Profitez des offres Memoirevive.ch!
Deux artistes, deux générations, mais un même grand talent !

Il y a quelques jours, j'ai eu la chance de voir deux grands artistes, l'un après l'autre, dans deux "spectacles" très différents.

Le premier, c'est un vieux de la vieille. Acteur populaire très présent sur les écrans il y a quelques années, il s'est fait ensuite plus discret.

Je veux parler de Pierre Richard.

image

Image tirée de Wikipedia

Star française dans les années 70-80 grâce aux films cultes que sont "Le grand blond avec une chaussure noire", "Le retour du grand blond", "La chèvre", "Les compères"... et j'en passe, tous ses rôles ont un même point commun : il est le comique de service, le clown. Avec une bouille rigolote, une dégaine filiforme, il enchaîne gaffe sur gaffe.

Puis, à partir des années 90, il se fait plus rare. On tend presque même à l'oublier.

On le retrouve alors dans des rôles plus tristes, plus mélancoliques. On aurait dit qu'il en avait marre de faire rire.

Pour ma part, il a alors complètement disparu de la circulation. Je me souviens l'avoir revu dans les années 2000 dans le feuilleton télévisé "Sans famille". À nouveau dans un rôle plutôt triste.

image

Image tirée de www.cinemotions.com

Je dois avouer que j'ai toujours eu une affection particulière pour ce personnage, bien que j'ignore vraiment pourquoi... Peut-être parce qu'il m'a tant fait rire dans ma jeunesse... allez savoir.

Et puis l'autre jour, voilà que Puzzo et moi apprenons qu'il va se produire dans un petit théatre à Genève. Comme mes parents venaient nous rendre visite à Genève, nous nous sommes dit que c'était l'occasion de faire une petite sortie.

Nous nous sommes donc procurés des billets pour ce spectacle, intitulé "Franchise Postale".

image

Image tirée du site officiel de Pierre Richard

Quelle belle rencontre. Pierre Richard, à 76 ans, n'a rien perdu de son tonus et de son énergie.

Il arpente la scène pendant une heure et demie, seul (enfin presque, un saxophoniste vient le rejoindre de temps en temps) et s'adresse à son public.

Pourquoi "Franchise Postale" ? Parce que, nous assure l'artiste, tout ce qu'il dit pendant le spectacle est vrai ou presque. Et ce qu'il nous dit, c'est au travers de réponses à son courrier. Il passe donc le spectacle à lire des lettres (à mon avis fictives) et à y répondre.

Ceci donne lieu à de nombreux flashbacks sur sa vie d'acteur, sur les rencontres qu'il a faites au long de sa vie.

Et nous, on l'écoute, attentivement et plutôt passionnément, tant il la raconte bien, sa vie. Et puis, on rit aussi, beaucoup... et parfois, on est moins joyeux. Parce que M. Richard est un clown, certes, mais il est aussi un peu mélancolique parfois, surtout lorsqu'il évoque les gens qu'il a croisé et qui ont aujourd'hui disparu. Il nous parle du star système d'aujourd'hui et de celui d'hier.

On ressort de ce spectacle dans un état étrange. On a l'impression, pendant cette heure et demie, d'avoir pénétré dans l'intimité de l'artiste, d'avoir partagé un morceau de sa vie.

Pierre Richard est un grand artiste, un grand comique, mais aussi quelqu'un d'extrêmement touchant, qui alterne, comme si de rien était, le rire et les larmes.

J'aimais beaucoup ce personnage et maintenant je l'admire pour tout ce qu'il est.

Et puis, le lendemain, nous sommes allés au cinéma voir "The Artist" de Michel Hazanavicius avec Jean Dujardin et Bérénice Bejo.

image

Image tirée de IMdB

Quelle claque ! Quel film !

Déjà, faire du noir et blanc en 2011, il faut oser, mais faire du muet c'est carrément de la folie. Mais le pire, c'est que ça marche !

Le deuxième artiste dont je voulais vous parler aujourd'hui, c'est donc Jean Dujardin.

image

Image tirée de Wikipedia

Dans "Un gars, une fille" il formait un duo explosif avec Alexandra Lamy. J'ai vraiment adoré ces sketchs très courts mais très efficaces.

Lorsque Dujardin est parti faire un tour du côté du cinéma, j'ai été moins convaincu.

Dans "Brice de Nice" il en faisait des tonnes, même si au final c'était assez efficace. Mais ça manquait clairement de subtilité. Tout comme, dans une moindre mesure, dans OSS 117.

Dans Lucky Luke, il était bon, mais le scénario était lamentable.

Et puis voilà qu'arrive The Artist. Jean Dujardin y est tout simplement excellent. Comme Pierre Richard dans son spectacle, Dujardin parvient à nous faire rire, et nous faire pleurer la seconde d'après... et tout ça sans prononcer une seule parole !

Je n'ai pas envie de vous en dire plus sur ce film. Moi j'y suis allé sans rien lire du tout, aucune critique, rien... et j'ai adoré. Alors je me tais et je vous laisse aller le voir.

L'avenir nous dira si j'ai raison et s'il confirmera sa performance, mais Jean Dujardin a tout d'un grand artiste.

Tout ce blabla, somme toute très maladroit, car je ne suis de loin pas un critique, et encore moins une belle plume, pour vous dire mon admiration pour ces deux personnes et vous encourager, si l'occasion se présente à aller les voir, sur scène ou au cinéma.

15 commentaires
1)
fxc
, le 27.10.2011 à 01:01
[modifier]

the artist je l’ai vu en avant première dans un cinéma à l’ancienne, cinéma avec le torchon qui s”ouvre devant l’écran, ou il y a pour moi la magie du cinéma, pas ces multi salles ou les portables restent allumés, ou les gens bouffent des popcorns et boivent de la glace avec du coca dedans en faisant des grands shlurps ou même des pâtes en boites si si.

Après 15 minutes j’avais envie de sortir, quel ennui, j’ai pas pu partir, j’étais tributaire d’un chauffeur… Je ne dis pas que l’acteur est mauvais je dis juste que le film est emm… quel ennui je l’ai supporté jusqu’au bout enfin pas tout à fait, il y a un moment ou cela m”a gonflé et je suis sorti de la salle, j’ai même pas rigolé une seule fois, mes amis cinéphiles avertis m’ont dits…

Le 1° ce film a la télé après qlqs minutes je me bois une “grimbergen” (bière du nord) et je zappe

Le 2° : j’ai cru que cela plaisait aux autres et n’ai rien dit

Ceci n’est que mon opinion, elle est peut-être mauvaise ou je ne suis pas réceptif à ce genre de cinéma, chacun est libre de ses choix.

2)
Puzzo
, le 27.10.2011 à 07:36
[modifier]

Je suis en règle générale très hermétique aux films bizarre ou dit “d’auteur”. The Artist m’a cependant beaucoup plus. Je ne me suis pas du tout ennuyée et j’ai été surprise de voir à quel point les émotions et l’histoire pouvaient passer uniquement à travers l’image sans mots et sans bruitage.

Quant à Pierre Richard, c’était juste fabuleux !

3)
djtrance
, le 27.10.2011 à 07:37
[modifier]

Je plussoie complètement: Pierre Richard, outre le fait qu’il s’est pris beaucoup de claques pour en arriver là (second degré bien sûr, faisant référence à ses nombreux films avec Depardieu où il s’en rammassait plein la…), j’ai eu l’occasion de le découvrir par le biais d’un caviste à Pully (qui était un de mes clients) et je n’en démords pas: lui qui apprécie le bon vin, il s’en est inspiré… Il s’est bonifié avec le temps :)

Quant à Jean Dujardin, la grande classe! Un très bel exemple de réussite parti de presque rien!

4)
Inconnu
, le 27.10.2011 à 07:45
[modifier]

2 artistes, qui ont démarrés dans un registre comique avant de faire du cinéma “plus sérieux”.

5)
Philob
, le 27.10.2011 à 07:46
[modifier]

Ben moi, je me réjouis de le voir ce film; mon rêve serait de le voir dans la salle de Barnabé à Servion (CH), car cette salle à un magnifique, extraordinaire, génial orgue de cinéma; vivement que cela intéresse un compositeur et que Barnabé nous le propose avec de la musique en temps réel.

Mais, si vous avez l’occasion, allez à Servion, il y a chaque année un festival du muet et chaque film est accompagné en direct par l’orgue.

6)
François Cuneo
, le 27.10.2011 à 10:32
[modifier]

@ fxc

Madame K et moi sommes allés voir The Artist, avec sa soeur.

Nous sommes sortis les trois complètement sous le charme.

Pour nous, un film magique.

Pas le moindre ennui. Un film tendre, charmant, souriant, fin.

Pour nous, un grand, un très grand moment de cinéma.

Au point que rentré, j’ai eu envie d’écrire une humeur sur cet ensemble scénario, jeu d’acteurs, prise de risque (un film noir et blanc et muet, faut oser!) qui ne tombe jamais dans la caricature et qui se trouve être juste parfait.

8)
Matkinson
, le 27.10.2011 à 14:16
[modifier]

Allez arrêtez OSS117 c’est fantastique! :) Pas très fin certes, mais qu’est-ce que j’ai pu me marrer.

“Changer le monde ! Quelle drôle d’idée ! Il est très bien comme ça, le monde, pourquoi le changer.”

Du coup j’ai bien envie de le voir ce muet!

Et Philippe Richard…. Toute mon enfance.

9)
Caplan
, le 27.10.2011 à 18:48
[modifier]

Avec Iris, nous avions prévu d’aller voir The Artist ce soir. Nous partons pleins d’espoir! Merci Fabien!

10)
Blues
, le 27.10.2011 à 18:53
[modifier]

J’ai vu pleins d’extraits et d’interviews de “The Artist”; je me réjouis un max d’aller le voir (mais sans être plus que ça fan de Dujardin) par contre dans ce film-là, il y a performance et ce gars-là remonte dans mon estime. On verra par la suite où ses futurs choix vont l’amener.

A propos d’un acteur marrant et tout aussi grinçant (voire Gore) j’ai vu il n’y a pas si longtemps “le vilain” et “Bernie” d’Albert Dupontel, je connaissais pas ce bonhomme, surpris en bien !

11)
Sadique de la forêt
, le 27.10.2011 à 19:42
[modifier]

Alors deux films assez violents à ne pas rater avec Dupontel: La proie et Ne le dit à personne. Dans un autre registre: Deux jours à tuer. Ça ne fait pas très longtemps que je connais cet acteur, mais je le trouve vraiment excellent.

Sinon, The artist, on le verra, c’est sûr, mais ce soir, on part pour Tintin en 3D… Un peu soucis , mais bon, on verra bien.

12)
zit
, le 27.10.2011 à 19:58
[modifier]

Ahhh, Pierre Richard, j’adore, surtout ses films « politiques » comme le Distrait, Je sais rien mais je dirait tout, ou Le jouet (des films qu’il a réalisé, sauf du Jouet, premier film de Francis Weber dont il n’est que producteur) par exemple.

Je garde un très bon souvenir de la dernière folie de Mel Brooks, un burlesque muet, en couleur de 1976, avec en particulier une trépidante poursuite en fauteuils roulants avec Paul Newman (que pourtant j’apprécie modérément) ! Donc, pourquoi pas un muet, quand au N + B, Jarmush est coutumier de nous en montrer un savoureux, donc, pourquoi pas du noir et blanc aussi…

Sinon, je trouve extraordinaire le télescopage, sur la page de cuk :

Sont–ce mes zieux, ou bieeeeen ?

z (qui de toute façon, ne regarde plus de films, depuis un moment, je répêêêêêêêêêête : mais qui apprécie toujours…)

13)
Caplan
, le 27.10.2011 à 23:19
[modifier]

Nous rentrons à l’instant du cinéma. Tout est impeccable, dans ce film: le scénario, les acteurs, la photo:

A certains moments, le look de George Valentin m’a fait penser à Olrik!

Aaah! Bérénice Béjo!

14)
Blues
, le 28.10.2011 à 09:00
[modifier]

Merci “Sadique de la…” pour les 2 Dupontel, je ne vais pas manquer de les louer (ou emprunter)

15)
MarcelPahud
, le 31.10.2011 à 14:49
[modifier]

J’ai vu “The Artist” dimanche dernier et j’en suis ressorti avec des tas de pistes de réflexion sur le métier d’acteur, sur le cinéma, sur le son, sur la musique…

Si le scénario n’est pas révolutionnaire, le simple fait d’oser faire ce qu’à fait l’équipe de M. Hazanavicius, est magnifique. Ensuite de cela, comme il a déjà été dit, l’esthétique est parfaite, la musique excellente et les différentes mises en abîme ne font qu’ajouter à l’immense plaisir qu’à été de voir ce film et d’en ressentir les intenses émotions exacerbées par l’absence de mots.

Autre film vu hier et que je recommande grandement : “Polisse” de Maïwenn, avec notamment un Joey Starr bluffant (et je partais très sceptique quant à sa prestation…)