Profitez des offres Memoirevive.ch!
Un nouveau président pour les Etats-Unis

 

Ne dites pas que cela ne nous concerne pas! Qu'on aime les Etats-Unis ou pas, quel qu'il soit, en bien ou en mal, le prochain président américain, nous le sentirons forcément passer!


image

(Montage emprunté au journal en ligne Salon)


Le monde retient son souffle. En Inde, on fait d'immenses statues de sable des deux candidats, en Corée du sud, on fait leur portrait en cheveux, en Europe, on organise des nuits de veille. 
image
Allez voter! Le futur est entre nos mains
Le prochain président des Etats-Unis nous concerne tous.
Il y a des comités Pro Obama partout dans le monde: aux Kenya (bien sûr, il est à moitié kenyan), en Australie, en Suisse même. 
Le plus curieux: celui de la ville d'Obama au Japon, qui se prépare à vivre une nuit particulière. On trouve une petite vidéo ici sous le titire “Obama loves Obama”. A la même adresse, des vidéos sur certains des comités pro Obama dans le monde.
14 heures
Barack Obama a fait son dernier rallie en Virginie devant 80'000 personnes, qui se serraient sous la pluie, et qui, pour avoir une bonne place, étaient venues des heures à l'avance. C'est là qu'il avait commencé sa campagne, un soir, devant… 20 (vingt) personnes interloquées - il avait fallu une enthousiaste applaudissant seule à tout rompre pour que la salle se réveille.
Quel chemin parcouru!
16 heures
Au moment où j'écris, les bureaux de vote commencent à être ouverts dans certains Etats américains de l'Est.
image
On attend des heures dans le calme (BBC)
Obama a voté. Vous voulez voir? C'est ici.

Je n'ai pas de nouvelles fraîches de John McCain - et ce n'est pas faute de chercher.
A voir cette photo de presse, le vote n'est pas aussi simple qu'il pourrait paraître…
image
Instructions pour le vote (BBC)

18 heures
François a écrit un jour une humeur “ouverte” pour la nuit de l'iPhone. Je me suis dit que cette soirée et ce suspense valaient aussi une nuit à l'écran. Que choisir? les TV sont dans les quartiers généraux des partis. J'ai pensé que Democrats Abroad (les Américains démocrates de l'étranger) serait moins couru. Il est maintenant 18 heures, et je reçois leurs instructions - ça promet d'être plein de journalistes tout de même, et surtout on réserve à la presse une salle à part, ça ne m'enchante pas…

J'essaierai tout de même de vous intéresser. Je suivrai les événements en direct, en quelque sorte, et je n'arrêterai d'écrire, si je suis encore réveillée, qu'après le “petit déjeuner politique” qu'on nous promet. Et à partir de maintenant les photos seront autant que possible les miennes.
Ne vous attendez pas à une objectivité de journaliste. Je suis ici dans une HUMEUR, mes préférences dépassent. Remarquez que j'aime bien McCain - je trouve juste que ce n'est pas un bon candidat à la présidence des Etats-Unis. Quand il était le sénateur qui s'opposait aux pires excès de son parti, il était souvent très respectable. Mais dans la situation d'aujourd'hui, avec la vice-présidente d'aujourd'hui, il me fait peur. Si j'étais américaine, je voterais Obama - tout en sachant qu'il ne pourra pas faire de miracles, il hérite d'un monumental petschi (mot de chez nous - canton de Vaud, Suisse, internationalement, on dirait probablement “bordel”, mais une dame n'use pas de gros mot, n'est-ce pasCool ?).

21 heures

Voici une manière de savoir ce qui se passe état par état. Cliquez ici - un site génial!


22 heures


Je suis installée à la salle de presse, les gens commencent à arriver.


image

On craint de ne pas avoir une bonne place dans les salons


Interview avec un “Américain lambda” (sic, c'est ainsi qu'il s'identifie)

Q. Qu'est-ce qui va changer si Obama est élu?

R. Souvenez-vous qu'avant tout Obama sera président des Etats-Unis, il ne gouvernera pas seul. J'ai des amis qui ont peur qu'il ne s'occupe pas suffisamment de sécurité, et ils n'ont pas confiance en lui. Mais moi je dis que Bush s'est occupé de la sécurité de manière erronée, et que cela nous a rendus plutôt plus que moins vulnérables. Je fais confiance à Obama pour d'autres choses. L'Assurance maladie, par exemple. Mais rappelez-vous qu'une couverture universelle de l'assurance maladie, cela avait été le premier acte de Clinton, et ce sont le congrès et le sénat qui l'ont sifflé. (il rit un peu jaune) A la niche, les malades. On n'a jamais oublié ça, nous autres les non privilégiés.

Je rencontre Caitlin Kraft Buchman, la présidente de Democrats Abroad Suisse, une des âmes de toute l'idée de faire participer plus activement les démocrates de l'étranger-

Q. Tu es confiante?

R. Non, non… Je ne suis pas encore confiante, j'espère.


image

Cailtlin Kraft Buchman, un sourire entre deux pas de course

Mais elle est surexcitée, on dirait le capitaine d'un navire amiral, elle est partout à la fois. Ce n'est que la superstition qui la retient de dire qu'elle est confiante - qui les retient tous. Beaucoup de sourire, mais pas encore beaucoup de bruit. Après tout, on leur a volé la victoire deux fois…

Democrats abroad, qui a organisé cette Obama Night, a loué les salons de l'hôtel Richemond, prévu 600 personnes. Elles sont dàjà toutes là, et il en vient encore…


23 heures


Dylan, 11 ans:

“Je suis là parce que c'est un moment historique. On aura peut-être élu le premier président noir de l'histoire. ”

image

Il le proclame à la radio, à la TV, aux journaliste. Pour rien au monde il ne manquerait ça.

Il m'explique que si MacCain gagne, non seulement il risque de continuer indéfiniment la guerre en Irak et en Afghanistan, mais qui sait s'il ne fera pas encore la guerre en Iran. Et que se passera-t-il avec Israël? Il est en souci: les sondages se resserrent en Floride et en Ohio, Obama gagnera-t-il vraiment?

Dylan me propose de m'aider à partir de minuit, il m'assure qu'il est au courant et qu'il peut m'expliquer tous les résultats. Décidément, les politiciens commencent leur carrière de plus en plus jeunes.


23 heures 45


Dans un quart d'heure fermeture des premiers bureaux de vote sur la cote Est, me dit Dylan; ici l'excitation monte encore et encore. Les plus touchants, je trouve, sont les Noirs présents: calmes, ils vous expliquent pourquoi ils ont voté pour un homme, non pour une couleur. Ils ont les yeux rivés sur les écrans.

image

Minuit

Ici, on est déjà demain, aux US, les premiers bureaux viennent de fermer, et à partir de maintenant, je vous parle en direct - si par hasard vous êtes là . ;-)

L'incertitude demeure, Dylan, qui n'a pas la sophistication des adultes, ne sourit plus.


0 heures 30

Sondages sortie des urnes: Indiana 55 % pour Obama, Kentucky 60 % pour McCain. Les deux résultats étaient prévus depuis des semaines.

Entre deux commentaires, je m'excuse vite pour les éventuelles fautes de frappe et d'orthogaffe, je n'ai pas le temps de passer le texte par Antidote. Arriver à penser dans le brouhaha et l'excitation, ça devient une performance.

J'ai essayé de photographier la foule pour vous, mais c'est impossible de vous faire sentir à quel point c'est plein. Il faut que je retienne des gens de s'asseoir sur mon clavier - littéralement. Je m'amuse beaucoup! Si je n'étais aussi en souci que Dylan, je rigolerais franchement.

 

01 heure

A voir les tête au moment où les premières projections se précisent, Dylan, François et moi ne sommes pas les seuls à nous faire du souci…

image

 

image

 

image

 

Projection sortie des urnes: on attend avec tension les résultats de l'Indiana. Quelques petits états ont voté en majorité (serrée) pour McCain, mais ils ont peu de délégués, et c'était prévu.

1 heure 20

L'Indiana est très serrée. Pendant ce temps, dans les rues de Chicago, des milliers de personnes marchent vers le parc où seront donnés, sur écran géant, les résultats finaux. C'est là-bas comme ici, personne n'a envie d'attendre à la maison tout seul devant sa TV.

McKain a gagné le Kentucky, Obama le Vermont.

Curieusement, les résultats sont donnés au public alors qu'ailleurs on est encore en train de voter - curieux tout de même!

A voir les premières projections, ça pourrait être plus serré que prévu.

 

1 heure 45


Grosse tension: Obama semble très en avance en Floride (28 grands électeurs), incertain en Indiana.

image

Il faut comprendre que Obama est certain d'environ 230 grands électeurs: il faut impérativement qu'il en ait une quarantaine de plus, et c'est là que les choses se compliquent, car les votes ne comptent pas dans leur ensemble, mais état par état - même pour des élections fédérales.

image

Cela dit, mon conseiller politique m'incite à ne pas perdre de vue qu'on élit aussi des sénateurs et des membres du congrès, et que là les Démocrates râflent presque tout.

 

2 heures

 

Projections solides  de nouveaux états, tous pour Obama sauf deux, plus quelques états très serrés. Les gens recommencent à sourire, et le bruit a augmenté de 50 décibels…

La Floride se confirme. Toujours pas définitif.

En Caroline du nord, Obama a 63 % des voix (pas projection, réel).

 

2 heures 45

Obama a emporté le New Hampshire, un des états à grande concentration d'intelligenzia américaine, à cause des universités. Dans les 60% des voix.

Obama vient de remporter la Pennsylvanie - c'est les hurlement de joie ici (21 grands électeurs). Ce n'était pas si sûr au moment des sondages préliminaires.

 

3 heures


La sénatrice Hagen (démocrate) a battu la l'ex-sénatrice Elisabeth Dole (républicaine). Tout le monde ici considère que c'est une immense victoire, aussi remarquable que celle d'Obama. Cette enseignante de religion dans les écoles du dimanche avait été attaquée parce que “sans Dieu”.


Mc Cain a emporté l'Alabama comme prévu.


3 heures 10

image

Tension, tension, tout pourrait se décider dans les prochaines minutes…

McCain emporte la Géorgie. C'était prévu.

Grosse avance d0Obama en Ohio.

La Floride se maintient à 52 % pour Obama.


La course devient palpitante!


3 h 30


On attend toute une série de projections. On reste dans le suspense, pour l'instant la floride et l'Ohio restent à Obama. Les analystes donnent l'Ohio comme certainement gagné.

Les gens ne se tiennent plus.


image

Ils viennent d'apprendre que l'Ohio est probablement pour Obama


Un sondeur qui a donné la projection la plus négative dans les états séparément pense qu'il est pratiquement impossible pour McCain de gagner.

Personnellement, je me tiens en forme au champagne, pas pour fêter, mais parce que, curieusement, le champagne me réveille autant que les nouvelles. Je m'attendais à tomber sous la table vers 2 heures, mais il est bientôt 4 heures, et tout va bien. Pour moi, en tout cas. Je ne peux pas dormir tant que je ne sais pas, de toute façon.

3 heures 50

Seulement 1 % d'avance pour Obama sur la moyenne des votes.

Mais 199 grands électeurs pour Obama contre 78 pour McCain.

Ce sera finalement une victoire serrée si ça marche. McCain n'avait pas tort d'espérer jusqu'à la dernière minute, après tout.


4 heures


Tout le monde espérait qu'on saurait maintenant, mais c'est trop serré pour ça en ce moment, il va falloir attendre encore une heure, lorsque les bureaux électoraux des Etats de la côte Ouest fermeront.


En attendant, on prend son mal en patience comme on peut.


image

Allez, viens Barack, on entre. On verra demain matin si ça a marché.


4 heures 25


Les démocrates ont la majorité au Sénat (et on n'a pas encore les résultats pour tous les sénateurs)


4 heures 47


Une des organisatrices de la soirée me prouve arithmétiquement qu'Obama ne peut plus perdre. Il a 207 sièges électoraux acquis. Si on ne compte que les états manquants certainement démocrates, la Californie lui en apportera 55,  l'Oregon 7 et l'état de Washington 11. Ce qui fait 280 grands électeurs - 10 de plus que nécessaire.

Je rapporte, mais je ne sais qu'en penser. Et autour de moi, personne encore ne crie victoire. Encore 10 minutes…


5 heures 00


image

Quoi? Il a gagné?


image

Oui, il a gagné!


C'est le délire. Obama a gagné. La salle explose, le speaker de CNN dit: 250 ans après la déclaration d'indépendance, il n'y a plus de citoyens de seconde zone - le premier président de couleur est élu.

51 % du vote populaire (moyenne du pays) et 297 grands électeurs, contre 48 % et 139 grands électeurs à McCain.


image

Yes, we can!

Le nombre de sièges au sénat a encore augmenté. Si les démocrates arrivent à 60 sénateurs (sur 100) ils peuvent même modifier la constitution sans que l'opposition puisse rien faire.

Il reste encore quelques petits états, dont Hawai qui vote évidemment pour l'enfant du pays.


image

Yes we could, yes we did! On pouvait, et on l'a fait!


5 heures 50


La victoire d'Obama se confirme: 338 grands électeurs contre 155 à McCain. McCain a fait son discours de renonciation.


J'interviewe Sarah, afro-américaine:

“Ce que cette élection signifie pour moi? Cela signifie que je suis un être humain à part entière, cela signifie que tous les hommes du monde sont égaux, réellement égaux. Voyez-vous, Obama ne sera probablement pas un président parfait. Mais il a osé, et il a réussi. Et ce symbole-là, quelle que soit sa présidence, il restera.”

Dans 5 minutes, discours de Barack Obama. Pas le temps de faire des photos, j'écris d'une main et je petit-déjeune de l'autre - une nécessité, pour tenir le coup.


6 heures 15


image

Ce n'est pas moi qui ai gagné aujourd'hui, c'est vous!


image

Tant là-bas qu'ici, ça touche.

Peut-être Obama ne sera-t-il pas le chef d'Etat selon mon coeur, président de l'Amérique, c'est un sale job. Cela dit, le discours qu'Obama est en train de prononcer, j'aimerais l'avoir écrit. Nous n'avons jamais entendu un discours de ce niveau venant d'un Président des Etats-Unis. Nos parents ou grand-parents peut-être…


7 heures 30


On m'a dit que Ruth Dreifuss (ancienne ministre) allait venir, je l'ai attendue une heure, elle n'était pas là. Mais au fond, après le discours d'Obama, j'avais besoin d'une pause.

J'ai quitté le quartier général de Democrats Abroad, je suis rentrée chez moi. Ai ouvert la radio: un jeune homme à l'accent maghrébin expliquait que SA vie avait changé cette nuit. «Le rêve de Martin Luther King se réalise, se réincarne», a-t-il dit.

Je vais essayer de dormir deux heures, je réexaminerai la situation ensuite.

Et un chroniqueur politique utilisait une image qui, j'en suis persuadé, parle à beaucoup de discriminés: «Cette nuit, l'homme a marché sur la lune».

 

10 heures 30


J'ai dormi deux heures, j'ai lu vos commentaires. Je ne vais pas m'amuser à capter la Une des journaux du monde, je vous laisse aller voir: le fait qu'Obama soit noir a une importance énorme. Je ne désire pas le prouver à ceux d'entre vous qui doutent. Etre noir ne suffit pas, mais cela change beaucoup de choses dans une certaine vision du monde.

A part ça, avec toutes les attentes qui réposent sur ses épaules, Obama va forcément décevoir. C'est un bon politicien - mais il y a des miracles que personne ne peut opérer.

183 commentaires
3)
Inconnu
, le 05.11.2008 à 00:38
[modifier]

Whouaaaaah !

Un Live Coverage sur Cuk pour les présidentielles ? Quelle classe. Bravo Anne ! :)

4)
Hervé
, le 05.11.2008 à 01:28
[modifier]

Anne, tu es formidable. je me demandais justement avec qui j’allais passer la nuit.

Ceci dit, moi, j’ai peur depuis qu’Obama a été désigné : Je ne crois pas que l’Amérique profonde est prête à élire un Noir à la présidence. Mais comme j’espère me tromper !!!!

6)
Anne Cuneo
, le 05.11.2008 à 01:57
[modifier]

Moi aussi! Les responsables sont confiant, ici, mais je trouve que pour l’instant on n’est pas encore sorti de l’auberge. J’avais pensé que j’aurais sommeil à un moment donné, mais la tension est telle ici qu’il ne serait pas question de sentir la fatigue.

7)
François Cuneo
, le 05.11.2008 à 02:15
[modifier]

Bon Anne, je vais aller me coucher.

Ça va un peu mieux.

Pourvu que le réveil ne soit pas de type gueule de bois.

Pourtant je n’ai rien bu (juste une demi-bière).

8)
Hervé
, le 05.11.2008 à 02:28
[modifier]

Moi, j’ai bu une bière complète : une Guiness pour être dans l’ambiance anglo-saxonne. Mais pas une Bud, j’ai horreur de cela, même si elle est devenue belge !

Je tiens le coup avec toi, Anne, mais les infos sont rares et c’est pas la TSR qui va nous tenir éveillés

9)
Anne Cuneo
, le 05.11.2008 à 03:01
[modifier]

‘Tediou, Hervé! Tu ne vas pas me dire que j’arrive à te tenir reveillé, moi toute seule, alors que l’immense dispositif de la TSR t’endort! Wow! :-)

10)
Hervé
, le 05.11.2008 à 03:17
[modifier]

Tu as de la chance (ou la malchance) de ne pas la regarder : tu serais déjà dans les bras de Morphée ! Entendre Xavier Colin expliquer 4 fois en 15 minutes la différence entre l’élection de 2004 et celle de 2008 (le même texte, hein, on passe en boucle), ben ça me fout le cafard !

Mais, n’ayant pas le soutien d’une ambiance comme la tienne, je crois que je ne vais pas tarder à me mettre au lit, d’autant que les résultats tombent lentement

Bon courage Anne, je te suis encore un peu mais pas très longtemps.

11)
Anne Cuneo
, le 05.11.2008 à 03:22
[modifier]

Va donc dormir, Hervé! Je suis aussi superstitieuse que tous ceux qui m’entourent, et je ne peux pas te promettre une victoire d’Obama, pour l’instant, mais pour l’instant il a 170 électeurs contre 48 à McCain.

13)
Okazou
, le 05.11.2008 à 05:55
[modifier]

Et c’est reparti pour un tour !
La Star Ac’ des élections US est ouverte, venez nombreux !

On s’attend à ce que la plus grande démocratie du monde (!) confie, et c’est historique, sa Maison, blanche, à un président noir.

Candidat noir ? Où ça ?

Il n’y aura pas d’hôte noir à la Maison blanche. Il y aura peut-être un blanc, mais certainement pas un noir. Ni un gris, d’ailleurs.

C’est curieux comme on est raciste, au fond, très au fond, et sans le savoir, avec la meilleure conscience du monde. « Raciste, moi ? Jamais ! »

Pourtant, lorsqu’on parle de candidat noir, de président noir en évoquant Obama, on exprime bien une pensée raciste puisque, outre que la couleur de peau ne différencie pas plus un être humain que sa taille ou la couleur de ses cheveux, Obama n’est pas plus noir que vous et moi et surtout pas plus noir qu’il n’est blanc (il ne serait pas plus faux [pas moins non plus] d’affirmer qu’Obama est blanc). Sauf à accepter d’entrer dans la classification raciste US. Né d’une mère blanche et d’un père noir, il est ce que nous appelons un métis. En aucun cas un métis n’est noir, ni jaune ni blanc. Est métisse toute personne issu de l’union de deux êtres humains de souches différentes. On peut parler de métis quand un enfant naît de l’union d’un Suisse et d’une Française, d’un Chinois et d’une Belge, d’un Congolais et d’une Italienne, etc.

Encore faut-il être plus précis et notre belle langue (expression de notre civilisation) nous demande de nommer le fruit d’un noir et d’une blanche par le terme mulâtre. Obama est donc, pour nous qui sommes de culture et d’expression française, un authentique mulâtre et si Obama a épousé une noire « authentique », leurs enfants sont des câpres. Cessons donc de parler de futur président noir et refusons d’entrer dans la logique de taxonomie US qui ose nous distinguer autrement que par notre patronyme et notre origine nationale. Refusons de faire partie de la race supérieure des « Caucasiens » et ne considérons nos semblables que sur des critères non raciaux.

Les USA sont un pays raciste, c’est indéniable (Obama sera sans doute élu parce que « colored » , peut-être, mais non issu d’esclave – racisme social), c’est également un pays ultra-religieux et cette élection met en évidence le culte du candidat. Attendre son héros sous la pluie pendant des heures donne une idée du niveau politique des fidèles illuminés par l’aura du héros. On vote pour un président que l’on considère comme un demi-dieu. Rien de neuf depuis les Grecs. Pour parler plus contemporain le candidat est le pasteur qui entraîne ses ouailles vers les prairies les plus vertes. La croyance supplée la pensée absente. La démocratie n’est donc qu’un mot creux dans ce pays du spectacle.

La démocratie est également absente des médias et particulièrement de la presse. La belle presse américaine, si objective, si exemplaire, la même qui soutenait, contre le droit international (USA, état voyou qui se mettait hors la loi), la guerre en Irak, cette presse exemplaire se met maintenant à soutenir un candidat contre l’autre. Éthique en toc qui n’a pas l’air de choquer grand monde, déliquescence oblige. Il est vrai qu’avec la bouillie qui habite la plupart des cerveaux aujourd’hui le jugement peine à s’imposer. Quoi de plus choquant pourtant qu’une presse qui ne s’affiche pas en tant que presse d’opinion (ça changerait tout), qui se voudrait juge de paix au-dessus de tout soupçon de parti-pris, et qui prend ouvertement, très officiellement parti pour un candidat contre l’autre ? La presse US adopte aujourd’hui les mœurs de l’Humanité en son temps. Les démocrates qui me lisent vont certainement être choqués de l’apprendre.

Autre fait majeur qui nous éloigne de la démocratie : la peur comme argument de vote.
On ne dira jamais assez comme la peur est mauvaise conseillère. La peur a pour premier effet funeste l’oblitération de l’esprit. Et voilà que la moitié d’un peuple soutient Obama sur la peur de la crise et l’autre moitié du même peuple qui soutient McCain par peur d’Obama ; la peur du noir. Mais il est vrai que les deux moitiés se rejoignent dans la peur des flammes de l’enfer promises s’ils ne sont pas de bons croyants. La peur est le carburant de tous les fascismes.

Vous aurez compris après avoir pris connaissance de cette avalanche de compliments que je trouve franchement choquant ces déploiements outranciers, dans nos contrées, de journalistes sur une élection étrangère, journalistes qui se mettent en service continu quand il nous suffit d’attendre les résultats le lendemain, loin des enfantillages que l’on peut constater ici et là dans le monde occidental. Se lever la nuit pour faire le pied de grue pour être le premier à acheter le produit iPhone, jouet à la mode, est puéril. Comme passer une nuit blanche pour être le premier à apprendre qu’Obama va casser la baraque.

Enfin, il est parfaitement illusoire de croire (croire, c’est renoncer à penser) que le monde va changer grâce à Obama. Un président américain se comporte en président américain et ce qui compte à ses yeux lorsqu’il regarde le monde est le besoin impérieux (impérialiste) de le dominer. Au mieux la politique étrangère d’Obama sera-t-elle un peu moins pire que celle de ses prédécesseurs. Au mieux ! Ce seront les Américains des classes moyennes et supérieures et peut-être les noirs et autres colorés qui tireront profit de l’élection d’Obama. Gageons que les milliardaires ne se plaindront pas longtemps non plus. Mais je lui souhaite bien du plaisir dans un pays sens dessus-dessous qui est en train de perdre son leadership international. Obama président démocrate (droite modérée) d’un pays incroyablement endetté et d’un peuple qui devra apprendre à vivre autrement qu’à crédit. Ça va être dur, même avec le soutien du sénat et de la chambre des représentants..

Encore Obama n’est-il pas encore président (il ne le sera qu’en 2009), la voix des armes l’emportant trop souvent sur les voix des électeurs, dans ce pays de cow-boys armés jusqu’aux dents, ils sont foutus de le dézinguer avant qu’il ne prête serment.

Quoi qu’il en soit, attendons-nous durant les jours qui viennent, à assister à des journaux télévisés ou radiophoniques bien déjantés, bien niais, loin du réel, et à lire des délires dans notre bonne presse qui doit marquer son allégeance et sa « bien-pensance ». Attendons que ça passe. Car ça passera.

Quant à nous, il nous reste à remplacer notre tsar mais par qui ?


Un autre monde est possible. Yes, we can !

16)
Okazou
, le 05.11.2008 à 06:38
[modifier]

Pour tout dire sur cette affaire d’élection je n’accorde que peu d’importance à l’élection du premier président US non WASP. Je m’en bats les breloques. Là où j’attends le président démocrate Obama c’est sur le règlement définitif et rapide du conflit israélo-palestinien. Alec6, lui, l’attend sur un autre terrain.

De deux choses l’une. Ou bien, à peine en poste, il donne un signal fort (il en a le pouvoir) pour apporter LA solution, ou bien il minaude comme les autres et Obama, à mes yeux et pour la politique internationale, ne sera qu’un président US comme un autre, guère mieux qu’un vulgaire républicain.

Les cons vont parler et reparler de sa couleur de peau. C’est à ce discours qu’on reconnaîtra la sévérité de leur connerie.

17)
Anne Cuneo
, le 05.11.2008 à 06:44
[modifier]

« Qui aime bien châtie bien. »

Comme affirmation réac, ça bat tout. Mais s’il te plaît Okazou, ne polémiquons pas, je rentre prendre une douche et dormir deux heures. Quelle belle nuit j’ai passée!

20)
Okazou
, le 05.11.2008 à 07:00
[modifier]

Un autre point important pour cette élection : la revalorisation du vote démocratique. Les Américains qui ont voté pour la première fois se rendent compte que voter n’est pas nécessairement du flan.

Reste à Obama à ne pas les décevoir.

Ah oui, la bourse va recommencer à flamber. Incorrigibles, ces accros au jeu…

21)
Saluki
, le 05.11.2008 à 07:05
[modifier]

Okazou, c’est vrai que nous attendons des actes positifs, plutôt que des images d’Epinal, mais de grâce ne jettes pas le jeune bébé avec l’eau du bain. Euh, du Cain…

22)
François Cuneo
, le 05.11.2008 à 07:17
[modifier]

Bon.

Okazou a peut-être raison sur le fond.

Cela dit, je me réveille avec un soulagement profond, même si je sais que le nouveau président va certainement minauder (pour reprendre une expression Okazouienne) sur des points importants.

Je sais que c’est du racisme à l’envers, ou en tout cas une manière de mettre l’accent sur la race, mais je suis tout de même très fier des Américains cette fois, qui ont placé à la tête de leur pays un métis.

Je ne suis pas très sûr qu’on ait fait pareil dans nos contrées.

Autant j’ai été démoralisé d’apprendre l’élection de Bush il y a huit ans, et encore plus sa réélection il y a 4 ans, autant je suis fondamentalement et certainement un peu bêtement heureux aujourd’hui.

Ouverture il y aura.

Amélioration aussi. A tous points de vue.

J’en suis persuadé.

Et ça Okazou, malgré toutes tes réserves, ça devrait tout de même te faire plaisir.

Au fait… pas encore eu le temps de suivre la presse ce matin.

Je n’ai lu que ce que tu as écrit Anne.

Merci pour cette belle nuit.

23)
Théodore Besson
, le 05.11.2008 à 07:31
[modifier]

Il a cassé la baraque!

Il a la baraka!

Vive Barack Obama!

Y a vraiment toujours que les amerloques pour retourner pareillement leur veste par rapport à Bush: YES!

Maintenant, on risque d’être déçu (forcément), mais pas trop j’espère…

24)
ysengrain
, le 05.11.2008 à 08:26
[modifier]

En 1947, un des innombrables révérends américains transforme une gospel song au goût du jour: “We shall overcome one day”. C’est une “protest song”. Elle sera interprétée par plusieurs chanteurs, jusqu’en 1963 où Joan Baez lui fait faire le tout de la Terre dans le mouvement protestataire lié à la marche sur Washington organisée par Martin Luther King.

Aujourd’hui, Obama a mis ce message en réalité.

26)
Argos
, le 05.11.2008 à 08:36
[modifier]

Il est quelques remarques d’Okazou, comme celle sur la presse américaine comparée à l’Humanité qui pourraient aussi être prononcés par un représentant de l’extrême-droite. Bien sûr que le fait qu’Obama soit noir est important. Il y a vingt ans encore, une telle élection aurait été inconcevable. Allez, on va encore donner dans la paradoxe: C’est Bush, en nommant d’abord Colin Powell, puis Condolezza Rice à des postes importants et en habituant ses concitoyens à les voir représenter le gouvernement américain, qui a contribué à l’élection d’Obama. Et ses conneries pendant huit ans, qui rendaient un changement indispensable, ont fait le reste.

Je ne crois pas aux hommes providentiels, ils remplissent rarement les attentes de ceux qui les ont choisis, mais Obama représente une bouffée d’air frais dans un contexte nauséabond. Pourra-t-il faire quelque chose au Proche-Orient? J’ai des doutes, la solution de deux Etats, palestinien et israélien, semblant aujourd’hui illusoire. S’il trouvait une voie nouvelle, rien que pour cela, il entrerait dans l’histoire.

28)
donmarlon
, le 05.11.2008 à 08:59
[modifier]

Bravo Anne et toutes mes félicitations de la part d’un journaliste d’agence. Au-delà de toutes les critiques que les USA peuvent susciter, il ne faut jamais oublier leurs qualités. De la ségrégation encore en vigueur dans les années 50 à un président noir élu à peine un demi-siècle plus tard, que de chemin parcouru!

30)
gbuma
, le 05.11.2008 à 09:12
[modifier]

Okazou, ton discours est absurde. Si on passe tout notre temps à saluer la noirceur de la peau d’Obama, si on ne salue que ça, oui, tu as raison. Sauf que si tu avais suivi les présidentielles (ce que tu n’as pas fait puisque tu t’en bats les couilles), tu aurais remarqué que la peau n’a pas du tout été un thème dominant.

Ce qui a dominé c’est son calme, son intelligence, sa fougue. Et ça, c’est des qualités qui lui sont propres.

Si on salue quand même la venue d’un métis à la tête des US, c’est parce que c’est historique. Même si tu préfère ignorer les problèmes qui te grattent l’humanisme là où ça fait mal, tu ne peux pas juger de manière aussi simpliste les discours sur cette étape historique. Oui, il y a des gens pour qui la couleur de peau est tout. Il y en a beaucoup aux US, il y en a partout. Il y a aussi ceux qui subissent ce regard faussé. Un président de couleur c’est une claque pour les premiers et un modèle pour les seconds.

31)
ToTheEnd
, le 05.11.2008 à 09:38
[modifier]

Bon, je dois avouer qu’il y a 6 mois encore, je n’y croyais pas trop. Des ricains qui voteraient pour une femme ou un noir, ça me semblait inconcevable et j’en voulais à ces Démocrates d’avoir essayé ce chemin.

Et puis la crise est arrivée et je pense qu’elle a beaucoup aidé Obama car dans la tête des ricains, voter McCain c’était reconduire les macaques qui les ont mené au désastre.

Bref, très content que notre camarade Obama soit passé.

Maintenant, l’autre et sa clique ont eu 8 ans pour mettre un bronx pas possible chez eux et dans le monde… ça va être difficile de rétablir ça en 4 ans… pour ne pas dire impossible (j’espère me tromper).

Par conséquent, espérons que dans 4 ans, les ricains ne votent pas autre chose “pour changer”…

T

32)
jdmuys
, le 05.11.2008 à 09:51
[modifier]

Okazou,

Ta langue est fourchue, à en juger par l’heure à laquelle tu as posté ta diatribe désabusée… ;-)

33)
Jérémie
, le 05.11.2008 à 10:03
[modifier]

J’ai perdu le compte des points Godwin d’Okazou… quelqu’un a suivi? Vous croyez qu’il essaie de battre un record?

34)
alec6
, le 05.11.2008 à 10:19
[modifier]

Ton analyse est en effet lucide cher Okazou que cela fasse plaisir ou non.

Jusqu’en février, la capacité de nuisance de Bush n’est pas entamée pour autant, en Israël l’aile dure du Likoud veut toujours en découdre avec les iraniens et les faucons républicains leur prêteront main forte si nécessaire. Le spectre de la “Directive 51” est encore là…

Après… on verra ! Même si cela est irrationnel, il demeure un peu d’espoir d’avoir évité le pire.

Quoi qu’il en soit, l’empire étasunien sombrera qu’on le veuille ou non, plus ou moins rapidement selon les circonstances et leurs dirigeants, mais s’effondrera tout de même car bâti sur le système absurde du “toujours plus”. La réalité physique est têtue !

35)
crocro
, le 05.11.2008 à 10:28
[modifier]

J’interviewe Sarah, afro-américaine:

Le politiquement correct made in USA…

Cailtlin Kraft Buchman, elle, n’est pas qualifiée de caucasso-américaine, ou de whasp… Effectivement elle est plus dans la norme de l’américaine “normale”: blanche, souriante, mince, bronzée, au service de la communauté, aimable et accueillante :-)

Même en voulant ne pas froisser leurs minorités les ricains se montrent racistes, puisqu’ils différencient les groupes ethniques selon la couleur de leur peau. Et beaucoup de journalistes reprennent sans y penser ce discours lénifiant. Obama est un métis, un nègre même pour tous ceux qui ont refusé de voter pour lui à cause de sa couleur de peau. Et pourtant dans ses discours il déclarait qu’il n’y avait pas d’amérique noire et d’amérique blanche, mais des états unis d’Amérique. Ecoutons le, appliquons ses principes et cessons de reproduire ici les travers de cette démocratie.

36)
Anne Cuneo
, le 05.11.2008 à 10:46
[modifier]

J’interviewe Sarah, afro-américaine:

Le politiquement correct made in USA…

Cailtlin Kraft Buchman, elle, n’est pas qualifiée de caucasso-américaine

Tu me cherches les poux, je dirais.

Donc, cette dame voulait bien me parler, ne voulait pas être nommée, pas photographiée, mais voulait que tout le monde sache qu’elle était noire. Caitlin, elle, s’est laissée photographier – plus besoin de rien dire.

Qu’est-ce que cherches à prouver par là? Que je suis raciste? Afro-américain est un terme courant, utilisé par toutes les races.

37)
Roger Baudet
, le 05.11.2008 à 11:02
[modifier]

Allez, jute une question pour la route, posée par un gogol en politique : moi !

Entendu cette phrase dite par un politologue, hier soir, à la télé :

“Lorsque on analyse les projets politiques de Mac Cain et de Obama, il est parfois difficile de trouver de vraies différences !”

Cela ne vous inquiète pas, vous ?

38)
Hervé
, le 05.11.2008 à 11:09
[modifier]

Anne ! Déjà debout après cette nuit historique :-))

Si tu savais comme je suis heureux de m’être trompé et j’aurais voulu t’accompagner toute cette nuit, mais …pas pu ! Désolé.

Sur le plan des principes, Okazou n’a pas tout à fait tort. Mais il n’a pas tout à fait raison non plus. La société américaine est ENCORE une société largement raciste. Le sud profond a toujours ses quartiers noirs et blancs et même dans Desperate Housewives (j’ai de la culture, hein !) l’arrivée d’une famille noire dans un quartier blanc fait baisser les valeurs immobilières d’un bon tiers ! Un moyen pour lutter contre les subprimes ! Donc l’élection d’un “colored” à la Maison Blanche est un tsunami culturel pour beaucoup d’Américains.

Dans le même ordre d’idées et à une échelle infiniment plus réduite, rappelons-nous les commentaires lors de l’élection du premier noir comme préfet fribourgeois !

39)
levri
, le 05.11.2008 à 11:52
[modifier]

@ 13- Okazou : Toutes ces réflexions, je me les suis faîtes aussi, mais parmi nombre d’autres, et elles ne sont pas devenues ma conclusion. Penses tu réellement ce que tu dis ou est ce de la provoc ? Il faut savoir chercher la lucidité, mais ça ne veut pas dire mettre des œillères pour ne voir qu’une faible partie de la réalité.

Je suis assez étonné par certains commentaires politiquement corrects et voulant nier la notion de couleur par peur du racisme. On peut accepter les différentes couleurs de peaux, sans pour autant en faire un critère négatif (ou positif), la couleur de peau, de poil, la taille etc sont tout simplement des critères descriptifs, pourquoi pourrais je parler d’un beau roux (ou d’une belle rousse) sans problème, et me faire regarder de travers si je dis de quelqu’un qu’il est noir (ou afro-américain) dans ma description ?

@ Annne : merci pour ce reportage “à chaud”, bonne idée d’avoir pris Dylan comme cicérone en début de soirée, dommage de l’avoir abandonné en cours de route.

J’attend les prochaines élections, peut-être aurons nous la surprise d’avoir un candidat femme de couleur, athée militant et homosexuel ? :P

40)
crocro
, le 05.11.2008 à 11:57
[modifier]

mais voulait que tout le monde sache qu’elle était noire

Ben voilà il suffisait de le dire aussi “clairement” :-)

Au fait merci pour la nuit blanche…

Je n’ai pas la prétention de te traiter de raciste, je souligne simplement un travers énervant du politiquement correct. Qu’à mon avis nous ne devrions pas emprunter.

Les termes noirs, juifs ou arabes ne sont pas des insultes, tout au moins pour moi, pourquoi ne pas les employer régulièrement ? Bien sur Mac Cain a fait une grosse boulette lorsqu’il a défendu Obama contre une de ses partisanes en lui répondant que le sénateur de l’Illinois n’était pas arabe, mais qu’il était un bon père de famille… Ce qui sous entend que les arabes ne le seraient pas !

La société américaine est raciste, même et surtout, lorsqu’elle prétend lutter contre le racisme.

On est toujours le juif de quelqu’un.

41)
Inconnu
, le 05.11.2008 à 12:42
[modifier]

Bon article qui a réussi à m’intéresser bien que je sois écœuré par la marée médiatique sur le sujet !
Cette élection est porteuse d’espoir, elle prouve que même les Étatsuniens peuvent évoluer : que de chemin parcouru depuis Rosa Parks.
En même temps il ne faut pas s’enthousiasmer outre mesure, comme le rappelle Chomsky : “Les États-Unis sont un état à parti unique, le parti des affaires, qui comprend deux tendances, les démocrates et les républicains”.

42)
Bigalo
, le 05.11.2008 à 13:06
[modifier]

Une fois de plus, Okazou me fait bondir. Il représente à lui tout seul la quasi totalité ce que l’on peut trouver de négatif sur Cuk.

Visiblement, il n’a rien compris au racisme et au fardeau que cela représente pour ceux qui le subissent.

Pour ceux qui me trouveraient un peu virulent dans mon intervention, je me sens particulièrement concerné : né à Paris d’un père antillais et d’une mère blanche, je suis métissé.

Toutefois, cela ne me viendrait pas à l’idée de me définir comme métis. Je suis Noir.

Et ce n’est pas une situation raciale, mais sociale. Sur le plan biologique, la classification en races n’a aucun sens : les Noirs ont essentiellement plus de mélanine que les autres. La mélanine, c’est ce même piment qui se développe lorsque quelqu’un bronze. Il ne viendrait à l’idée de personne ou presque de prétendre que les capacités intellectuelles d’un Européen qui rentre bronzé de vacances à la neige ou sous les tropiques ont été modifiées, et ne reviendront à la « normale » qu’une fois le bronzage disparu.

Pourtant les Noirs ont été considérés pendant des siècles comme inférieurs par nature. Voici une citation de Voltaire : « Je vois des singes, des éléphants, des nègres, qui semblent tous avoir quelque lueur d’une raison imparfaite » (Traité de Métaphysique)

Pour une victime potentielle, la différence entre le racisme et la xénophobie ou l’antisémitisme est l’exposition permanente au problème subi : un Juif ou un étranger peuvent se déplacer à Paris, Londres ou Genève et croiser des individus antisémites et/ou xénophobes. Le plus souvent, ces derniers ne se rendront même pas compte qu’ils viennent de croiser un Juif ou un étranger. Quand on est Noir, cette information est disponible 24 heures sur 24 pour les agresseurs potentiels que l’on croise.

Fils de mèdecins, je suis issu d’un milieu favorisé, et j’ai fait des études : diplômé d’expertise-comptable, j’ai changé de métier il y a une vingtaine d’années, et je fais du développement informatique, car c’est intellectuellement bien plus stimulant que la compta. Cette situation ne m’a nullement empêché de souffrir du racisme pendant des années.

Heureusement avec l’âge, (à partir de 30 ou 35 ans peut-être), on relativise, et lorsqu’on est confronté à quelqu’un de raciste, tant qu’il n’y a pas d’agression autre que verbale, on apprend à se dire “ C’est un con, c’est son problème, tu n’as pas à te sentir touché ”.

Je suis né en 1955, et quand j’étais adolescent ou jeune adulte, Paris était bien moins cosmopolite que maintenant. A 18 ou 20 ans, si j’attendais un bus vers minuit, pour rentrer chez moi, j’avais à chaque fois la crainte que le conducteur ne s’arrête pas en voyant que j’étais Noir. Le racisme était quelque chose que j’avais présent à l’esprit pratiquement en permanence. Quand j’achetais « le Monde », je commençais par regarder s’il y avait des articles sur l’Afrique du Sud ou la Rhodésie.

En 1982, j’ai passé 15 jours de vacances chez des amis italiens à Libreville au Gabon. Je me suis rendu compte que sur place, pour les Africains, j’étais considéré comme un Blanc. Je n’étais même pas capable de dire à quelle ethnie j’appartenais.

J’ai travaillé près d’un an en 1994 au service informatique de Libé. Parmi les membres de l’équipe, il y avait 2 Congolais. Il y a toujours eu entre nous une certaine complicité, car même si cela n’a jamais été exprimé, nous partagions tous les 3 quelque chose, l’appartenance à une même minorité. Cela ne se serait pas produit si nous nous étions rencontrés en Afrique.

Ce n’est pas la biologie qui nous fait Noirs, mais le regard des autres !

Pourtant, lorsqu’on parle de candidat noir, de président noir en évoquant Obama, on exprime bien une pensée raciste puisque, outre que la couleur de peau ne différencie pas plus un être humain que sa taille ou la couleur de ses cheveux, Obama n’est pas plus noir que vous et moi et surtout pas plus noir qu’il n’est blanc (il ne serait pas plus faux [pas moins non plus] d’affirmer qu’Obama est blanc). Sauf à accepter d’entrer dans la classification raciste US. Né d’une mère blanche et d’un père noir, il est ce que nous appelons un métis. En aucun cas un métis n’est noir, ni jaune ni blanc. Est métisse toute personne issu de l’union de deux êtres humains de souches différentes. On peut parler de métis quand un enfant naît de l’union d’un Suisse et d’une Française, d’un Chinois et d’une Belge, d’un Congolais et d’une Italienne, etc.

Encore faut-il être plus précis et notre belle langue (expression de notre civilisation) nous demande de nommer le fruit d’un noir et d’une blanche par le terme mulâtre. Obama est donc, pour nous qui sommes de culture et d’expression française, un authentique mulâtre et si Obama a épousé une noire « authentique », leurs enfants sont des câpres. Cessons donc de parler de futur président noir et refusons d’entrer dans la logique de taxonomie US qui ose nous distinguer autrement que par notre patronyme et notre origine nationale. Refusons de faire partie de la race supérieure des « Caucasiens » et ne considérons nos semblables que sur des critères non raciaux.

J’ai toujours considéré Okazou comme un abruti dangereux. Je ne sais pas si c’est un imbécile ou s’il pratique la mauvaise foi avec une virtuosité exceptionnelle, mais ce n’est pas aujourd’hui que mon opinion sur lui va s’améliorer !

Le racisme est une pire plaies de l’humanité. Disserter sur le vocabulaire à employer pour désigner tel ou tel individu est complètement à côté de la plaque. En Martinique, on désigne par « Chabin » mon type physique. Cela peut avoir un intérêt en milieu antillais, mais à Paris, je ne suis ni chabin, ni mulâtre, ni quarteron, ni octavon, je suis Noir, point.

Obama se définit lui-même comme Noir et non comme métis. C’est parfaitement logique dans un pays où historiquement, les relations raciales ont toujours été tendues. Même si la situation s’est grandement améliorée depuis quelques décennies, il y a encore des millions de gens qui ne voteraient jamais pour un Noir. Parmi les racistes, il en est de purs (sans jeu de mot) et durs, comme les néonazis. Mais il y a bien plus de gens à l’intelligence moyenne, qui le sont par mimétisme, parce que c’est la norme dans leur milieu ou leur famille. Parmi ces derniers, ou plus probablement parmi leurs enfants, l’élection d’Obama pourra peut-être faire évoluer le système de référence : un Noir n’est pas forcément un individu peu éduqué, qui vend de la drogue, et fait des enfants, dont il ne s’occupe pas.

Sur le plan international également, l’élection d’Obama est fondamentale. Ces dernières années, l’image des États-Unis s’est fortement dégradée dans le monde. Dans beaucoup de Pays, ils sont perçus comme agressifs et barbares. L’élection d’un Noir ne peut qu’améliorer les choses.

Citation de Anne Cuneo

J’interviewe Sarah, afro-américaine:

Le politiquement correct made in USA…Cailtlin Kraft Buchman, elle, n’est pas qualifiée de caucasso-américaine, ou de whasp… Effectivement elle est plus dans la norme de l’américaine “normale”: blanche, souriante, mince, bronzée, au service de la communauté, aimable et accueillante :-)

C’est complètement aberrant comme réaction : la précision « Sarah, afro-américaine » permet de préciser qu’il s’agit de quelqu’un appartenant à une minorité raciale dans un pays où le racisme a été la règle pendant des siècles (de l’esclavage jusqu’à la lutte pour les droits civiques des années 60. Même si le racisme a disparu au niveau institutionnel, à titre individuel il est encore très présent et pas seulement aux États-Unis.

« Sarah, afro-américaine » est l’équivalent de « elle-même joueuse de tennis » dans un article consacré à ce sport.

Pour conclure, je pense que dans l’histoire récente, le seul événenement comparable à l’élection d’Obama en terme de symbole et de portée a été celle de Mandela.

43)
crocro
, le 05.11.2008 à 13:35
[modifier]

C’est complètement aberrant comme réaction

Non mal comprise: je ne supporte pas le fait de classer les individus en fonction de leur couleur de peau ou de leur supposée origine ethnique passée, d’autant que cette classification ne concerne que les minorités opprimées.

Personne ne parle de caucaso-américain pour John Mac Cain.

Aucun autre intervenant dont la photo ne figure pas dans l’article d’Anne Cunéo n’est défini par ce critère… Je suppose que les sénatrices Hagen et Dole sont whasp, puisqu’il n’est pas précisé leur appartenance à une minorité autrefois opprimée :-)

Alors soit on ne cite jamais ce point pour définir un américain, soit on le fait systématiquement et cela va devenir trés vite insupportable. Cette classification est stupide, l’immense majorité des noirs n’a aucun lien avec l’Afrique, ils sont tous nés sur le sol américain. Sauf celui qu’ils ont choisi hier soir et qui n’utilise que fort rarement ce genre de rhétorique…

Comme l’a lui même déclaré le Président élu; il n’y a pas d’amérique blanche et d’amérique noire, il y a des états unis d’amérique.

Ne soyons pas pplus royalistes que le roi, une nouvelle ère commence, essayons de perdre rapidement cette sale habitude.

45)
Bigalo
, le 05.11.2008 à 13:54
[modifier]

De mon point de vue, préciser que Sarah était Noire signifie simplement qu’elle est directement concernée par le problème du racisme.

Cela fait plusieurs années que j’interviens irrégulièrement ici. J’en suis à plus de 150 commentaires. C’est la première fois que je précise que je suis Noir, car cela n’avait aucun intérêt les fois précédentes.

Mais si on parle de racisme, préciser dire que je suis Noir revient à indiquer aux lecteurs que je suis directement concerné et plus sensible au sujet que la majorité des intervenants ici.

C’est pareil pour Sarah. Préciser qu’elle était Noire me semble nécessaire. Ne pas le faire aurait été comme dans un article consacré au diabète, citer un malade auquel on demande ce qu’il pense de la découverte d’un nouveau médicament particulièrement efficace, sans préciser dans l’article que la personne interrogée est diabétique !

46)
CHD
, le 05.11.2008 à 13:55
[modifier]

En plus d’être métis, Barack Obama est surtout issu de l’immigration puisque c’est un deuxième génération comme vous diriez en Suisse, exactement comme un certain Nicolas Sarközy de Nagy-Bocsa qui est aujourd’hui coprince d’Andorre et président de la République Française (même si à l’étranger il est surtout connu comme étant “le mari de Carla”). Comme quoi les temps changent.

Ca m’aurait peiné pour Arnold que Sarah puisse devenir vice présidente (et possiblement présidente en cas de rechute de John). Cela aurait voulu dire que les diplômes ne veulent plus rien dire: première dauphine de Miss Alaska ce n’est rien en comparaison de Mister Universe ;-)

47)
Saluki
, le 05.11.2008 à 13:55
[modifier]

Michel, merci de cette remise à l’heure des pendules un peu toquées.

J’ai pris le parti de zapper les interventions longues de l’Agent O. Quand elles font quelques lignes elles peuvent avoir un intérêt, mais ici, il a abusé de la moquette.

Pour ce qui est de connaître ton taux de mélanine, je ne m’en étais pas préoccupé lors de notre première rencontre à la présentation d’Aperture: simplement, je n’en ai rien à f…aire.

48)
gbuma
, le 05.11.2008 à 14:10
[modifier]

Merci Bigalo pour cette mise au point.

crocro, je ne pense pas que ta citation ait été mal comprise. On ne peut pas évacuer la question raciale comme tu le souhaites. Elle fait partie de l’histoire des gens, de leurs souffrances. Dans le context de l’article d’Anne, dire “afro-américaine”, c’est reconnaître ces difficultés. Dans un autre context, ça peut servir à discriminer en ouvrant la porte à toutes sortes de préjugés raciaux et là il faut réagir, mais pas ici.

49)
Anne Cuneo
, le 05.11.2008 à 14:12
[modifier]

J’interviewe Sarah, afro-américaine:

“Ce que cette élection signifie pour moi? Cela signifie que je suis un être humain à part entière, cela signifie que tous les hommes du monde sont égaux, réellement égaux. Voyez-vous, Obama ne sera probablement pas un président parfait. Mais il a osé, et il a réussi. Et ce symbole-là, quelle que soit sa présidence, il restera.”

Non mal comprise: je ne supporte pas le fait de classer les individus en fonction de leur couleur de peau ou de leur supposée origine ethnique passée, d’autant que cette classification ne concerne que les minorités opprimées.

Mais enfin, crocro, tu ne vois pas que le fait qu’elle soit noire change tout à son propos? Et que afro-américain est un terme généralement utilisé et accepté dans une grande partie du monde? Bigalo t’a parfaitement expliqué – et tu remets ça avec le classement des gens etc. J’ajouterai en marge que ces “minorités opprimées” (d’une manière ou d’une autre) sont en fait la majorité de l’humanité, et que je pourrais te faire la bringue au sujet de l’utilisation du mot minorité.

50)
François Cuneo
, le 05.11.2008 à 14:13
[modifier]

Modérer ou pas les interventions?

Là non. Il y a des mots durs certes.

Un “abruti” de trop certainement.

Mis à part ce mot en particulier, j’apprécie énormément ton intervention Bigalo.

Même si, comme je l’ai dit au début, ce que dit Okazou sur la presse me semble tout à fait juste. Pour le reste, nous sommes d’accord.

51)
Anne Cuneo
, le 05.11.2008 à 14:17
[modifier]

bonne idée d’avoir pris Dylan comme cicérone en début de soirée, dommage de l’avoir abandonné en cours de route

Mea culpa! C’est lui qui m’a abandonnée vers 2 ou 3 heures, je ne sais plus: il n’a que 11 ans, après tout, il a dû aller se coucher, et j’ai oublié de le signaler. Quel gosse! Il connaît les moindre détails de cette élection, il est parfaitement bilingue, il lit chaque jour je ne sais combien de journaux, suisses et américains. Plus sympa, et super bien élevé (du moins avec moi) – un vrai petit gentleman politicien.

52)
bordchamp
, le 05.11.2008 à 14:22
[modifier]

Je n’interviens que très peu dans les commentaires de ce site. Qu’il me soit permis de dire simplement que j’abonde à 100 % dans le sens de Bigalo. Autant en ce qui concerne son analyse que le jugement qu’il porte sur certains commentateurs.

Merci, Bigalo pour cette mise au point.

53)
levri
, le 05.11.2008 à 14:34
[modifier]

Belle tirade Bigalo, mais ne tape pas sur l’Okazou, ses positions sont souvent tellement tranchées et partiales qu’elles en deviennent intéressantes, il apporte à cuk sa différence, et rien que ça c’est positif, on a quand même un peu tendance à être un peu trop consensuel par moment. Okazou je l’aime bien.

@ crocro : je suis d’accord avec Bigalo, l’expression d’Anne était appropriée dans le contexte.

@ Anne : Je me doutais un peu qu’il aurait des problèmes pour tenir la soirée, les enfants sont souvent “bien élevés”… avec les personnes qui les respectent, et certains sont réellement d’intéressantes personnes aux raisonnements originaux, par contre l’expression “petit gentleman politicien” me fait craindre l’acceptation prochaine du moule conformiste adulte.

J’écoute White Boy (Transcaucasain Airmachine Blues) de Kantner, Slick & Freiberg sur l’album Baron Von Tollbooth & The Chrome Nun

54)
Anne Cuneo
, le 05.11.2008 à 14:50
[modifier]

l’expression “petit gentleman politicien” me fait craindre l’acceptation prochaine du moule conformiste adulte

Dans ce cas, ce n’est pas la bonne manière de le décrire: je suis persuadée qu’il restera quelqu’un d’aussi original qu’il est maintenant. Il étonne même ses parents qui, d’après ce que j’a pu voir (brièvement) l’encouragent plutôt à être lui-même. Ce que je voulais dire c’est qu’il était très prévenant. C’est vrai que je ne l’ai pas traité comme un enfant – je lui ai montré comment on mettait les articles sur le site. Un comble si vous pensez que j’ai moi-même appris il y a trois semaines, et que je ne faisais ça que pour la deuxième fois!

55)
alec6
, le 05.11.2008 à 15:11
[modifier]

Bigalo… je ne pense pas que la diatribe d’Okazou soit si éloignée de la tienne que tu le laisses croire. Je crois comme l’agent O qu’il faut aller au delà des apparences et que l’important est avant tout le programme du monsieur et l’application future de celui ci !

Qu’Obama soit cul-béni comme 90% des yankees m’importe d’avantage que sa couleur de peau. Le jour où un président étasunien affichera son athéisme sera un grand jour, mais ce n’est malheureusement pas demain la veille.

Je comprends par ailleurs l’importance que tu donnes et qu’il faut effectivement donner à la présence d’un noir à la tête de LA puissance hégémonique mondiale de notre XXIe siècle naissant. C’est un symbole très fort comme l’est celui de la crise boursière, comme l’ont été le 11 septembre 2001 ou l’ouragan Katherina, événements emblématiques de la fragilité étasunienne.

Je pense que l’abandon du dollar comme standard économique aura des conséquences bien plus importantes que le taux de mélamine de la Maison Blanche.

Mais sa couleur de peau reste un symbole.

Une dernière remarque Bigalo, j’ai le sentiment en tant que blanc, hétéro, parisien, bobo et père de famille que le racisme en France est bien plus social qu’ethnique… à l’inverse des US. Quel est ton point de vue de “noir” ?

Je ne sais pas si Bourdieu a abordé le sujet sous cet angle coloré, mais le rang, l’héritage et les origines sociaux sont bien plus marquants que l’aspect physique…

56)
Bigalo
, le 05.11.2008 à 15:16
[modifier]

Merci à tous ceux qui ont apprécié ma longue intervention et me l’ont fait savoir ;-))

57)
Argos
, le 05.11.2008 à 15:17
[modifier]

Lorsque j’entends un gus expliquer que le gruyère est meilleur que le raclette et que le fendant c’est de la bibine, il est intéressant d’apprendre que l’auteur de la déclaration est valaisan. Citer alors son origine n’est pas faire du racisme mais apporter une précision à son propos. C’est exactement ce que fait Anne en bonne journaliste. Occulter le noir de l’information fait partie des idées grotesques maniées par certains.

En passant, bravo, Anne, pour le papier, et bravo à Bigalo pour son intervention pleine de sens et de bon sens.

58)
Caplan
, le 05.11.2008 à 15:31
[modifier]

Que Obama soit noir ou pas ne change rien à son charisme et à ses compétences. Mais ce qui m’intéresse et m’émeut surtout, c’est que les USA soient passés de ça:

… à ça:

Pour moi, tout le reste n’est que pinaillage bien-pensant!

Milsabor!

59)
levri
, le 05.11.2008 à 15:39
[modifier]

@ 58-Caplan : le choc des photos, mais pas du meilleur goût, et on pourrait faire ce genre de truc pour presque tous les pays.

@ alec6 : oui il faut savoir aller au delà des apparences, et même savoir regarder derrière le miroir, et je pense également que l’élection d’un “non croyant” serait plus significative,

PS : “blanc, hétéro, parisien, bobo et père de famille”… décidément tout les défauts ! :P

J’écoute Let’s Go Together de Jefferson Starship sur l’album Blows Against The Empire

60)
Bigalo
, le 05.11.2008 à 16:03
[modifier]

il faut aller au delà des apparences et que l’important est avant tout le programme du monsieur et l’application future de celui ci !

Je ne suis pas d’accord avec toi : selon moi, l’élection en soi d’Obama a une telle charge symbolique qu’elle est en elle-même un événement exceptionnel.

Qu’ensuite il s’avère ou non qu’Obama est un bon président est une autre question, qu’il et bien trop tôt pour trancher.

Une dernière remarque Bigalo, j’ai le sentiment en tant que blanc, hétéro, parisien, bobo et père de famille que le racisme en France est bien plus social qu’ethnique… à l’inverse des US. Quel est ton point de vue de “noir” ?

Je ne sais pas si Bourdieu a abordé le sujet sous cet angle coloré, mais le rang, l’héritage et les origines sociaux sont bien plus marquants que l’aspect physique…

Racisme social ? Selon moi c’est galvauder le terme de racisme. Dans racisme, il y a race, et l’un des problèmes essentiels est que tu arbores 24h / 24 ton aspect physique, sur lequel tout le problème repose. Tu sais qu’à tout moment quelque chose peut survenir. Même quand rien ne se passe, c’est-à-dire presque tout le temps, il faut être sur ses gardes.

C’est cette permanence qui est particulièrement pénible.

C’est comme les douleurs dentaires : même d’intensité moyenne, lorsque cela dure plusieurs heures, voire plusieurs jours, c’est épuisant. A la longue, cela s’avère bien plus pénible qu’une douleur intense mais très brève.

A mes yeux, cet aspect est un élément fondamental du racisme. C’est pourquoi j’ai fait ce clivage tout à l’heure entre racisme d’une part et antisémitisme et xénophobie d’autre part.

C’est pourquoi je récuse l’expression « racisme social » qui me paraît être un abus de langage. Que l’origine sociale, la consonance du nom, ou une mauvaise maîtrise de la langue soient la source de nombreuses difficultés sociales, c’est évident, mais ce n’est en aucun cas du racisme.

De nombreux étudiants antillais, de famille aisée, qui croyaient avoir trouvé une chambre ou un appartement, conformes à leur budget, ont vu l’expression du propriétaire changer brusquement lorsqu’ils se présentaient. Ce dernier bredouillait alors qu’il y avait une erreur ou que l’appartement était déjà loué. C’est cela le racisme.

Pour un raciste, un Noir sera toujours un Nègre, peu importe ses capacités intellectuelles, sa personnalité, son niveau d’études, … Alors qu’un immigré Blanc issu de milieu modeste, qui aura réussi à faire des études et à avoir un travail intéressant avec un revenu élevé se fondra dans la population française de son nouveau milieu social.

Quant à Bourdieu, une amie a insisté il y a quelques années pour que je lise « Les héritiers, les étudiants et la culture » et cela m’a paru un ramassis de lieux communs. Je sens que je ne vais pas me faire des amis !

61)
crocro
, le 05.11.2008 à 16:08
[modifier]

@ crocro : je suis d’accord avec Bigalo, l’expression d’Anne était appropriée dans le contexte.

Juste en passant, comment définir les américains d’origine algérienne, marocaine ou tunisienne ?

L’incongruité de cette habitude vous échappe, c’est dommage… J’ai l’impression d’assister à la version moderne des Précieuses Ridicules.

je pourrais te faire la bringue

Encore une expression dont le sens m’échappe, décidemment :-)

En tout cas encore merci pour le reportage. Au sujet de Dylan les enfants bien élevés cela existe encore de nos jours, des enfants à l’aise avec les adultes aussi, en particulier ceux qui ont confiance en eux. J’ai souvent remarqué que les jeunes golfeurs, bien meilleurs que leurs parents, ont une attitude très naturelle avec les adultes: ils ont conscience de leur valeur et n’en rajoutent pas.

Pour moi, tout le reste n’est que pinaillage bien-pensant!

Le diable est dans les détails…

62)
Bigalo
, le 05.11.2008 à 16:11
[modifier]

Lorsque j’entends un gus expliquer que le gruyère est meilleur que le raclette et que le fendant c’est de la bibine, il est intéressant d’apprendre que l’auteur de la déclaration est valaisan.

Une précision pour tous ceux qui connaîtraient mal la Suisse : le Valais est le canton d’où sont originaires la raclette (à déguster au feu de bois et non dans les horribles appareils Seb, Mouulinex et consorts) et le fendant (vin blanc fait avec du chasselas).

Ceci dit, depuis quelques années, il y a de sacrés progrès dans la qualité des vins produits en Valais, et même parmi les fendants, il y en a qu’il vaut la peine de déguster !

63)
Blues
, le 05.11.2008 à 16:11
[modifier]

Encore Obama n’est-il pas encore président (il ne le sera qu’en 2009), la voix des armes l’emportant trop souvent sur les voix des électeurs, dans ce pays de cow-boys armés jusqu’aux dents, ils sont foutus de le dézinguer avant qu’il ne prête serment.

Comme beaucoup ici, je suis heureux de cet événement historique (même si Obama ne sera qu’un président blanc-gris-et pas noir)… Ce qui me fais le plus peur c’est justement ce que dit Okazou dans le paragraphe cité… Ce gars a vraiment intérêt à se protéger un max, mais si la CIA ou des groupuscules style KU-KU décident de le flinguer, ils risquent d’y arriver.

J’écoute White Boy (Transcaucasain Airmachine Blues) de Kantner, Slick & Freiberg sur l’album Baron Von Tollbooth & The Chrome Nun

Marrant ça … j’ai ressorti le 33 T la semaine passée… PS: après toutes ces années j’adore (Encore) la voix de Grace, si aérienne (malgré le côté “acide”)

64)
Bigalo
, le 05.11.2008 à 16:19
[modifier]

Crocro, tu le fais exprès ?

C’est évident qu’accoler systématiquement aux gens un type physique n’est pas quelque chose qu’Anne, Levri ou moi n’apprécions, et encore moins ne souhaitons.

Par conséquent,

Juste en passant, comment définir les américains d’origine algérienne, marocaine ou tunisienne ?

n’a pas grande importance. Si cela t’intéresse réellement (j’espère que non et que ton message n’est que de la provocation) demande à un Maghrébin ayant vécu aux États-Unis !

Mais quand on interviewe quelqu’un sur un sujet, il est intéressant de savoir s’il est ou non directement concerné. Serait-ce trop compliqué pour toi ?.

65)
Okazou
, le 05.11.2008 à 16:33
[modifier]

« « Afro-américain est un terme courant, utilisé par toutes les races. »

Le problème est pourtant, comme le rappelle crocro-35-40, que l’on ne définit les Américains de couleur que par ce terme affreux d’Afro-Américain (j’y mets deux majuscules) et jamais les blancs comme Caucaso-Américains alors qu’Obama lui-même n’a eu de cesse de rappeler qu’il s’adressait aux Américains, toutes origines confondues.

L’Afro-Américain est nommé ainsi pour ne pas le considérer pour un Américain comme un autre. Pour continuer le jeu malsain de la ségrégation ad libitum.

Si ce pays n’avait pas érigé le racisme en système, on n’y parlerait que d’Américains. Au moins, nous Européens, ne tombons pas dans leurs pires travers.

66)
Okazou
, le 05.11.2008 à 16:36
[modifier]

« « né à Paris d’un père antillais et d’une mère blanche, je suis métissé. »

Ça ne te rend pas plus intelligent pour autant comme on peut le voir dans la suite de tes propos.

« Toutefois, cela ne me viendrait pas à l’idée de me définir comme métis. Je suis Noir.
Et ce n’est pas une situation raciale, mais sociale.»

Que tu le veuilles ou pas tu n’es pas noir et il ne s’agit pas d’une situation sociale mais d’un état. Sauf si tu es raciste.

Si les gens à la peau colorée vivent mal leur état par ce qu’ils subissent dans la vie de tous les jours ce n’est pas parce qu’ils ont une peau colorée mais du fait du racisme ambiant (effort de compréhension nécessaire pour piger ça) qui est bien autre chose qu’une critique de la couleur de peau. Ce n’est pas la couleur de ta peau qu’il faut défendre, c’est le racisme qu’il faut combattre. La remarque est valable pour toutes les discriminations, sexuelles, par exemple. L’homosexuel doit combattre celui qui lui refuse le droit à sa sexualité propre ou qui le considère comme un être inférieur ou à part du fait de sa sexualité. La Gay pride est la mauvaise voie qui perpétue l’homophobie. Le gay n’a pas à être plus fier qu’un hétéro de sa sexualité. On ne peut se vanter d’un état de fait qui ne provient d’aucun mérite.

Cela me permet de prétendre au passage que le problème du racisme au USA (en France aussi) est bien pratique pour masquer les problèmes sociaux. On oblitère le problème de la pauvreté par la mise en avant de la couleur de la peau sous le prétexte que les pauvres sont souvent des gens de couleur ou plus simplement des gens d’une autre origine. Le raciste se voudrait supérieur à la tête de Turc qu’il s’est choisie pour se hausser du col. Par ce rejet il se maintient dans sa médiocrité humaine. Au plus affichera-t-il une condition sociale d’apparence (maison, voiture, mœurs convenues…) sensée le mettre à l’abri du rejet qu’il pratique envers ceux qu’il méprise.

Discrimination positive et communautarisme ne sont pas des réponses mais l’enracinement d’un problème majeur.

De fait, Bigalo, tu es dans un mode de pensée qui a intégré le racisme comme une sorte de fatalité. Tu es dans le constat et la plainte quand il faudrait que tu sois dans le refus absolu, la négation d’une monstruosité. Le racisme c’est l’échec de la pensée, pour les racistes qui le provoquent et pour ceux qui le subissent tout en lui accordant son existence par l’établissement de sa reconnaissance sociale.

Pas facile de me comprendre, sans doute, mais je le répète, être noir, ou grand, ou roux, ou avoir les yeux bleus sont des états de fait et c’est le meilleur message à transmettre pour vaincre le racisme et autres perversions.


« Vous voulez les pauvres secourus, moi je veux la misère supprimée. » Victor Hugo in 1793

67)
Caplan
, le 05.11.2008 à 16:37
[modifier]

@ 58-Caplan : le choc des photos, mais pas du meilleur goût, et on pourrait faire ce genre de truc pour presque tous les pays.

Ah? Tu as des images de lynchage aux Etats-Unis au XXème siècle d’un meilleur goût que la mienne?

Non. On ne peut pas faire ce genre de truc pour presque tous les pays! Cite-moi des exemples qui datent de la même époque!

Je répète que ce qui me touche, c’est le chemin parcouru en si peu de temps, finalement. Je ne vois pas ce qu’il y a de mauvais goût là dedans…

Milsabor!

68)
Anne Cuneo
, le 05.11.2008 à 16:41
[modifier]

D’une certaine manière, j’ai envie de clore cette polémique – mais en lisant la question de crocro, il m’est venu une idée. Je suis allée voir.

Comment on appelle un Maghrébin vivant aux Etats-Unis? Comme ça

Comment on appelle un habitant d’Amérique latine vivant aux Etats-Unis? Comme ça

Comment on appelle les Italiens vivant en Amérique? Comme ça

Il s’agit tout bêtement d’une utilisation correcte de la grammaire anglo-américaine (encore un exemple), d’usage courant sans aucune nuance de jugement – seulement descriptif!

69)
Bigalo
, le 05.11.2008 à 16:42
[modifier]

Si les gens à la peau colorée vivent mal leur état par ce qu’ils subissent dans la vie de tous les jours ce n’est pas parce qu’ils ont une peau colorée mais du fait du racisme ambiant

Monsieur de la Palisse en aurait dit autant.

Étant donné la source, je ne m’abaisserai pas à répondre au reste.

70)
Anne Cuneo
, le 05.11.2008 à 16:44
[modifier]

@ Caplan, il en va pour tes images comme pour mes adjectifs: elles mettent les points sur les i, je te remercie d’avoir rappelé CONCRETEMENT de où on était partis.

Le goût n’a rien à voir avec ça.

71)
Argos
, le 05.11.2008 à 16:50
[modifier]

D’ici un moment, Okazou va nous expliquer qu’il ne faut pas parler de photo en noir-et-blanc et de photo en couleurs, parce que cela a un relent raciste.

Quand je lis ses interventions, j’allume un cierge en hommage a Orwell.

72)
Okazou
, le 05.11.2008 à 16:53
[modifier]

Anne-68 >

Voilà la meilleure manière de péréniser une manière de ségrégation. Il y a les hommes, un point c’est tout. Afro-Américains, Hispano-Américains, Sino-Américains ne font qu’entretenir une ségrégation larvée.

Chacun chez soi, entre soi, dans son quartier, ça s’appelle le communautarisme et c’est un système ségrégatif. Des petits ghettos parfaitement innocents puisque reconnus.

73)
CHD
, le 05.11.2008 à 17:01
[modifier]

Et ce n’est pas une situation raciale, mais sociale.

Racisme social ? Selon moi c’est galvauder le terme de racisme.

C’est normal que j’ai du mal à suivre ?

Sinon votre débat sur les “races” me rappelle ce discours de Clémemceau . Cela fait relativiser. C’est d’ailleurs intéressant de noter qu’en Suisse la France est souvent désigné comme Frouzanie ou Tiers-Monde. Ca ne fait pas plus rire que ça lorsque la voiture de ses parents (et oui des plaques françaises, ça vaut bien la couleur noire) se retrouve avec un pare-brise défoncée (c’est toujours mieux que complètement cramée).

74)
Argos
, le 05.11.2008 à 17:01
[modifier]

Moi, en tant que blanc, le racisme je l’ai ressenti dans les regards en me promenant main dans la main avec une hindoue de la caste des brahmanes sur la plage de Juhu a Bombay, juste a cote des studios de Bollywood. Experience qui permet de comprendre un certain nombre de choses. (pardon pour le manque d’accents, j’ecris sur un clavier americain)

75)
levri
, le 05.11.2008 à 17:07
[modifier]

Juste en passant, comment définir les américains d’origine algérienne, marocaine ou tunisienne ?

Encore une fois ça dépend du contexte, dans certain cas il n’y a rien à définir, mais si ça peut aider à la compréhension du propos on pourrait citer leur origine nationale, ou même éventuellement leur pratique religieuse. Ça n’a rien d’incongru, de même, si au cours d’une discussion le fait de dire de quelqu’un qu’il est gros (pardon qu’il a une surcharge pondérale) peut amener une meilleure compréhension, je n’hésiterai pas.

… Les Précieuses Ridicules étaient plutôt du genre à “cacher ce sein que je ne saurais voir”, comme je l’ai déjà dit je pense que ça ne sert à rien de nier la réalité, elle est tenace, et c’est ridicule de la nier. C’est en restant naturel et en utilisant les mots qu’ils perdront leur charge négative.

Je n’aime pas particulièrement “les enfants bien élevés”, ça me fait penser à du bétail ou au dressage des chiens de cirque, il faut parfois savoir regarder au delà des apparences, et souvent on entend par là des enfants “qui savent se tenir à leur place”.

@ 66- Okazou : …moi je suis plutôt fier d’être homo, parce que c’est un choix que j’ai fait, et je suis fier de tous mes choix, sinon je choisirais différemment ! :)

@ 67- Caplan : tu pouvais le dire sans photos ! Je ne stocke pas d’images de torture ou de lynchages, mais il doit sûrement exister des photos de ratonnades, quid d’un post avec opposition d’une photo de ratonnade bien sanglante en opposition avec une belle photo de Sarko souriant en compagnie d’un de ses ministres “issu de l’immigration” ?

@ 68- Anne : t’as oublié les “Native Americans” dans ta liste ! :D

@ 72- Okazou : te fais pas plus obtus que tu n’es ! on ne parle pas d’obligatoirement utiliser les caractéristiques ethniques en 2ème prénom, mais juste de préciser ses propos lors d’une conversation entre gens civilisés !

J’écoute Queen Of The Highway des Doors sur l’album Morrison Hotel

77)
alec6
, le 05.11.2008 à 17:14
[modifier]

J’allais faire la même remarque sur la Gay Pride… et pourquoi pas une Black Pride maintenant, tant qu’on y est !

La sexualité comme la couleur de peau de mes copains et copines me laissent de marbre. J’ai même des amis qui ont es 4X4… c’est dire !! :-)

Pour être plus sérieux, j’aspire à l’indifférence de nos différences. En cela les “discrimination positives” de toute acabit m’insupportent totalement. La fameuse “parité” H/F dans nos assemblées électorales en fait partie. Je ne sais pas si c’est encore le cas, mais il paraît qu’il fut un temps où les universités US se devaient d’avoir des quotas de noirs, d’hispaniques ou de je ne sais quoi ! Quelle connerie !

Tout comme l’athéisme aux USA, il faudra encore quelques siècles pour abandonner cette vision étriquée du monde. Les Machin Pride et autres discriminations positives n’y changeront pas grand chose.

78)
Argos
, le 05.11.2008 à 17:17
[modifier]

Levri, les Doors c’est presque aussi bien que la Fantastique de Berlioz par Ansemet que jai telechargee il y a peu. Et pour varier, j’aime bien Alexandre Dumas, qui etait un peu melange.

Un crétin dit un jour à Alexandre Dumas:

– Mais au fait, mon cher maître, vous devez vous y connaître, en nègres, avec tout ce sang noir qui coule dans vos veines.

Dumas réplique alors, sans avoir à élever la voix au milieu d’un profond silence du salon dévoré d’anxiété:

– Mais très certainement. Mon père était un mulâtre, mon grand-père était un nègre et mon arrière grand-père un singe. Vous voyez, Monsieur: ma famille commence où la vôtre finit.

79)
Argos
, le 05.11.2008 à 17:24
[modifier]

Alec, pour la parite, il y a aussi le cinema, et la ca devient rigolo: Pour respecter les quotas hollywoodiens, on a engage des noirs dans 300, narrant la bataille des Thermopyles entre Grecs et Perses. Le film etait deja nul, mais la cela battait le pompon.

80)
Patrick69
, le 05.11.2008 à 17:28
[modifier]

D’après sa première intervention (message 40), crocro ne souhaitait pas occulter le fait que la dame soit noire, mais reprochait juste l’utilisation de ‘afro-américaine’ au lieu, justement de ‘noire’. Enfin, c’est ce que j’ai compris. Je trouve moins claire la 2ème intervention.

81)
Bigalo
, le 05.11.2008 à 17:41
[modifier]

Citation de Bigalo

Et ce n’est pas une situation raciale, mais sociale.

Citation de BigaloRacisme social ? Selon moi c’est galvauder le terme de racisme.C’est normal que j’ai du mal à suivre ?

Non tu ne devrais pas avoir de mal à suivre !

Être en position de subir le racisme découle d’une situation sociale : il faut pour cela appartenir à une minorité non dominante, et physiquement immédiatement reconnaissable, dans une société où il est courant de juger et traiter comme inférieurs les membres de cette minorité.

Être Blanc, Noir, Rouge, Jaune ou Vert au sein d’un groupe d’amis ou dans une société où le racisme est absent est sans importance.

Lorsque le racisme est présent et que l’on appartient à l’une des minorités considérées comme inférieures par ceux qui sont racistes, le risque d’être insulté, agressé, de se voir refuser un logement ou emploi, … à cause de son seul aspect physique est présent en permanence. Cette permanence est l’un des aspects essentiels du racisme. Un autre élément fondamental est que le racisme repose sur un aspect physique aisément repérable même à plusieurs mètres. Sans cette permanence, et cette identification aisée par les individus racistes, il ne s’agit pas de racisme.

Si le risque d’être confronté à des difficultés de la part des membres d’un groupe dominant est quelque chose de ponctuel, lié à une situation qui n’est elle-même pas permanente (et j’appelle permanente ad vitam aeternam), parler de racisme social, c’est galvauder le terme de racisme.

En clair un Noir vivant dans une société raciste, peut en subir les conséquences à tout moment jusqu’à son dernier jour.

L’enfant d’une immigrée Blanche, femme de ménage, s’il réussit à faire des brillantes études échappera définitivement aux difficultés sociales auxquelles il a été confronté.

Dans le premier cas c’est du racisme, pas dans le second. L’une des différences essentielles est que le Noir du premier exemple n’a aucune possibilité d’échapper au racisme par son seul comportement. Il ne peut qu’émigrer ou espérer une évolution de la société. L’enfant d’immigré du second exemple, bénéficie lui d’une certaine maîtrise sur la façon dont sa perception par certains imbéciles va évoluer.

À mes yeux la différence est fondamentale.

Est-ce plus clair ?

82)
Argos
, le 05.11.2008 à 17:47
[modifier]

Petite correction de ma part à l’intervention de Bigalo : elle concerne l’antisémitisme. Contrairement à ce qu’affirment les racistes, un juif ne se reconnait pas forcément et les réactions à leur égard, l’histoire l’a démontré, peuvent être extrêmement violentes.

83)
Bigalo
, le 05.11.2008 à 18:02
[modifier]

@ Argos

Je n’ai jamais dit le contraire !

La xénophobie aussi a parfois fait des dégâts; La chasse aux étrangers qu’il y a eu au printemps en Afrique du Sud en est un exemple récent.

Si j’ai parlé de d’antisémitisme et de xénophobie, c’est bien parce qu’il s’agit d’horreurs qui se rapprochent du racisme.

Je dis simplement que ce sont des phénomènes distincts, à cause de la menace permanente que fait peser le racisme sur les victimes potentielles. La virulence de l’antisémitisme s’exprime parfois de façon particulièrement intense, mais c’est en général plus limité dans le temps.

Dans un monde idéal, il n’y aurait ni racisme, ni antisémitisme ni xénophobie. Mais sauf disparition de notre espèce, je n’y crois pas ;-((

84)
alec6
, le 05.11.2008 à 18:09
[modifier]

Quand je parlais de racisme social, je pensais au fait qu’en France, le statut social de tes parents (ça c’est du vécu) te classifie dans une catégorie, prolo ou notable, particulièrement dans un petit bled. Fils de prolo tu es, entre prolo tu resteras.
J’ai donc le sentiment qu’il vaut mieux être un patricien coloré qu’un plébéien blanc. Mais visiblement je me trompe, je ne suis pas bien placé pour en parler… d’où ma question Bigalo.

Habiter à Belleville-Mesnilmontant déforme peut-être ma vision du monde, au point que de passage en province je trouve toujours bizarre de n’y voir que des blancs.

85)
crocro
, le 05.11.2008 à 18:59
[modifier]

D’une certaine manière, j’ai envie de clore cette polémique – mais en lisant la question de crocro, il m’est venu une idée. Je suis allée voir.

Comment on appelle un Maghrébin vivant aux Etats-Unis? Comme ça

J’y suis allé, sur le site en question: tous les pieds-noirs, qui ne le sont d’ailleurs pas, seront ravis de l’apprendre.

C’est stupide ils sont blancs, souvent juifs et n’ont rien de commun avec les habitants originels de ces contrées.

D’ailleurs ma question ne portait pas sur ce point: je parlais de l’origine géographique, puisque le terme afro-américain qui me révulse y fait mention, pas de leur apparence physique… C’est là que les choses dérapent malheureusement :-(

C’est toi qui en as conclu que tous les hommes originaires des pays du nord de l’Afrique avait le type standard, magrebin…

Encore une fois celui qui a été élu hier proclame qu’il n’y a que des Américains: pour paraphraser Coluche il n’y a plus de bleus clairs et de bleus foncés, ils sont tous bleus.

Mais visiblement son message a du mal à passer, chez ses partisans ce qui peut se comprendre après leur histoire, fier de leur négritude, comme Rocco de sa bite, et dans le reste du monde civilisé, ce qui me chagrine davantage.

Les Précieuses Ridicules étaient plutôt du genre à “cacher ce sein que je ne saurais voir”

Non lui c’est Tartuffe, ce qui finalement rejoint un peu notre propos :-)

86)
CHD
, le 05.11.2008 à 19:01
[modifier]

Est-ce plus clair ?

Oui parfaitement, c’était la notion de racisme social qui m’échappait un peu, ça veut tout et rien dire surtout qu’à la base la notion de race est déjà pas mal floue. Ceci dit l’antisémitisme est clairement une idéologie raciste (préjugé selon lequel des caractères innés inférieurs/supérieurs sont conditionnés par le groupe ethnique) même si la discrimination se base sur la religion, elle même se définit sur la race (il est toujours possible de se convertir au Judaïsme mais je crois que c’est aussi compliqué que pour obtenir le passeport à la croix blanche ;-) ) .

87)
levri
, le 05.11.2008 à 19:08
[modifier]

Non lui c’est Tartuffe, ce qui finalement rejoint un peu notre propos :-)

Damned ! il me semblait bien, mais ça m’arrangeait que ce soit les Précieuses… :)

88)
AleX54
, le 05.11.2008 à 19:26
[modifier]

@Bigalo

Certes le symbole est fort et je conçois que cette reconnaissance fasse du bien, soulage.

Mais est-ce que cela va changer le quotidien vraiment ? Est-ce que les racistes le seront moins ?

89)
Anne Cuneo
, le 05.11.2008 à 20:26
[modifier]

C’est toi qui en as conclu que tous les hommes originaires des pays du nord de l’Afrique avait le type standard, magrebin…

Incroyable! Moi je parle de grammaire, et lui il la ramène avec des question de démographie et de race. J’arrête là de répondre, car avec toi crocro, ce n’est pas une discussion. Tu as une idée et tu t’y tiens, et il faut que celle de l’autre se moule dans la tienne, tu ne comprends pas au-delà de ta limite. Je suis trop fatiguée ce soir, ayant dormi une heure la nuit dernière, pour investir du temps inutilement.

90)
zit
, le 05.11.2008 à 21:29
[modifier]

Merci Anne, merci d’avoir réussi à m’intéresser à ce sujet pour lequel je ne me passionnais absolument pas, non que ce qui se passe “là–bas” ne me préoccupe pas, mais pour moi, c’est un peu bonnet blanc/ blanc bonnet, le démocrate étant une droite à peine un poil un poil moins dure que le républicain, mouais…

Peut–être cela fera–t–il un léger “plus” (ou moins de moins) pour les classes moyennes et les plus défavorisés “là–bas”, mais ici ou ailleurs, je crains que ça ne changera malheureusement pas grand chose…

Une fois de plus, je partage en grande partie le point de vue de l’agent O, n’en déplaise à certains, il a le talent d’appuyer là où ça fait mal. Cependant, il est indéniable qu’Obama n’est pas vraiment blanc, et le coupage de cheveux en quatre sur sa “mulâtritude” n’a pas grand intérêt. Ce qui compte, ce sont les actes, et ça, on en saura plus dans environ six mois… Si effectivement, il arrive à rester en vie…

Quand au racisme, une chose est certaine, la connerie étant tellement bien répartie, il faut vraiment être bête pour y croire (à l’histoire des races “supérieures et inférieures”;o).

z (pas raciste, ni xénophobe, je répêêêêêêêêête : par contre, les cons…)

91)
loic
, le 06.11.2008 à 01:52
[modifier]

Un président US noir, c’est historique, et de fait, pour comprendre l’Histoire, il faut dire qu’il est noir.

On ne comprendra pas l’Histoire si on gomme toutes les différences… allez expliquer l’apartheid sans mentionner la couleur de peau des protagonistes ou la Saint-Barthélemy sans parler de protestants et de catholiques.

Moi je veux des différences, de la diversité, affichée, revendiquée (comme tu le fais Okazou).

Je lis ici qu’être homo c’est un choix! On dirait du Palin. Non, ça n’est pas un choix, mais le fait de l’assumer est un choix, courageux dans nos contrées et notre époque, et je ne vois pas pourquoi on ne serait pas fier de se choix. La gay pride banalise et n’est pas (je l’espère) réservé aux gays, mais à tous ceux qui veulent que ce choix d’assumer soit possible. Avec un peu de chance, à terme, la gay pride finira par être synonyme de grosse fête ouverte à tous, et dont on aura oublié l’origine, sauf dans les livres d’Histoire.

Les journalistes ne devraient pas exprimer d’opinion? Mince alors, je n’ai encore rien compris. Le journalisme sans opinion, c’est les dépêche de l’AFP et le 20 minutes. Regarde Pernault, qui ne doit pas faire beaucoup de discours politiquement engagés mais dont les choix rédactionnels montrent ce qu’il pense mieux qu’un discours (c’est pas du vécu, c’est par procuration, je n’ai jamais vu un journal de Pernault, excusez-moi et oubliez cette phrase si je me trompe). Il est quand même possible d’avoir une opinion, de pourquoi pas? l’exprimer, même pour un journaliste, mais de garder une impartialité quand à l’exposé des faits et des opinions contradictoires, bref, de ne pas tomber dans la propagande.

Quand à la foi, “croire, c’est renoncer à penser”? Bah, on n’a pas grand chose à soi sur cette terre, si ce n’est notre capacité à penser et nos sentiments. Ça serait triste de taire les sentiments (et la foi fait partie des sentiments) au nom de la pensée analytique, faut juste faire attention à ce que les sentiments ne faussent pas la pensée, n’empêche pas la liberté de pensée et la diversité dans la foi.

Et pour signer mon angélisme éculé: “Liberté, Egalité, Fraternité”… diversité (ces enfantillages, ça ne fait plus très sérieux de nos jours de real-politik pragmatiques).

92)
Okazou
, le 06.11.2008 à 07:13
[modifier]

Bon, cette fois, je vais être clair, puisque ça ne passe pas autrement.

Nous parlons d’Obama. Cet homme, candidat démocrate à la présidentielle américaine, a passé son temps à dire à ceux qui l’écoutent exactement ce que j’écris ici depuis 24 heures.

Que dit-il ? Qu’il est un candidat démocrate à la présidence des USA, qu’il a de meilleures solutions que son adversaire républicain pour venir à bout des problèmes qui assaillent les USA et que les Américains seraient bien inspirés de lui faire confiance plutôt qu’à un cheval de retour.

Voilà l’homme au centre de notre intérêt du moment qui dit à ses compatriotes américains de ne pas voter pour lui parce qu’il est noir, ça pourrait tout gâcher, mais parce qu’il est un bon candidat démocrate face à un mauvais candidat républicain. Obama transcende en beauté son état d’Afro-Américain.

Obama a compris (et sans doute pas hier) que la meilleure façon de traiter le racisme est, autant que possible, de ne pas lui offrir de prise. Il ne faut pas entretenir le racisme, il faut l’éradiquer. Les meilleurs moyens de l’entretenir, de le vérouiller à jamais après l’avoir officialisé, étant la victimisation, la discrimination positive et le communautarisme, il va falloir pour l’éradiquer que les Américains ne se considèrent, ni plus, ni moins, que pour des Américains et rien d’autre. Tous Américains et tous réunis avec pour seules différences celles que créent les disparités de revenus, ce qui est énorme et, contrairement au racisme basé sur un délire, qui constitue un problème bien tangible.

Voilà enfin l’homme que les USA attendaient pour sortir de son bourrier de préjugés et de pensée convenue. Ce type-là possède une bonne longueur d’avance sur la pensée ordinaire européenne qui, on l’a vu ici dans les critiques qui ont accueilli mon discours – directement inspiré de celui d’Obama –, est une pensée que l’on pourrait situer entre rétrograde et bien pensante.

Un petit truc pour vivre avec son temps. Un conseil qui vaut de l’or : Les bien-pensants ont toujours tort et si l’on veut appréhender l’avenir comme il convient il faut d’abord considérer que la pensée du jour, la pensée qui court les médias, la pensée de l’air du temps qui s’imprime dans les journaux, qui est serinée par les « spécialistes » et autres « experts » invités sur les plateaux, cette pensée que l’on voudrait définitive est une pensée fausse qui ne vaut plus rien même si elle fut vraie ne serait-ce qu’un instant. Il faut chercher devant, toujours, une autre vérité qui vivra le temps d’être reconnue avant d’être elle-même, à son tour, remisée pour obsolescence. La vérité, il faut lui courir après tout le temps, elle ne s’arrête jamais. Plus dynamique que la pensée ? Tu meurs. La pensée, c’est la vie, elle est immortelle et incroyablement fugace, sans cesse renouvelée.

Bon, tout ça sont les propos de l’abruti dangereux de service, prenez-les comme tels. Il y a tellement de forces statiques par ici, elles sont tellement sûres d’elles-mêmes et depuis tant de temps qu’une pensée dynamique après laquelle on se doit de courir ne peut-être que le fruit d’un cerveau bien malade, j’en conviens.


Un autre monde est possible. Malgré tout.

93)
Okazou
, le 06.11.2008 à 07:47
[modifier]

Message personnel (où y’a de la gêne, y’a pas de plaisir.)

alec6, achète (si ce n’est pas déjà fait) Siné-Hebdo de la semaine, il y a un intéressant entretien avec Noam Chomsky sur la crise.

94)
Anne Cuneo
, le 06.11.2008 à 08:46
[modifier]

Bon, tout ça sont les propos de l’abruti dangereux de service, prenez-les comme tels.

Je relis tes interventions à tête enfin reposée: si tu avais dit ça d’emblée aussi clairement, je n’aurais rien eu à redire, je pourrais signer ton intervention No 92. Mais hier matin, tu avais la tête autant dans les vapes que moi, à voir, parce que ce n’était pas d’emble évident.

Tout ce que tu as dit étant acquis, je pense qu’il faut ajouter un élément, dans lequel la couleur d’Obama joue un rôle. Si tu as écouté les radios ce matin, lu quelques journaux, tu as constaté comme moi ce que les gens disent.

«Moi qui pensais que le racisme était un obstacle majeur… Eh ben non, s’il a réussi, d’autres pourront réussir. Et après tout pourquoi ne pas oublier la couleur de sa peau et juger sur actes?»

Je pense que la phase d’émerveillement sur la négritude du président afro-américain était nécessaire. Mais maintenant que ç’a été dit, passons à autre chose, je suis d’accord avec toi.

95)
Anne Cuneo
, le 06.11.2008 à 08:51
[modifier]

un intéressant entretien avec Noam Chomsky sur la crise

Cet entretien est repris de (ou semblable à) un CD que l’émission La-bas si j’y suis de France Inter a fait des 4 ou 5 émissions en compagnie de Chomsky l’an dernier. Je l’ai, mais malheureusement pas sous la main, ce qui fait que je n’ai pas de références à ajouter. On le trouve facilement.

Ces entretiens sont totalement dans notre sujet. Prophétiques, par certains côtés, on dirait qu’ils ont été faits ce matin.

96)
levri
, le 06.11.2008 à 10:43
[modifier]

Je lis ici qu’être homo c’est un choix! On dirait du Palin. Non, ça n’est pas un choix, mais le fait de l’assumer est un choix, courageux dans nos contrées et notre époque, et je ne vois pas pourquoi on ne serait pas fier de se choix. La gay pride banalise et n’est pas (je l’espère) réservé aux gays, mais à tous ceux qui veulent que ce choix d’assumer soit possible. Avec un peu de chance, à terme, la gay pride finira par être synonyme de grosse fête ouverte à tous, et dont on aura oublié l’origine, sauf dans les livres d’Histoire.

Je crois que c’est moi que tu reprends, mais en généralisant, je parlais à titre personnel, et en l’écrivant je savais que la formulation pouvait être sujet à polémique, la tendance actuelle étant qu’on est homo de par ses gènes ou autres, en tout cas qu’on y peut rien et que c’est comme d’être gaucher.

En un sens tu as raison dans ta formulation, mais comme au fond de moi je pense que tout le monde a au moins un petit fond homo, faire le choix d’être homo, ou faire le choix d’assumer son homosexualité, c’est juste une autre manière de s’exprimer… :)

J’allais faire la même remarque sur la Gay Pride… et pourquoi pas une Black Pride maintenant, tant qu’on y est !

Pourquoi pas, ce ne sont jamais que des carnavals à thème. Faut aller voir celui de Dunkerque ou de Binche…

92- Okazou : exprimé comme ça, je serais plutôt d’accord. C’est mieux quand tu décides d’être clair. Cependant, bien que je sois contre les quotas et la discrimination positive, ceux ci ont contribué à la visibilité et à la banalisation de certaines minorités, ce qui permet maintenant d’envisager l’étape suivante telle que tu la présentes.

97)
levri
, le 06.11.2008 à 10:46
[modifier]

@ crocro : visiblement t’as un problème avec “afro-américain”, dis le 100 fois, ça commencera à passer. :)

@ Blues : pour me mettre dans l’esprit du sujet, j’écoute des vieux trucs ricains, la chanson de Kantner parle de caucasiens “fair skin man with an unfair hand”

@ 78 Argos : pour les Doors connais tu les albums live édités depuis 2000 par Bright Midnight Archives, certains sont excellents.

99)
Argos
, le 06.11.2008 à 11:14
[modifier]

Les interventions d’Okazou m’ont frappé au point de me pousser à intervenir à mon tour, ce qui m’arrive rarement ici.

Elles représentent pour moi l’expression du nouvel ordre moral, aussi strict que l’ancien. La bigote allant à confesse au milieu du dix-neuvième siècle était persuadée d’avoir raison et elle défendait en toute bonne conscience l’ordre, l’armée et l’Eglise. Il existait, comme pour Okazou, un autre monde pour elle. Celui-ci était le paradis où elle irait séjourner après sa mort parmi les Bienheureux.

Critiquer les musulmans est pour les gens de sa secte, pour parler comme Voltaire, de l’islamophobie. Prétendre que l’islam a été créé par un chamelier analphabète qui l’a imposé par la force en éliminant ceux qui n’y croyaient pas et que ses successeurs se sont battus comme des chiffonniers fait partie selon eux des affirmations qui devraient être punies par la loi.

L’enfer est, on le sait depuis longtemps, pavé de bonnes intentions; l’autre monde possible d’Okazou est semblable aux utopies inventées depuis Platon: elles ne conduisent qu’à la pire des dictatures. Je préfère nos réalités très imparfaites et cependant perfectibles.

100)
Argos
, le 06.11.2008 à 11:17
[modifier]

Okazou, mes remarques ci-dessus ne s’adressaient pas à ton dernier commentaire, où tu mets beaucoup d’eau dans ton vin (de messe).

101)
Bigalo
, le 06.11.2008 à 11:42
[modifier]

Moi, en tant que blanc, le racisme je l’ai ressenti dans les regards en me promenant main dans la main avec une hindoue de la caste des brahmanes sur la plage de Juhu a Bombay, juste a cote des studios de Bollywood. Experience qui permet de comprendre un certain nombre de choses. (pardon pour le manque d’accents, j’ecris sur un clavier americain)

Voici un des commentaires les plus intéressants, car il révèle à quel point il est difficile de comprendre ce que représente le racisme tant qu’on a jamais eu soi-même à le subir. C’est comme demander à un enfant en pleine santé de comprendre ce que ressent quelqu’un de gravement malade.

Encore 3 choses à propos d’Obama :

1 – Il se définit comme Noir et non comme métis.

2 – Sa couleur de peau n’est en aucun cas la raison pour laquelle il fallait voter pour lui.

3 – Qu’il ait été élu malgré son métissage est en soi une révolution.

Sur le point 1 :

Né d’une mère blanche et d’un père noir, il est ce que nous appelons un métis. En aucun cas un métis n’est noir, ni jaune ni blanc.

Dans une société idéale, la couleur de peau n’a aucune importance. Dans une société où le racisme a longtemps été quelque chose de fondamental (il y a peine 50 ans, dans le Sud des Etats-Unis il n’était pas question pour un enfant Noir d’aller dans la même école que des Blancs), on ne peut en gommer l’existence du jour au lendemain.

Un individu devrait se définir par ses caractéristiques propres (personnalité, capacités intellectuelles, goûts, .. et sûrement pas la couleur de peau).

S’il est métissé comme Obama, vis-à-vis du problème racial et dans ce contexte exclusivement, il est normal de se définir comme Noir. En 1950, en Afrique du Sud, une loi a imposé le classement de la population par catégories raciales, Blancs, Indiens, Métis et Noirs. Dans ce type de contexte, se déclarer Noir alors qu’on est Métis est un message de solidarité qui signifie “Vous voulez appliquer le vieux principe consistant à diviser pour mieux régner. Je ne suis pas dupe”. Dans ces conditions, se définir comme Métis équivaut à une acceptation de la hiérarchie que cherche à imposer le groupe dominant, une reconnaissance du type “Je suis pas Blanc, mais je ne suis pas aussi gravement atteint que si j’étais Noir.” En clair revendiquer son métisssage est alors déjà du racisme, tandis que se dire Noir signifie “Vous êtes racistes, et vous me rejetez. J’appartiens donc au groupe rejeté dans sa globalité et il n’est pas question de cautionner vos infâmes sous-catégories.”

Une anecdote à propos de l’Afrique du Sud : quand le Japon a commencé à devenir une puissance économique importante, un problème imprévu s’est posé : beaucoup d’hôtels et restaurants étaient réservés aux Blancs. Cela posait un problème vis-à-vis des hommes d’affaires japonais venant en Afrique du Sud : difficile de faire des affaires avec des gens en leur refusant l’accès aux hôtels et restaurants de catégorie moyenne ou supérieure. Le problème a été contourné ainsi : les Japonais ont été déclarés Blancs d’honneur, ce qui a dû en choquer certains car le racisme n’est oas absent du Japon. Je pense que certains Européens ne seraient pas flattés si dans un pays africain, ils étaient déclarés Noirs d’honneur.

Sur le point 2 :

Il y a eu d’autres candidats, comme Jesse Jackson, qui se présentaient aux primaires en tant que représentant des Noirs. Il n’ont jamais franchi le cap des primaires, et c’est normal. Vouloir combattre l’injustice, c’est très bien, mais vouloir se présenter à la présidence d’un pays avec la représentation d’une minorité comme principal programme n’offre aucune chance d’être élu. Cela peut-être l’occasion de bénéficier pendant quelques mois d’une tribune et d’un écho importants, mais ce ne peut aller au-delà.

Donc bien évidemment, la couleur de peau d’Obama ne devait en aucun cas lui tenir de lieu de programme.

Sur le point 3 :

Il y a quelques année encore, il aurait été inimaginable qu’un Noir fût élu à la présidence des États-Unis. L’élection d’Obama a donc une portée symbolique considérable : elle montre que les États-Unis, sur ce plan au moins, ont su évoluer dans le bon sens, bien plus rapidement que ne l’espéraient même les plus optimistes.

Il ne faut pas entretenir le racisme, il faut l’éradiquer.

Cela s’appelle de l’angélisme. Si un moyen d’éradiquer le racisme existait, cela se saurait depuis longtemps. Tout ce que l’on peut espérer est une diminution progressive du racisme. Devoir combattre les préjugés sera toujours une lutte sans fin. Le problème principal est que les arguments rationnels n’ont jamais permis de faire changer d’avis un individu raciste. Si la Raison avait ce pouvoir, cela ferait également longtemps qu’on serait débarrassé des religions !

102)
alec6
, le 06.11.2008 à 12:03
[modifier]

Comme le fait remarquer Kermorvan via la référence à l’article du Courrier International Il ne faudrait tout de même pas oublier qu’Obama n’est pas de gauche, du moins dans l’idée que nous nous en faisons de ce côté ci de l’Atlantique.

Soyons clair (moi aussi pour une fois), le futur président des Etats Unis est noir ! Ce n’est qu’un symbole, certes, mais un symbole fort, tout le monde est je crois d’accord sur ce point et en soi ce “symbole” change et changera bien des choses au plan national et international.

Mais comme on dit, le diable est dans les détails. Pour ce qui concerne les USA, je me répète, l’abandon du dollar comme référence monétaire souhaité par l’Europe, la Russie et la Chine pour l’essentiel, marquera vraiment le changement.

Autre détail encore plus insignifiant de prime abord serait l’abandon par les étasuniens de leur système de mesure pieds/pouce à la noix et leur adhésion au système métrique international. Les britanniques et les canadiens l’ont fait, ce n’est techniquement pas facile mais pas insurmontable. La fierté américaine en prendrait un sacré coup, bien plus que l’élection d’un noir à la tête de leur pays qui finalement est inscrite dans leur histoire. Il suffit pour s’en convaincre de traîner du côté de la production hollywoodienne de SF pour s’en convaincre.
L’utilisation du mètre sera pour eux une véritable perte d’identité et de suprématie car cela revient à accepter des règles internationales dont par défaut ils ne veulent pas.

Attention tout de même, le système métrique n’est à mes yeux qu’un thermomètre donnant le degré de “normalisation” politique et économique de ce pays, comme les noms de domaines en .us pratiquement inexistants, le code téléphonique international des USA (le 1) ou que sais-je encore…

C’était ma réflexion à deux kopecks sur le symbole “un président noir” et “le changement”.

103)
Anne Cuneo
, le 06.11.2008 à 12:12
[modifier]

Okazou, mes remarques ci-dessus ne s’adressaient pas à ton dernier commentaire, où tu mets beaucoup d’eau dans ton vin (de messe).

Je fais ici une remarque de principe. L’intérêt de nos échanges dans les commentaires, c’est de discuter. Sur le sujet d’Obama et annexes, nous discutons depuis hier de façon intéressante – et révélatrice, en ce qui me concerne. Racisme, discrimination, ne sont pas définis par tous de la même manière, cela n’a jamais été aussi clair.

Une discussion fait qu’on s’écoute, qu’on se bagarre, mais qu’on réfléchit. Je trouve qu’entre sa première intervention et celle de son commentaire No 92, Okazou a fait exactement cela: il a réfléchi, a un peu modifié son expression (sa pensée peut-être, mais comme on ne se voit pas en discutant, c’est moins facile à juger).

Je trouve par conséquent bizarre de continuer à l’attaquer sur les remarques qu’il a faites il y a plus de 24 heures, lorsque tout cet échange n’avait pas encore eu lieu.

104)
alec6
, le 06.11.2008 à 12:34
[modifier]

Pour continuer sur la lancée de Kermorvan, voici un article à lire sur contre info.info mon site préféré ou encore sur le New York Times.

Ce qui ne fait qu’enfoncer le clou sur l’aspect sympathique, mais secondaire de la couleur de peau de notre charismatique Obama !

106)
Kermorvan
, le 06.11.2008 à 15:11
[modifier]

Eh oui, Alec6! je crains que cela ne masque une belle couillonnade, ces mouvements de foule, ce spectacle si réussi. Focaliser sur les problèmes psychologiques des américains (ou des européens) anciens esclavagistes (ou colonisateurs) permet de faire passer au second plan la seule chose qui compte, à savoir — orientés par les soutiens des puissances économiques et financières, comme d’habitude — les choix politiques à venir. Les déceptions ne vont pas tarder. Après la fête, la gueule de bois. Il va falloir désaouler.

107)
levri
, le 06.11.2008 à 15:27
[modifier]

@ Kermovan, en un sens tu as raison, mais le truc, c’est qu’après Bush, qui que ce soit ne peut être que moins pire. De plus on ne peut nier que l’arrivée d’un noir à la maison blanche ne peut être que positive, et Obama semble intellectuellement plus développé et plus ouvert que son prédécesseur (c’était pas dur, pire que Bush il fallait recruter dans les instituts pour handicapés). Il semble être conscient qu’il y a tout un monde hors des States, que l’écologie n’est pas un vain mot, et je crois même qu’il a pris les homos en considération dans son discours de victoire (disponible en torrent sur mininova.org sous le nom : Barack.Obama.Presidential.Victory.Speech.HDTV.XviD-XOXO). ceci dit ce sera un président américain, c’est pour ça qu’il a été élu, pas pour faire la révolution.

Pour les mouvements de foule, on en a déjà parlé pour d’autres sujet…

108)
Anne Cuneo
, le 06.11.2008 à 17:17
[modifier]

je crois même qu’il a pris les homos en considération dans son discours de victoire

He did it, il l’a fait!

111)
Ishar
, le 07.11.2008 à 02:25
[modifier]

Bonjour,

Je suis heureux de lire qu’ici au moins certains savent utiliser leurs neurones. Depuis l’autre matin j’ai l’impression en entendant les conversations et en lisant la presse, qu’un nouveau Messie est arrivé sur Terre. Ainsi le nouveau président des USA va sauver le monde, il redonne l’espoir à tous, alléluia.

C’est vrai que vu le bilan de Bush, le nouveau ne pourra être que meilleur et qu’en face ça n’avait pas l’air brillant du tout. Mais être meilleur que Bush ne suffit pas à faire d’Obama un saint homme. Comme cela a déjà été dit ici, Obama est le président des américains et à ce titre il va défendre l’intérêt des américains, pas celui de l’humanité toute entière. On peut dire en généralisant un peu que nous sommes en train de payer le train de vie exorbitant des Américain, que nous sommes en train de renflouer leurs dettes insolvables, que nous casquons aussi pour leur refus de considérer l’état limité des ressources. En Europe nous ne sommes pas des anges, loin s’en faut, mais nous avons indéniablement une longueur d’avance dans ces domaines. Pour changer l’Amérique il fallait changer le président mais ce n’est pas suffisant, il faut changer les américains aussi et Obama ne le ferra pas, il ne le peut pas. Il n’est pas un Messie justement, seulement un président démocrate c’est tout. Il y en a eu d’autres avant lui et il y en aura encore après lui. Croyez-vous que l’américain moyen va brusquement cesser d’utiliser sa carte de crédit à tors et à travers en janvier 2009 ? qu’il va subitement changer son regard sur le monde ? Non. Alors pour nous, et pour ceux du Sud, l’Amérique sera toujours l’Amérique.

Okasou, je suis entièrement d’accord avec toi. Il est clair que la victimisation telle que l’a décrite Bigalo est la meilleure façon d’ancrer le racisme dans les esprits. D’accord aussi quand tu dis :

« Si les gens à la peau colorée vivent mal leur état par ce qu’ils subissent dans la vie de tous les jours ce n’est pas parce qu’ils ont une peau colorée mais du fait du racisme ambiant »

C’est exactement cela. Seulement ce discours est difficile car les bien-pensants qui aiment plaindre les minorités (une façon de se donner bonne conscience ?) vont y voir du racisme et certaines victimes vont y perdre une reconnaissance qui les arrange. J’ai aussi ce sentiment à l’égare du problème des femmes et de la politique : le principe des cotas me semblent être une insulte à l’intelligence des femmes. Il faut bien entendu commencer par reconnaître le problème et le décrire, éventuellement prendre des mesures urgentes. Ensuite il faut tout faire pour que le problème disparaisse et pour cela il ne doit n’y avoir ni cotas ni communautarisme. Je comprends parfaitement la joie de la population noire des USA, leur fierté. Mais il serait erroné de croire qu’Obama est le président qui éradiquera le racisme aux USA. Il serra le président de tous les Américains un point c’est tout.

Dans ma volée, à l’uni, il y avait un Suisse d’origine africaine. Je m’étais aperçu que personne ne faisait jamais allusion ni à la couleur de sa peau ni à son origine. Pour nous il était un étudiant comme un autre, naturellement. Un jour on en a parlé et il m’a dit que dans sa tête, il était un Suisse et un étudiant comme les autres justement, qu’il ne revendiquait ni culture ni origine africaine, qu’il ne ressentait pas le besoin de le faire. Une trahison pour certains ! Peut-être, pour lui une façon de s’intégrer parmi nous. Je pense qu’Obama est de ceux-là.

112)
Bigalo
, le 07.11.2008 à 08:39
[modifier]

Ainsi le nouveau président des USA va sauver le monde, il redonne l’espoir à tous, alléluia.

Bien sur que non, qu’il ne va pas changer le monde ! Mais qu’un Noir ait pu être élu aux États-Unis aurait paru inimaginable il y quelques années à peine. En soi, c’est une révolution ; Qu’ensuite sa présidence soit brillante ou médiocre, est un tout autre sujet.

Il est clair que la victimisation telle que l’a décrite Bigalo est la meilleure façon d’ancrer le racisme dans les esprits.

Explique-moi en quoi je décris une victimisation. Tout ce que je dis est que le racisme existe, et que c’est quelque chose de pénible quand y est confronté. Le simple fait de risquer d’y être confronté est un fardeau, particulièrement quand on est adolescent ou jeune adulte.

Je n’ai jamais dit que tout tournait autour de cela ! J’ai même précisé que en plus de 150 commentaires faits sur Cuk.ch, c’était la première fois que je parlais de racisme, car sans être le sujet de l’humeur, c’un aspect essentiel de l’élection d’Obama.

Interroge-toi un peu : si le président élu avait été Al Gore ou John Kerry, beaucoup de gens auraient été soulagés que le parti de Bush perde le pouvoir, mais cela n’aurait pas eu le même retentissement, ni déclenché un tel enthousiasme dans le monde entier.

« Si les gens à la peau colorée vivent mal leur état par ce qu’ils subissent dans la vie de tous les jours ce n’est pas parce qu’ils ont une peau colorée mais du fait du racisme ambiant »

Je persiste et signe. C’est une lapalissade. Ce sont des propos de Café du Commerce !

Pour paraphraser :

Si les malades atteints de la jaunsse vivent mal leur état ce n’est pas parce qu’ils ont une peau colorée mais du fait de la maladie. On est bien avancé quand on a dit cela !

les bien-pensants qui aiment plaindre les minorités

Il ne s’agit pas de plaindre les minorités, mais d’admettre l’existence d’une aberration, le racisme.

J’ai aussi ce sentiment à l’égard du problème des femmes et de la politique : le principe des quotas me semble être une insulte à l’intelligence des femmes.

Nous sommes d’accord.

Il faut bien entendu commencer par reconnaître le problème et le décrire, éventuellement prendre des mesures urgentes. Ensuite il faut tout faire pour que le problème disparaisse et pour cela il ne doit n’y avoir ni quotas ni communautarisme.

Faucon Yaka (Faut qu’on, y a qu’à) ! Mais encore, quelles mesures ? Le racisme est de l’imbécillité et/ou du conformisme. C’est difficile à soigner ;-((

Sans jeu de mot, tu vois un peu trop les choses en noir et blanc ! Ce n’est pas parce que l’on est Noir et que l’on dénonce le racisme qu’on s’autoperçoit comme une victime permanente ! Ni qu’on apprécie le communautarisme. Je suis né à Paris, je me sens intégré, et j’ai d’autres sujets de conversation que la question raciale. J’ai un père antillais et une père parisienne élevée en Italie ; je parle italien mais pas créole, et 90 % des gens que je cotoie, à titre professionnel ou personnel sont des Blancs. J’ai un ami Blanc que je connais depuis 25 ans et qui a tendance à aborder avec moi la question raciale presque à chaque rencontre. Aussi bizarre que cela paraisse, je trouve cela extrêmement agaçant.

En pratique, j’ai très rarement été directement confrontés à une attitude raciste, mais pendant des années, le simple risque de pouvoir à tout moment en subir les conséquences a été un fardeau.

Les choses sont moins simples que ce que tu as l’air de penser.

113)
Bigalo
, le 07.11.2008 à 08:53
[modifier]

Le racisme est une maladie par ricochet : ceux qui en subissent les conséquences ne sont pas ceux qui en sont atteints !

114)
Anne Cuneo
, le 07.11.2008 à 08:59
[modifier]

@ Ishar, c’est bien vrai qu’Obama n’est pas le messie, et je n’arrête pas de dire qu’il ne peut pas faire de miracle, depuis le moment où j’écrivais à chaud.

Mais je trouve curieux combien beaucoup d’entre vous minimisent le SYMBOLE.

Je vais sans doute m’attirer les foudres, mais si je fais le parallèle… Le fait que j’ai été nommée “executive” dans la première boîte où j’ai été travailler après mes études – parce que j’avais les diplômes, parce que j’avais les compétences, était normal, puisque j’avais les diplômes et les compétences. Mais il a fait sensation parce qu’aucune femme dans cette immense boîte dont plus de la moitié des employés étaient des femmes n’avait jamais atteint ce niveau.

J’ai fait l’objet de toutes sortes d’attentions pendant des semaines, il a fallu que je dise et répète que je ne pourrais pas faire de miracle du simple fait que j’étais une femme, et ces femmes n’arrêtaient pas de répéter: «Qu’importe, vous avez ouvert une porte, vous nous donnez du courage.»

Bien entendu, j’ai été dépassée par les événements, une année plus tard je quittais, m’étant aperçue que ce type de job n’était pas pour moi. Mais ma vie n’a jamais été pareille depuis. Et les responsables (féminines) de cette entreprise m’ont assuré que leurs rapports avec le patron n’avaient plus jamais été pareils. Le patron en question, un type sympa, mais un patron tout de même, avait lui-même été étonné par ce qu’il avait déclenché.

Quelqu’un dit dans un post que je ne retrouve pas: lorsqu’on est blanc et discriminé, on peut se fondre dans la société et il suffit d’avoir un ou deux trucs, et on disparaît dans la masse. Lorsqu’on est, par exemple, noir, c’est impossible. Lorsqu’on est femme dans une société d’hommes, c’est pareil. Il faut alors forcer les portes – par le symbole.

C’est ainsi que je vois le choix que l’Amérique a fait d’Obama, autant pour lui que contre les Républicains. On peut être heureux du symbole sans se faire d’illusions sur les possibilités de l’homme ou la femme qui incarne le symbole.

PS. Pendant que je prenais mon temps à écrire ça parce que j’ai été interrompue par un coup de fil, Bogalo a répondu, et nous faisons doublon, en partie du moins. Nous pensons en parallèle, je vois…

116)
levri
, le 07.11.2008 à 10:20
[modifier]

@ 111- Ishar : J’appuie les réponses de Bigalo et Anne.

La partie de ton texte sur la victimisation et le racisme, à mon sens c’est juste à côté de la plaque !

117)
Tom25
, le 07.11.2008 à 12:45
[modifier]

Bigalo, si, moi je le savais que tu avais la peau noire, tu as donc dû le dire à un moment ou à un autre. Concernant le racisme, on lit toujours de belles phrases sur le sujet, on entend toujours de belles paroles. Chacun le dénonce à sa manière et on s’engueule sur la manière de le faire plutôt que sur le racisme lui-même.

Okazou, tu m’excuses, mais je vais me permettre de te décrire tel que je te ressens au travers de tes commentaires. Tu es intelligent, tu vis dans une maison d’un petit village en pleine campagne, tu fais un peu de jardin (potager), et tu adores te promener sur les chemin une marguerite aux lèvres.
Tu as eu l’occasion de travailler plus, de gagner plus. Tu en avais les capacités mais tu as refusé ces promotions parce que cette course à la productivité et aux gains t’exaspèrent. Tu préfères vivre sainement en te contentant de ce que tu as sans courir après le “toujours plus”. Les choses simples de la vie suffisent amplement à ton bonheur. Et surtout, tu es conscient que si tu l’avais fait, cela aurait été au dépend d’un autre.
Bigalo a écrit plus haut qu’on devrait juger un homme non pas sur sa couleur de peau mais sur son intelligence (entre autre). Ah ! Il est donc normal qu’une personne intelligente vive dans une maison de 400 m2, ait droit aux plus grosses bagnoles et aux dernières télés plasma. Mais pas une personne au QI limité ? C’est pourtant majoritairement le cas.

Tous ici nous sommes dans le bus qui nous amènent vers une vie encore plus remplie. Alors certains ont dû jouer des coudes un peu plus que les autres pour monter, mais ils sont à bord. Et, assis au chaud on regarde par la fenêtre du bus et on s’exclame suivant nos penchants “Oh, le malheureux, il n’est pas monté parce qu’il est noir !”. “Le pauvre, ils ne l’ont pas laissé entrer parce qu’il est PD”. “Et elle non plus parce que c’est une femme.”

Okazou n’est pas monté dans le bus tout simplement parce qu’il voulait y monter le dernier. Il s’en fou que celui qui reste soit noir, PD, ou du sexe féminin. Il ne montera pas tant qu’il en restera un.

Je force un peu le trait sur ce dernier paragraphe, mais Okazou dénonce les inégalités en général, et ne veut ni donner de valeur ni de couleur aux inégalités. Et en cela je suis d’accord avec lui. De plus, comme je l’ai dit plus haut je pense qu’il a fait des sacrifices pour défendre ses idées. Des sacrifices pour nous, pas pour lui puisqu’il s’en fou du dernier moteur V6 et du dernier iPhone. Est-en cela qu’il est dangereux ? Parce qu’il dit merde à tous ces lobbying et peut vivre sans eux ? Parce qu’il n’est pas un moteur pour la croissance ?

Moi je n’ai pas peur d’Okazou, c’est sans doute le seul ici qui ne me marcherait pas sur la tête pour prendre mon boulot s’il n’avait plus le sien.
Alec6 je te vois un peu comme Okazou, mais toi tu axes plus ton discours sur la partage des ressources que sur les inégalités sociales.

118)
François Cuneo
, le 07.11.2008 à 13:26
[modifier]

Moi je trouve formidable tous ces gens blancs qui vivent dans un monde de blancs qui expliquent à Bigalo comment il doit ressentir le racisme…

Oui, formidable…

Comme quand on voyait certains intellectuels d’extrême gauche aller expliquer la bonne parole aux ouvriers.

Je l’ai fait (sans vraiment être un intellectuel), et maintenant, franchement, j’ai un peu honte.

Je vois le ridicule de la chose.

119)
Kermorvan
, le 07.11.2008 à 13:31
[modifier]

Ah! Les symboles! Le drapeau rouge, sa faucille, son marteau! les svastikas! le petit jésus sur sa croix! le chandelier à sept branches! les drapeaux! les hymnes! les marseillaises (sifflées)! Les symboles s’adressent à la moelle épinière, pas à la raison. Lorsque l’émotion envahit la politique et submerge les foules, il n’y a pas lieu de s’en réjouir.

un article de Paul Jorion sur Contre Info

eh Alec6, grillé!

@Tom25: très beau commentaire.

121)
Bigalo
, le 07.11.2008 à 14:43
[modifier]

Moi je n’ai pas peur d’Okazou, c’est sans doute le seul ici qui ne me marcherait pas sur la tête pour prendre mon boulot s’il n’avait plus le sien.

Je vois que tu haute opinion de la plupart des intervenants ici. Cela fait plaisir.

Je ne partage pas ton avis sur Okazou. Je ne le perçois pas comme un idéaliste, et c’est un euphémisme. C’est le seul habitué de ce site à qui je refuserais de serrer la main si j’avais la malchance de le rencontrer.

Quant au vouloir gagner plus pour travailler plus, c’est moins systématiquement répandu que tu ne sembles le croire. Si j’étais associé d’un cabinet comptable, je gagnerais bien mieux ma vie ; mais j’ai préféré me reconvertir et réaliser comme indpendant des développements informatiques, principalement pour des PME. Il y a des périodes où je manque de boulot. Mes revenus sont médiocres, mais j’ai du temps libre pour aller faire des photos de chenilles et de papillons.

122)
Bigalo
, le 07.11.2008 à 15:01
[modifier]

Ah! Les symboles! … Lorsque l’émotion envahit la politique et submerge les foules, il n’y a pas lieu de s’en réjouir.

Peut-être, mais la réalité est que probablement plus de 80 % des gens se laissent guider par leurs émotions, et que la Raison ne guide qu’une fraction de la population. Tiens, encore une minorité !

@Tom25: très beau commentaire.

Oui, d’une certaine façon, une telle naïveté, c’en est presque touchant.

123)
alec6
, le 07.11.2008 à 15:47
[modifier]

Moi aussi Bigalo, je suis naïf, tout comme Tom25 et Kermorvan !

Je pense sincèrement que tu n’as pas compris le discours d’Okazou. Serais-je donc le second à qui tu ne serrerais pas la pogne ? Franchement, relis sa prose ! Je ne vois pas en quoi elle s’oppose à ta vision, que je comprends par ailleurs tout à fait, n’étant pas noir et comme le dit Levri, ayant “tous les défauts”. ;-)
Sa vision éclaire ton point de vue sous un angle différent, c’est tout.

J’ai un peu abordé dans mes études et même après la sémiologie et la sémantique, j’en ai surtout retenu que les mots ne donnaient pas le sens des phrases, mais que les phrases donnaient le sens des mots ! alors, relisez ! C’est bien sûr valable pour d’autres Okazou de service, ici sur Cuk ou ailleurs.

J’entends certains dire tout bas que je les emmerde avec mes belles phrases et que de toutes façon un tel à tord (ici l’agent O) et que c’est comme ça… On ne lui serrera jamais la main !

Belle leçon d’ostracisme et d’obscurantisme !

125)
Tom25
, le 07.11.2008 à 16:12
[modifier]

Oui, ce n’est pas bien gentil pour tous les intervenants, mais je me mets dans le lot. On est tous dans la course à la compétitivité dans notre boulot. Nous sommes tous prêts à tendre la main aux plus démunis, mais sans perdre de nos acquis.

Un noir est élu, on parle de la minorité noire, et il est de bon ton de soutenir les noirs. Okazou n’a pas dit qu’il était insensible au racisme subi par les noirs, il souligne qu’ils ne sont pas les seuls, loin s’en faut, de subir les inégalités.
Toi (Bigalo) tu viens nous dire “je suis pauvre ET noir”, on te répond que si ça nous gêne que tu sois pauvre, on s’en bat les breloques que tu sois noir. Ou en tout cas, tu ne devrais pas avoir à le préciser.

Et si un jour je croise Okazou, je lui serrerai volontiers la main. Sans doute suis-je naif parce qu’il va me faire tourner la tête avec ses idées déplacées. En tout cas ça, c’est un truc qu’on dit souvent de moi que je suis naïf. Quand je prête de l’argent, quand je prend plusieurs personnes en même temps en stop, etc.

Et concernant mon expérience personnelle, je rejoins tout à fait Alec6. J’ai bien plus souvent été témoin de “racisme social” que de racisme de couleur.

126)
Bigalo
, le 07.11.2008 à 16:22
[modifier]

Je ne vois pas en quoi elle s’oppose à ta vision

En tout, ou presque. Heuresement pour moi. A de rares exceptions près, j’aurais honte d’exprimer la même chose qu’Okazou

Je crois comme l’agent O qu’il faut aller au delà des apparences et que l’important est avant tout le programme du monsieur et l’application future de celui ci !

Mais je trouve curieux combien beaucoup d’entre vous minimisent le SYMBOLE.

J’ai parlé avant tout ici du symbole que représente l’élection d’Obama, et visiblement je ne suis pas le seul à y voir quelque chose de fondamental. Toi, tu te réfères à ce qu’accomplira ou non Obama en tant que président. Je n’en nie pas l’importance, mais ce sont 2 sujets distincts. Dans 50 ou 100 ans ce qu’Obama aura réalisé ou non ne sera pas forcément resté dans les mémoires, mais son élection, si !

J’entends certains dire tout bas que je les emmerde avec mes belles phrases

En ce qui me concerne, tes belles phrases ne m’emmerdent nullement !

Cela fait quelque années que je lis régulièrement Cuk.ch. Jusqu’à présent j’ai toujours eu l’impression que tu étais honnête intellectuellement. Je n’en pense pas autant d’Okazou. À mes yeux, ses caractéristiques essentielles sont la malhonnêté intellectuelle, la mauvaise foi, le manque de rigueur, et un verbiage qui tente de masquer l’absence ou la médiocrité des arguments. Et encore, je me retiens !

Alors je le répète, Okazou est le seul habitué auquel je refuserais de serrer la main. À ma connaissance, tu n’as rien fait qui justifie un tel traitement.

127)
levri
, le 07.11.2008 à 16:24
[modifier]

@ 117- Tom25 : je vais finir par croire que tu fais une fixation sur le Q.I, mais renseigne toi, une majorité de personnes à Q.I élevé sont considérées comme des inadaptés par la société, et possiblement vivent dans un tonneau ou du moins s’en battent l’œil des signes extérieurs de “réussite sociale”.

Tu trouveras plus de “pov cons” roulant en grosse bagnole, et accumulant les biens de consommation que de gens à Q.I élevé. Faudrait faire une étude statistique chez Mensa (qui n’accepte comme membre que les 2 % de population à Q.I “supérieur”)…

Par exemple, Bush est limite mongo et on m’a dit que Sarko était le minus habens de la famille (je n’ai pas vérifié). Il n’y a pas une majorité de gens à Q.I limité, si je me souviens on considère comme “normaux les gens entre 90 et 110 (100 étant la moyenne) et cette fourchette couvre du côté de 60 % de la population, les 40 % restants se répartissant de manière équitable entre inférieurs et supérieurs à la moyenne.(données que j’avance de mémoire, à vous de vérifier)

C’était un tit commentaire, parce que ce n’est pas la première fois que tu parles “d’intelligence”, et pas toujours à bon escient imho. Sinon tu te lances dans les marcs de café aussi ? :P

@ 119- Kermovan : wai les symboles, c’est comme la religion et la politique, de l’opium pour le peuple…

@ 121- Bigalo : refuser de serrer la main à Okazou ! là je trouve que tu pousses quelque peu ! il semble ignorer la nuance, et il est parfois excessif, mais c’est très loin d’être un mauvais bougre je crois. (hum qui suis je pour parler ainsi !)

@ 123- alec6 : je précise pour d’autres que toi qui auraient la comprenette laborieuse, que ma formule t’attribuant “tous les défauts” est purement amicale… (de toute façon, si ça se trouve je suis plus pire que toi…) ;)

128)
Bigalo
, le 07.11.2008 à 16:30
[modifier]

on s’en bat les breloques que tu sois noir. Ou en tout cas, tu ne devrais pas avoir à le préciser.

Pour la ènième fois, préciser que je suis Noir n’a d’intérêt que parce que l’on parle de racisme. C’est exactement la même chose que quand Anne a précisé « afro-américaine » à propos de Sarah, ce qui a tant choqué Crocro.

Par ailleurs, je ne prétends pas être pauvre ; j’ai juste dit que j’avais choisi une activité qui entraînait une baisse importante de revenu par rapport à ce que j’aurais obtenu en exploitant le diplôme que j’ai.

129)
Kermorvan
, le 07.11.2008 à 16:42
[modifier]

Je cite (François Cunéo 118): “on voyait certains intellectuels d’extrême gauche aller expliquer la bonne parole aux ouvriers.”

C’est que les textes du Kapital ont besoin d’être expliqués!, ce n’est pas si limpide. Les curés commentent bien la bible, qui n’est pourtant pas si opaque.

130)
levri
, le 07.11.2008 à 16:53
[modifier]

@ 129- Kermorvan : Pour que “le Capital” soit expliqué, encore faudrait il que ceux qui s’en réclament l’aient lu… de plus avoir l’idée d’expliquer un texte à d’autres, n’est ce pas une manière de s’estimer “supérieur” et de fait considérer ces ouvriers comme “inférieurs” et incapables de comprendre par eux même ?

132)
Anne Cuneo
, le 07.11.2008 à 17:30
[modifier]

Voici ce que des personnalités américaines de tous les horizons pensent que signifie l’élection de Barak Obama. Désolée, je voulais traduire, mais ça prend plus de temps que ce dont je dispose. Au moins quelques-uns d’entre vous verront que les raisons sont très diverses et ont à faire à toutes sortes de considérations. Ces réactions ont été recueillies par Thomas Schaller et peuvent être lues dans Salon

Question: que signifie pour vous la victoire de Barak Obama?

Réponses

It means we can see the end of Nixonland from here. —Spencer Ackerman, senior reporter, the Washington Independent

It means “hope” is not a four-letter word … but “Bush” is. —Sean Aday, associate professor of media studies, George Washington University

It means you can run for office no matter your name. —Kenneth Baer, Democratic speechwriter and principal, Baer Communication

It means the long national nightmare is over. Dean Baker, economist, Center for Economic Policy Research

It means that after years of splintering divisiveness, we’re back in this together again. —Jared Bernstein, economist, Economic Policy Institute

It means Americans are starting to realize that there’s nothing compassionate about conservatism. —Brian Beutler, blogger, brianbeutler.com

It means the Union won, with unions. —Lindsay Beyerstein, freelance journalist, majikthise.com

It means the era of conservatism is over. —Michael Cohen, senior research fellow, New America Foundation

It means that this damned thing [conservatism] doesn’t work! —Brian Cook, editor, In These Times (invoking Doc Brown)

It means the 9/11 era – of dealing with the world 9/11 created rather than using 9/11 as a political club – has finally begun. —Brad DeLong, economics professor, UC-Berkeley

It means that James Cheney, Michael Schwerner and Andrew Goodman did not die in vain. —Matthew Duss, research associate, Center for American Progress Action Fund

It means that my two sons will grow up in a country where everybody knows that an African-American can become president. —Henry Farrell, assistant professor, George Washington University

It means the Democrats have two years to show they can govern through effective, progressive policymaking … tick, tick, tick. —Tim Fernholz, writing fellow, the American Prospect

It means that, following the political equivalent of locusts, the plague, the trials of Job, and 40 years (more or less) in the wilderness, it is actually fun to be a Democrat again. —Kathy Geier, the G Spot

It means the world is ready to follow if America is ready to lead. —Mark Leon Goldberg, Undispatch.com

It means that we grabbed the steering wheel and pulled on the hand brake just before this bus called the U.S. of A. careened into the abyss. —Jaana Goodrich, Echidne of the Snakes

It means that the Republican Party has to give up appeals to coded racism and accept the reality that United States is a multiethnic democracy. —Jeet Heer, freelance journalist, Regina, Saskatchewan

It means that the conservative era is over, and a progressive one has a chance to begin. —Michael Kazin, professor of history, Georgetown University

It means Barack Obama now has earned the additional challenge of showing that he’s not Bill Clinton, circa 1993, and that 2010 won’t be 1994. —Ed Kilgore, managing editor, the Democratic Strategist

It means that the voters will punish incompetence, even at the cost of voting for intelligence and eloquence. —Mark A.R. Kleiman, professor of public policy, UCLA

It means that the 9/11 era is over. —Ezra Klein, senior editor, the American Prospect

It means the arc of the moral universe is long, but it bends toward justice. —Joe Klein, columnist, Time

It means at least three Supreme Court justices who aren’t vetted by the religious right. —Andrew Leonard, Salon

It means the end of the great national nightmare that began on April 12, 1861, when Americans began the long struggle to determine what an American is—that the hue of a citizen’s skin does not determine their value to themselves and their fellow citizens of this great experiment. —Robert Mackey, historian and consultant, Washington, D.C.

It means that sometimes being “pro-America” means different things to voters than to politicians. —Mike Madden, Salon

It means that I will see a Latino president and Supreme Court justice in my lifetime. —Sylvia Manzano, political scientist, Texas A&M University

It means the North has won the Civil War. —Harold Meyerson, Washington Post columnist and American Prospect editor at large

It means market fundamentalism no longer has a veto and it is now possible to build an economy with widely shared prosperity. —Larry Mishel, Economic Policy Institute

It means America is not afraid! —Dayo Olopade, reporter, the Root

It means there is more to America than is dreamt in Karl Rove’s philosophy. —Harold Pollack, public health researcher and writer, University of Chicago

It means that the term “proud conservative” is now more toxic than “San Francisco liberal” ever was. —Sarah Posner, columnist, the American Prospect

It means the Democrats have a once-in-a-generation opportunity to make good on some bold promises. —Eric Rauchway, professor of history, UC-Davis

It means national conversations about sexism and homophobia are up next. —Alyssa Rosenberg, staff correspondent, Government Executive

It means, as a friend in Tbilisi, Georgia, said to me today, that our nation managed to “push the reset button,” and in one action, revived all the wonderful, idealistic overtones that go with the word “America.” —Jeremy Rosner, Democratic pollster, Greenberg Quinlan Rosner Research

It means power even that seems at times absolute is ultimately fleeting. —Laura Rozen, journalist, Mother Jones

It means, as ever, that America is capable of surprising itself—and the world. —Tom Schaller, Salon

It means I can start watching State of the Union addresses and presidential news conferences once again, without feeling embarrassed. —Gary Segura, political scientist, Stanford University

It means Barack Obama will be able to get a cab in New York anytime he wants. —Adam Serwer, the American Prospect

It means that some right-wing entrepreneur will be on the market with the “Obama Countdown Clock” within the week. —Walter Shapiro, Salon

It means that we can finally have someone represent the black community to mainstream America who isn’t Jesse Jackson, Al Sharpton or wearing a summertime fur coat and platinum chains. —Jesse Taylor, founder and editor, Pandagon.net

It means sunset has arrived after Reagan’s morning in America, and it’s now the optimistic dawn of a bright new day. —Mark Thoma, Economist’s View

It means the beginning of the end of a nightmare that began on Nov. 4, 1980. —Jonathan Weiler, political scientist, UNC Chapel Hill

It means that principled, visionary domestic and foreign policy need not come at the expense of morality and justice. —Patricia Weitsman, political scientist, Ohio University

133)
Tom25
, le 07.11.2008 à 17:31
[modifier]

Je sais que tu n’es pas pauvre Bigalo, c’était une image.

Ne faire aucune allusion à la couleur de peau du nouveau président des états unis aurait été une autre façon de combattre le racisme. Fais moi confiance, les racistes ont très bien vu qu’il est noir. Un silence aurait voulu dire qu’on trouve ça tellement naturel que ça ne valait pas la peine d’être soulevé.

De plus, tu diras ce que tu veux, mais tu présentes ça comme une revanche du peuple noir. On comprends ça très bien. Mais du coup c’est limite si je ne me sens pas agressé d’être blanc et/ou raciste dans tes propos. Remarques je m’en fou, je suis bronzé avec une tête de turc alors :•) .

134)
Bigalo
, le 07.11.2008 à 17:40
[modifier]

Fais moi confiance, les racistes ont très bien vu qu’il est noir.

Non seulement, je te fais confiance, mais je serai surpris s’il n’y avait pas une ou plusieurs tentatives d’assassinat avant même l’entrée en fonction d’Obama. J’espère que une seule tentative ne signifiera pas qu’elle aura réussi, et que donc les tentatives suivantes seraient devenues impossibles.

De plus, tu diras ce que tu veux, mais tu présentes ça comme une revanche du peuple noir. On comprends ça très bien.

Une revanche ? En aucun cas. Simplement un immense soulagement de constater qu’un tel événement est dorénavant possible aux États-Unis !

135)
Anne Cuneo
, le 07.11.2008 à 17:52
[modifier]

Moi je trouve formidable tous ces gens blancs qui vivent dans un monde de blancs qui expliquent à Bigalo comment il doit ressentir le racisme…

[L’élection de Barak Obama] …une revanche ? En aucun cas. Simplement un immense soulagement de constater qu’un tel événement est dorénavant possible aux États-Unis !

A répéter cent fois, jusqu’à ce que ça rentre!

136)
crocro
, le 07.11.2008 à 18:39
[modifier]

Ne faire aucune allusion à la couleur de peau du nouveau président des états unis aurait été une autre façon de combattre le racisme. Fais moi confiance, les racistes ont très bien vu qu’il est noir. Un silence aurait voulu dire qu’on trouve ça tellement naturel que ça ne valait pas la peine d’être soulevé.

Bonsoir

je partage totalement ce point de vue.

Et ne faire aucune allusion à la couleur de peau de tous les autres américains me semble préférable à leur classification: elle est pour le moins ambigüe et source de confusion lors de traductions approximatives.

En Irak ou en Iran leurs adversaires se moquent bien des arguties définissant les américains, ils ne rêvent que d’en buter un maximum, noir, blanc, jaune, hispanique, homme ou femme…

Bon j’arrête là, j’espère avoir été compris ce coup ci :-)

137)
Tom25
, le 07.11.2008 à 18:51
[modifier]

Mais … orrrrhhhhh, comment dire … Je suis moi aussi très content que Barak Obama soit élu. Si j’avais voté j’aurais voté pour lui. Mais en répondant au match Blancs – Noirs vous faites le jeu des racistes.

Je suis sûr que si nous étions ensemble à un restau et qu’un crétin commence à me brancher sur un sujet quelconque, que je lui réponde et que le ton monte vous m’en voudriez en me disant qu’il ne vaut pas la peine de gâcher la soirée.

De plus, cela fait plusieurs fois que vous exprimez votre peur de voir Obama se faire lyncher. Mais à trop faire la nique à ceux que ça dérange … . Ces derniers méritaient une claque. Cette claque ils l’ont eu.

Mais ça me donne une deuxième raison de penser que fêter cette victoire moins “bruyamment” n’aurait pas été plus mal (j’entends sans parler autant de couleur de peau).

Une dernière chose, je suis content d’être souvent pris pour un arabe car ça me permet de m’exprimer ici. J’aurais été grand blond aux yeux bleus je n’aurais même pas osé poster un commentaire. Comme quoi …

139)
coacoa
, le 07.11.2008 à 19:40
[modifier]

Je comprends bien que cette élection soit un symbole pour les minorités. C’est une “première”, et je trouve heureux que les pionniers soient salués lorsqu’ils réalisent de belles choses. (1)

Quand nous avons été victimes de discriminations, qui sont – ça paraît évident mais il faut bien comprendre le sens charnel du mot – de vraies “injustices”, nous avons besoin de symboles qui, à quelque part, clament “Yes, we can”.

Parce que ça donne de la force pour marcher vers “cet autre monde possible” que je rêve, comme Okazou et d’autres, de connaître un jour.

Quelqu’un comme Emmanuelle Laborit a été pour mon frère, qui est sourd, un “espoir”. Le garçon de café le plus populaire de Fribourg, Pepino, qui est homosexuel, a été pour moi, quand j’étais adolescent, un “espoir”. Oui, nous pouvons être aimés “malgré”, oui nous pouvons être entendus “malgré”…

Ce qui est triste, bien sûr, c’est de vivre dans un monde qui oblige des gens à penser à ce foutu “malgré”. Mais nier que d’aucuns doivent y penser n’y changera rien. Au contraire.

La victoire d’Obama est une étape qui me fait du bien, qui me fait espérer qu’un jour il n’y aura plus besoin d’en parler.

(1) Encore faut-il que ces pionniers signifient une quelconque “avancée”. Palin, première vice-présidente des USA, aurait été une vraie catastrophe. Tatcher en était une, Jörg Haider, premier homosexuel gouverneur de Carinthie, ou Pim Fortuyn, premier homosexuel fondateur d’un parti néerlandais populiste, en étaient aussi.

140)
alec6
, le 07.11.2008 à 20:42
[modifier]

@ Levri 127, tu as oublié de préciser que mon ancienne signature était justement “Alexis… tous les défauts”… j’avais saisi bien sûr ton allusion dans ce sens aussi.

@ Anne 123, merci pour ce florilège de citations, dommage que ma connaissance de la civilisation américaine soit un peu limité car je n’ai pas toujours compris les allusions faites (“San Francisco liberal” m’est totalement abscons par exemple).

@ Bigalo… un truc m’échappe, comment peux tu être d’accord avec Anne et Tom25 et être en même temps en désaccord total avec Okazou quand les deux premier soutiennent ce dernier en grande partie ?

D’une manière générale je crois qu’il est difficile pour un rationaliste pur et dur d’accepter qu’un symbole puisse à ce point être porteur de changement, même s’il est salutaire de prendre du recul et de rester de glace face à la liesse populaire et… naïve.

A relire l’Histoire à travers le regard de Stefan Sweig, on comprends mieux que certains bouleversements historiques n’eurent lieu que par le hasard d’un détail insignifiant… le grain de sable au bon moment au bon endroit (ou l’inverse, tout dépend de la notion de “bon” ou de “mauvais”).

A moins de se vouloir déterministe jusqu’au bout des ongles…
Me trompe-je ?

141)
Bigalo
, le 07.11.2008 à 21:42
[modifier]

A tous ceux qui répètent que les vrais problèmes vont commencer à la minute même où Obama sera consacré président, et qui pensent à la possibilité d’un attentat, je réponds que rien ne pourra effacer le fait qu’une majorité d’Américains se soit donné officiellement, légalement et solennellement un président dont l’élection vient laver au regard de l’histoire le péché que l’on croyait ineffaçable de l’esclavage.

Cédons à la facilité et utilisons, pour qualifier ce qui s’est passé mardi dernier, le qualificatif d’historique. Aussi bouleversante que menace d’être la crise financière, on peut dire que le changement que viennent de connaître les Etats-Unis est sans commune mesure avec tout ce que nous avons déjà connu.

142)
Bigalo
, le 07.11.2008 à 22:14
[modifier]

@ Bigalo… un truc m’échappe, comment peux tu être d’accord avec Anne et Tom25 et être en même temps en désaccord total avec Okazou quand les deux premiers soutiennent ce dernier en grande partie ?

C’est surtout avec Anne que je suis d’accord. Le seul point sur lequel nous divergeons complètement est l’appréciation d’Okazou : elle a de la sympathie et beaucoup d’indulgence pour lui, alors que la lecture d’un certain nombre de ses interventions ces dernières années me le fait au contraire percevoir comme un esprit médiocre, profondément malhonnête et à l’esprit étroit. Ses interventions représentent à mes yeux à elles seules, le seul élément de négatif Cuk.ch

Quand à Tom25 nous sommes loin d’être toujours d’accord :

Ne faire aucune allusion à la couleur de peau du nouveau président des états unis aurait été une autre façon de combattre le racisme… Un silence aurait voulu dire qu’on trouve ça tellement naturel que ça ne valait pas la peine d’être soulevé.

Cité, dans une version plus compète par Crocro 136, avec cette réaction :

Je partage totalement ce point de vue.

Voici ce que j’ai pensé en lisant cela : il y a 2 options :

– Ou bien cela découle d’un niveau d’inculture effroyable, car le racisme a été un des pires fléaux de l’humanité depuis plusieurs siècles au moins (traite ou commerce triangulaire, colonialisme, apartheid, Ku Klux Klan) et j’en passe. Pour s’en tenir aux romans et nouvelles, lire les bouquins d’André Brink sur l’Afrique du Sud, de Nadine Gordimer sur l’ex-Rhodésie, et voir ou revoir le premier film d’Euzhan Palcy, « Rue Cases Nègres » tiré du roman de Joseph Zobel.

– Ou plus vraisemblablement, politique de l’autruche ou déni de réalité

Mais prétendre «  qu’on trouve ça tellement naturel que ça ne valait pas la peine d’être soulevé » est totalement aberrant : outre de nombreux racistes qui ne trouveront jamais cela naturel, il y a des centaines de millions de gens dans le monde entier pour qui cela semblait bien plus invraisemblable que naturel dans un tel pays ! Il y a probablement un cerain nombre de croyants (je n’en suis pas) qui ont dû ressentir cela comme un véritable miracle !

Selon moi, sauf événement exceptionnel d’ici le 31 décembre, dans quelques décennies, 2008 évoquera 2 choses seulement , le déclenchement d’une crise financière et économique de portée mondiale, et l’élection du premier préseident Noir aux États-Unis.

143)
levri
, le 07.11.2008 à 22:19
[modifier]

@ 131- Kermorvan : que veux tu, je vis la lutte des classes au quotidien, ricanons ensemble…

@ 140- alec6 : t’inquiète ! je n’avais pas de doute quant à tes facultés de compréhension, mais y’en a certains pour qui il faut mettre les points sur les “i”…

Ne faire aucune allusion à la couleur de peau du nouveau président des états unis aurait été une autre façon de combattre le racisme. Fais moi confiance, les racistes ont très bien vu qu’il est noir. Un silence aurait voulu dire qu’on trouve ça tellement naturel que ça ne valait pas la peine d’être soulevé.

Nier les différences ne les fait pas disparaître comme par magie ! Éradiquer le racisme, ce n’est pas supprimer les différences ou faire comme si elles n’existaient pas, c’est accepter les différences, être capable d’en parler naturellement, et cependant ne pas les utiliser comme une échelle de valeur.

Y’en a marre de ces trucs de faux culs “politiquement corrects”, en quoi utiliser d’autres mots, user de périphrases ou pudiquement éviter certains mots change-t-il la réalité ?

Si je discute avec un noir, et que je trouve qu’il est vachement noir, ça ne me gêne pas plus de le lui dire que je ne dirai à quelqu’un qu’il est vachement blanc. Et si je suis à l’aise avec ce genre de trucs le mec ne le prendra pas pour une insulte ou une appréciation négative.

Ceci dit faudrait pas en rajouter une tartine, et une fois qu’on a computé qu’Obama était noir continuer à le rappeler à tout bout de champs, ça devait forcément arriver un jour, vu la croissance de l’intégration de personnalités de couleurs variées au sein des milieux qui comptent États Uniens…

144)
Bigalo
, le 07.11.2008 à 22:24
[modifier]

Globalement dans cette discussion j’ai dû mal à comprendre que beaucoup ne trouvent pas évident la survenue de 2 événements distincts :

L’un ponctuel, probablement le plus important compte tenu de sa puissance symbolique, qui est l’élection d’un Noir aux États-Unis.

L’autre, qui ne commencera réellement que lors de l’investiture d’Obama dans plus de 2 mois, le mandat d’un nouveau Président.

Pour certains (Anne, Jean Daniel et d’autres) c’est évident. Pour d’autres, qui selon moi regardent par le petit bout de la lorgnette, le premier élément (primordial selon certains d’entre nous) est pratiquement gommé ou ramené au rang d’anecdote.

145)
Bigalo
, le 07.11.2008 à 22:29
[modifier]

@ levri 143

@ crocro et Tom25

J’aimerais bien que quelqu’un d’autre que moi vous réponde.

A quelques minutes près, j’ai découvert trop tard ton commentaire, qui est ce que j’espérais. Cela m’aurait évité de rédiger la plus grande partie de mon commentaire 142 et de quasiment monopoliser la parole (façon de parler) .

Merci en tout cas.

146)
levri
, le 07.11.2008 à 22:34
[modifier]

@ Bigalo : désolé j’étais au téléphone, et je me suis aperçu plus tard que j’avais oublié d’envoyer mon commentaire… et puis nous ne disons pas exactement la même chose, et abondance ne nuit pas forcément. ;)

147)
Bigalo
, le 07.11.2008 à 22:45
[modifier]

@ Bigalo : désolé j’étais au téléphone

Je ne te reprochais rien, faut pas abuser. Je faisais une simple constatation, sur la quasi simultanéité de nos interventions en réponse à crocro et Tom25.

148)
François Cuneo
, le 07.11.2008 à 23:11
[modifier]

Mes amis.

Je viens de lire enfin le discours d’Obama dans son intégralité en français.

C’est juste extraordinaire.

Génial.

Exceptionnel.

Ce type a osé dire des choses magnifiques.

Qui me tirent les larmes.

Je comprends ce qu’a dit Anne en fin de nuit mardi (enfin mercredi matin).

Et cela m’insupporte que certains le remettent en question maintenant.

J’ai un immense espoir.

Un président comme lui, qui l’aurait seulement espéré il y a deux ans?

Et je me fous dans le cas précis qu’il soit noir ou blanc.

La classe…

149)
Anne Cuneo
, le 07.11.2008 à 23:56
[modifier]

Le voir, éventuellement la traduction à la main, c’est encore mieux.

Obama live

Et un autre angle du même, où on voit le public.

Je maintiens ce que je disais en l’écoutant: que c’est un discours que j’aurais aimé avoir écrit.

Et juste en passant, ça fait quatre ans qu’il fait des discours comme ça au niveau national, avant il les faisait en petit. Mais depuis quatre ans, tout le monde pouvait les lire ou les entendre.

151)
levri
, le 08.11.2008 à 00:34
[modifier]

heu, j’avais visionné le discours vite fait (fichier .avi plus agréable à regarder que sur youtube, je vous avais donné le lien)… je me demande si on a vu la même chose…

C’est bien dit, il a un beau timbre de voix, c’est un spectacle bien monté… mais c’est surtout du spectacle, il trouve même le moyen de remercier Mme Palin, tout le monde il est beau et gentil et que dieu bénisse les États Unis, ce n’est pas précisément ce que j’appellerais un discours de rupture ou révolutionnaire, ni même évolutionnaire…

bon si j’ai un moment je le regarderai de nouveau demain.

152)
François Cuneo
, le 08.11.2008 à 00:41
[modifier]

Ben dis-donc!

Si c’est pas révolutionnaire ça, pour les Etats-Unis, et même pour ailleurs…

Et si ce n’est pas évolutionnaire…

Je ne comprends pas bien.

Tu aurais voulu quoi? Qu’il chante l’Internationale ou quoi?

153)
levri
, le 08.11.2008 à 00:50
[modifier]

@ François : c’est un discours avec de beaux mots bien choisis et un certain lyrisme télévisuel, je ne l’ai pas trouvé particulièrement touchant, le genre de truc qu’un président sortirait dans un téléfilm U.S avec musique à tirer des larmes à un veau en final…

… Mais comme tu as l’air touché, je le visionnerai plus sérieusement de nouveau demain, pour le moment j’ai d’autres occupations. Je réserve mon avis pour Janvier quand il commencera réellement à agir.

155)
raphael
, le 08.11.2008 à 02:53
[modifier]

Jolie reportage. De mon côté j’avais l’avantage de pouvoir suivre ça depuis Berkeley, sur la côte ouest, donc les horaires étaient plutôt en ma faveur. Sans compter que la fête ici a été mémorable :) Juste ternie par le rejet de la proposition 8 en Californie. Bon, en même temps je ne suis pas dans un repaire de Republicains… je n’ai même pas trouvé un seul yard sign en faveur de McCain dans mon quartier.

Par contre j’ai l’impression que les Européens ont un peu trop d’espoir sur le personnage quand à son ouverture sur le monde et au fait qu’il va être plus attentif aux problèmes des autres pays. Il est sur que ça va être mieux que Bush (pas difficile), mais Obama est fondamentalement américain, avec le bien être de son pays en tête, et ce sera sa priorité. Il ne sera pas sympa avec les autres si ça ne sert pas les USA (ceci dit, je comprends – on ne vit pas non plus dans un monde angélique).

Petite précision: le fait d’avoir 60 voix au Sénat permet d’empêcher la pratique du fillibusting (en gros un senateur peut parler autant de temps qu’il veut si il ne s’arrete pas, empéchant ainsi le passage d’une loi). Pour changer la constitution, c’est beaucoup plus difficile: non seulement les deux chambres (Senat et Chambre des représentants) doivent voter pour avec 2/3 des voix, mais en plus l’amendement doit être ratifié par 3/4 des Etats. Cela explique par ailleurs que la Constitution des USA soit une des plus stables qui existent. Et la Constitution n’est jamais modifiée: seuls des amendements y sont faits. Et c’est rare: uniquement 27 amendements en deux siècles…

156)
Okazou
, le 08.11.2008 à 06:52
[modifier]

Encore un texte trop long pour Saluki. Il va se méfier.

Hardi les gars !

Toi, ami lecteur, tu dis :
« Un homme, un démocrate, a été élu à la présidence des USA. »
Bien.

Mais à partir du moment où tu dis :
« Un noir (métis, mulâtre…) a été élu à la présidence des USA. »

alors, immédiatement, tu entretiens le racisme ; tu joues le jeu de ceux pour qui avoir la peau non blanche est une tare qui place de facto son porteur (porteur de peau, notre lot à tous) au ban de la société des peaux blanches de laquelle on le distingue par force et sans raison.

Pourquoi pouvait-on dire il y a 8 ans et il y a 4 ans : « Un sombre con a été élu à la présidence des USA », au sujet de Bush junior, sans jeter l’opprobre sur les cons du monde entier ? Parce qu’être con (hormis le fait que ce soit notre lot à tous) ce n’est pas être grand, ni être jaune, ni avoir les yeux verts ou les pieds palmés. Ce n’est pas un simple signe physique distinctif, être con est une caractéristique acquise (d’une façon ou d’une autre) alors qu’être roux est un caractère inné (indépendant de la volonté de quiconque).

Il n’y a pas l’ombre d’un doute, celui qui dit : « Un noir a été élu à la présidence des USA », quelle que soit la raison qui le pousse à le dire, celui-là entretient le racisme, il devient, tout anti-raciste qu’il puisse se proclamer, le complice objectif de ceux qu’il combat.

Pour combattre le racisme la première action consiste à ne pas l’alimenter. C’est l’enseignement majeur de l’élection d’Obama. Ne pas comprendre quelque chose d’aussi simple et évident est inquiétant pour la suite. Mais après tout ce ne serait pas la première fois que des victimes facilitent les crimes de leurs bourreaux.

Quoi qu’il en soit, Bigalo, que tu comprennes ou pas ce que je me tue à te dire, si je te croise, je te salue. C’est la moindre politesse que doit un être humain à son semblable.
Mais je ne t’embrasserai pas :-))) Fais gaffe quand même, le mépris, qui peut dériver jusqu’à la haine, est le mode d’expression ordinaire des racistes. Tu as un problème, Bigalo, et ce problème, ce n’est pas moi. Ce n’est pas la couleur de ta peau non plus. Le comprendras-tu ?

Et pour répondre à la fois à François-118 et à Anne-135 (qui soutient François) sur cette question-affirmation : « Moi je trouve formidable tous ces gens blancs qui vivent dans un monde de blancs qui expliquent à Bigalo comment il doit ressentir le racisme… »

Moi, ce que je trouve formidable, c’est qu’il ne sert à rien que je me décarcasse à essayer de vous faire comprendre mon petit point de vue, (pourtant pas si sot) selon lequel nous ne sommes pas blancs, jaunes, verts mais seulement, et tous des hommes aux caractéristiques physiques infiniment différentes (des milliards de milliards de combinaisons possibles) et rien d’autre, c’est peine perdue si vous en restez à parler de gens noirs qui vivent dans un monde de blancs. Les racistes vous remercient pour votre participation à l’entretien et à la pérénisation de « l’idée » selon laquelle des groupes humains seraient distinctifs, non par leur culture, leurs mœurs, leur biotope, mais par la couleur de leur peau, « Les blancs pourraient tout de même admettre que les noirs en connaissent un rayon de plus que les blancs en matière de racisme. » Elle est vraiment énorme, celle-là. Et elle passe !

Le noir serait donc le seul spécialiste en matière de racisme habilité à en parler. Déjà, on oublie que les racistes eux-mêmes nous en apprennent beaucoup sur leur péché mignon. Alors disons que seuls les racistes et les noirs sont habilités à parler du racisme, étant pleinement impliqués. Et nous, on ferme notre gueule, on paye notre place et on assiste au spectacle ? On est en démocratie, là ? Dans des pays civilisés ?

On touche à l’absurde avec de telles affirmations.

Alors je réitère : François, je ne vis pas dans un monde de blancs, je vis, comme Bigalo, dans un monde d’être humains de toutes tailles, de toutes couleurs, etc. Et dans ce monde d’être humains, chacun peut exposer son point de vue sur ce qu’il a vécu et sur ce qu’il n’a pas vécu mais sur lequel, dans les deux cas, il a réfléchi pour pouvoir exprimer ce point de vue.
Personne ici n’a nié le vécu de Bigalo. Mais pourquoi la parole de Bigalo devrait-elle être prééminente sur celle de ses contradicteurs ? Souvente fois (expression d’un de mes beaux-frères) celui qui a le nez sur un problème n’a pas le détachement nécessaire à son règlement et recevra de l’extérieur la solution. Celui qui souffre n’est pas toujours le mieux habilité à comprendre ce qui le fait souffrir et à envisager la solution pour en sortir. Je suis certain que nous avons tous bien des exemples à ce propos.

Ah, oui, jallais oublier. J’ai passé la journée entouré de musiciens. Il y avait des Français et un Camerounais. Tous très bons musiciens d’afro-beat à la manière de Fela Kuti. Ça dépote, c’est vivant et ça fait bien bouger. Alors, bien sûr, pour jouer cette musique à l’africaine, il y avait une majorité de musiciens à la peau sombre (il y en a beaucoup, en Afrique, vous savez, c’est pour que la peau résiste mieux aux UV !), de diverses nuances, allant du marron bien foncé pour le leader au café au lait (avec beaucoup de lait) pour la chanteuse. Pervers comme je suis, vous pensez bien qu’on a parlé d’Obama et de son refus d’être considéré pour un candidat noir (pas pour un noir, hein ? Pour un candidat noir).

Je vous le donne en mille, ils ont parfaitement compris la thèse d’Obama… et ne sont pas surpris du tout par mes propos, qui n’étaient qu’une resucée de ceux que je tiens ici-même. Il n’y a donc pas que des gentils Bigalo perdus dans un monde blanc hostile, il y a aussi des musiciens « black » bien dans leur peau.
CQFD.

•••
Spéciale Tom25 : tu es un bonheur à toi tout seul.


Un autre monde est possible. Un monde d’êtres humains, tous semblables et tous différents.

157)
Okazou
, le 08.11.2008 à 06:55
[modifier]

« Cela explique par ailleurs que la Constitution des USA soit une des plus stables qui existent. Et la Constitution n’est jamais modifiée: seuls des amendements y sont faits. Et c’est rare: uniquement 27 amendements en deux siècles… »

Tout cela entretient le mythe de la constitution parfaite. Personnellement je trouve qu’un texte constitutionnel doit pouvoir être modifié pour s’adpter aux évolutions, au progrès.

Les Anglais, eux, n’ont jamais modifié leur constitution : ils n’en ont pas.

158)
François Cuneo
, le 08.11.2008 à 08:00
[modifier]

Il n’y a pas l’ombre d’un doute, celui qui dit : « Un noir a été élu à la présidence des USA », quelle que soit la raison qui le pousse à le dire, celui-là entretient le racisme, il devient, tout anti-raciste qu’il puisse se proclamer, le complice objectif de ceux qu’il combat.

Pour combattre le racisme la première action consiste à ne pas l’alimenter. C’est l’enseignement majeur de l’élection d’Obama. Ne pas comprendre quelque chose d’aussi simple et évident est inquiétant pour la suite. Mais après tout ce ne serait pas la première fois que des victimes facilitent les crimes de leurs bourreaux.

Mais bordel Okazou, après tout ce que les gens t’ont expliqué ici, je trouve inquiétant pour la suite que tu continues sur ce discours.

Moi, ce que je trouve formidable, c’est qu’il ne sert à rien que je me décarcasse à essayer de vous faire comprendre mon petit point de vue, (pourtant pas si sot) selon lequel nous ne sommes pas blancs, jaunes, verts mais seulement, et tous des hommes aux caractéristiques physiques infiniment différentes (des milliards de milliards de combinaisons possibles) et rien d’autre, c’est peine perdue si vous en restez à parler de gens noirs qui vivent dans un monde de blancs.

Mais tout simplement parce que le monde n’est pas comme tu veux qu’il soit, il est comme il est.

Et à l’éclairage de ce qu’il est, ce monde, le symbole de l’élection d’un noir est une chose extraordinaire et formidable.

Bien sûr qu’on préférerait ne pas avoir à le dire, mais on le dit parce que ce symbole est GENIAL dans le monde réel, et que nous ne vivons pas dans la tête d’Okazou!

Tu peux pas essayer de sortir de ta vision une fois nom de diou ou quoi? Ce n’est pas TOI qui est le monde, ce n’est pas TA VISION qui est le monde.

On ne peut pas éclairer tous les sujets selon TA manière de voir les choses.

lors je réitère : François, je ne vis pas dans un monde de blancs, je vis, comme Bigalo, dans un monde d’être humains de toutes tailles, de toutes couleurs, etc. Et dans ce monde d’être humains, chacun peut exposer son point de vue sur ce qu’il a vécu et sur ce qu’il n’a pas vécu mais sur lequel, dans les deux cas, il a réfléchi pour pouvoir exprimer ce point de vue.

Tu peux exposer ton point de vue, mais tu n’as pas à dire à l’autre comment il doit réagir. Ce que tu fais régulièrement.

Et puis, je me disais (pour en revenir à un de tes premiers commentaires et pour changer deux secondes de sujet)… quand au problème de savoir si oui ou non nous pouvons écrire des articles comme Anne l’a fait sur cette nuit démocrate, comme je l’ai fait pour l’iPhone, des articles événementiels quoi, faut-il qu’on te demande la prochaine fois l’autorisation en trois exemplaires? Pour savoir si c’est ridicule de le faire?

159)
Tom25
, le 08.11.2008 à 08:13
[modifier]

Petite précision: le fait d’avoir 60 voix au Sénat permet d’empêcher la pratique du fillibusting (en gros un senateur peut parler autant de temps qu’il veut si il ne s’arrete pas, empéchant ainsi le passage d’une loi).

La vache ! Je ne savais pas ?! Du coup je sais comment Okazou gagne sa vie, le sénateur qui ne veut pas qu’une loi passe lui soustraite l’écriture de son discours.

Levri, je suis comme toi, j’aimerai bien ne pas gêner à dire à un noir qu’il est très noir ou une blanche qu’elle est très pâle. Mais je n’ose pas souvent.

Je ne suis pas cultivé, mais je pense tout de même apprécier l’élection d’Obama à sa juste valeur. Je ne dis pas que c’est naturel, je dis que laisser paraître que ça l’était n’aurait peut-être pas été plus mal.

Et puis même, les ferveurs outrageusement affichées me dérangent. Faut dire que je ne suis pas un expressif moi, ça aussi on me le dit souvent. Notre candidat a gagné, c’est bien, mais celui des autres a perdu. C’est comme à la sorti d’un match de foot, tous ces cons qui se foutent sur la gueule parce que les uns narguent les autres me débectent. Au rugby on se contente de dire que le match est fini et on va boire un coup.
C’est comme moi, j’ai tiré le ticket gagnant de la génétique. Je suis grand beau fort intelligent et tout le reste. Mais je ne saute pas partout en le criant à tout tête et à tout bout de champs. Ce ne serait pas sympa pour vous et ça finirait par vous agacer. Non ?
Je m’admire, je me contemple tout seul devant ma glace tous les matins. Heureux de cette chance que j’ai eu et plein de compassion pour les moins chanceux.

Tu as plusieurs solutions avec les racistes, soit tu les titilles tous les jours avec Obama, soit tu les laisses digérer ça et petit à petit leur nombre diminuera. Moi aussi j’ai souvent envi de mettre ma main dans la gueule de ceux que je trouve cons. Il y a 2 aspects là-dedans, 1 ça défoule, et 2 ça peut parfois remettre les cons dans le droit chemin. Force est de constater que dans la majorité des cas ça dégénère. Mais le cas 1 à lui tout seul peut suffire comme raison.

160)
Kermorvan
, le 08.11.2008 à 09:15
[modifier]

Vous pouvez observer ceci: au rugby, le gagnant dit: “nous n’avons pas très bien joué”. Et pis c’est tout.

161)
Anne Cuneo
, le 08.11.2008 à 10:28
[modifier]

Je suis en train d’écouter des Africains parler de l’élection d’Obama – France Inter, Okazou, et j’espère que tu leur enverras, à ces Africains, une lettre pour leur expliquer qu’ils entretiennent le racisme contre eux-mêmes.

162)
Kermorvan
, le 08.11.2008 à 11:24
[modifier]

Nous voyons là une poussée de nationalisme des plus classique, induite par les difficultés. Un type sur une estrade soulève les foules, avec derrière lui une batterie de drapeaux, ça se termine par un hymne, une communion, des larmes d’émotion, et Gott mit uns.

163)
levri
, le 08.11.2008 à 11:30
[modifier]

@ 156- Okazou : Je pense comprendre ton sentiment, mais peut-être que tu l’exprimes un peu maladroitement.

Je suis d’accord sur le fait de considérer Obama comme un président américain. (“point”). Mais dans le contexte socio-politique le fait qu’il soit coloré est significatif historiquement, et peut être commenté. Ceci dit je te rejoindrais presque en disant qu’une fois le fait commenté, il ne faudrait pas en chier une pendule et associer systématiquement sa négritude à son titre et son nom. J’espère que maintenant que le fait est reconnu, l’usage sera de dire “le président Obama” et non “le président noir Obama”, ce qui corroborerait ton sentiment.

@ 159- Tom25 : je suis brutalement honnête, mais je suis meilleur à l’oral, l’écriture est à mon sens figée et me fait suer (je parle de la mienne, je n’aime pas écrire, mais j’aime bien lire les autres, incohérent, hein).

Les gens ne sont pas des robots, et “sentent” les intentions, si je dis à quelqu’un qu’il est “très noir”, après une micro-seconde dans l’expectative, mon interlocuteur se rend compte que ce n’est pas une appréciation négative, et vu le non conformisme du commentaire ça peut même ouvrir sur une conversation intéressante, surtout si la phrase servait d’ouverture avec un inconnu.

@ 162- Kermorvan : oui ça fait aussi partie du spectacle…

164)
Anne Cuneo
, le 08.11.2008 à 11:45
[modifier]

J’espère que maintenant que le fait est reconnu, l’usage sera de dire “le président Obama” et non “le président noir Obama”, ce qui corroborerait ton sentiment.

Mais oui, levri, mais oui Okazou, mais oui tous les autres, c’est exactement ça, ça fait deux jours que je me tue à vous le dire (comme écrirait Okazou), la négritude d’Obama est exceptionnelle DANS LE CONTEXTE, en ce qu’elle exprime le début de chute d’un tabou (vous voyez que je suis prudente), à partir du 5 novembre au soir, elle ne compte plus EN TANT QUE TELLE.

Quand Colin Powell et Condoleeza Rice se sont (en ce qui me concerne) comportés comme des salauds, je les voyais comme des salauds, La couleur de leur peau n’avait aucune importance. En revanche, lorsque Martin Luther King fait un certain discours, il est d’abord Noir, ensuite politicien. Rêvons: s’il n’avait pas été assassiné, et qu’il se soit présenté à la présidence, le lendemain de son éventuelle élection, il aurait été le président – et fichons-nous de sa couleur, seuls les actes comptent.

C’est ainsi que je verrai Barack Obama à partir de l’instant où, le 20 janvier, il aura prêté serment.

165)
Kermorvan
, le 08.11.2008 à 11:54
[modifier]

Nous, les européens, et encore plus les états-uniens, bénéficions d’un certain confort, auquel nous ne renoncerons jamais. Nous nous rallierons à ceux qui nous promettent la perpétuation de ce confort, même et surtout si c’est impossible. Grâce à quelques guerres et quelques famines, notre confort va être prolongé quelque temps. Obama ne promet rien d’autre à son peuple. Puis, comme l’explique très bien Jean-Marc Jancovici, l’inéluctable va se charger de nous rattraper.

166)
levri
, le 08.11.2008 à 12:15
[modifier]

@ 164- Anne : je te ferais remarquer, que bien que ça n’ait pas engendré de tendance suicidaire chez moi, je t’ai appuyé sur ce coup là, et que j’ai farouchement et vaillamment combattu le plaisir pervers que j’aurais pu prendre à jeter de l’huile sur le feu…

Le commentaire que tu cites était une fragile passerelle de cordes jetée sur l’abîme de l’incompréhension afin essayer de faire se rejoindre deux mondes apparemment inconciliables…

168)
levri
, le 08.11.2008 à 12:43
[modifier]

@ Anne : pas de remerciements, tu plussoyais en 164, et en 166 je ne faisais que plaisanter. :)

169)
alec6
, le 08.11.2008 à 13:18
[modifier]

Merci Kermorvan de rappeler que l’inéluctable va nous rattraper, mais tout le monde s’en fout, d’ailleurs, le baril frôle les 60$ ! Alors, comme en 1938 à Munich… la paix est sauvée ! “Gott mit uns !

Pour revenir au sujet… un détail que j’aurais dû signaler plus tôt.

J’habite à Paris dans le 20e, le maire de mon arrondissement est une femme, le maire de Paris un homosexuel et le député de ma circonscription une femme noire ! et alors ?

Tout le monde s’en bas les breloques ! pas d’humeur à ce sujet dans le moindre journal ou site internet.

Une question : et si Okazou était noir ?

171)
levri
, le 08.11.2008 à 14:05
[modifier]

@ 165- Kermovan : tu aurais dû écrire : ” nous ne renoncerons jamais… volontairement” car, comme tu le dis “l’inéluctable risque de se charger de nous rattraper.”

J’habite à Paris dans le 20e, le maire de mon arrondissement est une femme, le maire de Paris un homosexuel et le député de ma circonscription une femme noire ! et alors ?

Et alors … RIEN ! Autant que je sache ni Paris, ni le 20ème ne sont le point nodal où est situé le phare permettant à la démocratie mondiale de garder le cap, et dieu n’est même pas à vos côtés !

Pour ta question : chacun sait qu’Okazou c’t’un rouge ! :D

Et j’écoute Rock’n’roll Nigger de Patti Smith sur l’album Easter

“Jimi Hendrix was a nigger.

Jesus Christ and Grandma, too.

Jackson Pollock was a nigger.

Nigger, nigger, nigger, nigger,

nigger, nigger, nigger.”

172)
Tom25
, le 08.11.2008 à 14:29
[modifier]

Un question : et si Okazou était noir ?

Il a déjà le défaut d’avoir des opinions communistes, il n’a pas tous les défauts non plus quand même ?!

Ce genre de plaisanterie est-elle raciste ? Ou est-ce de ne pas oser plaisanter avec ça qui l’est ?

Oui parce que je plaisante, je pense que vous l’aurez compris mais je préfère m’en assurer

.

173)
Kermorvan
, le 08.11.2008 à 15:48
[modifier]

Il n’y a pas de lieu où tout est possible, mais s’il y a des des riches et des pauvres, alors la lutte des classes perdure. On a toujours fait marcher les humains avec l’espoir de jours meilleurs, jusque dans les tranchées de la guerre de 14-18, et je sais que ma grand-mère ne me regarde pas, elle n’est plus que quelques os vieillis au fond d’un trou. S’il se trouve quelques travailleurs et travailleuses pour puiser dans leur peu d’économies pour donner cinq dollars à la cause, que pèsent-ils face à Wall Street ? La route sera longue, l’ ascension difficile, voici Raffarin. Je vous le promets, nous y arriverons, voici Sarkozy. Si nos enfants pouvaient connaître le siècle prochain, ils ne verront que les ruines apportées par la crise énergétique et le climat perturbé. Dans notre multitude, nous ne faisons qu’un? Eh ben voyons! Alors, que Dieu bénisse les États-Unis d’Amérique, et qu’il fasse que les avions cessent de bombarder les mariages afghans.

174)
Okazou
, le 08.11.2008 à 15:51
[modifier]

« chacun sait qu’Okazou c’t’un rouge ! :D »

Détrompe-toi, je suis plus noir que rouge ! ;-)

175)
Okazou
, le 08.11.2008 à 15:57
[modifier]

« Oui parce que je plaisante, je pense que vous l’aurez compris mais je préfère m’en assurer »

Tu mets le doigt sur quelque chose d’important. Il faudrait tout de même que l’on puisse s’exprimer sans éprouver le besoin de se justifier sans arrêt sur les blocages des autres. Y’a du boulot pour y parvenir !

176)
Okazou
, le 08.11.2008 à 16:09
[modifier]

« Mais bordel Okazou, après tout ce que les gens t’ont expliqué ici, je trouve inquiétant pour la suite que tu continues sur ce discours. »

Désolé, François, mais ce n’est pas de moi que tu devrais t’inquiéter.

Il y a beau temps que j’ai dépassé l’histoire de la liesse que l’on doit ou pas exprimer après l’élection d’Obama. J’étais dans ma dernière intervention (et quelques autres) en train de tenter d’expliquer en quoi Bigalo se plante sur son propre sort (quel culot ! diras-tu) et quelle est la première mesure à prendre (hors élection d’Obama) pour traiter le racisme comme il le mérite. Il se trouve que ça passe par ce qu’à fait Obama lui-même, en personne, pour parvenir à gagner l’élection. Il s’est présenté en candidat démocrate, pas en candidat noir.

Voilà la leçon d’Obama au monde. Quand tu rejettes ce que je dis tu rejettes ce que dit Obama et tu ne t’en rends pas compte.

Ce comportement, cette façon de répondre, c’est aujourd’hui qu’il faut commencer à l’appliquer. Mais Obama n’a rien inventé. Comme je l’écrivais plus haut, les musiciens que j’ai rencontrés hier ne l’ont pas attendu.

177)
levri
, le 08.11.2008 à 16:27
[modifier]

Détrompe-toi, je suis plus noir que rouge ! ;-)

pff, limite rouge un peu grisâtre, tu ne me feras pas changer d’avis !

@ 175. Okazou : pt1, mais on peut s’exprimer !, et si tu éprouves le besoin de te justifier, c’est que tu te sens mal dans tes baskets, ou que tu as de mauvaises fréquentations !

@ 176 le même : stp, arrête ! tu rajoutes à la confusion !

J’écoute Floating Anarchy Radio de Here & Now sur l’album Give & Take

178)
Kermorvan
, le 08.11.2008 à 16:28
[modifier]

Obama, au secours!

Le Moustique tigre Aedes albopictus et le Chikungunya (en attendant la dengue) sont apparus sur la côte d’Azur. Ce méchant moustique pique durement, et dans la journée. C’est dire qu’il n’y a pas que le climat et les USA qui changent.

179)
alec6
, le 08.11.2008 à 16:51
[modifier]

En passant…

L’Amérique est un pays au dessus des autres et bien sûr de tous soupçons, d’ailleurs la moindre critique à son égard consiste à faire de l’anti américanisme primaire. Parle-t-on d’anti francisme, d’anti germanisme, d’anti japonisme ou d’anti russisme lorsqu’on critique de par le vaste monde la France, l’Allemagne le Japon ou la Russie ? Bizarre non ?

Plus que jamais critiquer les Etats Unis signifiera non seulement faire de l’anti américanisme, mais aussi du racisme primaire !

God blesse l’Amérique !

180)
Kermorvan
, le 08.11.2008 à 18:25
[modifier]

De l’enthousiasme.

Il y en a bien d’autres qui se sont montrés enthousiastes en leur temps, et pas des moindres. Voyez (si vous parvenez à mettre la main dessus) l’ode à Thorez (Il revient..) par Aragon et l’ode à Staline (Et Staline dissipe aujourd’hui le malheur…) par Eluard. Que Mandelstam fut mort sur le route de la Kolyma ne leur servit de rien. J’en ai vu et entendu des enthousiastes, dans les années cinquante, et plus tard encore, des pauvres qui mettaient bien 5 dollars afin d’envoyer un cadeau au petit père des peuples pour son anniversaire. En remontant un peu, j’ai des ancêtres qui partirent enthousiastes en 1914. Evidemment, ça remonte un peu loin. Plus près de nous, voyez, par exemple, le parcours de nos “nouveaux philosophes” maoistes; enthousiastes, eux aussi le furent, sans le talent d’Aragon ni Eluard, toutefois.

181)
François Cuneo
, le 08.11.2008 à 20:42
[modifier]

Donc Kermovan, parce que certains se sont trompés, il faut tuer l’enthousiasme si je comprends bien…

Ben je ne serai pas le bourreau.

183)
Bigalo
, le 09.11.2008 à 21:41
[modifier]

Bonsoir,

J’ai été absent tout le week-end, sans accès à Internet. J’étais dans le Morvan avec des amis à ramasser des chanterelles en tube et des pieds de moutons. À 4, nous en avons ramassé environ 8 kg ;-))

Je viens de rentrer et de lire les derniers commentaires. De nombreuses choses me viennent à l’esprit mais je n’ai pas le courage de les exprimer.

Je pense toujours que certains n’ont rien compris, mais je n’entrerai pas plus dans le détail.