se volatilise…

:-)

Article: Bon ben j’ai migré. Ça n’a pas été tout seul mais j’ai migré

A mon sens, c’est une erreur, Batisse. Je trouve quand même plus facile de tout garder et de tout retrouver sur l’ensemble de mes devices, quitte à tout nettoyer une fois de temps en temps. Je reste quand-même bluffé de retrouver une photo prise sur iPhone quasi instantanément sur mon iPad !

Je ne veux pas être obligé de conserver des clichés que je ne veux pas garder même si la fonctionnalité est très pratique. Je veux pouvoir faire un tri et ne garder que ce qui est réussi ou qui m’intéresse.

Article: Bon ben j’ai migré. Ça n’a pas été tout seul mais j’ai migré

Dans l application iTunes de l iPhone je n’est pas accès au bouton achats.

Étant bien entendu que tu es sous iOS5 avec la nouvelle version d’iTunes, en bas de fenêtre, tu dois avoir les boutons suivants : Musique, Films, Séries TV, Ping, Podcasts, Livres audio, iTunes U, Achats et Chargements. Si tu choisis Achats, ça te liste tout les titres que tu as achetés et sans doute les films mais je n’en ai pas acheté. Je n’ai rien eu à faire pour avoir ce bouton, c’est livré avec. :-)

Article: Bon ben j’ai migré. Ça n’a pas été tout seul mais j’ai migré

Cukriec

Merci pour la confirmation flux photo. À mon avis cela va râler dans les chaumières et il faudra bien qu’ils offrent l’option d’effacer la photo partout si l’on en a envie. En attendant je n’active pas le flux photo et je continue de faire à l’ancienne : les récupérer à la main au fur et à mesure des besoins dans les applis.

Article: Bon ben j’ai migré. Ça n’a pas été tout seul mais j’ai migré

J’aimerais beaucoup l’application météo sur mon iPad… Pour la musique dans le nuage, il faut, une fois dans iTunes sur l’iBidule, choisir le bouton achats en bas de fenêtre et on retrouve tout ce qu’on a acheté sur iTunes.

J’ai lu dans un commentaire qu’il y avait un problème avec le flux photo : une fois activé il devenait impossible d’effacer des photos qui restaient dans le nuage et revenaient sans cesse. Quelqu’un confirme ? Personnellement je n’active les fonctionnalités de synchronisation iCloud que prudemment, petit à petit…

Article: iPad: à la recherche d’échanges faciles

Pour écrire partout, je conseille nvALT configuré dans les préférences pour garder les textes sous forme de fichiers individuels plutôt que sous forme de base de données et stockés dans un dossier partagé par Dropbox sur l’ordinateur et l’iPad pour la synchro.

Sur le Mac, comme machine à écrire j’utilise WriteRoom configuré côté typo et fond d’écran à la iA Writer pour le confort et lancé par QuickCursor ce qui permet de l’avoir partout, y compris pour taper ce commentaire.

Sur l’iPad on peut prendre son pendant pour iPad, iPhone, etc. ou encore PlainText qui est sa version light. Pour structurer l’écriture je prend soin d’écrire en syntaxe Markdown que nvALT peut afficher en html pour la prévisualisation, même qu’on peut personnaliser la mise en page, avec la css de son blog par exemple.

À première vue cela semble compliqué, mais finalement à l’usage c’est tout simple. Attention : iA Writer est très séduisant mais à l’inverse de WriteRoom il ne permet pas d’écrire partout et son export du Markdown n’est pas fameux.

Article: GoodReader, l’iApp ultime pour tous vos documents

Curieux. Sur les bons conseils de Cuk, j’ai acheté GoodReader… et je ne m’en sert quasiment jamais. J’ai dû ne pas accrocher. Je viens de découvrir une appli plus appétissante, qui permet de transformer son iPad, iPhone ou Touch en volume sans fil, d’accéder à des nuages en WebDav, à inspecter des codes sources avec coloration syntaxique, ouvrir des documents de traitement de textes, pdf, vidéos, images, etc., à savoir : Air Sharing Pro ou Air Sharing HD et qui me font un peu baver. Pour l’instant je résiste. Je voulais simplement en signaler l’existence.

Article: Ils font comment ces bonimenteurs pour nous avoir à chaque fois?

Nettoyer des claviers et les plastiques ?

Utiliser ce qu’on appelle au Québec de l’alcool à frictions, c.-à-d. de l’alcool isopropylique à 70%. On peut acheter ça pur en pharmacie et mélanger à 70 % avec de l’eau déminéralisée. Je viens de nettoyer mon clavier d’iMac tout crado, c’est magique : il est comme neuf. De plus c’est un bon antiseptique.

Article: Mon iPad s’appelle « Voyager »!

Merci Marc pour le tuyau sur OPlayer HD je vais tester ça. Cependant je ne saisis pas la différence entre la version gratuite et la payante. À propos de version lite j’ai oublié de signaler qu’avec Plaintext on fait presque la même chose qu’avec WriteRoom sur iPad simplement un peu moins, en particulier le clavier personnalisé avec une rangée supplémentaire qui est bien utile. Cela permet néanmoins de tester l’outil pour savoir s’il convient et de passer à la version payante si l’on est satisfait.

Article: Mon iPad s’appelle « Voyager »!

Pour écrire sur iPad j’utilise Writeroom qui fait un peu mieux que iA Writer — que j’ai aussi —, en ceci que la rangée du haut de son clavier augmenté est paramétrable. On y ajoute, en plus des flèches les touches que l’on désire, pour moi : -—;[]«» De plus il permet de créer des dossiers, ce que iA Writer ne fait pas. Il en partage un par Dropbox avec l’excellent outil de prise de notes nvALT qui fonctionne très bien en Markdown avec prévisualisation html en plus de stocker, classer, étiqueter et chercher-retrouver dans une foule de textes.

De fait sur mon iMac j’utilise aussi Writeroom qui, grâce à QuickCursor, sur raccourci clavier, sert de machine à écrire dans toute application Cocoa. Très agréable. C’est d’ailleurs avec ça que j’écris ce commentaire. J’ai pris soin de personnaliser l’interface à la iA Writer que j’aime vraiment beaucoup mais qui n’en permet pas autant, pourtant je regrette son mode focus. Son export html est passable, avec des erreurs dans le code et son RTF laisse à désirer ; nvALT fait mieux pour zéro Franc/Euro.

Sinon pas moyen de faire fonctionner PlayerX pour lire un AVI sur mon iPad. Alors je l’ai remplacé par flex:player qui a l’air de marcher. Et pour lecture de partitions tenter Forscore tandis que pour l’écriture Symphony Pro

Article: Une journée ordinaire, enfin…presque

Il me semble qu’on a inventé la machine à écrire pour aller plus vite qu’à la main et à la plume. Je ne comprends pas pourquoi on cherche à retourner en arrière, si je puis dire. J’ai appris la dactylographie en 10 jours avec un logiciel. Pour aller aussi vite j’ai du m’accrocher mais je suis musicien je dois donc avoir les neurones kivonbien et les connexions ont du se faire assez vite. Je ne sais plus prendre de notes à main levée, en tout cas je ne le fais plus.

J’aime bien les applis d’écriture comme iA Writer qui synchronisent par Dropbox avec l’iPad et bientôt l’iPhone et qui écrivent en Markdown ; il existe quelques plugins, scripts et autres qu’on ajoute aux CMS et qui permettent d’entrer ainsi du bon html bien conforme aux spécifications dans les champs de texte. C’est bien.

Article: Apple nous tond, et ça commence à bien faire

J’ai hier soir vu un court reportage à la télé avec explications de comment s’enrichir et profiter de la crise. Il en est qui on fait des millions vite fait en achetant à découvert, en achetant de l’or ou des francs Suisses. Il y en a un paquet qui se goinfrent et ce sont les Suisses qui trinquent.

Article: Apple nous tond, et ça commence à bien faire

De même que le franc suisse est élevé parce que les valeurs macroéconomiques suisses sont meilleures qu’ailleurs (ce n’est pas qu’une histoire de monnaie refuge!), de même la demande d’actions Apple est très élevée (et pas surfaite!) parce que les liquidités d’Apple sont énormes. Et si elles sont énormes c’est parce qu’Apple vend beaucoup mais aussi avec une très grosse marge.

Et les liquidités d’Apple sont énormes parce qu’ils vendent énormément au Suisses, en Franc local… J’ai bon ?

Article: Apple nous tond, et ça commence à bien faire

Ce ne sont pas les monnaies étrangères qui s’écroulent, c’est la votre qui explose. Ça vous apprendra à être les banquiers du monde, la valeur refuge ultime, le graal des épargnants. :)) Bien sûr je rigole. J’ai vu un reportage sur l’emmenthal à la télévision, où l’on expliquait que le fromage était menacé à cause du Franc fort. Je constate que vous perdez sur tous les tableaux pendant que tout le monde se gave. J’ai souvenir d’un vieux referendum où il était question pour les Helvètes d’adopter l’Euro. Me trompé-je ? Est-ce que j’ai rêvé ?

Article: iPad: à la recherche d’échanges faciles

@ Anne

À te lire je comprends que tu aimes griffonner, annoter, souligner, entourer, biffer, etc. Jette donc un coup d’œil sur ce Scribbly Marker Pen iPad Stylus ; ce truc me tente aussi car j’ai découvert un traitement de texte musical en devenir — car il faudra attendre la prochaine version pour qu’il soit vraiment opérationnel —, Symphony pro qui lui échange sans problème avec les autres outils de notation musicale en MusicXML. Un stylet pour bouger les notes sur la portée, ou même aller les insérer serait un plus non négligeable. Bien sûr il existe d’autres modèles que ce gros marqueur.

Article: iPad: à la recherche d’échanges faciles

@ Anne

Je ne dis pas que ça n’est pas possible mais simplement qu’on a pas la même logique ergonomique avec quelque chose qui fonctionne au toucher qu’avec un bon vieil ordinateur commandé au clavier et à la souris. C’est pour ça que pour moi il est illusoire d’avoir le même ressenti avec une tablette qu’avec un MacBook. Pour tes textes en nomade, ton MacBook Air est idéal, tu le dis toi même. Pour ma part, je suis parfaitement dactylographe, du coup je n’arrive pas à taper avec l’iPad. C’est une horreur. Alors lorsque j’ai du texte à entrer en nomade j’emporte un clavier sans fil. Par contre la tablette est parfaite en consultation et lecture d’un tas de choses, plus pratique que mon iMac.

Article: iPad: à la recherche d’échanges faciles

@ Anne

Je ne pense pas qu’une tablette puisse se substituer à un ordinateur avec un vrai traitement de texte. Cependant je te conseille de travailler en Markdown. Tu peux structurer facilement avec des titres, de l’italique, des listes, etc. Ça s’apprend en cinq minutes, ça reste lisible quoiqu’en texte brut, une appli comme iA Writer assurera la conversion en RTF dans sa prochaine version 1.10 (coming soon).

J’en reste à mon idée de départ : la tablette est un carnet de notes et on les met en forme confortablement à la maison dans un traitement de texte digne de ce nom. Markdown permet de conserver lisible au premier coup d’œil en texte brut la hiérarchie des titres, les emphases, les liens, etc. Il n’est pas plus compliqué que l’édition dans le champ de commentaires de Cuk qui s’en inspire mais bizarrement n’applique pas les mêmes astuces.

On peut s’y essayer ici ; bien sûr on reste dans le cadre de la prise de notes mais le fait qu’on puisse directement le convertir en html et bientôt en RTF fait gagner pas mal de temps. Même avec Simple Note et Notational Velocity je fonctionne en Markdown.

Article: iPad: à la recherche d’échanges faciles

Pour ce qui est d’un travail d’écritures traditionnel en traitement de texte avec formatage et tout, et tout… mon avis est qu’il faut oublier l’iPad. Par contre il est très pratique pour saisir et travailler partout du texte non formaté mais quand même faiblement structuré que l’on finalise ensuite sur un ordinateur, portable ou de bureau car au moins c’est adapté côté ergonomie. C’est carnet de note et machine à écrire ; un qu’on transporte, l’autre qui reste chez soi.

Pour saisir mes textes j’utilise PlainText de Hogbay Software qui est gratuit et synchronise avec Dropbox, c.-à-d. que le texte est actualisé en temps réel sur l’ordinateur lié, pas besoin de faire des allers-retours. J’ai aussi lu beaucoup de bien de iA Writer plébiscité par le Guardian qui fait le même type de synchro avec Dropbox et qui permet de structurer le texte au moins sommairement. Je dois dire qu’il me tente beaucoup, car j’ai acheté mon iPad pour remplacer un portable en complément d’un iMac et pour travailler du texte un peu partout quitte à parfois transporter aussi un clavier sans fil.

Quelques réflexions sur l’écriture et quelques logiciels sur le site de Karl Dubost. Attention, le monsieur est un habitué des éditeurs de code informatique. Il est aussi attaché à la structure et au sens de ce que l’on écrit, c’est pourquoi son avis est intéressant. Il évoque iA Writer.

Article: Pourquoi le gratuit est-il si moche?

Manque de pot, l’interface d’Open Office est issue de Star Office qui est un logiciel commercial et propriétaire développé par Star Division, etc.

Ou Libre Office J’avoue mettre toute la famille dans le même sac. Interface à fuir.

sous prétexte que des petits gars travaillent là dessus gratos.

Ben oui. Si tu lis bien l’ensemble de la discussion tu constateras que certains ont utilisé cet argument. Il n’est pas recevable.

Ce que l’on dit c’est que “Gratuit/Libre = Interface Pourri”, “Gratuit/libre = développeur bénévole” et “Développeur de Gratuit/Libre = pas d’intérêt sur l’interface” est faux, contre exemples et arguments à l’appui ;)

Si tu me relis tu constateras que j’ai dit la même chose exemple et argument à l’appui : MPlayerX. Disons que je déplore que ce ne soit pas toujours le cas. Peut mieux faire, il faut le faire pour atteindre le niveau de qualité propre à concurrencer le propriétaire. C’est le but du jeu. Non ? Pour ma part, libre, gratuit, propriétaire, payant… Je prends ce qui va bien.

Article: Pourquoi le gratuit est-il si moche?

La question posée n’est pas celle de la gratuité mais de la volonté des développeurs du libre de faire l’effort de se pencher sur l’ergonomie. Open Office est à chier, Gimp aussi. Rien que voir les captures d’écrans avec leurs myriades de boutons à cliquer me fait fuir. Je préfère payer pour iWork, Nisus Writer qui sont un plaisir à utiliser et qui sauvegardent aussi bien en format standard, comme TextEdit d’ailleurs.

Dire que « sans le libre, et sans BSD en particulier, darwin et donc OS-X n’existeraient pas », n’est pas une excuse recevable. Je ne vois pas pourquoi il faudrait tout accepter sous prétexte que des petits gars travaillent là dessus gratos. Le résultat est là : ça ne marche pas et je préfère payer Photoshop elements, pas cher, ou Aperture encore moins cher, que de perdre du temps, donc de l’argent en utilisant Gimp au travail. En ce cas les types doivent se dire qu’ils ont échoué car là le libre ne remplace pas le propriétaire et que c’est pourtant le but du jeu. MPlayerX est un logiciel sous licence GPLV2 particulièrement bien foutu, esthétique, ergonomique que je préfère de loin à VLC pourtant bien utile mais une insulte à la raison lorsqu’il s’agit de jeter un œil dans les préfs avancées. On peut le faire ; il faut le faire.

Article: PDF Expert pour iPad : test
Batisse
, le 15.04.2011 à 10:44
[modifier]
Article: PDF Expert pour iPad : test

Epub est un bon format mais malheureusement les documents générés par Pages ne sont pas de très bonne qualité du point de vue du code. Les css sont inutilement complexes. Aussi, pour fabriquer des livres électroniques je préfère utiliser Sigil et partir du texte brut. Cela permet de simplifier la mise en page au maximum et de laisser ainsi libre cours au formatage par défaut de l’iPad, forcément mieux adapté.

Article: Logiciels de Prise de Notes, au Présent et au Futur

Je plussoie aacp c’est vraiment dommage d’avoir oublié Notational Velocity dont la dernière version permet un renvoi pour l’édition dans BBEdit, Writeroom, ou autre… et synchro par Dropbox… Attention avec le chiffrement particulièrement efficace car j’ai irrémédiablement perdu un petit lot de notes pour avoir oublié un mot de passe un peu trop complexe. Ce truc est ultra simple et performant. Il fait parfaitement ce pourquoi il a été conçu : prendre et stocker des notes pour ensuite les retrouver facilement. Enfin rien qu’à voir les captures d’écran des usines à gaz présentées dans le billet, je fuis. Et puis j’oubliais une fonctionnalité pratique de NV qui par le menu Services permet de récupérer en note n’importe quel bout de texte.

Article: FocusWriter, pour se concentrer sur l’écriture !

Oui pat3 peut-être qu’une revue serait la bienvenue. J’ai utilisé MacJournal il y a longtemps et j’aimais bien. J’en reviens à deux fonctions de Notational Velocity. À partir d’une sélection > Services > NV : Nouvelle note depuis la sélection et avec un click droit sur le titre d’une note > exporter en txt, rtf, html, Word, Word XML. Sans oublier la synchronisation native avec Simplenote, ou via des fichiers avec WriteRoom pour iPhone et Dropbox.

Article: FocusWriter, pour se concentrer sur l’écriture !

Une cerise sur le gâteau de la dernière mise à jour de Notational Velocity, une fonction Note > Edit in > BBEdit, WriteRoom, TextEdit, etc. Je persiste à le trouver très bien pour accumuler des notes, les étiqueter, vite fait, pour les retrouver ensuite par leur étiquette ou par une recherche dans le champ de saisie de nouvelle note… Attention, ça n’est pas un outil de rédaction, bien sûr. Evernote me fait peur rien qu’à voir les captures d’écran sur le site :-) Comme quoi… à chacun ses phobies.

Article: FocusWriter, pour se concentrer sur l’écriture !

Pour noter et stocker un tas de trucs à utiliser plus tard, j’aime bien Notational Velocity ça ne fait que ça mais à mon avis très bien. Sinon comme Anne je conseille Nisus mais aussi Pages qui finalement lui ressemble un peu ; Word, j’oublie. Pour ce qui est des trucs à la FocusWriter, WriteRoom additionné de QuickCursor font bien mieux l’affaire avec l’avantage de repasser automatiquement le texte à BBEdit, TextWrangler, ou autres… En effet à vouloir faire simple avec en même temps plein d’options FocusWriter rate sa cible.

Article: Une âme…
Batisse
, le 13.10.2010 à 10:49
[modifier]
Article: Une âme…

Merci pour ce billet qui aussitôt lu me donne envie d’écouter la grande dame. Pour ce qui est des violons, je ne suis pas trop d’accord. Avec Parker ça le fait bien, grâce au contraste avec les sonorités et phrasés du saxophone alto, avec Getz aussi. Il suffit de ne pas en abuser.