Profitez des offres Memoirevive.ch!
L’homme aux 60’000 passeports: Carl Lutz

 Quelqu’un me demandait le mois dernier où je trouvais tous ces hommes particuliers et peu connus du grand public. Cela dépend. Pour ce qui est de Carl Lutz, je l’avais découvert en 1995. Le 8 mai 1995, cinquantième anniversaire de la fin de la Deuxième guerre mondiale, à la Cathédrale de Berne, l’alors président de la confédération Kaspar Villiger présentait les excuses officielles de la Suisse pour son comportement face aux juifs pendant la guerre.

La rédaction du Journal télévisé avait alors décidé d’honorer de son côté des Suisses qui avaient œuvré contre le courant et sauvé des juifs en dépit de toutes les consignes. J’avais ainsi été chargée de faire une série de portraits, dont celui de Louis Haefliger, dont je vous ai parlé ici il y a quelques mois et celui de Carl Lutz.

Le temps passe, et on finit par oublier un peu, et puis quelque chose vient vous rappeler un de ces personnages dont vous vous êtes occupé: récemment à Londres, chez un bouquiniste, je suis tombée sur la biographie de Carl Lutz en anglais, hier j’ai découvert qu’elle existe aussi en français. Je l’ai lue d’une traite: c’est un récit incroyable, dont la partie qui nous concerne ici est particulièrement impressionnante. Je vais essayer de vous en donner un aperçu, je vous encourage à lire le livre pour en savoir plus.

 image

Carl Lutz: un diplomate tranquille, qui n'avait l'air de rien, pourvu d'un solide sens de l'humour {auteur inconnu).

 Carl Lutz était appenzellois. Il était né le 30 mars 1895 é Walzenhausen. Après un apprentissage de commerce, il a émigré aux Etats-Unis en 1913 – la Suisse était encore à l’époque un pays pauvre, et les Appenzellois en particulier émigraient en assez grand nombre. Après cinq ans comme ouvrier dans l’Illinois, il a eu la possibilité de faire des études, et il a passé deux ans dans une université du Missouri.

Dès 1920, il a travaillé, d’abord en tant que subalterne, puis comme employé, tout en poursuivant des études, à l’Ambassade de Suisse à Washington. Il a obtenu une licence ès lettres en 1924. Il a ensuite continué à travailler dans le corps diplomatique suisse pendant toute sa vie active.

De 1936 à1941, il représentait les intérêts tant suisses qu’allemands en Palestine; d’une part c’est ce qui l’a sensibilité aux problèmes des juifs (il n’était pas juif lui-même), et d’autre part il a si bien défendu les veuves et les orphelins d’Allemands en situation difficile que les autorités allemandes ont gardé pour lui un certain respect.

En 1941, il a été envoyé à Budapest, comme “Directeur de la section des intérêts étrangers à la légation suisse de Budapest”. En tant que tel, il représentait en Hongrie les intérêts de quatorze nations, et était chargé de la protection des citoyens de ces pays (Américains, Anglais, Roumains, etc.).

image

Le personnel du consulat de Suisse à Budapest en 1942. Carl Lutz est au centre (auteur inconnu).

Il faut savoir que si la Hongrie s’était engagée aux côtés des Allemands, c’est surtout en envoyant des soldats aux divers fronts (dont la plupart ne sont jamais revenus); le pays n’était pas occupé.

Les juifs ont mené, jusqu’en 1944, une existence inquiète, mais relativement épargnée. Avant 1944, Lutz avait déjà organisé le transfert de quelque 10’000 juifs en Palestine.

Et puis, le 19 mars 1944, l'armée allemande a envahi la Hongrie.

Aussitôt, les persécutions des juifs se sont mises en place, puis se sont intensifiées. Le 15 mai les déportations vers Auschwitz ont commencé.

Lutz a aussitôt placé sous la protection diplomatique de la Suisse le personnel du Conseil juif pour la Palestine et l’a rebaptisé “Département de l’émigration de la légation suisse”. Il a recruté des volontaires, le personnel de ce nouveau département a ainsi passé de 15 à 150. Et ils se sont mis à l’oeuvre.

image

Devant le consulat de Suisse, appelé «Maison de verre» à cause de ses grandes fenêtre, les Juifs attendent un document qui leur permettra de quitter la Hongrie (photo Carl Lutz)

Le but de Lutz (et de sa femme Gertrude, dont l’histoire parle peu, mais qui était toujours présente, et très active) était de battre de vitesse les déportations. Dans le reste de la Hongrie, cela n’a guère été possible. Il en est allé autrement à Budapest: l’action de Lutz a permis de sauver des dizaines de milliers de personnes.

Pour travailler, Lutz a profité de deux directives officielles. D’une part, les représentants d’Hitler n’ont pas mis en cause le droit de 8’000 juifs d’émigrer vers la Palestine demandé peu avant le début des déportations. Et d’autre part Berne lui a interdit de donner des passeports individuels.

image

Affollement: l'ordre de déportation vient de tomber, les juifs savent que le consulat de Suisse aide: ils se pressent (photo Carl Lutz)

Pas de documents individuels? Lutz a pris note, et a décidé que dans ces cas-là il établirait des documents collectifs (sans consulter Berne), qu’il a appelés “Schutzpass” (passeport de protection). Il regroupait jusqu'à mille personnes sur un passeport. D’autre part, il a utilisé les 8’000 autorisations d’émigrer en les multipliant. Les autorisations, numérotées de 1 à 8’000, étaient interprétées comme ayant été données non à huit mille personnes, mais à huit mille familles. Et lorsqu’il n’y en avait plus, on en refabriquait, toujours soigneusement numérotées de 1 à 8’000.

Parallèlement, les juifs en attente d’émigrer étaient disséminés à travers Budapest dans quelques 75 “maisons protégées”, où ils menaient une existence précaire, car leur protection était toute relative. Des volontaires des associations juives s’organisaient pour les nourrir, de même qu’ils s’arrangeaient pour communiquer avec la communauté juive entière, et avec les clandestins (il y en avait beaucoup). Tout cela était financé essentiellement par la caisse personnelle du consul.

image

C'est un document entre passeport et visa, rebaptisé Schutzpass. Puisqu'on a interdit à Lutz d'établir des documents individuels, il joue sur les mots et en fait des documents collectifs.

Fin 1994 ou début 1995, peu avant qu’elle ne meure, j’avais eu l’honneur d’interviewer Mme Gertrude Lutz-Fankhausen. Elle avait épousé Lutz très jeune, avait quelque quinze ans de moins que lui, et ils ont divorcé en 1946. Son expérience l’a é tel point marquée qu’elle a passé sa vie à travailler dans les grandes œuvres humanitaires; à la fin de sa carrière, elle était vice-présidente de l’UNICEF.

image

Gertrude Lutz. Elle a consacré sa vie à l'enfance, aux persécutés, et a été une personnalité en vue des oeuvres humanitaires, très active et très efficace, jusqu'à sa mort en juin 1995 (photographe inconnu).

Elle m’avait raconté les angoisses: tel groupe menacé, tel départ renvoyé, telle famille disparue, sans doute déportée, avant d’être en sécurité, les convois toujours menacés, les SS prêts à arrêter et à tuer… Et la menace ne venait pas seulement des Allemands, mais aussi des gendarmes hongrois et des bandes nazies des Croix-Fléchées hongroises. Pour elle, Carl Lutz, cet homme tranquille à qui on aurait donné le Bon Dieu sans confession, était en fait doté d’un courage de lion, et avait su faire preuve de ruse, d’imagination diplomatique, au-delà du pensable. Il allait parlementer avec les nazis, et on ne savait jamais lorsqu’il partait pour ces entretiens s’il en reviendrait, car il tenait tête à Eichmann et Cie, courtoisement, mais fermement. Il se dépensait sans compter. Il ignorait les ordres de Berne, en accord avec cela avec l’ambassadeur lui-même. 

image

Un quartier de Budapest en ruines, photographié à la sauvette par Carl Lutz.

Il avait par ailleurs essayé de documenter les événements en photographiant, car c’était un photographe passionné. Mais il avait fini par y renoncer après avoir failli être tué un jour où il photographiait deux soldats allemands battant une femme: il s’en était tiré avec la confiscation du matériel, mais avait préfé ne pas courir ce risque-là. Photographier à Budapest en 1944-45 était puni de mort.

Par une activité infatigable de tous les instants, le Département de l’émigration de la légation suisse a réussi à arracher à la déportation quelque 62’000 juifs.

Lorsque l’Armée rouge a libéré la Hongrie, Lutz aurait dû aussitôt partir. Il a bravé les ordres une fois de plus, et il est resté plusieurs semaines pour s’assurer que tous ceux qui étaient sous sa protection étaient en sécurité.

image

Carl et Gertrud Lutz avec un groupe de volontaires peu avant leur rentrée en Suisse en 1945 (photographe inconnu, avec la caméra de Carl Lutz).

Cinquante ans après, en racontant les péripéties de ces sauvetages, Mme Lutz-Fankhausen avait les larmes aux yeux.

«Vous devez être fière de ce que vous avez fait», ai-je remarqué.

Elle a secoué la tête.

«Oui, nous avons réussi à mettre à l’abri beaucoup de monde. Mais ceux qui m’ont tourmentée toute ma vie, ce sont ceux que nous n’avons pas pu sauver.»

Quelques chiffres permettent de mettre en perspective le travail accompli: en 1941, 742’800 juifs vivaient en Hongrie. A Budapest, quelque 124’000 ont survécu à la guerre. Entre le 15 mai et le 9 juillet 1944, 437’402 juifs hongrois sont morts à Auschwitz. Avec l’aide de ses volontaires, Lutz a aidé quelque 62’000 juifs à survivre. Autrement dit, la moitié des survivants devaient leur vie à Lutz.

En été 1945, Carl Lutz est enfin rentré en Suisse.

J’ai été frappée de voir que le Dictionnaire historique de la Suisse prétend que Lutz avait sauvé d’innombrables vies grâce à une action diplomatique et humanitaire qui dépassait son mandat, mais que Berne tolérait.

En fait, Berne n’a rien toléré du tout. L’accueil du Département des affaires étrangères a été glacial. Il avait transgressé toutes les règles, désobéi à tous les ordres. Il a été réprimandé formellement pour avoir outrepassé ses compétences. Pendant plusieurs années, il n’a pas reçu d’affectation, et a dû se contenter de travaux administratifs.

Mme Lutz Fankhauen disait même qu’il avait été mis sur une liste noire. En tout cas, on ne lui faisait pas confiance. On aurait préféré ne plus parler de lui.

Mes les juifs qu’il avait sauvés ne l’entendaient pas de cette oreille.

Son action humanitaire sans précédent a été reconnue des organisations juives dès 1946, et Gertrude et Carl Lutz ont été les premiers Suisses à être inscrits sur la liste des justes. Il a fallu attendre 1958 pour que Lutz reçoive les félicitations du conseiller fédéral Feldmann, alors chef du Département fédéral de justice et police. En 1960, il a été promu consul général titulaire.

image

Mémorial hérigé en l'honneur de Carl Lutz à Budapest: le malheureux est à terre, un ange arrive du ciel pour le sauver. Inscription: secourir un homme, c'est secourir l'humanité entière (photo Martin LaVenture).

Sa commune natale de Walzenhausen l’a promu bourgeois d’honneur, et il a été nominé plusieurs fois pour le prix Nobel de la paix.

Carl Lutz est mort en février 1975; depuis, les honneurs posthumes se sont multipliés.

image

En 2004-2005, on lui a (enfin) consacré une biographie, qui se lit comme un roman, et que je ne peux que conseiller. Ce que j’ai écrit ici n’est qu’un pâle reflet de la vie de cet honnête homme – de ce juste.

 

 

image

Carl Lutz dans les ruines - impeccable comme toujours. Cette photo sortie de sa caméra est peut-être l'oeuvre de sa femme, ou d'un ami. Qui sait?

15 commentaires
1)
Saluki
, le 13.11.2012 à 00:27
[modifier]

Il y deux ans, nous avons passé le Nouvel An à Budapest et nous avions été impressionnés par le monument dédié aux 20 000 pauvres hères qui avaient été jetés dans le Danube par les Croix Fléchées.
J’en avais parlé au début de mon récit ici.
Notre guide ne nous avait pas parlé de Carl Lutz et pourtant elle avait été prolixe sur la fin de la guerre.

3)
ysengrain
, le 13.11.2012 à 07:53
[modifier]

Et pendant que des Justes comme Carl Lutz se comportait en humain, d’autres salauds soit-disant innocemment.

Et pire, le fils du salaud a justifié son père 2 fois: ici, et

4)
bameylan
, le 13.11.2012 à 07:59
[modifier]

Un Juste, simplement… mais que de courage se niche derrière ce vocable.

J’achète le bouquin illico.

Merci Anne.

Bernard Meylan

5)
Lutoblerone
, le 13.11.2012 à 08:41
[modifier]

Merci Anne pour cette nouvelle découverte, avec vous c’est toujours bien écrit, concis et cela donne envie d’aller plus loin. Sinon pour ysengrain, si le fils l’a justifié, il me semble que le petit-fils a fini par faire éclater le carcan du secret familial et dénoncer les comportements du Nain jaune dans “des gens très bien”. Il n’est jamais trop tard pour bien faire.

6)
ysengrain
, le 13.11.2012 à 08:45
[modifier]

@ Lutoblerone: nous sommes totalement d’accord.

Il n’empêche que pendant que des Justes s’activaient, des ordures ont sévi et n’en ont eu aucun regret, remords, ou déclaration tendant à dire: Je me suis trompé.

Au moins Drieu la Rochelle, s’est suicidé en écrivant qu’il s’était trompé et qu’il était un salaud.

7)
Madame Poppins
, le 13.11.2012 à 09:01
[modifier]

“le Dictionnaire historique de la Suisse prétend que Lutz avait sauvé d’innombrables vies grâce à une action diplomatique et humanitaire qui dépassait son mandat, mais que Berne tolérait.”

Pourquoi ne suis-je pas étonnée…. Au surplus, quelle destinée ! Merci, Anne !

8)
guru
, le 13.11.2012 à 09:36
[modifier]

Bah! il n’y a pas que la Suisse… Tout notre monde s’est construit sur l’affrontement des Justes et des salauds,.. mais les justes sont (heureusement) ceux qui ont gagnés la guerre. Que se serait-il passé si la guerre avait tourné autrement ? La diplomatie et la morale sont bien éloignées l’une de l’autre et j’ai l’impression que ça ne s’arrange pas.

Merci Anne pour cette découverte, mais ça me fout le blues qu’il faille faire de l’exhumation pour que cette histoire soit connue.

Et si on en parlait à Spielberg?

9)
Guillôme
, le 13.11.2012 à 10:48
[modifier]

Incroyable ce qu’à fait Carl Lutz, merci Anne ne nous rappeler que l’humain est aussi capable du meilleur!

Rendez-vous compte, n’importe qui aurait déjà trouvé extraordinaire qu’il sauve 8.000 juifs au péril de sa vie! Mais lui, n’écoutant que son courage, a voulu faire à tout prix plus! Mettre une famille par autorisation, réutiliser en boucle l’autorisation…

Et si vous voulez lire un livre exceptionnel sur ce sujet délicat de la Shoah, je vous invite à lire Etre sans destin de Imre Kertesz, un chef d’œuvre.

11)
Argos
, le 13.11.2012 à 12:34
[modifier]

Je suis frappé que ceux qui évoquent les actions de Raoul Wallenberg pour sauver les juifs de Budapest n’évoque que rarement Carl Lutz et que les évocations au sujet de Carl Lutz mentionnent rarement Wallenberg. Action parallèle ? Anne, avez-vous une indication ?

12)
Anne Cuneo
, le 13.11.2012 à 13:30
[modifier]

Je suis frappé que ceux qui évoquent les actions de Raoul Wallenberg pour sauver les juifs de Budapest n’évoque que rarement Carl Lutz et que les évocations au sujet de Carl Lutz mentionnent rarement Wallenberg. Action parallèle ? Anne, avez-vous une indication ?

Figurez-vous que Lutz et Wallenberg ont, pendant quelques semaines ou mois, travaillé la main dans la main, ils se connaissaient. Wallenberg a contribué au sauvetage des juifs «de Lutz», et Lutz au sauvetage des juifs «de Wallenberg».

Le travail de Lutz a été considéré dès 1946 comme «la plus vaste action humanitaire en faveur des juifs persécutés» de la guerre, mais pendant une quinzaine d’années, c’est comme si Lutz avait disparu des mémoires (à part celle des juifs qu’il a sauvés).

Ma théorie c’est qu’il faut en chercher la raison dans l’attitude de la Suisse officielle. Tout comme la Croix Rouge n’a jamais pardonné à Haefliger d’avoir outrepassé son mandat (il avait arraché à la mort quelque 80’000 prisonniers? Oui bon, mais le règlement c’est le règlement), le Département des affaires étrangères n’a pas pardonné à Lutz d’avoir multiplié les passeports et les visas à l’encontre des ordres. Ces ordres étaient surtout donnés pour que la Suisse ne se trouve pas, comme ils disaient, noyée par l’afflux des juifs (l’expression n’est pas de moi) en Suisse. Or Lutz redistribuait ses juifs entre la Palestine, les Etats-Unis, l’Amérique du sud. Peu importe: le règlement est le règlement. Lutz a donc, à un moment où son expérience aurait pu être précieuse – le problème des réfugiés était gigantesque – été rélégué dans des bureaux, puis nommé consul à Bregenz – comme placard, on ne fait pas mieux. Et ce n’est que lorsqu’il est arrivé à la retraite qu’il a reçu le premier remerciement officiel.

Qui sait des pressions discrètes n’ont pas été faites pour qu’on ne s’occupe pas, ne parle pas de Lutz après la guerre? Je ne cède pas au complexe de persécution – nous savons que de telles pressions diplomatiques ont été exercées vis-à-vis de Haefliger. Raison de plus pour Lutz, fonctionnaire fédéral.

13)
Argos
, le 13.11.2012 à 15:10
[modifier]

Vous avez très certainement raison, Anne. Le cas de Lutz me fait penser à un autre, Paul Grüninger, chef de la police à Saint-Gall, qui laissait passer des juifs à la frontière. Ce juste a été poursuivi par les autorités helvétiques et il a fallu en particulier les efforts de Ruth Dreyfuss pour qu’on lui rende enfin justice.