Profitez des offres Memoirevive.ch!
Assurance incendie, bouquins, CD, et dématérialisé

Quand dans votre vie, il y a des trucs qui 2, du style un divorce de temps en temps, et puis des ménages qui se recomposent un peu de tous les côtés, il y a un truc vraiment important: ne pas oublier de revoir son assurance incendie, et son assurance sur le vol d'ailleurs qui y est généralement directement liée.

Tiens, à ce propos…

Digressons quelques minutes: depuis des années, la gauche essaie de limiter le coût de la santé en essayant de faire passer une assurance maladie unique en Suisse, alors que dans ce beau pays, la santé est laissée à des dizaines d'assurances privées qui ont chacune des conseils d'administration qui se font grassement payer et des bâtiments qui veulent en imposer pour montrer leur force; on lui rétorque, à la gauche donc, que la privatisation fait jouer la concurrence, et que ce serait la grande catastrophe si on "étatisait" tout cela, qu'on se retrouverait avec une grosse machine impossible à faire tourner.

Bon…

Mais alors il faudrait qu'on m'explique.

Parce que dans notre beau canton de Vaud, nous avons une assurance pour couvrir les frais suite à un incendie ou une catastrophe naturelle (orage, grêle, foudre, glissement de terrain et j'en passe). C'est l'ECA, l'Établissement Cantonal d'Assurance.

Il n'y en a qu'une, elle est "étatisée", et vous savez quoi?

Elle fonctionne à merveille.

Je n'ai jamais entendu personne se plaindre de cette assurance qui fait parfaitement son travail et qui, en plus, tourne très bien.

Alors pourquoi pas UNE caisse maladie, pour le canton de Vaud peut-être, pour la Suisse romande, voire pour la Suisse tout entière?

Bref…

Là n'est pas mon propos en fait, mais j'avais averti.

Fin de la digression donc.

Je disais qu'il fallait revoir de temps en temps, au rythme des divorces par exemple, mais si vous êtes célibataire ou marié pour la vie, régulièrement tout de même, votre inventaire qui devra être assuré par votre assurance, chez moi l'ECA donc.

Qu'y met-on, dans cet inventaire?

Eh bien un peu tout ça:

2015-06-20_12-24-28

La page principale de l'inventaire que l'on peut télécharger ici.

 

Quand on sait qu'en général, on divise un certain nombre de choses quand Madame part (ou Monsieur dans certains cas, mais ça me semble de plus en plus rare), on va dire que ça change un peu l'inventaire.

Et quand on se remet en couple plus tard, tout est à recommencer.

Ah la la, que c'est compliqué la vie!

Au vu de quelques achats d'importance ces derniers temps, liés en particulier à la Hi-Fi, nous nous sommes décidés, avec Madame K, de refaire de fond en comble notre inventaire, que nous n'avions jamais revu depuis 4 ans que nous sommes ensemble.

Ah… c'est que refaire un inventaire, ça vous scelle un couple!

Il faut dire que je continuais avec mon inventaire de ma vie d'avant, quand j'étais à Bofflens, et elle avec celui qu'elle avait fait pour elle, quand elle était arrivée à Bière.

Il fallait ne faire plus qu'un, alors nous nous y sommes mis.

Aucun problème pour revoir tout ça, il fut un temps où un logiciel était offert pour nous aider, c'est terminé maintenant, il faut faire la chose sur le papier.

Bref…

C'est au moment où l'on est passé aux livres et aux disques que c'est devenu intéressant.

Dans ma précédente déclaration, les quelque 600 CD étaient évalués à 15'000 francs suisses (idem €).

Les 500 BD l'étaient pour 10'000 francs.

Il se trouve que des CD, je n'en ai presque plus puisque, étant abonné à Qobuz, je n'en ai plus besoin et que je les ai donc très généreusement cédés, mes CD, à l'ex-Madame Cuk.

Bon, Madame K est arrivée avec les siens, et on remonte à peu près à 150 galettes.

N'empêche, ça fait un bout en moins à assurer.

Parce que voyez-vous, mes CD, je les écoute en streaming (qualité CD), en plus de tous ceux que je n'avais pas encore, ce qui fait un paquet n'est-ce pas.

De même, j'ai à peu près 300 albums en 24 bits Hi-Res téléchargés chez Quobuz et dûment achetés.

Eh bien, c'est tout simple, je ne vais pas les assurer! Parce que même si mon disque dur est volé, brûle, ou coule dans une inondation:

  • j'ai deux sauvegardes de ce que j'ai acheté dans un autre endroit;
  • au pire, je peux tout télécharger une nouvelle fois sur Qobuz;
  • les disques que j'écoute en streaming, je peux continuer à les écouter malgré les éventuelles catastrophes naturelles.

 

De même, mes BD sont restées pratiquement bloquées à 500, ceci depuis quelques années.

En effet, toutes mes nouvelles BD, je les lis sur iPad via iZneo (vivement l'iPad Pro, à ce propos, ce sera absolument parfait pour reproduire une page). Que ce soit via mon abonnement ou en achetant celles qui ne sont pas disponibles sur mon abonnement.

L'air de rien, c'est un sacré avantage, le dématérialisé, que ce soit en matière d'assurance, comme je viens de l'écrire.

Mais aussi en matière de place: purée, c'est que c'est volumineux, ces CD et ces bouquins, à la longue.

Alors que dans le matérialisé, tout tient dans un petit disque dur, et sur une petite tablette.

Alors oui, d'accord, on perd le goût du papier, on n'a plus l'objet, mais si vous saviez ce que je m'en fiche!

Bon…

Reste plus qu'à convaincre Madame K… qui est bibliothécaire.

C'est pas gagné, les copains…

6 commentaires
1)
jpg
, le 24.06.2015 à 00:24
[modifier]

Séparation, CD, disques, disqueuse…
http://www.midilibre.fr/2015/06/19/apres-une-separation-il-coupe-sa-voiture-et-le-reste-en-deux,1178010.php
Pour les livres, c’est simple aussi. Lorsque l’Université de Louvain (Belgique) s’est séparée en deux, la riche bibliothèque a été divisée en deux parties égales (en tout cas si le nombre d’ouvrages était pair) : les numéros pairs aux Flamands et les numéros impairs aux Wallons, à moins que ce ne soit l’inverse.

2)
Amely
, le 24.06.2015 à 07:11
[modifier]

matérialisé oui mais moi il me manquerait l’odeur du livre neuf quand tu tournes les premières pages. Et chez nous les livres circulent dans la famille, ils vivent. Je suis pour le papier.

3)
Blues
, le 24.06.2015 à 07:38
[modifier]

Il y aussi un autre cas où il faut revoir son assurance incendie (et vol) … et là gravement à la baisse : c’est quand tout d’un coup (comme moi) il y a 4 gamins qui quittent le cocon familial avec tout leur matos, ça fait un sacré trou ! En 2007 on est donc passé de 140 à 80 (mille), car rien ne sert de sur-évaluer.

4)
ToTheEnd
, le 24.06.2015 à 08:41
[modifier]

Il n’y en a qu’une, elle est « étatisée », et vous savez quoi?
Elle fonctionne à merveille.

Elle était facile celle là même si je partage le constat: l’ECA fonctionne bien et propose des prix attractifs pour se protéger contre des dégâts majeurs… demandez une offre identique pour Genève ou ailleurs et vous verrez la différence.

Seulement voilà, comparaison n’est pas raison et on peut faire une liste non exhaustive de tous les trucs qui sont mal gérés par l’Etat. D’ailleurs, je rappelle que les plus grandes privatisations ont permis un réel progrès au niveau des services offerts… et je sais de quoi je parle. Si les PTT n’avaient pas été privatisés dans les années 90 et si la concurrence n’était pas rentrée en force en Suisse, nous serions encore à nous échanger des fichiers via des modems analogiques ou ISDN à 128kbit/s pour CHF 99.- balles par mois.

Bon, pour lire Cuk, pas besoin d’une ligne en Mbit/s mais quand même, avoue que tes services Haut Def de Quobuz auraient une drôle d’écoute avec ta ligne à 128kbit/s;-)

Pour le reste, il est important de réviser son ECA tous les 3 à 5 ans en fonction de ce qu’on a dans sa cave, le garage et bien entendu, dans le foyer…

Ah oui, le conseil du mercredi: attention à ceux qui ont une assurance ménage ou RC (cher) et qui n’annoncent pas la même chose que dans la déclaration ECA (pas cher), en cas de sinistre, les assureurs sont en droit de croiser les infos et ça peut faire mal…

T

6)
myvista
, le 24.06.2015 à 11:04
[modifier]

Les contradictions de l’homme/la femme modernes souhaitant être bien assuré(s) :

Pour ceux payent des impôts, et pour ceux de ces ces impôts qui sont auto-déclarés (Taxe d’habitation : combien ai-je de lavabos …, Impôt sur la fortune en France ou dans certains cantons suisses …) les déclarations d’assurance peuvent être demandées par l’Administration afin de croiser les informations et de déceler maladresse et/ou l’intention du type :

j’évalue un peu trop modestement mes biens pour les services fiscaux, souhaitant modérer l’assiette de mon impôt, mais d’autre part, désirant être bien assuré, je déclare la valeur la plus proche du réel, voire un peu plus (sans prendre en compte la vétusté dont les assureurs sont des champions). C’est ici que valeur comptable ou vénale et valeur d’usage prennent tout leur sens. Pensez-donc à votre voiture de 15 ans d’âge qui fonctionne fort bien, qui coûterait le quasi-prix du neuf en cas d’accident non réparable, or pour l’assureur, une bagnole de 15 ans n’est pas économiquement réparable … et dont la valeur d’usage reste élevée … et je ne parle pas de la valeur affective, oui Monsieur, oui Madame, car il arrive qu’on s’y attache pour y avoir vécu de la conception du premier enfant jusqu’au trajet vers le « lieu de livraison » de ce petit qui un jour, est à accompagner à l’aéroport pour s’établir ailleurs terminer ses études …

En clair, la cohérence des déclarations d’une part, et l’interconnexion croissante des fichiers et informations d’autre part doivent inciter à être/rester cohérent entre différentes déclarations dont les objectifs et les conséquences directes (impôt) ou potentielles (sinistre/assurance) sont pourtant différents, voire divergents. Rien de plus vexant et coûteux que de se faire « coincer » de bonne foi, parfois juste parce que les déclarations ont été établies à 1 an d’écart et que les dossiers n’ont pas été ressortis, pour avoir tenté une « optimisation » dont les chances de rapporter des emmerdements et des surcoûts sont bien plus grandes que d’économiser soit de l’impôt, soit de la prime d’assurance …

Et pour conclure comme Mirou, voix de la sagesse, encore un truc à faire d’urgence …