Profitez des offres Memoirevive.ch!
Cabale contre DVDTheque ou l’anonymat pervers de l’Internet

Hier, j'ai décrit ici l'un des programmes qui a le plus évolué ces derniers mois à ma connaissance. Je vous ai d'ailleurs demandé de le tester vous-même pour que vous puissiez lire cet article en toute connaissance de cause.

Vous ne l'avez pas encore fait? Pas grave! Il n'est jamais trop tard pour bien faire.

J'en viens à mon histoire.

Il se trouve que DVDTheque, puisque c'est de lui qu'il s'agit, est disponible, comme bien d'autres produits, sur versiontracker.com. (Il ne l'est peut-être plus, mais à l'heure où j'écris ces lignes, le lien qui nous intéresse est ici).

Mais commençons par le commencement.

Si vous ne le savez pas, versiontracker est LE site de référence avec Macupdate.com mais peut-être encore un peu plus, pour savoir si le logiciel qui se trouve sur votre Mac adoré est bien la dernière version en date. Malheureusement, autant MacUpdate.com que Versiontracker.com ne répertorient que les programmes dont une version anglaise est disponible au téléchargement, mais il faut avouer que c'est presque toujours le cas.

Personnellement, je suis en manque si je ne vais pas au moins deux fois par jour regarder les nouveautés sur versiontracker. Et je suis presque miné s'il n'y a rien de nouveau pour mettre à jour ma petite machine à chaque fois.

L'un des gros avantages de ces deux sites pour l'utilisateur, c'est que les lecteurs ont la parole pour commenter les logiciels mis en ligne, sous forme d'articles plus ou moins longs qu'il leur est possible de noter de 1 à 5 selon divers critères.

Lorsque vous devez choisir entre plusieurs produits permettant de faire à peu près les mêmes choses, il est souvent très utile de lire ce qu'en pensent leurs utilisateurs de plus ou moins longue date.

Très bien me direz-vous?

Et bien depuis quelques jours, je n'en suis plus si sûr, voici pourquoi.

DVDTheque, qui est pour moi sans aucune commune mesure le meilleur logiciel de gestion de votre collection de DVD (et je peux vous dire que je me suis donné ces derniers jours en rapport avec ce qui suit) a été, jusqu'à il y a une dizaine de jours, noté de manière tout à fait honorable par quelque 70 personnes. Il était, si je ne m'abuse, quotté autour des 4.3 étoiles sur 5.

Et puis l'autre jour, un premier message est venu mettre une note de 1 à DVDTheque, pour de sombres raisons de licences mal comprises par l'auteur du logiciel. En fait, pour faire simple, la femme du "signataire" avait commandé deux licences et n'avait reçu qu'un seul numéro de série. Jean-Luc Ruggeri, le développeur, s'était trompé, c'est clair, et s'est fait "ramasser" via quelques courriers électroniques par le mari de la dame. Le problème, c'est que le développeur n'avait pas compris que le Monsieur qui vivait aux États-Unis parlait au nom de sa femme vivant en Australie. Bref, un méli-mélo assez épique.

Jean-Luc, dès qu'il a compris où était l'erreur a bien entendu envoyé immédiatement un deuxième numéro de série à la dame, et dès lors, il a cru que tout était rentré dans l'ordre.

Erreur! Tout soudain, le Monsieur a commencé à inonder Versiontracker de messages (dans toutes les langues!) où il expliquait que le programmeur était un voleur, sous prétexte qu'à l'époque, DVDTheque ne gérait pas les sites donnant des renseignements sur les DVD de zone 1. C'était vrai il y a dix jours, cela ne l'est plus depuis la 2.5.2 qui date de mardi. Mais de toute manière, pour ne prendre que cet exemple, lorsque nous voyons que Delicious Library ne gère pas les sites français, crions-nous au voleur? Bien sûr que non!

Il n'empêche, l'honnêteté de Jean-Luc Ruggeri a été plusieurs fois mise en doute par ce Monsieur, au point que Versiontracker a supprimé au moins l'un de ses messages (celui qui traitait Jean-Luc de voleur dans toutes les langues).

Quelques jours plus tard, de nombreux autres messages insultants sur le développeur et sur DVDTheque, en provenance, en apparence, de différents lecteurs, sont venus démolir la nouvelle version du logiciel. Un de ces messages est même venu mettre en cause le programme au niveau de l'intégrité d'une machine, ce qui est à mon avis tout bonnement impossible, puisque DVDTheque est une simple application qui ne vient strictement rien ajouter au système.

Le problème, et c'est là que je veux en venir, c'est que certains de ces messages, je n'ai aucune preuve de cela mais j'en suis persuadé, étaient en apparence seulement écrits par différents utilisateurs. Sur versiontracker comme sur Cuk.ch d'ailleurs, rien n'empêche un même utilisateur d'écrire sous différents pseudos. Je ne prétends pas que tous sont issus de la même "plume", mais je pense qu'un tout petit groupe de personnes a décidé de tuer DVDTheque.

Et dans le cas précis, cela pue cette situation pourrie. En effet, le style des messages est identique, la même manière d'écrire certains mots en gras pour appuyer certains défauts et mettre en avant un autre logiciel est employée. Certains vont jusqu'à raconter qu'ils ont téléchargé trois fois les dernières versions (2.5., 2.5.1, 2.5.2) en quelques jours pour chaque fois dire que c'est l'horreur.

Lorsque vous n'aimez pas un programme, vous allez le téléchargez trois fois vous? Rien que pour le plaisir de le démolir un peu plus? Moi pas.

Et puis, comment expliquer que tout soudain, alors que jamais le programme n'a été aussi bon, alors que jamais personne ne l'avait descendu en flamme, bien au contraire, tous les derniers intervenants s'acharnent sur lui? L'attaque est d'ailleurs rondement menée: le programme pour l'un ne se lance pas, pour l'autre est mal compressé, pour le troisième ne va pas chercher les renseignements sur Internet, et j'en passe.

Bien évidemment, je suis allé voir l'autre logiciel mis en avant par "ceux" qui enfonçaient DVDTheque.

J'ai donc tapé DVDSphere, pour voir ce que les lecteurs en disaient. Et là, chose étrange, j'ai constaté que le logiciel est noté au maximum: 5 étoiles.

Et par qui? Par exemple par les mêmes utilisateurs que ceux qui démolissent DVDTheque.

Moi je ne comprends plus très bien.

Entendons-nous bien, je mets immédiatement hors de cause le développeur de DVDSphere. J'ai même discuté par mail avec lui, je suis persuadé qu'il n'a rien à voir avec l'entreprise de destruction contre DVDTheque. Je suis même à la limite désolé de devoir parler de son produit qui se trouve dans la tourmente malgré lui, mais je suis bien obligé de le faire pour qu'on saisisse bien la suite de mes propos.

Évidemment, j'ai immédiatement téléchargé DVDSphere pour voir ce qu'il avait de tellement mieux que DVDTheque qui justifiait un tel écart dans les commentaires et la notation.

Après une prise en mains d'une petite heure, je peux dire que DVDSphere est un produit qui tient la route (j'aime bien ses assistants), mais moins adapté par exemple aux utilisateurs européens ne serait-ce que parce qu'il va chercher des renseignements sur les sites commerciaux et pas sur des sites comme DVDfr.com ou DVDzone2, qui nous donnent tous les renseignements possibles et imaginables sur un film, et en français s'il vous plaît.

Mais à la limite, là n'est même pas la question: quels que soient notre avis et notre opinion sur ces deux produits (on peut très bien admettre que certains préfèrent DVDSphere), rien, mais alors absolument rien ne permet à la même personne un tant soi peu sensée, qu'elle soit anglophone ou franophone, de mettre une note de 1 et de démolir l'un des logiciels, et de porter aux nues avec un 5 l'autre.

Donc il s'est bien passé quelque chose sur versiontracker ces derniers jours à propos de DVDTheque.

Une cabale en quelque sorte.

Ou alors une sorte d'hystérie collective, c'est possible aussi. Peut-être que je suis trop suspicieux.

Au point que Jean-Luc Ruggeri a préféré demander aux responsables de ce site de retirer son produit de leur liste, ce qu'ils ont fait séance tenante.

Pas de bol, deux jours plus tard, le programme s'est remis en ligne tout seul. Le développeur a renvoyé immédiatement un mail aux responsables de versiontracker pour que DVDTheque soit définitivement retiré (au moins pour quelques mois), mais au moment où j'écris ces lignes il est toujours disponible sur leur site.

Je vous conseille d'ailleurs de prendre le temps d'aller sur Versiontracker et de lire les commentaires sur ce programme. Vous verrez par exemple que j'ai été assez occupé ces derniers jours.:-) À moins que dans l'intervalle, le produit ait été retiré de la liste.

***

Cette petite histoire pour illustrer ce qui pour moi est quelque part une plaie d'internet: l'anonymat.

Je sais bien que ce nouveau média permet à tout le monde de s'exprimer sur différents sites. C'est d'ailleurs très bien ainsi. Les timides peuvent enfin donner aussi leur opinion.

Le problème, c'est ce fichu principe des pseudos. Bien caché derrière eux, il est facile de dire un certain nombre de choses courageuses, insultantes ou diffamantes, sans prendre le moindre risque.

Il est tellement facile aussi d'appuyer ses propres dires sous différentes personnalités intervenant dans la même discussion en faisant croire à tout le monde qu'on est "plusieurs". Ça, c'est selon moi proprement insupportable.

Il est très facile de montrer ses biceps en restant caché, insultant l'autre comme on le voit trop souvent sur certains forums par exemple.

Parfois, je me dis que le Web est parti sur des bases pourries. Qu'il faudrait être capable de repartir à zéro, et que cet anonymat soit tout bonnement interdit.

On a quelque chose à dire? On le dit, mais sous son nom, on assume.

Oh, je sais bien que je suis à contre-courant, et que la liberté d'expression est soi-disant sans limite sur le Web, et qu'il serait scandaleux pour certains de revenir en arrière.

Oui mais de quelle liberté parle-t-on? C'est toute la question.

Que je sache, la rubrique "courrier des lecteurs" d'un journal ne passe jamais une lettre dans ses colonnes si le nom et le prénom de son auteur ne sont pas connus de la rédaction. Personne ne trouve cela anormal. Pourquoi en irait-il toujours différemment sur le Web?

Si sur Cuk.ch, nous sommes heureusement préservés de toute vulgarité de la part de nos intervenants (je parle des lecteurs-commentateurs), nous avons dû sévir en fin d'année 2004, en censurant plusieurs commentaires en provenance de trois ou quatre intervenants qui étaient en réalité la même et unique personne, de sinistre mémoire.

Je ne le regrette pas, et je referai tout pareil, ça, je peux vous l'assurer.

Cela dit, chaque jour qui passe, je me dis que j'ai beaucoup de chance d'être responsable d'un site tel que le nôtre, lorsque je vous lis, et que je vois ce qui se passe bien trop souvent ailleurs.

Je vous remercie donc encore une fois pour votre haute tenue.

54 commentaires
2)
Bertrand59
, le 07.01.2005 à 00:52
[modifier]

–la même et unique personne, de sinistre mémoire.–

après avoir lu l’ensemble des réactions, j’ai tout de suite pensé à lui….étonnant, non ? d’ailleurs, parano pour parano, est-on vraiment sûr que ce n’est pas lui qui sévit de nouveau, mmmm ? c’est la même façon d’écrire, et la même obstination de type « projective » au sens psychiatrique du terme !! et la même façon de s’énerver d’autant plus que tu restes calme…(c’est vrai ça, arrête de le provoquer comme ça, tu exagères..:-))
de même, son anglais me semble très français… et cette idée de prendre comme autre pseudo « josephine », ou cette propension aux jeux de mots faciles (par exemple, perversiontracker.com)
allez, qu’il tombe le masque, on l’a reconnu..:-)))
quoique…on savait déjà que la connerie était la chose la mieux partagée au monde, alors pourquoi pas la paranoïa…

là-dessus, restons zen, et tu as raison de souligner que ton site présente toujours en filigrane dans les discussions le respect de l’autre, et ça, nom d’une pipe, c’est grand !!

3)
Inconnu
, le 07.01.2005 à 01:39
[modifier]

Je suis bien d’accord avec toi, François. Le souci n’est pas que l’anonymat, c’est l’usurpation facile d’identité. Exemples: des vendeurs peu scrupuleux qui se fabriquent une bonne note de satisfaction sur ebay en créant plein de comptes bidons. A qui faire confiance de nos jours, hein?

Les gens ne se rendent pas compte des responsabilités qui sont les leurs, qu’ils ne peuvent pas faire n’importe quoi, sous prétexte que c’est anonyme et que ca ne compte donc pas.

4)
Nekura
, le 07.01.2005 à 05:41
[modifier]

Tiens, ça me rappelle une histoire similaire.

Je suis développeur Java, et pour me tenir au courant des nouveautés de ce langage, je fréquente différents sites et forums spécialisés.
L’un de ces sites, considéré par beaucoup comme une référence, permet à ses lecteurs de commenter les articles, avec un système similaire de pseudonymes (à ceci près que la majorité des gens y utilisent leur nom comme pseudonyme)

Il y a quelques mois de ça, la communauté qui fréquente ce site a été secouée par un petit scandale. Pendant une période de plusieurs mois, de très nombreux commentaires ont été écrits sur ce site, par des personnes disant utiliser un logiciel X en particulier. Ces commentaires, plus ou moins étayés, vantaient ce logiciel et descendaient la concurrence. Un nombre assez important de personnes semblaient donc défendre ce logiciel en toute bonne foi, et de manière régulière.

Mais certains lecteurs commencèrent à émettre des doutes sur les auteurs probables de ces commentaires, de plus en plus fréquemment trop zélés. Discrètement, les administrateurs du forum ont commencé à logger les adresses IP utilisées pour poster les messages (avec une petite note informative, tout de même, mais c’est tellement commun que de moins en moins de gens y prêtent attention).
Et au bout de deux mois, ils ont ajouté sur leur forum une option permettant de voir, pour un pseudonyme donné, quels autres pseudonymes ont été utilisés depuis cette même adresse IP.
Et là… bas les masques. La plupart des défendeurs zélés étaient en fait des employés de l’éditeur du logiciel encensé. Et pas n’importe lesquels, s’il vous plaît, le P.D.G. et une jolie collection de développeurs de très haut vol.

Aucun déni n’étant réellement possible, le P.D.G. a fait son mea culpa, reconnaissant qu’il avait été effectivement fait usage de cette « technique marketing » (baptisée « astroturfing »), et qu’elle était désormais bannie de sa société.

Bien sûr, le procédé d’agrégation par IP est imparfait ; adresses dynamiques, proxys d’entreprise, et autres, viennent brouiller les pistes ; mais ça peut donner parfois des indications intéressantes.

5)
Nekura
, le 07.01.2005 à 05:47
[modifier]

Un autre exemple, pour bien montrer à quel point cette pratique est hélas répandue :
Amazon permet également d’écrire une critique d’un livre, dvd, ou autre, en conservant l’anonymat même si l’utilisateur est connecté au site avec son identifiant.

Suite à une erreur, le site Amazon Canada a pendant quelques temps permis de voir quelle identité se cachait derrière ces auteurs de commentaires anonymes. Ô surprise… des auteurs ont porté aux nues leur propres écrits, et sévèrement critiqué ceux de leurs collègues.

6)
couclown
, le 07.01.2005 à 06:11
[modifier]

Je dois dire que ça me fait quand même un peu peur que des humains adultes et raisonnablement éduqués puissent s’étriper à ce point pour un logiciel.

Qu’en serait-il pour une religion, une tendance politique, du pétrole, des diamants, du minerai, etc… oui, vraiment, je me le demande ?

7)
Okazou
, le 07.01.2005 à 06:13
[modifier]

L’affaire Bogdanov ( Épiphysique ) n’est pas piquée des vers non plus, dans le genre multiplication de jumeaux en abîme…

Toutefois, cher François, je pense que l’anonymat, c’est comme le couteau : ça n’a pas été conçu pour nuire. L’immense majorité de leurs utilisateurs n’en pervertissent pas l’usage.

8)
Achile
, le 07.01.2005 à 08:04
[modifier]

Bonjour,
le fait que l’ont puissent essayer un logiciel librement et la meilleur réponse aux détracteurs , comme vous François je préfère avoir une approche personnel d’un logiciel, ce ne m’empêche nullement de lire avec plaisir vos excellents tests.

9)
MadMac
, le 07.01.2005 à 08:54
[modifier]

Je voudrais pas te décourager, François, mais les amateurs de cabale n’ont pas attendu l’internet pour sévir. C’est aussi vieux que le monde! De même que les critiques tendencieuses pour diverses raisons – la cupidité, l’envie, etc.
De là à remettre en cause l’anonymat en ligne, il y a un gouffre que je ne franchirai pas. La menace d’un Big Brother n’a déjà jamais été aussi grande, alors imagine qu’on se serve du Net pour collecter toutes les données personnelles sur une personne (c’est déjà le cas), mais aussi ses opinions sur tous les sujets divers et variés. Qui emprêcherait demain, par exemple le gouvernement US, de refuser un visa de touriste à Mme Cuk sous prétexte qu’elle a mis en doute la sincérité du scrutin à la présidentielle 2004 dans l’Ohio?
Priver de liberté le citoyen lambda sous prétexte que 1% de la population en abuse, et sans doute moins, c’est une méthode totalitaire. La liberté est mille fois plus précieuse que les inconvénients qui en découlent! Il se trouve que l’anonymat libère la parole. Doit-on couper la langue à tout le monde sous prétexte qu’il y a des langues de vipère, des mauvaises langues et des langues de pute?
J’en doute. Pas toi?

PS: D’après mon dico, « cabale » dans le sens de « manœuvre occulte » existe en français depuis 1586…

MadMac

10)
Neozio
, le 07.01.2005 à 08:57
[modifier]

Je ne suis jamais intervenu sur ce site (bien que je le consulte souvent) mais cette fois-ci je tiens à féliciter François Cuneo pour cet article qui « se bât » contre le mal du siècle : le non respect ! Évidemment, comme François le soulignait, ce phénomène est accentuer par l’anonymat.
Personnellement je ne vais pas souvent sur versiontracker et c’est Jean-Luc qui m’a dit d’aller voir ces messages (avant Noël je crois) et je pensais que cet médisance gratuite ne serait qu’anecdotique car il est vrai qu’on ne peut pas plaire à tout le monde. Et à ce jour je je suis réellement surpris par cet acharnement. Je me demande vraiment comment on peut perdre son temps à des choses aussi négative. Je ne vais pas refaire l’article car il est complet et je ne ferais que paraphraser mais je peux dire 2 choses : 1 – ça soulage de voir que le net est quand même habiter par des gens qui savent encore ce c’est que le respect et 2 – j’utilise tout les jour DVDThèque (je suis cinéphile) et je le conseille vraiment pour gérer sa collection de DVD !
Bravo François !
Bravo Jean-Luc !

11)
François Cuneo
, le 07.01.2005 à 09:02
[modifier]

MadMac,

Quand je vois certaines choses sur le net, dans le domaine qui nous intéresse, cela me fait réfléchir sur les bienfaits de cette liberté dont tu parles.

Va regarder certains forums, ne serait-ce qu’en rapport avec le Mac, et tu me diras si on n’est pas très au-dessus des 1% de ton estimation de gens non respectueux des autres.

BigBrother n’a rien à voir là-dedans. Et pour prendre ton exemple, Anne Cuneo (qui n’est pas Mme Cuk) a signé son article ici lorsqu’elle a parlé des élections américaines.

Personnellement, je le fais aussi. Et si je dois assumer mes dires, alors je le ferai.

Je préfère nettement cette façon de faire.

Cela dit, j’admets que des cabales aient été orchestrées de tout temps, mais ici, c’est vraiment trop facile.

Il y a quelque chose de pourri je te dis. J’en suis persuadé. Au point que pour finir, le net va perdre toute sa crédibilité.

12)
nowall
, le 07.01.2005 à 09:33
[modifier]

Bah, il faut aussi savoir balayer devant sa porte!

Les possesseur de Mac ont à peu près tous un lien affectif avec la marque Apple. Ils pensent tous que Mac c’est mieux que PC, plus joli (complexe de supériorité?), que eux ont fait le bon choix et qu’il faut absolument que les autres « switchent » pour être sauvés de l’ignorance (prosélitisme?), que Steve Jobs est un visionnaire génial (représentation messianique?) etc.

Récemment j’ai lancé un topic sur le Forum de Macbidouille, ou je critiquais la politique commerciale d’Apple, notamment en la comparant à celle de Microsoft sur certains points. Je suis moi-même fana d’Apple depuis longtemps et je déteste Microsoft – plus par principe que par réelle connaissance du monde obscure je l’admets – mais enfin j’ai lancé le topic car je voulais voir vicieusement quelles genre de réactions naîtraient sur un forum 100% Mac.
Et bien les passions ont été déchaînées, les langues se sont « vulgarisées », c’est comme si j’avais parlé d’un membre de leur famille, enfin bref pas joli à voir. Les utilisateurs PC ont tendance à être plutôt tolérants et ouverst au monde Mac à présent sur les forum (notoriété iPod?), mais les Mac-Maniaques sont toujours aussi méprisants vis-à-vis du monde PC, on dirait qu’ils se prennent pour des résistants dans le maquis, il ne faut surtout pas complimenter ce qui se fait ailleurs, et encore moins critiquer tout ce qui touche à Apple!

Moi-même il m’est arrivé dans certains forum de me laisser embarquer par ma passion pour le Mac et de devenir – parfois injustement – hypecrritique voire médisant sur les autres marques, tout ça sans m’en rendre contre.
Quant aux critiques de softs…. bah, c’est les mystères de l’informatique! Y a des softs qui marchent nickel partout, et qui chez 1 ou 2 utilisateurs vont foutre le bordel, et ceux-là forcément seront pas content d’avoir payé XX $ our un truc qui marchent pas, et ils vont focément le faire savoir car ils seront sûr que le soft ne marche nulle part, et quand ils se rendront compte que c’est juste chez eux que ça ne marche pas ils seront d’autant plus énervés et prendra ça encore plus personnellement.
C’est comme ça pour tout, les bagnoles, les photocopieuses, les restaurants etc. ça vous arrive jamais à vous de dire « vas pas dans ce restau, la bouffe est dégueulasse, le service déplorable » alors que vous n’y êtes allé qu’une fois, et que peut-être le plat raté était une exception, la serveuse pas sympa parce qu’elle venait de se faire plaquer?

On est tous coupable suivant les situations, on fait tous du lobbyisme négatif de tant à autre, et s’énerver contre ceux qui s’énervent ne sert à rien.

13)
Saluki
, le 07.01.2005 à 09:36
[modifier]

Ben… pour en rire un peu, comme nos amis d’outre le marigot n’ont pas le sens de l’humour,
Saluki est devenu « windhound » sur versiontracker et pour ceux qui comprennent la « langue d’albion » et paraphraser MadMac : n’a pas mis sa « langue dans sa poche ».

Bon sang, qu’est-ce que j’ai comme temps à perdre…ou a investir.

Merci Monsieur François, mais le pseudo est quand même une vieille histoire de presse (Sirius…) de littérature (Pauline Réage, pour faire coquin) ou de politique, mais là je ne cite pas, cherchez un peu.

14)
Fabien
, le 07.01.2005 à 09:39
[modifier]

J’ai lu tous ces commentaires sur VT et voici mon point de vue.

Il y a eu dans cette « cabale » des erreurs des deux côtés. Tout d’abord, je pense que ces commentaires, sont fait pour donner son avis sur un produit. Mais ce n’est pas un forum, je ne pense pas qu’il faille commenter un commentaire. Car finalement, toute cette bagarre à commencé comme ça, parce qu’un commentaire en a contredit un autre.

Des commentaires du style « this app sucks » j’en ai eu aussi pour mes programmes et je pense que l’attitude à adopter dans ce cas c’est simplement l’indifférence. De toute façon, une mauvais commentaire sera contrebalancé par un bon commentaire ultérieur.

Je pense que s’il n’y avait eu aucune réaction à ce premier commentaire négatif il en serait resté là.

Maintenant, le fait que l’auteur s’attribue lui-même des étoiles, même si c’est pour contrebalancer une mauvaise note, est inacceptable. Ca m’a rappelé l’auteur de Speed Download qui écrivait pratiquement 3 commentaire par jour (pour répondre à d’autres commentaires) en s’attribuant à chaque fois 5 étoiles et qui de plus demandait à ses utilisateurs d’en faire autant.

Bref, lorsqu’on publie un logiciel il faut inévitablement s’attendre à trouver des commentaires négatifs, justifiés ou pas. Il y aura toujours des jaloux. Mais je maintiens que l’attitude à adopter face à ces commentaires est l’indifférence. Ce commentaire lamentable, s’il était resté sans réponses aurait fait tâche parmi tous les commentaires élogieux (précédents et à venir) et aurait vite été ignoré.

Malheureusement, vous vous êtes tous montés en épingle.

15)
Saluki
, le 07.01.2005 à 09:58
[modifier]

Maintenant, le fait que l’auteur s’attribue lui-même des étoiles, même si c’est pour contrebalancer une mauvaise note, est inacceptable.

Un peu comme si le patron de McDo était inspecteur du guide Michelin…

16)
François Cuneo
, le 07.01.2005 à 10:02
[modifier]

Fabien, tu as certainement raison. Il aurait fallu ne rien écrire. Le problème, c’est que tu ne vois pas le mail absolument scandaleux de fotodivr (à mon avis, mais je ne suis pas certain, il y en a plus) qui a été supprimé de Versiontracker par le modérateur.
Il fallait bien réagir.

Certes, Jean-Luc n’aurait pas du craquer et se mettre 5 étoiles (en signant de son nom tout de même) une manière de claquer la porte. Mais il fallait se mettre à sa place.

J’ai également fait une erreur: j’ai voté une fois sur la version 2.4.9 et une autre sur la 2.5.1 (mais toujours sous le même nom!) parce qu’entre ces deux versions est apparue la gestion de l’export HTML qui est assez excellent. Je n’aurais pas dû, je saurai pour la prochaine fois.

Mais Fabien, cela veut dire une chose ce que tu écris, c’est que sur le Net, tu peux te faire insulter par des anonymes, ou même sans parler d’insulte, tu vois ton travail de plusieurs mois détruit par un peu n’importe qui, et tu dois te taire, attendre que l’orage passe.

Surtout sans rien dire pour ne pas envenimer les choses.

Tu as sans doute raison, mais bon dieu, ce n’est pas gai tout ça.

17)
Obi1
, le 07.01.2005 à 10:04
[modifier]

Il me semble que les commentaires sur VersionTracker ou autre valent ce qu’ils valent, c’est-à-dire pas grand-chose. Je comprends pas très bien cette soudaine hystérie collective là autour.

Quand on va sur VersionTracker ou autre, bien sûr que les étoiles on une certaine influence, mais on sait que n’importe qui peut donner n’importe quoi. Lorsqu’on voit comme dans ce cas, une catégorie de commentaires donnant 4 ou 5 étoiles et une autre donnant 1 étoile, ça se sent le coup fourré tout de suite.

L’essentiel est qu’on ait un choix de logiciel proposé avec une description succinte. Ensuite il n’y a plus qu’à essayer, on a alors vite fait son choix…

L’anonymat est la force d’Internet, avec toutes les conséquences que cela induit. Je trouve que lorsqu’il y a abus, on s’en rend compte vite. Pourquoi s’en offusquer maintenant?

18)
Fabien
, le 07.01.2005 à 10:30
[modifier]

Mais Fabien, cela veut dire une chose ce que tu écris, c’est que sur le Net, tu peux te faire insulter par des anonymes, ou même sans parler d’insulte, tu vois ton travail de plusieurs mois détruit par un peu n’importe qui, et tu dois te taire, attendre que l’orage passe.

Attention, je n’ai pas dit ça !

Au contraire ! Je dis qu’un message négatif n’aura justement pas grande valeur au milieu de nombreuses éloges et que ce triste sire aurait rapidement été ignoré. Si tu estimes que ton travail de plusieurs mois est détruit par un commentaire négatif, alors ne publie pas tes programmes ! Tu peux être certain que quoique tu publies, il y aura toujours des mécontents. Je le répète, avec tous mes logiciels j’ai eu des critiques négatives. Si je n’arrivais pas à prendre un peu de recul, je ne publierais plus rien.

Et je maintiens que l’orage dont tu parles aurait pu être évité si il n’y avait pas eu cette réaction épidermique à ce message débile.

19)
François Cuneo
, le 07.01.2005 à 10:33
[modifier]

Pourquoi s’en offusquer maintenant?

Et pourquoi pas maintenant?

Qu’internet soit une excellente chose (on faisait comment avant nom d’une pipe?), nous sommes bien d’accord. Mais cette petite histoire est malgré tout choquante et il se trouve qu’elle est une illustration d’une des dérive qui me fait me poser des questions assez existentielles sur cette toile.

20)
François Cuneo
, le 07.01.2005 à 10:39
[modifier]

Si tu estimes que ton travail de plusieurs mois est détruit par un commentaire négatif, alors ne publie pas tes programmes ! Tu peux être certain que quoique tu publies, il y aura toujours des mécontents.

Le problème c’est qu’il n’y en avait pas qu’un Fabien. Un terrible (ou plusieurs comme je l’ai dit) a / ont été supprimé(s).

Les réactions contre ces messages étaient parfaitement normales, voire nécessaires. Maintenant on ne les voit plus, donc je comprends ce que tu écris. Toujours ces problèmes avec les fils de discussion où l’on retire une partie du fil. Le reste peut ne plus être tout à fait compréhensible pour les nouveaux lecteurs.

Dans ce cas il vaut mieux tout effacer. Mais c’est dur, j’en sais quelque chose.

21)
Inconnu
, le 07.01.2005 à 11:14
[modifier]

Nowall a écrit (Nom de nom, comment on fait pour citer) « C’est comme ça pour tout, les bagnoles, les photocopieuses, les restaurants etc. ça vous arrive jamais à vous de dire « vas pas dans ce restau, la bouffe est dégueulasse, le service déplorable » alors que vous n’y êtes allé qu’une fois, et que peut-être le plat raté était une exception, la serveuse pas sympa parce qu’elle venait de se faire plaquer? »

Tout à fait d’accord! C’est la même chose pour tout le monde. Autant François, vous avez raison de condamner les insultes, le manque de respect, etc, autant les critiques sur les programmes ou le site sont tout à fait NORMALES et mêmes nécessaires! La remarque: « ça vient détruire des mois de travail » n’a absolument pas lieu d’être. Quand vous allez voir un mauvais film au cinéma, vous dites: « c’était mauvais, j’ai perdu mon temps », pas: « il ne faut pas que je critique, car cela représente des mois de travail! »

Quant au problème de l’anonymat, comme j’ai aussi un pseudo, je me tais…

22)
falpas
, le 07.01.2005 à 11:20
[modifier]

Je partage grandement l’avis de François dans son article, sur les effets pervers de l’anonymat d’internet et ses dérives.
L’une d’elle est l’exacerbation de la haine !

Dans ce monde ou l’on prône le j’aime, j’aime pas, le blanc, le noir, abolissant les nuances, soit on porte au panthéon les personnes ou les produits, soit on leur crache dessus et on essaye de les détruire moralement, par le fiel des paroles, soit physiquement par des actes violents…

J’ai moi-même un site internet et j’ai dû me battre (et continue encore malheureusement) contre des cabales d’une personne ou une misérable poignée de personnes, qui cassaient les notes données à mon site sur divers annuaires de recherche.
Je sais ce n’est pas grand-chose, mais ça commence comme ça et puis…

Plus généralement, on pourrait se dire qu’heureusement, ce n’est qu’une minorité de personnes, mais comme toujours cette minorité occasionne des dégâts importants, désinforme, déstabilise, et perverti les choses.

Je trouve cela malsain, choquant et partage totalement l’avis de Néozio, sur le non-respect !

Voila ce n’était juste qu’un petit aperçu de cette « haine Ordinaire », qui, je trouve, est en constante augmentation sur le net et ailleurs…

Bonne continuation à tous, et soyons solidaires les uns des autres.

Bye!

23)
Marc2004
, le 07.01.2005 à 12:01
[modifier]

Rien, jamais, n’emporte une unanimité totale. Personne ne peut avoir QUE des bons résultats. C’est vrai pour TOUS les métiers.
Mais de temps en temps, une personne opposante se comporte de façon excessive et agissante et est parfaitement capable de vous pourir la vie…Sans que l’on ne puisse souvent faire grand chose.

Alors quand cuk.ch se rebiffe (et pour d’autres), j’ai envie d’embrasser François Cunéo.
@+

24)
alec6
, le 07.01.2005 à 12:13
[modifier]

Hé les mecs, vous savez, le « hit parade » de nos idoles, c’est bidon, hein !
Les jeux de la télé (à de rares exceptions près), c’est bidon aussi (LeLay n’a-til pas écrit que TF1 préparait les cervelles à la pub qui le fait vivre…). Dois-je m’étendre sur les « loft stories », les « chaînons manquant » et autres c**ries…

On pourrait digresseer sur les élections américaines, mais bon…

Comme le dit Madmac (100% d’accord avec toi pour une fois, tu vois !), la pratique est vieille comme le monde…
« Calomniez, calomniez, il en restera toujours qq chose ! »

Alors, vouloir parer Internet de vertues d’honêteté, me semble fort naïf…

Alexis… tous les défauts !

25)
François Cuneo
, le 07.01.2005 à 12:14
[modifier]

Nowal et Emile, je comprends ce que vous écrivez, mais lorsqu’on sort d’un film et qu’on dit « Il est nul ce film », vous ne le hurlez pas devant la file de gens qui font la queue pour le voir.

Votre critique est locale, familiale.

Et lorsqu’un critique démolit un film, il le fait sous son nom. Souvent, je trouve cela assez dur, mais il prend lui aussi des risques.

Sur Internet, les gens ont une audience assez énorme. Elle demande encore plus de soins avant toute expression.

26)
nazgull
, le 07.01.2005 à 12:29
[modifier]

Merci pour m’avoir fais connaitre ce soft.

Très bon soft, je cherchais un soft pour gérer la bibliothèque de mes DVD, et après différents essais j’ai trouvé DVDtheque vraiment intuitif et très bien conçu, Bravo

27)
Ladyalex
, le 07.01.2005 à 12:29
[modifier]

Merci François pour ce « coup de gueule », cela montre combien te tient à coeur l’intégrité de ton site.
Je pense cependant que l’anonymat n’a pas que du négatif, et qu’il ne faut pas le bannir sous prétexte qu’une poignée d’individus ne sont pas respectueux des autres. Tu en croiseras partout, sur internet et ailleurs : il y aura toujours des gens qui en critiqueront d’autres, de façon plus ou moins virulente, il faut l’admettre.
Mais si l’on autorise tout un chacun à faire des commentaires sur un article ou à participer à un forum, il faut aussi être conscient que cela peut engendrer ce genre de dérive. Quand on demande son avis à quelqu’un c’est pour qu’il le donne, et non pas pour qu’il donne la réponse positive que l’on attend. Sinon, autant ne rien demander et il n’y aura pas de critique, comme dans un régime totalitaire ! La critique peut être négative, comme positive, et c’est cela qui est constructif.
Ces réactions irrespectueuses ont aussi leur côté positif d’ailleurs : cela ligue ceux qui sont respectueux dans un même combat contre cette dérive de la société !!!

28)
colibri
, le 07.01.2005 à 12:30
[modifier]

Bonjour François,
Bonjour à toutes et à tous,
Tout d’abord tous mesmeilleurs voeux pour cette nouvelle année…

Je suis assez surpris de voir de tels agissements, force est de constater que cerrtains ont vraiment du temps à perdre pour pourrir la vie des autres ainsi et être aussi « improductifs » que stériles voire débiles…
Malheureusement de tels comportements existeront toujours mais il est agréable de voir que certains comme toi François ont le temps, le tempérament et la passion pour réagir et dénoncer de tels « actes »…

J’ai pour ma part testé DVDmanager, DVDtheque et DVDpédia pour lequel j’ai acheté une license ( il y a de cela plusieurs mois, à l’époque aucun des trois ne permettait de récupérer via internet des infos à partir d’une base de données en Fr et il m’a fallu à l’époque renseigner « à la main » pour chaque dvd ( merci le copier-coller depuis amazon…:-)
Aujourd’hui je suis à la recherche d’un logiciel qui puissent me permettre de renseigner une fiche d’un DVD via son code-barre ceci pour un gain de temps et d’efficacité…mais existe-t-il seulement?

Cordialement

cui cui

29)
zitouna
, le 07.01.2005 à 12:44
[modifier]

D’abord, on ne devrait pas dire:
« il est nul ce film », mais plutôt :
« je n’ai pas aimé ce film ».
Essayez, vous verrez que c’est plus difficile. En plus, dans tous les cas, il est souhaitable d’argumenter et alors là, oulala, ça fatigue! Autant ne pas aller au cinéma!
Personnellement, moi, en ce qui me concerne, pour ma part, j’essaye de ne jamais porter de jugement (sauf en ce qui concerne M@#$ Donald et les sodas au cola), mais d’exprimer une opinion. De plus, ayant assez bon fond, si mon avis est défavorable, je ne perd pas mon temps à casser. Je trouve tellement plus agréable et stimulant, comme le font si bien François et les autres cukiens de dire tout le bien que je pense de quelque chose. Ça fout la pêche, l’enthousiasme positif!

Mais ça ne m’empêche pas de bêêêler quand j’en ai envie!

30)
Inconnu
, le 07.01.2005 à 12:55
[modifier]

Mais non, mais non… si je dis « il est nul ce film », c’est de toute façon, par nature, une opinion personnelle. Si on doit commencer à prendre des pincettes pour exprimer n’importe quelle opinion… « Je pense que la nazisme a été une mauvaise chose (mais ça n’engage que moi) ».

Cela dit, François, tout à fait d’accord avec toi en fin de compte: un critique de film signe sa critique, il l’assume, et le fait de démolir quelque chose sous le couvert d’un pseudo est une attitude lâche et mesquine.

31)
Inconnu
, le 07.01.2005 à 13:06
[modifier]

Un pseudonyme est parfois utile pour un auteur qui tient à ne pas mélanger sa vie professionnelle et sa vie artistique… La littérature française nous montre quelques très beaux exemples. Des noms de plume…
Mais il est vrai que sur internet, entre avoir un pseudo et en avoir 10 ou 20 pour flinguer un produit, on est pas du tout dans le même cas de figure.
Je regrette que, en ce cas, on ne puisse afficher l’IP distance du contributeur, ce qui suffirait à le dévoiler comme étant l’auteur de « n » contributions sous « n » pseudos…

33)
Papet
, le 07.01.2005 à 13:19
[modifier]

Cette « descente en flammes » de DVDTheque date déjà de plusieurs jours. Le développeur avait même contacté ses acheteurs pour les avertir. On peut aller sur les sites en question pour dire tout le bien qu’on pense du logiciel, mais on n’empêchera jamais les « c…. » de sévir. Moi je trouve DVDTheque super et je ne cesse de le répèter autour de moi.

34)
couclown
, le 07.01.2005 à 13:21
[modifier]

Je suis assez surpris de voir de tels agissements, force est de constater que cerrtains ont vraiment du temps à perdre pour pourrir la vie des autres ainsi et être aussi « improductifs » que stériles voire débiles…
Malheureusement de tels comportements existeront toujours mais il est agréable de voir que certains comme toi François ont le temps, le tempérament et la passion pour réagir et dénoncer de tels « actes »…

Visiblement, il y a autant de gens dans les deux camps qui ont du temps à dépenser (perdre ?). Et après, il y a des gens comme moi qui lisent… et qui répondent… (je me demande quel nom a cette pathologie)

Je peux comprendre que des gens passent du temps à débattre de certains sujets « importants » sur ce site, mais là, il s’agit de la critique, sur un autre site, d’un software commercialisé sur un troisième site.

Je suis d’accord avec Fabien, les réponses aux commentaires sur VT, les notations de compensation sur VT, l’humeur du jour et tous ces commentaires ne font que jeter de l’huile sur le feu et je ne suis pas sûr que ça soit réellement au bénéfice du produit défendu… ça ne fait que propager la chose qui va être reprise par MacG et d’autres sites Mac et ainsi de suite. C’est pas la meilleur réputation qui soit pour un software d’être pris dans une telle bagarre de chats de gouttière.

A ce propos, je dois préciser que je trouve intelligent la façon dont François à approché le problème en suggérant pendant deux jours de tester les produits nous même avant de lancer ce sujet. Je n’ai pas besoin d’un tel software, donc, je ne l’ai pas testé hier, mais je pense qu’avec cette polémique, tester le produit dont il est question ici est la dernière que je ferais aujourd’hui.

Finalement, quoiqu’il en déplaise à certains, la « cabale » n’a fonctionné que parce que des gens se sont jettés dedans.

Enfin… (soupir), j’ai quand même appris quelque chose sur les Bogdanoffs et ça m’a fait bien rire de perdre une heure à lire les commentaires sarcastiques du critique. Merci

35)
nexxen
, le 07.01.2005 à 14:23
[modifier]

François,

Vaste question que celle de l’anonymat sur Internet… Mais à mon humble avis, ce n’est pas l’anonymat lui-même qui est un problème : ce n’est qu’un outil, et dépend donc de l’utilisation qu’on en fait : on peut écrire une superbe lettre d’amour non signée, et utiliser ce même principe pour menacer de mort. On peut trouver tout au long de l’histoire des exemples très parlant.

Ce que je veux dire, c’est que je pense que tu as donné un coup d’épée dans l’eau, dans le sens ou ça a dû te soulager d’écrire tout ça, mais tu ne fais que relater un état de fait qui malheureusement de changera jamais. On se trouve de plus sur un médium dont l’anonymat est la base de son fonctionnement : on a son adresse IP, son pseudo, mais ne vous inquiétez surtout pas : aucune information personnelle ne sera divulguée !! Internet garanti l’anonymat !

Reprendre Internet à zéro ? Hum… Contrairement à toi, je pense que l’anonymat sur internet est nécessaire. Voire impératif. Alors oui, ça permet aux personnes que tu dénonces de s’en donner à coeur joie pour incendier, insulter, et tout cela bien cachés derrière leur écran. Je suis d’accord.

Mais ça permet aussi de protéger les gens comme nous de ce genre de personnes. On est dans un système d’informations mondialiste, où tout le monde a accès à tout et où tout le monde peut faire n’importe quoi. La liberté totale et l’accès complet : c’est la philosophie Internet. Et comme toute médaille a son revers, on en tire d’énormes avantages, mais on en a aussi les inconvénients.

Pour ma part, les inconvénient pèsent actuellement moins lourds dans ma balance que les avantages, même si j’avoue volontiers que j’ai largement délaissé les forums des 2 sites Mac les plus connus (MacG et MacB pour ne pas les citer) pour aller sur un site bien plus civilisé (cuk), et même si je suis dégouté de voir parfois sur un site un forum entier pollué par un ou deux crétins qui se planquent derrière leur pseudo en racontant des inepsies.

Je ne pense donc pas qu’on puisse empêcher les excès qu’autorisent l’anonymat. On peut par contre les limiter : beaucoup de sites nécessitent un enregistrement obligatoire avant de poster… Ce n’est pas la panacée, ce n’est pas la solution ultime, mais ça freine ceux qui ont 38 pseudos différents par site.

On n’a malheureusement encore rien prévu contre les « fouteurs de bordel » professionnels…

36)
MadMac
, le 07.01.2005 à 14:35
[modifier]

Cher François,

Le Net n’a jamais brillé par la crédibilité des informations qu’il distille. C’est à nous de faire le tri en ne croyant par sur parole ce qu’on y lit, en recoupant les informations. Avec un peu d’expérience, on se fie, ou non, à tel ou tel site sur tel ou tel sujet. Personnellement, je te reconnais une probité certaine quant à tes tests logiciels ou matériels, comme j’accorde un certain crédit aux rumeurs de Nick DePlume sur Think Secret, mais aucun à Pierre, Paul ou Jacques qui me dirait d’acheter si ou de lire ça. Faut faire le tri, exercer son esprit critique. Cela étant, j’ai déjà lu des critiques de haut vol sur amazon.com sur un sujet assez pointu tel que la musique contemporaine.
Une critique digne de ce nom comporte OBLIGATOIREMENT du pour et du contre. Si tel n’est pas le cas, méfiance. C’est d’ailleurs pourquoi je ne lis plus la presse informatique, inféodée aux annonceurs.
Mais le Net que tu parais prôner sous le coup de l’émotion, j’imagine, existe déjà. Où ça? Eh bien EN CHINE!
On ne transige pas avec la liberté d’expression, ou alors c’est pour de mauvaises raisons.
Sur la critique, terme générique, il faudrait faire la différence entre l’opinion (il est nul ce film, pour reprendre l’exemple précédent), et la critique proprement dite, argumentée, pondérée. Écrire des critiques est un métier qui demande de la culture, de l’expérience et de l’honnêteté intellectuelle. Cette dernière qualité, la plus importante de toutes, ne s’apprend pas. Il y a beaucoup de Néron à la petite semaine qui passent leur temps à descendre en flammes ce qu’ils n’aiment pas ou croient ne pas devoir aimer, par snobisme. On en trouve beaucoup, y compris dans la presse dite de qualité (« Le Monde, « Libé », « Télérama »). C’est tellement plus facile de passer pour un grand esprit en étrillant tout et n’importe quoi qu’en manifestant son admiration!
Sur les pseudos, il me paraît assez naturel d’en adopter un quand on s’exprime sur un sujet particulier. C’est aussi le cas de Luc Décygnes dans « Le Canard enchaîné ». C’est plus parlant, plus drôle. Si j’intervenais sur un forum consacré à la politique, peut-être choisirais-je MadMarx :-)
Si mon ami Alec6, que je salue au passage, signait « Alexis », j’aurais mis plus de temps à mémoriser son nom. Et si un jour je vois un « Alec7 », je lui demanderai derechef: Es-tu le fiston d’Alec6, fils d’Alec100dr1 et d’Alec3?
Ça sert aussi à ça, les pseudos. À déconner, quoi! Le cybermonde est aussi fait pour qu’on puisse s’y lâcher un peu, non? Que certains en abusent, c’est vrai, mais doit-on pour autant couper la langue ou les doigts à tout le monde?

MadMac

37)
Yves
, le 07.01.2005 à 16:35
[modifier]

«Les lettres anonymes sont d’une lâcheté sans nom.»

Georges Auriol

38)
François Cuneo
, le 07.01.2005 à 18:38
[modifier]

Chers tous,

Evidemment que je suis pour la liberté d’expression.

Mais ce que l’on appelle la véritable liberté d’expression, c’est de pouvoir dire, sans se cacher, ce que l’on pense.

S’il faut se cacher pour le faire, alors ce n’est plus de la liberté d’expression.

Donc évidemment que le Net chinois ne m’intéresse pas, puisque comme pour le reste, les gens ne sont pas libres de dire ce qu’ils pensent sous peine d’être jetés en prison. Que ce soit sur Internet ou dans la rue.

Chez nous, il se trouve que nous pouvons dire ce que nous voulons. Alors profitons de cette chance, et lorsque nous avons à critiquer, alors faisons-le ouvertement.

Cela dit, vos pseudos sur Cuk ne me dérangent absolument pas! Je trouve même cela rigolo.

39)
François Cuneo
, le 07.01.2005 à 18:43
[modifier]

Ce que je veux dire, c’est que je pense que tu as donné un coup d’épée dans l’eau, dans le sens ou ça a dû te soulager d’écrire tout ça, mais tu ne fais que relater un état de fait qui malheureusement de changera jamais.

Je sais bien que ça ne changera jamais. Mais cette histoire de Net anonyme me tarabuste depuis des semaines. L’histoire de DVDTheque était utile pour l’illustrer.

Je vous signale juste que j’ai écrit cette humeur après en avoir parlé Jean-Luc Ruggeri, qui a reçu les projets de cet article depuis le début.

Je ne pense pas que ça va lui faire du mal, bien au contraire. Si c’est le cas, je m’en excuse par avance.

40)
Thierry F
, le 07.01.2005 à 18:57
[modifier]

Cher François,
tout d’abord une bonne année à toi et à ton site que je parcours avec autant de plaisir.
Bon pour en revenir au sujet.
Il y a quelque années Philippe Val éditorialiste à Charlie Hebdo, avait avec son sens de l’aphorisme qui tue titré:
« Internet ou la Kommandantur en ligne ».
Tu penses bien qu’il s’agissait d’une accroche osée pour faire toucher du doigt au lecteur combien l’anonymat sue internet permettait les accusations, les propos les moins fondés, voire même les plus injurieux.
Bon la morale c’est que les opinions sur internet sont liées au site où elles s’expriment et que leur valeur reste bien évidemment relative.

41)
François Cuneo
, le 07.01.2005 à 21:17
[modifier]

Il y a quelque années Philippe Val éditorialiste à Charlie Hebdo, avait avec son sens de l’aphorisme qui tue titré:
« Internet ou la Kommandantur en ligne ».
Tu penses bien qu’il s’agissait d’une accroche osée pour faire toucher du doigt au lecteur combien l’anonymat sue internet permettait les accusations, les propos les moins fondés, voire même les plus injurieux.

Merci Thierry! Je suis très fier de dénoncer la même chose que Monsieur Val, même quelques années plus tard, et avec le talent en moins.

Je ne connaissais pas cet article. Merci de me le signaler. Faudrait que je trouve maintenant le contenu de ce dernier, parce que ça m’intéresse.

42)
6ix
, le 07.01.2005 à 21:49
[modifier]

Une fois encore l’homme démontre qu’il trouvera tjrs un moyen de nuire à une technologie ou autre qui apporte bien des avantages. Internet n’échappe pas à la règle et en est même une bonne image! Ici l’on parle de critiques, mais que dire du piratage et de ttes ces fraudes liées au web? A chaque fois, le « violeur » et profiteur se croit en sécurité, à l’abris de tout, seul devant son écran, caché sous de faux noms, vu de personne… Certes, il sait peut-être que si l’on veut, il sera toujours possible de remonter à la source, mais à quel prix?! Une technologie offrant des informations avec autant de libertés d’accès demande de la part des gens une certaine manière d’agir, une certaine honnêteté, car il n’y a pas ou peu de frein à la « débauche » dans ce domaine-là…
Comme souvent, seule la punition peut remettre ces gens dans le droit chemin, et c’est plutôt la peur de se faire prendre à nouveau plutôt qu’une prise de conscience qui en est la cause. Bien dommage…
Fort heureusement, on pourra tjrs compter sur des personnes telles que vous, cukiennnes, cukiens, qui sauront se remettre en question et respecter le travail fourni par les autres!
Alors coup d’épée dans l’eau ou non, cela a le mérite de soulever des questions bien réelles et, qui sait, de faire réfléchir certains d’entre nous!

43)
François Cuneo
, le 07.01.2005 à 23:30
[modifier]

Merci à Yves d’avoir trouvé l’article de Philippe Val. Si je m’écoutais, je le passerai en entier, mais j’aurais peur de me faire traiter de pirate. Alors je ne vous donne qu’un extrait assez génial je trouve.

Nom de l’article: INTERNET: LA KOMMANDANTUR LIBERALE

Extrait de l’article de Philippe Val
Charlie Hebdo, 17 janvier 2001

Contexte: Philippe Val explique au lecteur pourquoi il n’y a pas encore de site Charlie Hebdo.



Enfin, la seconde raison, et qui n’est pas la moindre : Internet nous est vendu comme un réseau prétendument d’information. Mais, à part ceux qui ne l ‘utilisent que pour bander, gagner en bourse et échanger du courrier électronique, qui est prêt à dépenser de l’argent à fonds perdus pour avoir son petit site personnel ? Des tarés, des maniaques, des fanatiques, des mégalomanes, des paranoïaques, des nazis, des délateurs, qui trouvent là un moyen de diffuser mondialement leurs délires, leurs haines, ou leurs obsessions. Internet, c’est la Kommandantur du monde ultra-libéral. C’est là où, sans preuve, anonymement, sous pseudonyme, on diffame, on fait naître des rumeurs, on dénonce sans aucun contrôle et en toute impunité. Vivre sous l’Occupation devait être un cauchemar. On pouvait se faire arrêter à tout moment sur dénonciation d’un voisin qui avait envoyé une lettre anonyme à la Gestapo. Internet offre à tous les collabos de la planète la jouissance impunie de faire payer aux autres leur impuissance et leur médiocrité. C’est la réalité inespérée d’un rêve pour toutes les dictatures de l’avenir. Sans une régulation démocratique mondiale d’Internet, débattue par les représentants des peuples de tous les pays ayant pour mission de garantir les droits des individus, dans un avenir proche, nous deviendrons les victimes aliénées d’une révolution technologique dont la propagande nous martèle qu’elle est la clef de la liberté.

Ah nom de diou, ça fait du bien, mais ça fait du bien!

Merci Yves! Bon, faut avouer qu’Internet, c’est pas si mal tous comptes faits:-)

44)
MadMac
, le 08.01.2005 à 00:13
[modifier]

Je poursuivrais bien la discussion sur l’argumentaire assez faux-cul de Philippe Val (ils n’ont pas les moyens de créer un site Internet, aucun espoir de l’amortir sans pub, d’où cet « habillage » politique), mais mon iMac chéri rend l’âme. Je m’arrache les yeux pour distinguer ce qui s’affiche à l’écran.
Aussi vais-je plutôt rédiger une petite annonce avant que l’écran ne s’éteigne pour de bon, ou que je devienne aveugle :-(
Si vous avez un iMac G3 à vendre, pas trop vieux ni trop cher, je vous invite à consulter la rubrique idoine pour plus de détails.

MadMac

46)
MadMac
, le 08.01.2005 à 01:05
[modifier]

François,

PARCE QUE JE SUIS MAD!!!
Plus sérieusement, peut-être disent-ils la vérité, mais pas « toute la vérité, et rien que la vérité ». Pour rappel, « Le Canard enchaîné » non plus n’a pas de site Internet, alors qu’ils sont assis sur un tas d’or (plusieurs dizaines de millions d’euros, leurs bénéfices cumulés depuis la création du journal).
Quand on refuse la pub, on ne peut pas amortir un site Internet, point barre. Les sites payants ne marchent pas. Moi-même, je n’achète plus que les journaux qui n’ont pas de site gratuit, comme « Le Canard », le JDD et divers magazines dont je prise l’iconographie plus que les textes. C’est une question de moyens, mais pas seulement: rien de plus facile que d’archiver des fichiers txt ou pdf, alors que du papier, merci bien…
Bien, ma vue ayant encore baissé d’un dizième, je vais finir mon annonce et la poster de ce pas.
@ +

MadMac

47)
Okazou
, le 08.01.2005 à 05:01
[modifier]

Attention, François, Val n’a rien d’angélique et n’est libéral qu’au niveau de l’économie. Il est d’ailleurs assez cocasse de le voir intituler son article « La kommandantur libérale » mais parler dans le corps de l’article — là où l’on dit ce que l’on a à dire — de « la Kommandantur du monde ultra-libéral ». Ecce homo ! Condamner l’ultra-libéralisme n’est pas critiquer le libéralisme, bien au contraire !

Depuis que Val fréquente très assidûment le tout-Paris médiatique qui n’a eu aucun mal à adopter l’un des siens, reconnu, avéré, sa plume s’est émoussée et l’on est loin, désormais, du rédacteur enragé, froid mais sincère, du temps ou le journal était piloté par des pointures humanistes comme Cavanna et Gébé.
Le jour est proche où Val attaquera avec plus de plaisir ses anciens amis — qui lui ont mis le pied à l’étrier — que ses ennemis bourgeois d’hier avec qui il dîne volontiers désormais. « Dis-moi qui tu fréquentes, je te dirai qui tu es. »

Ce petit gars-là devait avoir un gros problème de reconnaissance. Au moins autant que July qui, lui, ne rêvait déjà, sur les barricades, distribuant Libération premier cru, que de prendre plus tard une place au moins équivalente à celle de son bourgeois de père. Il aura su tuer le père et on l’enterrera dans un costume 3 pièces. À rayures, comme il se doit.

Qu’il me soit permis de penser que si Val s’opposait en 2001 (essor d’Internet) aux sites de la Toile c’était avant tout parce qu’il ne pouvait — sans doute à raison — imaginer pouvoir faire continuer de vivre son hebdo tout en lereprésentant sur la Toile d’une autre manière. Pas facile, voire impossible. Seuls des quotidiens peuvent s’y risquer et il faut cracher au bassinet. Nombre de lecteurs de l’hebdo ont accès à la Toile et auraient peut-être fini par délaisser l’hebdo.

En tout état de cause, les diatribes de Val, je n’y crois plus du tout. L’anamour (merci Gainsbourg) est irrésistible et irréversible.

La Toile, on apprend vite à la fréquenter. C’est comme la vie, on y trouve un piège à chaque étage. Telle qu’elle est, elle permet à chacun de s’exprimer. Même aux cons. Même aux fachos. Quoi de plus démocratique que l’expression libre et quelle peur devrait-on en avoir ?

Il est du devoir de chacun, je parle du devoir du démocrate, de ne pas laisser dire et écrire n’importe quoi, il n’est du devoir et du droit de personne de censurer. Lorsqu’un enfant fait ou dit une connerie, on le corrige, on lui explique, on lui fait comprendre qu’il est à côté des rails. Qu’il déraille. Et je ne parle pas, François, du maître d’école qui en entend et en voit des vertes et des pas mûres ! Si on n’effectue pas ce travail nécessaire, si on n’intervient pas de manière utile et efficace sur la Toile lorsque ça déborde, a-t-on vraiment conservé le droit de se plaindre ? Non, on se croit autorisé à demander des contrôles (les flics) et des sanctionjs (la justice légale). Le citoyen est alors en aveu d’échec et la démocratie avec qui y perd des plumes.

N’y avait-il pas une possibilité, dans l’affaire qui nous occupe (et comme l’ont suggéré quelques-uns ici), de traiter le problème par les arguments plutôt que de crier « Au loup ! » et de s’enfuir en laissant le loup boulotter la chèvre ?


Un autre Internet est possible.

48)
Okazou
, le 08.01.2005 à 05:11
[modifier]

« Une critique digne de ce nom comporte OBLIGATOIREMENT du pour et du contre. »

Non. Pour qu’une critique mérite ce nom il faut et il suffit qu’elle soit argumentée.
Qu’il soit nécessaire de peser le pour et le contre avant d’émettre — ou pas — une critique favorable — ou pas —, ne change en rien le fait qu’il est du droit le plus absolu du critique d’engager une critique sur les seules faces négatives du sujet traité. D’ailleurs, où se situerait l’intérêt de débattre de points que l’on ne conteste pas ? Le compliment n’est qu’une politesse et tout débat s’éteint sur le point typographique qui conclut son énonciation. La critique (qui est toujours une contestation) est vivante, elle ne s’achève jamais que sur les points de suspension d’un « à suivre… »

Ainsi, MadMac, après passage à la moulinette de mon jugement, je partage ce que tu viens d’écrire mais je choisis de n’en critiquer — négativement ? — que cet extrait. J’apporte de la sorte ma brique au débat.

L’important, c’est bien le jugement (dans le sens de la pesée des éléments en cause), l’esprit critique est d’essence révolutionnaire (façon révolution permanente et toujours inachevée) : « L’esprit de libre examen qui, dans ses jugements, écarte, rejette l’autorité des dogmes, des conventions, des préjugés » Académie française. Et si l’on peut considérer que la critique est un métier il serait prudent de glisser entre « critique » et « métier » un « aussi » pour autoriser à chacun (pour inciter chacun à) son libre exercice. Que serait l’homme sans esprit critique, un consommateur ?

Ce qui manque trop souvent aux critiques de la presse c’est le débat, le droit de réponse du lecteur. En matière artistique, notamment, il est suffisamment de belles choses à mettre en lumière pour ne pas perdre son temps à choisir de démollir les mauvaises qui se suffiraient d’un : « Passe ton chemin, il n’y a là vraiment rien à voir mais tu n’es pas obligé de me croire. »

Critique artistique, critique politique, critique sociale, critique économique, critique historique, critique marxiste, critique scientifique, critique comparée, critique philosophique et la forme plus personnelle, la plus intime de la critique : l’autocritique. Autant de formes de critiques qui nécessitent une approche différente même si elles peuvent être abordées dans un même esprit de méthode. Le but et les enjeux d’une critique artistique et ceux d’une critique politique n’ont rien en commun, ces critiques ne partagent pas les mêmes objectifs, elles n’emprunteront pas les mêmes chemins.

Mais, au bout du compte, sachant que nous obtiendrons autant de points de vue critiques qu’il y aura eu de débatteurs, peut-on croire à l’objectivité d’une critique ? La critique se doit-elle d’être une démonstration ? Ne sommes-nous pas condamnés au doute ?

Dans le doute, ne t’abstiens jamais. Continue de déchirer le voile qui masque ce qui deviendra ta vérité. Jusqu’aux prochains arguments…

50)
François Cuneo
, le 08.01.2005 à 09:21
[modifier]

Okazou et MadMac,

Oui certes, peut-être que Monsieur Val a changé. Je n’en sais rien, je ne sais pas pourquoi, j’ai lu Charlie Hebdo justement à l’époque de Cavana, en fait, je crois que je ne l’ai lu qu’une fois depuis sa pause de quelques années il me semble.

Cela dit, ça me permet de juger ce qu’il a écrit sans être du tout influencé par le personnage. Et je dois dire l’article en entier me plaît. Un lecteur m’a également envoé une critique verte et pas mûre de ce qu’a écrit Val (pas sur l’extrait de ce que j’ai mis ici mais sur la première partie), je vous mets le lien ici:

http://www.uzine.net/article447.html

Il n’empêche, Okazou, je n’ai plus envie de toujours expliquer. Face à la connerie et à la méchanceté, j’ai envie que l’on trouve des armes, ou plutôt des protections. Comme partout, comme dans le monde réel.

51)
MadMac
, le 08.01.2005 à 10:37
[modifier]

Okazou,
La seule révolution à laquelle je crois, c’est celle de la Terre autour du soleil. Et, entre nous, ton éloge du grand soir suivi ex abrupto d’une définition de l’Académie française me laisse pantois. Le quai Conti, c’est le quai des incontinents, et l’Institut, une institution pour écrivains grabataires, quelque chose comme le sénat pour les hommes politiques, aussi je crois que tu aurais pu trouver plus impertinent.
Sur le fond, prendre en exemple « Charlie Hebdo », qui s’autoproclamait « journal bête et méchant » me paraît discutable pour dénoncer la connerie. Je précise que leur humour pipi-caca n’est pas ma tasse de pisse (oups!), et qu’en vérité j’en ai tout au plus parcouru quelques numéros, mais ça me fait le même genre d’impression que si on en appelait à l’animateur le plus con de la radio (Arthur dixit) pour vanter l’intelligence des programmes télévisés!
À propos de la différence entre une critique et une opinion, et de la citation de moi je mise en exergue par toi tu, je persiste et je signe: le dithyrambe comme la critique au lance-flammes m’inspire d’emblée une méfiance légitime. Je soupçonne la première d’être l’œuvre d’un vendu, et la seconde celle d’un type qui cherche à se faire mousser. Rien n’est plus facile que de jouer avec les allumettes. C’est un passe-temps pour enfant de six ans. À cet âge, on voit le monde en noir & blanc… Ensuite, normalement vient la perception des nuances ;-)
Sur Val, que je ne connais pas, j’ignore si ce monsieur est libéral, mais on m’a cité le cas d’un communiste au « Figaro », alors pourquoi pas!

MadMac
Qui cherche un iMac d’occase. Voir les petites annonces.

52)
G4Beige
, le 09.01.2005 à 08:14
[modifier]

Malheureusement cet type de comportement est typique de l’Américain que représente Georges W. Bush, pas vraiment de capacité d’analyse, un sens moral basé sur ses intérets personnels, un comportement humainement déplorable, en gros, un C….. avec une « grande gueule ».

Ce qui est dommage, c’est qu’on ne voit que les gens qui ont ce comportement, car ils ont de « grandes gueules » et pas les autres. Si tout le monde avait une aussi faible capacité de jugement, on se dirait que les américains sont des gens totalement à éviter, alors qu’il y a quantité de gens qui n’ont pas ce comportement et qui sont vraiment bien. C’est vraiment ahurissant de voir qu’une poignée d’abrutis arrive à toujours saboter les efforts des autres.

Ce qui est d’autant plus dommage, c’est qu’il faut toujours que les braves gens fassent des efforts énormes pour rattraper les dégats causés par ces gens. C’est vraiment triste qu’un développeur doive subir des conséquences si énormes pour ce genre de chose. Il faut des années pour avoir une bonne réputation et quelques secondes pour la perdre.

C’est bien d’avoir équipé tous les humains d’un cerveau, mais bon il aurait fallu livrer le mode d’emploi.

53)
Inconnu
, le 09.01.2005 à 11:45
[modifier]

Philippe Val: « Sans une régulation démocratique mondiale d’Internet, débattue par les représentants des peuples de tous les pays ayant pour mission de garantir les droits des individus, dans un avenir proche, nous deviendrons les victimes aliénées d’une révolution technologique dont la propagande nous martèle qu’elle est la clef de la liberté. »

Moi j’appelle ça « une bonne grosse connerie d’intellectuel qui se la pète ». (Pardon d’utiliser le ton dénoncé dans ce forum).

Il y a un temps où ça faisait tellement intelligent, tellement intellectuel, tellement littéraire, de se gausser d’internet, de critiquer le réseau.

Moi, chaque jour je m’émerveille de cette invention. Elle va changer le monde. Elle change le monde, chaque jour, comme l’imprimerie a changé le monde, comme l’électricité a changé le monde, comme la télévision a changé le monde.

Chaque jour, j’utilise google pour mon travail, et je trouve ça extraordinaire, fabuleux, génial de pouvoir en quelques clics trouver une chanson des Beatles, une biographie de Kubrick ou l’hymne national du Pérou. Mais comment faisait-on avant? Il fallait prendre sa voiture, se rendre à la Bibliothèque municipale, faire une recherche poussée, et espérer tomber sur le bon bouquin! Est-ce que les gens qui régulièrement critiquent Internet (genre Finkelkraut et son bouquin dont on parle dans un site cité plus haut) pensent à ça, eux qui travaillent dans les idées?

Non, ils pensent que ces abrutis de jeunes ne vont plus lire de livres parce qu’ils passent leur temps sur Internet, que les gens ne vont sur le réseau que pour du commerce ou du porno, qu’ils glissent d’un site à l’autre sans jamais rien approfondir, bref ils envisagent le réseau sous l’angle qui les arrange, qui leur permet de se sentir supérieurs, eux qui ont lu beaucoup, eux qui pensent, eux qui ont caché le savoir pendant des siècles dans des livres inaccessibles, en oubliant (volontairement ou non) tout ce qu’Internet permet comme obtention d’information, échanges d’idées, rencontres de personnes qui ont les mêmes centres d’intérêt.

INTERNET, C’EST FABULEUX!

Je crois vraiment que c’est la démocratisation des connaissances et du savoir, sa dilution dans l’espace qui font peur aux intellos, ou en tout cas à certains d’entre eux, les plus réactionnaires(je ne veux pas les mettre tous les même panier, bien sûr, il faudrait moins généraliser). Ces gens-là fondamentalement n’aiment pas la démocratie.

Bien sûr qu’il y a les mauvais côtés d’Internet, comme le téléphone a ses mauvais côtés, comme la presse a ses mauvais côtés, comme n’importe quoi a ses mauvais côtés, mais je dois dire que les gens comme Finkelkraut ou Philippe Val qui font des généralisations de mauvaise foi (Internet = nazisme, pour simplifier), me sortent par les trous de nez. (D’ailleurs Finkekraut me sort toujours par les trous de nez, mais c’est un autre problème.)

Sans parler de l’argument classique « plus y’a de moyens de communication, plus les gens sont seuls », alors qu’Internet permet aussi, encore une fois, de dialoguer, d’échanger des idées, de se rencontrer: exemple Cuk!

Voilà, ça sort un peu du contexte de l’humeur (l’anonymat), c’est écrit un peu à la va-vite mais bon… tous les jours je me dis que j’ai de la chance d’avoir Internet à la maison, alors quand j’entends que c’est la Kommandatur en ligne, pfff…

Et Vive cuk!

54)
MadMac
, le 10.01.2005 à 06:01
[modifier]

Émile,
Pour quelqu’un qui écrit à la va-vite, tu te démerdes pas mal!
Tu as raison pour Val, Finkelkraut et d’autres intellectuels (ou supposés tels) à la noix. Qu’ils soient de gauche ou de droite, ils défendent leur chapelle, le pouvoir des clercs qu’ils incarnent. Leur complainte m’émeut autant que le blues des moines désespérés par l’arrivée de l’imprimerie, à la fin du XIVe siècle.
Le Net donne la parole à tout le monde, le Net est démocratique, vive le Net!

MadMac
Qui cherche un iMac d’occase. Voir les petites annonces.