Profitez des offres Memoirevive.ch!

Commentaires récents

Rechercher dans les commentaires:  

Résultats pour l'auteur: fvrun
4 commentaires trouvés.
Article: Prise en mains du Canon EOS 5D Mark IV

Plus d’excuse ! Dorénavant, DxO commercialise une excellente petite pochette qui se fixe à la ceinture ! :-)

Même avec ce genre de chose que je n’apprécie guère, je passe.

Sans nier les capacités du ONE, celui-ci m’est d’aucune utilité. Soit je shoote au reflex, soit avec le smartphone pour de l’occasionnel. Sans compter que côté finance, cela ne passerait pas. Alors, acheter 500€ un appareil qui me servira quelques fois par an seulement, quel intérêt ? Maintenant, si on me l’offre… :-) Ou si son prix était moindre.

Article: Prise en mains du Canon EOS 5D Mark IV

Moi aussi j’ai lu cet article avec amusement.

Je ne suis pas aussi affirmatif que Vibert quand il affirme que Canon est le nec le plus ultra of the world et que le reste, ce n’est pas bon, voire de la me… Pas convaincu non plus que les menus Canon soit hyper intuitifs.
Perso, je suis Pentax et c’est une grosse question d’habitude. Passer des menus d’une marque à une autre demande une adaptation pour que l’on soit à l’aise.

Les prix augmentent partout. Une partie est due à la hausse récente et durable du Yen par rapport à l’Euro et au dollar. Si un prix est augmenté de 8 à 15% par rapport à l’ancien tarif, c’est dû à cela. Au-delà… Si on ajoute au plus l’effondrement mondial du marché photo qui fait que le volume ne compense pas les bas prix, c’est un peu inévitable. Mais que cela fait mal à nos porte-monnaie !!!

Le mythe du mirrorless « tellement moins lourd » est, selon moi, en train de s’effondrer quelque peu. Le poids des optiques ne peut pas vraiment baisser, à moins de sacrifier en qualité. Le poids du boîtier, débarrassé du pentaprisme, est des plus intéressants. Mais il faut des batteries supplémentaires pour tenir la journée (ou une séance studio).
Sans compter l’EVF auquel je ne suis jamais arrivé à m’habituer. Un jour, ce truc aurait des progrès suffisamment considérables (entre celui du Dimage 7i de Minolta et les actuels, la différence est plus que notable) pour qu’il remplace réellement la visée optique. À ce jour, je ne suis pas convaincu. Aussi bien par celui employé par Sony que par Fuji (d’origine Epson).

@Gilles : le One ne tient pas dans ma poche de jean quand j’ai déjà le portefeuille et les clés dans l’une et le smartphone dans l’autre. :-) . Après, si la qualité du One est excellente, le smartphone reste supportable pour les petits clichés de tous les jours.

Article: C’est partout comme ça en France?

@F. Cuneo

Merci de votre réponse. J’avoue, il y a eu un peu de provocation de ma part.

Il n’en reste pas moins que, pour la première fois, j’ai ressenti un certain malaise à vous lire. Quelques amalgames sont fait et cela m’a gêné. Certes, il y a des rectifications, mais après que l’idée première soit passée, comme là :
« vous payez trois fois moins cher que nous » >> les abonnements aux FAI je suppose puisque vous évoquez les tarifs de ces derniers juste avant),
« mais alors que les prestations sont à l’avenant! (…) on nous le fait payer bonbon (25 € pour 4 jours par exemple ici, à Center Parcs) et il est tout simplement catastrophique. » >> sauf que la prestation Center Parcs n’a rien à voir avec la prestation du FAI, contrairement à ce que votre rédaction première laisse supposer.

Ensuite, le coté lamentable de la France, c’est ce qu’on peut lire plus ou moins directement des derniers paragraphes : »Franchement, venez en Suisse découvrir la bête 3G, et on rediscutera.
J’ai un peu l’impression que la France, dans le domaine, se comporte comme elle le fait avec le train: un TGV magnifique pour montrer la haute technologie, mais hors cela, des connexions lamentables. 
»
Que doit-on en déduire à part que la France est lamentable car elle met en avant de la haute techno alors que rien ne suit derrière. Alors qu’en Suisse…

Bref, c’est sur cette forme d’écriture que je j’ai ressenti un malaise. Pas sur le fond car j’en partage une partie.

Le coup du hotspot de Diego, je l’ai rencontré aussi avec Bytel. Exactement la même chose, il fallait là aussi dipsoser d’une ligne chez l’opérateur pour activer. Tout est fait pour maintenir le client captif. Il y a encore un gros problème de gestion du client. L’arrivée de Free aura au moins permit de faire bouger un peu les lignes. Mais y’a encore du boulot.
Mais la France n’est pas la seule à raisonner avec la notion du client captif qui lui appartient et dont il dispose à sa guise. Ailleurs aussi, c’est souvent pareil. Mais c’est lamentable.

Je remercie Diego. Son intervention et sa conclusion sont justes. Et il a raison avec son « un partout, la balle au centre. »

Au fait, c’est quel opérateur NFR ? En France, je en le connais pas. Et oui, dans le cadre du roaming, les opérateurs locaux ont toujours tendance à limiter le débits des opérateurs étrangers. Ça fonctionne, mais un « peu » moins bien. Je l’ai vu en Italie, en Espagne et en Suisse.

Sur ce, je m’en vais relire mes Little Kevin, histoire de me dire que Coyote va me manquer…

Article: C’est partout comme ça en France?

Depuis le temps que je vous lis, une réaction pour la première fois.

En quoi la politique d’organismes privées sont le résultat d’un supposé archaisme des FAI français ? Puisque vous nommez Center Parcs, cette société décide elle seule de la forme dont va prendre l’accès à internet dans ses domaines.
– Si elle décide d’en faire un accès ultra cher, ce n’est pas la faute de l’infrastructure des opérateurs mais bien suite à des décisions commerciales propres. Les petits profits font les frandes rivières. Les sociétés prennent les usagers potentiels comme des pompes à fric.
– Si elle décide d’utiliser un portail avec mot de passe pour permettre l’accès à internet (ce qui est contraignant je l’avoue), c’est pour le motif déviter les abus d’utilisateurs non prévus ou qui dépasseraient le forfait payé. Mais cette façon de faire, je l’ai rencontré aussi bien en France, en italie, en Espagne, à Maurice… ou dans ce si beau pays qu’est la Suisse. Mais ce n’est pas une raison pour laquelle je gloserais sur un éventuel archaisme suisse ou sur l’idée qu’il faille bien compenser la chereté des produits internet !

Sur la 3G ou la 4G…
Je ne sais pas à combien ont été vendu les licences en Suisse, mais en France, les coûts ont été excessif, abusifs même. Résultat, les opérateurs ont préféré se concentrer sur les territoires à forte densité de population dans un premier temps.
De plus, la législlation est devenue compliqué. Obtenir des droits pour les antennes est difficile, très difficile. Il faut 6 à 9 mois avant d’avoir une autorisation et le nombre de refus pour des des motifs de préservation de la santé ou d’écologie est en constante augmentation.
Sans compter que le territoire est sensiblement plus vaste que le territoire Suisse, ce qui augmente considérablement le nombre d’antennes nécessaire pour couvrir convenablement.
On peut aussi gloser sur l’augmentation constante du traffic et donc du débit nécessaire.

Quand à donner des solutions… Faisant parti de ce pays qui semble si lamentable, je me sens mal placé.

Heureusement, en Suisse tout est parfait :))
Amicalement.