Profitez des offres Memoirevive.ch!
Modane à la pêche…

Bon... Je ne vais pas retourner le couteau dans votre plaie en vous parlant de mes préoccupations actuelles, alors j'abrège : calme, nature, zen. Respirer, cuisiner, lire...

Dur

C'est fou l'effort qu'il faut faire pour ne plus penser à autre chose qu'à ce qu'on est en train de faire. Surtout quand on ne fait pas grand-chose, et c'est un euphémisme. L’essentiel, dans cet effort, est de trouver un environnement favorisant la chose.

J'ai d'abord essayé en Bretagne, en retournant chez mon amie Gwenola, qui m'a chaudement remercié d'avoir ramené la pluie qui lui manquait si fort depuis mon départ, l'année dernière. À l'en croire, elle était presque fâchée d'avoir dû supporter tout ce soleil, cette quasi-sécheresse, tout ce beau temps si inhabituel, et il lui tardait que je revienne pour retrouver un peu sa breizheuse météo. Il était donc temps que j'arrive.

Non... Je plaisante! Nous avons eu un temps magnifique, et en l'absence de Madame Modane, qui est à la nature ce que le poil à gratter est à la méditation zen, nous avons pu, Petit Modane et moi, tester les journées de pêche, grimpés sur les rochers ou les pieds dans la vase, droits dans le vent et sous le soleil.

La pêche, c'est un drôle de truc... Les idées reçues veulent qu'on y attrape des poissons. Et des paires de cornes. Pour les cornes, la Bretagne a ceci de pratique que le vent vous les arrache vite. Et que beaucoup de jolies bretonnes semblent avoir un marin de retard.

En ce qui concerne le poisson, je peux vous assurer que c'est très exagéré. Du poisson, il y en a. Certainement. On en voit sur les marchés, aux étals de poissonniers et aux menus des restaurants. On en voit aussi les alevins dans les flaques. Mais au bout des lignes, moins. Ou peu. Voire pas. Bref, à Petit Modane  qui a « réussi à choper une petite vieille », je rappelle qu'il faut souligner la majuscule de Vieille, faute de quoi on passe de pêcheur débutant à vilain délinquant...

 

image
une Vieille...

Quant à moi, je resterai le seul pêcheur de crabe à la ligne à lancer, avec un score d'une étrille et un tourteau. Un habitué qui me regardait pêcher m'a dit que mon matériel était fort bon, et que « ce devait être ma canne qui était mal emmanchée ». Ce dont je suis bien obligé de convenir, même en étant, après réflexion, le seul manche envisageable dans cette expression...

Mais j'ai tout compris!...

Si j'ai bien compris, la pêche consiste à jeter des trucs dans l'eau, qui ensuite flottent, ou pas. Savoir les reconnaître est un premier objectif dans l'apprentissage de ce sport immensément et injustement sous-estimé.

En ce qui concerne ceux qui flottent, il faut leur rajouter du plomb afin qu'ils flottent moins. C'est primordial, car si on oublie de lester, ils ne s'accrochent plus aux rochers et on perd alors l'occasion si peu courante, et si intéressante, de les dégager en agitant frénétiquement la canne dans tous les sens, ce qui semble attirer la considération perplexe des autochtones. Après quelques minutes d'efforts, on réussit alors à casser le fil, ce qui nous donne une chance de refaire des noeuds dans la ligne qu'on remonte afin de la recasser très vite avec un autre flotteur.

Cette méthode de pêche est réservée aux méticuleux désireux de se gâter les nerfs. On peut corser le sport en oubliant ses lunettes, le montage des lignes devenant alors un jeu de hasard, ou en les faisant tomber du rocher où l'on pêche, ce qui oblige à rester jusqu'à marée basse pour fouiller les algues, occasion inespérée alors d'une chasse au trésor en famille, ce qui détend l'atmosphère. Je n'ai malheureusement pas expérimenté cette version familiale, faute de Madame Modane, qui est par ailleurs à la pêche ce que la sono d'AC-DC est à l'élevage des papillons. Je me réserve bien sûr pour l'année prochaine.

En ce qui concerne ceux, des trucs à lancer dans l'eau, qui ne flottent pas, cela s'appelle des leurres. Un leurre est un bout de plastique biscornu représentant un bout de plastique biscornu. Il en existe de toutes formes et de toutes couleurs, et ces appâts artificiels semblent remarquablement efficaces, surtout suspendus aux rayons de votre boutique de pêche où ils chatoient de mille couleurs.

À ce propos, je dois souligner l'extrême bonne humeur qui a animé mon négociant de matériel spécialisé tout au long de mon séjour. J'ai vu son sourire s'élargir de visite en visite, jusqu'à la dernière, où il semblait carrément suffoquer de bonheur, lui et ses amis qu'il avait invités, et qui m'ont raccompagné jusqu'à ma voiture en me félicitant comme quoi un pêcheur comme moi, ils n'en avaient quand même que rarement vu.

Plébiscité ainsi que je suis, je vais donc persévérer. Quand on a du talent, et un public...

image
Un exemple de lieu de pêche, mais pas au milieu. On peut aller un peu à gauche... On peut aussi aller à droite...

Mais revenons à la technique.

Le "Leurre", donc, ressemble comme deux gouttes d'eau à un petit poisson. Cette ressemblance quasi-absolue permet, je pense,  de n'attraper que les poissons carnassiers malvoyants. C'est donc un système de pêche écologique. D'autant qu'il est absolument inefficace, ce dont j'aurais pu me douter, n'ayant jamais vu un poisson avec des lunettes.

Le Leurre est pourvu d'un hameçon géant et acéré permettant de le retrouver à coup sûr dans la boîte à pêche encombrée de chiffons par simple tâtonnement. L'extraire ensuite du doigt est un jeu d'enfant à qui sait un peu manier l'Opinel.

Il se fixe par un noeud de demi-baril, très difficile à faire, et qui a l'étrange particularité d'être soluble dans l'eau et de larguer le leurre au premier jeter. Ce qui présente l'avantage de ne jamais lancer deux fois le même leurre. À l'analyse, je pense que sinon le poisson s'habituerait, et les résultats s'en ressentiraient! Un désavantage, tout de même : une fois un peu initié à cette technique de pêche, on s'aperçoit qu'il est nécessaire de les acheter en gros et que la malle nécessaire à les ranger est un peu délicate à manier sur les rochers. Surtout la marée haute revenue, au niveau du gué.

Méthodologie...

Le leurre se lance à l'aide d'une canne à lancer. Pour en expliquer le maniement, on doit commencer par tenir le fil avec l'index contre la canne. On doit ensuite précautionneusement libérer le frein du moulinet. Là, on fait une « Perruque ». « Faire une Perruque » consiste à emmêler en une fraction de seconde trente mètres de fil en une boule de noeuds vicieux et rétifs coincée dans votre moulinet. Pour ceux qui s'y connaissent, je dois, sans forfanterie aucune, annoncer que peu de gens arrivent à m'y battre, à la perruque. Je suis un maître. Mes perruques sont denses et indomptables.

La perruque faite, donc, on coupe le fil avant et après, et on fait un noeud de baril pour rabouter. Entier, le baril, cette fois. Une sorte de double demi-baril, doublement soluble, donc. On recoince le fil avec l'index, on libère le machin qui cliquette, on prend son élan vers l'arrière, et on jette le leurre de toutes ses forces vers le large, ainsi que toute chose qu'on aurait laissé traîner derrière soi et accroché fortuitement mais avec enthousiasme, femme, enfants, veau, vaches, cochons, clés de voiture. Ce qui me permet, en digressant, et je m'en excuse, de remercier Monsieur Yann - Erwan Nédélec, garagiste à Plonévez du Traou, pour l' efficacité et le professionnalisme dont il a fait preuve à cette occasion, et surtout à cette heure tardive.

À ce moment du lancer, soit on a fait un bon noeud de baril, il se dissout et on ramène rapidement le fil pour fixer un nouveau leurre à jeter, et tout va bien, soit on l'a un peu raté, on n'est pas toujours au top, et on ramène difficilement une chose visqueuse, bariolée qui parfois essaie de vous mordre en gigotant sur le granit.

Évidemment, ce n'est qu'un incident très rare. En ce qui me concerne, on me l'a juste raconté, et je pencherais volontiers pour une légende locale. Mais heureusement, à ce qu'on m'a dit, il suffit de remettre ce truc à l'eau pour que la pêche, occasion de retour vers notre mère nature, puisse reprendre, dans une grande communion avec les éléments.

La possibilité de cet incident m'inquiétait toutefois un peu. Mais on m'a clairement rassuré. On m'a de nombreuses fois répété que ça ne risque pas de m'arriver... Jamais. En aucun cas. Ils me l'ont juré! Avec le grand sourire goguenard des gens à qui c'est un jour arrivé!

22 commentaires
1)
MacAque
, le 11.08.2010 à 06:09
[modifier]

Merci Modane… J’en pleure de rire, ce qui n’est pas pour faire plaisir à Madame MacAque qui avait décidé de ne pas se réveiller si tôt.

2)
macsteph
, le 11.08.2010 à 06:34
[modifier]

Commencer la journée en riant ça fait du bien… Bel article, bravo !

3)
Robin
, le 11.08.2010 à 07:48
[modifier]

Merci beaucoup. La journée commence vraiment bien :-)

N’y connaissant vraiment rien à la pêche, et partant samedi au bord de la mer, ça donne vraiment envie de s’y essayer.

5)
Roger Baudet
, le 11.08.2010 à 08:28
[modifier]

Un pêcheur comme toi, Modane, c’est le rêve. Tu fais tourner l’économie locale tout en préservant le biotope. Tu représentes donc l’avenir du tourisme vert breton !

7)
Saluki
, le 11.08.2010 à 09:44
[modifier]

Modane aujourd’hui = Saluki en 1976. (y compris pour la sécheresse)

Il y a longtemps que je n’essaie même plus.

Merci pour cette crise de rire matutinale et cette cure de Jouvence par Lettres interposées.

10)
zit
, le 11.08.2010 à 12:01
[modifier]

Alors là, non, Non, NON, NON, NOOOOON !

Je m’insurge vigoureusement à l’encontre de telles pratiques sadiques et malveillantes…

1/ le fou-rire et le café du matin devant le mac, en lisant tranquillement cuk, sont absolument incompatibles avec un clavier et un écran immaculés.

2/ les violents spasmes provoqués par le rire incoercible (que l’on tente de refouler pour ne pas éveiller la maisonnée) auraient une tendance fâcheuse à l’aggravation des lombalgies féroces.

3/ et quand enfin madame se réveille et qu’elle voit une fois de plus son mari riant bêtement tout seul devant l’ordinateur maculé de café (heureusement non sucré), ça ne fait rien pour réhabiliter la réputation déjà pas bien florissante dudit époux.

z (et je reste courtois… je répêêêêêêêêêêêête : c’est une maison sérieuse, ici !)

11)
al1
, le 11.08.2010 à 16:08
[modifier]

Du miel !!!

Ton style me fait beaucoup penser à un auteur, dont je désespère de retrouver le nom, que j’ai découvert grâce à Desproges (quelqu’un peut m’aider ? Non non c’est pas Léon Zitrone)

Roger (5), j’allais le dire ! Y’aura donc deux Baudet pour applaudir au Modane (quel boute-en-train, ne me fais barrir, arrête d’hippocampe)

… faudra que j’essaie la pêche en mer, car c’est pas pour me vanter, mais au fil (noueux) de mes nombreuses années de pratique je pense avoir atteint un niveau semblable pour la pêche en étang. Faut que je m’y prépare pour mes futures vacances. Le délai est un peu court, mais j’ai bon espoir, pour l’instant je suis dans l’étang.

12)
Modane
, le 11.08.2010 à 20:35
[modifier]

>MacAque, macsteph, Robin : C’est un plaisir!

>doew : Non! N’y vas pas! Non! Non!…

>Roger : Moi, un exemple? C’est inespéré! Je vais de ce pas l’annoncer à ma maman!

>FromStart : J’aimerais bien! Si un producteur cukien le sent… Ou si un cukien se sent l’âme d’un producteur! ;)

>Saluki : J’ai vu des messages apparaître, puis disparaître : tu bromégeais?

>Caplan : Là, je pense qu’il faut pêcher à la cuillère?

>Josiffert : Moi aussi! :)

>Zit : Je ne recommencerai pas, promis. Ou alors j’appellerai personnellement Madame Zit pour la prévenir. Ou peut-être pourrais-tu arrêter le café? La bière tache moins?!

>Al1 : … Du miel!!!

13)
djtrance
, le 11.08.2010 à 22:48
[modifier]

Que je n’aime pas la pêche… Mais que j’adore ton article!!

Après une journée peu appréciable, c’est très plaisant de pouvoir rire – un peu à la manière de zit – à cette heure un tantinet tardive!

Merci!

14)
zit
, le 11.08.2010 à 22:58
[modifier]

Sinon, Modane, n’hésite pas à nous inviter pour un barbeuque ou une friture, avec ta prochaine pêche ;o)

Je n’ai pêché qu’une fois, à la pêche au gros aux Bahamas (ça ne s’invente pas), je devais avoir 10 ou 12 ans, et les vieux m’avaient passé une canne, pour m’occuper, et je suis le seul à avoir pris quelque chose, c’était très dur à ramener (on a dû m’aider, je pense), c’était un barracuda d’au moins 60 cm que j’avais pris par le travers ! il n’avais pas mordu, le pauvre, il passait juste par là et a été harponné par l’hameçon en son milieux… Quelle horreur !

z (sinon, ce dimanche, j’ai fait une super pêche, je répêêêêêêêête : une dizaine de filets de harengs saur bien gras, au marché…)

Vive les oméga 3 !

15)
Modane
, le 11.08.2010 à 23:06
[modifier]

Quelque chose me dit que si on attend mon prochain poisson pour se voir, on pourra s’échanger nos déambulateurs!

On va trouver une autre occase! J’y pense!

16)
François Cuneo
, le 12.08.2010 à 15:00
[modifier]

Modane,

J’ai lu ça au bistrot hier-soir, pas eu le temps de répondre, et Internet était en panne chez moi.

Les gens ont dû penser que j’étais à moitié fou, tellement j’éclatais de rire toutes les dix secondes, au point que finalement, j’avais presque mal…

Merci!!!

18)
François Cuneo
, le 13.08.2010 à 00:40
[modifier]

Modane, je viens de relire encore plus confortablement, sur mon Mac, à la maison.

Je le jure, c’est vrai, ma chemise est trempe tellement je pleure de rire. Ça fait des années que je n’ai pas rigolé comme ça.

C’est juste incroyable!

Cet article, faut le faire paraître dans un journal spécialisé!

:-))))

19)
HPom
, le 10.01.2012 à 21:14
[modifier]

même un an et demi plus tard ça n’a pas pris une ride, bravo !!!

(tout double jeu de mot avec la négation de prendre et la surface inviolée de l’élément liquide étant bien entendu fortuite ;-)))

20)
Saluki
, le 09.01.2013 à 06:30
[modifier]

Même deux ans et demi plus tard, ça n’a pas pris une ride.
Dommage pour la niouze du jour.