Profitez des offres Memoirevive.ch!
J’en ai marre aussi de ces protections

Hier, Fabien vous a expliqué ses problèmes avec Myst qui semble bien trop protégé pour fonctionner sur certaines machines.

Je vous en ai parlé rapidement en commentaires, mais au moment où j'écris ces lignes, j'ai trop la rage pour ne pas aller plus loin.

Je veux vous parler de ce qui devient en effet une norme: l'emm... maximum pour les utilisateurs honnêtes qui dépensent plein de sous dans les logiciels que leurs éditeurs s'évertuent à rendre difficilement utilisables. Bref, je vais en rajouter une petite couche par rapport à ce qui a été écrit ici hier.

Première petite histoire Cubase again!

Vendredi 8 octobre, je reçois une nouvelle version de Cubase SX 3. Très bien. Il a fallu remettre de l'argent dans un logiciel qui n'a bien voulu fonctionner correctement que depuis le mois de mars. Je précise que la version 2 a commencé par ne même pas vouloir se lancer pendant près de deux mois, parce que la clé physique (une petite excroissance USB) devait être mise à jour sur Internet. Et bien entendu, cette mise à jour à distance plantait sur pas mal de machines. Comme je n'ai pas vraiment de chance, je faisais partie des gens pour qui rien n'était possible.

Finalement, une mise à jour en provenance de Syncrosoft, le gestionnaire de la clé, est sortie sur le net et j'ai pu lancer enfin le programme, pour voir qu'il était difficilement utilisable sur Panther (problèmes de boutons qui disparaissaient).

Revenons donc à notre nouvelle mise à jour de cette année (génial de pouvoir profiter environ sept mois d'un logiciel sans trop de problèmes sans avoir besoin d'allonger les dollars): vendredi 8 octobre donc, je reçois la nouvelle version du logiciel. Très bien, je crains le pire, mais je reste zen, allez, tout va bien se passer.

Et bien non! Comme l'autre fois, il faut utiliser le "Centre de licence" fourni par Steinberg (l'éditeur de Cubase) pour mettre à jour cette rogntudju de clé. Pas de bol, il fait planter mon Alubook! Bon, tant pis, je peux faire cette opération depuis une autre machine, j'essaie sur le Titanium de Madame Cuk.

Là miracle, ça passe! J'entre donc frénétiquement le long code demandé. Oh, quelques fois, jusqu'à ce que je me rende compte du fait qu'il ne fonctionnait pas.

Téléphone à l'importateur, qui ne peut pas me répondre avant mardi. Génial! Bon, je maile donc mes doléances à Syncrosoft, qui me répond, assez rapidement il faut l'avouer, que "oups on s'excuse, on a fait une faute de frappe, voici le nouveau code".

Non mais on croit rêver! Cela dit, chose fantastique, le programme fonctionne à merveille maintenant, depuis le moment où j'ai pu corriger l'erreur faite par les rois de la protection.

Deuxième histoire, qui date de ces derniers jours, avec les produits DXO

Comme vous le savez, j'adore les produits DXO. J'ai d'ailleurs testé il y a peu DXO Optics Pro il y a peu ici, et je testerai dans quelques jours la version 2 qui promet beaucoup plus encore.

Oui, DXO est vraiment génial, encore faut-il pouvoir en profiter.

Parce que le problème justement, c'est que l'éditeur utilise un système de protection complètement lamentable sur Mac, fourni par la firme Aladdin, grande spécialiste devant l'Eternel de la sécurité digitale, à ce qu'elle dit.

Tu parles! Sur Mac, de nombreux clients ne peuvent tout simplement pas utiliser DXO tel quel. Il leur faut une clé USB "de dépannage en attendant". Parce qu'Aladdin n'est pas fichu de livrer un système de protection qui fonctionne.

Et moi, presque tous les modules que j'ai achetés (mis à part les premiers), m'ont posé de gros problèmes. Et que je te fais un téléphone en France (où est basé DXO), et un autre en Suisse, où est basée la société qui crée les packages.

Et si les Français répondent vite et... en français, les Suisses ne sont pas pressés de le faire, et en anglais. Bref, si je n'avais pas poussé une chtite beuglée, je ne suis pas certain que j'aurais pu lancer DXO Optic Pro avant je ne sais combien de jours.

Heureusement, le service français a pris le relais des Suisses qui devaient être allés boire l'apéro un peu trop tôt hier après-midi. Après bien des énervements, j'ai pu profiter de cet excellent produit.

Mais franchement, j'ai les nerfs un peu à vif là!

Le pire, dans ce genre d'histoire, c'est qu'une de mes connaissances proches aurait pu, par exemple, me passer une version crackée de Cubase SX 2 à l'époque bien avant que je puisse l'utiliser vu que ma clé était bloquée.

J'aurais été malhonnête que j'aurais eu... moins d'emmerdes.

Franchement, il faudrait que les éditeurs se mettent dans le crâne qu'ils peuvent bien écrire les meilleurs produits du monde, s'ils utilisent des protections qui nous empêchent de les utiliser, ils scient la branche sur laquelle ils sont assis.

Et les trois histoires que nous vous avons racontées en deux jours, Fabien et moi, se sont déroulées en à peine plus de temps.

Les choses ne s'arrangent donc pas, c'est le moins que l'on puisse dire.

Zut alors! Et après, on s'étonne que le piratage soit une plaie pour les éditeurs.

12 commentaires
1)
Sparhawk
, le 20.10.2004 à 08:52
[modifier]

DXO me semblait prometteur, j’avais téléchargé la démo correspondant à mon boîtier et à mon objectif et ça n’a pas marché, soit disant que les photos n’étaient pas faites avec cet appareil. Mail à DXO, jamais de réponse. Donc cet achat potentiel est passé à la trappe.

2)
Sébastien Pennec
, le 20.10.2004 à 08:59
[modifier]

C’est vrai que les protections ultra-sophistiquées (comprendre: ulta-emmerdantes) sont de plus en plus courantes…

Et, à la décharge des éditeurs, s’ils n’utilisent pas de clé physique, ils connectent leur application à leur serveur pour vérifier la licence, et tout le monde crie au loups (moi le premier!) parce qu’on ne sait pas ce qu’ils envoient et que, évidemment, on a pas de raison de leur faire confiance quand ils disent qu’ils n’envoient QUE le numéro de série, voir les histoires avec Proteron…

Pour moi, les éditeurs lancent eux-mêmes les peaux de bananes sur lesquelles ils vont marcher… et trébucher! Moi, lorsque je tombe sur un logiciel qui n’est pas agréable à utiliser, dans sa conception, je l’abandonne. Et bien pour les proteons c’est pareil. Si elle est trop intrusive, ou qu’elle donne trop de soucis, hop, le programme passe à la poubelle.

Et qu’on ne me dise pas que ces connexions à outrance, ou ces clés usb sont les seuls moyens de protéger un logiciel.
Pro Lexis est un excellent logiciel, qui doit faire rêver des miliers de pirates, mais c’est aussi l’un des logiciels les moins piratés. Et lorsque l’on installe Pro Lexis, la protection ne demande rien de plus que d’envoyer un email avec un code et d’insérer le code reçu en retour dans le logiciel. Un exemple à suivre!!

3)
popey
, le 20.10.2004 à 12:16
[modifier]

Vouaip, j’ai déjà vu ce genre de problèmes lorsque j’était en stage chez motorPress France : c’était l’époque du passage de l’ADB a l’USB, et forcement tous les dongle XPress étaient à échanger. En plus de ca, il y avait des versions qui autorisaient plusieurs installations sur des postes en reseau avec le même numero de série. Sauf que il y a eu des problème dans la gestion de ces numéro, et que régulièrement, il y avait trop de personnes utilisant le numero de serie, et on recevait des coups de fils un peu paniqués « je peux plus bosser, je dois avoir fini ça pour ce soir, help !!!! ».

C’est quoi l’intérêt d’un dongle ET un numéro de série ?

Autre exemple de protection un peu lourde : Ambrosia software dont les numéro de série sont a renouveler régulièrement sur internet (au moins pour escape velocity). Pas d’internet sous la main ? Dommage.

4)
Spyro
, le 20.10.2004 à 12:52
[modifier]

Mais euh je me demande quand même: en quoi est-ce malhonnête d’utiliser une version craquée si tu possèdes la license ? Et en tout cas en quoi est-ce plus malhonnête que de te livrer un logiciel inutilisable ?

Remarque c’est ptet interdit par la license: « vous n’avez pas le droit de recourir à des moyens détournés pour utiliser ce que vous avez légalement acheté ». Mais on peut se demander s’il y a un rapport entre les termes d’une license et l’honnêteté.

5)
Sébastien Pennec
, le 20.10.2004 à 15:25
[modifier]

Spyro,

Pour ma part, je n’ai jamais eu de scupules à utiliser des moyens disons détournés pour utiliser quelque chose dont j’ai une licence. Un temps, j’avais les annuaires téléphoniques en CD, et c’était impossible de les utiliser sans le disque. Evidemment, une protection empêchait de faire une image disque…

Le jour où j’ai trouvé comment cracker cette protection, je ne me suis pas gêné!

Pour moi, quand une protection devient trop lourde à l’utilisation, l’éditeur ne doit pas s’étonner de voir ses _clients_ pirater le logiciel.

6)
Barbarello
, le 20.10.2004 à 17:23
[modifier]

« La présomption de culpabilité » c’est un chouette concept !

On ne dira jamais assez le bonheur d’être en situation de monopole ! Certains éditeurs de logiciels, un brin parano, pourraient à terme y perdre des plumes…

C’est, en effet, pas demain la veille que j’aurai la candide honnêteté d’acquérir un quelconque logiciel MacroMedia. La version Studio MX2004 pour Mac… m’a donné quelques sueurs froides, mazette pas loin de 1500€ la version “pleine” uninstallable…

Je présume, le progrès aidant, que Flop NY2005 sera encore mieux protégé contre ses clients potentiels…

J’ai pu finalement, il faut l’avouer, installer cette suite logiciel, mais… j’y ai perdu du temps, beaucoup de temps, donc de l’argent… ce que souhaite justement et je les comprends, éviter MM… et… le minimum de sympathie que je pouvais avoir pour la firme !

7)
alarache62
, le 20.10.2004 à 17:43
[modifier]

Un peu le même sujet: face au piratage musical, certains émettent l’idée de taxer les abonnements ADSL!
Et puis quoi encore!
Je suis désolé mais je ne télécharge pas de musique non payée, je suis connecté plusieurs heures par jour sans lancer de logiciels P2P, je ne vois pas pourquoi je devrait donné de l’argent aux compagnies de disque? A qui va aller cette argent? Johnny? Ils n’avaient qu’à mieux gérer le passage au numérique!

Et puis pourquoi toujours leur donner à eux?
Et les majors de cinéma? les éditeurs de soft? ceux de jeux video? pourquoi pas une tite taxe pour eux aussi?

D’ailleurs, avec l’arrivée d’un probable iPod couleur photo/video, pourquoi cet appareil est soumis à une taxe qui va dans les caisses de l’industrie musicale et pas cinématographique, ou les éditeurs??

NON, ce n’est vraiment pas la bonne solution et ça ferait écrouler les ventes: « ben c’est pas grave, je paye une taxe, je peux me gaver de téléchargement… »

8)
coacoa
, le 20.10.2004 à 19:18
[modifier]

L’effet qu’aura eu pour moi, grand acheteur de CD (+ de 750), le fameux « copy controlled », c’est que désormais (sauf très rare exception), je n’achète plus les disques des artistes protégés. Désolé pour eux, mais entendre sur mon iPod des « scrrrrrrtchrrrrfffftttt » au milieu d’une chanson, ça me gave, surtout que je suis le profil parfait de l’acheteur honnête et grand consommateur. Je connais des trucs pour arriver à « dé-scratcher » les morceaux abîmés, mais franchement, passer du temps pour avoir la sensation d’être le pirate de mon propre achat, non merci, très peu pour moi. D’ailleurs, pas plus tard que tout à l’heure, j’ai hésité longuement devant le dernier Massive Attack (la B.O. de « Danny the Dog », magnifique), pour finalement le reposer sur son présentoir. Le label « Copy controlled » agit désormais sur moi comme du Baygon sur un papillon. Alors c’est sûr, protéger les artistes contre leurs fans, c’est nouveau comme concept, mais ça doit sûrement être tendance pour que tout le monde s’y mette.

9)
bordchamp
, le 20.10.2004 à 20:06
[modifier]

Dans un registre similaire, il m’est arrivé hier, en plein cours, alors que je m’apprêtais à dicter une définition un peu complexe à mes étudiants, de ne pas pouvoir utiliser le Petit Robert installé sur mon portable, parce qu’un horrible petit message mesquin m’a demandé, d’un ton comminatoire, et pour la première fois, d’insérer le CD-Rom original du Petit Robert — qui bien sûr était à mon domicile. Un peu dépité, il m’a fallu improviser une définition, forcément moins belle que celle du fameux lexicographe.

N’est-il pas possible dans ce cas précis de détourner cette protection stupide, sachant que j’ai acheté ce logiciel de mes deniers ? Je ne vais tout de même pas transporter ce CD-Rom et bientôt peut-être d’autres du même acabit, dans tous les lieux où j’utilise régulièrement mon portable : en train, au café, dans les réunions, en cours, etc. À force de vouloir enquiquiner (c’est dans le Petit Robert) le consommateur qui paie, on risque de le voir se muter en bidouilleur qui triche. À bon entendeur, salut !

10)
Saluki
, le 21.10.2004 à 10:06
[modifier]

La version Studio MX2004 pour Mac… m’a donné quelques sueurs froides

Moi aussi j’ai eu un pb !

Installation OK, puis une p… de mise à jour de je ne sais plus quoi m’oblige à reformater le DD et tout réinstaller, y compris la suite MM.
Quand l’écran de mon titanium m’est resté dans la main, il a fallu pour la troisième install qui était refusée par l’automate, me coltiner la hotte-ligne. Eux, ils ne délocalisent pas leur plateforme d’appel, un épouvantable accent deep-South m’attend, si vous « voyez » les intonations. Heureusement que ma fille a vécu là-bas, mon Queen’s English n’étant lui non plus pas vraiment compris.
Et enfin, un e-mail m’a donné un nouveau code. Je tremble à l’idée d’avoir un nouveau souci avec mon alubook, c’est pourquoi je ne vais pas charger la maj d’Office.

Hier, j’étais en entreprise, plus exactement ou mieux encore dans une section consulaire, et quelle n’et pas ma surprise de voir chez mon interlocuteur une belle suite Mx sur un CD qui n’a rien d’officiel, puisque écrit au marker…

– – –
Du MacPortable à l’Alubook. M…! J’ai pris 15 balais.

11)
tyranael
, le 21.10.2004 à 11:32
[modifier]

Une question vous savez comment marche le CD d’identification de l’encyclopoedia universalis ? ça m’a toujours intrigué : il n’y a rien dedans, mais pas moyen d’ouvrir ma version sans ?? (d’ailleurs au passage il est écrit que le cd est requis toutes les 30 utilisations et dans mon cas il le veut à chaque fois…)

12)
smacx
, le 23.10.2004 à 18:46
[modifier]

Si Prolexis est l’exemple à suivre, alors moi, je reviens au papier (ou j’apprends l’orthographe). A chaque nouvelle génération de système, la protection pose des problèmes et à chaque changement de machine, il faut redemander un code correspondant en jurant qu’on a désinstallé la précédente. Si vous avez de nombreux modules et une licence pour de nombreux postes, vous perdez très rapidement le fil. A ce stade, je préfère malheureusement un dongle. Et je ne peux passer sous silence le fait que je n’ai pu faire la mise à jour de ma licence multiposte qu’en totalité (12 postes) alors que je n’en utilise plus que 3. Rien à faire sinon racheter une licence 3 postes complète. Je ne m’en suis pas encore vraiment remis et je ne sais pas ce que je vais faire à la prochaine mise à jour. Mais je rédige professionnellement et il n’y a pas d’équivalent.