Profitez des offres Memoirevive.ch!
Technophile edition

Au programme, aujourd'hui, que des choses techno, pas forcément nouvelles, encore que, et qui font envisager le monde autrement...

Une nouvelle caméra, dernier cri, elle, qui va certainement balayer et ripoliner le domaine du cinéma...

LYTRO, dont avait déjà remarqué un appareil photo permettant de changer la mise au point APRÈS l'enregistrement, réitère, en rajoutant le mouvement : la camera LYTRO Cinema sera présentée au NAB la semaine prochaine. Mais qu’a-t-elle de nouveau, cette caméra?

Bien sûr, elle capte la lumière, mais pas seulement. Elle analyse en même temps l’environnement en 3D, et y définit les coordonnées de chaque élément présent dans le plan. Ce qui fait que vous pouvez retirer ou modifier chacun de ceux-ci après le tournage, en post-production, post-production qui va s’en trouver radicalement changée, pour le coup! C’est même une révolution!

Lytro

Métadonnées...

 

Finis, les fonds verts, plus besoin! Il suffit de retirer le fond, quel qu’il soit! Mauvais réglage de shutter : on change! Transfert de point? En postprod! Intégration d’objets 3D? Plus de tracking, motion controls intégrés! Ébouriffant!

Cette caméra annihileuse de méthodes traditionnelles n’est pas à la portée de toutes les prods; la location est quand même à 125 000$/j. Et c’est une caméra qui aime les gros chiffres. Comme dit TechCrunch :

The Lytro Cinema camera gathers a truly staggering amount of information on the world around it. The 755 RAW megapixel 40K resolution, 300 FPS camera takes in as much as 400 gigabytes per second of data.

Bref, en attendant de voir cette révolution en vrai, regardons une vidéo… Et rêvons…

Engrenages

 

Le nouveau robot de Google

Les robots me fascinent. Pas tellement pour leur coté humanoïde,  ni cette peur de l'humain remplacé, on fera avec. Et je suis très sensible à cette vallée de l'étrange que personne, pour le moment, n'arrive à franchir. C'est le challenge technologique de l'adaptation au milieu qui m'intéresse. Comme pour ces poissons robots dont l'apparence de réalité passe plus par un mouvement crédible que par la forme.


Ça fait maintenant un moment que Google, enfin, Alphabet, s'intéresse aux robots. Boston Dynamics, achetée en 2013, en est un exemple, avec ses trois robots : Atlas, Cheetah et le Dog...



Mais voilà... L'armée américaine fait une croix sur ses équipements robotiques, trop bruyants, pas assez furtifs, et voilà que Boston Robotics n'est plus rentable. Et Google les met en vente...

Mais Google avait acquis sept autres firmes, dont celle-ci, qui a sorti SCHAFT, tout nouveau,  tout beau, et moins martial. Il peut monter des escaliers, porter 60 kilos et adhérer sur des surfaces franchement glissantes et hostiles. On ne sait rien d'autre, ni même s'il sera commercialisé. Juste, il est tout neuf. Et il promet...

 

Engrenages

 

 

 

12 commentaires
1)
Saluki
, le 14.04.2016 à 05:36
[modifier]

Bonjour, de bon matin.

J’adore l’expression « ripoliner » : accoler cette caméra venue d’ailleurs à cette antique marque de peinture constitue un décalage sémantique très poétique en fait.
L’affiche créée par Eugène Charles Paul Vavasseur (dit Émile)…en 1913 est exposée au MOMA

C’est sûr que celle-ci n’aurait pas le même impact…

2)
ysengrain
, le 14.04.2016 à 06:45
[modifier]

Very impressive Lytro video.
C’est assez subjuguant d’observer de telles capacités. Et puis les chiffres …

as much as 400 gigabytes per second of data

On pourrait peut-être demander aux robots dont il est question a posteriori de fournir une analyse objective des qualités du zinzin. Avec ces videos promotionnelles, everything is marvellous, gorgous … et puis sur le terrain, le hic …

3)
Modane
, le 14.04.2016 à 08:32
[modifier]

C’est vrai que dans la documentation, le matériel est toujours incroyable. Cette caméra ne sortira pas avant la semaine prochaine, on ne peut donc pas encore savoir vraiment… Mais le principe est crédible et éprouvé, et c’est une évolution matérielle logique… Je trépigne d’impatience!

4)
Roger Baudet
, le 14.04.2016 à 12:07
[modifier]

Moi, j’en prendrais bien tout de suite deux, de ces caméras
Mais j’ai un peu peur pour mon disque dur!
Cependant, tous ces news sont assez incroyables,
merci Modane

5)
ToTheEnd
, le 14.04.2016 à 12:49
[modifier]

On peut ajouter à ça le nouveau boitier Canon ME20F-SH (quelle mélodie ce nom) équipé d’un CMOS 5.5 fois plus grand que les éléments classiques… alors que tout le monde vise la miniaturisation. La réponse est à chercher du côté de la taille du pixel qui est très grand et tout ça filme en Full HD mais en particulier, jusqu’à 0.0005 lux3… c’est une sensibilité équivalente à plus de 4 millions de ISO.

De quoi faire un film avec des bougies…

T

6)
zit
, le 14.04.2016 à 20:10
[modifier]

Avec la Lytro, c’est cette petite station de travail qui est nécessaire pour dérusher :

et il en faut quatre autres pour le montage et comptez une petite douzaine pour les effets spéciaux ;o).

Ces p*#é& de robots, ça fout les chochottes ! ont-ils entendu parler d’un certain Isaac Asimov et de quelques trois petites lois ? La sympathique DARPA en a-t-elle entendu parler ?

z (d’ailleurs, Google a revendu très vite la boîte après que la dernière video d’Atlas soit sortie, je répêêêêêêêêêêêêête : pas une très bonne pub, ces bestiaux phynancés par les militaires)

Ahhh, les noms, chez Canon… et Sony n’est pas mauvais non plus, c’est la poésie du XXI ième siècle ;o)

PS : j’ai croisé un binôme prof/stagiaire JRI des Gobelins en allant faire une moisson de café ce midi ;–)

7)
Modane
, le 14.04.2016 à 20:33
[modifier]

Tout à fait réaliste, cette petite station de travail! Z’étaient avec Myriam, mes stagiaires?

8)
ysengrain
, le 14.04.2016 à 22:40
[modifier]

De quoi faire un film avec des bougies

… comme Barry Lyndon, réalisé sur pelloche et filmé avec un caillou Angénieux !!
De not’ temps, mon bon Monsieur …

9)
dpesch
, le 15.04.2016 à 13:56
[modifier]

Barry Lyndon, réalisé sur pelloche et filmé avec un caillou Angénieux !!

C’était en réalité un Zeiss 50mm – f: 0.7, racheté par Kubrick à la NASA et qu’il avait fait trafiquer par un de ses amis technicien afin de pouvoir s’en servir sur une camera Mitchell BNC 70 mm. Ce technicien l’avait prévenu qu’il ne pourrait plus l’adapter, après transformation, sur un autre appareil, ce que Kubrick avait accepté. J’ai vu cet objectif lors de la magnifique expo Kubrick à la Cinémathèque Française et c’était assez impressionnant.
Il semblerait que l’on puisse aujourd’hui louer cette optique : Kubrick’s f/0.7 lenses now available for rent

10)
zit
, le 15.04.2016 à 15:48
[modifier]

On peut voir ici un débat à la cinémathèque avec Joe Dunton, chef op’ de Kubrick qui raconte quelques anecdotes intéressantes et, à partir de 2’50, un petit film où il montre quelques uns de ses jouets et explique les bidouilles du maître : passionnant !

z (effectivement, c’est du Zeiss, je répêêêêêêêêêêête : f/0,7, ça fait rêver un trou de 71 mm de diamètre alors qu’un 1,4/50 n’a qu’une ouverture maximum de 35 mm)

PS : pour Myriam, chais pas, nous n’avons pas échangé nos cartes de visite ;o)