Profitez des offres Memoirevive.ch!
Partagez-vous ma dépouille

Je vous disais le 2 janvier dernier qu'il y avait deux choses horribles en Suisse: les vignettes autoroutières, et les Saint-Nicolas des biscômes.

J'ai menti.

Il y a trois choses horribles en Suisse.

Les vignettes, les biscômes... et les votations.

Si les Français sont ceux qui donnent toujours leur avis même quand on ne leur demande rien, alors nous, les Suisses, c'est le contraire: on nous demande tout le temps ce que nous voulons, et on a un peu de peine à le dire.

Bref: il nous arrive plusieurs fois par année d'aller voter, pour des objets communaux, cantonaux ou nationaux. Et tous les 5 ans, nous élisons nos représentants communaux, lors des votations qui viennent de s'achever le week-end dernier (les deux tours ont eu lieu les 12 mars et 2 avril). Je ne sais pas si quelqu'un a tenté de chiffrer le coût de toutes ces infrastructures de consultation du peuple, mais ça doit être assez faramineux.

Pourtant, il y a pire que d'aller voter: il y a ceux qui se coltinent… le dépouillement! Les scrutateurs du dimanche!

Ils sont parfois défrayés, mais pas toujours (ça semble dépendre de la richesse et des largesses des communes).

Quoi qu'il en soit, ils sont convoqués pour passer le plus clair de leur dimanche à compter des croix, des noms tout juste lisibles, des ratures, des biffures, des listes rouge-rose-vertes (ils ont eu du boulot, ceux-là, avant-hier!). Encore heureux qu'on n'ait pas de machines à poinçonner comme en Floride… Et bien souvent, ça se finit au beau milieu de la nuit, à recompter des pointages de récapitulatifs de sous-sous-sous-totaux pour trouver le dernier suffrage manquant, alors qu'on s'est malencontreusement assis sur un bulletin chiffonné mais valable... le cauchemar intégral.

À ma grande surprise, j'ai réalisé il y a quelque temps que dans la vaste majorité des communes, on compte toutes ces croix, ces noms, ces papiers, entièrement à la main, avec les moyens du bord! Au mieux, on joue de l'Excel, mais rien de bien dynamique là-dedans me direz-vous.

Ce sera précisément là l'objet de cette humeur: comment venir en aide à ces pauvres scrutateurs, et à ces responsables d'élection laissés sans aide logistique par les autorités cantonales (on appelle ça l'Article 22, j'ai appris: c'est l'article qui dit "Démerde-toi comme tu peux").

Une commune m'a soumis ce problème, et demandé si j'étais prêt à le résoudre. Il faut dire que cette commune était un peu embêtée, car après avoir fait un appel d'offres, elle n'avait reçu que des devis de développements informatiques revenant à environ 10 francs par bulletin à dépouiller! 10 francs la feuille! Et en papier recyclé en plus! Déjà que François nous fait une syncope rien que sur la couleur, alors si le prix c'est 10 francs!

C'était trop cher, il fallait diminuer le coût par 5 ou 10 pour que ça vaille le coup.

J'ai réfléchi, et j'ai, comme toujours (vous me connaissez) dégainé… mon FileMaker! Parce que c'est exactement un job pour FileMaker, un dépouillement en réseau, pardi!

Quelques (longues) nuits de travail plus tard, j'accouchais d'Adécoi.


(Merci à Valott pour l'urne sympathique)

Sur la page d'Adécoi, vous trouverez un Runtime FileMaker (solution d'exécution autonome), pour Windows ou pour Mac, qui vous permettra d'évaluer le logiciel gratuitement.

Sommairement: on injecte dans Adécoi un fichier Excel (contenant tous les électeurs de la commune), on utilise Adécoi en cliquant partout où il faut, et à la fin, Adécoi recrache une liste Excel des candidats ayant reçu des voix. Je vous avais averti, c'est très sommaire. Voyez, si le cœur vous en dit, les manuels d'Adécoi en PDF pour plus de détails.

Lors du dimanche du premier tour, comme tout se passait sur des roulettes, j'ai même pu prendre quelques photos du déroulement, que j'ai regroupées sur cette page de reportage.

Les deux communes (sur les 114 communes vaudoises élisant un Conseil communal à la majorité) ayant été intéressées par ce produit (pas un succès terrifiant, mon logiciel, ma parole!) ont été enchantées du temps et de la précision gagnés. Ce sont Saint-Prex (Monsieur François Ludwig) et Romanel-sur-Lausanne (Monsieur Henri Pisani), que je remercie chaleureusement ici pour leur confiance.

J'hésitais à vous présenter ce développement sur Cuk.ch, parce qu'il n'y a que François qui ait le droit, finalement, de vendre ses logiciels Cuk par l'entremise du site qu'il finance seul. Et qu'Adécoi n'est pas bon marché (je le vends 2'000 francs).

Mais comme d'une part il m'a fait part de son vif intérêt, et que d'autre part les prochaines élections sont désormais prévues pour 2011... j'ai jugé intéressant de vous montrer ce qu'on peut faire avec un vieux logiciel de 2002 (Adécoi est en FileMaker 6 pour le moment, à cause des licences scolaires), par rapport à ces boîtes de développements informatiques qui ne connaissent pas ce magnifique outil de développement rapide et économique. Et qui font, sans rire, des offres à 10 francs le bulletin dépouillé...

À part ça, si les techniques FileMaker que j'utilise dans Adécoi intéressent certains, je pourrais y revenir dans de futures Humeurs.

37 commentaires
1)
Mirou
, le 04.04.2006 à 00:11
[modifier]

Tiens, ça m’a l’air pas mal du tout ce machin là! Faut vite traduire ton site et l’envoyer au gouvernement de Floride, tu vas devenir millionnaire en moins de deux…

Sans rire: Perso, je trouve que c’est formidable de voter tout le temps. Au moins après on ne peut pas se plaindre. Et j’ai moi-même été plusieurs fois scrutateur dans une commune qui pratiquait le défraiement, mais pas le calcul informatique. Les élections c’était horrible, mais j’aimais bien le côté saucissons-vin blanc de la fin d’après-midi ! ;-)

2)
Olivier Pellerin
, le 04.04.2006 à 03:06
[modifier]

Deux remarques avant de foncer au lit :
1 – les Français vont bientôt passer à la sixième république, et je ne dis pas combien de fois, nous autres, va devoir voter…
2 – Plus dans le sujet : as-tu pensé aux questions de sécurité ? Sans même parler de la fraude possible, le vote n’est-il pas secret ? Ces gentils fichiers sont-ils protégés, cryptés ? L’exécutif FMP dispose-t-il au moins d’une somme de contrôle pour s’assurer qu’il n’a pas été bidouillé ? Oui, j’ai lu ça en quatrème vitesse. Et je n’ai pas regardé le produit. Mais c’est le genre de choses pour lesquelles l’usage de l’informatique m’inquiète… Parce qu’on ne voit pas ce qui se passe dans la machine.

3)
Inconnu
, le 04.04.2006 à 06:30
[modifier]

C’est bien connu, la démocratie ne s’use quand si on ne s’en sert pas. Personnellement, je trouve que la Suisse « vote trop », mais ceci dit, j’aimerais bien que le maire de ma ville ou le conseil général de mon département me demande un peu mon avis avant de lancer certains projets à l’intérêt proportionnellement inverse au budget consacré :)

4)
Okazou
, le 04.04.2006 à 06:47
[modifier]

Marrant, ça sent le poisson d’avril pas frais, ton truc.

Si la Suisse qui — sauf votre respect — est un petit pays, tombe dans la flemme de dépouiller une poignée de bulletins, il lui reste la possibilité de délocaliser le dépouillement en les envoyant en Inde, c’est pas cher ! :-)))

Un scrutin, du moins chez les agités que nous sommes de ce côté de la frontière, se dépouille en une partie de soirée, sauf pour les grandes villes. Les villes de plus de 500 000 habitants. Dans les bourgades de quelques centaines d’âmes, il est nécessaire de prendre son temps pour se donner l’illusion d’avoir fait quelque chose !

Et puis, on n’est pas en Amérique, quoi ! Tous les pays d’Europe ont des méthodes rapides de comptage sans que l’appel à l’informatique s’avère nécessaire. Il faut dire qu’en Europe les tentations de tricher sont sans doute moins fortes que chez l’Oncle Sam, comme nous l’avons vu au cours des deux dernières présidentielles là-bas.

Chez nous, il y avait la Corse qui, par respect pour ses défunts, les faisait voter peut-être plus qu’il n’aurait fallu. Mais chacun savait que c’était juste une façon de les ressusciter pour la journée et, en même temps, de faire revivre des villages menacés par la désertification. Comme dirait l’autre : « Un supplément d’âmes ». Tout ça ne pouvait vraiment nuire à personne. Savoir, à l’article de sa mort, que l’on remplira jusque dans l’au-delà ses devoirs de citoyen en continuant de voter, n’est-ce pas réconfortant ? Enfin c’était une vieille tradition et on ne plaisante pas avec la tradition sur l’Île.

Comme toi, Matthieu, j’ai souvent participé au dépouillement des bulletins. C’est une tâche fondamentalement citoyenne et je m’en serais voulu de quémander une prime de panier pour l’accomplir. Seuls le chef de bureau et ses assesseurs (dans les villes de l’Affront National : « Assesseurs pour les fachos ») sont rémunérés (dans les grandes villes ?) mais ils ont des responsabilités. Ils ouvrent la boutique dès potron-minet, la tiennent, dirigent le dépouillement, la ferment et livrent les bulletins, à la brune, à la préfecture ou la sous-préfecture.

« Si les Français sont ceux qui donnent toujours leur avis même quand on ne leur demande rien, alors nous, les Suisses, c’est le contraire: on nous demande tout le temps ce que nous voulons, et on a un peu de peine à le dire. »

C’est excellent !
Il est vrai que, en France, lorsque nous votons, contraints et forcés, pour un type comme Chirac (Le Pen était l’autre possibilité), nous savons que nous allons devoir, un jour ou l’autre, effectuer un vote de correction avec nos jambes sur les avenues des villes de France et de Navarre. On aurait tort de croire que c’est par plaisir. Si Joe Dalton (je veux dire Sarkozy) parvenait à se faire élire en 2007, nous devrions fourbir, dans la foulée (!), nos chaussures de marche et espérer du beau temps, mais la pluie n’a que peu d’incidence sur la voix d’un peuple déterminé.

« Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est pour le peuple, et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs. » Article 35 de la Constitution de l’an 1 de la République (1793)

P.S. : Bon, c’est pas tout ça mais il va falloir aller fêter l’enterrement du CPE. De profundis. ;-)


Spéciale CPE : « Une génération ne peut assujettir à ses lois les générations futures. » Article 28 de la Constitution de l’An 1 de la République

5)
Mathieu Besson
, le 04.04.2006 à 07:00
[modifier]

Olivier:
– pour l’anonymat du vote, c’est incontournable, tous les bulletins sont scrupuleusement numérotés, mais rien ne permet de savoir le nom du votant.
– pour le cryptage, il n’est pas vraiment souhaitable, parce que la traçabilité et la lisibilité ultérieure des données est plus importante (en cas de contestation des résultats, typiquement).
– Il n’y a pas de somme de contrôle, mais on peut (on doit!) facilement pointer les décomptes via les feuilles de récapitulatifs. Tout est vraiment croisé, recoupé, comparé tellement de fois par les responsables. Et finalement, c’est très simple: ce sont des sommes de coches! C’est seulement très fastidieux, et sujet aux erreurs d’attention.
– ne t’inquiète pas pour Adécoi: on voit très bien ce qui se passe dans la machine, c’est justement ce qu’on demande. Pas de « boîte noire » en l’occurrence.

7)
Mathieu Besson
, le 04.04.2006 à 07:18
[modifier]

François, la mascotte n’est pas faite avec FileMaker.

Je te connais, je suis sûr que tu dis ça avec ironie, de toute façon.

Ah oui, il y a un smiley, évidemment.

Mais merci, 4D. Tu fais ça plus vite avec 4D? C’est ça la vraie question! ;-)

8)
François Cuneo
, le 04.04.2006 à 09:14
[modifier]

Non non, c’est sans ironie, je t’assure!

Avec 4D, ça aurait peut-être été plus long, mais pas sûr.

On s’en fiche, ça va bien avec FM!

9)
Inconnu
, le 04.04.2006 à 12:29
[modifier]

Enfin une utilisation « utile » à FileMaker diront certains :)

Okazou, je ne vais pas rentrer dans la polémique sur la partie plus politique de ton commentaire (ToTheEnd, t’es en congés? On t’attend là :). En tout cas, « Joe Dalton » c’est bien trouvé. On a déja Averell, à l’Elysée :)

10)
ToTheEnd
, le 04.04.2006 à 13:32
[modifier]

Renaud: non, non, pas en vacances… mais très pris. L’agent O dira toujours les mêmes choses, ressassera toujours les mêmes idées, nous rabâchera toujours les mêmes histoires et répétera encore et toujours qu’on est un peu con, voire totalement, si on ne pense/fait pas ceci ou cela.

Personnellement, je trouve bien les disques qui ne s’altèrent pas avec le temps, c’est toujours agréable parce que ça donne une référence statique dans un monde qui bouge.

T

11)
alec6
, le 04.04.2006 à 17:33
[modifier]

Une 6e République Olivier ?
Si elle est bananière c’est déjà en route :
– Je promulgue une loi
– Dans la foulée j’ordonne qu’elle ne soit pas appliquée…

Encore une fois Chirac vient de se mettre hors la loi ! Ben oui son rôle de chef de l’exécutif est de faire appliquer la loi dans l’intérêt de tout le monde, non de sauver la peau de son ministre favori en donnant l’ordre de ne pas appliquer la dite loi !! Au moins Deschanel qui grimpait aux arbres, se baignait dans les bassins de l’Elysée et tombait des trains était plus rigolo (et il est parti au bout de qq mois).

Les français (qui donnent leur avis sur tout) se sont foutus de la gueule de Berlusconi pendant des années… comme quoi, son prorpre jardin est tout aussi encombré ! avec ou sans CPE, le problème n’est pas là !

Alexis… once again !

12)
Okazou
, le 04.04.2006 à 17:43
[modifier]

« L’agent O dira toujours les mêmes choses, ressassera toujours les mêmes idées, nous rabâchera toujours les mêmes histoires et répétera encore et toujours qu’on est un peu con, voire totalement, si on ne pense/fait pas ceci ou cela. »

Ne fait pas semblant de croire ToTheEnd, que je prends les gens pour des cons et que je tente de faire du bourrage de crâne (ce sont les journaux télévisés qui font ce travail). Au contraire, je suis persuadé que mes semblables sont mes semblables (!) et pas seulement des consommateurs décervelés avec lesquels il serait impossible de discuter ou/et partager un point de vue.
Bref, ne fais pas ton Sarkozy.

« Personnellement, je trouve bien les disques qui ne s’altèrent pas avec le temps, c’est toujours agréable parce que ça donne une référence statique dans un monde qui bouge. »

Si tu étais en France aujourd’hui, tu saurais qui est statique (voire figé) et qui, a contrario, pousse et entraîne la société en avant.
Si tu lisais la presse aussi, tu le saurais. Évite le Wall Street Journal et son idéologie libérale pure à 100 % mais Courrier International t’offre une revue de presse internationale intéressante.
En Allemagne, on apprend que « heureusement que les Français se remuent pour nous. » Idem au Portugal, en Grèce, aux Pays-bas et dans les pays scandinaves.
Nous ne sommes pas les seuls, d’autres bougent aussi. Huit semaines de grève en Allemagne, grosse grève à Londres…

Ne te fais pas d’illusions, ToTheEnd, le statique, le conservateur (pas encore réactionnaire – le stade suivant), c’est bien toi. Quand toute l’Europe bougera, tu en seras encore à te demander si c’est du lard ou du cochon. :-)


Spéciale CPE : « Une génération ne peut assujettir à ses lois les générations futures. » Art. 28 de la Constituion de l’An 1 de la République

13)
Inconnu
, le 04.04.2006 à 19:52
[modifier]

c’est bien beau d’être réactionnaire, je ne dis pas qu’il ne faut pas aller de l’avant mais en France, on ne sait pas trop ou on a mal. On demande des réformes, on élit quelqu’un et quand il lance des réformes, on gueule. Et que ce soit de gauche comme de droite.

14)
MAGE
, le 04.04.2006 à 20:14
[modifier]

en FileMaker 6 pour le moment, à cause des licences scolaires

C’est pas un peu limite de vendre une solution faite avec une licence pour l’école ? ou j’ai mal compris ?

15)
Mathieu Besson
, le 04.04.2006 à 22:43
[modifier]

MAGE: J’ai dû mal m’exprimer: la licence que les écoles utilisent aujourd’hui est encore la vieille version FileMaker 6 Client, datant de 2002.

J’ai donc dû développer Adécoi avec cette « contrainte », alors que ça aurait été plus logique, en 2006, de le faire avec l’actuel FileMaker 8. Mais mes clients tirant parti des infrastructures scolaires pour le dépouillement auraient dû alors mettre à jour toutes leurs licences, et surtout celle du serveur, qui est nettement plus coûteux en 8 qu’en 5.5 (le serveur 5.5 est celui qui permet de servir des fichiers FileMaker 6).

Je reconnais que ce n’est pas facile de s’y retrouver. parmi toutes ces versions 5.5, 6 et 8… Mais il n’y a pas d’embrouille sur le dos des établissements scolaires.

16)
Okazou
, le 04.04.2006 à 23:16
[modifier]

« c’est bien beau d’être réactionnaire, je ne dis pas qu’il ne faut pas aller de l’avant mais en France, on ne sait pas trop ou on a mal. »

Voilà bien le point de vue de la Droite, tellement ignorante (par dédain ou par mépris) du sort fait aux gens simples qu’elle en devient arrogante et perd l’occasion de se taire.
Ci-devant Renaud, sais-tu qu’autour de ton petit monde protégé il en existe un beaucoup plus peuplé et qui souffre au quotidien de douleurs que tu ne connaîtras jamais. Si tu pouvais, au moins, avoir un peu de respect pour ceux à qui tu dois ta position et ton confort. Deux millions de pauvres dans un des pays les plus riches du monde, ça ne se règle pas par la charité des pièces jaunes mais par la solidarité. J’espère que nous aurons l’occasion de te l’expliquer par les faits.
« En France, on ne sait pas où on a mal » est un miroir de « Ils (les Français) n’ont plus de pain ? Mais qu’ils mangent de la brioche ! » Rapproche la semelle de tes chaussures du sol, Renaud, tu n’es plus dans la vraie vie, tu lévites !

« On demande des réformes, on élit quelqu’un et quand il lance des réformes, on gueule. »

La Droite demande des contre-réformes pour casser les bénéfices acquis souvent au prix de leur peau par nos aïeux, nos aïeuls et nos parents. Jospin le réformiste s’est fait botter le derche par les électeurs de gauche.
Pour la proposition suivante Chirac ou Le Pen, Chirac a été élu par 82 % des électeurs dont une majorité de gauche. Au lieu d’en tenir compte, il a mené une politique encore plus libérale que celle de Jospin. Autrement dit, il a méprisé l’esprit même de la démocratie en nous faisant un enfant dans le dos. Depuis, il perd toutes les élections et maintenant les gens sont dans la rue. Et le ci-devant Renaud s’étonne qu’on gueule ?

Tu n’as pas encore tout vu ! Sarkozy veut nous imposer le mode de vie anglo-saxon et particulièrement américain. Il n’annoncera jamais la couleur ; il avance masqué, en bon sournois qu’il est (son silence sur la guerre des anglo-saxons en Irak est révélateur). S’il est élu et qu’il s’imagine pouvoir aller à contre-courant des désirs et des besoins des gens, alors il les aura trompés et il tombera. D’accord, pas de bien haut.

Ces ci-devant qui nous gouvernent n’imaginent pas du tout, mais alors pas du tout, tant ils vivent en dehors du monde réel à force de ne vivre qu’entre eux, à quel point les peuples européens en ont assez d’eux et de leur politique dogmatique.
Il faudra pourtant bien que vous ouvriez vos yeux et vos oreilles, messeigneurs !

Pour l’heure, nous sommes très attentifs aux magouilles à venir. Celles de l’UMP, celles du PS voire celles de certains syndicats. Tout ce beau monde s’entend si bien…


Au nom de l’Europe, j’ai voté NON !
… et la gauche libérale aurait tort de l’oublier.

17)
Benlop
, le 04.04.2006 à 23:58
[modifier]

Okazou, tu ne serais pas un peu hautain là ? Renaud se pose une question, pas la peine de l’agresser en retour.

Chirac a été élu à 82%. Que ce soient des électeurs de gauche ou de droite, il s’en moque et il a bien raison : 82% des gens ont VOTÉ POUR LUI, point à la ligne. Les gauchistes n’avaient qu’à voter blanc, c’est comme cela que fonctionne la démocratie. Ou plutôt dysfonctionne la démocratie dans le cas présent. Mais si l’on veut jouer le jeu de la démocratie, on le joue à fond. Et je rappelle qu’on vote POUR son représentant, pas CONTRE celui qu’on n’aime pas.

Si la Gauche (elle existe encore ? Je me rensigne au cas-où, pour ne pas être ridicule quand je dis que je suis de Gauche) s’est laissée berner par cette pseudo-élection, qui a nommé Chirac président de la République bananière française, Chirac aurait tort de se priver de la légitimité que cela lui donne.

Et pour terminer, les étudiants continuent de manifester contre un Contrat dont ils ne connaissent rien (et je parle en connaissance de cause, inclus que je suis dans ces étudiants). Ils seront embauchés plus tard avec un CDD de trois mois, et ils gueuleront encore.

Oui, la France est un pays de gueulards qui croit tout savoir mieux que tout le monde. Et ce à tous les niveaux : notre Président quitte la salle lorsqu’on parle Anglais… devant une assemblée européenne.

Bravo « nous », bravo la France.

18)
Okazou
, le 05.04.2006 à 00:50
[modifier]

« Si la Gauche (elle existe encore ? Je me rensigne au cas-où, pour ne pas être ridicule quand je dis que je suis de Gauche) s’est laissée berner par cette pseudo-élection, qui a nommé Chirac président de la République bananière française, Chirac aurait tort de se priver de la légitimité que cela lui donne. »

Si tu étais de gauche (mais tu ne l’es évidemment pas, tu triches, tu avances masqué comme Sarkozy ; ton ami ?) tu serais de la gauche cynique (c-à-d libérale) avec un tel « point de vue » sur la politique et ton ignorance de la morale politique et, en l’occurrence, démocratique.
En démocratie, lorsqu’on est élu par tous les électeurs républicains à l’exception donc des fachos, la morale veut que l’on gouverne alors pour l’ensemble de ses électeurs, non pas pour ses seuls partisans, a fortiori s’ils sont minoritaires.

« Et pour terminer, les étudiants continuent de manifester contre un Contrat dont ils ne connaissent rien… »

Tu vois bien que tu ne peux être de gauche :-)))

« notre Président quitte la salle lorsqu’on parle Anglais… devant une assemblée européenne. »

Tu oublies de dire que celui qui parlait était le baron Seillières, l’ancien patron des patrons au Medef. Quand un Français parle en public, qu’il représente donc diplomatiquement la France, la moindre des choses est qu’il s’exprime dans la langue de sa culture, pas dans un sabir anglo-saxon qui ne ressemble à de l’anglais que de loin. C’est seulement dans ces moments-là que je parviens à apprécier Chirac.


Au nom de l’Europe, j’ai voté NON !
… et la gauche libérale aurait tort de l’oublier.

20)
Inconnu
, le 05.04.2006 à 06:50
[modifier]

Okazou, Seillieres parlait au nom du Patronat européen, il n’était donc pas illogique qu’il parle en Anglais. Et pour info, le Baron est bilingue, il peut donc s’exprimer parfaitement en anglais, et non en sabir.

Tu me demandes d’avoir un peu de respect pour ceux à qui je dois ma position et mon confort. Si je dois quelque chose à quelqu’un, ce sont à mes parents, qui m’ont permis de mener les études que j’ai voulu, pour suivre la carriére qui est la mienne. Je n’ai écrasé personne sur mon chemin pour réussir. Est ce que les gens ont du respect pour les 12 millions de contribuables qui financent le système? Parce qu’il faut bien du fric pour payer les dépenses de l’Etat, les aides, allocations, etc…. Ca ne tombe pas du ciel, même avec la meilleure des volontés.

Que sais tu de moi? Rien. Tu nt sais pas que j’ai fait du soutien scolaire pendant des années dans les quartiers Nord de Marseille, que j’ai fait du syndicalisme pendant 5 ans. Que j’ai géré 2 plans sociaux.

Quand je parlais des gens qui gueulent, je ne faisais pas référence à ces 2 millions de « pauvres », mais à la grande majorité des autres, ceux qui bossent et qui veulent toucher toujours plus tout en travaillant toujours moins; ceux qui sont protégés par leur statut de fonctionnaire et qui nous invitent à les soutenir au nom de la défense du service public; ceux qui vivent sur le dos de la société sans rien faire, qui touchent le chomage et bossent au noir. Parce qu’au fond, ce qui me mets hors de moi ce sont les gens qui gueulent sans jamais rien proposer, qui abusent du systéme et qui dégoulinent de mauvaise foi.

Aider les gens qui en ont réellement besoin, aucun souci la dessus, je suis totalement pour, c’est de la solidarité. Mais la France est un pays d’assistés, fortement dépendants de l’Etat-Providence, qui veulent des droits mais sans devoirs en contre-partie.

Le problème ne vient pas seulement de la classe politique et des ambitions personnelles de quelques individus. Le problème, à mon sens, vient des « autres ».

21)
Benlop
, le 05.04.2006 à 07:22
[modifier]

Okazou, me suggérer que Sarkozy soit « mon ami » me fait doucement rigoler, d’autant que tu sembles te fixer un peu sur ce personnage. Enfin, j’espère que tu n’as pas fait trop de cauchemars cette nuit…

Je crois qu’il faut impérativement que tu arrêtes d’ignorer la moitié des dires de tes interlocuteurs. Quand on parle, chaque mot a son importance. Je les pèse, alors prends la peine de les lire correctement, c’est la moindre des choses.

Chirac est de plus en plus ridicule, plus personne ne le suit, et vouloir faire une intervention en Français devant une assemblée qui ne le comprend pas, c’est du cocorico primaire, de la fierté déplacée.
Cela dit, c’est exactement ce que fait la France, se murer dans des principes ridicules. Au moins, on peut dire qu’il est bon représentant.

Au fait, relis-moi et tu verras qu’on peut me considérer comme un « gauche frustré », du fait que la gauche est un parti inexistant en France désormais, et que je fais partie des étudiants. Mais pas de ceux qui hurlent comme des putois, même après que le texte ait été refusé par Chirac (parce que c’est bien cela qui s’est passé, même s’il cherche à sauver la peau de son ministre).

Manifester contre la précarité, oui, bon combat. Manifester contre le CPE est ridicule, ce n’est qu’une minuscule goutte d’eau, et les travailleurs sont toujours protégés par les prudhommes et le Droit du Travail.

22)
Chichille
, le 05.04.2006 à 10:07
[modifier]

Aaahhh ! Une de ces bonnes petites discussions allègres comme le camarade Okazou sait en déclencher. Et comme je ne suis tout à fait d’accord ni avec lui, ni avec les autres, je vais intervenir à mon tour, y’a pas de raison.

D’abord sur le point de départ : si les Suisses se font payer pour dépouiller, je me fait helvétiser à l’instant même. J’ai justement un petit problème de fin de mois, ça pourrait me rendre service (surtout si en plus il y a du saucisson et du vin blanc).

Ensuite, si les bulletins de votes suisses subissent vraiment tous les outrages évoqués par Mathieu, cela tend à montrer qu’il règne une sacrée fichue pagaille chez nos voisins. Nous autres Français, nous sommes peut-être un peu lents, mais très bien organisés ;-).

En ce qui concerne l’informatisation des votes évoquée par Okazou, je crois qu’ici il ne s’agit que d’informatiser le dépouillement et les calculs, ce qui ne me pose pas problème. Par contre, je suis totalement hostile à la boîte noire électronique pour voter. Le stock de papier matériel est une garantie indispensable à la régularité du vote et à son contrôle.

Par ailleurs, la situation de la gauche française n’est peut-être pas ce que j’aimerais qu’elle soit, mais je rappelle que TOUTES LES RÉGIONS SAUF UNE (la très réactionnaire Alsace) ont une présidence de gauche ! Résultat acquis sous un gouvernement chiraquien, pour les mémoires courtes.

Enfin, j’aimerais bien que l’on cesse de balancer des tartes à la crème comme « les français n’aiment pas les réformes ». Je suis, n’en déplaise à Okazou, un réformiste invétéré, c’est-à-dire que je crois qu’on peut et doit 1) faire progresser la société, 2) le faire pas à pas pour ne pas tout foutre en l’air (il faut une situation particulièrement dramatique pour justifier une révolution). Donc je suis pour les réformes. Mais PAS N’IMPORTE LESQUELLES ! Des modifications qui nous font revenir à grands pas vers le XIXe siècle ne sont pas des réformes (plutôt des « informes ») et en tout cas je n’en veux pas. Ne jouons pas sur les mots. Merci par avance.

Bon, c’est pas tout ça, faut bosser, je serai donc court, soyez heureux !

Bof ! Bof ! bof !

23)
VRic
, le 05.04.2006 à 13:36
[modifier]

Chirac a été élu à 82%. Que ce soient des électeurs de gauche ou de droite, il s’en moque et il a bien raison
(…)
si l’on veut jouer le jeu de la démocratie, on le joue à fond

Ce n’est pas un jeu. Tu es un âne. J’explique.
image
La démocratie n’a pas pour objet de donner l’occasion à Mme Michu de Tours de gagner le pouvoir face à M. Robert de Martigues qui partira avec une machine à laver comme lot de consolation. Les élections n’ont pas pour objet de faire « gagner » le pouvoir, mais de confier à des gens la tâche de gouverner, pour en libérer les autres qui n’ont pas que ça à foutre. Être élu, ce n’est pas avoir mérité de profiter d’un pouvoir, c’est avoir le DEVOIR de faire un boulot, de même que quand tu es chef de rayon confiseries, tu n’as pas gagné l’occasion de te gaver de scoubidous, mais le devoir d’administrer ton rayon.

J’ai le regret de t’annoncer que si tu considères que le fait d’arriver à une position signifie que tu mérites d’en profiter (quelles que soient la position et la forme du profit: t’enrichir ou imposer tes choix), alors tu es de droite. C’est en grande partie à ça qu’on les reconnaît: « mais ma brave dame, moi j’ai travaillé pour en arriver là, il n’y a pas de raison que je me prive|que je paie des impôts|des charges patronales|la sécu des pauvres|etc. » Et d’ajouter « de toute façon, moi je fais pas de politique ».

Le résultat de l’élection pour n’importe quel non-con, c’est que 80% des gens n’étaient pas d’accord avec Le Pen (2e tour) [color=red]ET[/color] que 80% des gens n’étaient pas d’accord avec Chirac (1e tour).

Dans ces conditions, il faudrait être idiot pour croire qu’on peut gouverner comme si on représentait l’opinion de la population, ce qui est l’objet d’une démocratie. Ce gouvernement a l’air régulièrement surpris de découvrir dans la rue qu’effectivement, comme le 1e tour le lui a expliqué, les gens ne sont pas d’accord avec lui: c’est de la mythomanie, ils se sont convaincus eux-mêmes d’avoir été « élus ». En un mot, c’est des cons.

Pourtant il leur reste un fond de lucidité, puisqu’ils imposent pratiquement tout par mesures d’urgence court-circuitant le parlement, qui sont des mesures d’exception conçues théoriquement pour des situations de crise internationale bien plus sérieuses que la simple connerie de l’exécutif.

Quand je dis « connerie », ce n’est pas à la légère juste parce que j’aime beaucoup ce mot: dans cette situation, le seul choix logique et raisonnable était évident avant même le résultat du 2e tour et aussitôt évoqué entre autres par la LCR par exemple: ça s’appelle un gouvernement d’union nationale et c’est parfaitement démocratique. Mais ça suppose d’avoir plus de respect pour la démocratie que pour sa propre ambition personnelle, ce qui n’est pas totalement incompatible avec une sensibilité de droite, mais un peu tout de même. Un énorme peu.

Ça consiste à comprendre que (a) on n’a aucune légitimité démocratique à imposer une politique qui n’a que 20% de support populaire (b) on n’y arrivera pas sans oppression (c) on n’est pas là pour se faire plaisir.

Si tu relis la presse de l’époque, tu ne trouveras pas « union nationale » dans leur vocabulaire: ce n’est pas qu’il soient ignorants, ils ont fait des études et ont de l’expérience dans cette branche, c’est juste qu’ils font confiance aux gens comme toi pour accepter de se faire niquer « puisque c’est le jeu ». Ils te font même tellement confiance qu’ils avaient osé s’intituler à l’origine Union pour la Majorité Présidentielle avant de réaliser que quand même, c’est un peu trop ouvertement anti-démocratique comme programme (ce lien est à l’étranger, cette version de l’acronyme a convenablement disparu chez nous, il faut chercher plus fort). Mais tu remarques que ça correspond à leur bilan: l’objectif était bien d’accéder au pouvoir, indépendamment des opinions des électeurs, en comptant sur les gens comme toi pour l’accepter.

Manifester contre le CPE est ridicule, ce n’est qu’une minuscule goutte d’eau, et les travailleurs sont toujours protégés par les prudhommes et le Droit du Travail.

Ben non, le droit du travail c’est précisément ce que changent CPE et CNE, c’est contre ça que portent les manifestations: pas contre « le changement » comme le rabâchent les imbéciles et les mal intentionnés comme si tout changement était synonyme de progrès, mais contre CE changement, qui est inacceptable.

À ce propos: Chichille, dans mes bras!

24)
Benlop
, le 05.04.2006 à 13:52
[modifier]

Merci de dire que je suis un âne sur une simple expression.

Si tu ne comprends pas ce que veut dire « le jeu de la démocratie », alors je pense que tu devrais refléchir avant de réagir au quart de tour.

Je ne me permets pas d’insulter qui que ce soit.
Et j’aurais dû dire « le bac à sable de la politique » aussi, tant qu’à faire. Suffit de voir comment ça hurle à l’Assemblée pour comprendre.

Je ne suis pas heureux de la situation actuelle, loin de là.
Mais après avoir donné 80% des voix à Chirac, faut pas s’étonner qu’il en fasse ça. C’est tout ce que je voulais dire.

N’interprétez pas trop vite mes propos. Tout ce que je dis, c’est que la situation actuelle n’a rien d’étonnant.

25)
Denis
, le 05.04.2006 à 14:08
[modifier]

si les bulletins de votes suisses subissent vraiment tous les outrages évoqués par Mathieu, cela tend à montrer qu’il règne une sacrée fichue pagaille chez nos voisins

Juste un élément d’explication à ce sujet: les élections pour les législatifs communaux se font en Suisse à la proportionnelle. Jusque là, rien d’extraordinaire… MAIS chaque électeur ou électrice peut
– prendre la liste d’un parti (cas simple)
– prendre la liste d’un parti et supprimer (rayer) des noms
– prendre la liste d’un parti et redoubler certains noms
– prendre la liste d’un parti et ajouter des noms d’autres listes
– cumuler toutes les possibilités ci-dessus
– écrire entièrement une liste personnelle.
Seules contraintes: pas plus de 2 fois le même nom, pas plus de noms qu’il n’y a de sièges à pourvoir.
… d’où la complexité du dépouillement.

Signé: un Français vivant en Suisse depuis 45 ans et qui vient de voter pour la première fois de sa vie, le vote des étrangers venant d’être introduit au niveau communal dans ce bon canton de Vaud! J’espère ne pas avoir fait d’erreur dans ma description…

Denis B.

26)
Inconnu
, le 05.04.2006 à 14:48
[modifier]

vric: en terme d’ambitions personnelles, les 2 bords, Gauche comme Droite, sont bien servis, je trouve.

27)
VRic
, le 05.04.2006 à 15:40
[modifier]

Merci de dire que je suis un âne sur une simple expression.

Pas de problème: je recommencerai chaque fois que ce sera une ânerie, je t’invite à faire pareil.

Mais après avoir donné 80% des voix à Chirac, faut pas s’étonner qu’il en fasse ça. C’est tout ce que je voulais dire.

Mais ce n’est pas ce que tu as dit. Ce que tu as dit, c’est qu’on devait l’accepter parce que c’est ça la démocratie. Ce qui est une ânerie. Tu l’as même dit plusieurs fois sous plusieurs formes, comme « Chirac aurait tort de se priver de la légitimité que cela lui donne ».

Si ce n’est pas ce que tu voulais dire c’est une autre problème, on ne peut répondre qu’à ce que tu dis effectivement: j’évite (contrairement à d’autres ici :-) d’inventer ce que tu ne dis pas.

Ensuite, je ne vois pas ce que ça change que ce soit surprenant ou pas: ça ne m’étonne pas d’eux mais ça reste inacceptable, et à l’inverse jaurais été très surpris qu’ils prennent les décisions qui s’imposaient au lendemain de l’élection, mais j’aurais trouvé ça très bien.

Quand la brute de la classe te vole ta pomme à la récré tu n’es pas surpris, mais la maîtresse ne dit pas qu’il a bien raison parce que tu l’as laissée à sa portée, que tu es moins fort que lui, ou que tu es trop civilisé pour le frapper avec le tabouret.

Ce n’est pas parce qu’on s’y attend qu’il faut accepter que ce soit, reste ou devienne la norme. Donc il faut protester. Tu trouves ça ridicule, mais explique-moi à quel moment et pour quelles raisons la situation qui ne te plaît pas s’arrangera sans protestation? Tu lui laisses ta pomme et personne ne lui dit rien: demain il aura « bien raison » de continuer pareil.

Chaque manifestation tente d’expliquer à ce gouvernement ce qu’il feint de n’avoir pas compris au 1e tour: que 80% de la population a d’autres opinions que les siennes. Il ne veut pas comprendre, c’est de la mauvaise foi.

Tu rejettes la faute sur « les français », mais ce n’est pas à l’électorat de se concerter préalablement pour éviter d’élire un gouvernement minoritaire: l’électorat n’est pas un corps constitué et responsable, c’est précisément pour résoudre ça qu’on fait des élections. Aucun individu ou parti n’est responsable d’avoir « donné 80% » des voix à Chirac. Mais Chirac et son gouvernement, eux, sont responsables de ce qu’ils font à leur poste. En l’occurence, imposer LEURS choix qu’ils savent ou devraient savoir minoritaires. Prétendre qu’ils n’y sont pour rien, que c’est inévitable, qu’ils auraient tort de se priver c’est des âneries: ils sont seuls responsables, il y a des alternatives et c’est un abus de pouvoir.

28)
VRic
, le 05.04.2006 à 15:47
[modifier]

MAIS chaque électeur ou électrice peut
– prendre la liste d’un parti (cas simple)
– prendre la liste d’un parti et supprimer (rayer) des noms
– prendre la liste d’un parti et redoubler certains noms
– prendre la liste d’un parti et ajouter des noms d’autres listes
– cumuler toutes les possibilités ci-dessus
– écrire entièrement une liste personnelle.
Seules contraintes: pas plus de 2 fois le même nom, pas plus de noms qu’il n’y a de sièges à pourvoir.
… d’où la complexité du dépouillement.

Fichtre.

Autant voter sur papier libre. Dans les restaurants c’est menu OU carte, si tu commences à réinventer ton menu on te jette un regard noir parfaitement justifié.

29)
Benlop
, le 05.04.2006 à 16:37
[modifier]

Ok, je me suis simplement mal exprimé donc.

Quand je dis « il aurait tort de se priver », je parle de son point de vue. Ce n’est pas ma pensée profonde.

Personnellement, j’ai été plutôt révolté par l’attitude qu’ils affichent. Mais depuis le temps, cela ne me surprend tellement plus…

30)
Okazou
, le 05.04.2006 à 17:05
[modifier]

« Autant voter sur papier libre. Dans les restaurants c’est menu OU carte, si tu commences à réinventer ton menu on te jette un regard noir parfaitement justifié. »

Intéressante, en effet, cette remarque de Denis-25. On ne rencontre le vote à la proportionnelle, chez nous, que lors des municipales dans les petites communes. On appelle ça la possibilité de panachage.

Cela m’amène à penser que, pour le coup, l’informatique pourrait se rendre utile. Lorsque l’électeur entre dans le bureau de vote, plutôt que de se saisir d’une liasse de listes et de dresser avec force traits de crayons, sa liste idéale, il pourrait plus simplement composer son menu sur un ordinateur qui pourrait lui cracher sa sélection (triée alphabétiquement) via l’imprimante. Le dépouillemnt en serait facilité.


Au nom de l’Europe, j’ai voté NON !
… et la gauche libérale aurait tort de l’oublier.

31)
Okazou
, le 05.04.2006 à 18:22
[modifier]

Optique, focale, point de vue, netteté, grand-angle, télé, définition…

Il est important et nécessaire d’essayer d’avoir une vision nette, aiguë de la politique. S’appliquer à ajuster simultanément un regard macroscopique et un regard microscopique jusqu’à parvenir à accorder ces deux regards dans une vision globale nette, voilà l’effort nécessaire.

Ce qui intéresse aujourd’hui les jambes des Français, par exemple, ne doit pas être regardé comme un problème franco-français qu’il n’est pas du tout. Sauf si l’on trouve intérêt à ce qu’il reste un problème interne à la France, naturellement. Et ceux qui y trouvent intérêt ne se situent pas politiquement qu’à droite.

On s’étonnera que les medias relaient peu, voire pas du tout, le présent des autres pays d’Europe au nôtre. On s’étonnera plus encore qu’un grand parti de gauche ne relaie pas non plus ce qui se passe en Europe aujourd’hui. On s’étonnera toujours que les syndicats, pourtant soutenus par la CES (Confédération Européenne des Syndicats) ne placent pas le problème du CPE à sa juste place. Puisque je ne peux croire que les médias, le grand parti politique de gauche et les syndicats sont aveugles et que je ne crois pas à l’innocence en matière politique, je me dis que tout ce joli monde pourrait avoir certains intérêts à contraindre leur regard à ne se porter qu’au bout de leur nez. On ne réduit jamais son horizon quand on n’a rien à cacher.

Parlons clair. Le CNE (Contrat Nouvelle Embauche) et le CPE (Contrat Première Embauche) sont des bombes libérales dont la fonction première est de casser les Codes du travail de tous les pays européens dont les avancées sociales sont parfaitement incompatibles avec le dogme libéral du « chaciun pour sa gueule et tant pis pour le déchet (humain, bien sûr) ». Il ne s’agit que d’une première salve, d’autres devant intervenir pour achever la tâche et rendre précaires tous les emplois sur l’ensemble du territoire européen. Précariser la vie des gens c’est en faire des esclaves modernes bien souples et obéissants. Nous habiterons alors, après cette colossale régression sociale, aux USA. Ni plus, ni moins.

Aujourd’hui même, les jeunes Grecs remercient les jeunes Français de leur opposition au CPE car leurs gouvernants, tout aussi obéissants que Chirac et sa clique, sont en train de leur préparer un plat à la même sauce.
Aujourd’hui même, les amis de Merkel, devant l’exemple français, reculent sur leur projet de CPE (ou équivalent), soutenus par leurs coalisés sociaux-démocrates, complices.

C’est bien dans toute l’Europe que ces projets ont été programmés, sans que les citoyens européens aient pu donner ou refuser leur accord. L’Europe d’aujourd’hui n’est pas démocratique mais autoritaire.

J’en aperçois certains qui sont en train de se dire : « Tiens, on dirait que l’on est en train de revivre la même situation qu’entre partisans libéraux de la Constitution et adversaires non-libéraux à ce texte non démocratique. »
Eh bien, oui, nous sommes, encore et toujours, très exactement dans la même problématique du régime libéral autoritaire contre les défenseurs démocrates d’une Europe sociale.

Nous ne pouvons plus focaliser notre regard sur notre pays, pour comprendre et digérer les problèmes qui se posent à lui. Désormais, la devise Un œil sur la France, un autre sur l’Europe ! s’impose à ceux qui veulent comprendre leur environnement politique. Et, particulièrement, aujourd’hui, cet œil attentif doit se porter sur la Commission européenne ultra libérale emmenée par Barroso (ancien gauchiste – méfions-nous des anciens gauchistes —passé d’une idéologie extrême à son opposé.)

Voilà donc pourquoi les medias qui soutenaient éhontément le OUI au projet de constitution européenne, le grand parti politique de gauche dont les dirigeants soutenaient le même OUI et les syndicats qui déjà étaient discrets sur le sujet (hormis la CFDT qui trahissait avec détermination), voilà donc pourquoi, aucun d’entre eux n’a l’honnêteté de placer le problème des CNE-CPE dans son biotope : la politique libérale de l’Europe.

Voyez, il n’y a pas que Chirac, Villepin et Joe « Sarkozy » Dalton qui soient condamnables. L’ensemble du personnel politique français est impliqué, hormis quelques personnalités remarquables.

Comme ils ont oublié de quelle façon leur constitution d’occasion a été bel et bien rejetée par la voix du peuple ! Ils s’imaginaient pouvoir revenir par la petite porte (je sors mon 49-3 qui me permet de passer outre à la démocratie) et continuer leurs dégâts.
Seraient-ils devenus naïfs ou sont-ils imbus à un tel point d’eux-mêmes qu’ils imaginent dans leur délire de puissance qu’ils nous feraient acheter la corde pour nous pendre ?

Le peuple ne se courbe ni se couche.


Au nom de l’Europe, j’ai voté NON !
… et la gauche libérale aurait tort de l’oublier.

32)
VRic
, le 05.04.2006 à 20:04
[modifier]

31. Okazou: oui.

Mais tu es un peu sévère avec les syndicats: les seules voix que j’ai entendu contredire détails à l’appui les malfaisants prétendant comme un seul homme que le reste du monde nous trouve ridicule et ne voit pas pourquoi on s’agite sont bien des syndicalistes.

Les politiques en revanche semblent effectivement unanimes sur « ridicule, futile, mauvais pour le tourisme », soit en gros: « taisez-vous ».

De même que les paranoïaques peuvent eux aussi avoir des ennemis, il est très possible que les Français « qui se croient plus malins que les autres » soient effectivement mieux politisés que les autres.

Exemple: la France légifère sur l’interopérabilité des ventes de médias digitaux, dans le net mac français ça donne de « voilà qui pourrait faire du mal à Apple » à « ça va les pousser à nous priver d’iTMS ». Sur Wired c’est How France Is Saving Civilization et un article d’excellente tenue sous son titre ironique.

33)
Chichille
, le 05.04.2006 à 20:12
[modifier]

Juste un élément d’explication à ce sujet

Je pensais aussi, et même surtout, à cette notation de Mathieu : « on s’est malencontreusement assis sur un bulletin chiffonné mais valable… le cauchemar intégral. ».

Mais cela explique peut-être ceci…

Bon, je renonce à être scrutateur suisse. Tant pis pour les indemnités, le saucisson et le vin blanc, quoique je trouve bien du charme à la démocratie gourmande et conviviale.

Bravo à VRic pour ses explications. Voilà le genre de chose qui mériterait un peu plus de présence dans l’enseignement public – et même privé -, mais les cours d’éducation civique, c’était il y a bien longtemps me semble-t-il.

A propos de la proportionnelle, les spécialistes soulignent régulièrement, surtout pour les législatives les inconvénients des deux grands types de scrutins : majoritaire : risque de simplification extrême de la vie politique (système britannique), proportionnelle, risque d’instabilité faute de majorité cohérente. Or, il existe en France un scrutin, que nous appellerons municipal, car il est utilisé dans les communes de je ne sais plus combien d’habitants (désolé, j’irai vérifier !) qui combine adroitement les deux. C’est un scrutin proportionnel, mais qui garanti la majorité des sièges à la liste arrivée en tête. D’où majorité stable mais représentation d’une large gamme de sensibilités. J’avoue que c’est mon mode de scrutin préféré et que le verrais bien étendu à toutes les élections d’assemblées.

J’aurais bien aimé dire à Okazou que je trouve sa dernière intervention « globalement positive », mais, paf ! là le dérapage habituel :

J’en aperçois certains qui sont en train de se dire :
« Tiens, on dirait que l’on est en train de revivre la même situation qu’entre partisans libéraux de la Constitution et adversaires non-libéraux à ce texte non démocratique. »

Dommage, camarade, le scrutin européen ne mérite pas ce réductionnisme simpliste.

Bof ! Bof ! bof !

34)
Saluki
, le 05.04.2006 à 21:29
[modifier]

Coucou, me revoici…
Temps couvert à Casa et ADSL par terre…
Gardez un peu d’encre fraîche pour vendredi, c’est le jour des gauchos et des…cryptos.

35)
Okazou
, le 05.04.2006 à 22:26
[modifier]

« J’aurais bien aimé dire à Okazou que je trouve sa dernière intervention « globalement positive », mais, paf ! là le dérapage habituel :

Citation:
J’en aperçois certains qui sont en train de se dire :
« Tiens, on dirait que l’on est en train de revivre la même situation qu’entre partisans libéraux de la Constitution et adversaires non-libéraux à ce texte non démocratique. »

Dommage, camarade, le scrutin européen ne mérite pas ce réductionnisme simpliste. »

Tiens, voilà le libéral de veille ! Quand ce n’est pas ToTheEnd, qui, cohérent, y est bien a sa place, lui, c’est Chichille qui s’y colle, scotché dans son dogme contre-nature… et qui n’a toujours pas appris à lire, ce qui l’autorise à dévoyer son propos.

« …réductionnisme simpliste. »

Je serais cruel, je te demanderais de développer. Pour voir…
Mais c’est inutile. Comme d’habitude, les faits viendront jusqu’à toi pour, sinon te convaincre, du moins t’inviter à t’interroger sur les fondamentaux.

N’oublie pas que ton pire ennemi, cher libéral, ce n’est pas moi, c’est le réel et tu n’auras jamais sa peau. Faudrait-il auparavant que tu saches où le trouver. Toi aussi tu lévites (jeu de mot, pour les endormis) ;-)

Baffes ! Baffes ! Baffes !


Au nom de l’Europe, j’ai voté NON !
… et la gauche libérale aurait tort de l’oublier.

36)
Chichille
, le 05.04.2006 à 23:46
[modifier]

Baffes ! Baffes ! Baffes !

On reconnaît bien là les méthodes staliniennes à l’état pur…

(jeu de mot, pour les endormis)

Et en plus le mépris du lecteur !

Le plus drôle, ou le plus triste, c’est que je soutenais pour l’essentiel le point de vue d’Okazou. Mais les sectarisme religieux ne connaît que l’orthodoxie ou l’hérésie, ni la réflexion ni la discussion.

Bof ! Bof ! bof !

37)
Okazou
, le 06.04.2006 à 00:58
[modifier]

« Citation de Okazou:
Baffes ! Baffes ! Baffes !

On reconnaît bien là les méthodes staliniennes à l’état pur… »

:-)))


Au nom de l’Europe, j’ai voté NON !
… et la gauche libérale aurait tort de l’oublier.