Profitez des offres Memoirevive.ch!

Commentaires récents

Rechercher dans les commentaires:  

Résultats pour l'auteur: Bigalo
260 commentaires trouvés.
Article: Avec l’informatique: plus idiots, plus intelligents – ou pareils?

Et puis internet, c’est une mémoire à très court terme : combien de vos si nombreux signets pointent encore sur une page d’un site qui existe encore ?

D’accord avec toi pour l’obsolescence parfois trop rapide des signets, mais un signet périmé n’implique pas forcément que l’information n’est plus accessible. Dans l’un des cas que tu évoques, où le site a été réorganisé, la page (ou en tout cas l’information) peut être toujours présente.

Pour la retrouver, on peut faire appel à la recherche avancée de Google, qui permet par exemple de circonscrire une recherche à une période ou à un site particulier, d’exclure certains mots des pages de résultats, …

Malheureusement, trop de gens la négligent, n’ont pas suffisamment le réflexe de l’utiliser lorsqu’une recherche simple donne trop de résultats, voire en ignorent l’existence.

En outre, cette recherche avancée n’est plus aussi facile d’accès qu’autrefois. Jusqu’à il y a quelques mois, elle était directement accessible sur la page d’accueil de Google ou sur les pages de résultats.

Dorénavant, l’accès direct à la recherche avancée a été remplacée par « plus d’outils », dernier lien dans la colonne de gauche des pages de résultats. Ces outils supplémentaires sont moins puissants que n’était la recherche avancée. En particulier, ils ne permettent pas de limiter la recherche au contenu d’un seul site.

On peut pallier cette insuffisance en utilisant le mot-clef « site: » lors de la recherche. Par exemple si on a un signet périmé, relatif à une page consacrée aux colibris sur le site http://www.ornithoantilles.fr (inventé pour l’occasion), on pourra espérer retrouver les données en entrant sur Google « colibris site:www.ornithoantilles.fr ».

On peut également retrouver la recherche avancée ici.

Par ailleurs, pour les sites de référence, il n’est pas forcément nécessaire d’utiliser des signets. Leps.it par exemple est consacré aux papillons d’Europe. Le site est italien, mais il est en anglais. Il comporte principalement une iconographie remarquable, ainsi que des données sur les plantes nourricières des chenilles. Pour la plupart des espèces, on trouve une ou plusieurs images du papillon adulte, souvent accompagnées d’image(s) de la chenille, parfois de l’œuf et/ou de la chrysalide. Depuis 1 an ou 2, on peut également y trouver des vidéos consacrées à une espèce. Des signets sont ici pratiquement inutiles (sauf pour permettre à un tiers d’accéder à une page particulière, dans un email, ou au sein d’un autre site). En effet, on accède à l’information en sélectionnant une espèce, ou parfois une plante-hôte pour trouver quelles espèces y sont inféodées.

Dans un domaine qui intéresse un public bien + large, imdb.com est une encyclopédie consacrée au cinéma. Là encore point besoin de signet : on accède à l’information en entrant le nom d’un acteur, le titre (complet ou une fraction) d’un film. Dorénavant, il existe également une version française, imdb.fr, mais j’ignore si elle est aussi complète.

En quelques mots, Internet donne accès à une masse considérable d’informations, mais pour s’en servir de façon optimale, il faut conserver l’esprit critique (toutes les sources de sont pas de qualité égale, et c’est un euphémisme), et apprendre à faire des recherches efficaces, en faisant appel à la recherche avancée, ou à une combinaison de mots-clefs, afin d’améliorer la pertinence des résultats renvoyés.

Il ne faut pas non plus hésiter à utiliser des mots-clefs dans une autre langue : il y a quelques années, je recherchais la date de naissance d’un personnage historique. Le nom du personnage et « date naissance », n’ont pas abouti. J’étais avec des amis. L’un d’eux a suggéré d’utiliser plutôt « birthday », et cette fois Google m’a renvoyé l’info attendue !

Article: Excel et VBA, version 2011
Bigalo
, le 11.10.2011 à 20:43
[modifier]
Article: Excel et VBA, version 2011

Bravo pour ta première humeur Bigalo et bienvenue dans le club des rédacteurs :)

Concernant VBA dans Excel 2011, c’est extrêmement décevant de réaliser que Microsoft n’a pas respecté la compatibilité avec le VBA de Excel X ni même avec le VBA de Excel Windows!

Merci pour la bienvenue.

Je vois que tu cites Excel X et non Excel 2004. Toi aussi, tu considères (c’est mon cas) que pour VBA, la version 2004 était trop instable et trop baguée, comme le laisse penser cette page ?

Concernant la 1ère partie, je t’avoue que, à tort ou à raison, je ne suis pas un grand fan de nommer les plages de cellules…

Sur ce plan, il y a probablement une part de personnalité qui fait apprécier plus ou moins l’usage des noms. « Des goûts et des couleurs ! »

Personnellement, je trouve qu’on y perd vite son latin avec les noms et que les références de cellules permettent de facilement contrôler que les copier/coller de formules se font comme on le souhaite…

Un des moyens de ne pas y perdre son latin est de coller régulièrement la liste des noms dans une feuille :

Comme tu le sais sans doute, mais pas forcément tout le monde, on y accède de la même façon que pour définir un nom (figure 2), en choisissant simplement l’option suivante, « Coller… ».

Voici le résultat dans le cas de notre bulletin simplifié :

Cela permet de s’assurer que les définitions sont satisfaisantes. Ce qui est pratique, en matière de contrôle, par rapport aux formules d’un tableau, c’est que toutes les infos sont groupées dans une zone unique de 2 colonnes. Par défaut les noms sont cassés par ordre alphabétique, mais rien n’empêche d’utiliser comme critère de tri la seconde colonne.

Article: Excel et VBA, version 2011
Bigalo
, le 11.10.2011 à 10:59
[modifier]
Article: Excel et VBA, version 2011

Félicitations pour cette pédagogie !

J’espère à présent une humeur sur les tableaux croisés dynamiques !

Bien sénégalaisement,

Merci pour les félicitations.

En ce qui concerne les TCD (les tableaux croisés dynamiques), je n’en suis pas un chaud partisan.

Ceci dit, ma position est biaisée : quand les TCD sont apparus (avec Excel 4 peut-être ?), cela faisait déjà de nombreuses années que je réalisais des macros. J’ai alors regardé brièvement comment cela fonctionnait, mais n’ai pas été enthousiasmé.

En particulier, j’ai trouvé que cela manquait de souplesse quant à la mise en forme.

Par programmation, on peut réaliser assez facilement ce que font les TCD, sans avoir à subir leurs limitations. Par conséquent, à titre personnel, les TCD ne m’apportaient pas grand-chose.

Toutefois, je conçois que pour un utilisateur « normal », les TCD sont un outil puissant, qui fournit des synthèses sans devoir faire d’autre effort qu’apprendre à maîtriser les TCD.

Une humeur les concernant ne me tente pas beaucoup. Toutefois, ce qui serait envisageable, est une humeur sur 1 des nombreuses fonctions méconnues d’Excel, <acronym title= » »>SOMMEPROD</acronym> qui est selon moi plus simple à maîtriser que les TCD, et permet d’obtenir tout ce qui se fait classiquement avec eux.

Article: Steve Jobs
Bigalo
, le 07.10.2011 à 20:04
[modifier]
Article: Steve Jobs

Steve n’était pas un gourou pour moi.

Un gourou, le vilain mot, non bien sûr.

Mais comme pour beaucoup d’entre nous, ce qu’il a imaginé a changé ma vie. J’ai acheté mon premier Mac en 1984, et complètement changé de métier 2 ans plus tard.

J’ai également ressenti de la peine quand j’ai appris la mort de Steve, comme si j’avais perdu un proche.

Si à la fin des années 80, n’avaient été proposés au public que les compatibles PC et les machines Unix sans interface graphique, le monde actuel serait probablement assez différent de ce qu’il est aujourd’hui, et pas en mieux !

Jobs n’était pas un inventeur (il avait besoin de s’entourer de compétences techniques qui lui manquaient, ce qu’il savait faire remarquablement bien), mais il savait imaginer à partir des possibilités technologiques, de nouveaux produits innovants, à l’interface exceptionnelle.

Génie ou pas, c’était un visionnaire extraordinaire.

Parmi tous les témoignages lus ces jours-ci, j’ai beaucoup apprécié, cet extrait de celui d’Obama, concis et très juste :

Steve was among the greatest of American innovators – brave enough to think differently, bold enough to believe he could change the world, and talented enough to do it.

En voici la traduction donnée par Le Monde : Steve était l’un des plus grands inventeurs américains, assez courageux pour penser différement, assez audacieux pour croire qu’il pouvait changer le monde, et assez talentueux pour le faire.

en 1985, Steve Jobs avait été éjecté d’Apple, qui a résisté quelques années sur ses acquis, puis a périclité au point que beaucoup s’attendaient à une prochaine disparition de la société.

Heureusement, le retour de Steve en 1997 a permis la renaissance d’Apple, jusqu’à la situation actuelle. La question est maintenant de savoir où en sera Apple dans 5 ou 6 ans : seront-ils encore capables d’initier de nouvelles révolutions avec des produits aussi innovants que l’ont été l’iPhone et l’iPad lorsqu’ils sont apparus ?

Pour ceux qui seraient tentés de m’accuser d’idolâtrie, je suis bien conscient que Steve Jobs avait un côté despote, que la relation d’Apple avec ses clients n’est plus la même qu’autrefois, mais compte tenu de la croissance de ces dernières années, n’est-il pas naïf d’imaginer que cela aurait pu ne pas être le cas ?

J’estime aussi que les App Stores, malgré leur côté pratique, représentent également une évolution potentiellement dangereuse.

Enfin, il y a une chose que je regrette depuis plusieurs années en ce qui concerne les Macs, c’est l’impossibilité de lire en standard des films Blu-Ray. C’est apparemment Steve qui y était particulièrement opposé. Peut-être que sa disparition entrainera aussi la fin de cette carence.

Il me semble que parmi les gens connus qui ont disparu ces dernières décennies, Steve était le plus important. Je me place sur un plan pratique, mais je crois réellement qu’il a changé le monde pour beaucoup de gens (qui n’en sont pas forcément conscients), et sa disparition nous prive probablement de quelques innovations remarquables qu’il aurait initiées dans les 20 ans qui viennent.

Article: Okazou nous a quittés
Bigalo
, le 07.09.2011 à 22:52
[modifier]
Article: Okazou nous a quittés

> Bigalo : Élégant!…

J’ai juste horreur de l’hypocrisie ! Si je pense le plus grand mal de quelqu’un, je ne vais pas en dire du bien sous prétexte qu’il est mort.

Bien sûr, j’aurais pu ne pas intervenir, ce que beaucoup auraient effectivement trouvé bien + élégant, mais cela aurait donné l’impression qu’Okazou était apprécié de tous, ce qui ne me semblait nullement conforme à la réalité.

Si tu veux poursuivre la conversation, je suggère qu’on le fasse par MP.

Bonne nuit.

Article: De belles images pour pallier l’absence de billet aujourd’hui

Interface entièrement en flash, c’est lent, ça marche mal, ça s’affiche pas… bref, j’ai abandonné…

Voulu regarder ses bœufs musqués. Intervalles insupportablement longs entre les images (plusieurs secondes).

En outre, pourquoi des vignettes (entre 3 et 5 cm) ? J’ai craqué après 5 ou 6 images. Peut-être un bon photographe, mais un site inutilisable ;-((

Article: Un lointain morceau de France
Bigalo
, le 28.09.2010 à 10:36
[modifier]
Article: Un lointain morceau de France

Un lointain morceau de France? A mon avis, vu de Suisse, la France, c’est la France “métropolitaine”, comme vous dites. Tout le reste, ce sont des colonies.

Drôle d’idée, ou manque de culture ;-((

Je suis né à Paris d’un père martiniquais, et d’une mère parisienne élevée en Italie. La Martinique est française depuis 1635, soit depuis bien + longtemps que la Corse, Nice ou la Savoie. les Antilles ont longtemps été des colonies. Elles sont devenues départements en 1946, en même temps que la Guyane et la Réunion. L’immense majorité des Antillais, Guyanais et Réunionnais n’a pas connu la période où ces territoires étaient des colonies, et parmi ceux qui sont nés avant 1946, la plupart n’ont connu le statut de colonie que pendant leur enfance et parfois leur adolescence.

C’est Aimé Césaire qui est à l’origine de cette départementalisation, avec une phrase célèbre sur les Antillais qui voulaient être considérés comme des Français à part entière et non entièrement à part.

La départementalisation date de plus de 60 ans, mais même avant la seconde guerre mondiale, le taux de scolarisation (au moins en ce qui concerne l’école primaire) était bien plus élevé que dans de nombreuses autres colonies. Mon grand-père paternel, grand Noir né en 1893, enseignait à ses élèves, souvent fils de pécheurs « Nos ancêtres les Gaulois » !

En outre, bien avant 1946, les habitants des “Vieilles Colonies” (Antilles, Guyane, Réunion ainsi que 4 communes du Sénégal) étaient citoyens français.

Félix Éboué et Gaston Monnerville, tous les 2 nés à Cayenne à la fin du 19ème siècle ont été respectivement gouverneur en Afrique Noire, et Président du Sénat.

St John Perse, Guadeloupéen, a été longtemps diplomate et a eu le prix Nobel de littérature en 1960.

Quelques élément factuels pour rappeler que les Antillais, les Guyanais et les Réunionnais sont dorénavant des Français à part entière. Ce qui n’est nullement incompatible avec des particularismes forts : importance de l’esclavage dans la mémoire collective, relations souvent tendues entre les Antillais de couleur, et les békés, … comme l’ont bien montré les événements du printemps 2009 en Guadeloupe, puis en Martinique, avec la lutte «Kont pwofitasyon» (contre la profitation).

Personnellement, je ne me sens en rien moins Français qu’un Breton ou un Auvergnat, et si un touriste Suisse en vacances aux Antilles a un quelconque problème de santé, il sera aussi bien soigné à Fort-de-France qu’à Nice ou à Strasbourg, par des médecins ayant exactement la même formation !

Article: Il n’y avait pas mon Mac, je ne vais pas me plaindre…

Salut François,

Que te dire sinon des banalités ? Bien évidemment, je compatis ; outre les pertes financières, affectives et le choc, devoir refaire ses papiers est une “récompense” dont on se passerait bien ;-(((

En ce qui me concerne, il y a tel bordel dans ma voiture : vieux journaux, papiers divers, chaussures, bouteilles vides à jeter, …, que l’effort nécessaire pour trouver peut-être quelque chose d’intéressant décourage probablement certains voleurs potentiels !

Bon courage.

Article: Le livre, la lecture et le lecteur

Parmi vous, certains trouveront mes exigences face à un auteur bien futiles, bien superficielles

On se pose la question dès le premier paragraphe, effectivement :

elle rend accessible des millions de pages, donc des milliards de sujets, conférant au lecteur des milliers d’heures de bonheur dans une vie.

En gros, 1000 sujets par page, et 1000 pages lues à l’heure, c’est impressionnant, mais à ce rythme, on ne peut qu’effleurer les multiples sujets !

Je plaisante. Cette phrase m’a fait sourire. Elle n’est bien évidemment pas à prendre au premier degré, mais je soupçonne tout de même qu’elle révèle un malaise ou un manque de maîtrise des ordres de grandeur.

J’essaierai de donner mon avis sur les livres, quelque chose de vital pour moi aussi, un peu + tard dans la journée.

Article: Une petite phrase…
Bigalo
, le 26.04.2010 à 13:25
[modifier]
Article: Une petite phrase…

Personnellement, dans les relations professionnelles, sauf exception (quelqu’un avec qui je sympathise réellement), je me contente d’un « Bonjour ! », non suivi de l’absurde « Ça va ? ».

Je le réserve aux cas où la réponse m’importe réellement, et la question est alors sincère et non mécanique.

Nous sommes des primates, et nous sommes des êtres sociaux.

Il me semble que « êtres sociaux » signifie qu’on a besoin de relations, de contacts avec d’autres, pas forcément avec tous les autres ni avec n’importe qui.

En ce qui me concerne, je suis plutôt misanthrope, et j’estime raisonnable de choisir avec qui on souhaite avoir des relations. Sorti de ce cercle, moins on voit de gens, mieux on se porte !

Avec la plupart des gens, les relations qu’on a, me semblent relever plutôt de la cohabitation au sens Mitterrand-Chirac ou Mitterrand-Balladur. On se côtoie par obligation, par nécessité ou par contrainte sociale, mais on éviterait de le faire si on le pouvait.

C’est pourquoi j’adore la lecture, en particulier de romans : on peut apprécier vivement tel ou tel personnage. On a en plus la garantie de ne jamais le rencontrer : 100 % plaisir, 0 % risque de subir quoi que ce soit de pénible comme certaines relations fortes qui se concluent parfois après des années par une très vive déception.

Article: Une interface revisitée pour vos courriels?…

Perso, je ne trouve pas que l’interface doive forcément refléter l’ordre dans lequel les infos doivent être rentrées:

Tout à fait d’accord avec cela. Quand j’envoie un message, le + souvent, je le rédige et je ne remplis les champs « destinataire » et « sujet » qu’après.

Malheureusement cela n’est effectivement pas applicable quand on a cliqué sur « Répondre ». Il m’est ainsi arrivé avec Gmail, d’envoyer accidentellement en message en cours de rédaction. Quelqu’un sait-il quelle est la combinaison de touche qui provoque cet envoi intempestif avec Gmail ?

Article: Nouveaux Mac sur les rayons!
Bigalo
, le 15.04.2010 à 23:39
[modifier]
Article: Nouveaux Mac sur les rayons!

@ Guru et Alain Le Gallou

Vous êtes bien mignons, mais on peut avoir un usage professionnel de la machine sans faire ni video ni 3D, mais de la photo ou du développement informatique par exemple, auquel cas cette gamme de machine convient parfaitement.

J’ai un MacBook Pro 17” première génération CoreDuo(et non Core2Duo) à 2,16 Ghz. Je suis intéressé par le 17 ” avec le Core i7, et je suis persuadé que je vais sentir une grosse différence, ne serait-ce qu’en pouvant avoir 8 Giga de RAM !

Article: Nouveaux Mac sur les rayons!
Bigalo
, le 14.04.2010 à 12:20
[modifier]
Article: Nouveaux Mac sur les rayons!

La règle implicite qui veut qu’en changeant de génération on garde le même prix – voire moins – est ici largement écornée. Le 15” qui doit sans doute être le modèle le plus vendu – le 17” est vraiment très cher et “moins transportable” – prend une augmentation de 9,3%.

Les prix ont baissé aux Etats-Unis, mais avec la crise grecque, l’€ a beaucoup baissé ces derniers temps par rapport au $ : fin 2009, l’€ était à environ 1,5 $, tandis qu’il n’était + qu’à 1,33 fin mars.

Ce genre d’évolution ne peut être ignorée lors de la fixation des prix. En outre, la tendance étant fortement baissière ces derniers mois, une marge de sécurité est sûrement prise en compte pour que le prix converti en $ reste tolérable pour Apple si l’€ continue à baisser jusqu’à 1,2 $, voire au-delà.

Cela suffit largement à expliquer la différence d’évolution des prix entre les États-Unis, où le 17” a baissé de 200 $ et l’Europe.

En ce qui me concerne, je regrette 2 choses, l’absence de Blu-Ray, mais ce n’est malheureusement pas une surprise, et la taille des machines qui n’évolue pas. J’aimerais bien un 18,4 ” avec une résolution de 1920 * 1080.

En effet un écran de 17 ” me semble trop petit pour une résolution de 1920 * 1200, qui a longtemps été, rappelons-le, celle des écrans de 24” dont la surface est à Epsilon près 2 fois + importante (172 = 289 et 242 = 576). NB – Désolé, pb avec Textile pour la gestion des exposants ;-(((

Quant au « moins transportable », c’est peut-être une question de gabarit, mais avant d’avoir mon 17”, qui date de 2006, j’ai longtemps utilisé un iMac G5 avec un écran de 20” comme transportable. J’avais trouvé un sac adapté (une housse à vêtements détournée de son usage théorique), et je le trimbalais pratiqiuement tous les jours sur l’épaule.

Article: Rapports de reproduction
Bigalo
, le 23.03.2010 à 10:21
[modifier]
Article: Rapports de reproduction

Pas le temps maintenant de lire sérieusement l’article. Je le ferai ce soir.

Je voulais juste te signaler une inversion :

Ici, les images ont été prises avec un rapport de reproduction très important ( de 1/11 à 1/22) un peu retravaillées (niveaux, accentuation) :

Il faut bien évidemment lire de 11/1 à 22/1. C’est surtout cette partie qui m’intéressera. C’est pour quand ?

Article: Tcheu la honte… d’être suisse

Ishar, allez savoir pourquoi, vous m’avez donné envie de vérifier la définition de mot goujat

Je suis surpris de ta réaction. En quoi Ishar se comporte-t-il comme un goujat ? Malgré tout le mal que je peux penser des religions, et je l’ai clairement exprimé, la réaction d’Ishar me paraît extrêmement digne !

C’est celle de quelqu’un qui a l’impression que sa communauté est attaquée, et qui probablement est pris par surprise, ou celle d’un humaniste qui pense à ce que doivent ressentir les musulmans de Suisse s’il est extérieur à cette communauté.

Non seulement sa réaction est très digne, mais il annpnce même de possibles excuses pour sa virulence. Que pourrait-on lui demander de plus ?

Article: Tcheu la honte… d’être suisse

Préambule :

1 – Vivant à Paris, je n’ai effectivement pas suivi le débat, juste vu l’affiche.

2 – Compte tenu de ce que je connais de l’UDC, je m’attends toujours au pire et je n’ai pas été surpris par l’affiche. Je me rappelle celle avec le mouton noir.

3 – Né à Paris de père antillais, je suis particulièrement sensible au racisme. J”ai abordé le sujet de manière détaillée dans les commentaires d’une humeur qui a un plus d’1 an, au moment de l’élection d’Obama

Sur le fond, toutefois le résultat de me choque pas.

Un des éléments qui m’horripile dans le politiquement correct est l’association systématique entre islamophobie et racisme, ou entre antisionisme et antisémitisme.

Il me semble pourtant que l’on peut être islamophobe et antisioniste comme certains de nos aïeux étaient anticléricaux. Pourquoi définir comme « musulman » tout immigré, y compris de 2ème ou 3ème génération, originaire d’Afrique du Nord, du Sénégal, de Turquie ou d’Indonésie. Certains d’entre eux sont athées ou agnostiques. Les réduire globalement à la religion que pratiquaient leurs ancêtres me semble aberrant, voire raciste. C’est leur dénier toute personnalité et ne les considérer que comme membres d’un ensemble assez indéfini. Viendrait-il à l’idée de beaucoup de gens de recourir au terme « chrétiens » pour désigner les Européens, une partie des Africains, et de nombreux américains (du Canada à la Terre de Feu, pas seulement les États-Uniens) ?

À mes yeux, rien n’est pire ni plus dangereux que les religions. Je conseille la lecture d’un excellent bouquin sur le sujet, sorti il y a quelques années : Et l’homme créa les dieux, de Pascal Boyer.

Les religions, en tant cas les 3 « grandes » religions du livre, ce ne sont que des sectes qui ont exceptionnellement bien réussi, comme bien d’autres l’ont déjà dit avant moi, ici et ailleurs.

La religion chrétienne, ses diverses composantes et ses cousines, cela a été les Croisades, l’Inquisition, le procès de Galilée, la nuit de la St Barthélémy, la guerre des Camisards, ou plus près de nous, les nombreux attentats en Irlande, Jean-Paul II expliquant en Afrique qu’il ne faut surtout pas utiliser de préservatif, et l’interminable conflit entre Israéliens et Palestiniens.

Pendant des siècles en Europe, et dans diverses régions du monde où les Européens se sont implantés, bien souvent en massacrant les populations locales qui étaient bien évidemment des barbares, puisque non chrétiens, le catholicisme a été conquérant ! Quand tout le monde n’était pas massacré, on envoyait des religieux porter « la bonne parole, et la vraie foi » et tenter de détruire la culture locale.

Il y a un peu plus d’un siècle encore, dans tous les villages de France et de Navarre, la plupart des gens étaient analphabètes ou avaient au mieux le certificat d’études primaires, et le curé jouissait d’un prestige et d’une influence considérable. Il y a heureusement eu un mouvement, l’anticléricalisme, qui a permis de réduire de manière importante l’influence de la religion nettement dominante à l’époque, le catholicisme, et a abouti à la laïcité, et à la Loi de séparation des Églises et de l’État de 1905.

Dans toutes les régions du monde, à toutes les époques de l’Histoire, il y a eu des croyances religieuses. Cela semble démontrer que cela répond à un besoin du cerveau humain, ou + simplement qu’il y a toujours eu des escrocs ou des gens avides de pouvoir, qui ont exploité la crédulité des masses et leur peur de l’inconnu, en prétendant être en relation plus ou moins directe avec une ou des entités suprahumaine(s). Dans l’immense majorité des cas, la religion d’un individu donné est celle de ses parents ; elle résulte donc d’un pur hasard et non d’un choix. Malgré une totale absence de réflexion ayant abouti à la religion pratiquée par tel ou tel croyant, celui-ci est persuadé que sa religion est la bonne.

Croyance sans aucune réflexion, et encore moins démonstration, certains appellent cela la foi. Personnellement, obscurantisme me paraît un vocable bien mieux adapté.

Schématiquement, plus le niveau culturel est élevé, moins les gens sont enclins à croire ce que prétend le curé, le pasteur, l’imam ou le rabbin. À l’inverse, les malheureux qui suivent leurs « études » dans une madrassa pakistanaise ont peu de chance d’échapper à l’obscurantisme.

Le bourrage de crâne dès la prime enfance et le spectacle de parents eux-même croyants et pratiquants, explique en partie qu’un certain nombre de scientifiques aient pu (rarement actuellement, bien plus souvent autrefois) être eux-mêmes croyants.

Récemment (2007), on a eu le discours de Sarko sur la « laïcité positive », avec cette phrase aberrante : « l’instituteur ne pourra jamais remplacer le curé ou le pasteur ». À la fin du 19ème siècle, et au début du 20ème, il y a eu une laïcité de combat, qui a permis de restreindre le pouvoir des curés, ce qui a été un immense progrès. Puis au fil des décennies, le pouvoir religieux a reculé de plus en plus. Presque plus personne ne va à la messe, sauf pour des mariages ou des enterrements. La laïcité de combat a été remplacée par une laïcité moins active et plus consensuelle. Quant aux prêtres, ils sont dorénavant bien trop peu nombreux, pour que chaque village en ait un. Certains considèrent que la laïcité actuelle, moins intrangisante qu’il y a 1 siècle est un progrès. Ce sont simplement 2 formes qu’il ne faut pas opposer.

Il faut considérer la religion comme une des pires formes de maladie mentale qui soit, probablement la pire, car la + répandue. La laïcité de combat correspondait à une époque où l’épidémie de catholicisme était galopante en France (pas seulement, bien sûr). L’épidémie semble vaincue. Plus personne ou presque (essentiellement des personnes très agées) ne va à l’église.

C’est comme le privilège des bouilleurs de cru. Idéalement, il devrait suffire d’attendre quelques décennies pour que les derniers pratiquants s’éteignent et que le problème religieux soit résolu.

La forme actuelle de laïcité correspond à une simple vigilance. Il s’agit simplement de pouvoir réagir en cas de nouvelle épidémie. Auquel cas, le retour à une laïcité de combat s’impose.

Pour résumer, après de nombreux siècles on avait plus ou moins vaincu en France l’épidémie chrétienne. Il ne restait plus que des cas isolés, en voie de disparition.

Depuis quelques décennies, des immigrants arrivent, chez lesquels la religion occupe encore une place relativement importante. Il faut espérer qu’au bout de 2 ou 3 générations, ils s’intègrent, comme l’ont fait avant eux des Italiens, Polonais, Espagnols ou Portugais. L’élément principal à mon sens de l’intégration est une prise de recul de + en + importante vis-à-vis de toute forme de religion.

Les intégrer suppose qu’ils acceptent la laïcité comme préambule non négociable. Cela veut dire en particulier limitation du religieux à la sphère privée, et vocation à devenir athées au bout de 2 ou 3 générations. Dans le cas contraire, toute religion que voudraient pratiquer un nombre relativement important d’individus doit être considérée comme une nouvelle épidémie. on vient (presque) de se débarrasser du Christianisme, ce n’est pas pour laisser se développer un de ses concurrents, quel qu’il soit.

Fondamentalement, une religion est une maladie mentale et pas un élément de culture. Le plafond de la chapelle Sixtine, peint par Michel Ange est une œuvre magnifique, mais avant tout c’était destiné à impressionner les fidèles pour conforter le pouvoir du clergé. 5 siècles ont passé et l’aspect artistique a pris le pas sur l’aspect religieux. C’est la même chose quand un touriste visite Notre-Dame de Paris. C’est l’architecture qui compte, bien plus que l’affectation du bâtiment.

Par conséquent, de mon point de vue, l’interdiction de minarets est une bonne chose, bien que proposée par des gens infréquentables. À terme, il faut souhaiter que soit interdite la construction ou l’affectation de tout bâtiment à usage religieux. La construction d’une cathédrale à Evry, ouverte en 1995 m’avait profondément choqué.

J’irai + loin. Pour avoir le droit de vote, il devrait falloir certifier sur l’honneur être athée ou agnostique. Que puisse exister un ou des dieux est une hypothèse que tout individu peut envisager. Croire, c’est renoncer à l’usage de son cerveau. Dans ces conditions le droit de vote n’a aucun sens.

Article: Dépêche toi
Bigalo
, le 05.11.2009 à 14:00
[modifier]
Article: Dépêche toi

Je serai moins catégorique que certains d’entre vous : gagner du temps n’est pas un non sens à mes yeux.

Cela est justifié quand on a consacré moins de temps qu’on ne l’imaginait à une activité désagréable. Ce temps est alors disponible pour quelque chose de + gratifiant, il y a bien un gain.

Si je dois participer à une réunion avec quelqu’un que je trouve pénible ou antipathique, et que la réunion dure un quart d’heure de moins que prévu, j’estime avoir effectivement gagné du temps.

À l’inverse, il faut environ 1 heure de marche, ou un peu plus pour monter d’Arolla (2000 m) à Pra Gra (2479m) dans les Alpes Valaisannes. Si je mets plus de 2 heures, parce que j’ai eu la chance d’observer et éventuellement de pouvoir photographier une belle chenille, un petit Apollon (Parnassius phoebus) fraîchement éclos, ou des fleurs alpines en pleine floraison, je ne considérerai nullement que j’ai perdu du temps. Au contraire, j’aurai pu consacrer plus de temps que prévu à une activité passionnante. Ce temps supplémentaire est au contraire également du temps gagné !

Article: Cachez ce sein que je ne saurais voir…

@ ysengrain

Ta proposition est intéressante, mais je ne sais pas si François serait intéressé. D’autre part, si j’écris quelque chose, j’ai envie que ce soit sérieux, ce qui implique des heures de recherche pour pouvoir fournir des références valables (livres, articles, sites).

Par conséquent, même si cela se fait, ce ne sera pas pour tout de suite ;-(

Article: Cachez ce sein que je ne saurais voir…

On change d’univers: on passe de l’allaitement à la fin de la vie. En effet, le modèle occidental avec des variantes, fonctionne avec les actifs qui paient pour ceux qui sont en retraite. Dans plusieurs pays, ce système est déjà mis à mal ( en France par exemple).

En gros, sous pretexte que le système de retraites est une créance infligée à la génération suivante, rien de doit changer : peu importe que l’humanité soit responsable de la disparition de milliers d’espèces animales et végérales. Belle mentalité !

C’est du spécisme, exactement le même type de raisonnement que le racisme, la xénophobie et le sexisme. Selon le cas : “Ce qui n’appartient pas à la même espèce, la même race, le même pays ou le même genre que moi, est dénué de valeur, ou en tout cas en a si peu qu’il n’y a aucune raison de s’en préoccuper.”

Dans les 4 cas, c’est le même raisonnement. Nous n’avons pas les mêmes valeurs !

Article: Cachez ce sein que je ne saurais voir…

@ Marcolivier

Tout à fait d’accord sur la différence d’empreinte écologique entre un Occidental et quelqu’un vivant dans un pays pauvre.

Ma remarque ne se limitait absolument pas aux Occidentaux. Seul un recul considérable des naissances, partout sur la planète peut permettre d’améliorer la situation :

il ne faut pas accuser les populations (et les naissances) mais les comportements.

Je sais bien qu’actuellement on essaye d’éduquer les gens (tri sélectif, consommation de produits locaux, encouragement à privilégier les transports collectifs, meilleure isolation des bâtiments, moins d’excès de chauffage et de clim, …).

Tout cela est très bien, mais pas suffisant : même si on parvient à réduire en moyenne 25% par personne la production de CO2 (par exemple), cela signifie qu’avec une population estimée à 9 milliards en 2050), l’impact de la population humaine sera pratiquement au niveau actuel !

Par conséquent, améliorer les comportements est souhaitable, je te l’accorde volontiers, mais très insuffisant. L’objectif doit donc être une réduction considérable de la population humaine, et pour cela une limitation drastique des naissances me paraît tout de même préférable aux guerres, génocides et autres joyeusetés dont notre espèce est coutumière, non ?

Je sais bien que ma position est ultra minoritaire, mais le sujet commence tout de même à être abordé, voir par exemple le dernier numéro de terraeco dont le dossier annoncé en couverture est « Surpopulation Faut-il arrêter de faire des enfants ? ».

Article: Cachez ce sein que je ne saurais voir…

Mais tant qu’on demandera sous nos contrées aux femmes de faire des enfants et de ne pas s’en occuper plus de 2 mois afin de retourner “produire”

[Mode HS] – C’est quand même agaçant que certains considèrent comme une évidence que les femmes doivent faire des enfants !

On ne pourra pas lutter sérieusement contre le réchauffement climatique, la déforestation et la perte de biodiversité avec une population humaine qui continue à croître -((((((

Il serait temps de comprendre que plus nombreux seront les gens ne faisant pas d’enfant, meilleure (ou moins mauvaise) sera la situation à terme ! [:Mode HS]

Article: L’image du jour…
Bigalo
, le 16.09.2009 à 00:38
[modifier]
Article: L’image du jour…

En continuant à chercher sur le Web, voici quelques lignes à propos de la photo sur le site du Figaro. Pour éviter des remarques sur le choix de ce titre, il ne s’agit pas d’un choix mais de la première info relative à cette photo trouvée sur la première page de résultats de Google

L’un de ses plus célèbres clichés, «Nu provençal», est pris en 1949. Ronis vient d’acheter une maison en Provence, à Gordes, avec son épouse, la peintre Marie-AnnelLansiaux, (1910-1991). La photo montre celle-ci, nue, devant un lavabo que jouxte une fenêtre ouverte. Ce cliché fera le tour du monde.

L’image illustrant l’article est bêtement recadrée, mais techniquement il s’agit d’une reproduction de meilleure qualité ; on distingue bien plus de détails à travers la fenêtre.

Article: L’image du jour…
Bigalo
, le 16.09.2009 à 00:19
[modifier]
Article: L’image du jour…

Telle que figée, elle a la pause gracieuse. J’y crois reconnaître une statue classique qui ne déparerait pas le Louvre, entre Rodin et Maillol

À cela je répondrai par la remarque ô combien classique de

des goûts et des couleurs…

De mon point de vue, le modèle est plutôt moche : petite, courte sur pattes avec des jambes épaisses !

Le seul intérêt de la photo selon moi est l’émotion qui s’attache à une époque révolue, et éventuellement une certaine nostalgie. À mon sens, il s’agit d’un document intéressant, mais sûrement pas d’une belle photo.

Ceci dit, pour juger valablement, il faudrait voir le tirage original, probablement un assez grand format, et pas une imagette récupérée sur le Web ; en faisant une recherche dans Google images avec « Ronis nu », on trouve de très nombreux exemplaires de cette image avec des niveaux de contrastes très variés.

Voici par exemple une version beaucoup plus contrastée que l’image choisie par Modane :

En conclusion, l’original est probablement une belle photo, pour ceux qui ne trouvent pas le modèle complètement dénué de charme, mais la reproduction illustrant l’humeur me semble une image assez médiocre.

Article: Il est mieux, mais mieux en quoi?

Quand un client demande que l’on réalise pour lui un développement, bien souvent l’analyse des besoins a été insuffisante, et par la suite, la phrase « Il faudrait ajouter ceci » revient régulièrement.

Non seulement ajouter quelque chose qui n’avait pas été prévu au départ est toujours plus complexe que si cela l’avait été, mais c’est aussi fréquemment une source de bugs. Le code ajouté pour prendre en compte la demande complémentaire, a parfois des conséquences inattendues sur ce qui fonctionnait parfaitement auparavant.

Dans ces conditions, le fait que Snow Léopard représente en grande partie une réécriture de pans entiers du système, pour remplacer une succession de couches rajoutées au fil des ans par quelque chose de « propre » me paraît justifier largement son adoption, même en l’absence de fonctionnalités nouvelles. Or il y en a quelques unes.

Aucune hésitation, il FAUT passer à Snow Leopard. La seule question est de savoir si on franchit le pas immédiatement, ou s’il vaut mieux attendre la sortie d’une version 10.6.1.

Article: C’est la rentrée…
Bigalo
, le 24.08.2009 à 14:08
[modifier]
Article: C’est la rentrée…

mais l’école obligatoire se doit aussi de respecter les rythmes de chacun !

Justement ! Le rythme des meilleurs élèves ne l’est pas du tout. Le système les entraîne facilement à s’endormir sur leurs lauriers, ne les habitue pas à devoir faire des efforts, ce qui les conduit bien souvent à ne pas réaliser leur potentiel, à force de s’être habitué à se laisser aller.

Je trouve que c’est un sacré gaspillage ;-((

Article: C’est la rentrée…
Bigalo
, le 24.08.2009 à 12:55
[modifier]
Article: C’est la rentrée…

Moi aussi, mais sans la règle et ce n’était pas “un”, mais “une” !

Ma grand-mère m’a également fait écrire de la main droite, sans coup de règle non plus, et cela ne m’a pas traumatisé.

Cela m’a simplement rendu un peu ambidextre. Globalement, j’utilise la main droite pour ce qui demande de la précision, la gauche pour le reste. Mais si je dois visser quelque chose ou utiliser un marteau, c’est l’emplacement de la vis ou du clou qui va me faire utiliser une main ou l’autre.

Article: C’est la rentrée…
Bigalo
, le 24.08.2009 à 12:45
[modifier]
Article: C’est la rentrée…

En ce qui me concerne, le mot que j’associe naturellement à l’école, jusqu’au bac, c’est « BAGNE ».

Le système ne me paraît correct qu’à partir de la fac : aucune obligation d’aller en cours, chacun peut se débrouiller à son rythme avec des bouquins. Tout ce qui compte, c’est d’être capable de réussir les examens. Autre point positif à mes yeux, l’anonymat. Être censé s’asseoir toujours à la même place et que l’enseignant connaisse votre nom, quelle horreur !

Dans la petite enfance, j’étais particulièrement peu sociable, et même si j’avais des copains, je préférais les voir chez moi (environnement sûr) qu’ailleurs (environnement perçu comme hostile).

Pendant toute une période, à l’école primaire, je disais à ma mère chaque matin :

« Je préférerais mourir que d’aller à l’école ! »

Bien sûr que certains enseignants ont la vocation et/ou sont capables d’être intéressants, parfois passionnants. Mais c’est une infime minorité, moins de 10 % selon moi. Il y a également de mauvais profs ; la majorité est simplement médiocre.

Mes grands-parents étaient tous les 2 instituteurs et directeurs d’école en Martinique. Mon grand-père informait les parents qu’il prolongeait la classe de 2 heures (bénévolement bien sûr) tous les jours pendant les 2 mois précédant le certificat d’études, parce qu’il estimait que la seule façon de s’en sortir pour des enfants de milieu modeste, fils de pécheurs ou d’ouvriers agricoles, c’était de faire des études.

Cette période est très bien décrite par le très beau film d’Euzhan Palcy, « Rue Case Nègres ».

Ma grand-mère (pas celle qui était enseignante) m’a appris à lire et à écrire en montagne, pendant les vacances précédant l’entrée à l’école primaire. Arrivé en 11ème, j’y suis resté 3 ou 4 jours, et on m’a fait passer en 10ème.

Globalement, je trouve le système lamentable. Je vais me faire taxer d’élitisme et je l’assume. Certains trouvent qu’un bon prof est celui qui s’occupent de tous ses élèves afin que tous arrivent à suivre. Ma position est exactement inverse : un bon prof est celui qui va à un rythme tel que les meilleurs élèves doivent fournir un effort pour suivre.

Quoi faire pour les autres, je ne sais pas (leur faire suivre un enseignement complémentaire, bénéficier d’un soutien après les heures de cours, ou avoir 3 types de classes n’avançant pas au mêmes rythme (élèves pigeant le plus vite, moyens, et les autres). Et fondamentalement, la question m’intéresse peu.

Quand une matière m’intéressait, je pigeais vite en général, et quand je n’étais pas intéressé, j’étais capable d’une forte inertie.

En gros, si une matière m’intéressait, je m’ennuyais rapidement parce qu’on allait pas assez vite, et si je n’étais pas intéressé, du temps supplémentaire était parfaitement inutile.

Le système est conçu de telle façon qu’il ne force pas les enfants les plus doués à exprimer tout leur potentiel. Au contraire, on leur fait découvrir qu’aucun effort intellectuel de leur part n’est nécessaire. Cette absence d’effort donne facilement de mauvaises habitudes, sources de futures déconvenues.

Quand j’étais en seconde, j’ai découvert la chimie, qui n’était pas enseignée dans les classes précédentes. Aux vacances de la Toussaint, j’ai emprunté à la bibliothèque un bouquin de chimie de Maths Sup, que j’ai trouvé passionnant.

Pour en revenir à la période actuelle, j’ai un diplôme d’expertise-comptable, mais j’exerce depuis plus de 20 ans un métier où je suis complètement autodidacte (développement informatique).

En conclusion, selon moi le système scolaire est une horreur, et l’important qui, bien évidemment n’est pas enseigné (à moins que cela n’ait changé), est l’apprentissage de l’autonomie et surtout la capacité à trouver les informations dont on peut avoir besoin, afin de continuer en permanence à se perfectionner ou à explorer de nouveaux domaines.

Article: L’objectif intérieur: Vincent van Gogh

Anne,

J’ai d’excellents souvenirs de plusieurs de tes humeurs, sur des thèmes variés, parmi lesquelles :

Festival de Locarno 2006: regard subjectif
Un petit coin de paradis ?
Opération Shakespeare: une mini saga

J’ai également lu et apprécié 2 ou 3 de tes bouquins, en particulier « Le trajet d’une rivière », alors même que je suis relativement peu sensible à la musique !

Mais en ce qui concerne Van Gogh, tu auras du mal à me convaincre :

Si tu cliques sur le tableau du champ de blé et les deux travailleurs qui rentrent du boulot, et que tu les regardes de près, tu vois effectivement, non pas des visages blancs, mais les détails qui comptent: le sourire et les joues rougeaudes de l’homme, le visage blanc et les yeux fixes de la femme.

J’ai effectivement cliqué, et agrandi l’image au maximum. Peut-être est-ce perceptible sur l’original, mais sur l’image de l’humeur, je suis bien incapable de discerner la moindre expression sur le visage de l’homme. Sur celui de la femme, il me semble deviner un sourire, mais cela n’a rien d’évident.

Pour résumer, l’image n’est pas assez précise à mon goût. Je préfère infiniment Pieter Brueghel, ou Rembrandt. Je fais partie des gens qui quand ils apprécient une image veulent pouvoir s’en approcher à moins de 10 cm pour mieux en apprécier les détails. C’est strictement incompatible avec l’école impressionniste (et Van Gogh, que tu sembles vouloir classer à part).

Il avait des crises, mais autiste, on ne me le fera jamais croire, pas avec les lettres qu’il écrivait, la lucidité dont il y fait preuve …

Daniel Tammet prend toujours le chemin facile: celui des idées reçues.

Attention à ne pas tomber dans le travers que tu dénonces. L’autisme peut être une forme d’inadaptation sociale, comme le syndrôme d’Asperger, évoqué ces derniers jours dans la presse à propos d’un Britannique qui doit être extradé vers les États-Unis

Voici quelques liens :

le syndrôme d’Asperger, sur le site « Asperger Aide France »
le syndrôme d’Asperger, sur Wikipedia en français
Un article du Monde sur le Britannique évoqué

Article: L’objectif intérieur: Vincent van Gogh

Décidément, je crois bien que je ne ferai jamais aux impressionnistes ;-(

en agrandissant bien, on voit le sourire de l’homme et les yeux vides – ou désespérés – de la femme qui, pour ainsi dire, fixe l’objectif

Justement non, si on agrandit, au lieu de détails précis comme un regard, une expression, il n’y a que des tâches de couleurs. Je trouve cela frustrant, et le mot est faible.

Ceci dit, je ne suis pas représentatif de la population : entomologiste amateur, et doté d’une forte myopie, j’ai l’habitude de chercher des œufs de papillons dans la nature.

En voici un exemple. L’œuf fait environ 1 mm de haut !

Être très myope signifie disposer d’une forme de double vue : avec des lunettes, on a une vue « normale », tandis que sans, on se retouve avec une forte loupe intégrée. On peut ainsi accéder directement à des détails hors de portée de la plupart des gens.

Pour peu qu’on soit amateur de nature (entomologiste dans mon cas), cette capacité est une bénédiction. Avec les années, je commence à devenir presbyte, et cela a pour effet de réduire ma myopie, ce qui est pénible. Si je pouvais me faire opérer pour réaccentuer cette myopie, j’en serai ravi.

Pour résumer, je crois que chercher à percevoir dans la nature les détails les plus fins et apprécier les impressionnistes est difficilement compatible !

Article: Détails à propos du fonctionnement de Cuk.ch

@ FT’e

J’en suis bien conscient, mais je suis indépendant en informatique, bien meilleur technicien que commercial, je manque parfois de boulot, et j’aimerais élargir mon champ de compétences.

C’est pour cette raison, entre autres, que RoR m’intéresse : les compétences PHP sont extrêmement répandues, ce qui n’est pas le cas pour RoR. Il doit donc être plus facile de trouver des missions RoR, même si la demande est moindre !

Article: Cent sans sang… ou la der des ders!

Merci à toi TTE, pour tes nombreuses contributions. Comme cela a été dit déjà dit à plusieurs reprises, n’hésite pas à changer d’avis ; on ne t’en voudra pas;-))

Cette dernière humeur représente un exploit, à mon échelle : pour la première et probablement unique fois, j’ai lu un commentaire d’Okazou sans déplaisir !

Article: Une délinquance programmée?
Bigalo
, le 06.03.2009 à 09:26
[modifier]
Article: Une délinquance programmée?

c’était un être de chaire et de sang

de chaire, dis-tu, un universitaire donc ?

Trêve de plaisanterie, ma réaction a été la même que celle de Rémy : la conclusion de Roger qu’il s’agissait de dealers, en voyant ces 2 jeunes fouillés par la police me paraît hâtive. Le contrôle ne pouvait-il pas résulter d’un simple délit de faciès ?

Article: Clim’ City, un somptueux Sim City environnemental et pédagogique

@ Kermorvan

Impossible de discuter avec toi ;-(

Tu dérives systématiquement au lieu de répondre aux arguments qui te sont soumis. Je suis intervenu de façon suffisamment détaillé dans un débat sur le racisme, à l’occasion de l’élection d’Obama, pour ne pas éprouver le besoin de revenir sur ce thème.

Quand je parles de calamité, je fais référence à l’humanité entière, et pas à tel ou tel groupe.

Tu réponds avec ce qu’a fait l’Allemagne nazie ; c’est complètement hors sujet.

J’arrête là, puisqu’il est apparemment impossible d’avoir un échange suivi avec toi.

Article: Clim’ City, un somptueux Sim City environnemental et pédagogique

@ Kermorvan

Prises individuellement, il y a de nombreuses personnes sympathiques. Cela n’empêche nullement que globalement, nous sommes une véritable calamité.

J’ai 2 définitions au choix pour l’humanité : le cancer, ou le sida de la planète. C’est moins haineux, tu es content ?

Tu t’obstines à parler de mèdecine et de philosophie naturelles, alors que c’est sans rapport aucun avec mon propos.

Tu n’as jamais entendu dire, peut-être que pour que tous les habitants de la planète puissent avoir le même mode de vie que les Américains, il faudrait les ressources de 6 ou 7 planètes comme la nôtre ?

Le bon sauvage, je connais le mythe moi aussi. Je ne me demande pas s’il est bon ou non. Je constate simplement que le mode de vie des peuples dits primitifs (Indiens d’Amérique, Bushmen, Aborigène, …) est compatible avec le maintien de leur environnement, ce qui n’est plus le cas du nôtre, à nous Occidentaux.

Notre espèce est en train de tout détruire. On finira probablement par en crever d’ici quelques décennies ou quelques siècles, ce qui n’est pas bien grave, mais d’ici là que de dégâts nous aurons encore fait !

La principale (sinon l’unique) différence entre nous est que tu considères l’Homme comme un être supérieur à tout le reste, qui peut exploiter ou détruire toutes les ressources auxquelles il est capable d’accéder, tandis que j’estime que nous ne sommes qu’une espèce parmi d’autres, sans valeur particulière.

La disparition d’une espèce comme les Gorilles, les Orangs-Outangs ou les Chimpanzés (pour citer des espèces emblématiques) me paraît un drame bien plus grand qu’un quelconque cataclysme provoquant la mort d’un humain sur 1000. Dans un cas, il s’agit d’une perte définitive ; dans l’autre d’un drame effroyable pour la région concernée, mais sans incidence sur la survie de l’espèce.

PS – J’avais essayé de poster ce commentaire un peu après minuit, mais je n’arrivais pas à accéder à Cuk.ch, malgré plusieurs tentatives jusqu’à 1h30 . Je vois avec plaisir que tout est rentré dans l’ordre.

Article: Clim’ City, un somptueux Sim City environnemental et pédagogique

Je ne vois pas ce qu’il y a de naîf :

philosophie naturelle, contraception naturelle, médecine naturelle…

sont des concept humains. Je n’ai jamais employé l’adjectif « naturel ». La Nature se suffit à elle-même, et pourrait fort bien se passer de l’ignoble parasite qu’est devenue notre espèce.

Article: Clim’ City, un somptueux Sim City environnemental et pédagogique

Kermorvan

C’est bien ce que je craignais ;-(

Pendant quelques millions d’années, les différentes espèces du genre Homo se sont comportées comme n’importe autre espèce animale, subissant les contraintes climatiques, les prédateurs, et toutes les contraintes, ce qui aboutissait à un équilibre.

Depuis quelques milliers d’années, Homo sapiens a appris à faire des réserves (agriculture), à se protéger du froid, de la chaleur, des prédateurs, et sa population s’est développée très au-delà du raisonnable.

Nous sommes devenus une espèce invasive, comme par exemple Caulerpa taxifolia (cette algue probablement « échappée » du musée océanographique de Monaco, qui envahit de nombreuses zones en Méditerranée, en détruisant tout sur son passage).

Il n’y a pas de quoi être fier d’avoir réussi à s’affranchir des contraintes de la Nature. Grâce à nous, le rythme de disparition des espèces animales et végétales a été multiplié par un facteur 100. Voici un lien parmi beaucoup d’autres.

Cette disparition accélérée des espèces est due le plus souvent à la destruction de leurs milieux, en particulier les zones humides.

L’un des derniers exploits de l’humanité est la destruction de forêts primaires tropicales (un des milieux les plus riches en matière de biodiversité) pour les remplacer par des plantations de biocarburants. C’est ce que certains osent considérer comme un comportement écologique !

Hé bien franchement, je le répète, il n’y a pas de quoi être fier, et ta citation de Primo Levi me donne envie de vomir.

Article: Clim’ City, un somptueux Sim City environnemental et pédagogique

……et j’appréciai la conquête que peut représenter, dans l’histoire de la pensée humaine, d’arriver à ne plus voir dans la nature un modèle à suivre, mais un bloc informe à sculpter, ou un ennemi à qui s’opposer. (Primo Lévi, La trêve)

J’ose espérer que c’est à prendre au second degré !

Article: Résultats financiers d’Apple, premier trimestre 2009 et Macworld

… ou parce que le design est cool et que la machine offre de bonnes performances vis-à-vis de la concurrence ?

En matière de performances, depuis qu’Apple est passé sur Intel, les écarts avec les PC ne peuvent plus être très importants dans un sens ou dans l’autre. Selon moi, ce ne peut donc qu’être un critère marginal.

Le design ? C’est un plus, mais vaut-il la différence de prix entre un MacBook Pro et un Dell avec un équipement comparable. J’ai du mal à y croire. En clair un fabriquant de PC capable de faire aussi bien qu’Apple en matière de design pourrait-il vendre ses machines au même prix. Je n’y crois pas.

Selon moi la différence fondamentale entre Mac et PC est purement logicielle : agrément de Mac OS par rapport à Windows et absence quasi totale de virus, en particulier.

Article: Résultats financiers d’Apple, premier trimestre 2009 et Macworld

Une question : sur les machines à processeur Intel, OpenOffice et NeoOffice fonctionnent bien. Est-il nécessaire d’acheter la suite MicroTruc ?

Cela dépend de ce que l’on fait avec. Le langage associé qui permet de développer des applications verticales pour les entreprises n’est pas le même.

De mon point de vue, c’est rédhibitoire !

Article: Résultats financiers d’Apple, premier trimestre 2009 et Macworld

Bigalo: OK, l’anniversaire est aujourd’hui… mais on parie combien qu’Apple ne dira rien (ainsi que les médias en général)?

C’est demain ! D’accord avec toi en ce qui concerne Apple. J’ai lu (je ne sais plus où) il y a quelques semaines une réponse de Steve Jobs sur ce thème, disant que dans cette industrie, il fallait regarder vers l’avenir, et pas vers le passé.

Par contre, je pense qu’il y aura des articles dans la presse.

Enfin, pour les présentations, souviens-toi de l’école… moi j’avais des profs qui écrivaient avec de la craie blanche sur de l’ardoise noire… ça me semblait donc sympa

Je n’avais pas songé à cet aspect, mais de mon point de vue, il est contre-productif. Je n’ai jamais été très sociable, encore moins enfant. Les premières semaines ou les premiers mois où j’allias à l’école primaire, je disais tous les mains « Je préfèrerais mourir qu’aller à l’école ». Même maintenant, je considère qu’en France au moins, tout ce qui précède la Fac est une catastrophe. J’estime que le lycée tel que je l’ai connu (j’ai passé le bac en 72) était un bagne.

Il y avait 2 types de matières : celles qui m’intéressaient et où s’emmerdait parce que cela n’allait jamais assez vite, et les autres qu’on subissait en attendant que le cours se termine enfin.

Par ailleurs, je trouve insupportable l’incidence de la personnalité du prof et du rapport de sympathie (ou d’antipathie) prof-élève.

Vive les cours en amphi, où le prof ne connaît pas individuellement les étudiants.

Ceci dit, de mon point de vue, dès qu’on a la maturité suffisante, la meilleure façon d’apprendre, c’est tout seul dans on coin avec des bouquins (ou des sites Web, le cas échéant).