Profitez des offres Memoirevive.ch!
Sobek

Là où certains n’y verront peut-être qu’un énième jeu de famille, je vois dans Sobek un jeu malin et méchant où vous ne vous ferez peut-être pas que des amis parmi les joueurs autour de la table.

image

Voici le contexte (qui n’est pas forcément la chose la plus marquante du jeu) : Vous êtes en Egypte, vous êtes l’un des marchands qui essaie de gagner le plus d’argent. Pour cela, il vous faudra parfois corrompre… mais pas trop pour éviter de vous faire piéger.

Les règles

Le jeu se joue en 3 manches.

Une manche consiste en une succession de tours où l’on va mettre en vente 8 cartes au marché. Les cartes à dos blanc sont mis face visibles et représentent des marchandises. Les cartes à dos orange sont des personnages et on les dispose face cachée.

image

Le plateau de jeux, les cartes et les pions. Notez la carte orange au fond placée face cachée. Il s’agit d’une carte personnage.

A son tour, un marchand peut :

  • soit récupérer une carte
  • soit utiliser une carte personnage précédemment récupérée
  • soit poser une famille devant lui

Récupérer une carte du marché

Le marchand peut récupérer l’une des 4 premières cartes disponibles au marché. Il prend la carte qu’il désire et la pose dans sa main. S’il y avait des cartes qui précédaient celle qu’il a prise, alors il prend les autres et les posent dans sa pile de corruption. La carte récupérée peut être aussi bien une carte marchandise qu’une carte personnage.

image

Voici quelques exemples de cartes marchandise. Regardez les petits scarabées en haut des cartes. Ils vous permettront de gagner des points. Certaines cartes n’ont pas de scarabées du tout.

Utiliser une carte personnage

Les cartes personnages permettent toutes des actions différentes. Lorsqu’on joue la carte personnage, on la défausse. Je vous expliquerai ci-dessous à quoi correspondent ces cartes.

Poser une famille

On a le droit de poser une famille devant soit uniquement si on possède au moins trois cartes de cette famille. On pose devant soit face visible les cartes de manière verticale de façon à montrer le haut de chacune des cartes. Les cartes personnage peuvent également faire partie d’une famille, il est donc possible de les poser devant soi. Dans ce cas, on ne peut évidemment pas utiliser leur pouvoir.

Lorsqu’on pose une famille, on récupère l’un des jetons actions mis à disposition pour la manche. Cinq jetons sont mis à disposition. Lorsqu’on en choisit un, on doit l’utiliser tout de suite. J’expliquerai également plus tard ce que permettent de faire ces jetons.

image

Voici les petites tuiles actions. On en met 5 à disposition par manche, face cachée. Lorsque le joueur pose une famille, il peut regarder les 5 tuiles et en choisir une.

Lorsque les huit cartes mises en vente sont récupérées, on passe au tour suivant en disposant huit nouvelles cartes sur la table.

La manche prend fin lors que toutes les cartes de la pile ont été vendues. S’il reste des cartes en main des joueurs, il est encore possible de poser ses familles mais cette fois horizontalement. Les conditions restent les mêmes (au minimum trois cartes par famille). Si vous n’arrivez pas à poser les cartes, vous les mettez dans votre pile de corruption.

Les points

Vous l’aurez remarqué, les cartes possèdent des petits symboles scarabées en haut (ou pas d’ailleurs). C’est ces scarabées qui vont vous faire marquer des points. Pour chaque famille, vous comptez le nombre de scarabées x le nombre de cartes composant la famille. Vous avancez du nombre de points sur la piste des scores. Ça, c’est valable pour les cartes posées verticalement.

Pour les cartes posées horizontalement, vous additionnez simplement le nombre de scarabées. Donc, une famille posée en cours de jeu, vous rapportera beaucoup plus qu’une famille posée à la fin de la manche.

Reste maintenant à savoir qui est la personne qui a le plus corrompu… Car la corruption, c’est pas bien. Il faut compter le nombre de cartes dans sa pile de corruption. Le joueur qui en a le plus descend d’un symbole identique par tranche de 10 cartes sur la piste des scores ! Il faut donc vraiment se méfier de sa pile de corruption.

Comment ça, c’est pas claire ? Ben Monsieur, Dame, vous vous reportez aux règles officielles disponible sur le site de l’éditeur qui sont elles très claires et tout vous paraîtra limpide. Allez, je vous ai même sélectionné le passage en question :

image

Le piment du jeu : les personnages et les tuiles

Mais comment peut-on être méchant alors ? En utilisant ces fameuses cartes personnages ou les petites tuiles action. Voici un résumé de certaines cartes que vous pourrez trouver. La liste complète étant très bien expliquée dans les règles du jeu.

Les tuiles actions

  • Crue : Rejouez tout de suite un autre tour
  • Malédiction : Ajoutez ce jeton à la pile de corruption d’un adversaire. Sa pile contient ainsi deux cartes “virtuelles” de plus
  • Embaumement : Reprenez en main les cartes qui se trouvent dans votre pile de corruption
  • ...

Les cartes personnages

  • Marchand : Vous pouvez prendre une carte à disposition n’importe où sans ramasser de cartes corruption
  • Voleur : Volez une carte dans la main d’un adversaire
  • Scribe : Tout vos adversaires réduisent leur main à 6 cartes (ouh… elle fait mal celle-là !)
  • ...

image

Voici quelques exemples de personnages. Les illustrations très réussies font penser à Astérix et Cléopâtre.

Conclusion

Sobek a vraiment un goût de “Reviens-y” : rapide (du moins, c’est l’impression qu’il donne même si une partie peut durer environ 45 minutes), tendu et vicieux. Vous allez faire des petits vacheries à droite à gauche pour gagner le plus de points tout en essayant de saboter vos adversaires. Vous avez souvent le choix entre gagner des points ou en faire perdre aux autres, poser une famille avec un personnage ou utiliser le pouvoir du personnage.

De plus, le matériel est splendide, comme toujours chez GameWorks (Jaipur, Jamaïca, ...). Les mécanismes sont bien pensées et efficaces. Nous prédisons un joli succès à ce jeu édité de part chez nous (GameWorks est à Vevey) et créé non loin d’ici également (Bruno Cathala en Haute-Savoie).

Toutes les photos présentées ici sont tirées du site de l’éditeur.

de 2 à 4 joueurs, dès 8 ans, env. 30-45 min., env. 27 CHF

4 commentaires
2)
Madame Poppins
, le 25.11.2010 à 21:42
[modifier]

J’aime bien : le jeu me paraît très beau et j’adore l’idée d’un truc qui permette d’être “méchant”, depuis le temps que je rêve d’être “Dr. House” :-)))

4)
Puzzo
, le 26.11.2010 à 12:24
[modifier]

Rigolo!… Un peu complexe, les premiers temps, peut-être?

Complexe, le premier tour de jeu. Promis, après c’est très facile. Tu n’as pas un milliard de choix. Ensuite, si tu as des doutes sur les pouvoirs des personnages, tu te réfères aux règles et c’est bon.