Profitez des offres Memoirevive.ch!
2 grandes figures nous ont quittés, un article de Thierry

Un article intéressant d'un lecteur occasionnel, Thierry, et un discours qu'il nous fait connaître qui l'est tout autant.

Je cède la parole à Thierry.


 

Il est des coïncidences macabres. Je voulais parler ce matin d'une disparition, mais l'actualité est telle que ce sont deux grandes figures qui nous ont quittés, Frederick Sanger et Doris Lessing. Même, si elles n'oeuvraient pas dans le même monde (et je ne suis même pas sûr qu'elles ne se soient jamais rencontrées malgré leur nationalité identique), elles partageaient une éthique de vie basée sur la simplicité et la discrétion qui force l'admiration.

Le premier n'est pas connu de la majeure parti du public. Pourtant, il a obtenu deux prix Nobel de chimie, le premier pour avoir découvert la structure de l'insuline et le second pour avoir mis au point une méthode permettant de déchiffrer notre patrimoine génétique et la possibilité de diagnostiquer l'ensemble des maladies génétiques.  Au-delà des révolutions que ses travaux ont apportées, l'homme était d'une modestie et d'une simplicité que d'autres devraient prendre comme exemple.

 

Doris Lessing est plus connue du public et c'était à elle que cette nouvelle était consacrée. Je sais que de nombreux lecteurs de Cuk aiment non seulement la belle photo mais également la littérature, les beaux textes et placent la qualité littéraire et sa signification très haut dans leur échelle de valeurs.

La disparition de D. Lessing m'a permis de découvrir le discours qu'elle avait écrit lors de la remise de son prix Nobel (pour être honnête, je n'avais jamais eu l'occasion de le lire auparavant).

Comme je ne veux pas avoir de problème de copyright, je vous donne le lien ici

Oui ce texte est long, très long, mais le temps que vous prendrez à le lire ne sera pas perdu. On ne sort pas indifférent de ce discours et comme l'oeuvre de cet écrivain, le texte est intemporel et malheureusement le restera longtemps.

 

Dans une société ou tout message doit être résumé, simplifié, prédigéré  pour devenir un squelette d'information qui ne donne aucune ouverture à la réflexion, ce texte est comme une bouffée d'oxygène.

 

Thierry

10 commentaires
1)
JPO1
, le 28.11.2013 à 07:56
[modifier]

Merci Thierry. Ces deux décès m’avaient échappé. Je viens de lire le poignant discours de Doris Lessing aux Nobel grâce à ton écrit. Je le répands. Quant à Frederick Sanger je ne le connaissais pas mais je vais m’employer à mieux le connaître.

3)
M.G.
, le 28.11.2013 à 11:27
[modifier]

Merci Thierry, merci François.

Dur, de lire un tel texte le matin au réveil. Quelle leçon !

Cette pauvre jeune femme qui chemine dans la poussière en rêvant d’une éducation pour ses enfants, croyons-nous être mieux qu’elle – nous qui sommes gavés de nourriture, avec nos placards pleins de vêtements, et qui étouffons sous le superflu ?

Ce vécu d’Afrique de l’Est est très proche de certaines scènes vécues en brousse, ici au Sénégal, aujourd’hui.

Au même moment, les étudiants “nantis” ne lisent plus, malgré les gigantesques bibliothèques mises à leur disposition. L’Internet est passé par là, ce monstre dévoreur de temps, qui nous est pourtant devenu indispensable. Quel paradoxe !

4)
Costi
, le 28.11.2013 à 17:49
[modifier]

Intéressant, merci Thierry. PS: Ce serait bien de relire l’article et de corriger les fôtes d’aurtografe et de syntaxe…

6)
yfic17
, le 28.11.2013 à 21:15
[modifier]

Je ne connaissais pas Doris Lessing. J’ai lu son discours particulièrement prenant. En le lisant, je pensais au livre que je lis actuellement : les neurones de la lecture. Ce livre est absolument passionnant sur la façon, dont notre cerveau fait pour décrypter ces sigles formant les mots !

7)
soizic
, le 29.11.2013 à 07:59
[modifier]

C’est un texte admirable qui nous fait réfléchir ; mais au delà de la réflexion, il y a l’efficacité : que pouvons nous faire réellement nous (moi) qui pourrions donner tellement de livres ? Avez-vous des renseignements pratiques ?

8)
ggkrail
, le 29.11.2013 à 11:40
[modifier]

Dans le même thème que le texte proposé, c’est à dire l’accès à l’école, aux livres, à la culture, au monde, je suis allé voir et écouter Olivier Föllmi. Je ne sais pas comment insérer un lien dans mon commentaire, mais une simple recherche vous donnera les informations. Il est en Suisse romande ces jours (le 3 décembre à Epalinges entre autres dates), pour parler de son expérience au Zanskar et des ses réflexions sur le monde, tout en nous présentant des images toujours aussi belles.

Allez-y, cela en vaut vraiment la peine.

9)
ismos
, le 29.11.2013 à 18:01
[modifier]

@Soizic

Cela n’est pas simple. Dans des pays ou la corruption est monnaie courante et dans lesquels l’absence d’éducation est la manière dont les gouvernements veulent s’affranchir de toute rébellion, il est toujours compliqué d’aider directement les personnes dans le besoin

Il existe des ONG qui travaillent un peu partout dans le monde pour promouvoir une éducation minimale aux populations dans le besoin. Je pense que c’est en les aidant que l’on peux, à notre niveau, intervenir

T

10)
M.G.
, le 29.11.2013 à 22:57
[modifier]

Cela n’est pas simple. Dans des pays ou la corruption est monnaie courante et dans lesquels l’absence d’éducation est la manière dont les gouvernements veulent s’affranchir de toute rébellion, il est toujours compliqué d’aider directement les personnes dans le besoin

Je confirme. Souvenir d’une journée du 8 octobre pour laquelle mon Club LIONS avait fait réaliser 100 000 cahiers par un industriel dakarois avec une couverture de notre cru illustrant Sight First, la cause mondiale de l’époque.

Le ministère de l’éducation avait absolument tenu à ce que le don soit fait entre ses mains, avec promesse de redistribution dans toutes les écoles à travers le Sénégal. Résultat : nous avons retrouvé Dakar inondée de ces cahiers, vendus par les « Librairies par terre », autrement dit sur les trottoirs de Dakar. Aucun élève de brousse n’a évidemment bénéficié de ces cahiers.